RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

Invité
Who am i !

Duo de choc [PV Riza Hawkeye]

MessageSujet: Duo de choc [PV Riza Hawkeye] Sam 6 Aoû - 23:57
Il devait être très tôt, à en juger par les quelques naissants rayons de soleil qui perçaient le vitrage de sa chambre. Mais il fallait reconnaitre que ces faisceaux, bien que faiblards, aveuglaient déjà Chaïma à son réveil. C’était certainement dû à l’effet de réflexion. Elle se leva péniblement. Cinq heure du matin, si vite ? Il lui semblait avoir cligné des yeux la veille, lorsqu’elle s’était assoupie contre ses draps en ayant manqué de faire sa toilette. Hier soir, elle avait fait un peu trop de zèle envers son supérieur en fin de journée , et ça lui avait valu une bonne cinquantaine de tour de terrain pour insubordination.

Lorsqu’elle était finalement rentrée dans ses quartiers, c’est-à-dire passé vingt-et-une-heure, Chaïma avait dû faire des pieds et des mains au commis de cuisine pour qu’il accepte de lui céder et de lui réchauffer une assiette de soupe au pain. Puis, le ventre plein, elle avait rejoint ses appartements pour s’avachir aussitôt sur son sommier, épuisée. Elle n’avait donc pas manqué de repos, mais ça avait défilé à une vitesse… qu’elle pensa n’être point remise. Dans un râle mécontent, son corps se hissa laborieusement en dehors des couvertures, le corps endolori. Chaïma prit le temps de détendre ses muscles raidis par quelques exercices d’échauffements, avant de s’apprêter. La douche passée, elle se vêtit de son uniforme, noua ses cheveux, imprégna son cou d’huile essentielle de jasmin (un parfum coûteux qu’elle s’autorisait à acheter dans la limite de son salaire), puis se mit en route pour retrouver ses camarades réunis autour d’un bon souper avant le service.

On pourrait penser qu’à cause de sa couleur de peau, et de ses yeux dorés, elle serait victime de malentendus car assez similaire au physique ishval. Il n’en était rien, même si cela était arrivé deux ou trois fois, elle avait su s’entourer de bonnes personnes. Heureusement pour elle, l’armée ne regorgeait pas uniquement d’intolérants ou d’ignorants. Mieux encore, son charme exotique en intriguait parfois plus d’un, certains s’intéressaient sur ses origines. Cependant, elle s’arrangeait pour ne pas trop creuser la question des racines de son père, afin d’éviter la stigmatisation.

Alors que la militaire partageait un bon moment à table accompagnée de bonnes connaissances, son acerbe supérieur fit irruption dans la cafétéria muni à bout de bras d’une feuille imprimée à la machine à écrire, pour se poster tout près de Chaïma.


- Officier Souades, j’ai un ordre de mission pour vous.

Elle esquissa de ses lèvres un semblant de réponse quant…

- Maintenant, trancha-t-il d’un ton ferme.

La jeune femme se mua, lança un regard désolé à ses collègues qui semblaient être autant embêtés qu’elle, avant de suivre son ainé, délaissant le plateau d’un délicieux déjeuner à peine entamé derrière elle. Il voulait se venger de la veille, ce vieux con bouché… C’était incontestable.
En silence, elle pistait son acheminement, jusqu’à qu’il se plante devant trois bonhommes à l’aspect doucereux, surtout l’un des trois qui semblait être le leader. Il était le plus âgé, les deux autres devaient surement être ses associés.


- Monsieur Hevintriz ici présent, doit se rendre à un rendez-vous d’affaire, pour finaliser une transaction. Vous allez l’accompagner dans les bas quartiers d’Amestris.

Chaïma haussa un sourcil, les bras croisés dans son dos. Son supérieur devina la question qu’elle se posait rien qu’en notant son changement d’expression de visage.

- Monsieur Hevintriz souhaite racheter une auberge mise en vente pour la rénover en nouveau troquet. Mais il craint pour sa sécurité, vous allez donc l’escorter.

Oui, un troquet, bien sûr. Pourquoi ne pas l’établir en quartiers riches, s’il est si aisé dans ce cas ? Non, ça sentait plus la vieille magouille pour ouvrir une autre maison de passe et y faire son beurre. Il n‘existe-t-il donc pas de loi en vigueur pour interdire ce gerbant trafic humain ? Elle était policière, et allait indirectement encourager ce commerce, en faisant l’autruche. Et l’autre là, qui se délectait à l’idée que la petite insolente d’hier aille croupir devant une porte dans les bas fonds des rues d’Amestris, à faire le guet. Tout ça pour couvrir les activités un vieux riche vicieux. Chaïma l’avait vraiment mauvaise, ça allait être une sale journée.

Une heure peu après, voila qu’elle campait, droite comme un « i », devant une miteuse entrée. Pendant leur trajet, le vieil homme n’avait pas manqué de sortir une réflexion comme quoi il appréciait d’être en « si bonne compagnie ». Chaïma, au volant de la voiture de service, lui avait gentiment rappelé ce qu’il encourait à vouloir manquer de respect à une autorité. L’homme, un peu confus et penaud, s’était sans délai rassis dans son siège arrière.

En comparaison avec d’autres, il n’avait pas insisté ou contredit, ce qui était une bonne chose. Des machos, elle en avait rencontré quelques uns à la caserne. À l’extérieur,  c‘était moindre, car le peuple retenait surtout, qu’en dehors de sa condition féminine, elle était principalement présente pour les protéger et se précipiter au moindre problème.

Enfin bon, pour l’instant, son objectif imminent n’était pas de défendre les civils. Combien de temps cela faisait-il ? Une heure ou deux ? Vu les circonstances, elle allait probablement veiller toute l’après-midi. Et pour ne rien gâcher, voila que les premières gouttes de pluie se pointaient. La prochaine fois, Chaïma se souviendra d’être plus conformiste avec les personnes hauts-placées qui ne veulent entendre que ce qui les arrangent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 471
Oeil du faucon | Névrosée de la gâchette ♪
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Duo de choc [PV Riza Hawkeye]

MessageSujet: Re: Duo de choc [PV Riza Hawkeye] Lun 29 Aoû - 20:22
Depuis quelques jours, des rumeurs courraient dans les rues de Central City surtout au niveau des bas quartiers. D’habitude je ne m’intéressais pas au commérage, mais là c’est une de mes voisines qui m’avait mise en garde. Je ne m’attendais pas à ce que ça puisse m’arriver, enfin cette personne âgée ne savait pas que j’étais toujours armée même quand je ne bossais pas, malheur à celui qui viendrait m’attaquer. Oui visiblement un homme s’attaquait aux femmes dans les bas quartiers, des agressions violentes, je n’allais pas rentrer dans les détails, mais c’était assez simple à comprendre. Du coup de mon côté je faisais attention et je cherchais des informations sur cette affaire. Normalement ce n’était pas mon travail, mais celle de la police, si je pouvais donner un coup de main je le ferais avec plaisir. Heureusement la rumeur était prise au sérieux, je croisais beaucoup de femmes accompagnées jamais seules c’était une bonne chose. Malheureusement pour moi je n’avais pas énormément de personne qui pouvait me raccompagner, vu que je n’avais jamais les mêmes horaires… Tant que j’avais mes deux acolytes avec moi je me sentais en sécurité plus qu’avec une personne je dois dire, je préfère m’occuper moi-même d’un problème que de mêler quelqu’un…

Aujourd’hui j’étais de repos, beaucoup de travail en ce moment, au bout d’un moment il fallait souffler même une journée. Je dois dire que je ne savais pas trop quoi faire de mes journées de repos, faire des courses, un peu de ménage, me poser pour lire et promener Hayate… Sans oublier l’entretien de mes armes qui était important aussi. Bref je pensais pouvoir lire un bon bouquin, hélas pour moi j’ai oublié de faire quelques achats… Pas le choix je devais sortir, mon fidèle compagnon n’aurait pas de croquette sinon et moi rien à manger. Quittant mon appartement, laissant la surveillance à mon chien, je saluer un voisin bourré du matin au soir, je me demandais si un jour je l’avais croisé sobre. Sortant du bâtiment, je levais les yeux au ciel le temps commençait à changer… Si je voulais éviter de me prendre la pluie je devais faire vite surtout que je n’avais rien prévu pour me protéger des gouttes. Direction l’épicerie du coin, tant pis j’allais payer plus cher, mais bon au moins j’aurais ce qu’il faut et je pourrais rentrer plus vite pour profiter du reste de la journée avant la prochaine promenade…

Alors que je marchais dans les rues, je croisais un chat errant qui me feula dessus quand je passais près des poubelles qui trainaient dans le coin. Comme si j’allais lui voler sa nourriture, ou peut-être est-ce l’odeur de mon chien que je traînais avec moi… En tout cas je continuais mon chemin dans un haussement d’épaule. Soudain un bruit étouffé m’interpella dans une petite rue pas loin de ma position, haussant un sourcil je m’approchais discrètement… Je me collais contre le mur tendant l’oreille pour écouter… Un homme insultait une femme qui criait et appelait au secours. Le bruit d’une poubelle renversée, suivis d’un bruit de claque… Non l’agresseur s’en prendrait-il à une nouvelle victime ? Je ne pouvais pas rester sans rien faire et passer mon chemin l’air de rien. Sortant mon arme de sous ma jupe longue, je m’approcher de l’angle de la ruelle, inspirant j’entrais précipitamment arme levé. Ce que je vis à quelques mètres de moi me glaça le sang… Un homme du style armoire à glace tenait un couteau dans sa main et de l’autre les cheveux d’une femme dont les vêtements étaient dans un sale état. Le visage de la victime était gonflé, la lèvre en sang elle pleurait en se débattant…

« Lâchez cette femme tout de suite ! Je n’hésiterais pas à tirer ! » Criais-je une pointe de colère dans la voix.

Oui allait savoir ce qui m’avait pris, je ne mettais pas approcher plus pour surprendre l’agresseur j’y allais directement, je visais déjà l’homme, je n’avais pas peur. Je voulais sauver cette femme avant qu’il ne lui arrive malheur. L’homme me dévisagea avant de rigoler, je vis le mouvement de sa main armée ni une ni deux je tirais, le couteau de l’agresseur vola et tomba sur le sol. Je ne le laisserais pas tuer cette femme ! Mécontent l’homme jeta la femme contre le mur et s’élança vers moi en sortant un autre couteau… Il en avait combien sur lui ce malade ? J’évitais le coup de couteau qui m’était destinée en me jetant sur le côté. Je ne cherchais pas à contre attaquer, je fonçais droit vers la victime, me plaçant entre elle et son agresseur, retirant ma veste je la posais sur elle qui était sonnée.

« Vous allez vous en sortir, n’abandonnez pas. » chuchotais-je.

Je regardais l’homme qui rigolait comme un dément avant de passer sa langue sur la lame de couteau, il avait un regard malsain… J’espérais que le premier coup de feu ferait bouger les choses que le voisinage se bouge et aille chercher les gens compétents pour s’occuper des fusillades. Police miliaire, militaire peu importe tant que du renfort arrivait. Une femme et son enfant passèrent dans la rue adjacente juste derrière l’agresseur… Sur le coup j’eu peur, continuez votre chemin, ne vous faites pas remarquer… Mais trop tard l’homme avait entendu et se tourna courant vers la mère et sa petite fille. Je tirais deux balles vers lui, il utilisa les caisses et autres poubelles pour les éviter. Il connaissait bien le terrain. L’homme arracha de la main de sa mère la petite fille faisant hurler les deux. Jetant un dernier regard vers la victime au sol je m’élançais à la suite de l’homme qui avait maintenant un otage…

« Laissez cette enfant ! Si vous voulez vous en prendre à quelqu’un je suis là ! » Défiant du regard l’homme qui continuait de rire menaçant avec son couteau la gorge de la petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Duo de choc [PV Riza Hawkeye]

MessageSujet: Re: Duo de choc [PV Riza Hawkeye] Sam 3 Sep - 16:02
Voila, la pluie tombait dès à présent. Elle s’engouffrait comme un cobra humide le long de l’uniforme de Chaïma, s’immisçait entre les mailles du polycoton, imprégnait ses sous-vêtements, histoire qu’au bout de quelques minutes, la pauvre militaire ne puisse plus compter sur ses habits pour la réchauffer. La température n’était pas assez basse pour l’engourdir, mais l’eau des cieux mêlée à une petite brise frisquette suffisait à ressentir un avant-goût d’automne rafraichi. Non seulement ces giboulées était froids, mais en plus leurs gouttes, pourtant liquides, martelaient les pavés comme des grêlons dans un assourdissant concert, orchestré par  Mère Nature. Connectant le creux de ses mains sous l’aspect d’un bol, la jeune femme joignit l’utile à l’agréable en s’abreuvant, une flaque nacrée se formant au fur et à mesure que l’intempérie s’abattait férocement sur le sol.

Sa soif fut écourtée lorsqu’un cri féminin s’ajouta au crépitement de l’averse. En premier temps intriguée, Chaïma demeura stoïque. Elle ne pouvait pas se permettre d’aller flâner à droite / à gauche au moindre curieux bruit, si son client comptait surgir d’un moment à un autre de l’entrée qu’elle guettait. Soutenant une attention particulière à l’endroit d’où avait surgi ce lointain éclat de voix, Chaïma croisa ses bras dans son dos, soucieuse. Elle était très avide de s’y rendre. Comme pour alimenter son désir et la faire fauter, d’autres supplications parvinrent à son ouïe. Que ce maquereau tubéreux aille au diable, c’était désormais évident qu’il se tramait quelque chose de sérieux à quelques boulevards d’ici. Tant pis, en temps que force de l’ordre, il s’efforcera de comprendre qu’elle se sera absentée pour une noble intention. Et puis, il n’avait qu’à se soucier un peu de sa personne, elle qui subissait le mauvais caractère du climat tandis que lui s’en abritait.

Enjambant le court escalier de granit qui mène à la porte, la chienne de l’armée tenta de se précipiter en direction de la provenance de la détresse. Ce n’était plus très aisé, l’atmosphère était redevenue silencieuse. Elle était persuadée ne pas en être très loin, mais comment retrouver la trace sans indice auditif. S’immobilisant, les poings sur les hanches, elle se détendit et se concentra sur son audition, les yeux mi-clos. Bientôt, un rire rauque et malsain retentit à l’angle d’une rue, les voix devenaient à présent très claires et distinctes. Muette, et à pas de félins, Chaïma se rapprocha discrètement du mur, les sens en alerte, le corps tendu comme un prédateur. Un homme, large et massif comme un buffle, asphyxiait à moitié le thorax d’une pauvre enfant à l’aide de son bras trapu, enserrant fermement une dague à proximité du cou de la fillette dans son autre poigne. Il ricana à gorge déployée, embrassant de provocation le front de la géniture terrorisée.


- Là, làà chut… Si tu ne te tiens pas tranquille, tu sais ce que je vais faire ?… Je vais tuer ta maman. Je vais semer cette flic, et je vais la retrouver, puis la tuer. Et toi aussi, avec ce beau couteau… Chuchota-t-il en faisant miroiter le flanc de sa lame aiguisée.

Face à lui, une belle jeune femme bien taillée, et qui plus est, une collègue, à en juger par la possession d’une arme de service, arborant des cheveux à la couleur du sable, et des pupilles ébènes encore plus noires que l’armure d’un scorpion. Mais Chaïma nota la présence d’une teinte café au centre de celles-ci, grâce à une éclaircie soudaine. Cette courte luminosité s’estompa bientôt à cause des nuages orageux. On se serait cru dans un livre policier. Et c’était effectivement le cas, car la demoiselle aux mèches dorées semblait vouloir mettre hors d’état de nuire ce déséquilibré. Si au moins elle pouvait tenter quelque chose afin de désarmer ce criminel. Mais pour une fois, la chance lui sourit. Il ne s’était pas rendu compte de la présence d’une deuxième complice. Sans se douter qu’elle parviendrait dans son dos, l’homme se mit à marcher à reculons, conservant son emprise sur l‘enfant, sans quitter des yeux son autre camarade professionnelle. Il semblait sûr de lui. Mais bientôt, il ne fut qu’à quelques centimètres de Chaïma qui n’eut qu’à se déplacer de côté pour se trouver à proximité de sa nuque. Il ne put s’empêcher d’ailleurs de citer une seconde fois, une menace.


- Alors ma jolie, qu’est-ce que tu attends ? Demanda-t-il, le sourire aux lèves. Si tu tires, j’anticiperai ta balle et je m’en protégerai en me servant de cette gosse. Ce n’est pas ce que tu veux, n’est-ce pas ? Krr !

Les paumes inclinées et raides comme une guillotine, Chaïma avait démantelé la nuque de celui-ci depuis le tranchant de ses mains sur un point de pression particulièrement efficace, situé à hauteur du muscle sterno-cléido-mastoidien. Assommé, le détraqué s’avachit aussitôt au sol, abasourdi, relâchant son étreinte autour de la jeune fille. Chaïma s’agenouilla pour l’aider à s’extraire de la masse du dangereux individu, puis menotta les poignets de l’agresseur et une fois la petite saisie à la taille, la militaire alla à la rencontre de sa confrère. Malgré une intervention sans incident, l’ishvale, transpirante, tremblotait de tout son être, la respiration rapide, ponctuée d’un rire nerveux.

- J’ai cru l’espace d’un instant que j’allais le manquer et tout faire capoter… Se justifia-t-elle en léguant l’enfant rescapée dans les bras de la ravissante blonde. Puis, elle la salua du traditionnel geste soldatesque en se désignant, Officier Chaïma Souades, policière territoriale… mademoiselle ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Duo de choc [PV Riza Hawkeye]

MessageSujet: Re: Duo de choc [PV Riza Hawkeye]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]
» [Fanfiction] FMAB - Les démons d'Amestris!
» Un braquage qui aurait pu très mal tourner... [Jean Havoc & Riza Hawkeye]
» Promenade Au Parc [Kaiza Yashiro, Aisya Jasdero, Riza Hawkeye & Roy Mustang]
» Peste et Tempête, tandem de choc...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: BAS QUARTIERS-