RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 68
Who am i !

Ça passe ou ça casse. [PV Jin]

MessageSujet: Ça passe ou ça casse. [PV Jin] Mar 9 Mai - 14:13
18 Novembre 1914.

Il fixait le plafond, la respiration en suspens. Sa tête tanguait dans le vide. Logan était allongé sur la table du salon. Les genoux pliés et les talons appuyés contre le rebord. Une toux violente vint briser la paralysie de sa poitrine. La douleur fut lancinante. Sans mesure, Logan hurla. Il enfonça ses doigts de l'autre main dans sa bouche, les yeux clos. Le plat de la table valait mille fois le matelas de son lit. L'auto-mail accordé à son épaule ne s'enfonçait pas dans le moelleux rembourrage et ainsi, gardait un axe droit.
Puis enfin, il sentit l'effet de l'opium se propager doucement. Comme une vague venant des profondeurs de son corps. Il souffla bruyamment par le nez. Les pincements lancinants dans son épaule s'évanouirent. Les battements dans sa poitrine ralentirent. Ses paupières peinèrent à rester ouvertes.
Il chercha longuement quelque chose dans sa poche et sortit un petit flacon. Ce dernier contenait un liquide. Il y en avait très peu, mais c'était suffisant. 1 ml. C'était la deuxième fois, aujourd'hui. L'extrait liquide de Cola devait être mesuré avec prudence.
Peu à peu, il se sentait léger. À la fois béat et énergique. Il se sentit brusqué. Logan voulait de nouveau jouir de victoires contre les créatures de la nuit. Mais ces derniers temps, rien n'allait plus. Son bras droit lui faisait honteusement mal dès que l'effet de l'opium s'amenuisait. Ses forces n'étaient plus les mêmes. Mais il se voyait mal attendre sagement pendant qu'elles vivaient encore. Il l'avait déjà fait une fois. Lorsque Logan avait perdu son bras gauche, les années qui suivirent furent douloureusement vides. Sa tante était restée prêt de lui afin de veiller à son bon rétablissement. Si elle n'avait pas été là, peut-être aurait-il finit dans le même état dès le début. Mais cette fois-ci, Logan l'avait fait partir. Il lui avait assuré avec peu de mots que tout irait bien. Même avec elle, il avait de plus en plus de mal à tenir sa langue. À convenir de propos modérés.
Mais le jeune homme ignorait que sa décadence ne faisait que s’accroître. Si une partie de lui était consciente de sa folie, alors elle faisait en sorte de l'oublier aussi vite.
Il roula sur le côté, atterrissant sur le sol. Logan n'avait plus mal. Quelques heures de répit lui étaient permises. Un sourire refleurit sur ses lèvres abîmées. Il se précipita avec l'aplomb d'un sanglier dans sa petite cuisine. Les mains fébriles, il ouvrit chaque tiroir dénommé d'un juron si tenté qu'il n'avait pas ce qu'il cherchait. Puis enfin il trouva l'annuaire qu'il posa sans grâce sur la cuisinière.

« Il faut que je sois plus fort qu'elles. 'Faut les démonter. Une bonne fois pour toutes ! »

Les pages volèrent. Il cherchait quelque chose. Logan aurait su dire à quoi cela servait, mais pas son nom. Les hôpitaux devaient être pleins de produits dopants. L'un d'eux pouvait forcément l'aider à être plus fort. Il fallait qu'il tente sa chance quelque part. Il ne savait dire si demander suffirait. Logan leva les yeux à la fenêtre et se précipita sur le miroir de la salle de bain. Il dévisagea son reflet. Ses yeux étaient boursouflés d'un halo rouge. Ses joues tantôt bleutées restaient pâles. Allait-on le prendre au sérieux ? Comment devait-il poser la question ? Etait-il préférable d'essayer de voler le dit produit ? Mais sans son nom, cette quête était infaisable.

« Merde. Merde ! Merde !! MERDE ! »

Il posa son front contre le miroir, les mains de chaque côté du lavabo. Celui-ci grinça sous son poids, peu enclin à supporter celui de deux auto-mails quand c'était pour se faire malmener.
Logan ne savait même pas si ce qu'il désirait existait vraiment. Mais il fallait qu'il tente sa chance. Il n'en pouvait plus de ne pas être à la hauteur. D'être la proie plutôt que le chasseur. Le grand hôpital  de Central City avait son dossier en main. Il ne pouvait y retourner en demandant une telle chose sans grand motif. Il lui fallait viser un autre endroit. Mais que pouvait-il rajouter ?
Logan retourna feuilleter les pages de l'annuaire. Une minute passa et il trouva l'endroit idéal. Il chercha frénétiquement l'horloge murale du regard comme s'il eut perdu son emplacement exact. Quand ce fut fait, il se laissa aller à un soupir rassuré. Il était seize heure.
Logan enfila son manteau noir, passant la capuche rembourrée au-dessus de sa tête. Il se précipita dehors.


[…]


Il avait courut pour parvenir avant le fermeture. Euphorique, il peina à lire correctement les quelques lettres sur la plaque de métal, soudée au mur. De toute manière, Logan savait déjà ce qu'il était écrit. Il secoua son poignet droit et tapa du doigt contre la porte du cabinet de consultation. Ses pieds eurent du mal a cesser de taper contre les pavés de la rue alors qu'il attendait impatiemment.
Il ignorait totalement ce qu'il allait dire, faire ou voir. Logan savait juste pourquoi il venait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 485
Wan-Wan Mexicain vendeur de Tacos !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 6
Roses: 1
Cadeau(x) Concours:

Ça passe ou ça casse. [PV Jin]

MessageSujet: Re: Ça passe ou ça casse. [PV Jin] Sam 8 Juil - 11:46
  • Jin-Wan Han
  • Logan Stilinski
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ça passe ou ça casse.
Jin-Wan était sur le point de s’en aller de son cabinet médical. Une journée plutôt bien remplie avec des patients pas très intéressants. Le bon docteur avait passé sa journée à écouter des hommes et des femmes se plaindre en y ajoutant des détails sur leurs vies. Ainsi dont, une femme était entrée dans le cabinet pour une crampe au poignet, après une nuit entière avec un homme qu’elle ne connaissait même pas, un vieux monsieur était venu se plaindre de l’apparition de plaques sur le haut de son postérieur après s’être passé du talc, qui était en réalité de la farine à pain et une mère était venue demander des conseils pour son fils qui avait un problème de taille dans le pantalon et qui subissait les moqueries de ses camarades. La routine habituelle.

Il était bientôt dix-huit heures et le xinois n’avait qu’une hâte, de rentrer chez lui pour se reposer un peu l’esprit. L’homme aux yeux anthracite aimait son métier sous couverture, mais il trouvait que parfois s’en était de trop. Non seulement, il devait subir les plaintes incessantes avec des détails complétement loufoques, mais en plus, il devait souvent voir des choses que même les dieux ne pensaient pas possibles sur terre. Ne pouvait-il pas avoir de vrais patients avec des vraies maladies graves. Un peu de challenge ne lui ferait certainement pas de mal.

Le médecin retira ses gants en latex et les jeta dans une poubelle avant d’aller se laver les mains. Il retira par la suite sa blouse blanche pour ensuite enfiler son manteau sombre. En soupirant longuement, il chercha des yeux, les clefs du cabinet qui se trouvaient quelque part sur son bureau. Une fois déplacé des feuilles de papier avec des annotations partout et des gribouillis, il attrapa le petit trousseau et se dirigea vers la première porte qui menait vers la salle d’attente. Notre assassin prit son temps pour bien refermer la porte à double tour avant de se retourner. Les chaises étaient toutes mal placées et il perdit ainsi quelques minutes pour tout remettre en ordre. Vivement qu’il en finisse avec Central City et son armée pour prendre de très longues vacances…

Soudainement, quelque chose tapa plusieurs fois sur la porte qui menait à l’extérieur, vers la place de Central. Encore une personne qui venait à la dernière minute pour demander quelque chose d’inutile ou bien encore cette vieille folle de grand-mère qui n’arrêtait pas de penser que l’endroit était une épicerie ou une boulangerie. Qu’elle aille au diable ! Jin émit un grognement avant de se diriger en trainant les pieds jusqu’à la séparation entre son lieu de travail et la ville. Il prit une grande inspiration puis attrapa la poignée pour ouvrir doucement la porte. Tel ne fut pas sa surprise de ne pas trouver la vieille, mais un jeune homme aux cheveux argentés.

« Vous arrivez bien tard, j’étais sur le point de me retirer. Qu’est-ce que vous voulez ? Si c’est pour une consultation, revenez demain. »

Le ton employé par le docteur était froid, mais il ne voulait pas perdre encore son temps à écouter les débilités d’une personne qui ne semblait même pas malade. Pourtant, son regard se planta sur l’apparence de cet inconnu. Le xinois pouvait ressentir quelque chose d’étrange, émaner de lui. Une aura des plus sombre et très froide. Un sourire se dessina alors sur les lèvres de notre bon terroriste qui s’écarta finalement de la porte pour laisser un passage.

« Entrez. Vous avez de la chance que je sois enclin à vous recevoir tout de même. »

Il se recula pour aller jusqu’à la porte de son cabinet, traversant ainsi la salle d’attente remplie de chaises. Il reprit son trousseau de clefs et déverrouilla son antre de médecine pour ensuite y pénétrer. En quelques pas, il arriva à son fauteuil de bureau et fit signe à l’autre de prendre place après avoir retiré son manteau.

« Bien, que puis-je pour vous, monsieur ?»

663 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Who am i !

Ça passe ou ça casse. [PV Jin]

MessageSujet: Re: Ça passe ou ça casse. [PV Jin] Lun 17 Juil - 17:50
Une chienne. Une araignée. Deux défaites. Deux jours. Rien que d’y repenser, Logan se retint vigoureusement pour ne pas hurler des injures à la porte du cabinet. Il jubilait sur place à l’idée de les retrouver et de les faire saigner comme des passoires. TOUTES ! ELLES MERITAIENT TOUTES DE POURRIR DANS UNE CAVE ET DE CREVER A PETIT FEU ! ELLES DEVAIENT PAYER ET ELLES SENT...
La porte s'ouvrit.
Un grand brun lui fit de l'ombre. Il leva la tête. Mais aucune blouse blanche. Et un ton froid de surcroît. Logan ne dit pas un mot. S'il n'avait pas conscience de sa folie complètement dégoulinante, il se connaissait assez pour savoir que sa voix était trop portante. Le but n'était pas de faire fuir ce gars. Mais de l'amadouer. Si tenter que ce soit possible.
C'était pas une chimère ? Hein ? Hein ? Hein ? Dommage. Si ? Pourquoi pas ? Ca pourrait l'être. Ca pourrait. Cet homme pourrait mourir aussi. Pourquoi pas. Il pourrait mourir s'il referme CETTE PUTAIN DE PORTE !
Logan n'aurait pas dû prendre l'extrait de cola. Il n'aurait pas du. Heureusement, l'opium engourdissait encore ses tissus nerveux. Il peina à réagir. Seules ses pensées étaient échauffées. Ses yeux voyageaient sans cesse, dans une latence observation. S'il fit attention au ton peu conventionnelle du médecin, il remarqua aussi que ce dernier changea d'avis. Logan ne se posa pas la question deux fois. Dès qu'il fut invité à rentrer, il le fit. Il reprit consciencieusement ses esprits. Cet homme n'était pas une chimère. C'était un médecin. Il devait se comporter comme un patient malade et non pas comme un fou allié.
Logan suivit le médecin aux étranges airs de tueur en série. L’hôpital qui se fout de la charité ? Connaît pas. Il secoua la tête. Chut, cerveau. Chut. Il fallait rester un minimum présentable. Personne n'irait donné un comprimé, une seringue ou « que sais-je encore » à un détraqué mental. C'est comme si Logan se rendait compte de ce qu'il était sans y voir le moindre mal. N'était-ce pas là la pure et véritable folie ?
Il traversa la salle d'attente, mains dans les poches. A l'intérieur du cabinet, il observa son vis-à-vis qui alla s'asseoir à la place du médecin. C'était bien lui.
Arrivé devant lui, c'est là qu'il prit en compte l'ampleur de tout ce qu'il avait perdu en à peine un mois. Le langage. La sociabilité. Comment on faisait déjà ? Comment il faisait avant ? Avant... Il était serveur. Il suffisait de dire « Bonjour. Que désirez vous ? Au revoir. »
Mais voilà que pour une fois, c'est à lui que l'on posait la question. Il retira ses mains des poches et alla s'asseoir dans la chaise qui faisait miroir à celle du toubib. Il posa lourdement son coude de métal sur la table. Puis il se rendit compte que ce n'était pas comme ça que les « autres » devaient faire. Comment devait-il s'y prendre ? Mettre les deux coudes ? Il le fit. Non. Trop présomptueux. Il les retira. Mais du coup, son bras pendait le vide. C'était désagréable. Il les remit. Qu'advienne que pourra. DAH ! Non. Même si c'était sa phrase fétiche, il devait se contrôler.
« Logan... Tu peux le faire... Fais-le. », s'encouragea t-il mentalement.

« Bonsoir. »

C'était un début. Il fut rassuré de constater que sa voix n'était pas partie dans un crescendo d'injures malgré elle. Mais ses lèvres tremblèrent. Il retint son sourire. Il n'avait qu'une seule envie. Celle d'exploser. De conter les sanglants rendez-vous qu'il avait eu avec quelques chimères du début. D'insister sur la lourdeur de ces moments. Il trouvait le malaise d'autrui beaucoup plus agréable que la convivialité. Il avait envie de taper son poing contre la table en hurlant. En riant. Les deux. Logan voulait lui dire combien elles méritaient toutes de mourir.
Il inclina la tête.
Il avait même envie de monter sur le bureau pour lui faire entendre. Mais non. Il ne fit rien de tout ça. Il détourna les yeux et observa les environs. Il regarda les armoires, les papiers, les murs, les médicaments, les tiroirs, les outils. Concernant ces derniers, il se demanda si certains pouvaient être létaux. C'était une information capitale.
Puis il se ressaisit de nouveau. Logan riva ses yeux sur le médecin. Il frotta l'un d'eux, rougit et flouté. Sa pupille ne savait quel vers chemin se tourner. L'opium dilatait les yeux. L'extrait de cola faisait tout l'inverse. Il cligna des yeux.
Mais autrement... Par où commencer ? Il lui avait posé une question. Logan serra les poings. Ses phalanges de métal grincèrent. Il se retourna vers le médecin :

« J'ai un problème. »

Son sourire lui échappa. Il fendit ses joues malmenées. Logan ne les sentait pas. La douleur n'était qu'un excitant. Un ingrédient de plus pour les bonnes « marrades » qu'il se tapait en défonçant de la chimère. Mais ce sourire s’esquissa de lui-même comme si son inconscient lui soufflait « C'est évident que tu as un problème. ». Ca l'était. Mais son problème actuel n'était pas celui-ci :

« 'me faut un excitant qui décuple la force physique. »

Pas comme l'opium. Cette drogue ne donnait qu'une sensation d’exutoire. Elle faisait croire qu'on avait la force. Mais il ne l'avait pas. Il le savait. Même si ça lui arrachait les dents. Même s'il sentit un goût amer couler dans sa bouche rien qu'à cette pensée. Il observa le médecin. Logan avait envie d'exploser de rire. Il gardait ses poings fermés pour se contrôler. Il était un animal enragé. Et aujourd'hui, il se rendait compte qu'il le savait. Mais que ce n'était pas grave. Car rien n'est grave au fond. Il haussa les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Ça passe ou ça casse. [PV Jin]

MessageSujet: Re: Ça passe ou ça casse. [PV Jin]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tout lasse, tout casse, tout passe ... [Chanel]
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» Que ce passe-t-il dans le tome 9 ?
» Li cacho-dent (casse-dents ou croquets aux amandes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: CENTRE VILLE :: CABINET DU DR JIN LAU.-