RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 414
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Ven 2 Sep - 13:02

Prêt à assumer son rôle de tuteur ?




Il était amusant de comparer les différences qui marquaient nos manières d'avoir abordé la chimère Anjuu. Je ne connaissais pas bien les circonstances vis-à-vis de Jean, mais quand je regardais Edward, il était évident de deviner comment il s’y était prit. À mon goût, cet intérêt pour la chimère de la part du garçon n’était pas pour me plaire.
À son âge, il était plus que naturel qu’il commence à s’intéresser aux filles. Je ne pensais pas qu'il parviendrait un jour à faire ressortir cette partie de sa personnalité, trop honteux vis-à-vis de son frère. Mais l'absence de celui-ci devait aider Edward à penser, sans se morfondre. Un petit peu, seulement.

« Mais pourquoi je pense ça ? Il fait ce qu'il veut ! Je suis pas son… »

Je coupais court au fil de mes songes, mes épaules se haussant. Le souffle en suspens, je fixai le mur devant moi. Mes mains étaient fortement blanchies par la pression de mes doigts contre mes paumes. Le tout, dissimulé dans les poches de ma veste.

« Mais en même temps… »

Mais en même temps quoi ?
Deux parties de mon cerveau se divisèrent, débattant l'une contre l'autre. Celle qui dirigeait mes émotions et mes sentiments, leva un doigt en rehaussant ses lunettes invisibles :
« Ça fait quatre ans que tu connais ces enfants. Et quatre ans que tu ne dors plus à force d'imaginer les horreurs qu'ils ont vécues et celles à venir. Tu les aimes bien et tu as envie de les protéger, alors qu'est-ce qui t’empêche de le dire ? »
L'autre partie, plus rationnelle et solennelle, répliqua :
« Ils sont débrouillards ! Et je ne pense pas qu'ils ont très envie d'être maternés ! »

Jean et Edward allaient partir. Leur rapport était terminé. J'en avais marre de ne penser qu'à mes dossiers et décidai de les suivre dans le couloir du QG, histoire de m’aérer l'esprit. Peut-être pensais-je à toutes ces futilités, car je dormais de moins en moins. À cette « évidence », ma sensibilité à lunettes, rétorqua : « Quel menteur ! ».
Malgré les quatre années passées à veiller sur les frères Elric, je n'assumai pas totalement le fait que je souhaitais plus que leur réussite. Je voulais leur bonheur. Leur sécurité. Leur bien-être. Au fond, ça résuma assez bien la réussite.
Pour avoir vécu dans la pauvreté et la misère, je savais ce qu’étais l'attente. Mais j'avais connu la chaleur des bras de Chris à la place de ceux de mes parents. Edward et Alphonse n'eurent malheureusement aucun substitut parental. Sauf peut-être leur maître, qu'en sais-je ?

« Un substitut », pensai-je.

Peut-être était-ce ce dont Edward avait besoin. Non pas pour se battre, ni même pour lui rappeler de cesser de tout foutre en l'air autour de lui quand on l'envoie en mission… Mais pour lâcher prise. Lâcher prise quelques minutes sur son rôle de grand-frère. De frère obsédé par sa faute impardonnable. Et qui ne lâche aucun bout de sa souffrance.
Un adolescent de son âge ne devrait pas vivre ça.

« FullMetal, interpellai-je. »

Nous étions encore dans les couloirs du QG. Les bonnes formulations s’imposaient. Je le fixai durement. Les parties de mon cerveau n’eurent toujours pas trouvés d’accord préalable sur la suite des événements. J’eus l’air d’avoir avalé mon café de travers, la bouche déformée par ma moue septique et crispée. Il était rare que ça m'arrive mais là… Il s'agissait tout de même de casser une routine et un quotidien hors-normes pour parler à un adolescent des… Choses de la vie. Que faire de mieux pour le détourner poliment de l'attention de la chimère ? Je voulais absolument qu'il comprenne que bien qu'elle l'ai embrassé, ce n'est pas pour autant qu'il fallait se marier avec !

Je me déridai lentement et détournai les yeux.

« En même temps, il ne faut pas que je lui donne l'impression de le détourner de son objectif. À savoir, récupérer leurs corps. Mais je ne pense pas qu'il le prendra de cette manière. Non… »

Après tout, jusqu’ici, j'étais parfois assez subtile pour lui faire comprendre combien il est dur d'être adulte. J'avais toujours été là pour lui envoyer les bonnes remarques concernant les souffrances. Mais jamais les plaisirs. Il était peut-être temps de faire impasse, deux minutes, sur les tabous. Je serais plus rassuré de le savoir dans les bras d'une jolie fille qui ne se métamorphose pas.

« Allons dehors, soufflais-je. »

Les mains dans les poches, je dévalai les escaliers du bâtiment, traversai la grande place et sorti du QG de Central City. J'eus l'impression que ça faisait une éternité que je n'avais pas fais ça. Dès lors que nous passâmes dans l'allée du centre-ville, mes épaules retombèrent. Le brouhaha nous entourant démontrait des activités de l'après-midi. Mon sourire refleurit aussitôt. Le masque se collait à mon visage, par réflexe.  Une fontaine marquait le centre de la place bondée. Plusieurs personnes s'étaient assises sur le rebord marbré, profitant de l'eau éclaboussante par infimes gouttes.
Je restais loin de projections liquides, non sans ôter mon manteau. Il faisait chaud. Et j'avais encore plus chaud à l'idée de parler d'un sujet sensible avec Edward. Mais après tout, c'était un peu lui, qui avait commencé.
Comme à mon habitude, je fis semblant de ne pas le considérer. En réalité, je cherchai mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
FullMetal Alchemist
Who am i !

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Ven 2 Sep - 16:08
Edward ne comprenait pas trop ce qu’avait les deux adultes à propos d’Anjuu, enfin, c’est vrai qu’il connaissait principalement sa petite choupette d’Angélica. Mais bon passons. Le rapport fini, le blond n’avait plus de raisons particulières de rester, et la discussion sur les filles avait été des plus étranges. Il en friponnait encore. Les mains dans les poches il se disait qu’il faudrait qu’il aille acheter du tissu pour se fabriquer un nouveau manteau, vu que la dite Anjuu était parti avec le sien justement. Il retira aussi ses gants blancs et les jeta dans la poubelle la plus proche. Une nouvelle paire serait la bienvenue, mais ça, il en avait plusieurs dans sa valise à l’hôtel. En tout cas que les deux hommes connaissent la chimère était alarmant. Surtout qu’ils la jugeaient comme une ennemie. Sa petite pitchoune était juste adorable, cette petite fille était un amour, car pour lui, elle restait Angelica avant tout. Il était la a soupiré quand la voix du ténébreux lui parvins. Le blond tourna la tête vers l’appel et haussa un sourcil, Pourquoi Mustang l’interpellai t-il ? Ils avaient fini pourtant et il doutait vraiment que l’homme veuille passer du temps en sa compagnie pour le fun.

Pourquoi semblait-il si contrarier encore ? Tien, il déridait maintenant et ne le regardait même plus. Le suivre ? Pourquoi ? Ho, il allait vite le bougre, Edward était presque obliger de courir, trottinant pour être à la hauteur des grandes cannes du brun. Le garçon le suivait donc. Pas trop le choix l’autre voulait sans doute lui parler. Attends ! De quoi au juste ? Non, il ne voulait pas continuer la discussion sur ce sujet-là si ? Remarque peux être qu’il en tirerait un enseignement utile.

Le blond l’observait, Mustang semblait concentré, ou l’ignorer, ce qui serait un comble vu qu’il lui avait demandé de le suivre. Il faisait si bon pour un mois d’octobre ! Edward ferma les yeux quand ils furent à l’arrêt non loin de la fontaine et profitait du soleil sur son visage. Ce genre de petite chose qu’il profitait pour Alphonse aussi, quand celui-ci lui demandait de le lui décrire. Alors quand il avait le temps, il le faisait. Re ouvrant les yeux le jeune homme trouva la mercerie du regard, parfait. Il prit Mustang par la manche et le tira à sa suite. D’ailleurs en y repensant Alphonse avait besoin d’un nouveau pagne.

Les portes de la mercerie franchie, le blond regarda les alentours. Il savait précisément ce qu’il voulait comme tissu, un tissu qui tenait chaud l’hiver et pas chaud, ou pas trop l’été. Et qui ne soit pas trop lourd. Et voilà qu’il tirait à nouveau le brun à sa suite avant de le lâcher, les vendeuses gloussant que le beau colonel Mustang était là et de prévenir les copines. Edward lui laissait l’homme réfléchir tendit qu’il cherchait le bon tissu et la bonne nuance de rouge. C’est que voilà quoi. C’était important la couleur, ho sympa ce beige ! Ha, mais c’était la matière souhaitée, il tira dessus et l’observa mieux. Après s’il ne trouvait pas en rouge, il pouvait toujours le teindre. Ce ne serait pas la première fois qu’il le ferait, ha Sandra approchait. Sandra était la patronne. Une magnifique brune. Il la connaissait bien, vu qu’il venait toujours acheter son tissu ici.

S : Bonjour, alors Edward, tu as encore déchiré ton manteau ?
- Yo ! Même pas, je l’ai laissé à une fille pour pas qu’elle soit toute nue en pleine rue.
S : c’est bien, tu es un bon garçon, tu as… Tu as QUOI ???

Visiblement, l’information n’était pas arrivée au cerveau tout de suite. La femme sembla inquiète de savoir qu’une fille se baladait toute nue à Central.

- Ne vous inquiète pas, elle avait déchiré sa robe par mégarde, c’est tout. Du coup, j’ai besoin d’une nouvelle veste. Il n’y en a plus de rouge ?
S : ho mon poussin ! Je n’en aurais que la semaine prochaine du rouge.
- Ce n’est pas grave, je vais prendre le beige-là.
S : c’est écru, je t’en mets la même quantité que d’habitude ?
- Oui s’il vous plaît.

Armé de sa paire de ciseaux et de sa règle mètre, la femme agie avec dextérité, et mesura ce don il fallait pour la veste du garçon. Un client régulier mine de rien. Puis d’un geste ample sans même replier la paire de ciseaux, elle trancha le tissu en ligne parfaitement droite. Elle plia le tout, nota la quantité sur un papier et le donna au blond. Elle savait où il irait après. Chercher du fil et utilisez la table du fond pour poser le tout et transmuter la veste. Pour sa part, elle utilisait une machine à coudre, mais chacun son truc. Elle regarda le garçon s’éloigner avec bienveillance, puis porta son regard sur l’adulte.

S : Je peux faire quelque chose pour vous monsieur Mustang ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 414
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Ven 2 Sep - 18:00

Poussin




Bigre !
Il ne me laissait pas le temps de réfléchir, celui-là ! Quelle idée de tirer son supérieur par la manche, de cette manière ! C’est la première fois, de ma vie d’homme, que je me laissais entraîner par un gamin. En même temps, je ne pus décidément pas lui dire de s’arrêter et lui rappeler son grade étant donné que je l’avais sommé de me suivre, pour parler de quelque chose qui ne rentrait pas dans le contexte militaire. Alors, je décidai de jouer le jeu et de me laisser faire. Si ce petit interlude me permettait de trouver par où commencer…

Edward défonça presque la porte d’une mercerie et nous fit rentrer à l’intérieur. Un silence nous accueillit alors que je fixai l’une des vendeuses, face à nous. Mon bras retomba mollement le long de mes hanches alors qu'Edward eut lâché ma manche. Il analysa la pièce. J’analysai la jeune femme. Je m’apprêtai à lui sourire, levant la main pour la saluer, oubliant au passage avec qui j’étais. Et de nouveau, la mascotte naine qui « m’accompagnait », attrapa le bout de ma veste militaire. Ni une, ni deux, je me retrouvai embarqué à sa suite ! Les trois jeunes femmes, deux vendeuses et la patronne, gloussèrent. Mais c’est surtout l'une des vendeuses qui tenta de me rendre mon salut, timidement. Était-ce à ça que ressemblait le quotidien d'Alphonse ? Suivre cette bombe en hypertension dans toutes les villes ? Dieu merci, le cadet Elric avait un tempérament tout à fait exemplaire et je ne pus que ressentir un profond respect pour sa patience.
Edward me relâcha et partit à la conquête d’un bout de tissu. Je saluai poliment la patronne en approche, fulminant quant aux manières verbales du jeune homme. Décidément, ce n’est pas avec un entrain pareil et si peu de charisme qu'il parviendra à plaire à quelqu'un. Ou quelque chose.
Mais alors que j'écoutai ce qu'il disait, je ne manquais pas de noter qu'il parlait d'Anjuu.

« Ne vous inquiètez pas, répondit-il à la vendeuse effarée. Elle avait déchiré sa robe par mégarde, c’est tout. Du coup, j’ai besoin d’une nouvelle veste. Il n’y en a plus de rouge ? »

Je haussai un sourcil, forcé d’admettre que sur ce coup-là, il avait été beaucoup plus galant que moi. Lorsque j’avais fais la rencontre d'Angelica, je n’avais malheureusement pas été aussi tendre. Mais je n’allais pas revenir là-dessus… J’en portais lourdement le fardeau depuis quelques heures et savais déjà que le sommeil ne frapperait pas à ma porte, encore une fois.
Mes pensées furent vite dissipées dès lors que j’entendis la vendeuse gratifier l'Alchimiste FullMetal d'un surnom tout à fait adorable. Mon sourire sarcastique s'élargit sur mes lèvres sans que je puisse lui ordonner de se replier.

Alors que je me mordis la lèvre, presque impatient de l'emmerder, je me fis surprendre par la patronne. La sympathique jeune femme me demanda si elle pouvait faire quelque chose pour moi. Je me tournai vers elle, pensant avec ferveur :

«  Vous venez de le faire. Quel plaisir je vais me donner de lui rappeler ce surnom. »

Les dossiers compromettants s’empilaient en ma faveur. J’aimais ça. Entre Jean qui détenait une culotte mystérieuse dans ses poches et le petit blond qui revenait d’une bataille, semble-t-il, tout à son goût… Le jour où j’apprendrais quelque chose comme ça sur Alphonse, alors cela voudra dire qu’il aura retrouvé son corps…
Puis je me laissais attendrir par le fait qu’elle eut reconnu qui j'étais. Cela faisait peu de temps que j'étais arrivé à Central City, mais visiblement, j’étais parvenu à marquer les esprits. Satisfait, je lui répondis :

«  Non merci, mademoiselle. Je vous en prie, ne vous dérangez pas pour moi. »

J’esquissais un sourire, les yeux pétillants. Puis je penchai la tête afin de voir derrière elle, Edward en plein travail. Je soupirai. Comme à son habitude, il était déjà passé à autre chose. Je commençai à me demander ce que je faisais là, déjà. Car maintenant, pour lui parler, ce ne serait pas aisé. De toute évidence, ça ne l'était jamais quand il s'agissait de lui. Je décidai d'attendre qu'il termine sa besogne afin de l'inviter à rejoindre un coin calme.
Je me voyais mal lui proposer d’aller boire un café. Mais après tout, tout ce que j'avais fais pour l’entraîner à parler… Je ne m'étais jamais imaginé le faire. Est-ce que je devenais trop vieux ? Est-ce que je devenais trop… Impliqué ?
Alors que je serrais ma veste, rangée sous mon coude, je m’approchai d'Edward sous le regard bienveillant de la patronne du magasin.

« Allons boire un verre après. »

Et vite… Que je puisse retourner travailler. Pour ne pas mourir sous le joug de mon Lieutenant quand elle reviendra de mission. Mais surtout pour que je puisse avoir la certitude qu’il n’aille pas retourner, les bras grands ouverts, dans ceux d’une chimère à trois têtes. Et puis… Parce qu'Edward n'était pas connu pour sa délicatesse et sa patience et c'est pourquoi il fallait absolument que j'entame le cœur du sujet avant qu’il ne déguerpisse dans une crèmerie qui passait par là.

[...]

Quand il eut finit, je saluais de nouveau les vendeuses et la jolie patronne avant de m’éclipser dehors avec, je l’espère, le blond aux talons. Cette fois, ce fut à mon tour de l’entraîner dans un endroit que je connaissais. Nous passâmes devant le bar de Chris Mustang et je fis attention à ne laisser aucun regard converger dans cette fameuse direction. Plus loin dans la rue, une cafétéria bondée de monde pointa le bout de son nez. Je m’asseyais à une table, ronde et brillante sous les minces reflets du soleil.

« Que veux-tu boire, Edward ? Un petit lait ? »

J'esquissai un sourire.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
FullMetal Alchemist
Who am i !

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Ven 2 Sep - 20:20
La patronne n’insista pas. Edward finissait de confectionner sa nouvelle veste couleur crème donc avec son logo noir dans le dos et l’enfila. Il avait acheté un autre tissu violet pale qui était dans un sac. Cela le changeait mine de rien du rouge. Il la garderait de cette couleur sans la teindre, ça lui permettrait justement de changer, la semaine prochaine, il reviendrait pour en faire une de couleur rouge.

Il tourna la tête vers le brun, ça y est-il, c‘était décidé à parler ? Boire un verre ? Pourquoi pas. Si c’était si généreusement offert. Le blondinet salua de la main les vendeuses et la patronne. D’habitude, il restait plus longtemps et partageait avec elles un thé et des gâteaux. Les filles semblaient justes l’adoré. Au début, il avait été réticent, puis c’était devenu habituel. Comme cela n’était qu'occasionnel pourquoi pas. Mais avec son supérieur avec lui ce n’était juste pas possible.

Ainsi, il marchait les mains croisées sur la nuque tout en suivant son supérieur. Il n’allait pas souvent dans ces rues-là, punaise, il l’embarquait où ? Ils passèrent devant un bar, le garçon en était sûr ! L’homme devait venir prendre du bon temps ici parfois. Par contre en effet, il préférait le café terrasse présent. Avec ses lampes au gaz en extérieur, les tentures sur le dessus pour protéger du soleil, les tables en bois avaient du charme les couleurs était chatoyante, on s’y sentait bien. (non ce n’est pas vrai, je n’ai pas décrit le café terrasse peint par Van Gogh XD)

Le blond suivis, Mustang qui se mit à une table plus au soleil. Alors il s’assit aussi. Il faisait chaud. Il détacha ses cheveux et les remonta en queue-de-cheval, voilà, il aurait moins chaud.
Le gamin s’empara de la carte sur la table pour regarder ce qu’ils proposaient. Hum voyons voir, il la reposa alors.

- Un thé glacé pour moi avec une rondelle de citron. Et votre lait vous pouvez vous le carré la ou je pense !

Il aimait bien les boissons fraiche un peu aciduler. Il accrocha son sac à l’accoudoir pour ne pas le voir, se faire embarquer. Quand le serveur vain prendre les commandes, le blond demanda aussi un muffin au chocolat noir. Ce n’était pas ce qu’il y avait de plus cher, mais il en raffolait. En même temps, son but n’était pas de ruiner son supérieur qui semblait agir plus en père pour l’instant. Quand sa boisson arriva, il porta la paille à sa bouche sirotant lentement sa boisson après y avoir mis le citron, tout en fixant le brun.

Edward reposa son verre mastiquant la paille, s’accoudant à la table, il croisa ses doigts entre eux, chaire contre métal et posa son menton dessus. Un brin impertinent, un brin curieux, le regard d’un enfant qui attend la leçon et impatient d’apprendre quelque chose de nouveau.

- Alors ? je vous écoute !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 414
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Ven 2 Sep - 21:40

Quiproquo




J'inspirai avec avidité avant de laisser la pression sur mes épaules, retomber. Le café que j'avais commandé refroidit doucement, alors que le muffin d'Edward s’interposa entre nous. Je remerciai le serveur d'un petit pourboire avant de laisser la totalité de la facture au centre de la table. Face à moi, le jeune homme était déjà prêt à m’écouter. Ce qui me surprit. Je n’avais même pas relevé sa réponse mal fournie quant à mon insinuation sur le lait. Ces derniers temps et depuis que nous avions réchappé de la mort avec mon Sous-Lieutenant, j'étais sur les nerfs. C'est donc sans précaution que je disais :

« Je vais me répéter pour être sûr d'être bien clair. J'ai la sensation que personne ne se rend vraiment compte que nous avons affaire avec une chimère. »

Je jetai un coup d’œil au bitume à nos pieds, avant de reporter mon attention sur l'adolescent. Il était certain qu’il n'acceptera pas si facilement ma façon de voir les choses. J’espérais surtout qu'il n'éprouvait pas d'amour pour la donzelle aux trois facettes. Ce serait trop compliqué.

« Tu dois faire attention quand bien même tu abordes une… Normale, finis-je de dire en voyant une femme épouvantablement sexy, traverser la rue. »

A n'en pas douter, elle allait dans la direction du bar de ma mère adoptive. J'esquissai un sourire. Elle me vit et leva la main pour me saluer. Je reconnus aussitôt son visage et déglutis. Il  ne fallait pas non plus que Edward en sache trop vis-à-vis de Chris. Je saluais tout de même en retour la jeune femme qui continua son chemin, pour mon plus grand bonheur, non sans jeter un coup d’œil au blondinet. Elle dut forcément le reconnaître. Personne n'était s'en savoir qui il était. Je me raclais la gorge et fixai de nouveau l’intéressé devant moi.
J'étais frustré. Car je m'enfonçai. D'un moment à l'autre, il pouvait exploser. Et la seule chose pour le retenir était ce muffin au chocolat noir. Heureusement.

« Bon, je sais ce que tu dois penser. Ce ne sont guère mes affaires et tu auras raison. Mais je n'ai clairement aucune envie de signer des rapports détaillant ta mort. Je pensais que tu avais d'autre ambition que celles de flirter... Mais ce n'est apparemment pas le cas. Dans ce cas, fait au moins les choses correctement, tu veux ? »

Je me coupai dans mon élan le temps de boire dans ma tasse de café, mon index en suspens pour intimer le jeune homme de ne rien dire durant ce laps de temps. Aussitôt ma tasse retournée dans sa coupe, je poursuivis :

« Ne te méprends pas, je ne dis pas que cette jeune femme n’est pas abordable parce qu’elle est une chimère, mais elle ne l'est pas, parce que nous sommes en train d’enquêter sur elle. Tu fais impasse sur cette affaire. Et s'il advient qu'on apprend qu'elle n'a rien d'innocente, alors tu serais déçu, au final. »

Je haussai les épaules, déformant mon masque de fermeté durant une demie-seconde. Avant de conclure :

« Je ne le permettrai pas. »

J'ignorais si ma phrase puisse avoir un double sens. Pourtant, je souhaitais simplement dire que je ne puisse pas permettre qu'il interfère de manière sentimentale dans les affaires militaires. C'était arrivée une fois, avec Nina Tucker... Mais là, c'était encore une autre histoire.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
FullMetal Alchemist
Who am i !

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Dim 4 Sep - 9:21
Edward observait son supérieur, il ne l’avait jamais vu dans cet état-là, il était si sûr de lui habituellement si prétentieux, là, c’était différent, presque…. Paternel… Non, il se faisait des illusions, jamais cet homme n’agirait comme un père. Déjà, le comportement d’Alphonse avait changé, il était plus intrépide et faisait plus de connerie. Son regard se porta sur sa main auto-mail endommagé, la surface rongée par l’alchimie stupide de son petit frère. Il espérait que cela serait une phase passagère. Mustang ne semblais avoir remarqué les dégâts, bonne nouvelle, de toute façon tant que son bras et sa main fonctionnaient, c’était le principal. Et voilà que le colonel se la jouait paternel, car il le savait bien, il l’avait compris, actuellement, ils ne se parlaient pas dans le cadre du travail, mais bien dans le cadre du privé, c’était la première fois s’il se souvenait bien que cela arrivait.

D’ailleurs, ce que lui dit Mustang confirma ses pensées. Dire que ces derniers temps Edward s’étaient forcé à s’assagir et à gagner en patience a causes des bêtises de son petit frère. C’est sans doute pour cela qu’il pouvait écouter calmement le brun.

- Je sais que c’est une chimère. C’est avant tout une petit fille de moins de dix ans je vous rappelle. Après tout que savez-vous de cette enfant ?

Edward se tut aussi en regardant ce femme passé, elle était belle oui, mais de la a bavé dessus, il regarda à nouveau son supérieur et plissa les yeux, ils se connaissaient a n’en pas douté. Il n’aurait jamais imaginé que l’homme puisse être attiré par ce genre de femme. Il le voyait plus avec une femme comme Riza… Ils iraient bien ensemble d’ailleurs non ? Ils agissaient déjà comme un couple marié après tout.

Ça pour ne pas être ses affaires, c’était le cas, mais de la a dire qu’il savait ce à quoi il pensait, il en doutait, car il ne pensait pas du tout a cela. Il venait d’imaginer Mustang en costume de marié avec Riza en robe blanche à ses côtés. Il croisa les bras et remonta un pied sur son genou opposé se calant dans le fond de sa chaise, continuant de l’écouter sagement. Le blondinet plissa subitement les yeux, comment osait-il dire cela ? Il était culotté.

- Et…

Mais il était gonflé ! Il lui faisait la morale t'il ne pouvait pas répliquer. Ha, il poursuivait, écoutons avant de renchérir.

- Et je pensais que vous me connaissiez mieux que cela. Ce n’est pas par ce que je vous ai demandé de m’apprendre à comprendre les femmes que je vais changer par rapport à elles. Qu’Anjuu m’aime ou pas, ou même une autre, m’importe peux ! Mon frère reste ma priorité absolue. Sauf que je suis à un âge où j’ai malheureusement les hormones en vrac et j’aimerais bien savoir comment contrôler cela pour que ce ne soit pas un frein à ma quête ! Que ? Quoi ? Vous vous soucier que mon petit cœur soit brisé ?


Edward sourit en coin, amusé quelque part et flatté d’être protégé. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas ressenti cela. Il fera les yeux semblant réfléchir, et l’image de Roy en père au voyer avec Riza à ses côtés, avec un bébé s’imposa à son esprit et il sourit un peu plus. Le jeune gens rouvrit les yeux et le fixa.

- Vous feriez un bon père su vous vous casiez. Mais y as encore des progrès à faire, je pense. Riza serait une bonne mère aussi remarque, je parie que c’est elle qui porterais la culotte comme on dit. Mustang ne vous inquiété pas comme dit plus tôt, je ne suis pas amoureux d’Anjuu. Je viens de la rencontrer, je connais juste Angélica, et c’est juste une petite fille, je ne fais pas dans les enfants. Je m’en veux déjà suffisamment de ressentir des choses que je n’explique pas quand je vois une jolie fille dans la rue, et ça me gêne par rapport à Alphonse. Comprendre les femmes pour éviter ce genre de désagréments, c’est cela que je veux. Et cela ne passe qu’après Alphonse. Par contre, je peux vous certifier une chose, peu importe le désagrément qu’Angie vous a causé, c’est une gentille fille. Je parle bien de la petite, les deux autres, je ne sais pas, je plais à Anjuu c’est certain, mais de ce que la petite m’a dit, la grande… Chiara, je crois veux ma mort, donc non, je ne vais certainement pas trop m’en approcher dans ces moments-là, je ne suis pas suicidaire non plus. Par contre les séparer pourrais être une bonne chose.

Le jeune homme avait porté sa main abîmer a son menton et semblait, c’être perdu dans ses réflexion alchimique, peux être réfléchissait, il a une solution pour récupérer la petite et la séparer des deux autres. Edward avait un attachement avec la gamine, mais pas avec les deux autres cela était certain. Il finit par balayer ses réflexions de la main et reprendre sa boisson portant la paille a sa bouche, puis reporta ses yeux vers l’homme.

-Quoi vous vous attendiez à ce que je hurle en m’agitant dans tous les sens ? Il m’arrive aussi de savoir écouter, vous savez ? Alors faites pas cette tronche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 414
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Dim 4 Sep - 18:14
HRP: J'ai du reprendre certaines de tes phrases pour couper les pensées du personnage, d'où la longévité de ce post. J'ose espérer qu'il te plait. Pour la "fessée verbale" à la fin il ne faut pas oublier que je ne suis pas au courant que tu ne souhaites pas toi-même diviser la personne d'Anjuu, lol. Donc m'en veux pas Razz Bonne lecture et n'hésite pas à me dire si quelque chose de chiffone.


Détournement de sujet






Une petite fille d'une dizaine d'années. Ce n'était que subtilité de sa part de me le rappeler puisque j'avais fait griller son homologue adulte. Je me sentis brutalement coupable. Mais n'en laissait rien paraître. C'était devenu une certaine habitude depuis quelque temps. Il était peut-être l'heure de remettre en questions mes manières quant aux chimères. Mais la pression de ces derniers mois n'était pas facile à étouffer.
Que dire des chimères qui avaient envahies la ville de Central et que Jean, Riza et moi-même avions repoussées ? Parfois, je trouvais étrangement curieux que je sois l'unique personne à rester méfiante quant à ses créatures. Je ne niais pas leurs personnalités humaines. Mais il ne fallait pas venir me demander d'être conciliant uniquement parce que c'est une petite fille de dix ans... J'étais arrivé à un stade où il ne m'était plus possible d'être si facilement attendri.

En revanche, à cet instant précis, je le fus. Non pas par ses manières, ni sa façon de parler. Mais son calme m’étonna agréablement. Encore une fois, mon masque ne tomba pas pour autant. Je l'écoutai attentivement, me surprenant à penser qu'il avait énormément grandit. Et que cette façon de répondre, prouvait de la patience qu'il avait acquit.

« Et je pensais que vous me connaissiez mieux que cela. Ce n’est pas par ce que je vous ai demandé de m’apprendre à comprendre les femmes que je vais changer par rapport à elles. Qu’Anjuu m’aime ou pas, ou même une autre, m’importe peux ! ... »  

Que je le connaisse mieux que ça ? Et dans quelles circonstances aurais-je pu faire ça ?
C'est autour de cette table, en fin d'après-midi, que j'apprenais avec une certaine curiosité qui il était. Avant cela, il ne faisait aucun doute pour moi qu'il était un adolescent. Avec une voix détonante. Et des bras pouvant atteindre étrangement les hauteurs du plafond quand il s’énervait. Point barre. Il me prouvait aujourd'hui, que ce n'était plus tout à fait le cas.
En revanche je n'avais pas mémoire qu'il m'est demandé quoi que ce soit. Je me serais souvenu d'une chose pareille. Il l'avait vaguement sous-entendu. Mais le fait que cette thèse soit confirmée de sa propre bouche, m'amusa.

« ...Mon frère reste ma priorité absolue. Sauf que je suis à un âge où j’ai malheureusement les hormones en vrac et j’aimerais bien savoir comment contrôler cela pour que ce ne soit pas un frein à ma quête ! »

Hé Bien... Comme je m'en doutais, il se renfrognait dès qu'il s'agissait de parler de son frère. Ça ne me fit même pas tiquer étant donné que j'étais d'avantage habitué à cette facette de sa personnalité.

« Que ? Quoi ? Vous vous souciez que mon petit cœur soit brisé ? »

Oh. Ne… Trop tard. Il arborait déjà sa petite tronche de vainqueur, calant son dos contre le dossier de sa chaise. C'est du moins de cette manière que je voyais les choses. Je soupirai, l'imitant quant à croiser mes bras contre mon buste, la tête inclinée en avant. Quelques secondes durant, je ne le fixai pas. M'interrogeant moi-même sur la question.
Edward pouvait faire ce qu'il voulait de son cœur, c'était une certitude. Ma peur se limitait à le voir cesser de battre, simplement.
Je n'allais pas lui faire un discours mélancolique en cette belle fin d'après-midi. Mais les faits étaient là ;
Maes était mort. Riza avait bien faillit y passer sans l'intervention grandiose d'Alphonse. Et donc... Alphonse aurait, sans doute, lui aussi, pu mourir ce jour-là. Il avait protégé mon Lieutenant au péril de ses états d'âmes. Il n'anticipait pas le fait de perdre tout ce qui l'entourait. Bien plus que son corps. Jean avait bien faillit mourir, lui aussi.
Ces derniers temps, le verbe « mourir » se conjuguait bien trop souvent dans mon esprit. J'en avais marre. C'était peut-être pour cette raison que je faisais face à Edward, aujourd'hui. Quitte à sortir un peu du contexte professionnel. Je voulais lui rappeler qu'il n'était pas un adulte aguerri pour autant. Même si, selon ses façons de se comporter parfois, il parvenait à nous faire croire le contraire. C'est d'ailleurs pour ça que j'aimais l'activité qu'était celle de le faire sortir de ses gongs. Des fois, cela me rassurerait sur le fait qu'il était encore un enfant, capable de pitreries et singeries... Au lieu de se morfondre et de nourrir son cerveau d'informations politiques.

Je portais ma tasse de café, presque finie, à mes lèvres...

« Vous feriez un bon père si vous vous casiez. Mais il y a encore des progrès à faire, je pense. Riza serait une bonne mère aussi remarque, je parie que c’est elle qui porterait la culotte comme on dit. »

[...]

Est-ce que j'avais l'air de vouloir le bouffer, en commençant par la mèche blonde et distincte des autres, qui se tendait au-dessus de sa tête ?
Qu'avait-il dit ?!
J'oubliai d'avaler correctement et m'étouffai quelques secondes, le nez plongé dans ma tasse. Alors qu'il continuait de parler, m'intimant de ne pas m’inquiéter quant à Anjuu. Il déblatérait une quantité d'informations à une vitesse inégalable alors que je repris mon souffle, ramassant mon masque d’insensibilité en lambeau au fond de ma tasse. Cela ne dura pas plus de deux secondes. Heureusement pour ma dignité. Je décidai de ne même pas  relever ce qu'il avait dit. C'était, selon moi, complètement absurde et déplacé. A n'en pas douter, je me vengerais très certainement. Et plus tôt qu'il le croit.

« ...Par contre, je peux vous certifier une chose. Peu importe le désagrément qu’Angie vous a causé, c’est une gentille fille. Je parle bien de la petite, les deux autres, je ne sais pas, je plais à Anjuu c’est certain, mais de ce que la petite m’a dit, la grande… Chiara, je crois veux ma mort, donc non, je ne vais certainement pas trop m’en approcher dans ces moments-là, je ne suis pas suicidaire non plus. Par contre les séparer pourrais être une bonne chose. »

J'avalai ma salive, m'assurant que rien ne découlait de travers, dans ma gorge. Je fixai inlassablement le fond des yeux du garçon. Durement. Il me devint insupportable de revenir sur l'incident qui c'était produit avec cette chimère. Heureusement, Edward coupa court en balayant la conversation d'une main. Il rajouta cependant :

« -Quoi vous vous attendiez à ce que je hurle en m’agitant dans tous les sens ? Il m’arrive aussi de savoir écouter, vous savez ? Alors faites pas cette tronche ! »

Quelle tronche ? Je baissai les yeux sur le reflet de ma tasse, renvoyant mon image. Celle-ci, bien que bouffie, définissait mes pommettes largement déformées par mes lèvres renversées. J'eus franchement l'air d'être triste de ne pas avoir eu mon goûter.  Remettant en place ma lassitude, je lui soupirai au visage en posant mon mug :

« Si cette Chiara veut ta mort, tu penses réellement qu'il est judicieux de retourner vers elle, aussi simplement ? Ton idée est intéressante quant à les séparer cependant... Je pensais que tu avais grandis, mais il s'avère que ce n'est pas le cas.  Tu es capable de contrôler tes pulsions et c'est tout à ton honneur. C'est d'ailleurs très intelligent de ta part puisque tu es un soldat. Ne l’oublie jamais. Tu es un alchimiste d’État qui a la chance de pouvoir poursuivre ses recherches personnelles en dehors de ses missions officielles. Est-ce là ta responsabilité de t'occuper d'une chimère ? Je ne le crois pas. Ce sont des scientifiques internes de l’État qui opèrent sur ce genre de dossiers. S'il advenait qu'elle soit découverte par eux, elle finirait dans un laboratoire, mais ce ne sera certainement pas pour la sauver.  Ai-je omis de  te dire qu'un tel cas de transmutation implique de jouer avec sa vie ? Ce serait très osé de ta part en sachant comment tu en es arrivé là. Alors réfléchis à deux fois avant de considérer de telles options. Tu es un homme. Pas un dieu. »

Mon cerveau en ébullition cessa de bouillir enfin. J’étais tendu au possible et attendis que le serveur repasse par ici pour lui demander un verre de bourbon. Ce fut à mon tour de balayer l'air de ma main en soupirant :

« Bien, j'ose espérer que nous en avons finis avec cette histoire. Il va bientôt faire nuit, alors parlons de choses plus attrayantes. Tu disais vouloir en apprendre un peu plus sur les filles ? Il serait amusant de te voir à l’œuvre... Poussin. »

J'esquissai un sourire à la limite de l'arrogance, ravi d'avoir pu lui ressortir les mots de la vendeuse de la mercerie.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
FullMetal Alchemist
Who am i !

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Dim 4 Sep - 19:07
Le blond s’amusait bien jusqu’à ce que l’homme lui fasse la morale. Encore ! Mais qu’est-ce qu’il en savait, l’état ! L’état était responsable des guerres et de l’état d’Angie ! C’était eux qui l’avaient transformé dans leur laboratoire clandestin ! Le sigle de l’état partout dans ce labo ! Tu parles d’une discrétion ! Il serra les poings.

- L’état, l’état, c’est l’état, les scientifiques de Central qui l’on mise dans cet état ! Ils ont pris une petite fille et deux autres âmes et les ont sacrifiés pour leurs expériences stupides !! Je ne veux plus en parler ! Je n’interférais pas avec l’enquête soyez rassurer !

Pour se venger le jeune homme pris son muffin et le porta à sa bouche. Ce fut au poussin qu’il manqua s’étrangler, attrapant son thé il en but une grande gorgée en chassant la paille qui le gênait, puis put reprendre son souffle tout rouge.

- Teme…. Vous le faites exprès ! Ne m’appelez pas comme ça seul Sandra à le droit ! Pas vous !

Râlant et pestant dans sa barbe inexistante, il mâchouillait sa pâtisserie. Ruminant contre un crétin qui ne savait rien. Puis il se calma regardant son thé entre ses mains.

- Merci…

Edward ne le lui disait pas assez, il ne lui avait sans doute jamais dit, mais sans Mustang, il n’en serait pas là aujourd’hui, à pouvoir voyager partout, à pouvoir étudier l’alchimie et faire ses recherches en plus de ses missions aussi librement. Sans Mustang, il serait encore chez Mamie Pinako à se morfondre sans auto-mail. À laisser, l’âme de son frère moisir inutilement dans cette armure si froide et vide. Cet homme était un allié précieux pour eux mine de rien. Après tout en plus il réparait toutes leurs bêtises.

Le blond papillonna des yeux, renifla un coup et se leva reprenant avec assurance.

- Bon, ce n’est pas tout ça, mais vous n’avez pas un cours à me donner ?

En parlant de pratique, une femme venait de s’approcher, ignorant Edward, elle s’adressa immédiatement à Mustang, semblant fasciné par l’homme.

F : vous êtes le Colonel Roy Mustang ? Ho, je suis si enchanté de vous rencontrer ! Ma sœur parle constamment de vous !!!! Et je comprends pourquoi. Puis je vous invité à boire un verre, il y a un bar non loin que je connais.

Et bien pour dire qu’il était devenue transparent c’était faible comme terme, enfin, il allait pouvoir voir à l’œuvre Mustang. Personnellement, il n’aimait pas cette femme, bien qu’elle soit belle et séduisante, son maquillage était trop charbonneux, son parfum, il le sentait d’ici, elle était superficielle. Blonde les cheveux remontés en un chignon lâche, ses cheveux semblaient boucler légèrement, les yeux bleus, les lèvres pulpeuse et rouge carmin, un tailleur bleu ciel avec un manteau blanc. De hauts talons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 414
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Lun 5 Sep - 9:20

Sécurité rapprochée...




« L’état, l’état, c’est l’état, les scientifiques de Central qui l’on mise dans cet état ! Ils ont pris une petite fille et deux autres âmes et les ont sacrifiés pour leurs expériences stupides !! Je ne veux plus en parler ! Je n’interférais pas avec l’enquête soyez rassurez ! »

J'acquiesçai sans rajouter outre mesure sur ses paroles. Ce genre de sujet, j'y étais habitué, pour avoir longuement débattu dessus avec Maes, à l'école d'officiers. Il était normal qu'Edward s'en offusque, comme tout à chacun, mais le concernant la conclusion de ce genre de réflexions devait être rapide et concise. Il avait choisi de vivre au cœur même des militaires et donc de l’État. Le paradoxe avec Edward était qu'il fallait le moraliser pour qu'il devienne adulte assez rapidement. Et dans un sens… Cela nous faisait tellement de peine qu'on ne cessait de vouloir lui prier l'inverse, en apparence. À force, je pus comprendre qu'il ne sache plus sur quel pied danser lorsqu'il se retrouvait en notre présence.
Il disait ne pas interférer dans l’enquête, à l'avenir, mais le connaissant, le doute persistait. Je me promis intérieurement d'y veiller pendant que le jeune homme arrachait les entrailles de son muffin.
Mon bourbon fut servit aussitôt sa phrase terminée et je jetai un coup d’œil au garçon pour m'assurer qu'il regardait ailleurs. Sans préavis, j’engloutis le contenu du verre avant de le reposer silencieusement sur la table. Une seconde plus tard, j'entendis la voix, discrète, d'Edward s’élever :

« Merci… »

Je fus on ne peut plus rassuré d'avoir finit de boire avant de l'entendre dire ça. J'aurais aisément pu mourir en m'étranglant plus vigoureusement que la précédente fois.
Mais je fus forcé d'admettre que son ton et sa gêne ne m'invitèrent pas, cette fois seulement, à enchérir sur une ânerie. Il semblait sincère. Ces cinq lettres alignées dans sa bouche et destinées à ma personne me fascinaient. Je fronçai un sourcil en le voyant détailler son thé glacé avec une persévérance scientifique. Il semblait vouloir énumérer chaque ingrédient que son verre contenait.
Une partie de moi fut ramollie, de nouveau par cette brusque tendresse. Cette partie portait des lunettes, rectangulaires et sans armature. Maes avait déteint sur moi, d'une manière indissociable. En revanche, le fait de l'entendre prononcer ces mots, assombrit ma deuxième partie. Plus adulte et moins franchissable. Moi.
Car pour l'heure, les remerciements n'étaient pas de bonne facture. Il n'avait pas encore retrouvé son corps, ni celui d'Alphonse. Il baignait dans les missions et les rapports. Et n'avait pas encore la majorité. Pour moi, il ne fit aucun doute qu'il n'avait aucune raison de me remercier. Si ce n'est de le mettre en garde et qu'une partie de lui ne soit pas s'en savoir que j'ai raison.
De toute manière, je préférais rester silencieux, sur ce coup-là.
Pour sûr, le jour où ils atteindront leur but, ces deux-là, je serais prêt à me laisser pousser une moustache, s'il le faut ! J'avais hâte que ce bonheur les franchissent. Et qu'ils puissent enfin avoir une vie normale.

« Bon, ce n’est pas tout ça, mais vous n’avez pas un cours à me donner ? »

J'inspirai avec ferveur, amusé de l'avoir entendu renifler. Il changea de sujet comme de tête et je m'apprêtai à lui répondre. A lui répondre quoi ? Moi-même je n'eus pas anticipé ça. Mais de toute manière, ma voix ne dépassa pas les tréfonds de mes cordes vocales, car une jeune femme s’immisça dans la conversation :

« Vous êtes le Colonel Roy Mustang ? »

J'esquissai un sourire charmeur. Oui, je suis bien...

« Ho, je suis si enchantée de vous rencontrer ! Ma sœur parle constamment de vous !!!! Et je comprends pourquoi. »

Ah ! Bien qu’elle nous eut coupés en plein milieu d'une conversation, je ne pus lui en vouloir. Elle gonfla mon orgueil sans dessus-dessous. Cela ne me fit aucunement mal étant donné les coups qu'il  avait prit, ces temps-ci.

« Puis-je vous inviter à boire un verre, il y a un bar non loin que je connais. »

Elle me promettait une fin de soirée des plus agréables. Et je ne sus dire non. Je n'en avais clairement pas envie, qui plus est. En gentleman aguerri, je me levai pour la saluer poliment avant d'englober sa main de la mienne, sans gants.

«  Bonsoir. Je suis bien le Colonel Mustang, je suis ravi de faire votre connaissance. »

Mes doigts restèrent tendres au contact de son poignet. J'osai espérer qu'Edward retint ce geste. Les détails qui en apparences semblent flous et sans intérêt, sont parfois les plus efficaces. Savoir montrer son soudain intérêt, simplement en touchant de l'index, la peau délicate et chatouilleuse sous la paume de la main.

« Je suis touché par votre invitation, mademoiselle et ne puis refuser à une si charmante femme. »

Voilà une proposition qui tombait à pic ! Même si ce serait la première et dernière fois que j’amène un enfant à ma table pour ce genre de rendez-vous. Une partie de moi en fut blasée. L'autre, riait d'une telle soirée. Devinez donc laquelle.
Encore fallait-il  que cela ne contrarie pas notre ravissante opportuniste.
J'ouvrai la bouche, en apparence confus et relâchai bien évidemment la main de la séduisante jeune femme. Je me tournai vers Edward, ma paume invitant à suivre le geste de mes hanches :

« Je vous présente Edward Elric. »

Un mensonge... Vite !

« Nous sommes actuellement en service, mademoiselle et je ne peux malheureusement vous suivre, seul. »

Malheureusement, oui. Et cela était on ne peut plus sincère.

« Mais si vous acceptez la présence de cet alchimiste aguerri, croyez bien que votre sécurité n'aura jamais été aussi rapprochée. »

Je ris, fluidement. Avant de rabaisser mes pupilles sur son regard bleuté. Sans me départir de mon sourire, j'encrai mes yeux dans les siens, afin de lui faire comprendre que si elle le souhaitait, le rapprochement pouvait être plus implicite. De ma part. Cela va de soi. Mais c'était tellement fin et avec le charme dont j'étais doté, qu'aucune once de malice ou maladresse n'entrava mes yeux. Ah, l'habitude...
Et j'en oublis totalement mes dossiers.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
FullMetal Alchemist
Who am i !

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang. Lun 5 Sep - 15:08
Edward observait en silence et sans retenue, la femme ne l’avait vraiment pas vue et ne semblait avoir d’yeux que pour le ténébreux. Elle se pavanait et Mustang était tout mielleux. Il lui avait demandé de l’aider à comprendre les femmes pas comment les draguer. Après tout ça allait peut-être de pair non ? La femme gloussa comme une dinde, pardon délicatement sous les attentions du colonel et le blond leva les yeux au ciel. Elle n’avait pas dit avoir une sœur qui connaissait Mustang ? Sans doute, une militaire. Mais la, cela ne les concernait pas.

Le jeune homme blond fit un geste de la main quand l’homme le présenta. Puis il se leva et s’inclina légèrement.

- Enchanté.


Il ne l’était pas bien sûr, mais faisons tout comme, s’il n’avait pas touché la femme, celle sembla surprise de sa politesse, bien sûr, elle le connaissait par les journaux et on y décrivait un enfant aussi mignon qu’impertinent. Mais là, elle voyait un joli garçon aux bonnes manières, ou alors les manières de son supérieur déteignait sur lui, dans tous les cas, elle en était ravie. Elle fit une moue semblant réfléchir.

F : je ne sais pas s’ils le laisseront entré, mais nous pouvons essayer. Veuillez me suivre.


Avec une démarche souple malgré ses hauts talons, la femme marchait assez vite, il faut le dire, elle était grande. Edward avait l’impression de l’avoir déjà vue. Mais où ? Peux importait. Ils passèrent devant une affiche ou un top model blond était en couverture de magazine de mode féminin. Tien, c’était le bar devant lequel ils étaient passé plus tôt. Il suivit le mouvement sans se plaindre.

Avoir une table avec banquettes pour eux trois fut vraiment rapide. Ha ha, il le savait Mustang était un habitué vu comme les femmes présentes le fixait avec insistance. Le blond sourit amusé les mains dans les poches et vains s’asseoir. Il prit la carte et demanda juste un jus d’orange. Décidément, c’était son jour de chance il, découvrait des endroits et consommait sans rien payer. Tout offert par les adultes. La femme lui sourit lui disant qu’il pouvait prendre autre chose s’il le désirait, qu’un enfant comme lui méritait bien quelques gourmandises de temps en temps. Sauf que sur la carte, il ne semblait y avoir que de l’alcool. Occuper à chercher autre chose, il ne s’intéressa pas spécialement à la femme et a Mustang qui semblait flirté, a vrai dire c’était même chiant.

Edward bailla et s’accouda à la table observant le bar. L’effet feutré était apaisant, les lumières pas trop fortes, la patronne au bar était assez perturbante, les filles qui les regardaient étaient jolie, tien la fille qui avait salué Mustang de loin était là aussi, et lui fit un coucou qu’il lui rendit vaguement.

F : Alors vous sortez souvent entre militaires comme ça ? Boire un verre et traîner a la terrasse d’un café ? Pas que je m’en plaigne, cela m’a permis de vous rencontrer.

Blablabla, elle ne faisait que jacasser celle-là ?

F : Sinon quelle est votre relation ? Supérieur et subordonné, je présume

- C’est comme mon père !

F : Père ?

- Oué mon tuteur quoi ! Je suis sous sa responsabilité, c’est mon patron et mon tuteur !


La femme semblait surprise. Qui dit tuteur veux dire enfant sans parents, elle regarda Mustang.

F : Comme vous avez le cœur sur la main, prendre avec vous cet enfant ! Aussi intelligent soit-il si seul !

Non mais qu’est-ce qui ne faut pas entendre ? Dire qu’il avait permis à Mustang d’encore plus gonfler son orgueil. Sans nul doute, cette femme finirait dans le lit du beau brun, mais mine de rien, c’était assez intéressant de le voir agir avec elle. Edward bailla, il s‘ennuyait ici.
(Fin rp, suite au bar de Madame Christmas http://fullmetalrebirth.forumactif.org/t852-la-premiere-lecon-et-la-derniere-pv-edward-elric#10339)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.

MessageSujet: Re: Détournement de sujet [PV Edward Elric.] ~ Clos. Suite dans le Bar de Chris Mustang.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Edward Elric, alchimiste d'acier
» Edward Elric
» Journal de bord d'Edward Elric
» Elric, Edward elric
» Un bâton, dans un rond, dans un triangle... [Franz]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: CENTRE VILLE-