RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

Escanor est officiellement plus accro à la bibine que Ban !
A l'occasion de pâques, notre chimère commence à voir des bibines partout dans toutes les images du forum !
Pendant ce temps... Dominic, Elena et Princesse se font la guerre pour les trouver.
Finir dans un love hôtel avec Banou, ça motive !

Aller à la page : Précédent  1, 2
Gabriel Lucky
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt

MessageSujet: Re: Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 EmptyMer 19 Oct - 10:28
[Hors rp : Je m'excuse, Gabriel m'échappe totalement !)


Gabriel le fixait, il n’avait touché à rien bien sûr. S’il avait espéré parler assit, c’était raté. Le jeune homme mentirait en disant, que là ! tout de suite, Roy n’était pas effrayant. Son oncle lui avait toujours dit : « Méfie-toi de ces gens-là, ils sont corrompus, il ne fera qu’une boucher d’un mignon petit chaton comme toi. Tu finiras sur une table de dissection. » Était-ce que qu’allait faire Roy ? Le livrer aux scientifiques ? À vrai dire dans la tête blonde le pire était en train de se créer. Mais Roy sentait la droiture, il sentait un homme bon, trop strict avec lui-même, il sentait aussi le feu et la poudre. Mais il sentait la justice aussi. Il avait déjà vu des militaires gentils, aimant et aidant. Mais ceux-là ne l’avaient jamais vu sous son apparence féline. Mais Roy oui, Roy était un militaire, un colonel de ce qu’il avait entendu, donc haut placé, ou au moins bien placer. Ce que le blond ne comprenait pas, c’était pourquoi il avait rangé son arme et mit des gants. Mettait-il des gants quand il avait peur ? C’était étrange comme réaction. Après tout chacun son truc, lui, il chantait. Enfin dans sa tête surtout. Il ne voulait pas faire entendre sa voix. Déjà parler pour expliquer des choses, c’était chiant, alors chanter, brrrr. D’ailleurs, c’était amusant, mais en chat, il avait plus de facilité à s’exprimer qu’en humain.

Debout mais immobiles, les mains sur le dossier de la chaise bien en évidence, il l’écoutait, il entendait le cœur de Roy battre la chamade. Il devait être encore sous l’effet de l’adrénaline. C’était quoi sur ses gants ? Des broderies ? Non des cercles alchimique, il en avait déjà vu par le passé, mais ne s’y était jamais intéresser. Mince ! Est que le brun était un alchimiste d’état ? Son oncle l’avait prévenue, les alchimistes d’état étaient des scientifiques. Il resserra alors es doigts sur la chaise. La peur s’infiltrait lentement, mais il la repoussa, non Roy était, de ce qu’il en avait vu et senti, un homme bon ! Un homme réfléchi ! D’ailleurs, la curiosité présente était militaire, professionnelle, il commença à lui poser des questions, évidemment ce n’était pas étonnant. Le blond n’avait jamais eu à raconter son histoire avant ça, par où commencer, comment faire ? C’était du délire, c’était suicidaire ! Gabriel ne, c’était jamais confié à personne avant pas même à ses rares amis du village où il avait grandi après son adoption par son oncle.

Le jeune docteur inspira profondément en fermant les yeux puis les rouvrît fixant de nouveaux Roy. C’est plus mécaniquement qu’il répondit.

- Je m’appelle Gabriel Lucky, j’ai vingt-deux ans et je suis né à Aerugo. Je suis à Central à la base pour visiter la ville, je suis un médecin itinérant. Je suis à Central depuis hier ! J’étais là depuis à peine trois heures quand on s’est rencontré.

Bonnes premières, secondes et troisièmes questions de répondu, piouf ! Ce n’était pas une mince à faire. Parler de lui-même lui écorchait presque la bouche. Le blond se força à se détendre. Il devait parler d’un ton détaché sinon il n’arriverait pas à lui raconter son histoire.

- Je suis né à Aerugo. Mes parents travaillaient dans les champs. Et j’avais la chance de pouvoir aller à l’école. Mes parents étaient bons et généreux, très apprécier, mais pas par tout le monde. Certaines personnes, même beaucoup, ne comprennent pas que l’on peut être gentil sans rien attendre en retour. J’avais moins de dix ans quand mes parents ont été assassinés, et ma maison brûlée. Mon père m’a donné sa chevalière…

Il leva alors sa main droite montrant un anneau argenté, avec une forme plutôt carré sur le dessus, ou des initiales étaient gravé dessus. PSL entrelacé. P pour Pierre, S pour Sarah, et L pour Lucky.
Gabriel reposa sa main et soupira, reprenant contenance, il ne parlait jamais de son passé et c’était une sacrée épreuve pour lui. Il déglutit et reprit fixant Roy dans les yeux.

- J’ai vécu dans la rue avec mon chat ! Luna. Luna volait de la nourriture pour moi ! Je ne suis pas resté longtemps dans la rue ! Quand elle s’est fait prendre et battre à mort, je suis resté à la pleurer. Un homme est alors arrivé me disant pouvoir la soigner. Il nous a emmenés, c’était un docteur. Je ne connais pas son nom, je sais juste qu’il venait d’Amestris. J’étais seul, j’avais froid et faim. C’était le seul adulte qui me tendait la main, je l’ai donc prise. Il m’a changé ! Il m’a fusionné avec ma Luna ! J’ai eu très mal, j’ai cru que j’allais rejoindre mes parents, vraiment ! Mais je me suis réveillé aux enfers ! Tout le laboratoire était en feu, il y avait un autre garçon, il avait tué tout le monde ou presque puis c’est enfuit. C’est un militaire qui m’a sorti de là. On m’a placé dans un orphelinat et demander mon nom. Ils ont retrouvé, grâce à ça, mon oncle qui vivait à Amestris depuis longtemps et était un citoyen de ce pays. Il est venu le chercher et m’a ramener, en m’adoptant, je suis devenue citoyen d’Amestris. Ce pays m’a sauvé ! Bien plus paisible que là où je suis né. Mon oncle m’a protégé, apprit à ne pas me montrer et à utiliser mes capacités pour aider les autres. Il m’a formé à la médecine, car il ne pouvait pas m’envoyer à l’école. Tout ce que je sais je l’ai appris avec lui. Je contrôle ma part chimère. J’ai lu un peu à l’orphelinat des livres sur l’alchimie pour savoir ce que j’étais devenue, mais je ne m’y suis pas attardé ! Je ne changerais rien au monde ce que je suis ! Ce que j’ai vécu a fait de moi la personne qui est la devant toi ! J’aide les autres, je ne veux rien en retour, j’aime aider si je le peux ! J’aime voyager, alors je ne suis peut-être pas diplômé, mais je suis quand même un médecin itinérant. Je n’ai jamais tué personne. Luna était trop douce pour m’avoir transmis ça. Je ne veux pas faire de mal ! Mon oncle a tout fait pour que j’aie une vie normale, et j’ai une vie aussi normale que possible ! Je ne montre jamais à personne la chimère que je suis par ce que je sais qu’elle ne sera pas acceptée. Et je le vois que trop bien sûr toi comment tu m’as menacé avec ton arme !

Le blond haleta, puis soupira, se calmant, il c‘était un peu emporté, l’émotion décidément, lui qui voulait rester détacher. Les yeux mouillés, il porta une main à son visage.

- Mince ! En plus, tu me fais pleurer ! Je ne pleure jamais habituellement… Si tu m’as proposé ton aide, c’est bien que tu as vu quelqu’un de bien en moi non ? Quelqu’un de confiance ! Quelqu’un qui pourrait t’aider non ? Alors maintenant ? Que vas-tu faire ?

Il n’avait sans doute jamais autant parlé de sa vie ! Se confier de plus eu un effet au quel il ne s’attendait pas. Pleurer, comme si tout ce qu’il avait enfoui au fond de lui depuis tant d’années se sentait brusquement libérer. Le chagrin, la peur, la colère. Et étrangement, le jeune homme aux cheveux d’or se sentait bien, étrangement serin, la tête un peu comme du coton. La main sur le visage, la tête en avant tentant de reprendre contenance. Il était risible. Il se sentait juste ridicule. Il se contrôlait parfaitement habituellement, une façade dure comme un rock, ou seul quand il dormait son corps de chimère reprenait le dessus. Il savait que parfois, il avait des tics félins, des petits gestes ou comportement incontrôlable, qui lui venaient naturellement. Mais cela passait en général inaperçu. Il n’avait vraiment pas prévu de se faire prendre en flagrant délit de sieste et de sale gueule.

- Je… Je suis comme je suis et je n’ai pas à en avoir honte ! Si tu veux que je parte ; je partirais. Je… Je pensais me faire un ami. Je ne pensais pas un jour devoir me confier à quelqu’un qui me menacerait de mort…. Et encore moins que je perdrais le contrôle de moi-même... Décidément, tu es un homme surprenant pour me mettre dans cet état-là. Je suis désoler.

Gabriel s’en rendait compte maintenant. Sa gentillesse était égoïste, il était gentil par ce qu’il voulait que les gens soit gentils avec lui, par ce qu’il voulait se trouver un ami. Et l’espace d’un instant, il avait cru en trouver un avec Roy.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt

MessageSujet: Re: Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 EmptySam 17 Déc - 21:03

Mission Hébergement.




Gabriel me déclina de nouveau son identité avec, cette fois les détails itinérants. Mes sourcils se arquèrent sous la surprise. Je ne pensais pas sincèrement qu'il répondrait sans défendre sa sphère privée. Cela dit, ça m’arrangeait. Il continua d'une voix étrange. L'émotion ne semblait pas présente. Il leva la main, offrant à mon regard le sceau porté sur sa chevalière afin d'appuyer ses propos précédents. Lorsque Gabriel baissa la main, ses yeux et sa motivation firent de même.

J'écrasai à grands coups de pieds « mentaux » les voix intérieures qui me vrillèrent les tympans. Celles-ci ne cessèrent qu'au moment où le mot « Connard » fut inscrit sur mon front alors même que Gabriel continuait de me conter son histoire. Ma main se décrispa. Mes doigts se décollèrent. J'écoutai avec avidité les informations qu'il m'était donné. J'assimilai la tristesse, le dégoût, les épreuves endurées. Mais je ne sourcillai pas. A contrario, Gabriel s'emportait. Son récit terminé, un silence trouble envahit la pièce. Gabriel releva les yeux. Ils brillaient :

« Mince ! En plus, tu me fais pleurer ! Je ne pleure jamais habituellement… Si tu m’as proposé ton aide, c’est bien que tu as vu quelqu’un de bien en moi non ? Quelqu’un de confiance ! Quelqu’un qui pourrait t’aider non ? Alors maintenant ? Que vas-tu faire ? »

L'espace d'une seconde, ma colère s’était évanouie. Mais elle remonta en bloc. Car la réponse était simple : je ne sais pas. En général, je privilégiais l'anticipation, ainsi rien ne pouvait me surprendre. Mais ce soir, le temps et les mots me manquaient. Je m’assis sur la chaise en croisant bras et jambes. Les yeux fixes face à moi, je tentai de dissiper la silhouette floue que représentait Gabriel dans mon champ de vision. Et songeai.

Cela pouvait prendre peu, comme beaucoup de temps. Tout dépendait de la situation. Avec Edward Elric par exemple, je savais que je ne pouvais pas me permettre un temps de réflexion trop long, auquel cas celui-ci pouvait se montrer très venimeux. Je me souviens avoir passé des heures à réfléchir ainsi dans d'autres circonstances…
Je tentai de confronter les « pour » et les « contre ». Mes voix compatissantes m’imploraient de me calmer et de m'excuser. Il n'en était pas question. Quant à ma conscience... Celle-ci mettait le doigt sur les « avantages » et « inconvénients ». Il va sans dire que ceux-ci n'étaient pas de l'ordre de quelques poils de chat sur le canapé, mais plutôt d'un avis militaire. J'esquissai furtivement une moue boudeuse en me tapant mentalement sur la main ;

« Il n'est pas bon de surprendre des chimères chez soi juste après être rentré du boulot. »

Cela pouvait paraître bête, mais ce n'est qu'à cet instant que je repris contenance. La colère, enfin, s'envola comme une feuille de mes innombrables dossiers.
Gabriel rajouta :

« Je… Je suis comme je suis et je n’ai pas à en avoir honte ! Si tu veux que je parte ; je partirais. Je… Je pensais me faire un ami. Je ne pensais pas un jour devoir me confier à quelqu’un qui me menacerait de mort… Et encore moins que je perdrais le contrôle de moi-même... Décidément, tu es un homme surprenant pour me mettre dans cet état-là. Je suis désolé. »

La honte ? La honte n'avait rien avoir avec ça. Les cauchemars avaient tout avoir avec cette situation. Toutes les chimères impitoyables rencontrés jusqu'alors. J'ignorais avant ce jour qu'il était possible d'en croiser des altruistes.
Machinalement, je portai ma main contre mon menton, les yeux rivés sur Gabriel. Un sourire déplia mes lèvres :

« Tu n'as pas à l'être. »

Une idée. Voilà ce qu'était Gabriel. Il fallait voir où elle menait et ce qu'elle pouvait donner. Pour l'heure, je ne sentis que trop sa bienveillance. Pour un homme qui sort de la guerre, il m'était impossible de me faire avoir deux fois...
Même si je savais que trop bien que la bienveillance n'était pas « à vie ». Elle pouvait parfois changer du tout au tout. Mais... Pour l'heure, j'invitai d'un geste de la main, mon invité à s’asseoir :

« Je te prie d'excuser ma brusquerie. »

C'était pas vrai. Mais je ne me départis pas de ma politesse. La sincérité eut bien du mal à traverser la barrière de ma bouche. Après quelques minutes de silence, j'y parvins enfin :

« Je suis alchimiste d’État, Gabriel. »

Mes yeux ne clignèrent point afin de mieux sonder la réaction de mon vis-à-vis.

« Dans l'armée, c'est un atout indispensable pour protéger la population. Ces derniers-temps, beaucoup de chimères ont fait du grabuge dans le coin. Tu n'as pas besoin d'en savoir plus pour comprendre que si je suis vivant... Elles ne le sont pas. La raison est simple. Elles attaquaient la ville. Les militaires. »

La raison était bien plus profonde, mais je n'allais pas m’éterniser sur un rapport officiel de l'armée. Je soupirai en décrispant mes bras croisés afin de détendre l'atmosphère. Mon visage devint tout mou. C'est au moins ce qu'il me parut avant que je n'ajoute :

« Dans cette situation, c'est à toi de décider si tu veux partir ou non. Quand bien même mon statut m'obligerait à te ramener à la caserne, je ne le ferais pas. Mais... »

Mon ton se fit sans réplique :

« Si tu décides de rester, il te faudra être discret. Personne ne doit te voir rentrer ou sortir d'ici. Dans ce quartier, tu ne parles à personne. Et je me ferais un plaisir d'effacer ton appellation du rapport de l'affaire que l'on vient de terminer. »


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Lucky
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt

MessageSujet: Re: Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 EmptySam 17 Déc - 22:25
Quand Gabriel entendit, tu n’as pas l’être, il releva la tête pour le regarder, ses oreilles de chat se dressant sur sa tête, il leva immédiatement les mains pour les faire disparaitre en les plaquant sur sa tête et rosi. C’était parfois handicapant ce genre de manifestation de ses émotions. C’était pour ça qu’il se forçait à rester impassible et à éprouver le moins d’émotions possible quand il était humain. Il s’assit sous les excuses et l’invitation du brun. Un quoi ? Un alchimiste en état ? Mais en état de quoi ? Le blond cligna des yeux l’écoutant.

- Excuse-moi, mais c’est quoi un alchimiste en état ? Je sais ce qu’est un alchimiste, et ce qu’est l’alchimie, j’ai lu quelques livres pour comprendre mon état, mais heu, toi t’es normal. Je veux dire t’es un humain sans modifications. Donc en état de quoi ?

Ha d’accord ! C’était un grade !!! Mais ce n’était pas une légende ça ? Il pencha la tête sur le côté. Il comprenait mieux sa méfiance vis-à-vis de lui. Si des chimères attaquaient les civils et les militaires. Normal qu’il se protège, et cela avait dû lui foutre une sacrée frousse d’en voir une dormir sur son canapé. Le blond croisa les bras réfléchissant à ce que lui disait le brun. Il ne le chassait pas, il pouvait rester. Et il ne le dénoncerait pas à l’armée. Il pouvait sans doute être d’une quelconque utilité au jeune militaire. Les conditions pour rester étaient rudes, mais il se les imposait de lui-même depuis longtemps. Son « père » les lui imposait aussi, ne pas montrer son apparence de chat tout ça quoi.

- Je resterais le temps que j’ai besoin alors. Je t’aiderais si tu as besoin de moi. Je maitrise je ne dirais pas à cent pour cent mes capacités, mais au moins a quatre-vingt-dix pour cent. Comme tu l’as vu, je me transforme quand je dors principalement et quand je le désire pour le reste. Je suis le plus souvent en humain. Personne ne saura que je suis une chimère.

Il secoua la tête en négatif.

- Pas besoin de retirer mon nom. Ce n’est pas une chimère qui t’a aidé, mais un médecin errant, c’est tout. Mais fait comme tu le sens. Je n’y connais rien à tous ces trucs de l’armée.

Gabriel le fixait, il n’avait pas grand-chose de plus à dire. Il accusait une certaine fatigue maintenant. Il releva ses yeux bleu/vert sur le brun et le dévisagea sans réellement le voir, les yeux un peu dans le vague. Il porta ses doigts à ses orbes et les frottas puis rabaissa son membre.

- Roy. Je comprends mieux pourquoi tu as été agressif. Je ne me montre pas sous mon autre apparence de base. À vrai dire, seules deux personnes savent à quoi je ressemble en chat. Mon père et quelqu’un d’autre.

Mieux ne valait pas lui parler de Quentin pour le moment.

- De plus quand je suis chat, je ne sors pas le visage découvert, je suis blond mais pas stupide pour autant. Je n’ai jamais tué personne de ma vie, je voue ma vie a sauvé les autres. De plus, le chat avec lequel j’ai été croisé était mon chat, et elle était la plus douce du monde ! Je n’ai absolument pas d’instinct agressif. Du moins, je le suppose, ça ne s’est jamais manifesté. De plus, je ne resterais pas ici sans contrepartie, je cuisine, je fais le ménage, les courses, la lessive ! Je sais faire tout ça. Et franchement avec l’opportunité qui m’a été offerte ce matin, je ne compte pas la laisser passé. Avoir mon diplôme serait vraiment très pratique et utile. En plus, tu m’as aidé, tu m’as donné des vêtements, des chaussures, et à la base ton amitié, je te donnerais autan en retour d’une façon ou d’une autre.

Oui, il disait ça sans ambiguïté. Avoir Gabriel comme ami était surement une bonne chose non ? Peux-lui importait, Roy était un homme bien, il le sentait, appeler ça l’instinct félin si vous le voulez, mais il voulait être ami avec cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt

MessageSujet: Re: Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 EmptyJeu 12 Jan - 9:23

Mission Hébergement.





« Excuse-moi, mais c’est quoi un alchimiste en état ? Je sais ce qu’est un alchimiste, et ce qu’est l’alchimie, j’ai lu quelques livres pour comprendre mon état, mais heu, toi t’es normal. Je veux dire t’es un humain sans modifications. Donc en état de quoi ? »

Pour sûr, Gabriel ne mentait pas sur ses origines. Il fallait être loin et décalé de tout pour ne pas savoir ce qu'était un alchimiste d’État. Loin de la ville. Ou sans l'être, loin de s’intéresser à tout ça. Car il y a mieux à faire pour survivre...

Gabriel proposa son aide directe ou indirecte afin de rendre service. Il précisa par la suite qu'il était inutile de retirer son nom du rapport. Ce qu'il ignorait en revanche, était ma propre méfiance au sein de l'armée. Je ne pouvais pas courir le risque qu'un beau jour, quelqu'un s’intéresse brutalement à cette affaire et découvre, tout comme moi, que Gabriel n'est pas seulement un médecin errant. Il valait mieux l'effacer de l'historique sans plus de manière. Et l'affaire serait dans le sac.

Nous continuâmes de parler. La tension devint légère et s'envola comme une plume. La fatigue, en revanche, soulevait mon irritation. Il fallait réfléchir posément à cette situation. Il fallait la laisser refroidir pour mieux comprendre ce qu'il se passait. Car tout ceci sous-entendait de partager cette maison avec une chimère. Potentiellement dangereuse. Qui sait.

Les chats sont des animaux très mystérieux. Ceux qu'il m'était donné d'observer se trouvèrent être des animaux errants, eux aussi. Dans les rues délavées d'Est City. Au centre d'un champ agricole, immobile comme une pierre, fixant un point dans la terre battue. Au coin d'une ruelle, sous la pluie. Sous le perron d'une vieille femme esseulée, etc...
Dans un village ou une ville, qu’importe, les chats trouvaient toujours leur compte. Mais leur nature sauvage les rendaient imprévisibles. Il n'était pas étonnant de recevoir un coup de griffe sans prévenir, agrémenté d'un regard rond et sévère. Ou encore d'observer jour sur jour, un chat s'inviter dans la routine de quelqu'un pour brutalement... S'en aller. Et ne jamais revenir.
Mystérieux et imprévisible, donc. C'était un cocktail explosif qui se tenait devant moi. Mais une idée nouvelle. Il me fallait plus de temps pour parvenir à faire le point, calmement. Sobrement.
Les dernières paroles de Gabriel m'invitèrent au sourire. Je me massai la tempe avec entrain, les yeux rivés dans le vague.

« De plus quand je suis un chat, je ne sors pas le visage découvert, je suis blond mais pas stupide pour autant. Je n’ai jamais tué personne de ma vie, je voue ma vie à sauver les autres. De plus, le chat avec lequel j’ai été croisé était mon chat, et elle était la plus douce du monde ! Je n’ai absolument pas d’instinct agressif. Du moins, je le suppose, ça ne s’est jamais manifesté. De plus, je ne resterais pas ici sans contrepartie, je cuisine, je fais le ménage, les courses, la lessive ! Je sais faire tout ça. Et franchement avec l’opportunité qui m’a été offerte ce matin, je ne compte pas la laisser passer. Avoir mon diplôme serait vraiment très pratique et utile. En plus, tu m’as aidé, tu m’as donné des vêtements, des chaussures, et à la base ton amitié, je te donnerais autant en retour d’une façon ou d’une autre. »

Il me fit sourire, oui. Car il ne lui manquait plus que la passion du manuscrit pour que je l'embauche à temps plein afin de finaliser mes dossiers et rapports en retard, à ma place. Cette idée, bien que plaisante, fit sérieusement un tour dans ma tête. Ceci me démontrait à quel point j'étais surmené et fatigué. Je levai l'index en le fixant :

« La lessive... Fais ce que tu veux, mais je m'occupe de mes vêtements. »

L'armée m'avait appris une chose utile ; laver, plier, ranger. Je m'occupais personnellement de tout ce remue-ménage avec une maniaquerie inhabituelle. Ce n'était pas forcément une activité plaisante, mais j'avais au moins la satisfaction de m'habiller après avoir fait l'effort de soigner mon apparence. En revanche, pour la cuisine, ce fut un grand « oui » qui s'imprima dans mon cerveau !
J'esquissai un sourire en reportant les yeux sur le plat que Gabriel avait concocté pour ce soir. Nous l'avions oublié avec ce... Cette fâcheuse surprise, mais à présent que l'étonnement fut passé, mon estomac cria joyeusement victoire.
J'invitai Gabriel à dîner. Nous pourrions ainsi oublier, le temps de quelques bruits de couverts, nos pensées tumultueuses respectives. Bientôt, nous irons nous coucher... Et ainsi débuter l'apprentissage d'une étrange colocation. C'était plus qu'un simple service. C'était une mission. Une mission hébergement.

Nous verrons de quoi demain sera fait. Il faudra apprendre à vivre avec un chat. Et un blond. Mais surtout un chat. Pendant que nous mangeâmes, un silence apaisant s'installait. Taquin, je reposai les yeux sur le carton au loin, dans le salon. Il avait servi à ranger les affaires que Gabriel avait trié dans la journée. Je me levai et m'emparai d'un de mes lacets, non sans difficulté. Je le jetai dans le carton et il atterrit à l'intérieur en faisant un bruit bien distinctif. Hilare et ravi de ma fausse blague, je m'exclamai :

« Est-ce que tu va sauter dedans ? Haha ! »

Je pouvais faire preuve d'un enfantillage à friser les moustaches de Grumman en privé. Surtout en étant fatigué. Mais essentiellement quand l'irritation était à un tel summum qu'il me fallait faire n'importe quoi pour tenter de me détendre.



Never-utopia - Modification Evy S. Evans



HRP: Dis-moi si ça te conviens Very Happy Il faut savoir que j'ai écris cette réponse avec un chat qui m’enquiquinais en arrière-plan. Grrr.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Lucky
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt

MessageSujet: Re: Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 EmptyMer 18 Jan - 17:58
D’accord pas touche à la lessive, mais Roy semblait contant à l’idée d’avoir quelqu’un pour lui faire à manger et le ménage. Remarque, il avait passé un certain temps à ranger déjà. Il n’avait rien jeté, mais empilé beaucoup de choses dans un coin, le genre de chose que le militaire devrait trier. Bref, ils allaient enfin manger. Le jeune homme se releva donc, et entreprit de finir le service. Remettre de la soupe chaude. Une julienne. Et les assiettes du plat principal, viande et légume donc. Enfin, il se rassit au moment où il vit Roy jeté le lassait dans le carton plus loin…. Houlà ! Ça n’allait pas fort ! Il ne fallait pas abuser non plus hein… quoique le regard du médecin passa du carton à Roy plusieurs fois, s’attendait-il vraiment à ce qu’il aille chercher la ficelle et joue avec ? À vrai dire, Gabriel était presque tenté d’aller la chercher et de la lui ramener… Presque.

- Bon appétit

Préféra-t-il signaler. Le blond lui sourit juste très légèrement, puis mangea. Ha, c’était par chance, pas trop cuite. Ça avait un peu refroidi, c’était tiède, mais bien quand même au goût. Gabriel avait ramené un pichet d’eau aussi et lui en proposa d’un geste, attendit et servis, parler autant lui avait dessécher la bouche, voilà pourquoi aussi, il n’aimait pas parler trop. En mangeant, il sembla se perdre dans ses souvenirs, Quentin aussi l’avait accueilli au réveil avec une arme à feu. Cela semblait être typique des militaires, mais il c‘était très vite avéré curieux et avait rapidement fait confiance à la chimère. Il sourit en se rappelant comment le jeune homme dormait en serrant contre lui la couverture comme un doudou. C’était amusant. Lui aussi avait un tempérament explosif mine de rien.

C’était vraiment amusant, au final les deux hommes était un peu pareil sur certains points, bien que Roy soit, mine de rien, plus sage et posé que le fougueux Quentin. Le blond étouffa un bâillement dans son coude. Le repas fini, le jeune homme s’occupa de tout, donna une part du gâteau à Roy et fit la vaisselle. Lui n’était pas très sucrerie même s’il savait les faire. Son « père » lui avait dit plus d’une fois qu’aux lieux d’être médecin itinérant, il ferait mieux de s’installer et d’ouvrir un petit restaurant. Il couvrit les restes de la soupe, viande et tout, et rangea dans le frigidaire, il en mit même une partie dans une boite qu’il referma soigneusement puis la lui montra.

- Demain, vous l’emmenez ! Vous ne mangez pas correctement. Ça peut se manger froid aussi, donc vous emmenez pour le midi.

Et vu le ton, c’était un ordre du docteur. Il la mit au frigo aussi, fini le rangement et s’étira. Gabriel alla alors vers la boite, et prit le lacet, puis revint et le posa sur le bras du brun.

- Bonne nuit.

Et enfin le blond alla s’enfermer dans la chambre. Il se laissa glisser le long de la porte en reprenant son apparence de chimère, mi-soupirant, mi-gémissant. Il avait eu une de ses peurs mine de rien. Au final, ça c’était bien fini et le militaire semblait assez bien l’accepter…. C’était une bonne nouvelle. Mais il allait devoir être prudent quand même. Ne pas trop l’asticoté évité de trop se montrer en chat aussi. Le blond avait beau avoir fait une bonne sieste tous ces événements l’avait épuisé mentalement. Il se massa le dos en se tordant le bras, puis se releva. Se déshabilla pour rester en t-shirt et caleçon et se couchât. Après un petit temps a fixé le plafond, il se roula en bouler et s’endormit en ronronnant pour se rassurer que tout irait bien maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt

MessageSujet: Re: Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 EmptySam 11 Fév - 11:37

Mission Hébergement.




Le matin fut annoncé par une brume solide. La saison annonçait encore du froid, voire du gèle. Mais pour l'heure, mes paupières se soulevèrent douloureusement et une migraine vint frapper ma tête comme une enclume. La conversation avec le jeune Gabriel n'avait pas tardé, hier soir. Il m'avait parut soudainement plus distant, peu enclin à la parlotte. Après de telles révélations, je ne pouvais lui en vouloir.

Je me levai, l’œil attiré par le café, visible du salon sur la cuisine ouverte. Un soupir m'échappa et ce fut le temps de se préparer pour aller au bureau. La caféine à peine ingérer, je filais faire une toilette digne de ce nom. Le dos endoloris, je repassai aux côtés du canapé en direction de la salle de bain, non sans jeter un coup d’œil aux couvertures amassées devant ma table basse.
Gabriel s'était vu offrir la chambre sur un plateau d'argent et maintenant que je savais ce qu'il était, je ne regrettais pas mon choix. Même si au fond, toute mon âme et conscience savait qu'il ne s'agissait pas d'un ennemi, je ne pouvais concevoir de le voir transformer en chimère chaque matin.

Mais il faudrait que tôt ou tard, la réalité émerge pour de bon. Pourtant, ceci était encore trop récent et me hérissait le poil. Peu importe le temps que cela devait prendre, je finirais bien par me faire à l'idée. D'autant plus qu'il semblait sympathique et qu'il serait un allié efficace, de surcroît.
C'était la conclusion la plus satisfaisante. Mais je ne pouvais pas faire impasse sur la révélation à toute l'équipe. Il fallait que je trouve un moment pour leur révéler l'identité de Gabriel et sa fonction sans attirer les soupçons.  Quand bien même le jeune homme pouvait vivre sa vie en toute liberté, il était inutile que l'armée vienne l'aborder.

Habillé et fraîchement réveillé, je ressorti de la salle de bain en filant comme une étoile dans la cuisine. Le deuxième café de la matinée effaça les traces de ma précédente migraine. Je pus dès à présent réfléchir plus posément sur les étapes de la journée. Celles-ci n'étaient pas négligeables puisqu'il s'agissait d'envoyer une cinquantaine d'hommes en mission, de vérifier les rapports d'une foulée d'autre. Il ne fallait pas non plus faire impasse sur les visites sur le terrain. Contrairement aux idées reçues, mon grade ne me permettait pas des pauses à rallonge. Et comme je n'étais pas un grand dormeur, je faisais en sorte de trouver un moment dès qu'il se présentait.
Mais plutôt que de me trouver des excuses, je trottinai à l'entrée et m'emparai de ma veste. Prêt, je jetai un dernier coup d’œil à la maison, ressentant la présence de Gabriel. Peu importe où il se trouvait, il était là. Quelque soit l'emploi du temps de sa journée, nous parlerons. Nous finirons peut-être par nous faire entièrement confiance. Seul le temps nous le dira. Mais après la révélation d'hier soir, ce ne sera pas une mince  affaire. J’espérais simplement que ça fonctionne. L'idée de me faire plus d'ennemis que d'alliés m'était insupportable. Surtout en des temps comme  ceux-ci où la tension montait en flèche. Quoi qu'il se prépare, je pouvais sentir que ce n'était rien de bon. J'avais des éléments en main, mais pas de nom, ni d'images. Juste des cauchemars et des solutions.
Résolu, j'esquissai un sourire.

Pour un premier allié depuis des décennies, j'étais tombé sur le gros lot. L'équipe serait surprise, pour sûr. J'allais même recevoir des remarques déplaisantes, à n'en pas douter. Mais il ne tenait qu'à moi de faire régner la confiance. Et pour ça, aucun problème. Je l'avais.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty

Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt

MessageSujet: Re: Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt Mission Hébergement. [PV Gabriel Lucky.] ~ Sujet Clôt  - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [UploadHero] Rambo II : la mission [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: LES RPS TERMINES OU ABANDONNES-