RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

Escanor est officiellement plus accro à la bibine que Ban !
A l'occasion de pâques, notre chimère commence à voir des bibines partout dans toutes les images du forum !
Pendant ce temps... Dominic, Elena et Princesse se font la guerre pour les trouver.
Finir dans un love hôtel avec Banou, ça motive !

Invité
avatar
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyMar 23 Aoû - 0:12
Si le soleil ne brûlait pas les passants, il se faisait toutefois bien sentir là où les ombres lui cédaient la place, réchauffant agréablement l'atmosphère des gens vaquant à leurs occupations, aussi diverses soient-elles. Dans les artères les plus fréquentées en ce midi azuré et habitées de nombreuses personnes aux intonations joyeuses, une petite tête argentés pouvaient être aperçu, bien que difficilement compte tenu de sa taille. Si la majorité des gens l'ignoraient lorsqu'ils croisait, ce n'était pas le cas de tous. Certains la regardant bizarrement, détournant pourtant les yeux lorsqu'ils croisaient ses pupilles bleus.
Vêtue d'un t-shirt ample blanc et rayé de noir avec un pantalon noir, la petite demoiselle complétait le tout avec un panier à son bras, rempli de plusieurs choses, dont des papiers et un repas qu'elle devait amené à son frère. C'est donc en observant curieusement autour d'elle sous la lumière presque aveuglante du soleil qu'elle se dirigeait vers le QG militaire où elle allait voir son frère une fois par semaine pour lui porter un panier repas. D'ailleurs, si l'astre ne faisait que réchauffait agréablement les habitants en ce jour, il n'en restait pas moins aveuglant pour toute personne croisant son reflet sur les différentes surfaces réfléchissantes qui croisait son chemin.

Pour une fois non accompagnée de Noir, Venestraale se faufilait agilement et toute en souplesse entre les personnes qu'elle n'avait pas le temps d'éviter de loin. Midi approchait et sonnerait son glas d'ici moins d'une petite dizaine de minute, ainsi il était normal de croiser autant de monde dans les rues. Les collègues se retrouvaient pour manger un morceau à l'extérieur, les amis se donnaient rendez vous et s'installaient à la terrasse d'un restaurant pour profiter du soleil malgré un mois d'octobre bien avancé et les mamans récupéraient leurs enfants pour rentrer manger à la maison. La petite chimère était bien contente de pouvoir profiter de cette journée loin des cours. Effectivement, après une nuit épouvantable et particulièrement éprouvante elle s'était faite porter pâle. Dés le début de la semaine. En soit, ce Lundi était parfait selon elle.
Cette pensée lui tira un sourire et elle chantonna sur le reste du trajet, gagnant rapidement le QG militaire. Elle traversa la place mais n'entra pas, erf, la seule et unique fois où elle l'avait fait elle s'était faite méchamment rembarrer par un type qui ne pouvait décemment pas voir les ishbals en peinture. Pour preuve, il n'avait pas fait attention au différence entre elle et un ishbal. Elle avait les cheveux argentés et pas blancs et ses yeux étaient bleus. Alors soit se type avait un sacré flair, soit il était trèèèès parano pour sauter à cette conclusion sans même poser la moindre question. Brefeuh, quand Aaron était arrivé, tout sourire, et qu'il avait vu son adorable et fragile petite sœur aux prises avec cette horrible armoire à glace, ni une ni deux, il avait enchaîner conneries sur conneries, maladresses sur maladresses pour faire genre que, oups, c'est pas ma faute.

Ça avait bien fait rire Venestraale, à contrario du type qui avait hésité entre enrager ou laisser tomber. Bref, donc depuis elle évitait d'entrer sans être accompagnée.

La touffe blanche du frangin ne tarda pas à apparaître et elle se fit capturer par une étreinte d'ours. Parfois elle se demandait d'où il tirait une force pareille. Bon, il n'était pas fin comme une brindille mais il était loin d'être un bodybuilder non plus. Après cette séance de gazouillage de la part de celui qui se faisait appeler un adulte, ce dernier du s'éclipser rapidement pour rejoindre des amis qui l'avaient invité à les rejoindre. Elle se retrouva bien vite seule et entreprit donc de prendre le chemin inverse. En soit ce n'était pas bien compliqué. Il suffisait de tourner les talons pour regagner les marches et marcher le long du chemin. Sauf qu'il est trèèèès difficile de prévoir une rencontre lorsqu'on a pas de pouvoir extra-sensoriels. Et ce n'était pas son cas. Elle rentra de plein fouet dans une personne qu'elle n'avait donc pas vue, chutant en laissant échapper un petit cri qui provoqua bien malgré elle qu'elle se morde la langue. Portant ses deux mains devant sa bouche, elle serra fortement les paupières jusqu'à ce que la douleur recule. Ce n'est que là qu'elle ouvrit des yeux brillants de larmes de douleur. Ça lui apprendrait à ne pas regarder dans ce qui arrivait sur un plus grand angle.
Si elle avait eu sa seconde peur d'yeux elle aurait pu le voir. Maaais, ce n'était pas le cas donc voilà. Une fois que la douleur eu reflué, elle reprit ses esprits et les bonnes manières revinrent au galop. Se redressant aussi vite que possible en gardant la mâchoire serrées pour ne pas se remordre, elle s'inclina devant l'homme en répétant le même mot en boucle.

- Aaah ! Dézolée ! Dézolée ! - gémit piteusement l'enfant, zozotant un peu à cause de sa langue douloureuse.

Elle pencha un peu la tête pour apercevoir l'homme dont les cheveux obsidiennes semblaient absorber la lumière du soleil, ses yeux tout aussi noirs ne laissant rien voir de ce qu'il ressentait à l'heure actuelle. ... Bon, en fait il aurait bien pu laisser transparaître ses sentiments dans son regard que la petite demoiselle n'en aurait rien su. Elle était très nulle pour lire dans le regard des autres. Elle finit par se redresser et détailla l'homme autant qu'elle le pu mais elle n'était pas suffisamment renseignée sur les militaires pour savoir de quel grade était celui qu'elle venait tout juste de bousculer. Aussi était elle un peu, légèrement, beaucoup angoissée à l'idée d'avoir bousculé un haut gradé. Pour avoir croisé des militaires de Central dans sa tendre jeunesse, elle savait qu'ils n'étaient pas des enfants de cœur. Surtout ceux assez vieux pour avoir participé à la guerre Ishbal. Mais encore une fois, Venestraale était très nul pour déterminé l'âge d'une personne. Ouais, et même si on lui demandait de donner un âge approximatif elle n'oserait pas. Sa propre mère avait 49 ans. Et elle ne les faisait absolument pas.

- Je suis désolée... est-ce que vous allez bien ? Je n'ai pas fait attention en faisant demi tour et je ne vous avais pas vu ! - tenta t-elle de se justifier. - Je ne l'ai pas fait exprès.. Oooh je suis tellement désolée. - finit par se gémir la jeune fille, bien qu'il y avait peu de chance que elle et son poids plume aient pu faire quoique ce soit à cet homme. Et elle avait un peu tendance à dramatiser les choses, ses grands yeux bleus brillants d'inquiétude et ses cheveux argentés l’auréolant tel un ange.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyLun 29 Aoû - 0:49
HRP: Je te prie de m'excuser pour la réponse quelque peu courte. J'ai toujours du mal avec les démarrages. J'espère que la réponse te conviens et n'hésite pas à me dire si tu veux que des modifications  soient faites. :)

Prendre l'air



Le feu terminait d’avaler une poutre en bois. Dévastée, elle atterrit lourdement sur le sol, soulevant les braises incendiaires. Pendant une fraction de seconde, je pus voir les jambes tendues d'un individu. Homme, ou femme ? Enfant, ou adulte ? La maison entière s'écroula. Elle était rouge. Imbibée de flammes. Le ciel fut étouffé par sa fumée noire. Je détournai les yeux, fixant mes doigts. Mon majeur était crispé contre mon pouce ganté. Mes phalanges craquèrent sous la pression. Mon poignet douloureux soutint mon geste. Mes dents tremblèrent. Mes joues gonflèrent. Mes yeux… Me piquèrent. Je claquai des doigts…

[...]

...Et me réveillai en sursaut ! Mon dos décolla du dossier du fauteuil et je m’accoudai à mon bureau, les yeux dans le vague. Le cœur au bord des lèvres. Mon souffle était saccadé. J’inspirai difficilement, reprenant contenance. Les cauchemars sur la guerre d'Ishval me suivaient toujours et inlassablement. À force, j'étais à peine capable de distinguer les souvenirs, des illusions. Je frottai mon visage pâle et me donnai quelques claques, histoire de reprendre des couleurs.
Ça faisait des semaines que je n'avais dormi durant une nuit complète et mes fins de matinée se résumaient à faire la sieste. Riza n'était pas là pour me remonter les bretelles, ce qui me permettait parfois de m'assoupir durant une petite demie-heure, chaque jour.
Les histoires sur les chimères et les infiltrés s'entassaient sur mon bureau. J'en savais un peu plus sur les premiers… Quant aux seconds, ils restaient une de mes principales causes d'insomnie. Je posai ma montre à gousset sur le bureau, sans grâce et l'ouvrai. Contemplant les aiguilles qui cheminèrent, je décidai qu'il était temps d'aller prendre un café et de s’aérer l'esprit!
Je fis un rapide allé-retour dans les sanitaires de la caserne, mouillant mon visage endormi. L'eau froide défroissa les cernes sous mes yeux et dissipa le coton abondant dans mon cerveau. Je soupirai à son contact, revigoré.

«Et maintenant… De l’air ! « , pensai-je.

Avalant mon café à la hâte, j'enfilai mon manteau et dévalai les escaliers du bâtiment avec presque trop d’entrain. Le vent ne tarda pas s'engouffrer dans mes vêtements et je l’accueillis avec un petit sourire. Celui-ci se perdit vite, alors que j'anticipai mentalement le travail qu’il me restait à faire. Je ne dormirai sûrement pas encore… Je haussai les épaules, ravalant une moue boudeuse :

« De toute manière… Je ne dors pas depuis des années. », maugréai-je.

Au pied des marches, je scrutai mes chaussures, dans l’ombre du bâtiment. La place était bondée et ne m'invitait nullement à la rejoindre. Après un tel cauchemar, je n'étais pas d'humeur à sociabiliser.
Je restai un petit moment ainsi, songeant à plusieurs choses à la fois, ne sachant les mettre dans l'ordre dans mon esprit. Riza. Elysia. Jean. Les homonculus. Les chimères. Les infiltrés. Les deux Elric. Le Colonel Evans. Anjuu. Etc.
Il y avait du bon. Il avait du mauvais. Mais je n'eus pas le temps de décortiquer tout ça, car l'on me frappa dans le dos !
En fait, ce fut plus un coup… Comme… Ça me fit penser à Maes.
Comme lorsqu'il me donnait un sympathique coup dans le dos pour me saluer.
Mon cœur s'emballa. Je le sentis frapper comme une enclume alors que ma raison ne cessait de rire, se moquant silencieusement de mes états d'âmes. Je me retournai pour contempler une petite silhouette, dans l'ombre de la mienne. Je ne vis pas tout de suite son visage, caché par ses longs cheveux argentés. Je fronçai un sourcil, étonné qu'une telle couleur se soit posé sur le crâne d’un enfant. Car oui… Bien qu'il existe de petits alchimistes comme le FullMetal, il s’agissait bien d’une enfant dont la voix cristalline s’éleva. Elle se confondit en excuses et redressait enfin la tête. J’aperçus ses pupilles bleues me dévisager. Elle sembla horriblement intimidée. J’esquissai une moue dubitative.
Faisais-je si peur que cela ? … Hum, en même temps, cela ne m’étonna guère. L'enfant se mit à s'excuser d'avantage devant mon manque évident de réaction. Ce qui me surprit de sa part, fut le fait qu'elle me demande comment j'allais.
Je m'accroupis afin de me mettre à sa hauteur. Presque inconsciemment, je lui souris. Je tendis la main, attrapant la sienne pour la saluer :

« Bonjour. Je vais bien, merci de le demander. Et toi, tu ne t'es pas fais mal ? »

L’ayant entendu zozoter, je doutais que sa langue se soit perdue contre ses dents. Je relâchai sa main avant de me rappeler que je portai mes gants. Mon sourire perdit de son éclat et je les retirai afin de les enfoncer dans les poches de mon manteau. Je me redressai aussitôt vers elle et lui demandai, gentiment :

« Que fais-tu dans le QG, jeune fille ? Attends-tu quelqu’un ? »

Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyMer 31 Aoû - 22:54

Lorsque l'homme s'accroupit et lui sourit, Venestraale fut non seulement soulagée, mais son stress la quitta aussitôt alors qu'elle lui rendait un sourire où une partie de son angoisse se reflétait toujours, mais qui de secondes en secondes devenait plus léger et naturel. Quand il lui attrapa la main pour la saluer, elle serra doucement celle de l'adulte, ses yeux pétillants avec légèreté et joie. Elle était rapidement passée outre le port des gants de l'adulte qui faisait bizarre quand on serrait la main de quelqu'un, mais porta une attention curieuse dessus lorsqu'il les retira, comme contrarier. Enfin, si le léger changement perceptible dans son sourire était une indication fiable. En tout cas, elle oublie vite ce petit intermède pour poser ses grands yeux bleus sur le militaire lorsqu'il reprit la parole. Et elle put certifier que sa voix était bien plus agréable à écouter que ce que son visage avait montré de prime abord. Sa question eut toutefois le mérite de la tirer de diverses pensées étranges. Clignant une ou deux fois des yeux, comme confuse et prise de court par la question, un court silence s'installa.

- Je venais voir mon frère pour lui apporter à manger. Il vient juste de repartir. - dit-elle sur le ton de l'évidence, tout de même un peu boudeuse que son frère soit partit aussi vite.

Elle n'était pas allée à l'école et avait prit la peine de lui amener son repas, elle aurait aimé recevoir un peu plus de considération. Bien que l'attention de son frère était souvent étouffante donc elle ne savait pas trop si elle avait échappé au pire ou non. En tout cas, elle plongea ses grands yeux innocents dans ceux de l'homme. Elle était curieuse, comme beaucoup d'enfant en fait, et semblait vouloir poser tout plein de question à l'homme sans pour autant se décider. C'était logique d'un autre côté. Elle ne le connaissait pas et c'était un militaire. Alors il était peut gentil là, mais elle ne pouvait pas parier que ses questions ne le transformerai pas en monstre. D'un autre côté, on avait rien sans rien et elle le savait. Donc si elle voulait être fixé sur l'homme en plus d'avoir potentiellement des réponses, elle allait devoir poser ses questions.
Satisfaite de son raisonnement, la petite demoiselle sautilla d'un pied sur l'autre en observant curieusement le gradé.

- Vous êtes qui au faite ? C'est quoi votre grade ? Vous connaissez peut être mon frère, il s'appelle Aaron ! Vous auriez pas vu une chèvre noire et blanche dans les parages ? - enchaîna très rapidement Venestraale avant d'inspirer brusquement lorsqu'elle eu épuiser son oxygène.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyJeu 1 Sep - 11:55

Coup de vieux.




L'enfant m'expliqua de manière concise et précise qu’elle venait voir son frère. Il ne fit aucun doute qu'il s'agissait d'un militaire. La question me brûla les lèvres, mais la jeune fille fut plus rapide. Estomaqué par sa fougue et sa rapidité, je l'écoutai déblatérer un tas de questions sans ordre, ni lien.  Puis je souris. Presque attendri. J'avais oublié combien les jeunes pouvaient être... Innocents. Et qu'ils puissent parler d'autre chose que de mort, d'homonculus et d'infiltrés.
Le visage de la jeune fille semblait presque plus mature que la première fois où j'avais fais la rencontre d'Edward et Alphonse. Cette réflexion plomba mon cerveau. Je venais de prendre un coup de vieux monumental.
Sa manière enjouée de passer d'un pied à l'autre et sa voix cristalline n'allait pourtant pas avec l'idée que je me faisais d'un jeune d'une dizaine année. Après tout, le seul exemple que j'avais eu sous les yeux, ces derniers temps, était un certain blondinet. Et Alphonse... Hé bien, il ne transfigurait malheureusement aucune émotion. Vivement le jour où ils retrouveront leurs corps, ces deux-là, et qu'ils démissionnent ! Je n'aurais plus à balayer les allées derrière eux.
Malgré la fatigue, j'analysai les paroles de la jeune fille avec lucidité.

« Aaron…, cherchais-je, les yeux ancrés dans le bleu des siens. »

Deux noms de famille me vinrent en tête. L'un était militaire. Le second était alchimiste d'état. Mais il pouvait aussi s'agir d'une personne que je ne connaissais pas. J'avais croisé le premier Aaron au réfectoire et celui-ci n'était pas d'une sympathie naturelle. Quant au second, je ne l'avais jamais vu. Son dossier c’était retrouvé sur mon bureau afin que je me familiarise avec les « bêtes de foires » dans mon genre. Mais je ne parvins pas à me souvenir du visage sur la photo. Après tout, ça faisait peu de temps que j'étais arrivé à Central. Les noms et les visages ne m’apparaissaient pas tout à fait instantanément, mais ça viendrait…
Pour l'heure, je répondais à la jeune fille qui s’était donné du mal pour poser ses questions. Mes genoux étant endoloris, je me redressai non sans rester un peu pencher afin de ne pas lui paraître solennel :

« Je m’appelle Roy. Je suis un alchimiste d’état et Colonel. »

Concis, net et précis. Je ne pus pas faire mieux. Après tout, il ne servait à rien de dire à une jeune fille que j'étais censé être cloîtré à mon bureau pour signer des rapports et envoyer des ordres de mission.
Entre tout ça, je n'avais pas relevé la dernière de ses questions concernant une chèvre. Il me parut improbable qu'un tel animal se promène dans le QG de Central City. Il me fallait maintenant obtenir le nom et le visage du frère de cet enfant afin que nous le trouvions ensemble.
Je n'avais aucune raison spécifique de rester plus longtemps avec elle si ce n'est que je n'allais pas laisser une gamine, seule, en plein milieu de la grande place du QG.

« Et toi, quel est ton nom ? Ton frère t'a donc laissé là, toute seule ? Ah, je ne le connais pas, mais si je le croise, je lui en toucherai deux mots ! »

Je ris, lui démontrant ainsi que je plaisantais. Mon grade me donnait quelques fois le privilège d'intimider les gens. Même si j'ignorais totalement qui était ce Aaron. Je n'avais pas pensé un seul instant qu'il puisse être plus gradé que moi. Mais après tout, je ne faisais rien de mal puisque je tentais au mieux de détendre une enfant, qui passait par là.
Pourquoi ce soudain désir de sociabilité ?
Moi-même j'en fus surpris. Décidément… Je ne savais pas passer à côté d'un enfant sans devenir, malgré moi, brutalement responsable et adulte.

Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyVen 16 Sep - 15:05
L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] YNnRz
Elle ne le quitta pas des yeux, l’observant réfléchir, toujours le sourire aux lèvres et à la limite de l’impatience alors qu’elle s’agitait d’un pied sur l’autre, limite chantonnant. Connaissait-il son frère ? C’était possible d’un côté, il n’était après tout pas commun physiquement, tenant encore plus qu’elle des traits Ishbals de leur père. Entre sa peau mâte et ses cheveux blancs, heureusement que ses yeux n’étaient pas rouge, sinon la justification de la maladie ne serait jamais passée. Si il avait trouvé son visage dans ses souvenirs il n’en dit rien, n’en montra rien et changea carrément de sujet, faisant cligner des yeux à la jeune demoiselle, le temps qu’elle se remémore ses questions déjà presque oublié puisqu’elles avaient été posé. En tout cas, elle lui sautilla tout autour, un sourire rivalisant avec l’éclat du soleil dévoilant ses dents toutes blanches. Alors lui aussi était alchimiste d’état ? Tiens, elle allait lui demander combien il y avait d’alchimiste d’état ! Elle était réellement curieuse de le savoir. Après tout, c’était l’élite non ? Et donc il y avait Aaron, Roy et elle connaissait vite fait de nom et à cause de leurs ‘exploits’ Edward et Alphonse Elric. D’étranges phénomènes disait son frère avec des étoiles dans les yeux, presque comme si il voulait les affronter.
Ses yeux luisirent soudain d’un éclat presque suppliant alors que sa bouille soudain imitait celle d’un petit chaton abandonné sous la pluie battante, réfugié sous un lampadaire clignotant. En bref : l’incarnation du mignon qui fait fondre les cœurs de pierre.

- Dites Monsieur le Colonel… vous voudriez bien organiser une rencontre entre mon frère et le Fullmetal ? S’iouplait ? - supplia t-elle d’une voix innocente et faible, le regardant à travers ses longs cils argentés.

Elle attendit un instant ainsi, gardant ses yeux bleus azurs plongés dans ceux abyssals de l’adulte, laissant le silence s’installer et durer un long moment avant de reprendre son attitude de mini soleil ambulant. On avait presque l’impression qu’elle dégageait sa propre lumière.

- Je m’appelle Venestraale ! Venestraale Is’tar ! Enchantée Monsieur Roy ! - gloussa t-elle d’amusement alors qu’il menaçait faussement son frère.

Elle attrapa la main du Colonel dans un mouvement de bonne humeur et commença à le traîner derrière elle le long de l’allée, chantonnant un air qui parlait de chèvre à trouver, de voleur caché et d’autre truc d’enfant.

- Tapez pas trop mon grand frère hein ! Il est gentil ! - s’exclama la petite fille en gloussant. - Vous avez du temps Monsieur Roy ? Aidez moi à trouver la chèvre ! Une amie se promenait avec mais elle lui a échappé et elle l’a vu partir par ici la dernière fois ! Elle est très triste maintenant.. et j’aime pas quand elle est triste ! - raconta Venestraale avec passion, une détermination sans borne flamboyant dans ses yeux bleus.

C’est donc totalement surexcitée et déterminée à trouver la chèvre disparue que la petite fille sortie du chemin pour trouver la chèvre. Si le militaire acceptait de l’aider, sûrement pourrait elle rentrer dans les locaux pour chercher un peu plus. Sinon elle irait déranger son frère. Voilà.

- Au fait, je me demandais, combien y a d’alchimiste d’état ? J’en connais… 3 ! Y en a beaucoup d’autres ? - demanda curieusement la chimère, ses yeux brillants de curiosité mal contenue.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyMer 21 Sep - 16:48

Entre deux dossiers.




« Dites Monsieur le Colonel… vous voudriez bien organiser une rencontre entre mon frère et le Fullmetal ? S’iouplait ? »

Diable, cela m’aurait étonné qu'Edward ne fasse pas partie de la conversation que j’entretenais avec cette jeune fille. Il était l’idole de la nouvelle génération. Et personne n’était sans connaître son pseudonyme, à défaut de ne pas savoir à quoi il ressemble. C’était peut-être mieux qu’il ne se fasse pas aborder à tout bout de champs.
Je haussai un sourcil, les mains sur les hanches, repoussant ma veste noire. Finalement, je finis par me dire que la question ne se posait pas à moi, mais à l’intéressé. Je savais d’ors et déjà qu'Edward fondrait pour le plaisir d’un(e) marmot(te). Et si cela pouvait lui faire oublier une certaine fille dont la mort lui pesait, pourquoi pas. Voilà un plan tout à fait agréable.
Je n’eus pas le temps de m’attarder, ni même de lui répondre qu’elle se présenta. Enfin, je pus mettre un prénom sur ce visage. Ce fut son nom de famille qui alarma mon cerveau embrumé de caféine. Effectivement, ça me disait quelque chose. J’allais pour me frotter le menton, décodant les dossiers dans ma tête, mais Venestraale m’attrapa la main ! Son engouement fut tel que je manquai de trébucher à sa suite ! C’était bien la première fois que je me faisais traîner par une enfant. Que pouvais-je faire ? Je n’allais tout de même pas lui faire une clé de bras en prétextant que j’avais des dossiers à finir ? Non, c’était impensable. Et puis, il fallait régler la question quant à sa présence. Nous étions dans un bâtiment militaire, bon sang ! Je n’allais pas la laisser déambuler, seule, dans les couloirs ou même dehors si son frère ne se présentait pas, pour venir la chercher et…

« Vous avez du temps Monsieur Roy ? »
« Hé bien... »
« Aidez-moi à trouver la chèvre ! »
« B...B.... »
«  Une amie se promenait avec, mais elle lui a échappé et elle l’a vu partir par ici la dernière fois ! Elle est très triste maintenant.. et j’aime pas quand elle est triste ! »

Je refermai la bouche, la mâchoire serrée.

« Bon Dieu, je donnerai cher pour que mes subordonnés ne me surprennent pas dans cette situation. »

Je m’autorisai des regards alentours. Une partie de moi aurait bien eut envie de hurler « Aidez-moi » ou de l’inscrire au coin d’une fenêtre vitrée, après avoir fait de la buée avec ma bouche sur les carreaux. Le doigt glissant contre la matière rigide, entraîné par la tornade aux cheveux argentés.
Mais je n’en fis rien. Ma dignité resta donc en place et je me contentai de la suivre, ignorant au préalable les regards divergents dans notre direction. Trop tard. Mes subordonnés en entendront sûrement parler.
De nouveau, je me surpris à m’imaginer m’adosser contre les murs, faisant le guet derrière les buissons, surveillant la jeune fille au loin pour être certain qu’il ne lui arrive rien. C’était à se demander si elle remarquerait mon absence étant donné qu’elle me traînait exactement comme une peluche d’un mètre quatre-vingt-cinq. Nous cherchions la chèvre, alors ?
Si Hughes avait vu ça, il aurait sorti son appareil sans passer par la case départ. J’aurais beau essayer de me cacher, c’était impossible. Aussi, je n’esquissai pas un geste, me contentant de suivre l’enfant. Celle-ci fit volte-face, retournant son auréole sur sa tête, ses yeux bleus gigantesques rivés sur ma personne ;

« Au fait, je me demandais, combien y a d’alchimiste d’état ? J’en connais… Trois ! Y en a beaucoup d’autres ? »

J'esquissai un sourire avant de tendre ma main ;

« Nous allons voir ça. Et je te dirais combien il y en a, si tu es sage. Suis-moi. »

Je rajoutai, dubitatif ;

« Peut-être que la chèvre est par là. »

Il fallait lui dire, un jour, qu'elle n'existait pas cette chèvre ! C'était en tout cas, mon avis. Pour l'heure, peu apprêté à fendre le cœur d'une gosse, j'attendis qu'elle me prenne la main et la conduisis à l'intérieur du QG . Sa question était tombée à point nommé, me permettant ainsi de l’entraîner là où je le souhaitais. Dès que je croisais du monde, je leur posais la même question, en boucle ;

« Connaissez-vous Aaron Is'Tar ? Savez-vous où il est ? »

Dès qu’ils nous arrivaient de croiser un alchimiste d’État, je me surprenais à le lui dire, comblant ainsi sa curiosité. Pourquoi ? Eh bien, alors là… Aucune idée !
Les aiguilles défilaient sur l'horloge du couloir et sans réponse affirmative de la part des autres militaires en fonction, je décidai de me hâter, si je voulais terminer mon boulot à temps ! J’accompagnais la jeune fille dans une salle d'interrogatoire, ordonnant sa surveillance. Un jeune se trouva sur mon chemin et il regretta vite son destin quand je lui demandais de servir un chocolat chaud et des biscuits à Venestraale.

« Je reviens, reste là et sois sage ! »

L'enfant et le militaire hochèrent la tête. C'était à se demander auquel des deux je parlais. Après quoi, je fis une chose inédite. Je courus dans les couloirs, me dépêchant d’arracher un téléphone de son comptoir. Je passais très exactement trois quarts d'heures en ligne, à la recherche du maudit frère disparu. Quelqu'un m'indiqua enfin sa présence, mais il était occupé. J'aurais volontiers rétorqué que « moi aussi, bordel de m… ! », cependant je m'abstenais avec toute l'éducation que l'on m'avait donné. S’ensuivit le coup de fil chez les parents de la jeune fille. Bien naturellement et comme j'étais très en retard sur ma paperasse, il fallait que la sonnerie ne cesse et que personne ne réponde !
Non sans remercier ma mère adoptive pensivement, je sprintais jusqu'à mon bureau, arrachant mes dossiers de la table et retournais auprès de Venestraale.  Libérant le jeune soldat de sa tâche de surveillance, je m'y attelai moi-même, soutenant à Venestraale que la chèvre pouvait se trouver par ici. Mon cœur battait la chamade alors que je signais le bas des pages, le calepin dans la main alors qu'elle faisait les cents pas dans le couloir. Je ne pouvais m’empêcher de lever le nez toutes les cinq minutes pour m'assurer qu'elle ne s'était pas faite avaler par une porte, au passage !

J'aurais donné ma vie pour faire un tant soit peu semblant de ne rien en avoir à faire, cependant... Ce n'était pas du tout le cas. Après tout, j'avais même aidé Edward la première fois que je l'avais vu, sans raison apparente. Si ce n'est que je savais qu'il serait un alchimiste talentueux. Intérieurement je ne cessais de me dire qu'il fallait que je change ce trait caractéristique de ma personnalité. « Ne plus m’inquiéter pour les autres ! »
Je rayai ma signature avec frénésie tout en y songeant, redressant ma montre dans ma main pour voir l'heure.  Fini. Travail  Fini. Je lâchai un soupir, les yeux sur la jeune fille. L'après-midi avait filée comme une étoile filante et je rêvai de pouvoir me laisser fondre sur mon canapé en promettant à qui veut l'entendre que je ne voudrais jamais d'enfant de ma vie !

Le crépuscule approchait. Je raccompagnai Venestraale dehors, avec la ferme attention d'attendre de voir son frère rappliquer dans la seconde.

Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyJeu 22 Sep - 20:05
L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Giphy
Venestraale observa la main tendue dans sa direction avec un instant de pause. A l’instant même elle se visualisait très bien être une princesse à qui son prince charmant offrait sa liberté. Un gloussement rêveur lui échappa avant qu’un chibi de son frère n’apparaisse dans sa tête, hurlant hystériquement sur son choix d’homme. Elle attrapa la main du colonel, priant alors pour que son frère ne les aperçoivent pas ou sinon il lui piquerait réellement une crise. A n’en pas douter.
En tout cas elle espérait que la chèvre soit dans les parages. Ça ne disparaissait pas comme ça une chèvre voyons ! Mais elle oublia rapidement l’herbivore pour sautiller aux côtés du militaire, fixant avidement les différentes personnes qu’ils croisaient, la majorité portant sur elle de nombreux regards confus. Mais elle sentait les rouages de leurs esprits grincer en ricanant. Alors elle pencha la tête sur le côté, adorable petit ange d’innocence et de naïveté. C’était faux bien entendu, mais ceux qui ne la connaissaient pas, comment pouvaient-ils le savoir ?
A moitié caché derrière Roy, gardant sa main dans la sienne elle ressemblait à une petite fille craintive. Elle adorait faire ça, elle n’avait jamais compris pourquoi mais les adultes avaient tendance à céder à peu près à toutes ses demandes dans ces cas là. Elle laissa donc l’adulte la traîner d’alchimiste d’état en alchimiste d’état, retenant difficilement les têtes tellement il allait vite. Mais c’était amusant, seulement de son point de vu semblerait il.
La tornade qu’était devenue Roy la lâcha devant une salle où on lui attribua un chaperon alors qu’elle faisait de grands signes pour saluer le colonel.

- Bye byyyyye ! Je serais très saaaaaaaage ! - salua t-elle avec des paillettes dans les yeux.

Puis elle se tourna vers l’autre militaire. Doucement. Légèrement. Avec un graaaaaand sourire rayonnant d’innocence. Et soudain apparu tout autour d’elle une aura rose parsemée de fleurs lumineuses. Et le militaire eu quelques sueurs froides alors qu’il la suivait dans la salle pour la surveiller.
Il était bien conscient de l’utilité première de cette salle et de l’austérité froide et glauque faite exprès pour mettre mal à l’aise ceux qui y était interrogés. Mais la présence de la fillette à l’aura digne d’un manga shoujo semblait avoir transformé la salle. Hallucinait-il ou un écureuil venait d’escalader l’arbre dans le coin de la pièce ? … Le militaire cligna des yeux, se les frotta férocement et l’écureuil, l’arbre et la source d’eau clair disparurent. Il fixa l’intérieur de sa tasse où s’agitait faiblement son café avec suspicion. Ils avaient mit quoi dans le café ?
Bien décidé à rester clean, il reposa sa tasse et releva la tête, tombant dans l’instant dans les grands yeux bleus de la petite fille. D’ailleurs qui était elle ? Elle accompagnait le colonel et le colonel semblait bien agiter. Etait-elle la fille d’une connaissance ? Sa nièce ? (le colonel avait-il seulement un frère ou une sœur ?) Sa petite cousine ? … Sa fille ?
Le militaire anonyme écarquilla les yeux et les posa avec un vif intérêt sur la fillette qu’il découvrit le nez dans son chocolat. Quand elle releva la tête en le fixant avec une bouille curieuse, les questions qui se bousculaient dans sa tête fondirent comme neige au soleil et il fut plus qu’attendri par elle. Une petite moustache de chocolat s’était installée après ses quelques gorgées et la rendait plus jeune encore si c’était possible. Associée à sa petite bouille curieuse, le militaire fut gagné par l’aura rose à fleur de l’enfant et quiconque serait entré à cet instant aurait eu peur. Très peur.

Toutefois lorsque Roy revint, totalement échevelé, le soldat se redressa, le saluant respectueusement comme prit en faute et les laissa lorsque son supérieur le lui demanda. Ainsi la petite demoiselle observa l’adulte pendant cinq minutes signer ses papiers avant d’aller se dégourdir les pattes dans le couloir, se perchant à une fenêtre pour observer l’extérieur puis sautillant de long en large et fixant chaque extrémité du couloir. Puis elle s’arrêta, contemplant longuement le plafond avant de retourner à une fenêtre et de scruter longuement la pelouse à la recherche de la chèvre. Roy avait dit qu’elle pouvait être là alors en attendant qu’il ai fini de faire ses trucs elle allait chercher la chèvre depuis la fenêtre. Toutefois elle se lassa vite et alla s’asseoir au frais dans un coin de la pièce, s’amusant avec ses cheveux en chantonnant. Mais soudain prévenu par un sixième sens, elle apparu devant la table où se trouvait Roy et le regarda par dessus, ses grands yeux pétillants d’impatience.

- Vous avez finis ? On peut y aller maintenant ? - demanda t-elle en sautillant presque sur place, pleine d’énergie.

L’adulte la raccompagna à l’extérieur et lorsque ses yeux captèrent l’éclat rougeoyant du crépuscule, elle se figea et sembla captiver par le ciel en feu. Presque instantanément, ses yeux virèrent au noir total et abyssal, précurseurs de la transformation à venir.

__________

Pendant ce temps là, au plus loin de sa sœur, Aaron venait de recevoir l’information que Roy Mustang avait tenté de le joindre et lui.. ‘demandait’ avec véhémence de le rejoindre au plus vite. Curieux mais pas pour autant pressé, il salua ses collègues qui avant son départ lui firent part d’une rumeur. Le Colonel aurait été aperçu en compagnie d’une petite fille aux grands yeux et bleus et aux longs cheveux argentés. L’alchimiste se figea, son sourire se crispant. Non.. serait-ce.. ?
L’un de ses collègues lui demanda l’air de rien si ce n’était pas sa sœur ? Effectivement elle était venu le midi même pour lui offrir son repas. Son regard se perdit vers l’extérieur, alors si il était appelé c’était pour Venestraale ?
Le ciel sanglant l’ébloui un instant avant que l’urgence ne lui broie les entrailles. Le crépuscule prenait place, implacable.
Et Aaron sortie en courant comme un diable de sa boîte.

__________

Du côté de Venestraale, l’état du ciel venait de lui apparaître comme un glas et elle baissa immédiatement la tête, cachant ses grands yeux noirs au reste du monde, et surtout à l’adulte qui l’accompagnait. S’il n’avait pas été un militaire elle aurait eu moins peur, mais actuellement au vu de son grade surtout, elle craignait ses réactions et ses décisions. Elle avait peur. Oui, très peur.
Et sa conscience s’éteignit alors que la fureur meurtrière surgissait.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyLun 26 Sep - 18:55
HRP: "Ingonyama bagithi baba sithi uhhmm ingonyama !!" ouais l'image fait penser au roi lion. A part ça, n'hésite pas à me dire si le rp te conviens ou non.


T'as d'beaux yeux, tu sais ?





Le poing contre la hanche, je tapai du pied, tout en fixant ma montre !
« Il arrive », m’avait-on dit, non sans faire le tour de ma personne qui dégageait vraisemblablement une aura dévastatrice. Mon canapé m’appelait, dans un coin de ma tête ! Alors que les militaires traversaient le portail pour rentrer chez eux, ils baissaient automatiquement les yeux sur la petite fille à mes côtés. Par réflexe, je fis de même avant de bloquer quelques secondes sur elle ; silencieuse. Les cheveux parsemés sur son visage comme une capuche contre la pluie.
Je relevai le nez, sondant les nuages colorés par le crépuscule, une moue dubitative aux lèvres. Je n’étais pas doué pour remonter le moral à un enfant et encore moins pour les maintenir quand ils sont fatigués. Car pour moi, il était évident que c’était l’une de ces deux raisons qui poussait la jeune fille à être aussi refermée.
Qui pouvait deviner qu'il s'agissait d'une toute autre raison ? Dangereuse, qui plus est. Certainement pas moi. Même si après la guerre d'Ishval, j'avais appris que toute vie se maintenait sur un fil en verre, facilement cassable. Même si, depuis ce drame, ma compassion envers les autres s'était endurcie... Qui pouvait deviner ?
Les cauchemars hantaient mes nuits. Que ce soit la guerre ou les chimères. Car depuis l'attentat de Central City, je gardais un mauvais souvenir tout particulier venant d'elles. Et en lisant ceci, vous allez vous demander pourquoi je parle de ça, n'est-ce pas ?
C'est simple. J'allais y venir. Les cauchemars ne sont rien d'autre que les reflets d'une angoisse. D'un stress que l'on refoule chaque jour. L'on renferme se souvenir dans un placard, au fin fond de notre cerveau. Et il jaillit dès lors que nous dormons. J'appelle ça un mauvais pressentiment. Si j'en venais à avoir subitement cette impression cauchemardesque, c'est que quelque chose n'allait pas.

Avec le temps, j'avais appris à faire confiance à cet instinct primitif. Primitif, oui, car nous sommes des animaux. Les animaux sentent le danger d'où qu'il vient. Il suffit d'y faire attention. Et après avoir fait la guerre, les soldats reviennent avec un flair inébranlable. Croyez-moi. Parfois même, ils s'imaginent voir le danger partout. Partout.
C'est sans doute pour ça que j'ai toujours admiré les chiens. Non seulement ils sont fidèles, mais en plus ils ont un sixième sens très développé, sans avoir besoin de passer par le traumatisme de guerre.
Mais que l'on rassure, je n'allais pas me mettre à renifler le sol en cherchant cette odeur de danger. Je me contentais de m'agenouiller, penchant la tête pour tenter de parvenir à voir sous le voile de cheveux de Venetraale. Ses yeux, de coutume, clairs ne l'étaient pas. Ceci ne m'alarma pas d'avantage jusqu’à ce que je soulève du doigt, quelques mèches me bridant la vue.

[!]

J'attrapai son menton entre mon pouce et mon index, l'obligeant à tourner la tête pour me regarder. Ils étaient noirs. Ses yeux étaient le néant. Elle ne bougeait pas. Elle ne parlait pas.
J'observai les alentours, inébranlable. Il ne fallait surtout pas que la panique se lise sur mon visage. Pas ici. Bons nombres de militaires passaient à côtés de nous. Je relâchai son visage et sa tête retomba en avant. Agenouillé, les coudes contre les cuisses, je restai longtemps ainsi en cherchant Aaron des yeux.
Intérieurement, j'étais en ébullition ! Incapable de comprendre le comment, du pourquoi !
Toujours en appui, je calai mon menton dans ma main, en la sondant. Quoi qu'elle faisait… Quoi qu'elle était, Venestraale n'était clairement pas humaine. L'homonculus que j'avais brûlée avait des yeux violets. L'enfant ne me parut pas être de la même trempe.
J'étais en train de me préparer mentalement au pire alors que le soleil déclinait toujours. Le frère restait absent à l'appel. Si je voulais avoir des réponses à mes questions, je ne pouvais pas les poser là, en face du QG de Central. Très doucement, je pris mes gants dans mes poches. C'est avec un souffle régulier et un calme olympien que je les mis aux mains. Mes gestes se voulurent lents pour ne pas que ceci attire l'attention. Quand ce fut fait, je me redressai et m'emparai délicatement de la main de Venestraale. Nous marchâmes. Doucement. Pas plus vite que les autres. Pas moins.
Mon cœur faisait des bonds très irréguliers dans ma poitrine. Après tout, il s'agissait d'une petite fille. Qu'auriez vous fait, à ma place ?
Je n'allais pas l'indiquer du doigt en alarmant tout le QG, là même où le Généralissime serait en mesure de la mettre dans un laboratoire. Puis il restait la question de son frère qui devait sans doute savoir de quoi il en retournait. Sans parler des parents qui n'avaient pas daignés répondre. Dans ce cas précis, ils n'allaient sans doute pas tarder à être anxieux. La nuit tombait.
Nous nous écartâmes de la rue principale et prirent une petite route dans Central. L'enfant ne pipait mot. Quand je décidais enfin de m'arrêter, jugeant l'endroit solitaire et calme, je relâchais sa main. Je me mis face à elle, les poings serrés dans mes poches, non sans garder une certaine mesure de sécurité entre elle et moi.

« Qu'est-ce que tu es ? Demandai-je, fermement. »

Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyMer 28 Sep - 15:20
L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] 3096319173_1_13_zAqox2eQ

Venestraale bataillait pour rester consciente de son environnement, cherchant à avertir l’adulte du danger, mais la douleur faisait ressortir son côté animal aussi sûrement que la peur des scientifiques le faisait. Enfermée dans son propre esprit, elle savait que l’Araignée ne ferait rien avant que ses yeux et ses pattes n’apparaissent. Sans eux au moins elle se sentait vulnérable et restait statique, indifférente à tout ce qui l’entourait.
La jeune fille vit parfaitement Roy s’accroupir pour l’observer, et bien qu’elle ne soit pas douée pour lire dans les yeux des autres, elle pouvait assurer que l’état noir de ses yeux ne le laissa pas indifférent. En partie terrifiée, elle priait intérieurement pour que son frère la sorte de là. De même, elle était presque certaine que sa mère avait déjà prit la route pour la retrouver. Elle reporta un vif intérêt sur le Colonel lorsque celui ci l’entraîna gentiment à sa suite, la soustrayant peu à peu aux regards des autres militaires. Si l’alerte avait été donné, effectivement ils l’auraient mise à mort sans se poser de questions. Aussi le remerciait elle silencieusement bien qu’elle sentait son esprit animal s’agiter nerveusement. Sa fureur douloureuse ne se tairait que lorsque le soleil laisserai place à la nuit totale. Et ces quelques minutes de crépuscule la rendait.. meurtrière.

Ils ne tardèrent pas à sortir du QG, ce qui était une bonne et une mauvaise nouvelle pour la chimère. La bonne nouvelle était que les autres militaires ne la verraient pas. La mauvaise était que son frère allait mettre plus de temps à la retrouver et ça, ça voulait dire qu’il y avait de forte chance qu’elle s’attaque à Roy. Et si elle ne prétendait pas pouvoir gagner, elle affirmait que ne connaissant pas ses capacités, l’alchimiste prendrait peut être le risque de la laisser approcher. Ce qu’elle ne souhaitait pas. Son venin était mortel et elle ne pourrait pas (à cause du crépuscule, encore) contrôler quelle quantité elle injectait. Et elle ne voulait pas le blesser, ni même le tuer, elle ne s’en remettrai jamais.
Des aiguilles de feu s’enfoncèrent dans ses doigts peu de temps après qu’il l’eut lâché et autant l’Araignée que la jeune fille gémirent de douleur alors que les petits crochets qui lui permettaient de s’accrocher à tout type de surface poussaient sur le bout de ses doigts. Ses mains furent agitées de spasmes violents pendant quelques secondes avant que ça ne se tasse et qu’elle ne le porte à ses tempes sous une autre douleur, là où deux nouveaux yeux s’ouvraient, tout aussi noir que les originaux.

Elle les posa immédiatement sur Roy et l’éclat désolé qui prouvait qu’elle était encore le petite fille joyeuse qui l’avait abordé disparu l’instant d’après, ne laissant qu’une multitude de sentiment négatif tourbillonner dans ses yeux sombres.

Les pattes jaillirent alors, s’agitant en de nombreux spasmes de douleur avant de percer sa tenue en quatre endroits au niveaux des côtes, se déployant, noires et luisantes. Fines et effilées. Et pourtant incroyablement solides. Appuyées sur ses jambes et sur ses pattes tendues, ses mains effleurant à peine le sol, elle releva la tête, un sourire beaucoup trop grand déchirant ses joues (c’est juste une expression hein). L’Araignée avait totalement prit le contrôle. Elle leva les mains devant elle, comme essayant d’attraper le militaire en faisant deux pas tremblant en avant sur ses pattes encore incertaines.

- Qui je suis.. - souffla la chimère - Je suis ton pire cauchemar. - ricana t-elle d’une voix grinçante, bien loin de celle joyeuse et enfantine de Venestraale.

C’était une voix cassée par la douleur. Et incroyablement rapidement, plus vite encore qu’un adulte courant avec le diable au trousse, elle s’élança et mordit le bras de l’homme, ses mains l’agrippant avec une force insoupçonnée.

- Je suis.. l’Araignée. - gloussa t-elle tout près de son visage après l’avoir lâché. - Et je vais te tuer. ~ -

Elle effleura son visage avec une de ses pattes, l’observant de ses grands yeux noirs avant de se jeter en arrière, suffisamment loin pour le voir bouger et anticiper ses actions. Mais ses yeux étaient plissés et elle présentait son flanc à Roy, ouvertement prête à s’enfuir alors qu’elle fouillait dans les souvenirs récents de Venestraale. Puis elle siffla de colère.

- Alchimiste ! - pesta t-elle.

L’Araignée n’aimait pas les alchimistes, ils étaient bien trop souvent imprévisibles et si l’homme qui lui faisait face ne connaissait pas ses capacités, il en valait de même pour elle. Elle plaqua soudain une main sur sa bouche, toussant jusqu’à cracher du sang. Alors à cet instant la transformation était complète, car gouttant de sang, on pouvait apercevoir ses crochets à venin luire et ses mandibules dépasser à peine de sa bouche entrouverte.

Elle recula sans lâcher le Colonel des yeux, se retrouvant vite acculée contre un mur, mais ça ne l’arrêta pas et elle fit en sorte de se retrouver à la même hauteur que Roy, bien que sur le mur opposée, parfaitement stable et accrochée, ses doigts et ses pattes fermement posés sur le mur, un sourire torve assombrissant son visage.

- Je vais te tuer.. - promit l’Araignée de sa voix aiguë et grinçante.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptySam 1 Oct - 15:10

What the...





C'était pas bon. Pas bon du tout. Ses bras envahis de spasmes irréguliers se portèrent à son visage juvénile. Quand elle redressa le menton, deux yeux venaient d’apparaître, en plus des originaux. Je n'avais pas besoin de m'exclamer, car je sus aussitôt de quoi il en retournait ; une chimère. Mais pour l'heure, il était trop tôt pour savoir avec quel animal cette enfant avait été mélangée.

Quelques secondes après m'être fait cette réflexion, d'immondes pattes, du nombre de quatre vinrent déchirer ses vêtements de chaque côté de sa taille. Elle en avait huit. En plus de ses bras et de ses jambes. Pour avoir longuement contempler ce genre de bête à mon plafond, je savais ce que c'était. Mais si grande…
La créature fit quelques pas dans ma direction. Je reculai béatement. Son sourire déforma son innocence. C'était malsain et dangereux. Sa voix cruelle et pigmentée, s’éleva ;

«  Qui je suis.. Je suis ton pire cauchemar. »

C'était le cas de le dire. Les chimères étaient ma principale cause d'angoisse, ces derniers temps.  
A peine eut-elle finit sa phrase qu'elle s'élança vers moi. Mon souffle se perdit dans ma gorge et j'esquissai un mouvement de recul, levant mon bras en défense ! Mes yeux se fermèrent d'eux-même, n'attendant pas mon approbation et je sentis un étau se resserrer autour de mon avant-bras.
Quand mes paupières décidèrent de se relever, j'observai la dentition parfaite de la jeune fille s'accrocher au tissu épais de mon manteau. En dessous, ma peau épargnée n'en était moins douloureuse. Il ne fit aucun doute que j'allais en garder un souvenir mordant. Mes muscles crispés, la douleur s'en fit plus lancinante. Mais comment se détendre devant un tel visage ?
Elle me relâcha, ses yeux épars sur son front. Je ne savais lequel regarder.

« Je suis.. l’Araignée.  Et je vais te tuer. »

Une de ses pattes effleura mon visage. C'est d'un naturel non réfléchit que je bondis en arrière. La chimère fit de même, d'un saut nettement plus élancé et fort.  Si elle avait gardé mon bras dans sa mâchoire, je l'aurais perdu, à n'en pas douter. Bien trop, répugné par la sensation d'être sous le contrôle d'une telle bête. Cette chose.... Non pas Venestraale, mais la créature n'avait rien d'humaine. Pourquoi tant de haine dans ses yeux ? Ils furent déformés par la colère alors qu'elle sifflait entre ses dents ;

« Alchimiste ! »

Il me fallait reprendre contenance et ne pas me laisser dépasser par la situation, même si celle-ci se présentait plutôt chaotique pour ma personne. Je refermai la bouche, les yeux piqués par la frustration et la détermination. Frustration, oui. Car c'était une petite fille !
Je grognai, afin de donner un peu plus de « fourrure » à ma carrure trop frêle face à une chimère. Un dictionnaire d'injures défilait dans ma tête alors que je faisais de lents pas chassés, prêt à bondir et rebondir. Venestraale, non... La chimère face à moi s'accrocha à un mur. J'aurais facilement pu rester pantois, mais ce n'était pas le moment ! Mon majeur et mon pouce se chevauchaient, prêt à claquer si nécessaire. Il me fallait être concentré et calme malgré la rigidité de mon corps.

« Je vais te tuer, dit-elle. »

Mon autre main se porta machinalement à ma ceinture, là où mon arme de service prenait généralement la poussière. Mes doigts glissèrent contre la crosse.
Un sourire sarcastique se posa sur mes lèvres alors que je songeais à Edward. Le FullMetal Alchemist aurait trouvé la situation boursouflée d'ironie après ce que je lui avais dit le jour où la fille de l'Alchimiste  Tisseur de Vie était décédée.
Ce sourire resta collé à ma bouche :

« Viens, alors. »

Je n'attendais clairement que ça, prêt à dégainer pour lui coller une gifle de métal !
Il me fallait gagner du temps. Pour la sauver.



Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyMar 4 Oct - 18:27
HRP :
 

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Ee2466c730a2d9e0da6762ba52e808adca57aeb6_hq

L’Araignée l’observa avec une hargne bien présente, une douce fureur se répandant dans son estomac à la provocation de l’homme. Il devrait avoir peur, il avait eu peur lorsqu’elle s’était approchée, pourquoi s’entêtait il à dissimuler sa peur ? L’Araignée voulait le voir, le sentir avoir peur, elle voulait avoir la satisfaction de terrifier un homme ! Qu’ils ne soient pas sa hantise sans que ça ne se fasse de leur côté aussi ! Elle ne voulait pas être la seule à avoir cette terreur crevante qui lui pourrissait la vie ! Les hommes auraient peur d’elle, alors elle n’aurait plus peur d’eux !
Ouvrant la bouche, ses crochets et ses mandibules s’agitant, elle siffla dans la direction du militaire, sa colère noire brouillant ses yeux écarquillés braqués sur son torse, là où son cœur battait, son objectif en tout et pour tout. Mais loin d’être aveugle, elle avait bien remarqué les gestes faits, lui faisant adopter une attitude ouvertement méfiante et avertie.
Son instinct de préservation l’empêchait de se jeter sur lui tête la première malgré son envie débordante de le faire, et elle en cria de frustration, un long cri aiguë et grinçant qui semblait venir tout droit des pires films d’horreur. Elle piétina de ses pattes d’arachnide, cherchant à trouver le meilleur compromis. Car elle tiendrait sa promesse. Sa terrible promesse. Elle allait le tuer. Mais elle ne devait pas traîner, car le crépuscule disparaissait peu à peu et Venestraale reprenait doucement conscience de ce qu’il se passait, acquérant un peu plus de contrôle à mesure qu’elle laissait le temps défiler sans rien faire. Prise par le temps, grinçante car on la pressait, et alors elle serait obligée de retourner au fin fond de l’esprit de sa jeune hôte, l’Araignée se refusait ça. Ne rien voir, ne rien savoir, ne rien sentir jusqu’au crépuscule, et alors dominée par la douleur, la colère, la peur. Sans jamais avoir la chance de parcourir le monde ce teintant de ce feu si fascinant que répandait le crépuscule.

L’instant d’avant, l’Araignée était plongée dans une fureur bouillonnante en le fixant, incroyablement immobile, son abdomen ne se soulevant presque pas sous sa respiration. L’instant d’après, elle bondissait sur le côté et s’élançait sur le flanc droit de Roy, crocs à découverts, mains en avant pour se saisir de son infortuné adversaire. Elle ferait naître une terreur sourde dans le cœur des Hommes. Elle serait un cauchemar libre et vadrouillant, se cachant dans les ombres étirées du crépuscule. A l’arrière de son crâne, l’Araignée perçut la voix plaintive de son hôte qui la suppliait d’arrêter, de rentrer à la maison. Elle ne voulait pas que le Colonel paie sa faute, elle ne voulait pas sentir les os se briser, sentir le goût du sang, entendre le craquement du corps martyriser. Car l’Araignée si elle avait été capable de se déchaîner toute la nuit, aurait fait une grande série de meurtre. Elle en serait capable, pour éveiller les ombres cauchemardesque des monstres de l’imagination.

Mais si son attaque aurait pu obliger l’homme à la confronter, il n’en eut pas le temps lorsqu’une haute silhouette s’interposa, envoyant percuter un mur à la chimère d’un large mouvement de bras. Le nouveau venu attira un soupir soulagé à Venestraale, et un cri furieux de l’Araignée. Aaron avait finit par les retrouver. Et bien il n’était pas doux pour arrêter la petite fille, mais il savait de quoi était capable son côté animal pour lui avoir déjà fait face. Aussi, tout en gardant un œil sur la créature fulminante, il jeta un coup d’œil prudent à son supérieur, retenant tant bien que mal une grimace. Toute cette histoire n’annonçait rien de bon.

- Tout va bien Colonel ? -

- Tout allait bien ! - siffla l’Araignée de sa voix désagréable - Jusqu’à ce que tu interviennes, Aaron ! -

Les yeux de l’alchimiste se braquèrent sur elle et elle se hérissa en réponse. Elle pouvait appréhender les capacités de son frère, l’ayant déjà affronté, et elle n’aimait pas cela. Surtout depuis qu’il avait compris que doser sa force avec elle ne servait à rien, étant plus résistante une fois transformée. Elle ne craignait pas les chocs brutaux, bien qu'elle en restait affectée si on frappait suffisamment fort. Les deux continuèrent de se toiser avec une méfiance ouverte, semblant près à se sauter à la gorge sans se poser de questions. Aaron se plaça aux côtés de son supérieur et s’excusa vaguement auprès de lui avant de s’élancer en avant, engageant le combat contre sa propre sœur. Aucune de ses attaques n’avaient pour but de la blesser grièvement, elles avaient juste pour but de la neutraliser, et passer derrière elle était nécessaire.
Avec l’approche de la nuit totale et le contrôle décroissant de l’Araignée, Venestraale luttant pour reprendre le contrôle, il n’eut pas trop de mal à l’immobiliser en se glissant dans son dos, glissant ses bras sous ses aisselles puis croisant ses mains derrières sa nuque pour la forcer à l’immobilisation totale. Les dernières lueurs du crépuscule disparaîtraient bientôt et enfin le calvaire se finirait, sans blessés.

- Mon Colonel, j’espère que ce petit.. dérangement ne vous préoccupera pas trop l’esprit. - commenta nerveusement le plus jeune.

Ou avoir l’art et la manière de mettre les pieds dans le plat en ignorant la chimère lui gigotant et crachant entre les bras, cette dernière toisant hargneusement le Flame Alchemist comme si son regard réussirait là où elle avait échoué.
Revenir en haut Aller en bas
Roy Mustang
Messages : 552
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyVen 7 Oct - 11:26

Grand-Frère à la rescousse.




L'araignée, loin d’être impulsive comme je le pensais, cria de frustration. Elle resta loin malgré sa colère. Son hurlement dut alarmer le voisinage. Un frisson désagréable coula le long de mon dos. Mais je gardai une expression fermée, concentré sur les faits et gestes de la chimère. Elle semblait chercher un angle ouvert. Je ne restais jamais en place et suivis chacun de ses mouvements comme si c'étaient les miens. Car si je venais à rester immobile… Je pus sentir dans son regard, qu'elle ne ferait qu'une bouchée de moi.

J'avais la possibilité de l’arrêter. Et pour ceux qui peuvent se demander pourquoi je n'ai pas claqué des doigts, je leur pose une question en retour ; l'auriez vous fait ?
Certes, des enfants j'ai du en tuer, lors de la guerre. Riza en avait enterré un, non loin du champ de bataille. Cette image hantait mes songes, comme la plupart des autres. Mais avoir décimé des personnes ne me donnait pas le droit d'être insensible. J'avais promis de tout faire pour protéger les gens en dessous de moi. Et même si Venestraale n'était pas quelqu'un que je connaissais, je venais, il y a moins d'une heure, de passer un moment avec elle. Un moment qui m'avait permit de voir que c'était une petite fille, tout ce qu'il y a de plus naturel. Enjouée, curieuse et naïve.
Pourquoi l'araignée était-elle si loin de la personnalité de Venestraale ? Mais, vous vous en doutez, ce n'est pas ce genre de questions qui affluait dans ma tête, à cet instant. J'étais plutôt en train de me demander quand est-ce qu’elle allait arrêter de danser la java pour que je puisse reposer mes jambes.
Il faut dire qu'avec une paire de pattes, sa rapidité et son endurance étaient décuplées ! Il me suffit d'une seconde et je m’arrêtai, essoufflé. L’araignée bondit contre me flan à découvert ! Je tendis ma main, prêt à faire émerger les flammes de défense. Ses pattes s'ouvrirent vers moi. Ces mandibules prêtes à m'attraper… Cette image, je ne l'oublierai pas.
Et si je m'en sortais vivant, je jurais à qui veut l'entendre que je ferais un ménage minutieux en rentrant chez moi ! Aucune araignée ne sera épargnée !

Mon majeur entama sa glissade contre mon pouce. Mon esprit se referma et l’instinct de survie prit le pas. Le claquement allait résonner. C'était elle ou moi. Et soudain, l'araignée fut percutée ! Elle fut bousculée contre un mur, sans grâce et un individu se mit entre elle et moi.
Une minuscule fumée s'échappa d'entre mes doigts collés entre eux. Elle fut vite dissipée par le vent alors que mes muscles se crispèrent d'avantage. Ami ? Ennemi ? Même s'il venait de « nous » sauver la vie, je n'étais pas encore convaincu.

« Tout va bien, Colonel ? »

Il se retourna vers moi et je reconnaissais le frère de Venestraale. Effectivement, son visage était apparut dans mes dossiers. C'est sans me forcer que je m'exclamai :

« Non ! »

Mais l'araignée désapprouva et nous nous retournâmes vers elle. Mais ce fut plus une guerre de regard qui s’enclencha entre le frère et la sœur. Aaron se tourna vers moi, désolé avant de prendre le pas vers Venestraale. Je me déridai, tout de même aux aguets au cas où il faudrait se défendre. Mais le jeune homme semblait savoir comment s'y prendre pour calmer la chimère. Je ne manquais d'observer minutieusement la scène qui se découlait devant moi. La nuit s'entamant, Aaron maîtrisa rapidement sa petite sœur. Il passa derrière elle et l'immobilisa au sol.

« Mon Colonel, j’espère que ce petit.. dérangement ne vous préoccupera pas trop l’esprit. »

Je fixai la chimère en dessous de lui. La petite ne semblait pas avoir reprit un total contrôle de sa personne. Elle me toisait comme si ses yeux purent me pétrifier sur place. Mais la peur avait été remplacée par… La réflexion.
Voyant qu'il ne courait aucun danger, je plongeai mains dans mes poches, face à eux.
Dérangement, avait-il dit. Elle venait juste de tenter de me tuer. Enfin, ce n'était pas nouveau. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'avais l'habitude, mais ma tension était quelque peu... Élevée! Et son ironie m'acheva sur place. Je répliquai fermement :

« Vous allez commencer par m'expliquer de quoi il en découle. Et nous verrons, selon vos dires, si mon esprit sera préoccupé ou non. »

Je profitai que la jeune fille soit immobilisée pour m’accroupir devant eux et analyser les changements physiques et mentaux qui se produisirent.
Ce n'était pas anodin. Et même si Aaron semblait chercher subtilement à me faire garder le silence, il ne savait visiblement pas sur qui il était tombé. Mais il avait de la chance. Je n'étais pas véreux. Ni à la recherche d'un pouvoir surnaturel tel  que celui de la chimère. Cependant, je ne pouvais pas fermer les yeux. Ils allaient devoir s'expliquer. Et j'allais devoir les surveiller. C'était bien trop étrange pour laisser passer un tel événement.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] EmptyVen 7 Oct - 23:36
L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] 255012hcKeUhh

Aaron inclina la tête, tendu, mais ne put désobéir à l’ordre direct qu’il venait de recevoir. Il glissa un regard peiné en direction de sa sœur dont le visage se paraît de plusieurs grimaces, preuve de sa bataille contre l’Araignée pour reprendre le contrôle. Ça ne plaisait pas à l’adulte d’en parler, ça ne plaisait pas non plus à Venestraale de révéler ce qui lui était arrivée. Car ce serait s’exposer à la possibilité d’être recherchée si cela venait à s’ébruiter. Recherchée et tuée. Un gémissement désespérée résonna dans la ruelle, provenant autant de l’Araignée que la fillette. Elles étaient d’accord sur ce point, elles étaient terrifiées d’attirer l’attention, car elles ne sauraient plus faire la part des choses. Il ne restait au bout d’une minute de silence qu’un sombre rayon rouge dans le ciel et la chimère capitula face à l’humaine, lui laissant la place lorsque la fatigue l’accabla. Alors, malgré son physique transformé, Venestraale reprit le dessus et se détendit entre les mains de son frère, ce dernier la relâchant après s’être assurée que c’était bien elle.
Elle se redressa à l’aide de ses quatre pattes d’araignée et se remit sur ses jambes en grimaçant, rangeant ses mandibules dans sa bouche, ses yeux aussi noirs que le néant regardant partout sauf dans la direction du colonel. Il devait la détester, elle devait lui faire peur. Se ferait elle traiter de monstre ? Peut être. Sans s’en rendre compte elle essaya de cacher ses pattes en les repliant contre elle, croisant les bras pour en cacher le noir sombre alors qu’elle penchait la tête en avant, dissimulant ses crochets à poison.
Elle sentit une main frotter sa tête et elle la releva dans la direction de son frère qui lui souriait gentiment avant que tous deux ne reportent leur attention sur le gradé, n’oubliant pas la question. Et la peur étreignit le cœur de l’enfant.

- Ce n’est pas… Je ne voulais pas.. - gémit la jeune chimère, de lourds sanglots dans la voix.

Un geste de son frère la rassura sur l’état de santé de Roy, mais ça n’empêchait pas le remord et la honte de lui crever l’âme.

- Je ne pensais pas que j’oublierai.. - murmura t-elle difficilement, présentant autant des excuses à celui qu’elle avait attaqué qu’à son frère à qui elle venait d’attirer de lourds ennuis.

Ce dernier fit passer la chimère araignée dans son dos, celle ci s’agrippant à son manteau, ses yeux noirs brouillés de larmes alors qu’elle n’osait pas regarder dans la direction de Roy. Aaron ne craignait plus d’attaques, il ne se montrait donc pas méfiant envers les crocs mortels. C’était naturel pour lui, mais il ne voulait pas mettre Venestraale plus en danger, il ne voulait pas dévoiler son histoire qui apporterai une nouvelle dimension à sa présence chez les militaires. Avec la tension créée par les rebelles, il ne voulaient pas que sa famille soit soupçonnée. Et il ne voulait pas que leur mère ait à graisser la patte de militaires plus haut gradés que le Colonel. Ça blesserait leur ego à tous les trois. Il changea donc d’expression et d’attitude, se montrant ouvertement méfiant et sur la défensive, limite agressif.
Dans son dos, Venestraale espérait qu’un combat ne s’engagerait pas entre les deux alchimistes d’état, ça ne finirait pas bien dans aucun des deux camps sinon..

- Elle est une chimère, c’est un fait que vous avez constaté. Je suppose. - amena le militaire aux cheveux blancs, ses yeux perçants scrutant le visage de son supérieur.

La jeune fille semblait souhaiter ajouter quelque chose, une chose qui serait autant qu’une excuse qu’un argument. Elle ne voulait pas qu’il la déteste. Il avait été gentil avec elle. Elle ne voulait pas voir le dégoût et la peur dans ses gestes, ça ne la tuerai qu’un peu plus.

- Ce n’est pas sa faute.. - débuta Aaron avant que des voix pressées de ne le coupe.

Venestraale gémit de peur en comprenant ce que cela signifiait. Son frère l’attrapa par le poignet et l’entraîna à sa suite sans se poser de question, tournant le dos au Flame Alchemist avec assurance, comme si il savait que ce dernier ne les attaquerait pas. Avant de disparaître, la chimère posa ses yeux abyssaux sur l’homme qui avait été sa cible.

- Je n’ai connu que ça, j’ai été une chimère depuis aussi loin que je me souvienne. - prononça l’araignée-fille - Je n’ai jamais été humaine. -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty

L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END]

MessageSujet: Re: L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] L'azur présumé cache quelques nuages dispersés. [PV Roy] [END] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: LES RPS TERMINES OU ABANDONNES-