RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"
17/04/2018 - Ban devient officiellement la femme d'Escanor-sama. Et ils vécurent heureux pour toujours et eurent des bibines ensemble.

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Ban Silverleigh - "Cherche mon grand frère : Sirius Van Baelsar.

J'ai envie de taper sur quelqu'un en ce moment !"
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.
Ban fait de la concurrence à Riza.
Si la demoiselle va au GOT, lui il relâche le Kraken dans une musique épique !
La guerre du Trône ne fait que commencer !
Urgent : Nora cherche une chimère cheval pour se sustenter ! Avis à tous les étalons de Central, rien qu'avec un regard, la demoiselle peut connaître vos mensurations !

Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 76
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Mer 1 Nov - 22:42
  • Jake Jefferson
  • Mallory

Zutto, soba ni ite.
Jake était dans une drôle de galère. Dire qu’il pensait que sa journée allait bien se dérouler, c’était en partie raté. Une femme était entrée dans son atelier et avait commencé à lui tourner autour pour obtenir quelque chose d’inattendu. La vraie identité de notre mécanicien. Qui aurait pu prédire que ce petit bout de femme, qui marchait à ses côtés actuellement, était une militaire cherchant à rétablir la vérité sur le meurtre de l’ancien maître de Zearth. Un meurtre dont le seul responsable n’était autre que le premier élève de Xaldear : Neal Jefferson. Un autre enfant que l’homme avait jadis adopté quelques années avant Jake. Un gamin qui montrait déjà un fort penchant pour la violence et la manipulation à ses débuts. Si Jake, renommé Zearth par son nouveau père, avait décelé cette part d’ombre chez son nouveau frère, il n’avait absolument rien fait pour l’empêcher de sombrer dans les ténèbres. Bien au contraire, il était en partie responsable de son déclin.

Cela faisait maintenant plus de six ans que Xaldear avait trouvé la mort et que Jake fuyait les militaires. Il était accusé de l’assassinat de son maître. Neal, n’ayant jamais existé aux yeux de tous. Il n’y avait aucun document montrant que le premier disciple puisse réellement démontrer qu’il n’était pas une invention. Seuls quelques personnes l’ayant déjà rencontré pouvait témoigner, mais sans preuves concrètes, il était impossible que la police ou même l’armée ne s’arrêtent de rechercher Zearth. Même les gens du village où ils résidaient auparavant, avait tous était acheté pour garder le silence. Neal avait bien préparé son coup avant d’accomplir l’acte irréparable. Ce n’était pas un simple coup de tête, mais quelque chose de réfléchit et qui avait demandé des préparatifs assez poussés. Toutes les preuves collectées, tous les témoignages… Ils incriminaient Zearth du début jusqu’à la fin. Il était impossible de démontrer le contraire… Pas sans avoir prouvé que Neal était réellement vivant. Une chose que notre garagiste avait tenté de faire durant les premières années. L’homme avait manqué à de nombreuses reprises de se faire arrêter à cause de ces recherches. Mais tout cela en vain. Neal ne voulait pas se faire retrouver et il se cachait bien. Une chasse contre un fantôme. Parfois, Zearth se mettait à douter… Et si Neal n’avait était qu’en réalité une véritable invention de son imagination ? Est-ce qu’il était réellement le coupable ? La folie l’avait peut-être bien envahit et il avait commis l’irréparable… Mais comment expliquer que certaines personnes soient au courant pour Neal ? Est-ce que notre fugitif avait fait pression pour les faire mentir ? Tel était l’état d’esprit de Jake pendant les premières années de sa fuite. Mais fort heureusement, il s’était reprit très vite et avait gardé la tête sur ses épaules. Neal existait et il allait payer pour son crime.

La vengeance. C’était la seule chose qui continuait à diriger sa vie. Il se cachait peut-être, il avait abandonné ses recherches, mais au fond, dès qu’il aurait l’occasion d’avoir son ancien frère devant lui, il n’hésiterait pas une seule seconde pour le tuer et venger son maître. Quitte à devenir un assassin… De toute manière, il n’avait plus rien à perdre. Une occasion qui pouvait se concrétiser assez rapidement avec l’intervention de la petite militaire. Cette fille… Venait peut-être de raviver en lui cette flamme qu’il avait mise de côté depuis un certain temps. Même si au départ, l’homme au bandeau cherchait à la faire fuir, une petite voix dans sa tête lui murmurait de la laisser faire et de la suivre. L’utiliser pour obtenir ce qu’il voulait… Non ! Ce n’était pas ce que Jake souhaitait. Il ne voulait pas embarquer quelqu’un dans son affaire. Pourtant, elle était toujours présente et surtout maintenant notre homme avait envie de la suivre dans cette aventure. Mais pourquoi faire ? L’utiliser pour se venger ou bien la protéger de ce fourbe de Neal ? Il n’en savait trop rien. C’était assez confus dans son esprit. Il était coincé entre deux choix et il ne savait pas vraiment ce que l’avenir allait lui réserver.  

Notre mécano n’avait plus envie de réfléchir. Pas pour l’instant. Il aurait certainement le loisir de faire ce qu’il fallait pour écarter cette femme de cette histoire. Enfin c’était mal barré avec cette Mallory. Elle semblait têtue et de plus, elle était en mission. Il lui serait difficile de lui faire lâcher prise sans conséquence. Encore une fois, il se retrouvait tiraillé par deux envies… Celle de la suivre et de l’aider à arrêter Neal pour laver son nom mais aussi de l’utiliser pour obtenir l’occasion de tuer cet enfoiré. Il avait pourtant envie de lui faire confiance, mais la flamme qui venait de s’éveiller en lui n’était pas de cet avis. Encore une fois, Jake allait mettre tout cela de côté et attendre le bon moment pour trancher. Pas besoin de se prendre la tête, cela n’allait rien apporter de bon.

Marchant dans les rues poussiéreuses de Rush Valley, l’homme marchait et conduisait la jeune femme vers son appartement. Il n’adressait que très rarement des regards en direction de la jeune femme pour l’observer en coin, mais il garda le silence tout le long du voyage. Une bonne dizaine de minutes après avoir quitté l’auberge, afin de récupérer les affaires de la demoiselle, il se stoppa devant un petit bâtiment de trois étages avec des balcons et un escalier de secours sur le côté droit du bâtiment. Regardant à droite puis à gauche, il traversa la petite route et se rapprocha de l’entrée. Le chat qui suivait le duo se mit à miauler et posa ses pattes avant sur la porte en essayant de la pousser. Il avait hâte de rentrer. Cela fit doucement sourire Jake qui attrapa la poignée et ouvrit la porte. Le chat se faufila à l’intérieur et monta en sautant les marches jusqu’au dernier étage. Notre homme qui avait une main sur la porte pour la tenir et l’autre, tenant la valise de la jeune femme lui fit signe de passer avant lui.

« J’habite au dernier étage. C’est assez tranquille. J’ai qu’un seul voisin, celui du dessous. La chance d’avoir trouvé un petit immeuble avec seulement un appartement par étage. »  

Il attendit que la jeune demoiselle passe pour refermer correctement la porte et repassa devant pour la guider dans les escaliers. Une fois en haut, il ouvrit la porte de son appartement, qui n’était pas fermée à clé et déposa la valise à l’entrée, laissant le chat courir à l’intérieur pour se précipiter sur vers le salon. Il fit ensuite deux pas vers l’intérieur pour se retrouver aussi dans le salon assez spacieux avec des murs blancs mais sans tapisserie. Peut-être que cela allait surprendre la militaire, mais tout était correctement rangé et propre. Rien ne trainait que ce soit sur le sol en parquet luisant ou sur les meubles en bois sombre. Si Jake avait peut-être l’air d’être un homme bordelique, ce n’était pas le cas en réalité. Dans le salon, en plus du canapé, il y avait une grande table basse en bois sombre et de nombreuses bibliothèques avec des livres. Encore une fois, cela pourrait étonnée la demoiselle, mais notre homme aimait bien lire. Il y avait même un escalier menant à une mezzanine au-dessus avec un fauteuil et d’autres bibliothèques. C’était son petit coin de détente à lui. C’était d’ailleurs l’endroit où le mécano passait la plupart de son temps, quitte à s’endort dans le fauteuil en cuir. Dans le salon, il y avait une baie vitrée menant au balcon, mais aussi l’accès à la cuisine ouverte. Cette pièce était plutôt vide. Une gazinière avec un grand plan de travail, mais pas beaucoup d’ustensile. Jake n’aimait pas vraiment se faire à manger et ne faisait que le strict nécessaire. Il y avait aussi un grand frigidaire et un coin aménagé pour Lily afin qu’il puisse se nourrir. A côté de la cuisine, une long couloir menant aux chambres, aux toilettes et la salle de bain.

« Si tu veux prendre le temps pour t’installer, tu peux prendre la chambre d’amis c’est la première porte sur la gauche. Celle en face de la chambre c’est la salle de bien et la plus proche de nous c’est les toilettes. Ma chambre c’est celle tout au fond du couloir. Comme ça tu ne peux pas te tromper. Quoique je ne serai pas mécontent de retrouver une femme à mes côtés à mon réveil, nichée dans mes bras. »  

L’homme à la longue chevelure se mit à rire avant la regarder un instant. Puis, il prit un temps pour réfléchir et tapa du point dans le creux de sa main, ayant une révélation.

« Ah, faut pas faire attention si tu trouves une guitare dans la chambre. C’est mon petit gagne-pain le soir dans les bars. Je vais te filer des draps propres. T’as une penderie pour tes affaires, si tu veux. Enfin…Tu fais ce que tu veux, hein. »

Il se fichait pas mal de savoir si elle allait s’étaler dans l’appartement. Au moins, ça ne le rendrait que plus vivant et un peu plus remplit qu’auparavant. Jake s’avança en direction de la cuisine avant de tourner vers la jeune militaire, alors que Lily venait de grimper sur la séparation en bois qui servait aussi de coin pour manger. Il y avait des tabourets pour s’installer autour.

« Tu veux boire un truc ? Il doit me rester de la bière au frais. »  

1669 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Jeu 9 Nov - 10:36

Veste sur le dos, valise à la main.
Mallory se laisse guider dans les rues, sans la moindre crainte. Oui, elle pourrait être entrain de se faire manipuler par un dangereux tueur, après tout n’était-ce pas l'étiquette qui te collait la peau depuis des années ? Mais ce petit bout de femme, n'avait jamais eu le cœur d'y croire. Elle allait changer le monde, ton monde à toi. Rétablir la justice, venger la mort du meilleur ami de son père, enfermer le coupable et surtout laver ton honneur.  Toi l'homme un peu brute qui marche en silence depuis l'auberge. Elle voit bien que tu lui adresses quelques regards du coin de l’œil, comme pour t'assurer qu'elle est toujours là ou pour répondre aux questions intérieures que toi seul peut te poser, mais elle fait mine de rien voir, comme si c'était parfaitement naturel. Après quelques minutes de marche songeuse, elle s'arrête devant le bâtiment que tu lui présente. Un petit immeuble de trois étages, simple et efficace sans trop de voisinage. Juste une très bonne planque pour la petite lieutenant.

Elle t'écoute présenter ta demeure avec un petit sourire. En effet, ce n'était pas donné à tout le monde d'être si peu entouré. D'un pas hésitant, elle entre dans le hall avant de prendre les escaliers à ta suite. Il n'y a aucune arrière pensée dans ses pas, elle ne redoute pas de dormir sous le même toit que toi. Au contraire, c'est presque rassurant, peut-être qu'elle te le dire ? Mais pour le moment, Mallory était quand même vraiment curieuse de découvrir quel genre de logement, un homme comme toi pouvait bien avoir. Fidèle à son image ? Une garçonnière ? Ou alors un truc neutre et sans identité ? De la mécanique encore ? Si tu ramène du travail à domicile... Ou alors des livres ? Un appartement complètement dérangé ou alors parfaitement organisé ? Tellement de petites pensées qui ne peuvent que la faire sourire devant ta porte d'entrée. Le petit chat lui passe entre les jambes, elle le suit des yeux et elle peut enfin découvrir la vérité sur ton toit. Suite à ton mouvement invitant, elle pose sa valise à côté de celle que tu as déposé et elle entre davantage chez toi. La porte se referme pour de bon. Plus questions de s'échapper.

Curieuse, ses yeux se perdent sur les détails, c'est fascinant. Elle peut ainsi te découvrir sous un nouvel angle. Un homme organisé et ordonné qui aime la lecture. Oui, il y a beaucoup de livres ici. Ce n'est pas non plus parfaitement rangé, preuve que tu y vis pour de bon. C'est agréable et elle aime suivre les yeux le chemin du chaton. D'un pas léger, elle tourne un peu autour de ton salon, l'esprit concentré sur toutes les informations qu'elle peut y rassembler. Toutes les petites questions qu'elle pouvait se poser qui trouvent leurs réponses. Puis ses grands yeux d'ambre remontent enfin sur la mezzanine, voilà un endroit qu'elle aimerait vraiment aller visiter et peut-être même utiliser pour te montrer tout ce qu'elle possède sur cette affaire.

Elle traverse le salon, spacieux et assez coquet avant de te rejoindre dans ton explication. Pour tout avouer, elle ne fait que suivre tes pas et s’imprégner des lieux. La petite azurée se fait rêveuse, elle n'est pas certaine de retenir toutes les portes dont tu viens de lui parler, elle les ouvrira un peu au hasard du moment que justement, elle ne va pas finir sa course dans ton lit. Oui parce qu'elle est du genre à se tromper. Tu sais à moitié endormie, après un saut au toilettes dans la nuit... Un lit, c'est un lit. Tu parles de draps propres, de rangements et de penderies, Mallory sourit. Un gentil hôte que voilà, elle penche la tête, pas décidé encore de la manière dont elle va organiser ses affaires, pas décidée non plus à te laisser seul tout de suite, elle s'avance jusqu'à la cuisine. D'un petit geste délicat, elle te retient, elle te fait signe, comme toujours à sa manière par ce léger contact, ces doigts qui effleure ton bras, de la regarder et de peut-être calmer ton esprit qui semble un peu emballé par toutes ses nouveautés, qui veut trop bien faire pour elle, hum ?.

Dans cette tendre Bienveillance, le petit bout de femme, reste quelques secondes à se perdre dans tes yeux. Ils sont vraiment fascinant ces deux rubis, elle va pour se mordre la lèvre mais elle se ravise rapidement baissant rapidement la tête sans avoir retirer ses doigts de ton bras pour te chuchoter d'une voix très douce et sincère : « Jake, je vous remercie de votre hospitalité. » A ses mots, elle trouve le courage de te regarder à nouveau. Il y a ce rose léger sur ses joues et ce petit sourire sur ses lèvres, elle retire lentement ses doigt de ta peau, comme une caresse qui frôle les billes d'acier et elle rajoute : « C'est que... Je me sens plus en sécurité ici à vos côtés... Alors... » Un petit haussement d'épaule, un sourire gêné. Lieutenant, alchimiste d'état peut-être mais femme avant tout.

Puis il y a cette petite lueur qui anime ses yeux, elle te fait signe de sa main de te pencher, de t'approcher un peu plus d'elle. Comme pour te chuchoter un secret. Puis elle se hisse à ta joue afin d'y déposer un petit baiser en guise de récompense, de remerciement. Toute fière de son audace et d'avoir pu te rendre à sa manière la monnaie de ta pièce, elle se recule et son sourire se fait plus grand, elle prends une mine faussement sérieuse en croisant même les bras comme tu peux le faire pour ajouter: « Je vais tâcher de ne pas me tromper de chambre promis ! Sauf si j'ai trop froid d'accord ? » Puis elle se met à rire avant de se reculer. Tout de même un peu gênée de t'avoir ainsi embrasser et taquiner, elle préfère fuir, craignant une représailles de ta part qui ne serait pas si déplaisante dans le fond. D'un pas, elle se recule et vient rompre le contact entre vous sans perdre son sourire, elle est prête à se diriger vers la valise juste aller les poser dans la chambre, elle n'a pas vraiment envie de s'isoler...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Dim 12 Nov - 17:18
  • Jake Jefferson
  • Mallory

Zutto, soba ni ite.
Elle était maintenant dans son appartement. Jake pensait que cela serait une chose assez difficile pour lui, étant nerveux sur les bords. Au final, tout se passait plutôt bien. Pour le moment. Il faisait un grand effort pour être le moins désagréable dans ses mots et ne pas l’effrayer. Il ne voulait pas renouveler l’expérience qu’elle avait pu faire dans son atelier, alors qu’il cherchait à la faire fuir. Loin de lui, loin du danger que pouvait représenter Neal. Mallory avait beau être une militaire de l’armée d’Amestris, mais elle n’en restait pas moins une femme. Une jeune demoiselle aux allures fragiles et si innocente dans le fond. Jake ne pouvait pas le nier… Elle pouvait être la cause de son arrestation dans le futur, même en ayant les plus honorables des attentions. Si jamais cette affaire venait à se faire savoir, d’autres militaires n’hésiteraient guère à le faire enfermer jusqu’à son jugement.

Pour le moment, ce n’était pas important. Il fallait se concentrer sur l’arrivée de la jeune femme dans sa vie. Jake faisait tout ce qui était possible pour la mettre à l’aise, quitte à se rendre nerveux à la place. De nombreuses femmes étaient déjà venues dans son appartement. Juste pour une nuit, jamais bien longtemps. Jake ne discutait presque pas et il ne cherchait pas à apprendre davantage sur la vie de ses conquêtes éphémères. Pourtant, cette fois, il n’était pas question d’une simple demoiselle et surtout, elle n’allait pas s’en aller le lendemain. Il allait donc partager son appartement, sa vie, ses habitudes avec une parfaite inconnue qui, apparemment, en savait beaucoup sur le mécano. Malheureusement, l’inverse n’était pas possible. Notre homme ne connaissait rien de cette inconnue, sauf son identité et sa raison de sa visite dans ce coin du pays. Il avait eu un aperçu de son caractère doux et débordant de chaleur, mais aussi de sa détermination. Elle ne feintait pas… Elle était ainsi, certainement dans son quotidien. Une simple femme aux premiers abords, mais un peu plus complexe que cela, si on creuse un peu.

Jake allait se diriger vers la cuisine après sa brève présentation de son appartement, mais fut soudainement stoppé par un geste de la militaire aux cheveux bleus. En effet, le petit bout de femme venait de lui effleurer le bras. Un signe d’apaisement qui eut un effet presque immédiat sur l’homme. Sa nervosité s’évapora en un instant alors qu’il pouvait sentir les doigts tièdes de la demoiselle sur sa peau. Un haussement de sourcil alors que son regard croise celui de sa nouvelle colocataire. Ses lèvres se pincèrent l’espace d’une seconde et il tenta de lui dire quelques mots pour comprendre son geste envers lui. Hélas, n’ayant pas le temps, il fut coupé par la petite fée qui le remercia pour son invitation à s’installer chez lui. Un léger sourire se dessina sur son visage alors que notre dragon pouvait voir le teint pâle de la jeune femme devenir plus rosé, sentant aussi cette main glisser contre sa peau, touchant au passage les petits bouts de métal dépassant de sa chair. Elle ajouta qu’elle se sentait en sécurité à ses côtés. Cela était bien la première fois qu’une personne osait lui dire ces mots. Se sentir protéger en étant près de lui, voilà qui était très ironique. Après tout, il était connu pour sa violence verbale et physique.

Observant en silence la demoiselle aux cheveux azurés, il se pencha en avant à la demande de cette dernière. Voulait-elle lui confier quelque chose d’important ? Avait-elle peur que quelqu’un ne l’écoute ? Il fut, cependant, surprit par ce qui arriva par la suite. Mallory se rapprocha de lui en douceur pour y déposer ses lèvres sur la joue froide de notre homme à la chevelure en bataille. Ses yeux s’écarquillèrent, avant de froncer des sourcils. Alors qu’elle se reculait doucement, il chercha de nouveau les yeux du petit bout de femme et se mit à sourire.

« Si tu te trompes de chambre alors je peux te garantir que ta sécurité sera compromise si par mégardes, tu te laisses entourer de mes bras. Mais, je peux te confirmer que tu n’auras plus jamais froid à mes côtés. »

Jake se mit à rire avant de venir remonter sa main sur sa propre joue pour rechercher de nouveau cette sensation des lèvres de la militaire sur sa peau. Cette impression d’être complet et unique alors qu’elle le touchait. Cela était étrange. Il remarqua ensuite qu’elle se reculait doucement pour s’éloigner. Sans vraiment réfléchir, il sursauta et son bras se tendit dans la direction de la petite bleutée pour lui attraper le bras. Il serra doucement et sentit son cœur rater un battement. Il laissa échapper un grognement presque inaudible d’entre ses lèvres avant de baisser les yeux vers le sol pour éviter le regard de la jeune femme.

« Attends… Je…J’aimerai que…que tu restes… »

Il marqua une courte pause pour réfléchir à ses prochaines paroles. Il allait se montrer égoïste. Il voulait se montrer égoïste… Il avait cette irrésistible envie de la garder à ses côtés, de la prendre subitement dans ses bras. Il ne remarqua pas que sa main, qui tenait le bras de Mallory, était en train de remonter en douceur pour venir se déposer dans une longue caresse sur son épaule avant d’atteindre sa nuque. Ses doigts profitèrent pour graver la moindre parcelle de peau de la militaire sous ses longs doigts. Soudainement, il fit un pas en avant puis un autre pour se rapprocher d’elle, plongeant son regard dans ses prunelles exquises, plissant ses yeux. Il ravala sa salive avec difficulté et sentit un frisson le traverser.

« Restes… Restes ici. Je vais préparer ta chambre avant de prendre un bain. »

A son tour de reculer, mais d’une manière rapide. Sa main quitta le cou de la petite fée avant de retomber lourdement contre son flanc. Ce n’était pas ce qu’il avait envie de lui dire… Mais il venait de se rendre compte qu’il venait pratiquement de se chambouler l’esprit à cause d’un contact avec cette femme. Cela ne lui ressemblait pas… Il devait se rependre avant de commettre une erreur. Il n’oubliait pas qu’elle était venue pour son travail et qu’il était une partie de sa mission. Rien de plus, rien de moins. Il se tourna dans un soupir avant de s’éloigner pour de bon. Il passa devant la cuisine avant de tourner sur la droite pour entrer dans le long couloir. Il ne perdit pas de temps et entra d’abord dans la salle de bain pour se faire couler un bain et en attendant que l’eau s’écoule dans la baignoire, il alla dans la chambre en face de cette pièce pour préparer le lit et y placer des draps propres qui se cachaient dans un placard. Il attrapa par la suite sa guitare pour la poser dans le couloir en poussant un long soupir. Il venait de fuir comme un lâche… Il n’était pas fier de lui, mais il valait mieux ainsi. Une fois terminé, il se dirigea vers la salle de bain pour arrêter l’eau et se décida alors de revenir dans le salon pour avertir la demoiselle que la chambre était prête à l’accueillir.

«  Voilà… Tu peux aller te reposer si tu le souhaite. Si tu as faim, n’hésites pas à te servir. Enfin…voilà… Je serai dans la salle de bain, si t’as besoin d’un truc en particulier. »

Son regard était dirigé vers elle, mais il ne chercha pas à croiser ses iris. Il hocha la tête dans le vide, plusieurs fois pour se convaincre de quelque chose avant de retirer son haut devant la demoiselle et de se tourner, voulant retourner vers la pièce où il allait se réfugier pour un petit moment. Un loup solitaire qui rêvait d’un peu de compagnie. C’était une idée idiote…

1387 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Mar 5 Déc - 10:05

« Attends… Je…J’aimerai que…que tu restes… »
Mais enfin, elle ne pensait pas partir tu sais. Elle voulait juste déposer ses valises au plus vite pour pouvoir revenir vers toi alors sentir ainsi ta grande main qui vient prendre possession de son bras, fait sursauter son cœur. Est-ce-que la plaisanterie était de trop ? Est-ce-qu'elle va subir ta délicieuse vengeance pour avoir attiser tes sens ? Non... Il n'y a que ce regard énigmatique qui se pose sur elle. Cette fraction de seconde en équilibre dans le temps qui semble durée une éternité. Elle aurait aimé qu'elle dure une éternité. Mallory rougie davantage, son cœur s'emballe. Son souffle se coupe, elle ne comprends pas. Bien sûre qu'elle restera. Est-ce-que tu parles de maintenant ? Est-ce-que tu parles de rester auprès de toi d'une manière plus générale ? La peau de la militaire frissonne sous la caresse subtile de tes doigts qui lentement remontent vers son épaule puis sa nuque. Sa nuque, cet acte n'a rien d'anodin. Possession, désir... Voilà ce qu'il exprime. Elle en oublie d'expirer puis... La lèvre légèrement tremblante, les yeux avides de réponses dans les tiens, elle attends comme tu le lui demandes... Et voilà que tu lui dis qu'il n'est question que de draps propres et d'un bain.

Mallory reste interdite.
Les mots ne trouvent pas le chemin de ses lèvres. Aussi vite approchée, aussi vite délaissée. Elle peut sentir ta grande main quitter son cou, elle peut voir tes épaules larges s'éloigner sans se retourner, pressant le pas. Son petit cœur se serre. Est-ce-qu'elle a dit ou fait une chose qui t'a déplu ? Est-ce réellement ce que tu voulais lui dire ? Mallory ne sait plus. Immobile dans cette cuisine ouverte, elle te regarde partir. Elle se sent bien seule et sans repère, troublée par tes actes et tes réactions. Tu arrives si facilement à la perturber. Toi, le rêve qui se réalise, l'aboutissement de bien des recherches. Toi, symbole de vérité et de vengeance. Toi, l'homme qu'elle s'est évertuée à retrouver... Toi, qu'elle aimerait tant découvrir. L'initial de ses lettres, l'homme impétueux au sourire fascinant. Toi, le disciple bafoué. Toi qui est toutes ses choses qui traversent ses pensées pour espérer cacher la plus simple des vérités qu'une femme ne peut s'avouer. Tu l'attires... Énormément. Cette confiance aveugle qu'elle place en toi, elle n'est pas professionnelle. Mallory sait qu'elle ne devrait pas mais pourtant... C'est ainsi. C'est ton choix, son pari avec la vie... Son interdite envie.

Voilà que tu reviens déjà.
Perdue dans ses pensées, elle n'a pas vu le temps passer. Elle te dévisage toujours aussi silencieuse. Encore un peu perchée dans son nuages de jolies réflexions. Tu lui parle de se servir, tu lui parles d'un bain. Tes lèvres bougent mais les syllabes se déforment dans sa tête. Mallory écoute sans écouter, elle remarque simplement que tu ne veux plus la regarder. Ses mains sont devenus froides, son regard se colorent d'une lueur inquiétude. La petite fée pense de plus en plus qu'elle t'a contrarié. Mais elle a beau cherché encore et encore ce qu'elle a pu dire ou faire... Il n'y a rien de plus que de la tendresse alors pourquoi ? Comment ? Son cœur se serre à nouveau et voilà que tu t'éloignes une fois encore après avoir retirer ton haut sans une once de pudeur. Mallory laisse ses yeux courir sur ta peau. Ces marques, cicatrices d'une vie... C'est impressionnant. Déstabilisant.

C'est pour cette contemplation qu'elle oublie de réagir.
Juste le temps que tu engages les premiers pas vers le salle de bain. Mais voilà, elle se décide à bouger. Le souffle retrouvé, elle tends sa main désormais froide vers ton dos dénudé, effleurant tes muscles du bout de ses doigts délicats. Elle frissonne avant de chuchoter d'une voix premièrement inaudible : « A-attendez... » Elle sait que ce ne sera pas assez, elle se mordille la lèvre, ainsi dans ton dos, elle peut se le permettre pour calmer sa nervosité puis elle reprends un peu plus franchement : « J-Jake... Attendez... » C'est à son tour de te retenir n'est-ce-pas ? Elle s'avance d'un pas de plus et c'est sa main entière qui désormais touche ton dos. Dans un petit soupire elle dépose l'autre sur ton bras lentement... Comme une habitude qui s'installe pour marquer sa présence, elle vient la faire glisser le long de ta peau, jusqu'au creux de ta paume. Un contact presque enfantin tant il peut sembler innocent. Ainsi cachée dans ton dos, elle réalise combien elle peut être minuscule à tes côtés... Cette pensée lui arrache un sourire qui lui donne la force de retrouver l'usage de la parole. D'une caresse le long de ta colonne  pour libérer ton dos de son contact, elle chuchote :

« Je ne sais pas ce que j'ai pu faire ou dire pour vous rendre à nouveau nerveux et fuyant... Mais je suis désolée. Cela ne partait pas d'un mauvais sentiment. Je vous promets, je voulais juste vous montrer que je suis vraiment heureuse de vous voir m'accorder la même confiance que je vous porte... Et que je suis heureuse de vous avoir rencontrer... Et que je.. J'ai envie de passer du temps avec vous, pour vous découvrir. Pour tout vous expliquer? A-Alors s'il y a des choses dans mon comportement qui vous déplaise, vous pouvez me le dire... J'y ferais attention promis... »

Puis comme un éclair de génie,
La demoiselle retire vivement sa main de la tienne, elle se recule presque d'un bond, rouge comme jamais. Toute troublée par sa propre déduction, elle se frotte le bras nerveusement. Oui, elle pense que c'est sa manière de se comporter, cette manie qu'elle a de te toucher pour te transmettre sa bienveillance, ses bons sentiments. Pour exprimer ce que sa tête et ses mots ne veulent admettre. Elle frissonne et détourne tellement le regard sur le côté que sa tête en penche dans une petite moue grimaçant. Il n'est plus question de penser à l'effet qu'une lèvre mordue peut avoir sur toi. Elle est incapable de contrôler cela, elle est bien trop nerveuse. Alors elle malmène cette pauvre prisonnière entre ses dents avant de souffler en guise de conclusion honteuse :

« Je... Je crois que j'ai compris, pardonnez-moi. Je n'ai pas été assez vigilante, c'est parce que je me permets des familiarités avec vous... Je suis là à vous prendre le bras en permanence ou m'approcher. Je... Je suis désolée de ma maladresse, vraiment. S'il vous plait, ne me fuyez pas. »

Son cœur ne cesse de s'affoler, son souffle de s'entrecouper et son regard de s'échapper. Mallory est perturbée, désemparée. Victime de ses propres pensées, de ses désirs naissant inavoués... Adorable fée qui aimerait juste rester à tes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Lun 25 Déc - 22:53
  • Jake Jefferson
  • Mallory

Zutto, soba ni ite.
Cela ne lui ressemblait pas. Toutes ces paroles prononcées sans réfléchir, ses pensées tournées vers cette jeune femme qu'il venait à peine de rencontrer. Non, cela ne lui ressemblait pas. Ces dernières années avaient été assez compliquées pour lui. Son identité qu'il devait dissimuler, son envie de vengeance mise de côté, cette nouvelle vie qu'il s'était construite à défaut de pouvoir réaliser ses rêves d'antan. Tout cela était maintenant en danger avec l'arrivée brutale de cette femme dans son atelier. Ne pouvait-il pas vivre sans que son passé ne resurgisse un jour ? Sans qu'on lui rappelle constamment qu'un homme avait gâché son existence à jamais ? Jake était complétement perdu. Que fallait-il faire ? Se battre pour obtenir justice ou fuir pour espérer que sa vie ne soit de nouveau menacée et ne se termine prématurément ? Difficile à dire, surtout que sur le moment, quelque chose d'autre venait hanter ses pensées.  

Mallory Evergreen. Cette militaire fraichement débarquée dans sa vie depuis quelques heures à peine. Une véritable tempête aux allures de petite fée. Si innocente dans le fond, mais ses actes allaient avoir de graves répercussions dans la vie du mécano. Il le savait que trop bien. Il n'aurait plus le choix à partir de maintenant. Il aurait beau tenter de fuir, cela ne changerait rien. Son passé allait le rattraper et surtout, une autre personne était menacée par sa faute. Il ne pourrait supporter qu'une vie soit perdue parce qu'il n'avait pas été capable de se battre jusqu'au bout à cet époque. Zearth ne pouvait plus rien contre le destin et il devait s'avouer une nouvelle fois vaincu. Sa vaine tentative de faire fuir cette militaire n'avait pas eu l'effet escompté. A vrai dire, se faire passer pour ce qu'il n'était pas, semblait bien plus compliqué devant cette femme aux cheveux azurés. Il avait l'impression d'être incapable de lui mentir. Comment le pouvait-il face à ce visage innocent, mais déterminé qu'elle arborait depuis le début. Il devait se faire une raison. Ce petit bout de femme allait faire partie de sa vie pendant un long moment. Jusqu'à ce qu'elle mène à bien sa mission.  

Un autre problème se profilait au loin. Ils étaient maintenant dans l'appartement du mécanicien et ce dernier ne savait pas comment faire avec la militaire. Une situation d'autant plus complexe en y repensant, puisque Jake l'avait embrassé un peu plus tôt pour tenter de lui faire peur. C'était assez gênant et ses pensées étaient embrumées par cette femme qui était toujours présente malgré tout. L'ancien disciple de Xaldear ne savait pas quoi faire. Pour la première fois depuis bien longtemps, il était livré à lui-même et il se souciait des répercussions de ses actes et de ses paroles envers quelqu'un. Cela n'avait rien à avoir avec les autres femmes qu'il avait pu rencontrer jusqu'ici... Celle-ci n'allait pas rester juste une nuit sans poser de question. Elle connaissait son identité, son passé et elle était militaire. Tout semblait enclin à devenir compliqué à ses yeux. Pourtant, il ne regrettait pas de l'avoir invité chez lui. Elle serait bien plus en sécurité ici, qu'à cet hôtel dans le centre-ville, il pourrait plus facilement la garder à l'œil et suivre son avancée dans sa mission... Non. En réalité, il y avait une autre raison.  

Une raison totalement égoïste. Cela n'avait rien à voir avec la mission de Mallory, rien à voir avec son envie de vengeance... Juste l'envie d'un homme face à une femme qu'il désire, sans vouloir l'admettre. Pourtant cela lui pendait au nez depuis le début. Dès qu'il avait posé ses yeux sur cette inconnue, ses premières pensées n'avaient pas été guidé par de la méfiance, loin de là. Alors qu'il pensait que tout était confus dans sa tête, en réalité, c'était l'inverse. Au fond de lui, il savait éperdument ce qu'il voulait. Pourquoi embrasser une femme sans raison et tenter de la séduire à peine débarquée dans son atelier ? Certes, cela ne lui ressemblait guère. Par habitude, il ne faisait rien pour attirer une femme, c'était même le contraire. Mais pour une fois, il n'avait pas hésité une seule seconde avec ce petit bout de femme. Même sur le chemin de l'hôtel, il s'inquiétait bien plus de ce qui allait se passer entre eux une fois à son appartement qu'autre chose.  

Et voilà, maintenant à l'intérieur et Jake ne sait pas comment s'y prendre. Il a beau tenter quelques approches maladroites, mais soldées par des échecs. Il restait calme et le plus naturel possible, mais cela se voyait que quelque chose ne tournait pas rond. La militaire n'était pas la cause, enfin pas directement. L'homme aux yeux pourpres avait beau fuir, cela n'allait rien arranger. Pourtant, alors qu'il était de retour dans le salon pour lui indiquer qu'il allait investir la salle de bain en premier, fuyant une nouvelle fois la future réaction de la jeune femme. Malheureusement, il n'eut pas le temps de s'enfuir qu'il sentit une main se poser sur son dos nu et une petite voix lui demander d'attendre. Jake sursauta quelques peu, mais le contact de cette main sur sa peau sembla l'apaiser petit à petit. Des mots furent prononcés, mais il était bien plus préoccupé par ses doigts froids sur sa colonne vertébrale. Il pouvait l'entendre parler du malaise qui venait de s'installer entre eux et elle porta immédiatement la faute sur elle. C'était idiot... Ce n'était pas elle le problème. Il aurait voulu répliquer, mais il ne trouva tout simplement pas le courage de le faire. Son regard se voila pendant quelques secondes avant de sentir la main de la jeune femme glisser sur sa peau et s'en aller. Une sensation désagréable que de la sentir s'éloigner.  

Jake soupira longuement avant de se tourner à demi vers la jeune femme aux cheveux bleus. Cette dernière s'excusa une nouvelle fois...Pour les familiarités qu'elle pouvait avoir envers lui. C'était stupide. Après tout, lui, il ne se gênait pas pour être familier avec elle et surtout.... Beaucoup plus proche qu'il n'avait été avec quelqu'un jusqu'à maintenant. Elle n'avait rien à se reprocher, au contraire, il en redemandait presque. Le temps était venu pour s'expliquer et vider son sac pour la rassurer et peut-être, pour lui, voir la vérité en face. Finalement, il se tourna complétement vers elle en douceur avant de venir vers elle. Il n'osa pas la regarder dans les yeux et se contenta de garder le regard dirigé vers le bas.  

« Tu n'as pas à t'excuser. Ce n'est pas toi que je fuis, c'est moi. J'comprends pas ce qui m'arrive. Tu débarque simplement pour ton travail et moi je me comporte comme un connard fini. J'sais que tout le monde le pense, mais c'est l'image que je donne de moi pour éviter que les gens s'approchent et qu'ils ne s'intéressent trop à ma vie. Pour une fois, il y a une personne à qui je peux me confier et que j'ai attendu depuis très longtemps et qu'est-ce que je fais ? Je prends peur, je tente de la faire fuir en la menaçant. Pire encore... Je t'ai embrassé et je t'ai manqué de respect. Cela n'a rien a voir avec le fait que tu sois militaire...Mais tu es venue m'aider, me tendre la main et je ne sais pas si je suis capable de la tenir jusqu'au bout. »

Un nouveau soupir pour se libérer un peu plus et une main droite qui va s'égarer lentement pour attraper une main de la jeune femme, la serrant doucement. Ses iris observèrent ses doigts s'entrelacer avec les siens avant de remonter vers le visage de la petite fée. Il s'attarda longuement sur cette lèvre qu'elle malmenait entre ses dents et il eut un léger sourire. Son autre main remonta alors pour venir effleurer en douceur sa lèvre. Finalement, il croisa enfin son regard et l'expression sur son visage s'adoucit.  

« Il a aussi quelque chose qui me tracasse. Et c'est une chose qui est... Compliqué à mes yeux. D'habitude, je ne m'intéresse à personne pour éviter qu'on s'introduise dans ma vie. Les femmes qui sont venues ici, ne sont jamais restées très longtemps. Pas plus d'une nuit pour tout t'avouer. Mais toi... une parfaite inconnue dont je ne sais strictement rien et qui, à l'inverse, connait beaucoup de chose sur moi... J'ai envie de te voir rester. Je me persuade intérieurement que c'est pour garder un œil sur toi et apprendre ce que tu sais sur moi, voir ce que tu vas découvrir et comment tu vas pouvoir coincer Neal, mais... C'est un mensonge en partie. Pour te dire la vérité... Dès que je t'ai vu dans mon atelier, la première chose qui m'est passé par la tête c'est "Cette fille me plait et j'ai envie m'intéresser à elle". C'est grotesque, hein ? Moi qui fuit le monde entier, j'ai envie de m'attarder sur une parfaite inconnue, tout ça parce qu'elle n'est pas comme les autres. Et ce qui m'effraie le plus... C'est de m'attacher et au final te décevoir. Tu dois savoir que je risque de t'utiliser pour obtenir ma vengeance que j'ai trop longtemps mis de côté. »

Son regard se plissa et une grimace s'afficha sur son visage. Vider son sac lui faisait du bien. Pour une fois, il avait l'occasion de se confier à quelqu'un, même si Mallory Evergreen était une inconnue. Toutefois, il en avait besoin, il avait attendu tellement longtemps avant de pouvoir rencontrer une personne pouvant l'aider. En tant que Jake, il ne voulait pas se faire aider, mais Zearth, lui, n'attendait qu'une chose : Prendre la première main qu'on pouvait lui tendre et régler enfin cette histoire. Sa main resserra les doigts du petit bout de femme rien qu'à cette pensée. Il ravala ensuite sa salive avant de reprendre la parole.  

« Maintenant, on va devoir mettre les choses au clair. Et pour cela, je vais te demander de faire un choix. Soit nous avons une relation purement professionnelle et on se concentre sur mon cas. Dans ce cas-là, je ne m'approche plus comme je le fais maintenant et je pourrai aussi te vouvoyer pour simplifier les choses. Ou... Tu me laisse faire mon égoïste et t'embrasser de nouveau. Parce que tu t'es encore mordue la lèvre et que je n'arrive pas à y résister. »

Ses doigts glissèrent sur sa lèvre et son visage s'avança doucement, grignotant la distance entre eux. Il pouvait sentir le souffle de la demoiselle venir lui caresser le visage. Il n'était qu'à quelques millimètres des lèvres de la jeune femme. Il plongea son regard dans le sien une nouvelle fois avec cette étrange lueur dans les yeux. La main qui s'était attadait sur son visage glissa lentement vers sa nuque puis son épaule pour enfin descendre le long de son bras et aller se poser sur sa hanche. Il laissa un long silence s'installer avant de murmurer.  

« Je ne comprends pas pourquoi j'agis comme ça avec toi. Et c'est en partie pour cela que je fuis. Je ne veux pas faire quelque chose qui pourrait te blesser. Mais, tu dois savoir que tes familiarités envers moi ne me dérange absolument pas, bien au contraire. »

Maintenant à elle de voir. Soit il s'éloigne, soit il se rapproche.

1954 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Lun 15 Jan - 15:42

« Tu n'as pas à t'excuser. Ce n'est pas toi que je fuis, c'est moi... »
Mallory espère, elle réclame que tu te retournes, que tu prennes le temps de lui répondre. Mallory ne veut qu'une chsoe, comprendre pour pouvoir continuer à t'approcher. Elle ne supporte plus de te voir fuir comme cela. Naïvement, elle se pense forcément responsable, incapable de garder une stature professionnelle avec toi. Parce que justement, c'est toi, Z. Tu es cette personne qu'elle a tant cherché, tu es ce garçon volontaire, ce disciple dévoué. Car tu es, cet homme au regard profond qui est venu à elle avec une soif insatiable de ses lèvres. Oui, dès le premier regard, elle a compris qu'il n'était plus possible de reculer. Et à chaque pas que tu faisais dans son sens, Mallory se plaisait à te croire sincère, ravie de découvrir l'homme qu'est devenue cet enfant intrépide.

Alors quand tu te retournes vers lui,
Tu ne peux pas imaginer comme tu soulages son coeur. Oui, elle retourne ta réponse, elle craint d'entendre des mots trop froids, trop tranchant. Parce que la douceur ce n'est pas ton fort, n'est-ce-pas ? Elle est si nerveuse qu'une de ses mains, vient instinctivement se serrer au niveau de son coeur. Mais la petite demoiselle prends le temps de t'écouter. Ses grands yeux ne manquent pas une seconde de ce spectacle, elle s'abreuve de tes expressions, elle détaille la ligne de ta mâchoire, elle contemple celle de ton épaule avant de venir vers tes yeux fuyant. Tu sembles si sincère. Alors elle acquiesce légèrement de la tête. Oui, elle comprends cette peur, c'est soudain. Elle est arrivée sans prévenir et elle fracasse ce que tu dois construire depuis des années, depuis que tu as tout perdu. Depuis que le monde, s'est mis en tête de te condamner. Alors elle te comprends. Même si elle n'ose pas te répondre, elle sent au fond d'elle que tu n'as pas fini. Tu as encore des choses à lui confier, elle est ravie de pouvoir t'écouter, découvrant ainsi le vrai... Zearth.

Puis tu viens prendre dans ta grande main, la sienne si petite.
Mallory ne peut s'empêcher d'en rougir mais elle serre avec délicatesse tes doigts dans les siens après les avoir mélanger pour joindre vos mains. C'est tellement doux et rassurant comme contact. Puis ton regard retrouve enfin le sien. Elle te contemple avec la même douceur, celle qui semble dire que tout ira bien. Elle est prête à la porte, cette douloureuse vérité. Tu le lances dans une longues explications sur ce qui pourrait arriver, sur les attentions qui animent tes actes, qui dirigent tes choix. C'est troublant, un peu déroutant. C'est comme une manière maladroite de lui dire qu'elle te plait, n'est-ce-pas ? Caché derrière les notes sombres de votre rencontre. Oui, elle sait. Mallory n'est pas idiote, depuis le début, elle se doute que tu chercheras à savoir ce qu'elle peut trouver sur Neal pour espérer le trouver et enfin venir à bout de ta vengeance. Mais il est encore trop tôt pour t'en dissuader. Le temps, la complicité et la confiance pourraient en venir à bout. Peut-être que le moment venu, elle sera en mesure d'atteindre ton coeur pour te montrer que la violence, n'engendera toujours que la violence. En cet instant, Mallory reste tout de même tendue à tes lèvres, de plus en plus perturbée par tes confessions la concernant.

Tu sembles encore soucieux, grimaçant devant ta réalité.
Est-ce que tu as une chose à ajouter ? Pourquoi prends-tu cet air si déterminé et sérieux d'un coup ? Mallory ne quitte pas ta main, ni tes yeux. Elle reste complètement pendu à tes paroles, son coeur de plus en plus affolé par ce que tu peux lui déballer soudainement. C'est beaucoup d'informations à traiter d'un coup surtout que ce n'est plus qu'une question professionnelle n'est-ce-pas ? Oui, c'est ce que tu confirmes en lui demandant de faire un choix pour vous deux. La distance professionnelle serait la décision la plus logique et la plus juste mais... Jake, réalises-tu l'effet que tu as sur elle ? Réalises-tu seulement combien tu peux lui couper le souffle quand tu la regardes comme ça ? Quand tu t'avances vers elle avec audace presque insolente... Comme si le monde entier pouvait bien s'arrêter de tourner que toi, tu n'arrêterais pas de t'approcher ? Tu le réalises sans doute, c'est pour ça que tu lui demandes de choisir...

Mais comment peut-elle y arriver si vite ?
Ce n'est pas une chose qui se fait avec le temps, une décision qui vient apparaïtre comme une évidence avec comme allié le temps passé ensemble ? Mallory ravale sa salive. Sno regard commence à se faire fuyant à son tour quand tu lui chuchotes qu'elle s'est encore mordue la lèvre. Tu effleures ses lèvres de tes doigts prédateur et elle serre ta main toujours la sienne, elle n'est pas prête de la délivrer, celle-ci. Puis tu t'avances, tu t'avances si proche que tu peux partager son souffle fébrile et troublé par tes avances. Comment elle doit faire ? Tu peux le sentir n'est-ce-pas, Jake ? Mallory est entrain de perdre pieds, elle s'égare entre désirs et raisons. C'est une véritable tempête en elle, tu n'as pas idées. Quand elle sent ta main glisser de son visage à sa hanche, elle lâche un nouveau soupire trahissant son envie impatiente. Répondre à ton désir, approcher ses lèvres des quelques millimètres qui vous sépare. Est-ce une bonne idée ? Est-ce-qu'elle est prête ? Mallory se noie dans tes yeux comme si elle y cherchait une réponse, un échappatoire à cette tension indécente qui vient de naître entre vous.

Si tu ne comprends pas, elle non plus.
C'est étrange mais elle ne désire pas que les choses changent entre vous. Elle aimerait continuer à sentir ce regard que tu poses sur elle. Elle aimerait pouvoir savourer vos contacts déguisés en hasard. Elle aimerait se perdre dans tes yeux, elle aimerait que tu viennes prendre ses lèvres ici et maintenant. Son coeur loupe une mesure quand elle le réalise. Ses yeux quittent les tiens pour venir se perdre sur tes lèvres. Elle se mords encore les siennes, C'est maintenant, n'est-ce-pas ? La militaire frissonne encore. Cette main qui ne lâche pas la tienne, remonte contre son coeur pour que tu sentes l'effet que tu lui fais et c'est ainsi, les yeux contemplant tes lèvres et la voix aussi douce qu'un murmure qu'elle te susurre à toi, comme à elle :

« Si je devais déjà être blessée par vos... lèvres, Jake. Je le serais depuis votre atelier. Quand vous m'avez voler ce baiser... Ce baiser... »

Elle se répète. C'est beaucoup trop pour son coeur, le rose lui monte aux joues. Ses lèvres soubresautent mais elle reprends : « Je crois que... Que je ne désire pas que cela ne reste qu'une relation purement professionnelle entre vous et moi... Mais je sens au fond de moi que je dois me faire violence pour ne pas penser ainsi. Car vous... ne devez pas devenir encore plus proche pour moi au risque de fausser mon enquête ... Mais je... » Encore ce soupire presque plaintif, Mallory remonte ses yeux jusqu'à trouver les tiens. Troublée, le souffle coupé, les yeux luisants d'inquiétude et d'envie secrète : « ... Je ne pensais pas tomber sur un homme tel que vous... Et cela me trouble beaucoup... Est-ce-que la réponse peut être ... »

Avant de finir sa phrase, elle baisse la tête pour que tes lèvres viennent rejoindre son front, tu peux la sentir trembler et frisonner, mais son corps se rapproche tout contre le sien, elle serre ta main et elle chuchote :

« N'arrêtez pas de me provoquer Jake, je n'ai pas envie d'être raisonnable... Même si je le devrais. » Elle le pense sincèrement. Elle reste ainsi, attendant sans doute ta réponse avec le cœur battant, espérant pouvoir te satisfaire de ce choix un peu bancale, mais elle ajoute tout de même dans un petit sourire en remontant ta main mêlée à la sienne pour y poser un doux baiser : « Parce que je crois que ... je n'ai vraiment pas envie que nous nous éloignons, j'aime... Quand vous vous approchez un peu trop... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Mer 24 Jan - 15:40
  • Jake Jefferson
  • Mallory

Zutto, soba ni ite.
Non, Jake ne fuyait pas la lieutenante, mais bien lui-même. Pour une raison qu’il ignorait, il était attiré par cette femme depuis que son regard s’était posé sur elle. Il n’a aucun contrôle sur lui et cela le perturbe beaucoup. En essayant de fuir, il pensait calmer son esprit, mais il en était incapable. Il revenait une fois encore, face à elle, espérant encore une fois quelque chose qui n’appartenait qu’à cette femme. Longuement, ses yeux avaient furtivement guetté les lèvres de la petite fée avec cette envie de les conquérir. Impossible d’aller contre son instinct, hein ? Qu’est-ce qu’elle avait de si extraordinaire cette militaire ? En fait, beaucoup de chose. Dans l’atelier, l’espace d’un court moment, la jeune demoiselle aux cheveux bleus avait réussi à faire revenir Zearth du plus profond de son être. Jake avait laissé de côté son masque de méchanceté pour avouer qu’il n’attendait qu’une seule chose en réalité : Que quelqu’un l’aide dans son malheur.

Depuis quand était-il devenu si égoïste ? Depuis quand voulait-il posséder une personne ? Depuis quand franchissait-il la limite de la décence pour obtenir les faveurs d’une femme qu’il venait à peine de rencontrer. Obtenir son attention… Et bien plus encore.  Il était loin de comprendre entièrement ce qu’il ressentait. Mais, au fond de lui, il savait que les choses allaient trop vite pour eux. Elle avait raison dans un sens, Jake allait fausser son enquête avec son égoïsme. Après tout, la jeune femme était là pour mettre les choses au clair et coincer le véritable coupable. Neal devait être arrêté avant que cela ne prenne une tournure dramatique. Pourtant… Il n’arrivait pas à retirer la jeune femme de sa tête depuis qu’elle avait pénétré dans son atelier. Que devait-il donc faire pour éviter que le destin ne le rattrape et qu’il regrette de nouveau ses choix ?

Elle était si proche de lui. Il pouvait sentir son souffle contre ses lèvres, ses mains se déposer sur les siennes. La petite fée tremblait dans quelques frissons causés par le ténébreux. Finalement, la jeune femme baisse la tête pour éviter que sa bouche ne rencontre celle du mécano, se déposant sur son front. Sa main se serra doucement dans la sienne alors qu’il cherchait à comprendre ses paroles. Elle voulait qu’il n’arrête pas de la provoquer, mais dans un sens, elle cherchait à fuir son baiser ? Est-ce qu’elle était gênée par ses approches et ses gestes ? Mais pourquoi se rapprocher et lui dire ses mots-là, dans ce cas ? Il avait du mal à la suivre… Lui, il savait très bien ce qu’il voulait, mais maintenant le doute s’était installé en lui. Et si tout cela n’était qu’une erreur ? Son regard chercha celui de la bleutée mais, il dévia le long de son visage avant de se poser sur ses lèvres.

«  Je n’ai pas envie d’être raisonnable non plus, mais pourtant tu as une mission à accomplir et… Je ne veux pas te gêner dans ton enquête.»

Est-ce vraiment lui qui ose prononcer ces mots ? Est-ce bien Jake, l’impatient et tourmenté ou bien Zearth, l’homme rêveur qui se cachait au fond de lui depuis son départ de l’Ouest ? Sa main quitta celle de la militaire pour finalement remonter vers son visage. Il attrapa doucement son menton entre ses doigts pour la rapprocher de ses lèvres. Effleurant dans un soupir, il ferma longuement les yeux en essayant de se convaincre de ce qu’il voulait réellement en ce moment précis. Sans rien dire de plus, son autre main se pose sur sa hanche et la pousse doucement vers le mur juste à côté. Il ne quittait des yeux ces lèvres qu’il convoitait. Cependant au mieux de venir les presser contre le siennes, il décala son visage pour venir poser sa bouche sur  sur cou, cachant à moitié son visage dans ses beaux cheveux,

«  Il suffirait d’un rien pour que je me laisse totalement envoûté, il me suffit de croiser ton regard pour avoir envie de te prendre dans mes bras. J’ignore pourquoi, mais c’est mon envie… »

Il fit un arrêt dans ses paroles pour venir souffler contre sa peau et ouvrir par la suite sa bouche avant d’attraper une petite partie de son cou entre ses crocs de dragon. La petite fée… Il n’avait qu’elle en tête et il souhaitait réellement n’avoir qu’elle dans son esprit tout le long… Pourtant, il se rappelait que le mécanicien venait de refaire pratiquement la même scène que dans son atelier. La jeune femme contre un mur et lui venant la narguer de ses lèvres. Il se crispa pendant une seconde et rouvrit les yeux avant de se reculer vivement en arrière.

«  Je… Je dois aller prendre mon bain avant que l’eau ne refroidisse… Je… Je te laisse faire ce que tu veux, On discutera plus tard  de ton affaire… Et des choses dont tu dois me parler. »

Il tenta de faire un pas en arrière, mais contre toute attente, c’est sa main qui tenait son menton qui glisse jusqu’à sa joue avant de se perdre dans ses cheveux soyeux. L’homme aux yeux rouge se pince la lèvre inférieure avant de secouer la tête et enfin se reculer. A contre-coeur, il s’éloigna, ne cherchant pas à se retourner. Il va, sans s’arrêter, vers la salle de bain où il referma à moitié la porte. Il stoppa le robinet d’eau chaude et d’eau froide avec un grand soupir. Il sait ce qu’il veut… Toutefois, une autre vient se glisser entre eux… Neal. La militaire était peut-être la seule personne qui pouvait le retrouver… Il avait toujours envie de se venger de cet homme qu’il avait considéré comme son frère pendant de très longues années. Il voulait lui faire payer sa trahison envers leur père et surtout lui faire subir un sort plus horrible qu’une simple mort. Et Jake savait qu’avec l’aide de ce petit bout de femme, il pourrait y parvenir, le retrouver plus rapidement avant de prendre enfin son courage à deux mains pour faire ce qu’il aurait dû accomplir il y a des années.

Rapidement, il retira ses habits pour les jeter dans un coin de la salle. Il entra dans l’eau en grognant. L’eau était chaude et il avait complètement oublié de vérifier la température. Son esprit était chamboulé par cette journée et surtout par une jeune demoiselle. Pourquoi les choses devenaient compliqués alors qu’il allait si bien… Il avait enfin mis de côté son envie de vengeance. La porte à peine fermée s’ouvrit doucement et Jake tourna la tête dans sa direction. Il espérait voir le visage de celle qui allait s’installer quelques temps avec lui, mais il fut déçut de voir Lily pousser la porte avec ses pattes avant et entrer. Un autre gros soupir se perdit dans la vapeur d’eau chaude et il laissa sa tête tomber en arrière pour fermer les yeux.

«  Y a pas qu’elle qui est troublée par quelqu’un… Si seulement tout était différent, ça irait mieux. »

1229 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Lun 16 Avr - 15:18

Mallory ne sait plus quoi penser...
Son cœur et sa raison se disputent devant le flot d'émotions que tu viens d'engendrer. Responsable de cet étrange tumulte sentimentale, Mallory ne sait plus où donner de la tête. D'un côté, il y a son sérieux et sa raison qui lui dicte de se faire de tes bras, de fuir ces lèvres prédatrices et tentatrices qui rongent lentement mais surement la distance de sécurité entre vous souffle. Ou alors, fuir ce regard carmin et inquisiteur qui la transperce à chacune de tes œillades. Oui Jake, tu la perturbes énormément... Tu la perturbes tellement que le cœur s'affole, il dénonce le désir qui traverse ses veines, il hurle à l'envie et au plaisir de ces baisers passés. Il réclame plus, toujours plus. Presque prêt à venir défier la raison pour espérer la voir se défiler.

Tu ne désires pas être raisonnable...
Tu ne peux imaginer combien ces mots donnent du courage à son coeur, il est sur le point de tout envoyer en l'air, pousser son être à fondre sur tes lèvres, dévorer ton souffle jusqu'à perdre la raison... Mais, il y a un "mais". Il y a toujours un "Mais" hélas... Le coeur se fige, les yeux de Mallory s'aggrandissent. Mais pourtant... Il y a des priorités à respecter, une mission à accomplir. La raison n'en sort que plus forte, appuyée par le soutien de tes mots. La petite fée reste sans voix, les yeux toujours aussi ronds, attendant de savoir s'il y aura tout de même une fois.

Elle attends de savoir pourquoi...
Pourquoi malgrè tes mots de raison à toi, tu es entrain de l'inviter à rejoindre le mur dans son dos. Pourquoi malgré cet instant de zèle et de courage pour essayer de garder une relation professionnel tu es entrain de t'approcher de son cou. Pourquoi ton souffle dessine-t-il la peau frissonnante de cette zone si sensible ? Tu lui chuchotes cette confidence sur votre étrange réalité. Tu lui parles de ton envie, de ton désir, tu laisses place à ton coeur pour te dévoiler. Tu es si courageux en cet instant aux yeux de la petite lieutenant qui lutte avec ses émotions et qui fuit dans son mutisme. Et tu continues de t'avancer proche d'elle, toujours plus proche... Tu vas la faire craquer elle aussi. Il ne suffit d'un rien pour qu'elle se laisse totalement envoûter elle aussi, tu sais.

Les mains de Mallory se déposent sur tes épaules.
Elle les emprisonne entre ses ongles, comme un repère pour ne pas chavirer. Pour ne pas te succomber. Pour ne pas finir dévorer par le brasier d'envie qui anime son coeur depuis tes dernières murmures. Elle ferme lentement les yeux dans un soupire plaintif. C'est de plus en plus dur d'entendre la voix de sa raison.... Sauf que tu viens à nouveau aider cette dernière à faire surface, voilà que t'éloignes encore. Tu remets de la distance juste au bon moment. Jake serais-tu entrain de lutter comme elle le fait ? Entre raison et coeur ? Passion et sérieux ? Mallory reste contre le mur, silencieuse, acquiesçant à tes mots au sujet d'un bain et d'une conversation qui sonne bien professionnelle d'un coup.

Tu as décidé pour vous deux.
Les billes d'ambre de l'azurée suivent tes pas, jusqu'à ce que la porte de la salle de bain ne se referme sur ta silhouette. Une fois seule, elle se permet de lâcher un profond soupire, vidant tout ses petits poumons en tendant la main pour se tenir au comptoir. OH mon dieu.... Elle en a les jambes qui tremblent encore. Mais c'était quoi tout ça ? Elle n'arrive plus à réfléchir convenablement, elle fronce les sourcils et commence à faire quelques pas dans la cuisine sans jamais retirer sa main d'un appui physique. Le bord du comptoir, le coin d'un mur, qu'importe... Les yeux encore écarquillé, le feu lui monte aux joues. Qu'est-ce-que tu venais de lui dire ? Tes mots, c'est seulement maintenant qu'elle les réalise. Il te suffirait d'un rien pour te laisser totalement envoûté. Il te suffirait d'un rien pour lui succomber. Donc elle te plait ? Attends... C'est pas le sujet là! Mallory secoue vivement la tête avant de sursauter en grimaçant quand elle entends la porte de la salle de bain qui bouge ! AAAAH ! Tu es de retour ! Elle panique... Ah non, tu n'es pas là... C'est sans doute l'adorable chaton qui est venu rendre visite à son maître dans le bain...

Ce bain où tu te prélasses dans l'eau chaude...
Oh... A quoi est-elle entrain de penser au juste avec ce petit sourire et les yeux rivés sur la porte entrouverte ... Elle grimace encore, enfin Mallory ! Elle finit par pouffer de rire, capitulant devant cette prise de conscience. Ce n'est pas le lieutenant qui parle, mais bien la femme en elle, Mallory réalise simplement que tu lui plais. C'est étrange mais maintenant qu'elle en avait pleinement conscience c'était presque plus facile. Oui, C'était donc ça, ce qui faisait tant tournoyer son coeur, tu l'attires réellement. Elle te désire. Cette pensée lui arrache un autre petit rire avant qu'elle ne se décide à réellement bouger, reprendre le contrôle.

Pendant que tu rumines dans ta baignoire.
La petite fée attache ses cheveux, elle commence à fouiller dans les placards ou le réfrigérateur pour savoir si elle ne pourrait pas te faire à manger, vous faire à manger. Elle n'est pas un chef étoilé mais elle se débrouille plutôt bien. Après un rapide tour d'horizon, elle choisit de faire la viande, de la volaille pour qu'elle ne se perde pas. Dans une sauce à la crème avec des champignons. Tu as quand même pas mal de choses dans tes placards, tu dois aimer manger, se dit-elle. Peut-être aimes-tu faire la cuisine aussi ? Hum... Et si tu lui en voulais d'avoir préparer le repas ? Et si tu n'aimais pas petite préparation ? Mallory pince les lèvres et secoue un peu la tête, chassant ces pensées péjoratives. Tu seras touché par l'attention... Et si tu n'aimes pas les champignons ? OK ! C'est trop. Elle soupire et pose le couteau sur la planche à découper avant de s'essuyer les mains sur le premier chiffon qui passe sous ses doigts. La petite fée va venir te demander ce que tu préfères, si ce qu'elle entreprends te convient.

D'un pas hésitant, elle s'avance vers la porte entrouverte...
Et si tu étais entrain de sortir... Non, elle ne regardera pas dans l'encadrement. Sur le chemin, elle a bifurquer pour pouvoir récupérer ces petits lunettes rouges, celle qui reposent les yeux. Elle les dépose sur le bout de son nez avant que ses petits doigts ne toquent sur la porte de la salle de bain pour prévenir de sa proximité. Toujours très respectueuse, bien décidé à ne pas voir une scène gênant d'un homme à l'apparence attirante complètement nu, elle choisit de prendre appui sur le mur à coté, tu dois voir un p'tit bout de sa hanche dépassé et quelques mèches de cheveux bleus. Ainsi dos à l'ouverture, c'est plus sage et plus simple. Délicatement sa petite main passe à l'intérieur, elle te fait un signe avant de croiser les jambes, toujours appuyée sur le mur. Elle te lance dans un sourire :

« Pardonnez-moi de vous déranger pendant votre bain, Jake. Je voulais vous demander un truc ... » Sa main se pose délicatement sur la porte, elle la ramène vers elle pour qu'elle se referme un peu, signe qu'elle n'aura pas l'audace de rentrer, ou juste, passer la tête, puis elle reprends : « Voilà, j'suis entrain de faire à manger, j'ai trouvé un bout de viande et des champignons, je me suis dit qu'avec du riz et de la crème ça serait délicieux... J'ai commencé à cuisiner mais... J'ai réalisé que je ne savais si vous aimiez cela... Et si ... J'avais le droit de cuisiner en vous attendant. »

Un petit rire s'élève, sans doute pour chasser sa nervosité et sa délicieuse timidité, elle attends sagement d'avoir ta réponse avant de repartir jouer les cuisinières, te laissant ainsi tout le temps dont tu as besoin pour finir de te laver. Elle revient découper les champignons, verse le riz dans l'eau quand cette dernière se met à bouillir puis elle retourne l'émincé de volaille qui est entrain de cuir, après avoir fait revenir les champignons, elle ajoute la crème et couvre le tout. Un soupire, les poings sur les hanches, signe de satisfaction. Elle se hisse sur la pointe des pieds pour attraper un verre, elle se sert un peu d'eau... Elle se retourne pour aller s'installer sur une chaise et attendre ton retour mais... serais-tu peut-être déjà pour la surprendre ? Aurais-tu eu le plaisir de l'observer œuvrer dans ta cuisine ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Mar 17 Avr - 19:50
  • Jake Jefferson
  • Mallory

Zutto, soba ni ite.
Alors que Lily venait de rentrer dans la pièce, Jake venait de laisser sa tête partir en arrière. De nombreux soupirs se perdirent dans la vapeur de l'eau. Complètement paumé le pauvre... C'était l'état actuel du mécano qui n'avait rien demandé à personne. Fermant les yeux, il entendit les petites pattounes du minou curieux. Le chat s'avançait vers la baignoire et secoua son popotin avant de bondir sur le rebord. Celui-ci regarda son maître avec toute l'attention dont il pouvait faire preuve avant de remuer la queue. Il sentait que son maître n'était pas dans son état normal. Lily s'amusa à tendre la patte droite pour essayer d'attirer l'attention de l'humain, jouant avec quelques mèches de ses cheveux trempées. Rien... Pas une réaction de cet immense homme. Mais Lily n'avait pas encore dit son dernier mot ! Ah ça non... Il tenta une nouvelle approche, un peu plus périlleuse. Il posa sa patte sur l'épaule de son maître, qui était hors de l'eau. Puis la deuxième suivit, ainsi que les autres. Rapidement, il escalada le visage de Jake qui ne bougea pas d'un pouce. Est-ce qu'il dormait ? Non, il semblait avoir les yeux rivés vers le plafond. Doucement, Lily ronronnant en marchant sur le bas du visage de son humain. Puis, une fois bien perpendiculaire au reste du visage, il décida de s'allonger de son long, laissant ses pattes tomber dans le vide.

Le garagiste ne prêta aucune attention à sa boule de poil qui venait de s'étaler sous son nez. Il était perdu dans ses pensées les plus profondes. Des souvenirs douloureux refirent surfaces dans son esprit. Cette fameuse journée où sa vie avait complètement basculée et où Zearth n'avait rien pu faire pour éviter le pire. Il n'avait pas été capable d'arrêter son frère adoptif. Un grognement se fit entendre  dans les poils du pelage du chaton. Ce dernier réagit de suite en tentant de mordiller le bout du nez de l'homme, mais sans y parvenir. La colère revenait doucement en lui... Quelque chose qu'il n'arrivait pas à contrôler. Hanté par cette émotion et ce désir de vengeance. Désir naît de son long tourment et de la solitude qui en découla par la suite. Complètement refermé sur lui-même...Quitte à oublier sa véritable identité. Celle de Zearth, le jeune homme plein d'espoir et souriant. Enfin l'oublier, c'était vite dit... Il aura suffit d'une petite militaire mignonne pour le faire ressortir de l'ombre. Mignonne ? Roooh ouais. Rien qu'un regard, rien qu'un et Jake était déjà sous le charme en dévorant les courbes élancées du petit bout de femme qui avait débarqué dans son atelier. Même en sachant son identité et la mission dont elle était investigatrice... Il n'arrivait tout simplement pas à la quitter des yeux.

En repensant à cette fameuse scène où le mécanicien l'avait embrassée dans le but de la faire fuir... Cette main qui tenait la sienne pendant le court voyage jusqu'à l’hôtel... Ce regard noisette qui l'observait alors qu'il cédait encore à son égoïsme. Il n'y avait rien de comparable. Il pourrait presque en trembler de tout son corps rien qu'à imaginer de nouveau ces moments. Il lâcha un long soupir dans le pelage sombre de la bête qui obstruait sa bouche, le faisant ronronner de plus belle. Soudainement, des bruits venant de l'extérieur de la salle de bain firent sursauter le pauvre homme torturé de l'intérieur. D'un geste rapide, il se redressa dans son bain et fit tomber le chaton dans ses mains avant que ce dernier n’atterrisse dans l'eau. La tête du ténébreux se tourna vers la porte et il plissa les yeux pour se concentrer sur les bruits. C'est vrai... La petite lieutenante était là... Dans son appartement... Il déglutit presque. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ? Est-ce qu'elle fouiner dans ses affaires pour trouver des informations ? Est-ce qu'elle était en train de s'installer chez lui ? Aaaaargh ! Impossible à dire !

Le silence retomba alors dans sa maison. Puis des bruits de pas dans le long couloir avant qu'une ombre ne se projette dans l’entrebâillement de la porte. Elle était là ?! Est-ce qu'elle venait le rejoindre dans la salle bain ?! Une goutte de sueur perla sur la tempe gauche de notre dragon avant d'entendre quelques coups sur le bois qui séparait les deux êtres. Fronçant des sourcils, l'homme se redressa un peu plus pour se mettre correctement dans la baignoire. Est-ce qu'il devait l'inviter à entrer ? Peut-être la laisser entrer de sa propre initiative ? Par tous les dieux existants... Elle était là ! Elle était juste derrière la porte. Oh une main qui passe par l'ouverture... U-une... main... Soudainement, écarquillant les yeux, il manqua presque de se lever de son bain, mais se ravisa au dernier moment. Elle allait entrer ?!! La seule chose presque censée qu'il pouvait faire sur le moment était de couvrir les parties intimes de son corps avec la seule chose entre ses mains : Lily. Ce dernier se retrouva soulever avant que son postérieur ne rentre en contact avec l'eau vers le bas du ventre de l'humain. Le chaton se mit à gesticuler. L'eau du bain était chaude, mais rien à faire, son maître ne bougea plus alors que la voix de la militaire se fit entendre.

Elle voulait lui demander quelque chose... Et il fut rassuré de savoir qu'elle était en réalité en train de cuisiner quelque chose à l'autre bout de l'appartement. Ses muscles se détendirent d'un coup, enfonçant un peu plus la boule de poil dans l'eau du bain. Jake s'éclaircit alors la gorge avant de se concentrer sur sa réponse, comme si c'était une question de vie ou de mort.

« C'est parfait ! Vraiment ! Je n'aurai pas fait mieux moi-même ! J-je termine de me laver et je te...vous... te rejoins... Enfin dans la cuisine... D'accord ? »

Le petit bout de femme qui s'éloignait doucement de la zone pour repartir dans la cuisine. Jake attendit quelques secondes de plus pour enfin lâcher le plus grand soupir de soulagement de sa vie. Il baissa les yeux sur la chose entre ses mains avant de se rendre compte que sa boule de poil entre ses doigts était presque immergée dans l'eau, la tête dépassant seulement de la surface. Doucement, il leva les mains pour le sortir et tourna le chaton dans ses mains pour qu'il lui fasse face. Ce dernier ne semblait pas content mais ne miaula pas. Il se contenta de se balancer pour ensuite déposer avec toute la violence dont il pouvait faire preuve ses pattounes sur le visage de son maître... Un force de mouche, certes, mais cela voulait tout dire. Jake le recula de son visage avant de le déposer sur le rebord de la baignoire, le laissant se secouer pour retirer l'eau sur ses poils. Lily avait l'air d'un mini caniche à présent...

L'homme aux yeux rubis et aux nombreux piercings sur le corps reprit ses esprits et se rendit compte des derniers événements. Depuis quand il était aussi paniqué ? Depuis quand il avait peur qu'une femme le voit nu dans son bain ? Lui qui n'était pas pudique. Il se comportait étrangement et cela le fit grogner alors qu'il attrapait son gant pour nettoyer son corps tout entier. Oui, il ruminait même lorsqu'il se lava les cheveux. Il se trouvait horriblement ridicule. Ce n'était pas lui. Finalement après de longues minutes à s'engueuler intérieurement, il se leva pour sortir de l'eau. Trempé et mettant de la flotte partout sur le sol, il se pencha pour déboucher la baignoire avant de la nettoyer correctement. Lily sauta du rebord pour se mettre près de la porte, attendant son humain, malgré sa rancune envers ce dernier qui avait ruiné son pelage. Le mécano attrapa une serviette posée sur une petite commode dans le coin de la pièce et essuya rapidement ses cheveux et son corps avant de l'enrouler autour de sa taille. Il tentait de ne plus repenser à ce qui venait de se passer et de reprendre le contrôle de Jake. Se motivant en tapotant sur ses joues à l'aide de ses mains, il sortit de la salle de bain, pieds nus et surtout presque nu pour se diriger sur sa gauche. Il avança silencieusement, suivit de son chaton croisé récemment avec un caniche, avant de se stopper et d'appuyer son côté gauche contre les derniers centimètres du mur qui débutait le couloir.

Il pouvait de nouveau la voir... La petite fée aux cheveux bleutés, assise sur une chaise près du comptoir. Elle était juste devant lui, mais elle ne semblait pas l'avoir entendu arriver. Il prit quelques secondes pour l'observer silencieusement avec un sourire au coin des lèvres. Il n'a pas eu le temps de la voir cuisiner mais il sent déjà rien qu'au parfum de la nourriture en train de cuir que c'est bien préparé. Ce qui l’intéressait le plus pour le moment, c'était la jeune demoiselle. Il ne fit aucun bruit et se rapprocha dans son angle mort. Il arriva derrière elle et se pencha pour que son visage touche presque sa chevelure. Ouvrant doucement la bouche, il laissa ses mains se poser sur les épaules de la militaire avec son sourire qui ne cessait de s'agrandir sur son visage.

« Je vois que tu as déjà pris des initiatives. En général, une femme qui fait à manger pour un homme qu'elle ne connaît pas, c'est un signe révélateur. Est-ce que tu n'essayerais pas de me séduire avec tes talents de cuisinière ? »

Ses doigts agrippèrent un peu plus les épaules de la jeune femme et son visage se rapprocha de son oreille pour venir lui murmurer avec une pointe d'amusement dans sa voix.

« Sache que c'est peine perdue. J'ai déjà goûté à quelque chose qui m'a rendu dingue aujourd'hui. Et la seule chose qui pourrait satisfaire mon appétit... Serait de dévorer ton corps tout entier de mes lèvres, jusqu'à ce que tu me supplie d'arrêter pour passer au dessert. »

Son regard se plissa quelque peu alors qu'il éloigna son visage puis le reste de son corps pour se reculer. Fier de cette entrée des plus provocatrice, digne de Jake, l'homme fit le tour du comptoir pour aller regarder ce qui était encore sur le feu. Il souleva le couvercle et se mit à renifler la bonne odeur de la nourriture avant de le recouvrir de nouveau. Il chantonna presque alors qu'il se retourna vers la jeune femme qu'il venait de surprendre certainement. Il s'avança pour lui faire face et tendit simplement sa main vers son visage pour venir jouer avec une mèche de ses cheveux.

« Hmm si j'avais une petite femme comme toi à mes côtés pour toujours, je serai le plus heureux des hommes. Tu le sais ça ? »

Il lui fit un clin d'oeil avant de se mettre à ricaner. Il effleura sa joue au passage avant d'aller vers le frigo. A l'intérieur, il attrapa une bière dont il dévissa la capsule pour la bouteille à ses lèvres. Il avait l'air d'avoir reprit du poil de la bête, mais en réalité, il venait de réaliser qu'il allait peut-être trop loin pour la militaire. M'enfin... Il verrait bien à sa réaction. En attendant, il secoua une seconde bouteille de bière qu'il prit soin d'ouvrir avant de refaire le tour pour venir s'installer à sa droite. Il posa la bière à côté de son verre d'eau et se tourna vers elle alors qu'il était toujours habillé d'une serviette blanche autour de la taille. Même si elle était une militaire, elle avait le droit de se détendre et de boire un verre. Promis, il ne tenterait pas de la faire boire jusqu'à ce qu'elle soit ivre. Il ne voulait pas profiter d'un moment de faiblesse de la belle lieutenante ~


2047 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Mer 18 Avr - 9:18


♫ Elle pouvait entendre le clapotis de l'eau... ♪♫:
 

Elle pouvait entendre le clapotis de l'eau,
Est-ce-qu'elle venait de te surprendre en toquant ? En passant sa main pour te signifier sa présence ? Elle t'imagine bien entrain de paniquer en t'inventant mille et un scénarios à son sujet. Cette petite pensée ne la quitte pas un seul instant pendant qu'elle fait à manger. Oui, elle a réalisé qu'elle éprouvait une attirance physique pour toi, se voilant encore la face sur son désir de te découvrir de plus en plus. Et pas uniquement de corps, non. Mallory se ment, ce n'est pas que ce corps musclé qui fait chavirer son cœur, il y a aussi ton regard de braise qui la fixe de manière si profonde, ou la chaleur de tes mains, cette manière étrange que tu as de provoquer ses sens avant de te raviser rapidement. Oui, un délicieux jeu de séduction inattendu et qui semble profondément sincère. Mallory n'est pas encore prête à réaliser que tu lui plais à ce point. Pour le moment, songeuse et assise sur cette chaise, elle repense à l'ensemble de cette journée...

La lieutenant vit désormais sous ton toit,
Evidemment elle ne sait pas pour combien de temps, mais tu restes sa plus belle victoire, cette découverte tant espérée et qui se révèle vraiment fascinante et troublante. Vraiment trop troublante, voilà que son esprit s'égare à nouveau dans vos souvenirs passés. Si peu de temps ensemble et déjà tant d'émotions fortes. Ce baiser, oui ce baiser si particulier. Les yeux dans les yeux, la tension... Elle peut encore sentir la chaleur de tes lèvres. Ses doigts glissent lentement sur les siennes, comme pour s'en souvenir aussi ainsi. Puis, il y a ces pas, discret mais bien présent, ce n'est pas le chaton. Mallory reste une militaire et même si la confiance s'installe entre vous, elle n'a pas oublié ses entrainements. Elle reste vigilante sans le montrer. Ces pas se rapprochent, ils sont volontairements silencieux n'est-ce-pas ? Est-ce-que tu la penses encore dans ses pensées ? Oh, tu te rapproches et voilà que tes mains se posent sur tes épaules. Tu pensais la faire sursauter mais ce n'est qu'un frisson qui traverse son échine. Mallory ferme les yeux et son sourire s'aggrandit...

Puis il y a ce murmure, ce délicieux murmure...
Qu'est-ce-que tu es entrain de lui dire ? Mallory en ouvre rapidement les yeux, cette fois, tu as su la surprendre, son dos s'en redresse un peu. Elle pince les lèvres et le rose lui chauffe les joues alors qu'elle t'écoute avec toute son attention. Penses-tu réellement qu'elle cuisine pour chercher à te séduire ? Mais non voyons ! Elle voulait juste se rendre utile et être serviable. Elle se sent redevable envers toi, elle est sur le point de se défendre, mais voilà que tes lèvres se rapprochent de son oreille. Proche, toujours plus proche. Délicieusement proche de son oreille, un aller direct pour son coeur. Prise de mutisme à nouveau, elle sent son coeur louper sa mesure quand tu lui grondes des mots à l'oreille des mots encore plus provoquant et aguicheur... Oui, disons-le, ils sont aguicheurs tes mots, Jake. Mallory se mordille la lèvre avant qu'un fin sourire ne se dessine sur ses lèvres. Mais tu devrais faire attention, adorable mécanicien, la petite fée ne craint pas le feu du dragon quand elle sait que ce dernier alimente déjà le brasier qu'il a eveillé en elle. Oui, Mallory sourit parce qu'elle réalise que vous partagez la même attraction évidente, tu la désires comme elle te désire n'est-ce-pas ? Ce petit bout de femme aux formes généreusement surprenante à cause  de sa si petite taille.

La lieutenant laisse échapper sa proie,
Toujours silencieuse, jouant avec la condensation qui embrume son verre pour essayer de chasser la brume de son coeur, elle te laisse lui glisser entre les doigts, elle te laisse t'éloigner une énième fois de sa proximité. Tu n'oses pas réellement dépassée la barrière de la parole n'est-ce-pas ? Tu possèdes le même conflit intérieur qu'elle. Voilà ce qu'elle se dit. Par respect pour elle, tu ne veux pas pousser le jeu trop loin malgré ton envie dévorante de la posséder. La posséder de ton son corps, la posséder jusqu'à ce qu'elle te supplie d'abréger ses souffrances pour la laisser succomber à l'envie... Tes mots raisonnent encore dans son esprit, tu as été vraiment prédateur et indécent dans ces paroles. Pendant que tu vas renifler le repas qui mijote, elle se lève de sa chaise. Le rose n'a pas quitté ses joues. Et son sourire, ses lèvres. Le visage lumineux et le coeur taquin, elle voulait venir te voir, te surprendre.
Peine perdue, tu as été plus rapide, tu as ce regard doux et cette main qui se joue de ses cheveux. Les yeux dans les yeux, ta voix si profonde et pourtant si douce, elle t'écoute avec attention. Beaucoup d'attention. Encore cette histoire de femme... Encore de la provocation, pourtant celle-ci est bien plus douce, presque secrète. La petite fée s'immobilise. Elle n'a pour réponse qu'un petiit sourire étrangement complice...

C'était le plus délicat des compliments, n'est-ce-pas ?

Mais comment pouvais-tu lui chuchoter ses mots qui sonnent comme une promesse sans même la connaitre ? Là était toute la question. Le petit bout de femme, secoue la tête pour chasser ses pensées. Ses pensées un peu naïve qui veulent croire à tes mots comme le ferait une héroïne de roman à l'eau de rose. Hélas ici, ce n'est pas l'un de ces bouquins qu'elle lisait étant plus jeune. Non, c'est la réalité, une mission qu'elle doit mener à bien. Un homme à innocenter, un autre à mettre au trou pour toujours, s'il ne finit pas tuer par ta vengeance. Oui, elle en est consciente, ce sera sans doute son plus grand défis dans l'affaire. Réussir à te rendre plus fort que ta colère et ton désir de lui faire payer toi-même ce qu'il a fait. Le tuer de tes propres mains... Mallory soupire, pourquoi doit-elle penser à cela maintenant ? Elle fronce les sourcils avant le bruit de la bouteille de bière attire son attention. Oh oui, tu es toujours dans la pièce, dans une tenue des plus indécentes de plus. La demoiselle se tourne dans ta direction, elle contourne la table pour être à la hauteur de sa bouteille mais surtout à ta hauteur. Elle s'avance jusqu'à être face à toi. Un peu trop proche, sans pour autant avoir à nouveau la chance de sentir ton souffle caresser son visage. Elle laisse ses grands yeux d'ambre dessiner les lignes de ton anatomie avant d'arriver aux tiens, si profonds et sanglant. Elle a toujours ce petit rose aux joues, elle te dévisage quelques secondes, toujours si silencieuse puis sa main remonte lentement, trop lentement jusqu'à ce que ton index se pose sur la ligne qui mène à ton nombril.

Du bout de l'ongle, elle remonte vers ton coeur.
C'est volontairement lent comme contact, sans qu'elle ne quitte tes yeux un seul instant. A quoi est-elle entrain de jouer ? Elle joue à ton jeu de séduction ? Voilà que son doigt dessinant à nouveau et ses yeux aussi... Il quitte ton brasier pour admirer tes épaules, ton cou, les lignes de ton torse, ton nombril et ils se posent sur ta serviette presque en même temps que son index arrive à cette dernière. Un nouveau sourire, de son autre main elle remet en place l'une de ses mèches de cheveux, puis elle se pince les lèvres avant de pouffer de rire. Ce petit rire timide que tu sais si bien faire naître en elle quand elle est gênée ou troublée. Elle murmure en dessinant des petits ronds sur le bas de ton ventre ainsi exposé à son index tentateur :

« Arrêtez de me provoquer, je n'ai aucune honte à l'avouer vous savez ? ... Oui, vous aussi vous me plaisez Jake... »

Son doigt quitte ta peau avec la même lenteur languissante, la militaire remonte son visage rougissant vers toi et ce petit sourire se fait bien plus tendre et complice, elle hausse les épaules et dans ce sourire si doux, elle se mords légèrement le bas de la lèvre en ajoutant :

« Vous n'avez aucune idée de ce que c'est d'avoir une petite femme comme moi à vos côtés mais... Il semblerait que vous puissiez le découvrir le temps de mon séjour ici avec vous et si j'arrive à vous convaincre de devenir mon partenaire lors de ma mission. Après tout... Monsieur Jefferson... » Elle s'avance à nouveau d'un pas, réduisant la distance entre vous volontairement. Ce n'est plus un doigt qui glisse sur ton torse, mais sa main, une main qui remonte jusqu'à son cœur où elle le dessine avec cet index si audacieux pendant qu'elle finit sa phrase : «  N'êtes-vous pas... Le mieux placé pour m'aider dans cette affaire ? Une fois que j'aurais prouver votre innocence auprès mes supérieurs... » Elle penche la tête et sa voix se faire murmure : « J'ai confiance en vous, Zearth... »

A la suite de ses mots, elle s'empresse de tourner les talons pour rejoindre les fourneaux  vérifier la sauce et couper le feu sous le riz. C'est presque prêt alors toujours dos à toi, s'activant dans la cuisine pour finir de préparer le repas, elle rajoute dans un rire : « C'est presque prêt Jake, vous devriez aller vous vêtir un peu, j'ai peur que vous preniez froid... » avant de se retourner dans ta direction, du moins, là où elle pense te trouver... Est-ce-qu'elle a été un peu trop provocante elle aussi ? Elle en a oublié de te remercier pour la bière... Il y avait bien plus intéressant et important, non ? Dangereux et Délicieux, Dragon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Mer 18 Avr - 17:47
  • Jake Jefferson
  • Mallory

Zutto, soba ni ite.
Jouer au jeu de la séduction. Est-ce que seulement cela n'était qu'un simple jeu ? Est-ce que Jake s'amusait à provoquer la demoiselle pour son plus grand plaisir ? C'était difficile à dire avec les différentes réactions qu'il avait pu avoir durant toute la journée. Il ne cessait de la provoquer avec des mots, passant par quelques gestes qui pourraient être vus comme déplacés, mais cela avait peut-être une signification bien précise dans son esprit. Il avait de nouveau l'air sûr de lui et son sourire en coin ne cessait de grandir au fi des minutes. Il ne pouvait pas nier qu'elle avait un impact sur son comportement et cela n'avait rien à voir avec son appartenance pour les militaires ou même sur son enquête qui visait à faire de Zearth Jefferson, un homme libre.

Il avait fait le tour du comptoir de la cuisine ouverte pour venir s'asseoir à ses côté, se tournant vers elle alors qu'il ne portait qu'une simple serviette autour de la taille. Loin de la gène, loin des hésitations qui avaient semé le doute en lui pendant un temps. Maintenant, il avait de nouveau le contrôle sur sa personne et il allait ne pas se gêner pour en tirer profit. L'homme indécent s'amusait à faire tourner sa bouteille d'alcool sur le bois du comptoir donnant directement sur la cuisine alors que la petite fée lui fit aussi face en se rapprochant un peu plus de lui. Il n'avait pas oublié son petit sourire complice qui avait émergeait de son visage quelques minutes auparavant. Rentrait-elle dans son jeu pour les mêmes raisons que lui ? Il en doutait fortement. Impossible de savoir ce que le dragon aux yeux de rubis avait dans la tête. Jeu, manipulation, vérité ? Seul Jake le savait et il allait garder son petit secret dans sa tête pendant encore quelques temps.

Il pouvait aisément observer la jeune demoiselle le regarder de haut en bas, dessinant ses muscles du regard avant de poser un doigt avec douceur sur son ventre, au dessus de son nombril. Cela le fit beaucoup rire intérieurement. Voilà une autre facette de la militaire qu'il découvrait. Pourtant, il ne montra aucune réaction à ce fameux index qui commençait à caresser sa peau, allant se balader un peu partout sur son torse, voir un peu plus bas. A la limite de cette serviette recouvrant la partie la plus intime de notre ancien alchimiste, son doigt s'arrête ainsi que son regard qui avait quitté le sien. Elle lui demanda alors d'arrêter de la provoquer et avoua même dans cette même phrase qu'elle ressentait de l'attirance pour le mécanicien. Son doigt quitta son bas ventre et le visage de la petite militaire remonta vers le sien, rougissant quelque peu, tout en malmenant légèrement sa lèvre inférieur. Non en effet, il ne pouvait pas savoir ce que c'était d'avoir un petit bout de femme à ses côtés... Justement, il ne demandait que cela. Apprendre un peu plus sur elle... Devenir partenaire pour son enquête, c'était ce qu'elle désirait plus que tout. Alors elle se servait du soit-disant jeu de séduction pour l'attirer dans ses filets ? Pour le mettre de son côté et obtenir de l'aide pour coincer Neal ? Bien tenté petite fée... Ce n'était pas faute d'essayer de l'amadouer de la même manière que lui. Seulement, elle n'avait pas besoin d'en arriver là pour avoir un résultat. Jake avait déjà accepté qu'elle s'intègre à sa vie alors qu'il était dans son atelier, en allant l'accompagner à l'hôtel, mais aussi en la ramenant chez lui. Sinon, pourquoi serait-elle encore là ?

Plissant un peu son regard carmin, il continua d'observer le visage de la petite lieutenante. Maintenant, la main de la demoiselle était posée sur son torse encore chaud et s'avança d'un pas pour réduire la distance entre eux. Il aurait bien voulu prendre cette main qui s'était posée sur lui pour venir la porter à ces lèvres, mais il se ravisa bien vite en entendant la seconde partie de son discours. Surtout en écoutant la dernière phrase sur la confiance qu'elle lui portait... Qu'elle portait à Zearth. En entendant ce prénom qu'il haïssait, sa main qui tenait sa bière se serra autour du verre. Seule sa main exprima cette émotion qui venait de le submerger à l'instant, son visage ne changea pas et il resta figé pendant que la petite fée aux cheveux bleus alla faire le tour du comptoir en passant derrière lui pour arrêter le feu de la cuisinière. C'est seulement au moment où il était certain que la demoiselle ne pouvait plus voir son visage, qu'il l'a foudroya d'un regard en coin. Une expression de colère fit disparaître son sourire et il ne tarda pas se lever pour venir derrière elle, délaissant sa bière sur le bois du comptoir. Au moment où elle lui demanda d'aller s'habiller, s'inquiétant sur le fait qu'il pouvait attraper froid, mais aussi à la seconde où elle allait se tourner vers lui qu'il agit enfin. D'un geste rapide, il se colla contre son dos et passa ses bras autour de la taille de la jeune militaire.  Se penchant vers elle pour que son visage soit contre le sien, ses cheveux encore humides contre sa belle chevelure d'ange.

« Ce n'est pas un jeu. J'ai déjà donné mon accord pour être votre partenaire dans votre enquête. En effet, je ne sais pas ce que c'est d'avoir une femme telle que vous à mes côtés, mais j'apprendrai. J'apprends très vite. »

Un sourire carnassier se dessina alors sur son visage alors que son regard se dirigea vers le coin de ses yeux pour apercevoir un bout du visage de la militaire. Oui, il venait de la vouvoyer. Pourquoi ? Parce qu'il ne jouait plus. Il en avait assez. Ses mains se posèrent en douceur sur le ventre de la demoiselle et se mirent à caresser cette zone et son visage se pencha dans sa direction pour venir souffler doucement dans son cou avant de déposer ses lèvres sur son épaule, avant de remonter pour venir effleurer son cou de son souffle. Cette bouche continua son ascension jusqu'à son oreille et il la colla contre pour venir lui murmurer d'une voix sérieuse, comme un conseil des plus sérieux dont il voulait qu'elle soit la seule au courant.

« Ne faîtes jamais confiance en Zearth. Ce n'est qu'un lâche, incapable de faire quoique ce soit et qui a laissé son père se faire tuer parce qu'il était faible. Et il ne faut pas faire confiance en Jake... Qui sait ce qui se passait dans ma tête, hum ? Après tout, vous n'avez pas peur que mon désir de vengeance ne soit pas plus fort que vos mots ou vos actes ? Si je fais équipe avec vous sur cette affaire, c'est uniquement pour vous protéger de Neal, mais qui peut vous protéger de moi ? »

Ses doigts glissèrent jusqu'aux hanches de la lieutenant avant de remonter le long de ses côtes puis s'amusèrent à retomber vers le bas avec lenteur, dessinant ses formes de ses mains jusqu'à arriver un peu plus bas que ses hanches. Il ricana doucement en plissant un peu les yeux avant de retirer ses mains et venir lui embrasser tendrement la joue. Son sourire toujours sur son visage, il se recula pour la laisser en liberté. Il se tourna vers le comptoir dans son dos pour attraper sa bouteille de bière et se décida à rejoindre le couloir à sa gauche.

«  Je vais me changer. Ne m'attendez pas pour manger, je n'ai plus tellement faim. A vrai dire... Je n'ai plus envie de rien pour ce soir. »

Il continua à marcher jusqu'au bout du couloir et ouvrit la porte de sa chambre qu'il referma derrière lui de sa seule main libre. Devant lui, une pièce sombre. Ce qui était plus que normal, au vue de l'heure tardive. A sa droite, un grand lit dont la tête était adossé contre le mur. Il avança vers celui-ci pour venir allumer la petite lampe de chevet. Il posa sur la première petite table en bois, sa bouteille d'alcool, juste à côté de la lampe. Il lâcha un soupir avant de se rediriger vers le centre de la pièce et faire face à un canapé en cuir contre le mur d'en face. Il retira rapidement sa serviette qu'il jeta dessus et se pencha en avant pour attraper un pantalon beige. Pantalon qu'il enfila immédiatement avant de jeter son dévolu sur un haut sans manche de la même couleur que ses yeux. Il était prévoyant, chaque matin, il préparait des affaires de rechange pour son retour du travail. Le haut en main, il se tourna vers sa droite pour regarder les immenses fenêtres et jeta un coup d'oeil à l'extérieur. Tout était calme, comme à son habitude. Puis revenant vers son lit, il s'assit à sa droite avant de s'allonger sur le côté pour tendre la main vers sa bière qui se trouvait à l'opposé. Il avait choisit d'attendre avant de mettre son haut... Il ne savait pas s'il allait dormir tout de suite ou non. Il but quelques gorgée de sa bière avant de la poser sur l'autre table de chevet étrangement vide sur le dessus. Ses iris rouges examinèrent le premier tiroir avec insistance avant que l'homme ne se décide de tendre la main pour l'ouvrir. A l'intérieur, un seul document... Un simple feuille de papier tachée de sang. Rien que de la voir, Jake grogna tout l'attrapant entre ses doigts.

«   Ne pas faire confiance à Zearth... »

Ce document était le sien. C'était la seule chose qu'il transportait sur lui le jour de la mort de son maître. Un morceau de papier qui lui était adressé et qui lui indiqué qu'il avait été reçu pour l'académie militaire. En relisant les quelques lignes, Jake ne pu s'empêcher de sentir son corps trembler. Dire qu'à l'époque... Il voulait devenir alchimiste d'état. Avoir un bel avenir et protéger le pays. Un peu comme le petit bout de femme se trouvant dans son appartement. Zearth avait des rêves, mais il était faible. Jake quant à lui, il était déterminé à se venger maintenant que l'occasion s'offrait à lui... Il était peut-être faible aussi, mais il ne reculerait devant rien pour accomplir son souhait le plus cher. Neal devait mourir... Il devait disparaître de la surface de la terre avant que quelqu'un d'autre ne devienne une de ses victimes.

Se passant une main sur le visage pour chasser les larmes de Zearth venir embrumer son regard et sa détermination, il se mit à trembler un peu plus. Une nouvelle personne était dans l'équation maintenant. La petite fée avec son visage angélique. Il ne pouvait pas se permettre de la mêler plus que cela dans cette histoire. Elle semblait si fragile... Qu'elle finirait par se briser avec le temps. Qu'est-ce qu'il devait faire pour la maintenir en sécurité ? Elle était militaire, certes, mais elle ne savait pas qui était son ennemi et de la cruauté dont il pouvait faire preuve. Seul notre dragon en avait été témoin. Alors qu'il retira sa main de son visage, il laissa ses larmes couler le long de son visage alors qu'il fixait toujours le document. Il n'en pouvait plus de cette situation... Il craquait pour la première fois depuis des années... Depuis qu'il avait changé son prénom. Pour la première fois depuis longtemps, il hésitait sur les choses à accomplir. Il se mit à renifler et ferma les yeux avant de supplier la seule personne capable de l'aider dans ses choix.

«   Maître... Je sais que je vous fais honte. Que vous n'avez jamais voulu que je devienne cette personne, mais qu'est-ce que je dois faire... Qu'est-ce que je dois faire pour y mettre fin ? J'aurais tellement désiré que nos places soient échangées. Si seulement... C'était le cas. »

Alors qu'il pensait que sa détermination était sans faille, Jake venait de comprendre qu'il se trompait encore. Il ne pouvait pas éternellement se cacher derrière ce masque qu'il s'était créé pour fuir la réalité. Il l'avait comprit avec le petit bout de femme dans la cuisine. On ne pouvait pas lui faire confiance et cela ne changerait pas. Alors il préférait fuir encore pour s'isoler. Il n'arrivait plus à tenir son jeu devant la jeune femme parce qu'il savait que l'avenir allait de nouveau être taché de sang, tout comme cette lettre... Mais il refusait de voir le sang d'une innocente couler par sa faute. Il ne pourrait jamais porter un nouveau fardeau sur ses épaules. Il ne pourrait pas le supporter.  

2181 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Jeu 19 Avr - 14:49

L'alchimie se disperse, l'esprit implose...
Mallory n'a pas le temps de se retourner comme elle le désirait... Des paroles légères, jetées pour traduire une confiance maladroite basée sur des lettres et un espoir, un naïf et innocent petit espoir...Pas un seul instant, la petite fée aurait pu se douter qu'une simple phrase viendrait réveiller le plus amer des dragons. La plus féroce des culpabilités. Cette triste et douloureuse réalité. Oui, tu n'étais sans doute pas prêt à entendre ses mots, tu n'étais pas encore capable de deviner la plaisanterie et la sincérité maladroite de la demoiselle. Elle se fait prendre à son propre jeu. Tes bras s'enserrent avec fermeté, son cœur se fige. Son souffle se coupe. Les yeux un peu plus grand ouvert, elle attends, elle écoute les murmures de tes actes et la dureté de tes mots. Tu es tellement tranchant, presque menaçant. Un frisson lui parcours le dos. Pourquoi fais-tu à nouveau cela ? Pourquoi revenir chercher à ébranler son désir de te faire confiance, croire en toi... te croire, toi.

Evidemment que ce n'est pas un jeu...
Car lorsqu'on joue, on garde le sourire. Pour Mallory c'était un jeu, une parole légère et un murmure sincère. L'expression de son espoir envers le "Z" de ses lettres, devant l'homme qu'elle avait tant chercher et qu'elle pourra désormais innocenter. C'est tellement douloureux. Elle baisse la tête et serre le poing d'une manière volontairement imperceptible. Ce n'est pas grave, elle va encore encaisser cela, elle sait faire, Jake. Tu ne feras que graver un peu plus ton empreinte dans ses souvenirs. Ceux qu'elle espère raconter un jour à ses petits enfants. Des rêves simples, des pensées un peu trop naïves, comment lui en vouloir ? Visiblement, toi tu sais faire.

Tu parles d'apprendre vite mais...
Tu n'as pourtant pas encore retenu la leçon pour éviter de la blesser. Ton vouvoiement vient fracasser les légères et futiles pensées qu'elle pouvait avoir sur toi, sur elle, sur vous. Sur ce jeu de séduction qui se confronte à votre bon sens. Mallory fronce les sourcils, elle retire légèrement son épaule du contact de tes lèvres quand tu viens y poser tes lèvres. Plus elle cherche à s'éloigner de ta provocante ascension, plus tu l'emprisonnes entre tes bras. Pourquoi es-tu aussi contradictoire ? Tu arrives à son oreille et c'est la claque. Un petit bout de réalité. Mallory se sent tellement idiote en cet instant. Ses grands yeux noisettes perdent cette délicieuse lueur joueuse et enjouée. Oui, c'est ainsi que cela doit se passer. Elle ne doit pas te faire confiance, tu restes l'un des éléments de son enquête et un jour, tu pourrais te servir d'elle pour arriver à tes fins.

Le message était complètement transmis,
Tu ne pouvais pas être plus clair que cela. Elle relâche lentement la tension dans ton poing. Après tout, pourquoi faudrait-il lutter et se faire violence avec toi ? Tu continues de couvrir ses courbes de caresses sans saveur. C'est fade et malsain dans le fond, n'est-ce-pas ? C'est comme ce baiser sauvage dans l'atelier. Tu dis que ce n'est pas un jeu mais pourtant, tu n'as de cesse de jouer. Tu ne sais pas ce que tu veux, ce que tu fais. Tu es dépassé et ravagé et tu viens de détruire cette étrange et attractive alchimie qui émanait de votre rencontre. Mallory sait désormais, une dose de conscience traverse ses veines. Il est temps d'arrêter de rêver... Un baiser sur la joue qui ne les fait même plus rougir et tu t'éloignes enfin, elle peut se détendre.

Et là, c'est le coup de grâce.
Après ton ricannement déplaisant, tu fais le choix de la quitter. Laisser en plan ses efforts et son repas. Elle ne bouge pas, elle ne dit rien, croisant les bras avant de se retourner pour se poser contre le comptoir et te regarder partir, la colère montant jusqu'à ses yeux que tu ne peux voir. Tu as raison de fuir après ton carnage. Tu as raison, Zeath est un lâche. Mallory soupire et après quelques minuts de silence, elle décroise les bras pour aller se servir son repas. Perdue dans ses pensées, elle fait tourner la bière sur le bois, comme tu as peu le faire il y a peu, elle est songeuse, prise dans ses pensées. Un nouveau soupire et elle se maudit d'avoir été si naïve. Elle s'en veut d'avoir laisser la femme passer avant le lieutenant. Le côté personnel de cette mission semblait prendre de plus en plus le dessus. Elle ne pouvait pas se le permettre. Si de ton côté la faiblesse frappe à la porte, de son côté elle ne fait que devenir plus forte. C'est ainsi que marche le petit bout de lieutenant, elle grandit et se forge à force de déception, de douleurs ou d'épreuves. Ce qui ne nous tue pas, nous rends plus fort. Tu ne l'as peut-être pas tué elle ce soir, mais tu as fracassé une part de son innocence dans un simple ricanement. Tu as détruis une partie de la confiance qu'elle avait un peu trop vite choisie de t'offrir. Méfiance est mère de sûreté... Elle le sait pourtant. Elle le sait.

Délicatement, elle vide la bière dans l'évier.
Elle n'est pas d'humeur à boire ce soir, elle n'est plus d'humeur à rien. Un regard en coin sur la portion de nourritures qu'il reste. La tienne. Un énième soupire. C'est dommage de gâcher tout cela, peut-être que plus tard, tu auras faim. Oui, malgré tout, elle pense à ton bien-être, alors elle prépare ce plateau avec ton assiette couverte, un bout de pain, une autre bière fermée et des couverts. Après avoir fait sa vaisselle, elle se décide à venir le déposer devant ta porte, une porte légèrement entrouverte. Une porte qui laisse passer quelques murmures... A qui parles-tu ? Elle ne devrait pas écouter, elle le sait. Mais c'est plus fort qu'elle. Le plateau toujours entre les doigts, elle tends l'oreille. C'est tellement triste et ça semble si sincère, elle peut presque entendre les sanglots de ta voix. Ses mains se serre sur le bois. Elle ravale sa salive avant de prendre une grande inspiration.

Venir ou ne pas venir ?
Croire ou ne pas croire ? Mallory ne sait plus quoi en penser. De toutes tes facettes, de tes actes ou de tes mots tellement contradictoire. Toujours victime de cette prise de conscience concernant la méfiance, elle dépose le plateau devant la porte, prête à faire demi-tour loin de ta chambre. La lieutenant te laissera ainsi faire face à tes propres démons, elle te laissera cuver ton chagrin dans ton coin, seul, comme tu l'es depuis la perte de ton mentor... Mallory serre un peu les dents. C'est tellement cruel, la réponse est là. Tu es un homme seul et en deuil, accuser du meurtre de l'homme qui te considérait comme son fils, accuser du meurtre de celui que tu considérais comme ton père, n'est-ce-pas ? Peut-être réellement rester impassible face à cet instant de faiblesse ? Elle essaie de se convaincre que ce n'est encore qu'un autre de tes jeux mais... Elle n'y arrive pas.

La petite fée n'est pas de ce genre-là.
Elle se promets de rester méfiante mais elle s'assuera de mettre de la distance entre vous à partir de demain. Ce soir, tu as peut-être un peu besoin d'elle. Celle qui vient de détruire dans un sourire l'ensemble de ton équilibre, la petite vie secrète que tu as su te construire. Après tout, elle cherche à se mettre à ta place un instant, avec son arrivée elle ramène la lumière dans tes ténèbres, après tout ce temps, ça doit être brûlant, non ? Elle ne peut pas être égoïste, tu as le droit de flancher aussi, tu as le droit de suffoquer et d'être submerger. Oui, c'est ce qu'elle pense quand elle pousse délicatement la porte de ta porte. Dans la pénombre, elle te voit allongé sur le lit. D'un pas léger elle s'avance jusqu'à ta hauteur. Que faire ? Que dire ? La demoiselle se mords la lèvre et se frotte un peu les mains avant d'oser prendre un petit bout de lit pour s'y installer. Assise au bord, elle remonte une main à ses lèvres, s'accoudant sur sa cuisse en laissant passer un petit soupire. Son autre main se glisse lentement jusqu'à la tienne.

Les mots ne sont pas nécessaire en cet instant,
Que pourrait-elle te dire après tout ? La militaire retire son costume d'obligation pour ce moment étrange. Sa main cherchent tes doigts pour les ouvrir et venir unir vos mains. Elle te caresse de son pouce minuscule, essayant sans doute de chasser tes larmes et ce tumulte sentimental qu'elle n'a pas réellement su déceler en toi avant maintenant. Et maintenant qu'elle y repense, il y a des actes spontanés et des murmures que tu as eu qui pouvaient facilement la mettre sur la piste. Un fin sourire coupable passe ses lèvres. Pas un seul instant elle n'a tourné les yeux vers toi, bien qu'elle désire être présente pour te réconforter, elle estime que pleurer est une chose très personnel. Les larmes possèdent bien des saveurs...

Après quelques minutes immobiles et silencieuses,
Mallory se décide enfin à bouger, elle ne compte toujours pas tourner le regard vers toi sans y être invitée mais elle fait le choix de s'installer à tes côtés. Oui, délicatement, sans réellement lâcher ta main, elle se laisse tomber en arrière lentement pour être allongée juste à côté, vos épaules se frôlent et c'est à son tour de fermer les yeux. Elle ne sait toujours pas quoi te dire, elle ne sait même pas si ce qu'elle fait en cet instant, te soulage. Elle est un peu perdue mais c'est pas grave. Tu as besoin de quelqu'un à tes côtés, ça elle en est persuadée. Ses yeux se ferment et son esprit s'égare, elle espère avoir calmer ton cœur pluvieux et elle se permet enfin de chuchoter :

« Je... J'ai pas eu le courage de vous laisser seul quand j'ai réalisé que vous... » Que tu étais entrain de pleurer seul dans ta chambre ? Allons, tu restes un homme, comment pourrait-elle te dire un truc pareil ? Elle ne sait pas trop comment t'exprimer ses intentions et partager sa bienveillance avec toi ? Elle pince les lèvres, après une grande inspiration, avant de reprendre d'une voix toujours aussi douce et presque chuchotée, peut-être a-t-elle peur de réveiller les anges ? Elle murmure : « Je venais déposer le plateau repas devant votre porte, je ne voulais pas vous espionner, je suis désolée... Alors je me suis dit que peut-être vous seriez un peu mieux... » Son cœur loupe une mesure, c'est gênant d'avoir à dire ce genre de choses qui semblent tellement évidente à ses yeux : « Avec de la compagnie... » La sienne par exemple, n'est-ce-pas Jake ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Jeu 19 Avr - 21:36
  • Jake Jefferson
  • Mallory

Zutto, soba ni ite.
Allongé sur son lit, tenant le bout de papier dans sa main, Jake ne pouvait plus refouler ces émotions. Trop longtemps laissé de côté, rongé par la culpabilité et le chagrin.. l'homme à la crinière sombre n'avait jamais réellement fait son deuil. La petite fée n'avait rien fait de mal, elle ne pouvait pas savoir que ces mots allaient déclencher cette réaction en lui. Il ne pouvait pas le nier, Jake était dos au mur. L'arrivée de cette femme avait bouleversé son quotidien et ravivé une haine trop longtemps mise de côté. Le dragon avait beau tenté ce qu'il voulait pour tout refouler, mais au final, cela ne servirait à rien. Devoir afin assumer ses faiblesses, sa colère... Tout ce qui était enfouie à l'intérieur de lui... Il ne pouvait plus fuir. Il ne devait plus fuir face à son destin.

Affronter ses démons, une étape trop difficile à ses yeux. Ses nerfs avait finalement lâché et il s'était isolé dans sa chambre pour ne rien laisser paraître face à la militaire. Certains penseraient à de la fierté, mais ce n'était pas le cas. Il fuyait encore comme un lâche. Il tentait vainement de montrer cette partie de lui qu'il avait inventé depuis ces dernières années, le fameux Jake Jefferson, l'homme insensible, dragueur et colérique... Un moyen plus simple pour contrôler sa vie de torturé. Comment pouvait-il faire autrement ? Comment rester cet homme plein d'espoir, souriant et rêveur alors que l'horreur avait gâché toute son existence ? Faire face à la réalité... C'était bien trop douloureux pour lui. Malheureusement, en choisissant ce comportement de brute, il faisait du mal à beaucoup de personne. Commençant par ses clients, ses rivaux des boutiques de Rush Valley et maintenant Mallory Evergreen. Ce petit bout de femme qui était une militaire, mais qui n'en n'avait pas l'air. Jake n'avait peut-être totalement conscience, mais il voyait davantage la femme avant la lieutenant. Elle était pourtant venue l'aider et lui... Il ne faisait que la rejeter à chaque fois qu'elle touchait une corde sensible.

Les regrets... C'était trop facile à son goût. Ayant tellement de chose à regretter dans sa vie, la liste ne cessait d'augmenter avec le temps. Pourtant, en cet instant, il avait envie de s'excuser auprès de la seule personne voulant rester avec lui. Même si cela n'était que temporaire, même si la petite fée attendrait la fin de son enquête pour repartir et le laisser derrière elle. Elle était toujours là pour le moment. Que devait-il faire pour réparer ses erreurs ? Il n'en savait rien... Peut-être même que la militaire était déjà partie. Comment pouvait-elle rester avec un type comme lui ? C'était insensé. Ses mains tremblantes laissèrent sa feuille de papier glisser entre ses doigts pour qu'elle tombe doucement comme une feuille morte sur le sol. Son regard vide semblait transcender le parquet de sa chambre. Fixant le vide et rien que le vide. Il s'était fermé de l'intérieur. Encore une fois, il fuyait comme un lâche. Ne trouvant pas la solution à ses problèmes et ne voulant pas savoir ce qu'il se passait dans le monde réel.

Sans vraiment avoir conscience de ses gestes. Du moins en ne remarquant pas que son corps se mit à bouger tout seul, sans sa volonté pour la diriger, Jake se retourna pour faire face à la porte. Presque au milieu du lit, il fixa l'ouverture de la pièce avant de soupirer et de se mettre sur le dos. Fermant yeux pour ne plus rien voir que le noir le plus total. Il n'entendit pas le grincement de la porte et les bruits de pas dans sa chambre. Ce fut seulement lorsque sa main fut prise dans quelque chose de doux qu'il comprit ce qui se passait dans la réalité qu'il voulait fuir. Une caresse sur sa main puis ses doigts qui se mélangent avec d'autres. Elle était encore là... Elle était toujours là malgré tout le mal qu'il lui faisait. A cette pensée, son coeur se serra et une douleur dans son torse se fit ressentir. Qu'est-ce que c'était ? Du soulagement ? De la surprise ? Des regrets ? Un mélange de tout peut-être... Il pouvait sentir quelque chose se placer à côté de lui et son épaule rentrer en contact avec une autre. La petite fée venait de s'allonger à ses côtés, sans jamais relâcher sa main. Est-ce que c'était réel ou est-ce qu'il s'inventé encore une chimère ?

Pourtant la chaleur de cette main était bien présente dans la sienne. Et une voix résonna dans ses oreilles. Le petit bout de femme n'avait pas eut le courage de le laisser et finalement, elle s'était décidée à venir le voir. La militaire n'osait pas le dire... Mais Jake savait parfaitement qu'elle l'avait entendu sa tristesse derrière la porte. Si au départ, la petite fée était venue lui apporter un plateau repas, elle ne se doutait guère que l'homme qui se faisait passer pour un gros dur, était en train de craquer dans son coin. Comme un enfant qui venait de faire une bêtise et puni pour ce qu'il avait fait... Finalement l'ancien alchimiste ouvrit les yeux dans son monde dont il ne voulait plus faire partie. Il fixa alors ce plafond éclairé par une lumière orangée et tamisée, qui ressemblait presque à un coucher de soleil. Ses lèvres s'ouvrirent un peu, mais il ne parvenait pas à dire un seul mot. Pourtant, il le fallait... Il devait lui parler. Alors, il serra les petits doigts si fins qui étaient encore mélangés aux siens et prit une inspiration pour avoir le courage d'ouvrir une nouvelle fois son coeur à la seule personne encore présente à ses côtés.

«  Si mon maître était encore de ce monde... Il aurait honte de ce que je suis devenu. J'ai toujours vécu dans un orphelinat durant mon enfance et je ne connaissais pas mes parents. A l'époque, je me faisais remarquer par mon caractère rebelle et bien trempé. Personne ne voulait m'adopter parce que j'avais les traits physiques d'un Ishval... Alors on me repoussait, alors j'ai fait la seule chose que je pouvais faire : j'ai fui. Jusqu'à ce que je tombe sur un type bizarre dans une rue avec un gamin. »

Le dragon fit une courte pause pour ricaner. Il revoyait très bien la scène de la ruelle où il s'était fait botter le cul par un autre gamin à peine plus âgé que lui. Mais finalement son rire cessa lentement et il plissa les yeux pour reprendre son récit.

«  Xaldear était le seul homme à accepté qui j'étais réellement au fond de moi. Je n'étais plus Jake... Le petit morveux qui jalousait tous les autres enfants de se faire adopter. J'avais obtenu ce que je voulais le plus : Une famille. Il m'a donné un nouveau prénom dont je ne saisissais pas la signification, mais il me plaisait bien... Alors j'en étais fier. Il m'a appris à devenir quelqu'un de bien et avoir des rêves, mais aussi des limites. Au fur et à mesure que le temps passait, je devenais un homme... Un disciple qui voulait obtenir la reconnaissance d'un maître, mais aussi d'un père. Jusqu'à ce que Neal ne le tue... »

Sa main serra plus fortement celle de la jeune femme, mais il ne lui faisait pas mal. C'était juste un réflexe répondant à ce sentiment qu'il détestait tant et qui refaisait surface quand il revoyait cette fameuse scène dans la demeure de son père adoptif.

«  Ce jour-là, j'étais parti chercher mes résultats pour entrer à l'académie militaire. Insouciant, naïf certainement... Je n'avais rien vu venir. Cette lettre est la dernière chose qu'il me reste de ce passé que j'ai voulu oublier. J'aurai pu la déchirer, la brûler... mais je l'ai gardé. Peut-être pour me souvenir de qui j'étais avant que tout cela n'arrive... Peut-être pour me rappeler cette colère que j'avais en moi alors que Neal venait de me piéger. Mais avant tout, cette lettre me rappelle à quel point je suis faible et que je fuis sans cesse la réalité parce que ma conscience refuse de voir la vérité. En reprenant mon ancien prénom, j'ai cru que les choses seraient plus faciles... Qu'en redevenant l'ancien moi... Je pourrai vivre sans jamais repenser à tout cela. Mais, je me trompais. Comme toujours. »

A ces mots, il tourna enfin la tête dans la direction de la demoiselle aux cheveux azurés. Son regard observa les traits de son visage et son regard se fit de nouveau triste.

«  Et tu es arrivée dans mon monde... Toi la petite lieutenant qui voulait simplement retrouver un homme. Tu es tombé sur un monstre que j'ai créé pour fuir la réalité. Je t'ai fait du mal et mes excuses ne serviront à rien... Ce que j'ai fait dans l'atelier... Ici... Il est trop tard pour réparer mes erreurs. Je déteste ce que je suis et je déteste d'autant plus ce que j'étais, mais au final je suis toujours aussi faible et incapable de contrôler ce qui arrive autour de moi. Avoir enfin quelqu'un qui puisse m'aider, cela me fait peur. Je suis horrifié de savoir ce qui peut t'arriver. Je te sous-estime peut-être, mais en connaissant l'adversaire qui se dresse contre nous... Je ne peux qu'avoir peur. »

Son corps bougea enfin pour se mettre sur son côté gauche, face à la petite fée allongée à ses côtés. Son regard se détourna quelques secondes du visage de la militaire, comme s'il l'homme avait honte de lui. Il lâcha un soupir avant de reposer ses iris sanglantes sur elle. Sa main droite se leva du reste de son corps pour venir lentement effleurer la joue du petit bout de femme puis se poser entre sa tête et la sienne, reposant maintenant sur un bout d'oreiller.

«   Comment pourrais-je vivre avec une nouvelle mort sur la conscience ? Je ne pourrai jamais me pardonner d'être de nouveau faible... Et à cause de cette peur, je fais les pires choix, quitte à me faire haïr de la seule personne qui puisse enfin m'aider à sortir des ténèbres. Lorsque tu m'as dit que je te plaisais... Je ne savais pas trop quoi en penser. Après tout... Je ne sais même pas si tous les gestes et les mots que j'ai eu envers toi, sont vrais ou si c'était encore fuir ce que je craignais le plus... La preuve... Cela m'a tourmenté toute la journée, me demandant si j'étais vraiment en train de tomber amoureux d'une parfaite inconnue et militaire, de surcroît. Mais il y a une chose dont je suis sûr... Je ne veux pas te perdre. Je préférai mourir que de voir une si belle personne telle que toi, disparaître de ce monde. »

Ses yeux se voilèrent encore une fois. Il sentit de nouveau une douleur dans sa poitrine alors qu'il venait de terminer son long monologue. Cela ne devait avoir ni queue ni tête, mais il s'en fichait. Il éprouvait le besoin de tout lui dire... Comme si le dragon avait peur de la voir partir tout de même et qu'il n'allait plus jamais la revoir. C'était quelque chose d'étrange... Jamais de sa vie, il n'aurait ouvert son coeur à quelque de cette manière. Il devait être pitoyable à voir. Il sourit presque intérieurement en repensant à ces dernières paroles... Cela sonnait presque comme les mots d'un homme amoureux et qui refusait de perdre sa moitié. Un dragon éprit d'une fée... L'ombre qui voulait enlacer la lumière pour s'unir et ne faire qu'un... Une chose impossible. Mais pourtant il aurait aimé que cela soit le cas. Parce qu'en réalité... Il lui avait encore menti sur un point : Il savait parfaitement ce qu'il ressentait pour ce petit bout de femme. De l'amour, mais il ne voulait pas se l'avouer, sinon... Cela voudrait dire qu'il venait de s'attacher à quelqu'un et qu'il pourrait encore avoir de l'espoir. L'espoir d'une vie heureuse aux côtés d'une femme aussi merveilleuse que la lieutenant allongée avec lui.

2076 mots
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» [Ruelles] Petite Mendiante
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE
» petite terrine de foie gras saumon lentilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SOUTH CITY :: LE SUD :: RUSH VALLEY :: RUES :: Appartement de Jake Jefferson-