RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

Escanor est officiellement plus accro à la bibine que Ban !
A l'occasion de pâques, notre chimère commence à voir des bibines partout dans toutes les images du forum !
Pendant ce temps... Dominic, Elena et Princesse se font la guerre pour les trouver.
Finir dans un love hôtel avec Banou, ça motive !

Invité
avatar
Who am i !

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyJeu 11 Juin - 21:36

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Le soleil s'était couché depuis quelques heures, ce qui m'avait, comme chaque nuit, pourvue de traits félins. Depuis le temps, j'étais devenue très à l'aise avec cette morphologie, sans pour autant l'apprécier. J'avais même réalisé quelques entraînements nocturnes à l'épée afin de ne pas me retrouver démunie une fois les derniers rayons du soleil estompés. Je devais rassembler mes affaires avant de sombrer dans les bras de Morphée, afin que tout soit prêt le lendemain matin. Le jour qui suivait allait marquer le début d'une toute nouvelle vie pour moi : après m'avoir remis mon certificat et ma montre gousset d'alchimiste d'état, l'armée m'avait assignée à East City, me forçant ainsi à déménager aussi vite que possible. Je n'avais après tout pas le choix, c'était d'une certaine manière le premier ordre auquel j'avais juré d'obéir. Être un chien de l'armée ne me plaisait guère, mais c'était nécessaire pour accomplir ma destinée. Je rangeai ma modeste garde-robe dans une petite valise, idéale pour le voyage qui m'attendait. Mes habitudes avaient bien changé depuis ce jour... Autrefois, une demi-douzaine de valises de cette même taille n'aurait pas suffi pour empaqueter tous mes vêtements. Mais j'avais renoncé à ma vie de princesse. Je me devais d'être forte, je me l'étais juré.

En plus de mes affaires, j'avais prévu de me faire livrer deux ou trois cartons remplis de vaisselle, ustensiles, nappes et draps à ma nouvelle adresse. Concernant cette dernière, j'avais eu la chance de pouvoir trouver un appartement convenable en un temps record. Même si je refusais de vivre dans un confort excessif, il était hors de question de faire chambre commune avec un malotru, dans un dortoir de l'armée. Tout semblait désormais prêt. Ma valise était bouclée, mes cartons clos, l'appartement, qui m'avait servi de refuge durant ces quatre dernières années, luisant de propreté. Je me mis en pyjama, prête à me requinquer d'un sommeil réparateur. Je posai mon collier décoré d'un saphir aussi brillant que discret sur ma table de chevet afin de ne pas l'abîmer. C'était le seul objet auquel j'attachais peut-être encore une valeur sentimentale ; le bijou préféré de ma mère. Je détournai mon regard de celui-ci, comme pour rejeter les souvenirs nostalgiques qui pourraient bien se manifester en le fixant.

Je glissai mes mains sous mon oreiller et fermai délicatement les yeux, alors qu'au même moment, un bruit sourd résonna dans l'escalier du bâtiment. Intriguée, je me redressai. A l'heure qu'il était, il ne pouvait s'agir d'un de mes voisins. J'avais passé un moment à les observer, et ils étaient tous loin d'être fêtards. Mon instinct animal déploya mes longues griffes de chat. Mon esprit étant nuancé par une raison plus humaine, je jetai un coup d’œil à l'épée que j'avais posée le long d'une armoire avant de me changer. Il ne s'agissait peut-être de rien, mais je préférais être aux aguets, encore plus depuis que j'avais intégré l'armée. D'une voix naturelle, je m'assurai que tout cela n'était que le fruit de mon imagination saugrenue :

- Qui va là ?
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Davis Anton
Messages : 137
The burglar thousand faces
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyVen 12 Juin - 13:21

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

The burglar thousand faces haletait. La police était plus en forme que d’habitude. Le célèbre voleur vêtu de blanc, c’était emparer d’un gros caillou et d’un bon millier de Cent à un riche politicien de l’armée d’Amestris. Une grosse tête qui c’était fait son beur sur le dos des travailleurs lambda et des soldats qui méritaient bien des promotions. Cependant, la pierre n‘était pas ce qu’il cherchait, aucune réaction alchimique. Car comme son père lui avait expliqué pour savoir si c‘était le bon caillou, il devait juste faire un peu d’alchimie avec sans rien fournir. S’il ne se passait rien, c‘est qu’il pouvait la rendre. Alors il l’avait gentiment lancé à un policier qui l’avait attrapé. Par contre, l’argent, il l’avait empoché.

Pourtant tout, c’était bien passer, il c’était fait passer pour le maître de maison, avait joué son rôle à la perfection. Qui aurais cru qu’il serait démasqué par la fille de ce dernier en lui disant qu’il sentait trop bon pour être son père. Note pour lui-même changé d’eau de Cologne quand il joue le rôle d’un homme riche.

Ainsi, il avait sauté du toit de la résidence et avait fui par les aires à l’aide de son deltaplane. Pour se poser sur celui d’un immeuble. Il dut forcer la porte menant à la cage d’escalier pour s’y réfugier. Il fallait qu’il retire son costume blanc et se change pour passer pour un résident de cet immeuble qui sort faire la fête en ville. D’habitude, la police tombait dans ses pièges, mais pas ce soir à parement. Le truc bien étant que tout le monde pensait que le voleur avait entre quarante et cinquante ans et non un jeune homme d’à peine dix-neuf ans. De plus, il faudrait qu’il donne très vite l‘argent dérobé a plus nécessiteux que ce bourge.

C’est alors qu’il l’entendit… Quelqu’un qui parlait à travers une porte. Une voix de femme qui demandait qui était là. Une belle voix d’ailleurs assez jeune. Surement une beauté. Cette nana serait son ticket de sortie… Ou pas.

Alors il se dirigea vers là d’où lui semblait provenir le son. Il colla son oreille à la porte. Elle était là. Celle qui  le rendrait à la liberté…

- Excusez-moi de vous déranger…

Dit-il simplement tout en crochetant la serrure. Il ouvrit alors la porte et se glissa à l’intérieur en silence. C’est là qu’il put la voir éclairer par la lune qui passait au travers des fenêtres.
La jeune femme en face de lui était… Surprenante et armée d’une épée. Et surtout… C’était une queue ? Et des oreilles de chat ? Il avait lu un truc sur ça, sur les chimères. La combinaison de deux animaux pour en former un unique. Mais là cela semblait être une humaine fusionnée à un chat. La pauvre. Mais chimère ou pas, une femme reste une femme.

Tenant sa cap d’une main pour l’écarte dévoilant qu’il n’avait pas d’arme, de son autre main, il saisit le bord de son chapeau, jouant sur les ombres, ses cheveux, son monocle et son haut-de-forme pour cacher tout le haut de son visage, il sourit en s’inclinant.

- Mademoiselle… Pardonner mon impolitesse a entré ainsi chez vous. Loin de moi l’idée de vous importuner, mais pourriez-vous abaisser cet objet que vous tenez et qui semble fort coupant. Il serait regrettable qu’il y ait des blessés. Sans compter que je ne suis point armé.
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyVen 12 Juin - 15:42

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Je ne tardai pas à obtenir une réponse, provenant d'un jeune homme dissimulé derrière la porte d'entrée :

- Excusez-moi de vous déranger…

Sa voix était très distinguée et assurée. Ce n'était pas un ivrogne égaré dans l'immeuble, mais bien quelqu'un qui avait quelque chose derrière l'esprit. Et ce fut sur cette pensée que l'inconnu commença à crocheter la serrure. Il ne lui fallut que très peu de temps pour la déverrouiller – pas étonnant, l'appartement était bon marché. Paniquée, je m'extirpai de mon lit, ramassai mon épée et me tins droit devant la porte, prête à accueillir l'intrus à l'instant où il rentrerait. Et il ne se fit pas attendre. Un garçon d'une vingtaine d'années se faufila dans mon appartement, vêtu d'un haut-de-forme blanc et d'une cape de la même couleur. Il semblait vouloir dissimuler son visage avec son chapeau et un ridicule monocle. Mais rien n'échappait à mon regard : mes yeux de chat transcendaient l'obscurité. Ses cheveux bruns en bataille retombaient également sur ses beaux yeux bleus azurés. Sa chemise bleue et sa cravate rouge venaient compléter sa veste cintrée assortie à sa cape, le tout lui conférant des allures de gentleman. Tout en souriant et en s'inclinant, il reprit d'une voix tout aussi sûre qu'auparavant :

- Mademoiselle… Pardonnez mon impolitesse à entrer ainsi chez vous. Loin de moi l'idée de vous importuner, mais pourriez-vous abaisser cet objet que vous tenez et qui semble fort coupant ? Il serait regrettable qu’il y ait des blessés. Sans compter que je ne suis point armé.

Ce gamin de la haute me semblait fort culotté. J'en avais assez fréquentés par ma jeunesse pour savoir à quel point ils étaient minables. Après être rentré chez moi par effraction avec ses airs hautains, il osait me demander de me désarmer ? Évidemment, je ne me pliai pas à sa requête, bien plus inquiétée par un autre détail. Un minuscule détail qui m'était sorti de l'esprit jusqu'alors : ce parfait inconnu était la première personne à me voir sous ma forme de chimère, si ce n'est bien sûr lui. Considérant ce fait, je ne pouvais me permettre de tranquillement le laisser filer : il était hors de question de compromettre mon intégration au sein de l'armée à cause d'un nabot un peu trop curieux. Mais d'ailleurs, il n'avait pas l'air motivé à partir, bien que n'ayant pas encore annoncé le motif de sa visite courtoise. Je décidai de bien lui faire comprendre qu'il n'était guère en position de force. Pour cela, je m'élançai vers la kitchenette dans le coin de la pièce pour attraper un couteau de cuisine et lui lancer en pleine figure. Pendant qu'il était occupé à l'esquiver, j'atteignis l'unique fenêtre de mon logement, qui était en ce moment également l'unique source de lumière, filtrant celle de la lune et de l'éclairage de la ville. Je l'ouvris frénétiquement et fermai les volets, plongeant la pièce dans le noir total.

Dans cette situation, j'avais largement pris l'avantage. Il était rendu aveugle par le manque de lumière et sa seule issue devenait alors la porte par laquelle il était rentré. S'il décidait de s'échapper, je n'aurais qu'à me saisir d'un de mes gants jaunes pour utiliser l'alchimie et ainsi l'en empêcher. Quoique. L'alchimie n'était pas monnaie courante, même à Central. Si par un miracle divin il parvenait à prendre la fuite, il pourrait facilement deviner mon identité, ma promotion en tant qu'alchimiste d'état ayant fait le tour de la presse. Il valait donc mieux me passer de l'alchimie. De toute façon, je connaissais certainement bien mieux la topologie des lieux que lui, me permettant d'exploiter le terrain pour le rattraper aisément en cas de course poursuite. Il était fait comme un rat. Je le menaçai pour le dissuader de bouger :

- Tu es pris au piège, petit. A genoux, et pose tes mains sur la tête !
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Davis Anton
Messages : 137
The burglar thousand faces
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptySam 13 Juin - 19:11
Le dit gamin de la haute esquiva habillement le couteau. Mais elle était dangereuse en plus. Non mais on n’avait pas idée de jeter des couteaux sur les gens. Cette nana était une vraie tigresse oui !

Pendant qu’elle était occupée à se jeter sur les fenêtres, il repéra quelque chose de brillant sur la table de nuit. Rapidement en trois au quatre enjambé, il se retrouva près du bijou et s’en saisit. Magnifique mais vraiment petit. Cependant, un caillou de cette valeur ne pouvait appartenir qu’à une personne aisée, cependant l’appartement lui montrait le contraire. Il sortit en vitesse son mini cercle sur papier et l’utilisa. Aucune réaction. Il laissa donc le pendentif à sa place et rangea son papier.

Allons bon ! Le voilà dans le noir. Le jeune homme cligna des yeux dans l’espoir de s’y repérer en vain. Pourtant, les volets laissaient légèrement filtrer les lumières de la rue. Mais ses yeux n’étaient pas encore habitués. Et en se déplaçant dans le but d’atteindre la porte se prit… Aie ! Une chaise ! Une ! Suivit de la table ! Décidément ! Il décida que cet appartement était trop petit pour autant de meuble et de…. Cartons ? Elle déménageait visiblement, ou venait d’emménager.

¤Mais comment ça a genoux et les mains sur la tête ?¤

- À genoux ? Ce n’est pas aux dames de faire ça en temps normal ?

Et bien sûr, il dit cela sur le ton de la plaisanterie, était-il tombé chez une fliquette ? Ou pire chez une militaire ! Remarque en analysant les trucs, des flics avec des épées, c’était du jamais-vu. Et dans l’armée non plus, à moins de faire partie des alchimistes d’état. Eux, ils pouvaient transmuter tellement de choses étranges, comme des épées ! Les hauts gradés aussi avaient des épées. Donc soit elle était une haute gradée, soit une alchimiste. Dans les deux cas, il valait mieux se méfier et pas que de l’épée.

Dire qu’il espérait pouvoir se cacher quelques instants, se changer puis partir en séduisant une demoiselle. C’était dans le genre raté. Ainsi, le jeune homme restait sur ses gardes, à l’affût du moindre son ou mouvement. Au loin, il entendait les sirènes de police s’éloignant.

- Ce n’est pas que votre compagnie soit désagréable mademoiselle la délicate et sauvage féline, mais je ne vais pas m’attarder plus !

Et de sa manche tomba une petite boule qui heurta le sol et s’ouvrit, dégageant une forte et aveuglante lumière lui permettant d’ouvrir la porte et de se glisser à l’extérieur, courant vers les escaliers dans le but de descendre et de fuir la tigresse. Il avait bien fait s’emporter ce gadget. Depuis le temps qu’il bossait dessus, il était ravi que ça fonctionne aussi bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyDim 14 Juin - 1:39

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Je fus forcée de constater que le vaurien s'était déplacé jusqu'à ma table de chevet pendant que je manipulais les volets. Mon couteau n'avait donc pas suffi à l'occuper... Pourquoi diable se serait-il enfoui davantage dans la gueule du loup ? Oh non... Le collier de ma mère ! Je vérifiai qu'il était toujours en place et en fus soulagée avant de remarquer que l'intrus progressait dans mon appartement, se cognant au mobilier, ne tenant ainsi pas compte de mon ordre. Il défiait mon autorité et, alors qu'il continuait de progresser à l'aveuglette, il déclara :

- À genoux ? Ce n’est pas aux dames de faire ça en temps normal ?

S'il pouvait voir mon visage à cet instant, il regretterait d'avoir prononcé ses mots. Quand bien même il devait s'agir d'une plaisanterie de mauvais goût, je ne m'attendais pas à ce que des paroles si machistes s'égarent de ses lèvres, lui qui semblait si courtois. Une courtoisie hypocrite, bien évidemment, comme on en trouvait tant en ce bas-monde. Blessée dans mon orgueil, j'émis un grognement sauvage, empoignant mon arme d'une patte plus ferme. Des sirènes de police se firent entendre dans le quartier. Monsieur serait-il recherché ? J'étais sur le point de me jeter sur lui et de lui asséner toute ma haine lorsqu'il poursuivit son discours de beau parleur :

- Ce n’est pas que votre compagnie soit désagréable mademoiselle la délicate et sauvage féline, mais je ne vais pas m’attarder plus !

Comme si j'allais le laisser partir ! Néanmoins, ce fut exactement sur cette pensée qu'une lumière éblouissante apparut. Il me semblait l'avoir aperçu lâcher quelque chose l'instant précédent. Une grenade aveuglante ? Qui était ce bougre pour détenir de tels armes ? S'il ne s'agissait pas d'un militaire, cela ne pouvait être qu'un civil habile et expérimenté. Une exception. Un cambrioleur professionnel ? Ce qui expliquerait la présence de la police dans le secteur. Il était certainement entré ici après un casse pour se cacher. Ou alors j'étais sa cible. Mais dans ce cas, pourquoi n'aurait-il pas pris le collier de ma mère ? Lorsque j'eus repris mes esprits, il avait filé. Mes yeux félins avaient pris plus de temps à se réhabituer à l'obscurité ambiante. C'était là l'inconvénient du surplus de bâtonnets des individus nyctalopes. Je l'avais perdu de vue pendant quelques instants, mais je ne pouvais me permettre de le laisser s'échapper. Je devais le rattraper coûte-que-coûte.

Il devait être confiant, en train de courir dans les escaliers, sautant les marches deux par deux, persuadé que son tour de passe-passe lui suffirait à prendre assez d'avance. Mais c'était mal me connaître. Ma fenêtre donnait sur la seule sortie possible de l'immeuble, du côté de la rue. J'en ouvris de nouveau les volets, plissant légèrement les yeux pour une fois de plus m'habituer à la lumière environnante. Je rengainai avec précaution mon épée, pris assez d'élan, et sautai à l'extérieur, sentant l'air frissonner sur ma fourrure pendant les quelques mètres de voltige qui me séparaient du sol. Je fus guidée par mon instinct de chat pour l'atterrissage, mettant en œuvre un véritable réflexe de redressement. Je posai les pattes au sol, indemne. Ce fut un pari risqué, mais nécessaire. C'était le seul moyen de le rattraper. Je me postai près de la porte, en embuscade, me munissant de mon épée. Je comptais bien l'immobiliser à l'instant où il franchirait la sortie, alors qu'il afficherait probablement un air victorieux. Seulement voilà, de longues secondes passèrent sans qu'il ne se présente. Comment pouvait-il se permettre de traîner autant ? A ce rythme, j'aurais pu tout aussi bien l'atteindre en courant.

Je fis une moue chagrinée avant de me mettre à envisager une autre possibilité. Et si... et s'il avait choisi une autre voie ? Un autre échappatoire ? D'un coup d'un seul, je décidai de tenter le tout pour le tout. J'ouvris la porte de l'extérieur, en prenant garde de ne pas me faire surprendre de l'autre côté. Mais il ne m'attendait pas là. Une fois encore, je rangeai mon arme, et décidai de monter les escaliers à toute vitesse. Je ne m'arrêtai pas devant mon domicile, continuant ma route encore un peu plus haut... Direction le toit. Arrivée au dernier palier, j'enfonçai la porte qui me faisait face. Et bingo. Au moment où je sortis, le voyou gentleman s'envolait à l'aide... d'un deltalplane ? Je devais réagir, et vite. Comment l'arrêter ? Ne trouvant rien à portée de main, je me résolus à utiliser l'alchimie. Il était de dos après tout, il ne verrait rien. J'activai mon cercle de transmutation puis séparai mon épée de son extrémité avant de la modeler en une fine dague aiguisée. Je lâchai mon arme habituelle pour saisir cette arme de jet improvisée et la lançai avec précision, un peu comme le couteau de cuisine de tout à l'heure, en direction d'une aile de l'aéronef. Grâce à mon adresse sans pareille, je fis mouche, perçant l'appareil de vol de cet inconnu qui en savait trop. Sa trajectoire en fut totalement perturbée. Il perdit peu à peu de l'altitude et ne tarderait pas à s'écrouler un peu plus bas, au beau milieu de la rue. Affichant un regard satisfait, j'entrepris de descendre à sa suite, de manière cependant plus raisonnable que mon saut fougueux, devenu périlleux à cette hauteur. Je m'aidai donc des rebords des fenêtres pour arriver en bas par à-coups. Je courus à quatre pattes afin de l'accueillir sur la terre ferme. Il allait sûrement être ravi de me retrouver.
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Davis Anton
Messages : 137
The burglar thousand faces
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyLun 15 Juin - 17:34
Le buglard thousand faces était donc, en effet, monté sur le toit, par là d’où il venait à l’ origine. L’idée de descendre lui avait traversé l’esprit, mais la femme allait sans doute faire de même. Donc il était reparti dans l’autre sens. Ainsi en arrivant sur le toit il put reprendre son souffle. Piouf ! Il allait rentrer chez lui et se coucher. Il était épuisé. Le jeune homme tira sur la petite ficelle dans sa veste et déploya son moyen de transport et s’élança.

Alors qu’il s’éloignait-il senti une infime secousse, puis entendit une déchirure. Il tourna la tête.

- Hein ? haaaa !!!

Et il perdit de l’altitude et fini les fesses par terre. Assis en tailleur, il détacha l’armature cassée.

- Quelle poisse !

Le jeune homme se releva et entra dans le bâtiment sur sa gauche par la porte entre ouverte. Là, il entreprit de se déshabiller. Retirant son costume, aillant dessous une autre tenue, il plia le tout. Il prit sa cap et utilisa ses gants marqués d’un cercle alchimique sur l’intérieur des paumes pour transformer sa cape en sac à dos. Il fourra le tout dedans. Se décoiffa et ressorti.

Ainsi quand il tourna au coin de la rue Anna arrivait. Il continua de marcher. Et alla s’asseoir à un arrêt de taxi. Davis bailla à s’en décrocher la mâchoire, posant son sac entre ses pieds. Il portait désormais un pantalon classique bleu nuit, et un t-shirt blanc avec une veste noir. Il s’étira et ébouriffa un peu plus ses cheveux, puis croisa les bras, persuadé d’avoir semé la minette. Vivement qu’un taxi revienne à cet arrêt.

Mine de rien qui était cette femme ? Elle était si étrange ! Une chimère. Il n’aurait jamais cru que quelqu’un serait assez stupide pour tenter une telle expérience alchimique, même lui qui était débutant par rapport aux autres alchimistes savait cela. Bah de toute façon, il ne la reverrait jamais.

- Bah pas comme si ça m’intéressait. Elle fait bien ce qu’elle veut, ça ne va pas changer ma vie. Pas comme si j’allais le raconter a quelqu’un et de toute façon même si je le faisais, on me prendrait pour un dingue…

Il ferma les yeux attendant un taxi. Qu’il était fatigué !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyLun 15 Juin - 19:13

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Je mis quelques instants à rejoindre le lieu d'impact du deltaplane. Lorsque j'arrivai dans la rue en question, je découvris à ma grande surprise l'absence de l'appareil. Où était-il passé ? Un homme sortit aussitôt d'un bâtiment. D'un réflexe paniqué, je me cachai à l'angle de la rue. M'avait-il remarquée ? Je jetai un œil discret à celui qui venait d'apparaître et qui s'était installé à un arrêt de taxi. Celui-ci était habillé d'une veste noire, d'un t-shirt blanc et d'un pantalon bleu. Bien loin du dress code du gentleman que je poursuivais, apparemment. Mais pourtant, mon instinct me soufflait que quelque chose clochait : il avait à peu près le même profil, dont la même taille, que le cambrioleur. De plus, qui pourrait bien attendre une voiture à une heure pareille ? Néanmoins, sous ma forme actuelle, je ne pouvais me permettre de simplement me présenter à lui pour l'interroger. Je devais être sûre et certaine qu'il s'agissait bien du même homme. Si jamais je me trompais, j'ajouterais encore quelqu'un à la liste des témoins de mon état.

J'avais décidé d'avoir recours à mon odorat. En effet, celui des chats était au moins cinquante fois plus développé que celui de l'homme. Je pouvais donc aisément reconnaître l'individu de tout à l'heure, à condition que je m'approche un peu plus de lui. Sans me faire voir, cela n'allait pas être évident. Je fis volte-face afin de remonter la même rue en sens inverse. Enfin il me fallait traverser la route pour rejoindre son côté, ce qui était évidemment plus discret si je m'éloignais davantage. J'attendis d'avoir parcouru au moins une bonne centaine de mètres pour traverser. Toutes les précautions étaient bonnes à prendre. Parcourant désormais le même chemin pour l'atteindre, ce fut cette fois-ci mon ouïe qui m'alerta, elle qui était également surdéveloppée : une voiture approchait, dans mon dos. Je me faufilai dans une ruelle adjacente afin de la voir venir de face. Le sort ne pouvait sourire davantage à ce garçon : il s'agissait d'un taxi.

Je devais agir vite, une fois de plus. Jamais je ne m'étais sentie si menacée de dévoiler mon identité au grand jour. Tous mes sens étaient en action, et mon cerveau réfléchissait à plein régime. N'ayant trouvé d'autres solutions, je me contentai de ralentir la route de la voiture en question. Pour ce faire, je traçai machinalement un cercle de transmutation avec un caillou qui traînait par là. Je m'en servis pour faire sortir du sol des pics sous les roues du taxi. L'instant d'après, j'entendis le chauffeur sortir en blasphémant. Mon coup avait visiblement réussi. A la hâte, j'escaladai discrètement un échafaudage pour me retrouver sur le toit d'une maison. Je progressai ainsi par voie aérienne jusqu'à parvenir non loin de l'arrêt de taxi où patientait encore l'intéressé. Je me postai au-dessus de lui, dans une position propice à le renifler. Je laissai mon flair agir et fis fonctionner ma mémoire olfactive pour comparer son odeur à celle de l'homme que je cherchais. Pas de doute possible, c'était bien lui. Il entreprit alors de parler. Pensant d'abord qu'il m'avait repérée, je m'écartai vite du rebord de la toiture sur laquelle je tenais.

- Bah pas comme si ça m’intéressait. Elle fait bien ce qu’elle veut, ça ne va pas changer ma vie. Pas comme si j’allais le raconter à quelqu’un et de toute façon même si je le faisais, on me prendrait pour un dingue…

Qui désignait-il de la sorte ? Probablement moi. Ses mots se répétèrent en boucle dans mon esprit... Pouvais-je me permettre de le laisser filer ? Et dans l'hypothèse où la réponse était non, que pouvais-je bien faire d'autre ? Je ne pouvais tout de même pas le retenir prisonnier indéfiniment. Non. Je n'étais pas comme lui. Alors que quelques minutes s'étaient écoulées, pendant lesquelles j'avais attentivement pesé le pour et le contre, je finis par remarquer que le taxi encore au loin s'était remis en route. Ce maudit centralien était vraisemblablement équipé de roues de secours. Une fois de plus, l'urgence me poussait à agir par instinct. Je sautai de mon perchoir et tranchai de mon épée le haut du fin rebord en bois contre lequel reposait encore l'inconnu. Déséquilibré, je le rattrapai dans sa chute en arrière et l’agrippai au col d'une poigne ferme. Je le traînai sur quelques mètres dans une ruelle et finis par le plaquer violemment contre un mur, posant également mon épée sous sa gorge pour le dissuader de faire le moindre geste.

- Ton déguisement était rusé, mais insuffisant. On ne trompe pas mon odorat. commençai-je d'une voix grave et menaçante. Renonce à t'échapper, tu es cuit. Dis-moi plutôt qui tu es et pourquoi tu es rentré chez moi ce soir.
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Davis Anton
Messages : 137
The burglar thousand faces
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyMar 23 Juin - 10:09

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Davis somnolait en attendant le premier taxi qui passerait, en appuis, il fut soudainement déséquilibré. Partant en arrière, il ne rencontra cependant pas le sol. Mais la surprise continua et l‘instant de frayeur passé, la surprise continua de le prendre quand il fut saisi par le col de sa chemise et tirer dans un endroit sombre. La douleur dans son dos et le souffle coupé se produisit quand il entra en collision assez violemment avec un mur.

Ce fut sans doute par réflexe qu’il mit une de ses mains sur l’avant-bras de son agresseur, et l’autre au niveau de la lame de l’épée pour empêcher cette dernière de lui trancher la gorge. Mieux valait perdre quelques doigts que la vie. Mais bon s’il pouvait garder le tout, il en serait reconnaissant.

Alors il rouvrit ses yeux bleus pour voir qui l’agressait… Encore elle !!!! Mais quel pot de colle cette nana ! Le jeune homme se demanda vaguement s’il lui grattait derrière l’oreille si elle ronronnait. Mais quelque chose lui disait qu’il ne valait mieux pas mettre d’avantage sa vie en danger.

- Lâchez-moi !

Elle l’avait pisté à l’odeur ? Les chats avaient un odorat aussi développé ? Il avait toujours des bombes au poivre dû aux chiens sur lui, mais il ne pensait pas qu’il devrait en faire usage avec elle… Mais il allait essayer de négocier avant bien sûr. Comment ça qui il était et quel était son but donc ? Elle ne le connaissait pas ? Pourtant, il faisait régulièrement l'une des journaux.

- Lisez le journal plus souvent ! Et vous saurez qui je suis !

Comme pour prouver ses dires, il dévia son regard vers un vieux journal qui traînait là et qui parlait justement de lui.

En gros titre : « The Bulgar thousand frappe encore ! »

Suivit de l’article bien sûr : « Le robin des bois de notre siècle dérobe une importante somme d’argent au Baron de Bourguivil au nez à la barbe de la police ! L’argent fut redistribué à un couvent sur le point d’être démolie par un promoteur. Ce couvent distribué tous les jours des repas gratuit au sans-abri…»

Le tout suivit de ce qui c’était passé et tout ça. L’article datait d’il y as deux semaines.
Le jeune homme lui sourit alors.

- J’ai une idée ! Vous gardez le secret de mon identité et je garde le vôtre ça vous va ? Sinon je suis juste entrée chez vous pour me cacher quelque instant de la police. Je peux rentrer chez moi maintenant ?
(c) ystananas

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyLun 6 Juil - 0:57

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Ne réagissant pas à ses complaintes, j'attendais uniquement une réponse à mes questions. En parlant de celles-ci, il sembla étonné de remarquer que je ne le connaissais pas, n'hésitant pas à me souffler quelques paroles pleines de dédain :

- Lisez le journal plus souvent ! Et vous saurez qui je suis !

Comme si j'avais le temps de m'adonner à ces âneries. Les journaux étaient pour la plupart fallacieux, obéissant à la corruption du gouvernement militaire d'Amestris. Ce n'était pas bien dur à comprendre : je ne chérissais pas nos dirigeants. Mais j'avais cependant conscience qu'il était nécessaire que je me plie parfois à leurs ordres pour atteindre mes buts. Cette divagation m'éloigna de mon interlocuteur, alors même que la fourrure de ma patte gauche était collée à son buste. Je mis ainsi un certain temps à remarquer qu'il me faisait signe de jeter un coup d’œil au sol, où gisait le cadavre du principal hebdomadaire de Central. La une faisait apparemment mention d'un certain «Burglar thousand faces», un héros des temps modernes qui s'introduisait dans les demeures des plus riches pour distribuer leurs biens aux plus pauvres. Bien que l'intention semblait honorable, il n'en restait pas moins un hors-la-loi. Plongeant de nouveau mon regard aussi pesant qu'animal dans ses yeux de voyou, je fus attentive à sa proposition :

- J’ai une idée ! Vous gardez le secret de mon identité et je garde le vôtre ça vous va ? Sinon je suis juste entré chez vous pour me cacher quelques instants de la police. Je peux rentrer chez moi maintenant ?

Après le déguisement, faites place à la langue de bois. Il semblait faire preuve d'autant de ruse que tout à l'heure, déroulant ses mots trompeurs tel un serpent tentant de charmer Ève. Je ne tardai pas à répondre, exposant mon point de vue sur la situation :

- Ne va pas me faire croire que les cartes sont équitablement distribuées : il te serait facile de remonter à mon identité exacte avec mon adresse. En ce qui me concerne, en revanche, je ne connais que ton visage et ta qualité de voleur, ce que je suis visiblement la dernière à  découvrir, d'ailleurs. Et m'assurer que tu voulais seulement te cacher de la police n'est pas censé me rassurer... Dans cette mesure, je ne te laisserai pas filer tant que j'en aurai pas appris davantage à ton sujet. Commence par ton nom, ton adresse et ce qui te motive à jouer au justicier en herbe.

Resserrant encore un peu mon épée, je tenais le cambrioleur entre mes mains, ne lui laissant pas la moindre chance de s'échapper. Je portais encore mon gant d'alchimie, juste au cas-où. Mais je m'étais de toute manière juré de ne pas l'utiliser face à lui. Moins il en savait sur moi, mieux c'était. Pourtant, j'allais devoir le surveiller attentivement pour qu'il ne commette pas de faux pas à l'avenir, en admettant que je le laisse partir ce soir bien sûr... Notre connaissance mutuelle des secrets de l'autre allait peut-être tisser un lien particulier. Étais-je prête à m'engager de nouveau dans une relation humaine, après ce jour ? Je comptais bien progresser seule vers mon objectif, mais ce nouvel obstacle risquait fort de m'en empêcher...
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Davis Anton
Messages : 137
The burglar thousand faces
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyLun 6 Juil - 10:55

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Davis la fixa dans les yeux, un regard lourd pesait sur lui, instance, cependant bien qu’il fallût l’avouer un peu peur de ce qui pouvait lui arrivé, il ne pouvait détourner les yeux de ceux de la minette. Il devait lui faire comprendre qu’il ne dirait rien, car cela ne le regardait pas et il ne voulait pas être mêlé à ce que pouvait faire l’état. Elle était, en plus, très proche et heu pas très habiller. Comment lui faire comprendre ? Laissant tomber le masque du joyeux luron son visage pris une expression neutre. Et il leva une main qu’il passa autour de la taille de la minette la rapprochant de lui. Faisant attention à ce que cela n’exerce pas d’avantage de pression de l’arme sur lui.

- Mes motivations ne regardent que moi. Et je n’impliquerais jamais personne. Je suis contre la violence, je ne blesse personnes et ne tue personne lors de mes actions. Je respecte trop la vie pour ça. Je ne m’intéresse pas à ce que fait l’état de répréhensible. Et je préfère ignorer délibérément votre condition de chimère bien qu’elle saute aux yeux.

Ce qu’il voyait, c’était une jeune femme assez apeurée de ce qu’il pourrait dire pour l’attaquer. D’ailleurs maintenant qu’ils étaient si proches il put voir qu’il était légèrement plus grand qu’elle. Ce qui le forçait à baissé la tête pour la regarder.

- Dites-vous juste que le système est suffisamment corrompu pour que quelqu’un comme moi face ce qu’il fait pour aider ceux dans le besoin, c’est tout. Je vous jure que je ne dirais rien, ni ne chercherais à vous nuire. De plus, vous parlez non ? Tous ces cartons chez vous empilé. Cela pourrait signifier un emménagement, mais vu que tout est empaqueté à part le lit et juste de quoi se sustenter pour demain matin prouve que vous déménager, nous ne serons donc jamais amené à nous revoir, quel intérêt aurais-je à vous nuire d’une quelconque façon ? Aucune. Donc mademoiselle, je vous prie de retirer cette épée et de me laisser partir.

Sur ces mots, il retira sa main de la taille de la minette lui laissant le champ libre de faire ce qu’elle voulait et il espérait bien qu’elle allait se reculer et ne plus le menacer pour qu’il puisse rentrer chez lui. Il était fatigué, et voulait prendre un bain avant de dormir pour se débarrasser de tout résidu de latex dû au masque porté plutôt.

- Je vous donne ma parole de Gentleman et nom de voleur que je ne dirais rien.

Et la parole d’un gentleman, c’est de l’or. Il soupira alors.

- Davis, je m'appelle Davis et vous ?
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] EmptyLun 6 Juil - 18:34

Anna

ft. Davis

Entre déménagement et cambriolage

Une heure devait certainement s'être écoulée depuis que le jeune homme s'était glissé dans l'appartement que je m'apprêtais de quitter. J'avais prévu de le garder encore un peu, afin de pouvoir rentrer à Central pour effectuer mes recherches. Mais après cela, je prévoyais plutôt d'acheter un studio en centre-ville avec l'argent qui me restait. Rester dans ce logis, ce serait rester à la merci de ce garçon. Il en était évidemment hors de question. Celui-ci passa alors une main à ma taille. Tentait-il de me séduire ? J'espérais sincèrement le contraire dans son intérêt. Il répondit tant bien que mal à mes interrogations, en prenant soin, comme à son habitude, d'en occulter une partie :

- Mes motivations ne regardent que moi. Et je n’impliquerais jamais personne. Je suis contre la violence, je ne blesse personne et ne tue personne lors de mes actions. Je respecte trop la vie pour ça. Je ne m’intéresse pas à ce que fait l’état de répréhensible. Et je préfère ignorer délibérément votre condition de chimère bien qu’elle saute aux yeux.

Quel véritable gentleman. Avoir tant de respect pour autrui et assumer son état de voleur nuançait sa personnalité en un contraste paradoxal. Il semblait avoir des rêves plein les yeux, des objectifs à sa portée. Mais il n'avait pas tant souffert, ça se voyait à son regard de joyeux luron. Il méprisait mon statut pourtant si différent du commun des mortels... On ne croisait pas une chimère à tous les coins de rue. Si c'était le cas, j'aurais su maîtriser cette forme bestiale depuis bien longtemps déjà. A la chiche lumière pâle de la lune et grâce aux reflets de l'éclairage de l'avenue adjacente, le malfrat pouvait distinguer mon petit museau humide, mes fines moustaches et surtout mes yeux marrons en amande. Pour le reste, il ne pouvait que deviner mes attributs. Contrairement à moi, qui le distinguait mieux que jamais. M'étant focalisée sur lui jusqu'alors, je pris le temps d'observer les environs alors qu'il poursuivait son discours.

- Dites-vous juste que le système est suffisamment corrompu pour que quelqu’un comme moi fasse ce qu’il fait pour aider ceux dans le besoin, c’est tout. Je vous jure que je ne dirais rien, ni ne chercherais à vous nuire. De plus, vous partez non ? Tous ces cartons chez vous empilés. Cela pourrait signifier un emménagement, mais vu que tout est empaqueté à part le lit et juste de quoi se sustenter pour demain matin, cela prouve que vous déménagez, nous ne serons donc jamais amenés à nous revoir, quel intérêt aurais-je à vous nuire d’une quelconque façon ? Aucun. Donc mademoiselle, je vous prie de retirer cette épée et de me laisser partir.

Ses mots de beau parleur résonnaient sur les dalles de la ruelle sombre. Nous étions au moins d'accord sur un point : notre nation était corrompue jusqu'à l'os. Cependant, j'étais trop lucide pour m'entêter à réduire les inégalités. Chaque geste de ce genre était suivi d'un surplus de taxes, remettant les compteurs à zéro. Au final, rien ne pouvait régler le problème de la mauvaise distribution des ressources, si ce n'est une prise de conscience collective menant à un renversement des grandes têtes et à une insufflation d'un semblant de démocratie. En tout cas, aussi innocent soit cet individu, rien ne pouvait se faire sans violence. C'est ainsi que fonctionnent les hommes. Au lieu de me donner son adresse, il se contenta de me présenter un argumentaire pour me persuader de le laisser s'en aller. Sa pensée n'était pas incohérente, mais elle me gênait malgré tout : la première personne à connaître mon vrai visage était un parfait inconnu, qui plus est un hors-la-loi. Alors que mes babines s'étaient asséchées, je ne pus m'empêcher de les humidifier en passant ma langue délicatement par-dessus. La tension était palpable et j'ignorais que faire. Comme pour faire pencher la balance en sa faveur, il vint ajouter une nouvelle déclaration :

- Je vous donne ma parole de gentleman et non de voleur que je ne dirai rien. Davis, je m'appelle Davis et vous ? ajouta-t-il après un bref soupir.

Enfin un peu de spontanéité. Enfin un nom sur ce visage. Je n'en avais pas besoin de plus. Comme si cette information avait tout changé, mon visage s'éclaircit un poil avant que je ne relâche toute pression, rengainant mon épée. Je m'attendais à ce qu'il déguerpisse aussitôt, mais il n'en fut rien. Franc, il continuait de se tenir face à moi, attendant patiemment que je réponde à mon tour.

- Tu peux m'appeler Anna.

Cette brève parole pesa dans l'air ambiant, comme l'éclatement d'une vérité insoupçonnée. Je me rendis également compte que je n'avais pas cessé de le tutoyer, contrairement à lui, qui restait aussi poli que distant. Plus poli que distant, en fait. En m'écartant d'un pas, j'avais également renoncé à tout contact avec le jeune Davis. Même sa main serrant autrefois ma taille était retombée, ballante, le long de son corps. Une volonté de m'échapper de son emprise avait peut-être motivé ma décision. Je poursuivis par quelques mots pour clore la conversation :

- Ne t'avise pas d'essayer de me retrouver, ni d'en apprendre plus sur moi. Si tu tentes quoi que ce soit, je le saurai. Ta quête est noble, Davis, et je te souhaite bien du courage. Tu en auras besoin.

Sur ces paroles sonnant telle une cloche de la sagesse, je me retirai en m'agrippant à un échafaudage, atteignant un toit après quelques acrobaties aériennes. Alors que je fanfaronnais sur les briques d'une toiture de l'avenue, je m'arrêtai net. J'avais peut-être encore une chance de savoir où il habitait. Je fis volte-face et progressai d'un pas léger jusqu'à l'arrêt de taxi où était revenu Davis. Me cachant dans l'obscurité de la nuit, j'attendis qu'une voiture passe le prendre et tendis l'oreille pour écouter le moindre mot. Encore une faculté que ma forme de chimère me permettait : en plus d'avoir un bien meilleur odorat, les chats possédaient une ouïe plus sensible que celle des hommes, discernant une gamme de fréquences trois fois plus grande. Avec un peu de concentration, j'entendis sans grand mal l'adresse exacte de mon intrus du soir. La mémorisant dans un coin de mon esprit, je m'empressai de rentrer chez moi pour la noter sur un papier. Je le fis glisser dans un de mes cartons et m'effondrai sur mon lit, épuisée par cette entrevue mouvementée. Nous nous recroiserons si le sort le veut, Davis.

~ FIN ~
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty

Entre déménagement et cambriolage [PV Davis]

MessageSujet: Re: Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Entre déménagement et cambriolage [PV Davis] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un peu de hentaï pour un ado de 15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: LES RPS TERMINES OU ABANDONNES-