RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

Invité
Who am i !

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Mer 1 Juil - 17:29



Récap'
Pouvoirs
Liens/Buts
IRL

Informations sur ton perso
Nom & Prénom - Lilith "Lily" Svenson

Age - 24 ans

Nationalité - Drachmanne

Métier/Rang (pour les militaires)- Mercenaire

Etat-civil - Célibataire

Spécialité - Escrime, Alchimie

Groupe - Etrangers


Qualités - Franche, Dynamique, Alerte, Agile, Réfléchie, Tolérante.

Défauts - Nerveuse, Emotive, Distante, Méfiante, Obstinée, Endurcie.
Pouvoirs et inventaire
Alchimie de l'eau ( L'un de ses tatouages lui permet de passer de l'état solide à l'état liquide, l'autre de passer de l'état gazeux à liquide. Elle ne contrôle l'eau grâce à l'alchimie que lorsque l'élément se trouve à l'état liquide.), Escrimeuse aguerrie ( possède une épée longue, type claymore mais bien plus fine, ainsi qu'un coutelas.)
Tes relations et tes objectifs
Prénom & Nom: Contenu de la relation

Prénom & Nom: Contenu de la relation

Prénom & Nom: Contenu de la relation

Objectif(s): Son but premier est de retrouver son père, ou du moins de trouver ce qu'il lui est arrivé depuis sa disparition inexpliquée. Mais sachant que seule, elle ne pourra y parvenir, elle amasse suffisamment d'or pour pouvoir se payer les services d'autres personnes et ainsi avoir le plus d'informations possible. Voilà pourquoi elle n'accepte pas de contrat sans rétribution.
Derrière l'écran
Pseudo - Ivy

Age - 24

Années de RP's - Une dizaine d'années, mais avec une grosse pause au milieu.

Comment as-tu trouvé le forum?- Google et un peu de recherche

Un dernier mot? - Nop

Personnage de ton avatar - Cirilla Fiona Elen Riannon - The Witcher 3 : Wild Hunt
Histoire

"A droite je t’ai dit !"

La voix grave et rocailleuse de l’homme qui se tenait devant elle résonna pour la énième fois de la matinée, lui assénant toujours la même rengaine que malgré tout elle ne parvenait pas à appliquer. Au bord des larmes, la jeune fille se tenait un genou à terre, venant à nouveau de mordre la poussière de manière absurde, son arme factice gisant à plusieurs mètres devant elle. Ravalant sa frustration tant bien que mal, elle leva un regard penaud en direction de son maître d’armes – et accessoirement son père aussi- avant de pousser un profond soupir de déception. Ce n’était pas la première fois que la fillette se laissait avoir par la même botte, mais rien n’y faisait, elle finissait toujours par terre, malgré toute l’ardeur qu’elle pouvait mettre à appliquer les préceptes qu’il tentait de lui enseigner. Avisant le regard déçu de sa progéniture, l’homme à la chevelure d’argent planta son arme de bois dans une motte de terre proche avant de s’approcher tranquillement, ployant le genou pour se trouver à hauteur du visage de sa fille qu’il releva d’un doigt posé sous son menton boudeur.

"Ce n’est pas grave, ça va venir, laisse-toi du temps Lily. "

A l’entente de son patronyme, la fillette releva ses yeux larmoyants vers le regard émeraude de son père avant de les essuyer d’un geste rageur. Mais seul le silence répondit à la tirade de ce dernier, trop blessée dans son amour propre malgré son jeune âge, la gamine aux cheveux blancs s’enferma dans un mutisme qu’elle ne semblait pas prête de quitter. Comprenant que discuter ne servirait à rien, son père lâcha un léger soupir presque amusé puis se releva, obligeant sa descendance à faire de même en la soulevant par le col de sa tunique sans grand ménagement. La délicatesse n’était pas vraiment son point fort … Habituée à ce genre de geste cependant, la « victime » se laissa faire sans mot dire et une fois sur pied s’empressa d’aller récupérer sa lame d’entrainement avant de s’éclipser sans un mot de la zone de combat. L’entrainement était fini, elle savait que s’entêter dans sa médiocrité aujourd’hui ne servirait à rien. Une bourrasque glaciale fit danser les quelques mèches blanches ornant son front rougi par l’effort et lui tira la chair de poule l’espace d’une seconde, car malgré les frimas de l’hiver dans la région, elle n’était couverte que d’une chemise de lin blanche et d’un pantalon de laine, au grand dam de sa mère qui craignait toujours la pneumonie en voyant son enfant sortir de la sorte. Mais le froid ne gênait pas la fillette, au contraire, ça la motivait à bouger lorsque l’entrainement faisait rage. Suivie de près par la carrure imposante de son père, Lily força davantage le pas, elle voulait rester seule, ce qui tira d’ailleurs un sourire amusé à ce dernier en voyant le comportement boudeur de la gamine.

Le regard songeur, une jeune femme à la chevelure d’ébène traçait d’étranges lignes, pour la plupart circulaires, dans un carnet à la reliure de cuir, seulement éclairée par le feu ronronnant dans l’âtre. Par moment, elle s’arrêtait et posait son regard sur les flammes dévorantes, semblant réfléchir intensément, puis reprenait son travail quelques secondes après. Une bourrasque fit soudain danser les flammes alors que le froid mordant s’insinua dans la petite demeure, tirant la belle brune de ses réflexions, et deux silhouettes passèrent la porte à quelques secondes d’écart, la plus menue d’entre elle s’éclipsant d’ailleurs rapidement. Se détournant de son ouvrage, la jeune femme posa son regard d’acier sur le visage de son compagnon.

"Ta fille ne dit même plus bonjour maintenant ?"

"Que veux-tu … Elle est juste de mauvais poil."

"Je vois … l’entrainement s’est mal passé je suppose ?"

"Tu supposes bien."


Sans laisser le temps à la demoiselle de répliquer, et sans même prendre le temps de retirer son lourd manteau de cuir, il l'attrapa par la hanche et l’attira contre lui pour enfouir son visage dans la chevelure abondante de son interlocutrice. Sa présence lui faisait du bien, cela faisait peu de temps qu’il était revenu de son dernier contrat, et il escomptait bien profiter un peu de sa famille, prendre une pause maintenant qu’ils avaient suffisamment pour vivre décemment durant quelques temps. La surprise et l’amusement traversèrent les traits délicats de la jeune femme avant qu’elle ne se laisse aller à cette étreinte puissante, fermant les yeux tout en laissant s’échapper un infime soupir de bien-être. Ce moment de tendresse aurait pu s’éterniser, tant l’un comme l’autre semblait à l’aise, mais c’était sans compter la présence d’une certaine gamine.

"Vous allez finir par fusionner si vous continuez …"

Appuyée contre une poutre, bras croisés sur son torse et sourcils froncés, la fillette les observait avec un semblant de colère, même si ce n’était que la prolongation de sa frustration passée. Ce genre de débordement affectif la dépassait toujours, elle-même n’étant pas particulièrement câline. De plus, elle partait du principe que son père était bien trop dur pour pouvoir faire une chose pareille, sans pour autant que ce dernier lui ait souvent donné une raison de penser une telle chose. Ce fut la jeune femme qui rompit la première l’étreinte, lançant au passage un regard amusé à sa fille. Elle allait lui répondre lorsqu’une violente détonation retentit près de leur demeure. Les regards des deux adultes se croisèrent l’espace d’une seconde, on pouvait y lire la crainte et l’appréhension l’espace de quelques secondes, avant qu’ils ne réagissent. L’homme à la chevelure d’argent se détourna en direction de la sortie, se saisissant de ses armes au passage et quitta la demeure sans un mot. Lily tourna son regard vers sa mère qui s’empressait de passer un manteau dans lequel elle rangea son carnet de notes ainsi que quelques autres éléments sans importance aux yeux de la fillette.

"Maman ... qu’est-ce qu’il se passe … ?"

Sans un mot, la brune se saisit de la main de sa fille, attrapa une cape qu’elle lui posa prestement sur le dos avant de sortir de la demeure à son tour, tirant derrière elle une enfant totalement perdue. Sauf que s’il y avait bien une chose que la gamine ne supportait pas, c’était de ne pas savoir. Elle arracha brusquement sa petite main de celle de sa génitrice et planta ses deux pieds dans la neige, les poings serrés contre ses hanches.

"Où est parti papa ? Où on va ? Dit moi !"

Une nouvelle détonation résonna non loin, arrachant un cri apeuré à la fillette qui se courba en avant par réflexe alors que sa mère la rejoignait prestement. Malgré l’urgence, elle connaissait assez sa fille pour savoir que cette dernière ne bougerait pas, même sous l’effet de la peur. S’agenouillant à la va vite pour se trouver à son niveau, elle posa ses mains pâles sur les épaules de la gamine, sans pour autant la regarder vraiment dans les yeux, son regard balayait sans cesse l’endroit d’où elles venaient.

"Ne t’inquiète pas. Ton père est parti devant, il va nous protéger."

"Protéger de quoi ?"


La brune lâcha un soupir résigné avant de finalement poser son regard d’acier dans celui de sa fille. Elle n’y couperait pas.

"La guerre civile a fini par arriver jusqu'ici. Il vaut mieux partir maintenant. J’espérais que nous pourrions être tranquilles dans un endroit aussi reculé, mais c’est à croire que personne ne sera épargné par ces combats. Maintenant suis moi, on doit partir d’ici."

Alors que les paroles de sa mère se bousculaient dans l’esprit de la fillette, elle se laissa embarquer par la jeune femme, suivant le rythme avec quelques difficultés. Ainsi les bruits dans son dos prenaient une tout autre signification dans la tête de l’enfant. La guerre … Certes, son père lui avait fait part de cet aspect de leur pays, mais de là à penser qu’elle pourrait arriver aussi près d’eux … La fillette avait du mal à se rendre compte de la gravité de la situation. De nouveaux coups de feu retentirent, bien plus proches des deux silhouettes fuyantes, les forçant à accélérer davantage l’allure pour mettre le plus de distance possible entre elles et les combats. Malgré ses courtes jambes, l’enfant suivait le rythme soutenu de sa mère sans rechigner, sans même sembler se fatiguer trop rapidement, elle pouvait remercier les entraînements réguliers et intensifs de son paternel. S’enfonçant dans les bois, les fuyardes ne ralentirent que lorsque les arbres couvrirent suffisamment les bruits de bataille, ne serait-ce que pour reprendre un peu de souffle. Mais alors qu’elles pensaient être à l’abri, un bruit sourd retentit, bien trop proche, et la fillette sentit une brûlure sur son épaule droite, lui tirant une plainte sourde. Délaissant la main de sa mère, elle tourna le regard vers l’origine de la balle qui l’avait effleurée et aperçut avec effroi trois hommes sortir d’un fourré proche. Les balles se remirent à pleuvoir alors qu’elle tenta de rejoindre sa mère, mais alors qu’elle cherchait sa silhouette dans les bois, son regard finit par tomber sur une ombre au sol, immobile. Le choc fut tel qu’elle oublia presque instantanément la situation, les tireurs dans son dos, et se précipita vers la brune, se laissant tomber sans délicatesse contre le corps déjà en train de refroidir de sa mère. Si jeune, elle avait pourtant compris ce que la mort avait de définitif après avoir croisé le regard vide de la jeune femme inerte.

Une main l’arracha violemment de ce contact funeste, et malgré les gestes brusques qu’elle tenta pour se dégager, son petit corps ne faisait pas le poids face aux assaillants. La crosse d’un fusil s’abattit violemment sur la joue de la fillette, explosant sa pommette au passage et elle sombra presque instantanément dans l’inconscience.

Mais dans son malheur, elle avait eu une certaine chance. Les bois dans lesquels sa mère avait perdu la vie étaient également le point de rencontre des deux camps ennemis en cette journée. Et la troupe qui leur été tombée dessus avait été décimée bien vite par des forces drachmannes en présence dans le secteur. La fillette fut récupérée en bien piteux état, malmenée par ses ravisseurs, et soignée dans le village proche. Son père finit par la retrouver quelques jours plus tard, apprenant au passage la mort de sa compagne. Mais au lieu de rester sur place pour faciliter les soins de sa fille et prendre un peu de repos, il embarqua la gamine et quitta l’endroit dans la journée. A ses yeux le risque d’une descente ennemie était bien trop grand pour rester en zone civilisée, et il refusait de prendre le risque qu’on lui arrache le dernier être qu'il lui restait. C’est ainsi que le soir tombant, on put apercevoir cet homme à la carrure imposante, portant sa fille contre lui, quitter les lieux, tenant de sa main libre la bride d’un cheval lourdement chargé.

Plusieurs années plus tard, l’enfant avait bien grandi. Parcourant sans cesse les routes en compagnie de son géniteur, ils ne s’arrêtaient jamais plus de deux nuits au même endroit. L’événement qui assombrissait leur passé, ils avaient fini tous deux par l’enfouir dans leur esprit, préférant ne pas en parler. Lily avait suivi un entrainement physique bien plus rigoureux à partir de ce funeste passage, et pouvait désormais rivaliser avec un adulte de bonne constitution sans le moindre problème du haut de ses quatorze ans. Son père l’avait formée à l’escrime et au combat à mains nues, et elle-même s’était plongée dans les recherches de sa mère dont elle avait récupéré le carnet le jour de sa mort. Pratiquant l’alchimie en autodidacte sans en faire part à son géniteur, elle progressait lentement, mais sûrement. Evidemment, elle ne pouvait égaler un maître, mais ses connaissances lui suffisaient amplement pour l’utilisation qu’elle pouvait en avoir.

"Papa … quand est-ce qu’on aura de nouveau un vrai repas ? J’en ai marre des conserves là …"

Son accompagnateur répondit par un infime grognement bougon avant de reprendre une bouchée de leur maigre pitance, laissant sa fille sans véritable réponse. Cette dernière poussa un soupir blasé et repoussa son écuelle, le regard dans le vague. Des semaines qu’ils n’avaient pas mis les pieds dans une ville. Depuis leur dernier passage en zone civilisée, son père semblait soigneusement éviter les zones peuplées sans qu’elle en ait véritablement compris la raison. Quoi qu’il en soit, elle rêvait désormais d’un bon bain chaud et d’un véritable dîner mangé dans autre chose qu’une boite métallique donnant à la nourriture un inévitable goût métallique. Repoussant d’une main la mèche qui barrait sa joue meurtrie, elle posa son regard sur le visage marqué de son père, laissant planer un silence quelque peu pesant avant de reprendre la parole, une moue énervée marquant son visage enfantin.

"Tu me réponds oui ?! Qu’est-ce qui t’arrive à la fin, ça fait des jours que tu n’ouvres quasiment plus la bouche, sauf pour m’engueuler !"

L’incriminé reposa brusquement son couvert et leva un regard de jade vers sa fille, visiblement agacé par l’insistance de cette dernière. Oh oui, il avait bien changé ces derniers temps, se renfermant sur lui-même, ne prenant la parole que pour rabrouer sa fille durant leurs entrainements quotidiens. Sauf que voilà … il ne savait pas vraiment quoi répondre à cette entêtée.

"Demain … demain tu iras en ville seule chercher à manger. Ca te va ? "

Ou éviter un conflit direct avec sa progéniture, car il savait pertinemment que s’il se lançait dans une joute verbale avec elle, il la perdrait forcément. Les paroles n’avaient jamais été le point fort de cet homme, et le moins que l’on puisse dire c’est que le temps passé à voyager en solitaire – malgré la présence de la fillette – n’avait pas arrangé cet aspect de sa personnalité, loin de là. Mais la réponse du père, loin de satisfaire la fille, attisa davantage sa curiosité et alors qu’elle allait reprendre la parole, le front toujours marqué par ce pli mécontent, il la coupa net d’un geste de la main avant de se lever.

"Demain, dernier mot. Tu iras voir si tu trouves un contrat ou deux au passage. Maintenant, tu devrais aller t’occuper de ta monture."

La jeune fille poussa un soupir désolé et baissa les yeux, consciente qu’insister ne servirait à rien lorsqu’il était ainsi. De frustration, elle donna un coup dans la boîte contenant sa pitance qui se répandit sur le sol et se leva, tournant le dos à cet homme qui avait souvent le don de l’énerver de la sorte. Ce dernier soupira et partit du côté opposé à sa fille, désireux de retrouver une certaine solitude. Une des raisons pour lesquelles il était de moins en moins bavard avec cette dernière était que plus elle grandissait, plus elle ressemblait à sa défunte mère, et croiser son visage tous les jours était une véritable torture pour lui par moment. Même s’il savait faire la différence entre les deux femmes, la présence de sa fille lui rappelait toujours douloureusement la disparition tragique de sa mère.

Alors qu’il s’enfonçait dans l’obscurité, la jeune fille quant à elle obéit à son géniteur et alla voir la bête qu’il lui avait offert quelques semaines plus tôt. Tout juste âgé d’un an, l’animal était encore sauvageon, mais particulièrement intelligent et elle s’était déjà prise d’affection pour cette tête de mule, peut-être parce qu’au fond ils se ressemblaient beaucoup tous deux. La soirée s’acheva ainsi, chacun dans son coin à ruminer, et la demoiselle finit par s’endormir contre un arbre après s’être perdue dans la contemplation du paysage qui l’entourait. Ce furent les rayons chauds du soleil lui balayant le visage qui la tirèrent de sa torpeur à l’aube. Cherchant son père du regard, elle finit par le trouver endormi près du feu et esquissa un infime sourire. Sans bruit et avec une certaine délicatesse, elle récupéra dans la ceinture de ce dernier la bourse pleine contenant leurs revenus et repartit sur la pointe des pieds, bien décidée à la laisser dormir. Lily savait qu’il rechignait à l’idée qu’elle se rende en ville, autant le faire durant qu’il dormait encore, limitant ainsi son inquiétude. Après avoir harnaché sa monture, ce qui lui prit de longues minutes étant donné que cette dernière n’était pas de bonne humeur visiblement, elle finit par partir rejoindre la route qui menait en ville. Cela lui prit trois bonnes heures, quatre peut-être. Mais chevaucher seule lui ferait bien.

Le soleil avait déjà bien bougé lorsque la jeune fille revint au camp, son destrier chargé autant que possible de nourriture qu’elle qualifiait de potable. Elle avait même pris le temps de prendre un bain sans pour autant culpabiliser. Toutefois, sa bonne humeur fut bien vite balayée dès lors qu’elle atteignit les abords de leur petit campement. Une odeur de sang traînait dans l’air, elle la connaissait si bien qu’il lui était impossible de la manquer. Pressant sa monture, elle sauta à terre avant même que cette dernière ne se soit arrêtée et se précipita vers les restes du feu de camp. Le sol était couvert de traces de pas précipités, du sang parsemait les abords de ce dernier, suffisamment pour suggérer une ou plusieurs blessures graves. Paniquée, la jeune femme releva les yeux, cherchant quelque chose à quoi se raccrocher, la moindre trace de son père lorsqu’un rayon de soleil accrocha un bout de métal, renvoyant son éclat aux yeux de la jeune femme qui se précipita vers l’endroit avant d’étouffer un cri d’horreur. Une des lames de son père trônait là, plantée dans le flanc de la monture de ce dernier qui gisait dans une mare de sang. Des larmes roulèrent le long des joues de la jeune fille avant qu’elle ne les essuie d’un revers de manche, refusant de se laisser aller à la tristesse. Son père n’était pas n’importe qui, de plus, elle n’avait pas retrouvé de corps, elle était donc intimement persuadée qu’il était encore en vie. Captif, probablement blessé, mais en vie.

Lentement, elle retira l’arme du cadavre de l’équidé et l’essuya avec un pan de sa tunique avant de la nouer dans son dos à l’aide d’une sangle de cuir après quoi elle passa de longues minutes à scruter le sol et son abondance de traces pour décider d’une route à suivre. Tenant sa monture par la bride, elle quitta le campement pour s’enfoncer dans la végétation proche. Mettant en œuvre tout ce qu’elle avait pu apprendre durant ses leçons, elle s’aperçut que l’appliquer en situation s’avérait bien plus compliqué qu’elle n’aurait pu le croire. Car voilà, la théorie, c’est bien joli, mais la pratique … c’est autre chose. C’est ainsi que malgré des jours à tenter de suivre une piste, elle finit par comprendre que son père resterait probablement introuvable si elle continuait à s’y prendre de cette manière. C'est pourquoi elle décida de changer de méthode. Son père avait acquis une certaine renommée de par son métier et ses « talents ». Lily décida donc de prendre sa suite et commença à chercher des contrats, tout en faisant parler d’elle, espérant ainsi que si quiconque avait eu vent de l’endroit ou pouvait se trouver son géniteur, elle en serait informée. Le bouche à oreille, une arme redoutable lui avait-il maintes fois répété.

Malgré des débuts difficiles, des situations critiques et de nombreuses blessures, la jeune femme continua sa tâche durant plusieurs années, allant de fausses pistes en fausses pistes car toutes les informations qu’elle avait pu glaner au sujet de son géniteur semblaient toujours finir en impasse. Les années passèrent ainsi, elle traversa plusieurs pays, observa la résurgence de vieux conflits, la guerre refaisant surface peu à peu. Elle enchaînait les contrats sans réellement se poser de temps en temps, commençant peu à peu à amasser une somme d’argent assez conséquente dont elle se servit pour embaucher des gens et l’aider dans ses recherches. Intellectuels, indic’, elle se servait des gens pour parvenir à ses fins, mais rien n’y faisait. Et malgré l’espoir qui s’amenuisait peu à peu dans son esprit, elle continuait pourtant sa tâche sans relâche, presque autant par habitude que par devoir désormais. Sans vraiment le vouloir, elle s’était contentée de reprendre le flambeau de son géniteur.

Voilà comment, alors que la guerre faisait désormais rage entre plusieurs pays, elle s’était retrouvée en Amestris, à la demande d’un nouveau contrat bancal qu’elle avait déniché par un de ses contacts douteux et qui consistait à éliminer certains civils tout en le revendiquant au nom d’un groupe. Un acte terroriste en quelque sorte, mais peu lui importait, du moment qu’elle était payée à la fin. En temps de guerre plus qu’en temps normal, elle ne faisait pas de sentiment.

Caractère
Que se passe-t-il dans la tête d’un prédateur ? La plupart des animaux affublés de ce titre tuent pour se nourrir, et non par plaisir, à l’exception d’un ou deux peut-être. Quelque part, c’est aussi le cas de la jeune femme. Ce n’est pas le plaisir de voir défaillir sa proie qui la motive, mais bel et bien le besoin de subsister. Ou plus précisément dans son cas, l’appât du gain. Car jamais au grand jamais elle n’accepte un contrat sans contrepartie financière. On pourrait aisément la qualifier de cupide, vénale, ou tout autre qualificatif aussi peu glorieux, et cela l’indiffère d’ailleurs totalement, car elle seule sait de quoi il en retourne. Et donner une fausse idée de son but véritable est d’ailleurs plaisant aux yeux de la jeune femme. C’est d’ailleurs un de ses traits principaux, ce besoin de dissimuler les véritables aspects de sa personnalité derrière un ou plusieurs masques. L’instinct de protection sûrement, c’est toujours plus simple de jouer un rôle plutôt que de montrer réellement qui l’on est. C’est pour cela que la demoiselle passe sans difficulté pour un être sans cœur, sans pitié et passablement violente alors que son être dissimule encore l’âme de l’enfant qu’elle n’a jamais été. Sa froideur cache en réalité un immense vide émotionnel. Elle préfère la solitude, étant souvent sur les routes pour divers contrats, se déplaçant sans limite d’un état à un autre, se lier avec d’autres humains lui auraient causé plus de douleur au moment des séparations que de plaisir. C’est pourquoi elle suivait aveuglément les conseils que lui avaient prodigués son père par le passé. Ne pas s’attacher, ne pas s’émouvoir, rester distante. Profiter une journée, une soirée, aucun problème, mais rien de plus. C’est ainsi que Lily a rencontré un nombre incalculable de personnes, mais ne s’est jamais lié avec personne. Même les divers amants qu’elle a pu avoir, elle ne les a jamais revus, et n’en a d’ailleurs jamais éprouvé l’envie. A force de se complaire dans la solitude, elle a fini par l’apprécier et même à s’en faire une alliée fidèle. Sa seule compagnie est le cheval avec lequel elle parcourt les routes. La jeune femme n’a jamais apprécié le bruit étourdissant des moteurs, et préfère largement la compagnie de l’équidé qu’elle a elle-même élevé avec l’aide de son géniteur.

Elle ne semble plus avoir grand-chose d’humain en elle, semblant arborer un cœur de glace, sans le moindre sentiment lorsqu’elle vient à occire une de ses proies. Et pourtant, il lui arrive lors de ses haltes solitaires sur les routes de se laisser aller à la mélancolie. Seulement lorsqu’elle se trouve absolument hors de vue de tout autre être humain. La seule âme à avoir eu vent de ses légers moments de faiblesse est son compagnon équin. Le concept d’ami pour la demoiselle se résume d’ailleurs à cet animal. Elle lui accorde probablement bien plus de confiance qu’à aucun autre être humain, à l’exception de son père. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne cherche même pas à cacher son manque total de sociabilité, l’opinion que peuvent se faire les autres à son sujet l’indiffère totalement. Elle se contente de suivre son but, sans se poser davantage de questions.

En définitive, Lily n’est pas complètement dénuée d’humanité, c’est simplement qu’elle s’applique tout particulièrement à le faire croire à ses interlocuteurs, peut-être pour provoquer un sentiment de malaise chez ces derniers, mais surtout pour éviter de trop se mettre à nu. Ce qui ne l’empêche pas, à l’instar de tout être humain, d’avoir quelques vices. Le principal, et probablement le plus gênant, c’est sa soif de sang. Pour faire simple, la mercenaire n’est pas spécialement attirée par les tueries en temps normal, toutefois, lorsqu’elle se trouve plongée en plein combat, l’adrénaline prend très rapidement le dessus sur ses émotions, et elle se laisse alors guider par un désir purement bestial, celui de terrasser son adversaire. Ainsi, sans être naturellement agressive ou violente, elle se laisse toutefois bien vite porter par la saveur d’un combat, ce qui se solde principalement par une mise à mort de son adversaire. Ainsi ballottée entre l’amertume de vivre de meurtres, et le plaisir d’une montée d’adrénaline intense, Lily ne sait jamais vraiment où elle en est. Et d’ailleurs, ne cherche pas vraiment à le savoir au fond. Se morfondre sur sa situation n’est pas son genre, ce qui est fait est fait, point final, mieux vaut avancer que regarder en arrière, telle est sa philosophie. Et c’est d’ailleurs grâce à ce mode de pensée que la jeune femme parvient à garder une certaine tranquillité d’esprit, s’épargnant cette forme de torture à laquelle s’apparente le remords.
Physique
Un prédateur. Malgré l’apparence fluette et gracile de la jeune femme, son regard émeraude n’évoque que la violence et la chasse, son activité principale. Ses mouvements, sa démarche, la moindre fibre de son corps, la moindre de ses expressions, il n’est rien en elle pouvant laisser croire à une quelconque once de douceur dans cet être pourtant attirant au demeurant. Plutôt fine, elle se déplace toujours de manière féline. Vive et souple, ses pas ressemblent plus à une danse finement orchestrée, même lorsqu’elle ne combat pas. Son visage aux traits fins et délicats est pourtant durement marqué par son passé de mercenaire, « métier » qu’elle exerce depuis plusieurs années déjà. Une longue cicatrice barre sa joue gauche, le plus souvent masquée par quelques mèches neigeuses, démarrant juste sous l’œil pour s’achever près de l’oreille, ornant sa peau d’ivoire d’une estafilade toujours rosée malgré le temps. Son expression, le plus souvent neutre, ne laisse que très peu entrevoir ses émotions, même si ces dernières se bousculent régulièrement dans sa tête. Une des rares expressions qu’il n’est pas rare d’apercevoir sur son visage de poupée, c’est le plaisir de la traque. Un infime sourire cruel, sa langue effleurant ses lèvres avec un certain plaisir alors qu’un éclat dangereux brille dans ses prunelles d’ordinaire si froides. Sans provoquer de véritable crainte, elle dégage pourtant une aura inquiétante lorsque la jeune femme se met en chasse.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa tenue n’arrange en rien cette désagréable impression. Lilith ne se sépare jamais de ses armes, question d’habitude et de sécurité également. Ses hautes cuissardes dissimulent un coutelas au tranchant redoutable, dernier rempart en cas de coup dur, et recouvre jusqu’à mi-cuisse un pantalon de cuir sombre, passablement élimé par endroits, le temps ayant fait son œuvre. Une chemise ample pour ne pas entraver ses mouvements, et un bustier viennent compléter sa tenue, régulièrement accompagnée d’un épais manteau de lin, doublé de fourrure pour contrer les frimas de son pays natal. Son arme principale, une lame offerte par son père qu’elle entretient en prenant un soin tout particulier, trône fièrement dans son dos, soigneusement placé dans un fourreau de cuir huilé pour en garder l’étanchéité. La jeune mercenaire n’arbore pas une allure très conventionnelle chez les citadins, et pour cela, peu de gens osent généralement l’aborder, ce qui n’est pas pour lui déplaire, bien au contraire. On pourrait croire que sous cet attirail plutôt lourd voire encombrant, se cache une simple jeune fille comme beaucoup d’autres, mais même là, ce serait une erreur de penser une telle chose.

Certes, Lilith est une humaine à proprement parler. Deux bras, deux jambes, et tout ce qui va avec. Et pourtant, difficile de contempler le corps dénudé de la demoiselle sans détourner les yeux rapidement, et pour cause. Son corps entier est recouvert de cicatrices, plus ou moins profondes, plus ou moins visibles sur sa peau d’opale, mais au nombre plus qu’inquiétant. D’ailleurs, difficile de croire en les observant que la jeune demoiselle ait pu survivre à tant de blessures, certaines semblant particulièrement anciennes à leur aspect blanchâtre. Il n’est pas rare que Lilith ait eu affaire aux regards dégoûtés ou apeurés de ses quelques amants, pour autant, elle ne s’est jamais vraiment préoccupée de ce qu’ils pouvaient penser de son apparence meurtrie. Mais par ces différents aspects, la jeune femme est déjà une curiosité à part entière.

Autres petits détails qui ont toutefois leur importance, la mercenaire étant également alchimiste, elle possède deux tatouages bien dissimulés pour pouvoir utiliser son art en toutes situations sans avoir à recourir à l’écriture et ainsi gagner un temps précieux. Ces deux cercles quasiment semblables à quelques détails près se situent sous la voûte plantaire, sur chacun de ses pieds. Elle ne les utilise qu’en dernier recours, il ne s’agit là que d’une porte de sortie, un atout dans la manche qu’elle se garde bien de dévoiler à qui que ce soit. D’ailleurs, la plupart de ceux qui ont eu vent de l’existence de ces marques sont décédés peu de temps après, réduisant ainsi le nombre de personnes informées au strict minimum. Elle possède également un médaillon à tête de loup, entièrement fait d’argent et reposant fièrement sur sa poitrine généreuse. Un lègue de son géniteur dont elle ne se sépare jamais. C’est un rappel à ses yeux de la raison pour laquelle elle est devenue ce qu’elle est.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 398
α Bat-Girl ΩChevalier de l'ordre du PWEEET
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 14
Roses:
Cadeau(x) Concours: 1 costume au choix

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Mer 1 Juil - 17:52
Ciriiiiiiii *Q*
Bienvenue chez nous, jeune sorceleuse. A la moindre question, n'hésite pas à contacter le staff ! o7
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 697
Colonel | Kaze no Renkinjutsushi
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 15
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Jeu 2 Juil - 15:07
Welcome à toi !

Bon courage pour ta fiche et n'hésites pas à nous sonner si tu as besoin d'aide o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 471
Oeil du faucon | Névrosée de la gâchette ♪
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Jeu 2 Juil - 16:23
Hey, bienvenue sur le forum ! Avatar très jolie, un début de fiche prometteur vivement la suite ! *^* Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Jeu 2 Juil - 16:37
Merci, merci !

Et euuuh ... en fait j'ai fini du coup ^^"

Même si j'avoue avoir ramé pour l'histoire en fait, j'espère que ça restera compréhensible quand même x.x
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 194
So what if I'm crazier than crazy?
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Ven 3 Juil - 14:52
Yep, t'en fais pas ma jeune hirondelle !
Je t'ai indiqué tes fautes en rouge, une fois que tu te seras corrigée, les admins passeront pour évaluer ta fiche et te valider. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Ven 3 Juil - 15:47
Voilà qui est fait, je ne crois pas en avoir oubliée, mais punaise, ça se voit que j'étais bien fatiguée !
J'ai laissé les annotations en rouge par contre, histoire de voir où se trouvaient les fautes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 194
So what if I'm crazier than crazy?
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Ven 3 Juil - 16:07
C'est bon pour moi, y'a plus qu'à patienter !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 697
Colonel | Kaze no Renkinjutsushi
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 15
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Mar 7 Juil - 20:41
Hello !

C'est une bonne fiche et très agréable à lire. J'ai deux petits points à faire remonter et dont j'aurais besoin plus de détails dans ta fiche.

- Comment avoir appris l'alchimie ?
Drachma et les autres pays ne tolèrent pas vraiment la pratique de l'alchimie, surtout à cause de son incompréhension. Il est rare qu'un étranger à Amestris arrive à apprendre l'alchimie, qui est tabou. Alors il faudrait dire comment, pourquoi, avec qui ou grâce à qui/quoi, ton personnage à réussi à apprendre l'alchimie !

- Cercles situés sur la voûte plantaire ?
Pourquoi les situer ici ? Comment ton personnage arrive à les activer ? A quoi correspond t-ils ?

Voilà, sinon le reste est bon pour moi, j'attends juste les rajouts dans ta fiche et voir si cela est nickel pour moi o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Mer 8 Juil - 7:55
Salut !

Alors, pour comment elle a appris l'alchimie, c'est évoqué, certes succinctement, mais elle récupère les notes de sa mère, sans savoir ce que c'est au début, puis apprends l'alchimie seule via ses notes. C'est pour ça qu'elle n'a pas un niveau élevé du tout, elle tâtonne, mais arrive quand même à faire deux trois choses avec l'alchimie de l'eau. L'idée c'était à terme de pouvoir lui trouver un maitre, mais inrp et une fois adulte, je trouvais ça plus intéressant.

Pour les cercles sur la voûte plantaire, pourquoi là, tout simplement pour les dissimuler, car justement venant de Drachma, elle sait que l'alchimie n'est pas franchement appréciée par sa patrie et donc évite de l'afficher partout. Pour le fonctionnement c'est simple, même principe que Kimblee. L'air autour contient forcément un peu de vapeur d'eau et c'est ça qu'elle utilise. Même principe lorsqu'elle se trouve dans la neige ou du du verglas. Le seul soucis, c'est qu'elle doit être pieds nus pour l'utiliser, mais à partir du moment où les cercles sont en contact avec l'élément qu'elle souhaite utiliser, c'est le exactement le même principe que Roy ou Kimblee du coup. C'est pour ça qu'elle n'utilise l'alchimie qu'en dernier recours, parce que sa maitrise est limitée, c'est contraignant, et ça l'oblige à l'afficher aux yeux des autres. Pour la correspondance, là aussi je croyais l'avoir expliqué, l'un des cercles se base sur l'état solide de l'eau pour pouvoir la rendre liquide et l'utiliser, l'autre sa base sur l'état gazeux.

Avant de détailler davantage dans la fiche, dit moi si ça convient, histoire que je ne fasse pas de changements pour rien, dans le cas contraire, je supprimerais l'alchimie tout simplement et aviserais inrp pour voir ce que je peux faire avec cette idée.

Voili voilou !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 697
Colonel | Kaze no Renkinjutsushi
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 15
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Mer 8 Juil - 17:45
Hello !

Oopsy désolé j'ai oublié une ligne en lisant XD.
J'étais crevée hier et j'ai pas vu l'information concernant les notes de la maman !

Donc pour moi c'est bon !

C'est vrai que c'est pas tous les jours qu'on utilise de l'alchimie par les pétons, mais soit, c'est possible avec les informations que tu me donne. C'est vrai que tu annonces dans les pouvoirs la capacités de ton alchimie, mais pas dans ton histoire. Je sais que ça peut sembler répétitif, mais au moins on peut voir ton évolution dans l'histoire. A partir du moment où elle commence jusqu'à ce qu'elle arrive à maîtriser l'alchimie etc etc.

Il ne manque plus que cela dans ton histoire et tu seras validée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 697
Colonel | Kaze no Renkinjutsushi
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 15
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Dim 19 Juil - 11:57
Des nouvelles par ici ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 194
So what if I'm crazier than crazy?
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ] Ven 7 Aoû - 13:49
C'est avec une grande déception que je bouge ta fiche aux archives. Fais moi signe si tu reviens et que tu veux la ressortir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

"Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]

MessageSujet: Re: "Tout se monnaye, même une vie humaine." ~ L. Svenson [ TERMINEE ]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: PRESENTATIONS ABANDONNEES-