RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

Escanor est officiellement plus accro à la bibine que Ban !
A l'occasion de pâques, notre chimère commence à voir des bibines partout dans toutes les images du forum !
Pendant ce temps... Dominic, Elena et Princesse se font la guerre pour les trouver.
Finir dans un love hôtel avec Banou, ça motive !

Aller à la page : Précédent  1, 2
Mallory Evergreen
Messages : 32
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 EmptyJeu 9 Aoû - 0:06

Merci Mallory,
Voilà des mots qui lui font l'effet d'une bombe. Mallory ne fait pas ce boulot pour les remerciements mais tu viens de l toucher en plein cœur. Elle est si heureuse et si fière de pouvoir te permettre aujourd'hui de retrouver une vieil ami longtemps oublié, l'espoir. Oui elle est capable de voir ce que tu ne peux voir, elle est capable de prouver ce que tu ne peux prouver. Oui Jake, ce petit bout de femme à la chevelure azur croit sincèrement en ton innocence, elle connait la vérité, ta vérité. La lieutenant se libère doucement de tes bras toujours aussi attentive et lorsque tu viens lui confier tes désirs les plus secrets sur le fait de vouloir voler ses lèvres sous ses sanglots, tu viens faire naître une nouvelle fois des rougeurs sur ses joues rondes. Que tu peux être audacieux par moment... Surtout lorsque vos lèvres se frôlent, serais-tu à nouveau l'homme joueur et provoquant de la boutique ? Elle n'y est pas préparer mais elle aurait du mal à te résister...

Mais tes lèvres dévient pour finir leurs courses sur sa joue,
La demoiselle ferme un œil en accueillant ton baiser, elle te sourit et vous cessez de vous enlacer, ainsi elle peut se redresser sans te quitter des yeux pour autant, bien trop attentive pour risquer de moindre haussement de sourcils, elle te sourit lorsque tu acceptes enfin de lui apporter ton aide. Fière que tu sois d'accord avec son analyse sur vos chances de coincer Neal et tes tentatives pour promettre de calmer la bête en toi se solde par un petit rire de sa part et une tête qui se secoue tant elle capitule, tu as pu la vaincre sur ce point, tu es vraiment unique toi.

Main dans la main, tu penses à prendre le plateau.
La lieutenant se sent soulagée, elle se dit que comme ça tu mangeras un bout. Elle s'était déjà le cas, puisque tu avais décidé de la laisser seule et qu'elle n'osait pas venir te voir, elle a un peu grignoter pendant qu'elle te faisait ton plateau. Mais ça, elle n'a pas eu le temps de te le dire.  Enfin quoiqu'il en soit son petit ventre est bien vorace. Elle prends place sur le canapé, amusée de te voir jouer les gentlemans désormais aux petits soins pour elle. Cela ne te ressemble pas trop, mais tu lui donnes le sourire, tu peux entendre quelques petits rires ici et là alors qu'elle t'attends là où tu lui as dit de rester.

Lorsque tu reviens, elle te laisse de la place.
La petite demoiselle remonte ses jambes sur le canapé, elle était prête à reprendre la parole mais voilà que tu lances un regard lourd et grave. Elle est coupée dans son élan, troublée par cette lueur dans tes yeux carmins. Qu'est-ce-qu'il se passe ? Elle hésite à se pencher pour te regarder, chercher à savoir ce qui peut te mettre dans cet état d'un coup. Est-ce-que c'est à cause d'elle ? Heureusement que tu ouvres la bouche pour répondre à ses questions. C'est donc cela qui te rendait si sévère ? Une demande légitime et logique ? Elle pose sa main sur son coeur et souffle un peu de soulagement. Son sourire revient aux coins de ses lèvres, elle se penche pour chercher ton attention, pouvoir capter ton regard avec le sien puis elle dépose sa main sur la tienne. Un geste plein de douceur et de bienveillance :

« Jake, vous... Tu n'as pas besoin de me demander avec autant d'appréhension, tu m'as... Dit dans la chambre que tu m'aiderais dans ma quête. Je crois en toi, je sais que tu ne dis pas cela juste pour te servir de moi. Je ne veux que prouver ton innocence, ces lettres... Je comptais te les montrer dans les jours à venir. Elles sont un peu à toi et je pense que tu as besoin de savoir ce que ton maître pouvait penser de son fils adoptif... »

Elle ne serait même pas en mesure de te les retranscrire, c'est une chose que tu dois découvrir par toi-même. Tu risques de pleurer, l'émotion te prendra encore les tripes mais tu comprendras certainement pourquoi Mallory croit à ce point en toi, tu comprendras certainement combien tu étais un fierté pour ce maître et surtout pour ce père. Délicatement elle retire sa main de la tienne et elle remonte comme prévu ses jambes, glissant ses pieds froids sous ta cuisse. Elle penche la tête pour te regarder avec douceur, tu es attendrissant quand tu laisses paraître ta vulnérabilité et elle rajoute :

« Je peux pas te les montrer tout de suite, car ils ne sont consultables qu'au QG... Mais nous pourrions y aller ensemble demain ? Ou alors il faudra juste que j'aille faire une demande dérogation pour les ramener ici hum... »

Elle pince les lèvres, songeuse. Instinctivement ses petits pieds sous ta cuisses bouge et comme elle réfléchie, elle se mordille la lèvre. Quelques secondes de silence, elle revient poser son attention sur toi en reprenant naturellement sans se dire que tu as peut-être vu son jeu de lèvres :

« Parce que je pense que c'est des choses que tu dois lire tranquillement chez toi et peut-être que tu... vas préférer rester seul... Enfin je devrais jouer mon rôle de militaire et garder la porte puisque ce sont des papiers officiels... »

Elle te tire la langue, oui elle te taquine un peu, mais c'est sa manière à elle d'essayer de redonner de la couleur à ton sourire, tu sembles avoir le cœur morose.
Revenir en haut Aller en bas
Zearth J. Jefferson
Messages : 96
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 EmptyVen 26 Oct - 19:30
Zutto, soba ni ite.

Petite Fée

Jake



“Il n'existe que des contes de fées sanglants. Tout conte de fées est issu des profondeurs du sang et de la peur.”  

Cette demande qui lui semble lourde à prononcer. Il avait longuement hésité à lui faire part de cette pensée. Toutefois, il avait besoin de savoir. Connaître ce que son père, mais aussi son maître, pensait de lui avant sa fin tragique. Peut-être que ces lettres allaient l’aider à aller de l’avant, à faire son deuil… Que cela pourrait calmer son esprit tourmenté depuis son assassinat. Il trouverait des réponses, comprendre comment Neal a pu devenir l’homme capable de tuer son père de sang froid. Malheureusement, Jake avait peur d’apprendre certaines choses. Il hésitait lourdement.

Sur le canapé, la petite fée s'installe. Ses jambes glissent et tentent de cacher les extrémités sous les cuisses de l'homme à la chevelure d'ébène. La demoiselle vient même le réconforter en posant sa main sur la sienne. Elle est douce avec lui. Si gentille avec un homme qu'elle connaît à peine et qui, lui a déjà fait subir des préjudices. Ce petit bout de femme, une militaire dans l'âme. Une petite fée qui ne lâchait rien et qui continuait à s'accrocher. Jake l'avait compris... Il ne pourrait pas se battre contre elle. Alors, au mieux de perdre son temps à la faire fuir, il venait de prendre la décision de l'accompagner. Cela avait pour but de garder un oeil sur elle, évitant qu'elle ne tombe dans quelque chose qui pouvait totalement la dépasser. Une histoire de règlement de compte entre Zearth et Neal.  

Cette main sur la sienne, l'homme l'a regarde avec attention, toujours avec son visage presque fermé. Il vient à tourner le poignet pour que sa paume de main vienne entrer en contact avec la sienne, avant de laisser ses doigts se mélanger avec les siens. Des gestes lents, mais il tient à lui rendre cette douceur sans que cela ne soit pris pour autre chose. Ce n'est pas une provocation, juste un signe qu'il accepte sa gentillesse et qu'il l’accueille malgré ses hésitations.  

Elle vient à lui avouer qu'elle espérait pouvoir l'innocenter. Que les lettres sont pour lui et qu'il apprendrait les pensées de son maître. Malheureusement, les lettres ne sont pas accessibles... Enfin pas de suite. Elles sont au Q.G et la petite militaire se propose de l'accompagner pour aller les consulter. Jake lui serre doucement les doigts avant de laisser son autre main, chercher sa bière et la porter à ses lèvres. Il soupire ensuite avant de se laisser aller en arrière pour s'enfoncer dans le canapé, toujours sa main dans la sienne et toujours la bouteille en main.

« Je ne pense pas qu'aller au Q.G serait une bonne idée. Je suis recherché et si jamais on me demande mon identité, tes collègues vont certainement me mettre derrière les verrous en attendant un jugement. Je refuse... Je ne peux pas rester en arrière et devenir une proie facile si jamais l'affaire s'ébruite. »

Il ne voulait pas être écarté de l'enquête que menait la petite militaire. Il ne voulait pas risquer de perdre sa liberté et la laisser seule face à ce dangereux meurtrier. Il savait que ce dernier était un manipulateur... Et si Neal n'était toujours pas arrêté, si son identité avait été effacé, ce n'est pas par l'opération du saint esprit. Il s'était arrangé pour devenir un fantôme, surement en ayant des contacts dans l'armée ou la police.

« Ce que je souhaite, c'est pouvoir lire ces lettres, mais je veux aussi que tu sois présente, à mes côtés. Je ne pense pas avoir la force de découvrir le contenu de ces écrits et j'ai peur... Peur d'apprendre une vérité qui pourrait me pousser à commettre l'irréparable. Est-ce que tu peux t'arranger pour obtenir ces lettres et les ramener ici, dans mon appartement. Je sais... J'en demande beaucoup et... »

Il ne termine pas sa phrase. Jake se contente de porter sa boisson à ses lèvres et de se mettre à grogner. Il lâche un long soupir avant de fermer les yeux.

« On verra cela plus tard, tu veux bien. Tu devrais manger... Cela risque d'être froid. D'ailleurs, je peux te demander quelque chose ? Depuis que tu es arrivée, je me doute que tu en sais des choses sur moi. Tu dis clairement que tu me penses innocent, mais comment tu peux l'affirmer avec autant de force ? Qu'est-ce que tu sais de moi, au juste ? C'est vraiment étrange... J'ai l'impression que tu me connais mieux que personne, que tu me connais mieux que moi-même en réalité. »

Le dragon finit par rouvrir les yeux et se relever. Il repose sa bière sur la table basse  puis hésite longuement à lâcher cette main dans la sienne. Finalement, cette dernière libère sa prisonnière avant d'attraper une fourchette. Il commence alors à manger, mais ne prête plus un seul regard à la demoiselle. Il le sait, c'est dangereux... Quand il pose ses iris carminés sur elle, si le petit bout de femme a le malheur de se mordre la lèvre... Il ne peut pas s'empêcher de la trouver belle et de vouloir s’accaparer ses lèvres. Il n'oublie pas qu'elle lui a tapé dans l'oeil... Il a promis de bien se tenir. Cela risque d'être compliqué.  

971 mots
Revenir en haut Aller en bas
Mallory Evergreen
Messages : 32
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 EmptyMar 18 Déc - 13:15

Tu as raison aller au QG ce n'est peut-être pas la bonne solution.
C'était une idée lancée un peu précipitée, juste pour te permettre de pouvoir consulter ce qui semble te faire tant envie désormais. Envie mais peur à la fois, n'est-ce-pas ? Mallory s'égare dans sa petite contemplation, elle t'écoute avec attention et douceur. Ces petits pieds toujours coincés sous ta cuisse pour être réchauffer, l'esprit songeur elle passe de ton visage à ta bière. La militaire t'écoute avec beaucoup d'attention. Oui, il ne faudrait pas risquer de te voir derrière les barreaux avant d'avoir pu prouver ton innocence auprès de ses supérieurs. Non vraiment, il ne faut pas. Elle allait pour te répondre mais tu lui dis au même instant que tu désires les lire en sa présence, une fois encore, tu lui montres une part de vulnérabilité sincère. Tu lui demandes d'être présente car tu redoutes ce que tu pourrais y lire. La demoiselle aux cheveux azuréens, ne peut s'empêcher de sourire un peu plus, attendrie par tes mots si fragiles et pourtant si symbolique. Elle ne peut s'empêcher de sourire car elle sait ce que tu pourras découvrir dans ses lignes secrètes.

Tu lui dis que tu en demandes beaucoup...
Et La demoiselle hausse les épaules. Elle s'en moque, ce n'est pas énorme, à ses yeux c'est logique et légitime. La petite demoiselle sourit et te souffle simplement « Ce n'est rien voyons, je serais ravie de les ramener ici... » Puis tu changes de sujet après un grognement qui vient lui faire relever le nez avec curiosité. A quoi es-tu entrain de penser au juste pour grogner comme ça à nouveau ? Elle se redresse un peu et finalement, tu préfères changer de sujet alors elle hésite à répondre à tes mots précédents. Tu lui dis encore qu'elle devrait manger mais elle n'a pas spécialement faim, c'est un petit estomac puisque c'est une petite femme. Elle sourit et pour faire preuve de bonne foi, elle prends une fourchette dans la main, ses doigts glissent loin de ta cuisse dans un soupire regret car ils commençaient vraiment à se réchauffer. Puis  elle plonge son regard vaguement dans ton assiette car son esprit lui écoute encore une fois ce que tu lui demandes, ce que tu lui dis. Un petit sourire aux lèvres, elle vient s'amuser à piquer dans ton assiette et dans un petit mouvement de bassin, elle vient se retrouver cuisse contre cuisse avec toi, elle relève le nez vers toi, même si tu sembles bien décidé à faire sa fête à son plat pour ne pas avoir la remarquer. Elle pouffe de rire, tu es vraiment attendrissant, cela te donnerait presque un côté timide. Alors doucement, elle remonte sa main sur ta joue pour que tu tournes ton visage vers elle. Elle rit en essuyant de son pouce un petit bout de ton repas qui s'est invité sur le coin de ta joue. Tu en as plein la bouche et c'est pas facile de garder son sérieux, elle retire sa main, les yeux dans les yeux, elle dit avec grands yeux ambrés et rieurs :

« Pardon, je te laisse laver ta bouchée... »

Une fois que c'est fait, elle se tourne relève le nez vers lui avec ce petit sourire, elle a tellement de petites choses à te dire, elle ne sait pas où elle devrait commencer exactement surtout que tu voulais changer de sujet.. Mais elle revient sur cette histoire de lettre, elle te chuchote : « Demain, j'irais faire les démarches pour la demande de dérogation ça prendra certainement un jour ou deux mais c'est ça qui me permettra de ramener les lettres avec moi. Comme ça, tu pourras comprendre bien plus de choses... » Elle a ce sourire doux et sa main qui revient alors chercher ta joue, elle se perds dans tes yeux quelques minutes, elle rougie et dans un sourire elle te confie ce petit secret :

« J'éprouve le même sentiment, j'ai l'impression de te connaître... Je sais que tu es innocent car lorsque j'ai découvert Z. dans ces lettres, j'ai tout de suite compris qu'il ne serait pas le genre de personne à pouvoir faire une chose aussi affreuse... Et finalement, j'ai eu envie de rencontrer ce fameux Z. Et je suis sincèrement heureuse car tu es une bonne personne même si parfois tu es un peu brute, hum ? »

Et doucement, elle se hisse à ta joue pour venir l'embrasser, elle ferme les yeux et finalement elle finit par passer ses bras autour de ton cou pour pouvoir te serrer contre toi, elle ferme les yeux et souffle à ton oreille : « C'est fini, tu as désormais quelqu'un qui a les preuves nécessaire pour t'innocenter, fais-moi confiance Jake, s'il te plait... » Elle se recule, réalisant combien vous êtes proche, les yeux dans les yeux, elle se recule tout doucement, elle répète sans décrocher de tes iris carmines :

« Fais-moi confiance comme je te fais confiance... Je t'en demande peut-être trop car tu ne me connais pas, mais je serais aussi transparente que possible avec toi, je t'en fais la promesse.»

Elle souffle et finalement retrouver sa place sur le canapé, toute fluette à coté de toi, le cœur un peu battant devant son geste, elle se frotte finalement la nuque timidement, riant un peu nerveuse en te disant, glissant un regard rougissant et coupable vers lui, se mordillant la lèvre sous l'émotion :

« Désolée, c'était peut-être un peu trop familier comme geste... Je n'ai pas été très professionnelle, mais ... J'ai pas réellement réfléchi, je voulais juste... Soulager un peu ton cœur ? » Elle rougie encore un peu et finit par détourner complètement la tête, mordillant toujours sa lèvre avant de chercher à fuir tes yeux, cherchant à fuir ses propres battements de coeur qui s'affolent pour rien. Rien vraiment ? C'est pas certain ça.
Revenir en haut Aller en bas
Zearth J. Jefferson
Messages : 96
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 EmptyLun 14 Jan - 20:01
Zutto, soba ni ite.

Petite Fée

Jake



“Il n'existe que des contes de fées sanglants. Tout conte de fées est issu des profondeurs du sang et de la peur.”  


Ouais, il lui en demande bien trop. La petite fée pourrait bien lui refuser ses demandes... pourtant, ce n'était pas le cas. Elle ferait une demande pour obtenir les courriers et les lui remettre en main propre. Elle serait ravie de lui apporter pour qu'il puisse apprendre les contenus de ces fameuses pages. La militaire était trop gentille. Bien trop gentille face à un homme comme lui. Comment la remercier de ses efforts qu'elle fournirait ? Il ne savait pas... Le dragon n'avait jamais remercié quelqu'un de sa vie. Enfin, dans ses souvenirs embrumés par la haine et la colère qu'il ressentait depuis toutes ces années. Peut-être en lui offrant une bricole qu'il pourrait fabriquer dans son atelier... Allez savoir. Il y penserait plus tard. Quand les lettres arriveront enfin entre ses mains.

L'homme sentit soudainement les doigts de l'azurée s'éloignaient de sa cuisse. Mouvement qu'il observa du coin de l'oeil, un peu déçu. Pourquoi à chaque fois qu'elle venait d'elle-même, il avait tendance à la faire s'éloigner rapidement. Son contact n'était pas déplaisant et, il ne se gênait pas depuis le début à faire bien pire en terme de contact. Qui était-il pour changer de sujet et par la même occasion l'éloigner de lui de cette manière, alors qu'il n'en avait certainement pas envie... Tient, la voilà en train de lui piquer dans son assiette... Petite chapardeuse. Ah, la voici qui s'approche en gigotant le bassin. Bah alors... Pourquoi est-ce qu'elle... Oh ! La militaire était vraiment aussi près ?! Elle était vraiment en train de lui toucher la joue en lâchant par moment des petits rires ? Aah...euh... Hmm. Elle essuyait simplement le coin de ses lèvres. Rien de bien... Oh purée ! Ce regard qui venait de se poser sur lui... Le dragon profita d'un moment de tranquillité pour tourner la tête et se frotter la joue avec son avant-bras. Il avait un coup de chaud. Difficile de ne pas avoir des palpitations avec une créatures si mignonne à ses côtés. Même, collée contre lui.

Quand elle se remet à parler, il l'écoutait à peine. Il a juste le temps de rediriger son visage vers elle et cette dernière ne se fit pas prier pour lui caresser de nouveau la joue. Il se perdit encore un peu dans son regard et profita du contact de cette peau si douce contre la sienne. L'homme à la longue crinière ne bougea pas d'un pouce. Il arriva à se calmer et à entendre ses prochains mots. Elle avait l'impression de le connaître, mais il ne parlait pas de cette manière... A travers ces lettres. Jake voulait croire en une ancienne rencontre oubliée... Qu'ils étaient physiquement liés par le passé et non pas seulement dans des mots. En y repensant, c'était impossible. Si le dragon avait déjà rencontré cette petite fée, il s'en souviendrait, n'est-ce pas ?

Doucement, ne laissant pas le temps à l'autre de réagir, la demoiselle se hisse vers lui pour lui embrasser sa joue puis, venir lui enlacer le cou pour le serrer contre elle. Un nouveau choc. Le mécano écarquilla les yeux pour finalement, se laisser faire. Qu'il soit une bonne ou une mauvaise personne, une brute ou un tendre... Rien ne changerait ce moment et du bien que cela lui procurait. Cet instant tendre qui arrivait à le détendre. Ce contact qu'il espérait de nouveau avec elle... Ce petit bout de femme qu'il avait dans la peau depuis le début. Il se surprit à vouloir l'enlacer, mais au dernier moment, il sentit la demoiselle se reculer. Un brin de regret dans le regard, il détourna les yeux un instant pour essayer de le cacher.

Elle lui parlait de confiance, mais Jake avait beaucoup de mal à se faire confiance. Il pourrait tout lui donner, mais il se méfierait toujours de lui et de ses faiblesses... Finalement, il alla chercher la main de la militaire, la plus proche de lui pour la serrer entre ses doigts. Il garda les yeux baissés un petit moment avant de les remonter vers son visage. Surprise... Elle se mord la lèvre. Elle s'inquiétait de ne pas être professionnelle, mais elle ne semblait pas guetter le loup qui rôdait toujours à ses côtés. Il l'avait pourtant prévenu... Qu'il était dangereux de se mordre de cette manière devant lui.

« Ne t'en fais pas... Je te fais confiance. Je sais maintenant que tu es là pour... régler cette affaire. Par contre, pour ce qui est de soulager mon coeur... C'est un peu raté.»

Il émit un fin sourire avant de guider sa main vers son torse pour lui faire sentir ses battements de coeur. Un rythme rapide, presque saccadé. Il cachait bien son jeu à l'extérieur, ne montrant rien depuis le début, mais son corps ne pouvait pas mentir éternellement. Lâchant sa main, il tendit l'autre pour venir effleurer son cou et lui attraper une partie de son menton pour qu'elle puisse le regarder de nouveau.

« Est-ce que tu ressens la même chose que moi ? Est-ce que tu te sens honteuse d'avoir ce genre de geste avec moi ? Ou est-ce simplement de la gène ? J'en sais rien... Je ne sais pas si j'ai vraiment envie de le savoir... Mais, je crois que je m'en doute. »

Il ne perdait pas le nord. Il sentait bien qu'elle fuyait son regard parce qu'elle essayait de se dissuader de quelque chose d'impensable. Alors, le dragon ne savait pas vraiment comment l’interpréter. Il lâcha un soupir et laissa son pouce remonter vers les lèvres de la jeune femme pour lui caresser celle du bas. Il fixa longuement cette zone avec cette lueur intense dans le regard, avant de se pencher vers elle. Il s'approcha inexorablement, grignotant la distance entre eux, tenant toujours son menton entre ses doigts.

« Tu disais que tu voulais être transparente avec moi, mais... tu ne l'es pas totalement avec toi. Tu te permets certaines choses parce que tu attends quelque chose... une chose qui semble te faire rougir, mais aussi t'éloigner. Moi, j'ai appris à prendre ce que je désire, sans avoir de regret... d'écouter mon instinct et mes envies... D'assouvir mes caprices. Tu n'aimerais pas, toi ? »

Il eut un demi sourire avant de se pencher un peu plus. Il arriva si près de son visage qu'il pouvait effleurer sa joue du bout de son nez, souffler contre sa peau et sentir son parfum délicat. Il tourna un peu plus son visage vers le sien et ne se gêna pas pour venir déposer ses lèvres aux coins des siennes. Quelques secondes de tendresse avant qu'il ne laisse tomber sa tête contre son épaule, le visage dirigé presque vers le bas.

« Bordel... Je vais jamais arriver à me retenir si je te vois te mordre la lèvre. C'est une torture... »

Il murmura à peine ses mots qu'il laissa sa main qui avait kidnappé le menton de la demoiselle, venir se poser sur l'une de ses cuisses. Il fit des ronds dessus avant de la mettre à plat. Il agrippa sa jambe et se mit à grogner. Il avait promit de bien se tenir, pourtant il avait bien envie de faire tout le contraire. Qu'elle soit militaire, fille du généralissime ou la boulangère, il s'en fichait. Il se disait que mélanger le personnel avec le professionnel cela ne le dérangerait pas plus que cela... Un autre soupir avant de remonter son regard vers le haut. Il devait aussi prendre en compte qu'elle n'était pas venu pour ça... qu'elle voulait s'occuper de l'affaire et tout le barda. Il grogna rien qu'à cette pensée avant de se redresser et de se laisser affaler dans le fond du dossier du canapé.

« On ferait mieux d'aller dormir... Sauf si tu as envie de rester avec moi, hein M ? »

"M", ça sonnait bien... "M", ça peut se confondre avec "Aime". Aaaah, complètement débile, mais il aimait bien.


1426 mots
Revenir en haut Aller en bas
Mallory Evergreen
Messages : 32
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 EmptyMer 23 Jan - 0:19

Ce qu’elle peut être naïve par moment….
Vraiment Mallory ne réalise pas qu’elle vient de signer son arrêt de mort. Elle ne réalise pas que tu as été capable de voir cette lèvre qui lentement trahie sa gêne et sa nervosité. Pourtant elle fait de son mieux, elle va a son rythme. Elle ose comme elle peut, Elle avance comme il peut. Toutes ses choses sont tellement nouvelles pour elle, être ainsi à tes côtés ce soir après t’avoir tant chercher, être capable de te rassurer ou du moins tout faire pour espérer y arriver, ça lui demande tellement de courage et d’acceptation. Ne pas laisser cette étrange attraction venir entacher son enquête, venir mettre en péril son but premier, réussir à prouver ton innocence. Redonner à ton nom sa grandeur. Alors Mallory fait de son mieux, elle fait toujours de son mieux mais au moins, elle se sent de plus en plus à l’aise avec toi, tellement à l’aise qu’elle a oublié de contrôler ses lèvres, qu’elle a oublié que tu n’étais jamais loin, attendant le moins faux pas pour venir lui rappeler que le monde n’est pas aussi simple que ces petits efforts. Comme quand tu lui expliques qu’elle n’a pas été en mesure de calmer ton coeur. Comme quand tu viens prendre sa main dans la tienne pour la poser sur ton torse.

Mallory rougie, ses doigts se crispent sur ta peau…
Elle peut sentir les battements violents de ton coeur contre ton buste. Est-ce-que tu es nerveux ? Est-ce de la colère ou alors un sentiment bien plus étrange ? Aussi étrange que son attraction. Elle ne comprends pas. Pourquoi fais-tu cela ? Pourquoi lui montres-tu ton coeur de cette manière ? Ses yeux se perdent sur ton sourire qu’elle ne comprends pas et les mots s’entrechoquent dans sa tête sans trouver le chemin de ses lèvres quand tu viens caresser son cou. Pourquoi fais-tu cela ? Pourquoi t’avances-tu de cette manière ? Pourquoi la regardes-tu de cette manière ? Pourquoi imposes-tu ainsi ta présence en tenant si fermement son menton ? C’est bien trop pour son petit coeur. Elle récupère sa main qui vient rejoindre l’autre pour se serrer sur ses cuisses, la nervosité reprenant bien vite du terrain sur la complicité que vous commenciez à avoir. Si seulement tu avais arrêté ici, peut-être qu’elle aurait pu reprendre le contrôle mais tu ne sembles jamais en avoir assez… Tu poses toutes ses questions qui font suffoquer son coeur. Pourquoi veux-tu déjà placer tous ses mots sur ce que vous vivez, sur ce vous êtes, sur ce qu’elle peut bien penser. C’est effrayant, tu es presque effrayant en cet instant.

Plus tu t’avances, plus tu viens briser cet équilibre qu’elle essaie de trouver…
Cette main qui remonte sur ses lèvres vient finir de les sceller dans le plus parfait des silences. Non ne fais pas cela, ne les touches pas comme ça. Tu vas la faire fuir, tu vas la brusquer. Tu devrais t’arrêter avant de tout briser.. Mallory suffoque, elle en oublie presque de respirer. Les yeux aussi loin que possible des tiens, les mains de plus en plus serrées sur ses cuisses qui finissent par remonter sur son haut pour l'agripper comme un repère. Tu lui caresses les lèvres de ton pouce mais ce n’est pas certain que ce soir elles puissent à nouveau te murmurer quoique ce soit. Mallory ne comprends pas, elle ne sait pas comment vous en êtes à nouveau arrivés là, ton souffle est de plus en plus proche et sa raison de plus en plus bordélique.

Mais enfin, pourquoi fais-tu cela ? Qu’est-ce-que tu lui veux encore ?
Et là c’est le coup de grâce. Tu ne réalises pas combien tes mots sont rudes pour elle, tu lui dis qu’elle n’est pas sincère, qu’elle se cache. Tu lui dis qu’elle n’est pas transparente qu’elle l’a été avec toi bien plus qu’avec n’importe quel autre homme en ce monde. C’est douloureux, c’est vraiment désagréable, surtout que tu parles comme un égoïste, lui disant que tu prends sans regrets, que tu as pour principes d’assouvir tes caprices… Ces mots sont tellement forts à ses lèvres qu’elle se surprends à vouloir fuir tes doigts. Elle ne veut plus que tu puisses la tenir de cette manière, que tu lui imposes à ce point tes préférences, ta main sur son menton, ton souffle qui s’approche de plus en plus et enfin… tes lèvres qui se posent à la commissure des siennes. Evidemment cela n’a rien à envier à votre baiser dans l’atelier. Pourquoi choisir cet instant pour s’en souvenir ? Parce que tu viens à nouveau faire chavirer sa raison. Parce que tu viens à nouveau troubler ses sens et jouer avec sa grande timidité. Tu devrais vraiment faire attention, la distance entre vous et la marge de réflexion pour se protéger qu’elle peut avoir vis à vis de toi, sont de moins en moins grandes. Tu joues avec le feu Jake en cet instant, tu joues avec ses sens et sa pudeur. Ce n’est vraiment une bonne idée.

Tes lèvres quittent la proximité des siennes…
Elle peut sentir ta tête qui se pose sur son épaule, est-ce réellement la fin ? Est-ce-que tu vas t’arrêter là ? Mallory n’a pas oublié, figée comme une statue, complètement désarmé face à tes manières, elle ne réponds même pas à ta nouvelle remarque. Non, elle ne sait pas comment tu vas pouvoir faire pour te retenir car dans le fond, à ses yeux, tu ne te retiens déjà pas… C’est bien là tout le problème. Ta main libère son menton, elle recommence à respirer mais c’est un répit qui ne dure qu’une fraction de seconde car tu viens t’emparer de sa cuisse. C’est bien pire qu’un baiser ça tu sais ? La lieutenant serre un peu plus ses ongles dans son haut, elle commence à trembler, il faut que ça cesse, il faut que tu arrêtes, il faut que tu recules, que tu lui laisses de l’air. Sinon tu vas finir par la tuer sous la pression et la pudeur. As-tu déjà oublié ces larmes dans l’atelier ? Celle que tu as déjà si facilement fait couler depuis que tu as commencé à la fréquenter ? Finalement c’est la libération. Tu te détaches complètement de son corps pour venir t’affaler sur le canapé. Tu lui murmures des mots qu’elle n’est même pas en mesure d’entendre, il n’y a que ces doigts qui se détendent doucement sur son haut. Il n’y a que sa respiration qui revient doucement.

Elle ne peut pas rester là, elle ne peut pas rester devant toi…
Pas dans cet état, ce n’est pas professionnel. Ce n’est pas une image qu’elle désire donner. Elle, qui pourtant fait tant de son mieux pour réussir à rendre son titre légitime. Elle qui désire à ce point prouver qu’elle est capable, qu’elle possède sa place, elle vient une fois encore de perdre tous ses moyens devant toi. Mais elle tient bon, elle cherche son contrôle, elle cherche à pouvoir faire bonne figure, elle voudrait pouvoir te donner les réponses que tu espères mais il n’y a rien qui parvient à ses lèvres. Alors voilà quelques secondes, peut-être une minute que le silence s’est installé entre vous, et elle n’a toujours pas bougé d’un cils. La tête baissée, les mains posées sur ses cuisses, Mallory respire calmement puis elle se relève. Elle veut s’éloigner de toi mais ses jambes trahissent sa condition, elle manque de tomber. Elle retombe alors assise à tes côtés. Toujours incapable de te regarder, une première larme s’écrase sur sa cuisses, puis une autre. Elle se sent tellement vulnérable en cet instant, elle n’est même pas capable de partir convenablement, elle s’est laissée complètement dévorée par la gêne, elle s’est laissée envahir par le flot d’émotion contradictoire qu’elle peut ressentir à tes côtés.

Elle ravale sa salive et finalement, elle se relève une nouvelle fois.
Le deuxième essai, c’est certainement le bon qu’elle se dit. Une fois debout, elle s’incline respectueusement devant toi. Elle croise ses doigts pour pouvoir contrôler les petits tremblements qui les animent. Vraiment, tu as été trop loin. Elle n’a pas vraiment pas le courage de soutenir ton regard mais elle ose enfin prendre la parole. Une voix assez basse, presque timide et inaudible : « Je pense qu’il est préférable en effet que nous allions dormir… » C’est tout ? Oui, certainement. Pour le moment c’est tout ce dont elle est capable, elle n’est même pas capable de reculer ou de marcher finalement elle serre un peu plus ses doigts entre eux et des nouvelles larmes viennent couler, ce n’est plus quelques gouttes silencieuses, il y a un vrai sanglot qui vient animer son petit corps. Elle remonte ses mains pour frotter ses yeux et elle reprends comme une supplication :

« Est-ce-que tu pourrais arrêter de me faire ce genre de choses ? Je fais de mon mieux… Je fais de mon mieux mais je n’arrive pas à faire mieux que cela… »

Mallory relève enfin son visage déchiré par les émotions vers toi, elle semble vraiment dans tous ses états, pauvre petite fée que voilà. Elle te dévisage comme si elle attendait une réponse sincère, un signe, peut-être simplement du réconfort alors qu’elle reprends en se frottant à nouveau le coin des yeux : « Et je ne sais pas ce que tu attends moi mais quand tu m’obliges de cette manière, tu me fais perdre mes moyens …  Je ne veux pas ressentir cela, je ne veux pas avoir peur… Tu me fais tellement peur… » Ce n’est pas la peur qui viendrait la faire fuir, c’est la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de déranger, la peur d’échouer ou de contrarier. Elle baisse à nouveau les yeux et son souffle se coupe mais elle continue sa confidence :

« Mais… Je ne désire pas avoir peur de toi. Au contraire, je commence à te faire vraiment confiance… Mais dans ce genre de moment, je ne sais pas ce que tu attends de moi… Tu me fais perdre mes moyens quand tu me dis ce genre de choses de cette manière.. J’ai l’impression de faire mal agir alors que j’essaies vraiment de faire de mon mieux pour m’ouvrir et m’approcher de toi, je te le promets… Je te le promets… »

Mais finalement ces larmes n’arrivent à se tarir, elle pleure la petite fée, elle pleure et finit par s’approcher de toi si ce n’est pas toi qui est venu à elle comme si elle espérait pouvoir être toujours plus proche de toi. Car c'est certainement dans tes bras qu’elle trouvera à nouveau le calme et la confiance, elle te murmure même :

« Jake, je suis désolée si tu penses que je ne suis pas transparente, je te promets que je le suis autant que je le peux… »
Revenir en haut Aller en bas
Zearth J. Jefferson
Messages : 96
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 EmptyMer 23 Jan - 19:40
Zutto, soba ni ite.

Petite Fée

Jake



“Il n'existe que des contes de fées sanglants. Tout conte de fées est issu des profondeurs du sang et de la peur.”  

Pourquoi elle semble avoir peur de lui ? Alors qu'il vient de s'affaler dans le fond du canapé, le dragon l'observait du coin de l'oeil. Elle avait perdu ses moyens et pas un seul instant, après cela, elle ne tenta de croiser son regard du sien. N'avait-elle pas les mêmes sentiments que lui en cet instant ? Apparemment... Non. Maintenant, elle tentait de le fuir en quittant le canapé. Il s'était donc trompé ? Merde... Pourtant, elle lui avait avoué qu'elle n'était pas indifférente à l'homme à la chevelure d'ébène... Est-ce que tout cela n'était que finalement un mensonge ? Il s'était donc fourvoyé depuis le début. Et la suite allait le conforter dans ce constat qu'il n'aimait pas.

La petite militaire n'arriva pas à se lever. Tremblante, elle se laissa retomber sur le canapé. Une larme tomba puis une autre. Le dragon venait de comprendre qu'il lui avait fait du mal. Pourtant, ce n'était pas son intention. Il voulait simplement qu'elle sache qu'il était attiré par elle depuis sa rencontre dans l'atelier, que le fait qu'elle se morde la lèvre, lui donner envie de l'embrasser... Ses sentiments ne s'étaient-ils donc pas transmis ? Qu'importe... Il pouvait comprendre qu'elle ne voulait pas qu'il s'approche d'elle. Et elle allait lui faire comprendre. La petit bout de femme se leva et s'inclina devant lui, ajoutant qu'il serait préférable d'aller se coucher. L'homme fronça des sourcils avant de se lever à son tour en hochant la tête. Il ne s'attendait pas à la suite...

Les mots de la petite fée bleutée résonnèrent longuement dans son esprit et il fut comme choqué. La demoiselle lui demanda d'arrêter d'avoir ce genre de geste envers elle. Qu'elle ne pouvait pas aller plus loin, un truc dans le genre. Pourquoi le mécano se sentait-il aussi blessé par cette simple phrase ? Il se sentait rejeté et ses sentiments écrasés par le poids de ses mots. Elle le supplie presque, laissant ses pleurs envahir son être. Il ne pensait pas qu'elle serait aussi mal... Il ne pensait pas qu'avouer son attirance pour elle pourrait être aussi destructeur. Il avait merdé... Il aurait mieux fait de tout garder pour lui, de garder cette distance qui plaçait de la sécurité entre eux. Il n'avait pas l'air de comprendre ce qui se passait devant lui. Cela lui faisait peut-être peur à lui aussi...

Finalement, le coup de grâce arriva quelques secondes plus tard. La militaire lui avoua qu'elle avait peur de lui. Ah... C'était donc ça. Mallory avait peur de l'homme qui se trouvait à ses côtés et qui l'obligeait à faire des choses qui ne lui plaisait pas. C'était donc ça la vérité. Ce que c'était moche. Il aurait pu tout entendre, mais pas cela. Il ne voulait pas regrettait... les baisers perdus, les moments où il avait ouvert son coeur à cette fille... D'avoir pensé pendant une seconde qu'elle pouvait être la première qu'il puisse aimer et partager un peu sa misérable vie. Bordel... C'était trop moche. Il ne savait pas quoi faire.

Jake était devenu livide. Il continuait de la regarder, alors qu'elle tremblait encore, qu'elle pleurait devant lui. Le couteau dans la plaie allait bientôt se remettre à bouger. Il n'était pas prêt pour la suite... Il n'était plus prêt à écouter ces mots. La petite militaire pensait mal agir... surtout quand il lui disait ce genre de chose... Est-ce que c'était mal ? Qu'est-ce qui lui donnait cette impression ? Ah... Il ne voulait pas savoir. Il ne bougea pas d'un pouce et la vit s'approcher de lui pour pleurer contre son torse. Il n'avait pas la force de la repousser. Il était conscient de lui avoir fait du mal pendant tout ce temps... Que chacun de ses gestes la faisait se sentir mal à l'aise à ses côtés. C'était terminé. Il avait comprit le message. Il ne pouvait, pourtant, s'empêcher de passer ses bras autour d'elle et de la serrer contre lui. Il avait maintenant le regard perdu devant lui. Il n'osait pas la regarder...

« Ce n'est pas grave. Ne pleures plus... Je te promets de ne pas te forcer à faire quoique ce soit. Ne t'en fais pas... Ne t'en fais pas.  »

Il murmurait... Il sentait son coeur se compresser dans sa poitrine. Pourquoi cela faisait si mal ? Il avait peut-être trop espéré... Il lui en avait demandé beaucoup trop... Il le savait. Le dragon serra la lieutenante un peu plus fort contre lui et laissa une main s'égarer dans ses cheveux pour essayer de la rassurer, de calmer sa tristesse dont il était responsable. Il commençait à comprendre pourquoi elle réagissait comme ça et qu'il se trompait, qu'il ne fallait pas qu'il s'emporte... Qu'au fond de lui, il savait qu'elle l'appréciait et que cette journée ensemble n'était pas à effacer de leurs esprits. Il fallait y allait doucement... Etape par étape, peut-être pour que cette alchimie qu'il pensait avoir avec elle, puisse agir.

« Je vais t'accompagner à ta chambre. Il est tard, tu sais...  »

Il ne savait pas quoi dire.... Il avait finalement dit cela, mais il ne voyait pas ce qu'il pouvait dire qui pourrait ne pas la blesser ou le blesser lui-même. Il réfléchissait encore à tout cela, se persuadant qu'elle serait réconfortée, ne serait-ce qu'un peu dans ses bras. Sentant les tremblements de la petite militaire dans ses bras, il n'avait pas réfléchit une seule seconde pour se pencher et venir la soulever dans ses bras, comme une princesse. Il l'a serra contre lui et se tourna vers le couloir qui menait au reste de l'appartement. La première chambre sur la gauche, celle qui lui était réservé...Non, il allait vers l'antre du dragon. Il s'y dirigea d'un pas lent, prenant soin de ne pas la lâcher et ouvrit cette porte d'un petit coup de pied. Il entra, toujours en regardant devant lui et alla directement vers le lit en face de lui. Il posa son genou droit dessus puis se pencha en avant pour la déposer sur les draps.

L'homme se redressa un peu avant d'observer son visage et de venir replacer ses cheveux correctement. Il s'était relevé juste un peu, étant encore au dessus d'elle, il finit par s'asseoir à côté d'elle et lâcha un soupir. Il n'avait pas envie de la laisser seule. Même après avoir compris qu'il avait merdé. Trop vite... Il allait trop vite et ne pensait pas à ce qu'elle pouvait ressentir. Ce qu'il était con par moment. Il comprenait que se chambouler l'esprit n'allait pas arrêter de la faire pleurer. Il passa le bout de ses doigts sur ses joues pour chasser ses larmes.

« Tu sais... Il y a des choses que je ne comprends pas, des mots que je prononce, mais qui sont mal utilisés. Je voulais seulement te dire que... Tu ne me laisse pas indifférent. Mais je veux juste que tu saches une chose... Je veux que tu restes à mes côtés. Cette nuit, j'ai encore besoin de toi et tu as besoin de moi. Alors, ne pars pas dormir dans l'autre chambre... Restes avec moi.  »

Il finit par lui sourire, ne sachant pas vraiment comment elle allait répondre à cette demande égoïste. Le dragon devait encore lui en demander trop... Il pouvait encore mal s'exprimer, mais il voulait qu'une seule chose. Qu'elle soit avec lui, qu'elle puisse s'endormir sans crainte et que ces larmes finissent par devenir des larmes de joies par la suite. Rien qu'en la regardant, verser des larmes... Il revenait l'envie de venir la prendre dans ses bras et de l'embrasser... Elle était si belle, même quand elle pleurait à cause de lui.

1384 mots
Revenir en haut Aller en bas
Mallory Evergreen
Messages : 32
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 EmptyVen 12 Avr - 18:21

Et tu refermes tes bras autour d'elle.
Doucement tu viens renforcer ton étreinte pour venir cacher ses sanglots et ses craintes. C'est idiot dans un sens, même elle, elle le réalise car tu pourrais penser que tu es autant le bourreau que le sauveur mais la vérité est telle qu'elle aime être dans tes bras en cet instant, qu'à mesure que les secondes passent, ses larmes deviennent de moins en moins lourdes sur son coeur. La demoiselle ferme les yeux, bercé par le mouvement régulier que donne ta respiration à ton torse. Heureusement que tu as compris, que tu as su entendre ses craintes sans y voir un message erroné, heureusement que tu es revenue la prendre dans tes bras. Tu as compris, elle commence à se dire que tu as compris.

Mallory est une demoiselle pudique.
Un petit bout de femme avec un coeur bien trop gros pour réussir à tout gérer, elle n'a jamais été très à l'aise avec les hommes et encore moins avec ceux qui font vibrer son coeur comme tu sais si bien le faire depuis que vos regards se sont croisés. Cette journée n'a rien de professionnelle, elle ne pourra jamais oublier la sensation de tes lèvres ou la force de tes mots, ce sentiment qui vient retourner son coeur à chaque instant. Elle ne sait même pas pourquoi elle veut tant être parfaite à tes yeux, tant elle veut bien faire les choses. C'est certainement parce que c'est toi, et qu'à ses yeux, être toi ce n'est pas rien. Alors la caresse rassurante de ta main dans la jungle azurée de ses cheveux arrive à apaiser ses tourments, elle commence même à retrouver son calme même ses larmes sont un peu plus difficile à assécher.

« Je vais t'accompagner à ta chambre. Il est tard, tu sais...  »
C'est une bonne idée, la fatigue de ces jours de voyages, voir de ses mois de recherches ne doit pas aider à avoir les idées claires. Elle est prête à te suivre, engager la marche à ta suite car ses jambes ne tremblent même plus mais voilà qu'une fois de plus tu arrives à la surprendre. Dans un mouvement franc et rapide, tu viens la porter dans tes bras comme une princesse. Mais c'est que tu es grands Jake, tu es grand fort et Mallory n'a vraiment pas l'habitude d'être soulevée de terre comme ça. Enfin elle n'a plus l'habitude, enfant c'était le jeu préféré de son père. Sous la surprise, elle pousse un petit couinement en venant vite s'agripper à ton cou, elle cache son nez humide de larmes dans ton cou et soufflant. Heureusement que tu ne peux pas la voir mais quand elle balance les pieds dans tes bras, car son visage est un peu boudeur.

Elle voudrait te crier qu'elle n'est pas une gamine.
Qu'elle n'a pas besoin d'être traitée comme une princesse. Oui elle voudrait te gronder, te demander avec fermeté de la reposer sur le sol... Enfin c'est ce qu'elle cherche à se prouver, ne voulant en aucun point avouer qu'elle est heureuse de rester dans tes bras. Finalement, elle fait tout le chemin jusqu'à la chambre dans tes bras mais elle comprends rapidement que ce n'est pas sa chambre, c'est la tienne. Son coeur loupe une mesure, elle sent l'inquiétude remonter étouffer sa gorge. Est-ce-que tu as vraiment rien compris à ce qu'elle vient de te dire ? Est-ce-que tu vas lui forcer la main ? Oui parce qu'elle est peut-être militaire elle n'en reste pas moins une jeune femme. Une jeune femme qui attise tes sens et réveille bien des désirs en toi. Et si tu en avais marre de sa pudeur ? Et si tu répondais au désir de la chair ? Mon dieu... Est-ce-que vous allez devoir vous battre ?

Une fois allongée sur le lit, elle te dévisage troublée et surprise.
Elle te laisse replacer ses cheveux, tu es complètement au dessus d'elle, tu la surplombes sans mal, elle regarde du coin de l'oeil ton bras qui sert de soutien, elle réfléchit très vite aux solutions qui s'offrent à elle pour te neutraliser si tu tentes quoi que ce soit. Enfin ce qui est bien c'est qu'elle ne pleure plus, tu viens de lui chasser ses dernières larmes. Puis tu ouvres la bouche, elle fronce les sourcils, qu'est-ce-que tu vas dire pour ta défense ? Tes mots font légèrement vibrer son coeur, une fois encore tu lui dis qu'elle ne te laisse pas indifférente, une fois encore tu lui dis des choses qui pourraient vraiment avoir un double sens. Un sens un peu douteux, comment ça tu as besoin d'elle cette nuit ? Et surtout pourquoi elle, elle aurait besoin de toi ? Elle pince les lèvres, ton coeur est sur le point d'exploser. Elle se redresse, chassant par la même occasion son impression d'impuissance quand tu la surplombes comme ça. Elle te fixe, avant de remonter ses petites jambes contre elle, elle ne dit rien, elle se contente de te scruter par dessus ses genoux repliés avec un air plein de suspicions. Avoir besoin d'elle toute la nuit ? Tu veux qu'elle reste à tes côtés mais tu viens de lui dire qu'elle ne te laisse pas indifférent... Et vous n'avez pas 10 ans. Deux adultes dans la fleur de l'âge qui dorment ensemble sans aucune arrière pensée ? Tu as vraiment des doutes.

La lieutenant se penche légèrement vers toi comme pour te dire un secret.
Elle se penche et détache une main de ses jambes. Cette main remonte vers ton visage, elle effleure doucement ta joue c'est doux, c'est tendre puis... Elle remonte le long de ta mâchoire et vient te tirer l'oreille. Le rose lui monte aux joues, alors qu'elle fronce les sourcils. Une expression entre la pudeur et le mécontentement elle te sermonne à voix basse :

- « Jake... Est-ce-que tu le fais exprès ? On amène pas une femme dans sa chambre sans son accord... Et on lui dit pas ce genre de choses après avoir précisé qu'elle te plait... C'est  tendancieux... Est-ce-que tu imagines ce que ça fait ? Attends tu sais quoi... Bouges-pas... »

Doucement elle s'étire pour s'approcher de toi, elle lâche ton oreille pour venir y approcher ses lèvres, elle souffle sur cette dernière avant de murmurer avec une voix délicate et volontairement sensuelle : « Tu sais… » Dans une caresse du bout des ongles, elle vient longer la ligne de ton bras pour arriver jusqu’à ta main avant de reprendre avec le même timbre de voix enjôleur : « Tu ne me laisses pas indifférente…» Oui, elle se joue un peu de tes sens, elle se fait tactile et volontairement charmeuse, elle minaude à côté de toi pour placer le contexte, pour pouvoir rendre l’exemple crédible à tes yeux et surtout à tes sens, peut-être qu’elle cherche un peu à se venger pour tout ce que tu peux lui faire subir depuis votre rencontre, elle souffle encore et elle reprends après avoir remonter ta main dans le sens inverse sur ton bras : « Jake... j'ai besoin de toi et tu as besoin de moi. Reste avec moi toute la nuit dans le lit… »

Voilà, le piège s’est refermé, maintenant elle peut se reculer car tu dois avoir compris où elle voulait en venir, non ? Puis elle te regarde du coin de l’oeil avec son petit air farouche et pourtant un peu taquin. Elle arbore un petit sourire amusée et surtout une lueur dans le regard bien plus joyeuse qu’il y a quelques secondes.  Bien moins séductrice qu’il y a quelques secondes, la petite demoiselle te pousse l'épaule avant de te dire en roulant les yeux vers les cieux dans un profond soupire :

- « Tu vois ? C’est quand même des mots qui sont lourd de sens quand on pense que tu viens de me porter jusqu’à ton lit… »

Doucement, elle tourne le regard vers toi, un sourire se dessine sur ses lèvres. Le rose revient décorer ses joues et sa voix se fait bien plus douce quand elle te dit cherchant une réponse sincère derrière tes mots :

-  « Alors que dans le fond, tout ce que tu voulais me dire c'est que tu ne veux pas rester seul ce soir, n’est-ce-pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty

Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée]

MessageSujet: Re: Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] Zutto, soba ni ite. [PV Ma petite fée] - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite virée nocturne dans les bois [Pv Angel ^.^] [HENTAÏ]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Le cave: Ma poupée. | [PV] Hentaï ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SOUTH CITY :: LE SUD :: RUSH VALLEY :: RUES :: Appartement de Jake Jefferson-