RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 255
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Sam 1 Mar - 15:54
Anjuu s'occupait de faire descendre la fièvre de son maitre, elle avait plongé les mains de l'alchimiste dans des bassines pleines de glaçons, et un gant d'eau fraiche reposait sur le front du peroxydé, mais rien n'y faisait. La fièvre ne cessait de grimper, malgré tous ses efforts, rien ne semblait vouloir apaiser les douleurs de Lyl. Une larme quitta les prunelles émeraude de la chimère et vint s'échouer sur le visage pâle de son maitre. Il souffrait terriblement, et elle n'avait aucun remède pour l'aider. En fait, elle ne savait même pas ce qu'il avait, elle avait soigné les plaies ouvertes, elles les avaient recousues, elle avait prévenue les infections, son corps était en parfait rétablissement, si l'on omettait la fièvre qui le mettait à mal. Elle avait volé une poche de glucose pour le nourrir par transfusion, mais il n'y en aurait bientôt plus, et le pauvre jeune homme souffrait toujours. La chimère imparfaite changea une dernière fois l'eau du gant, pour qu'il soit de nouveau froid, et le reposa sur le front de l'inconscient qu'elle aimait plus que tout.

Chiara reprit le contrôle du corps, prenant ainsi l'apparence d'une adulte, plus précisément l'idole de Central city, et se pencha sur le visage de l'ancien chef de l'agence, déposant un chaste baiser sur sa pommette. Sa plus grande crainte, chaque fois qu'elle partait, que ce soit pour faire enrager les militaire, pour le travail, ou pour se nourrir, la crainte de rentrer et de le voir inerte et froid se faisait sentir. La rouquine enfila un ensemble assez simple, une robe bustier bleue par dessus une chemise à manche longue blanche, dont elle laissa ouvert le dernier bouton, et mit ses bottes noire avant de quitter la pièce, non sans un dernier regard pour son maitre. Sa destination? L’hôpital, il fallait qu'elle récupère de nouvelles poches de glucose, mais aussi une autre de morphine, histoire d'apaiser un peu plus Lyl dans sa convalescence. La chimère imparfaite quitta donc l'appartement, laissant derrière elle un homme meurtrit par le passé, et se dirigea rapidement à l'hopital. Aussi rapidement que possible, elle assomma une infirmière, qu'elle laissa dans un placard à balais, et usurpa son identité, prenant donc sa blouse et l'étiquette avec son nom. Elle devenait Agnès.

Alors qu'elle était dans l'une des nombreuses réserves de médicaments, sous couverts de l'identité d'Agnès, un cri retentit quelques couloirs plus loin. La panique la prit, on avait retrouvé le corps inconscient de l'infirmière, et maintenant, on la cherchait. La chimère jura, et tenta de récupérer le plus de médicament dans son sac, mettant toute sorte d'anti-douleurs et produit nutritifs dans le sac de toile. Elle sortit de la pièce et se précipita vers la sortie, mais le destin en choisit autrement, et une horde d'infirmiers lui coupa la route, si bien qu'elle paniqua et rentra dans une chambre, la première qui lui tomba sous la main, avant de se coller contre la porte. Chiara prit une grande inspiration, presque rassurée d'avoir fuie, pour tomber sur deux prunelles bleus face à elle.

Elle jura de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Lun 10 Mar - 22:05


   

   

   
Vol à l'étalage pour un infirme,
voir deux !
   
feat. Angie                              "Voler, c'est mal." ~ [ Cyprien Iov ]



   
          Une journée comme une autre... Les jours se suivent et se ressemblent à l'hôpital, toujours le même train-train quotidien rarement mis à mal, sauf en cas d'extrême urgence dans le service ou les visites tant de courtoisie qu'amicales. S'il n'y avait pas ces fameuses visites et Mustang lui rabâchant sans cesse qu'il devait d'abord penser à lui avant de songer à les rattraper, il aurait fuit cet endroit depuis bien longtemps : "Un soldat jamais ne dure derrière les murs". Aaah fuir... Surtout sortir d'ici au plus vite. Depuis le temps qu'il était enfermé ici, faisant seulement quelques pas par jour, et encore !

         En effet, le jeune blond s'étant fait lâchement empalé par derrière par les griffes de celle qui était supposée être sa petite amie, cela faisait un mois maintenant qu'il croupissait dans cet hôpital. Il s'en était fallu de peu pour qu'il soit paralysé à vie. Seul un poumon avait été effleurer de très près par les griffes, causant ainsi une déchirure du 1er feuillet englobant le poumon et une fissure du 2nd et le péritoine perforé. L'angle de rentrée ayant été suffisamment étroit pour les atteindre. Havoc avait ainsi passé le plus clair de son temps d'abord sous respirateur puis avec un masque à oxygène. Aujourd'hui, ce n'était plus que des lunettes à oxygène, plus une précaution qu'un besoin vital car il les enlevait dès que possible.

         Un jour comme les autres... Pas tout à fait visiblement ! Un cri venait de retentir à l'étage, sortant le jeune Sous-Lieutenant de sa léthargie habituelle. Il avait alors retiré son oxygène, puis saisi la béquille qui lui servait de soutient lors de la marche. Il ne pris pas le temps d'ouvrir sa bombonne d'oxygène prévue pour ses déplacement et se dirigea vers la porte de sa chambre. A sa grande surprise, celle-ci s'ouvrit en trombe devant lui, laissant entrer précipitamment une jeune infirmière rousse avec un sac à dos. Un sac à dos ? Depuis quand les infirmières portent-elles des sacs à dos ?

      Il passa un temps pendant lequel Jean dévisagea la jeune femme, plongeant ses saphirs dans les émeraudes qui lui faisait face. Le juron le ramena à la réalité, lui faisant secouer la tête. "Effectivement, vous pouvez jurer. Vous n'êtes pas tombé dans la bonne chambre pour tout vous dire." Il jeta un coup d'oeil au mur à sa gauche, là où se trouvait la console d'appel dont se servent les infirmières parfois. "Il me suffirait d'appuyer sur l'un de ces boutons pour que quelqu'un vienne et vous découvre ici." L'éclopé avait émis cette menace d'un ton calme, sans élever ni la voix ni le ton. Pourtant il sait qu'il a la voix qui porte généralement. Il se rapprocha lentement du mur, sans pour autant toucher à la console cependant. Du moins... Pour le moment...
   


   

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 255
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Sam 31 Mai - 19:29
Chiara se mordit la lèvre inferieure.

Elle était fichue, déjà, en tant qu'Idole, sa carrière était désormais finie si cet homme appuyait sur la console d'appel, et pour Lyl... Pour Lyl. Cela allait être de sa faute si Lyl mourrait, et jamais elle ne se le pardonnerait. Les prunelles de l'homme la scrutaient, et une impression d'être analysée entièrement se manifesta. Chiara eut presque envie de se couvrir le corps, comme si l'humain avait la capacité de voir à travers ses vêtements."Effectivement, vous pouvez jurer. Vous n'êtes pas tombé dans la bonne chambre pour tout vous dire." L'homme jeta effectivement un coup d’œil vers la console d'appel, et un horrible frisson descendit le long de son échine, comme pour la rappeler à l'ordre. "Il me suffirait d'appuyer sur l'un de ces boutons pour que quelqu'un vienne et vous découvre ici." Il n'y avait aucun son plus haut que l'autre, mais la menace était parfaitement claire, et Chiara se rendit compte qu'elle manquait d'air, sans pour autant se souvenir d'avoir retenue sa respiration. La chimère imparfaite serra les poings, et involontairement, ses griffes se développèrent, s'enfonçant dans ses paumes et laissant quelques gouttes carmines s'échapper des plaies nouvellement faites. Il fallait qu'elle se calme, qu'elle trouve un moyen de s'enfuir.

Son regard d’émeraude dévia immédiatement vers la fenêtre, coulissante certes, mais sans clef, elle ne pouvait pas sortir, et en vue du raffut à l’extérieur, elle ne pouvait que se cacher ici et attendre que la sortie soit dégagée, sinon, elle était bloquée. Tous ses muscles se contractèrent, et et elle chercha la meilleure solution à son cas, soit elle se transformait entièrement, faisait peur à l'homme blond qui lui faisait face et fracasser la vitre pour sortir. Soit elle trouvait une excuse plausible pour rester ici, probablement en usant de ses charmes - quand bien même elle avait horreur de cela. La douleur dans ses paumes se rappela à elle, et sa vue se brouilla, bon sang, mais pourquoi fallait-il toujours que les ennuis lui tombent dessus justement lorsqu'elle faisait tout pour les éviter. Se coller contre la porte n'était pas forcément un avantage, mais au point de non retour, - lequel formait sa voie en ce moment même - elle n'avait plus rien à perdre. Alors, Chiara finit par s'appuyer contre la porte qu'elle avait refermée, et huma l'air pour chercher une autre sortie, et les différents parfums qui la frappèrent furent sa rédemption du jour. Car parmi les nombreuses effluves présente sur le jeune homme - éclopé serait plus correcte - l'une d'elle correspondait à une créature extrêmement dangereuse, et Chiara parierai presque sur elle pour avoir mit ledit jeune homme ici.

Car le parfum de la luxure l'avait écœurée pendant des semaines après sa séance de torture chez les homonculus. "Vous menacez de me dénoncez? Plusieurs vies dépendent de votre choix..."

Chiara se sentait mal de dire la vérité à moitié, déjà parce qu'elle se mettait en danger, mais aussi parce que Lyl pouvait tout aussi bien être retrouvé par la suite, et elle n'imaginait même pas ce qu'il se passerait si l'armée le trouvait ou pire, si d'autres homonculus que Pride le trouvait. Une idée lui vint, et elle sut quoi faire, après tout, même si Triheart avait la capacité de prendre trois âges, elle restait encore marquée par sa dernière séance de torture avec Envy et Lust, son épaule notamment, conservait les jolies marques du passage rapide de la luxure dans l’entrepôt. Il fallait juste qu'elle lui fasse la remarque, elle avait déjà des alliées du coté de l'armée, ne serait-ce qu'avec l'aide de Flint, qui avait encore quelques amis là-bas. "Écoutez, je ne suis pas là pour avoir des ennuis, j'ai besoin de ses produits, sinon, il va mourir... et je ne sais pas quoi faire... J'ai déjà tout essayé, je ne sais même pas pourquoi il..." Chiara craqua, tout simplement parce que la vérité était finalement sortie, et ses craintes avec. Elle était terrifiée dans l'idée que, en prenant du retard, elle prenait le risque de rentrer et de découvrir le corps inerte et froid de l'homme qui comptait le plus pour elle. Chiara finit par laisser tomber le sac à ses pieds, et se laissa glisser le long de la porte, la pression était trop forte, elle était musicienne, pas médecin, et encore moins alchimiste ou soldate!

Les ailes de la chimère se déployèrent autour d'elle dans un craquement sonore et l'enfermèrent dans un cocon, le temps d'achever le changement de personnalité, et ce fut le tour d'Anjuu d'apparaitre. À la place de l'adulte gisait une adolescente, tout aussi torturée qu'elle, et les vêtements, devenus trop grands dénudèrent ses épaules, lui donnant un air affaibli et amaigrie. Les cicatrices encore fraiche des lames d'Envy et des ongles de Lust furent donc visible sur sa peau diaphane, alors que les yeux émeraudes se plantaient en ceux, azuréens, du jeune homme. Certes, Anjuu avait l'air d'une adolescente, mais l'âme de cette partie là était celle d'une chouette, et il était assez complexe de comprendre les émotions des humains.

"Veuillez excuser Chiara, elle a du mal vous comprenez, l'alchimie lui a tout prit alors... Mais je suis malpolie, mon nom est Anjuu, et même si le vol est passible d'incarcération, c'est pour sauver une vie qu'on a fait ça, vous comprenez? Il est très mal en point, et on sait pas comment l'aider... Si seulement nous savions pourquoi il ne se réveille pas... Il a été blessé par l'horrible femme, la même que vous puisque vous portez son odeur, mais on sait pas pourquoi, même guérit il veut pas se réveiller... Et Angelica n'arrête pas de pleurer... Alors on a pas le choix..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Mar 10 Juin - 23:59


 

 

 
Vol à l'étalage pour un infirme,
voir deux !
 
feat. Angie                              "Voler, c'est mal." ~ [ Cyprien Iov ]



 
Jean restait impassible, observant la jeune femme qui lui faisait face et qui semblait chercher une éventuelle échappatoire. Il vit le regard fixer brièvement la fenêtre... "On est au 1er étage ! Elle n'y compte tout de même pas..." De tout façon elle était fermée, il avait déjà essayé lorsqu'il voulait de l'air de façon plus "normale" qu'avec le masque ou les lunettes à oxygène. La rouqine sembla alors se "rendre" ou tout du moins redevenir raisonnable car elle s'appuya contre la porte, la maintenant fermée à toute intrusion venant du couloir. Il y avait un tel remue-ménage au-dehors que le temps comptait plus que tout. Faire son devoir de militaire ou laisser passer puisque en cet établissement il n'était qu'un civil ? De plus, il commençait à être fatigué d'être debout et cette visite inopportune troublait trop la routine en fin de compte. Trop de routine, tue la routine, mais trop d'action d'un coup tue le frisson de l'inattendu. Le militaire éclopé soupira, se déplaçant jusqu'au fauteuil près de la fenêtre pour être plus à son aise.

Essayait-elle de le culpabiliser ? Jean savait ce que c'était d'avoir plusieurs vies entre les mains de par son passé de sniper lors de la guerre d'Ishbal. Combien en avait-il fait tomber sur ordre de Bradley ? Il ne saurait les compter et pourtant... Pourtant en rentrant dans l'armée au départ il était certain d'agir pour le bien du peuple. "Vous volez mademoiselle... Que puis-je faire d'autre que de vous dénoncer ? Comme je vous l'ai dit vous n'êtes pas tombé dans la bonne chambre, je suis un officier militaire et c'est mon devoir." Son regard c'était durcit en disant cela. Il ne pouvait pas faire l'impasse sur son délit, peu importe qu'elle soit une femme des plus mignonnes. Les femmes... Il pourrait bien s'en méfier depuis sa sanglante altercation avec Sol... Non, Lust ! Une Homonculus, rien de plus qu'une coquille ressemblant à une humaine, parfaite dans la manipulation des sentiments d'autrui. Certes il n'avait rien révélé de professionnel mais son amour propre en avait pris un sacré coup et sa dignité avec puisque que par sa faute il peinait à rester debout aussi longtemps qu'avant La rééducation allait être longue.

Le jeune homme n'y comprenait pas grand chose pour pas dire rien du tout hormis que celle qui lui faisait face avait besoin de ce qu'elle avait piqué. Logique, sinon pourquoi les voler sinon pour les utiliser... Ou les revendre de façon détournée et illégale. Le marché noir restait courant et il arrivait parfois que l'armée fasse des descentes pour intercepter tel ou telle vente en masse. Jean voyait bien que la jeune femme se sentait acculée et devenait nerveuse avec le temps qui passait. "Ça serait tellement plus simple d'acheter toutes ces fournitures, vous ne croyez pas ? Plutôt que de voler comme bon vous semble en usurpant l'identité des gens. Vous savez ou ça peut vous mener de cumuler les délits, au moins ?" Si il la dénonçait elle allait faire un petit tour non négligeable à l'ombre, un de ceux qui vous suffisent à ne pas récidiver en général, sauf dans les cas les plus récalcitrants. Il se relevait pour appeler les infirmières via le bouton d'appel mais il fût surpris dans son geste par une chose étrange. La jeune femme s'était mise à pleurer... Normal aux premiers abords mais pas quand c'est suivit d'une poussée d'ailes dans le dos !

Le courageux, mais non téméraire pour le coup, militaire recula aussi vivement que le lui permettait sa béquille, se retrouvant contre la fenêtre, mettant ainsi une distance entre lui et cette créature à l'autre bout de la pièce. Il avait déjà vu un Homonculus aussi il reprit assez vite contenance comprenant que seule l'alchimie avait pu créer une telle chose. Bizarrement c'est une jeune fille et non plus une jeune femme qui apparue accompagnée de ces ailes Pas que les ailes d'ailleurs car la peau n'avait plus tout à fait la même couleur non plus bien qu'il l'a reconnaissait sans trop de peine. "Mais qu'est-ce que vous êtes au juste ?" Le Colonel Mustang avait souvent repris les frères Elric sur certaines pratiques de l'alchimie... La transmutation humaine était interdite et rarement viable en fin de compte... Par contre le  mixage entre un humain et un animal existait sans trop de peine, du moins était beaucoup plus réalisable. Était-elle le fruit de ces recherches comme celle de l'Alchimiste Tisseur de Vie, Shô Tucker, une chimère ? Il avait été présent quand Ed et Al avaient compris ce qu'il s'était passé et plus tard quand le corps de la chimère en question avait été retrouvé inanimé. Autant la laisser répondre.

Jean était moins confiant qu'au départ. Tout bien considéré, la dénoncer pourrait lui faire peur et dans cet état elle pourrait blesser quelqu'un bien qu'étant elle-même blessée visiblement. Pas question de mettre des vies en jeu dans un hôpital. "Et pourquoi n'emmenez-vous pas cette personne ici pour le soigner d'une meilleure façon que vous ne le faites actuellement ? Vous le mettez encore plus en danger vous savez..." Une odeur ? Il était passé sur le billard tellement de fois ces temps-ci que l'odeur ou ne serait-ce qu'un cheveu de Lust ne pourrait plus être sur lui. Les douches antiseptiques et tout le pataquès... Rien de pouvait subsister à l'alcool que ça contient. "Je ne sais pas de quoi vous parlez mais une chose est sûre, votre histoire n'est pas très nette." Personne n'était censé connaître l'existence des Homonculus, et encore moins une chimère, aussi le jeune homme décida de tout nier en bloc, conformément à son "code de conduite" qui était de ne pas parler travail hors du travail.
 


 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 255
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Jeu 12 Juin - 15:11



Anjuu observa d'un œil attentif le jeune homme blond reculer pour finalement s'approcher du fauteuil et s'y poser. Quelque chose tiqua chez elle, il devait souffrir lui aussi, probablement à cause de Lust puisque l'odeur exécrable du sexe tournait encore autour de lui, comme une aura, même imperceptible pour le nez humain, elle l'était toujours pour elle. Il expliqua que voler était un délit, puis déclina son poste de militaire, un autre, encore, qui n'avait pas conscience du monde dans lequel ils étaient. Anjuu finit par pencher la tête sur le coté, cherchant de par son regard la blessure qui le rongeait lui. Elle n'écoutait pas vraiment son discours, elle l'observait juste. Il parlait du fait que de nombreux délits à la suite pourrait l'emmener quelque part, et elle devina facilement qu'il parlait d'une incarcération, mais même là, il avait un temps de retard, elle était elle même une abberration, son existence devait être anéantie depuis longtemps, et pourtant, elle était là. Oui, la chimère imparfaite était morte aux yeux de la société, la petite Angelica reposait au cimetière de Central avec sa famille, sauf qu'elle était là en vérité. Et pour Chiara, les choses avaient été plus simples, puisque personne n'avait été au courant de sa relation avec Andrew, et lorsque celui-ci avait tenté de la tuer par jalousie, personne n'avait su, sauf cet alchimiste fou désormais dans le coma. Certes, Miles était au courant de son existence pourtant interdite, et il se taisait à ce sujet parce qu'il savait ce qu'il pouvait arriver dans le cas contraire.

Un autre regard vers le soldat lui fit comprendre que la transformation l'avait choqué, et sa question sur la nature réelle de sa personne ne fit que confirmer cette hypothèse. Qu'était-elle au juste? Elle était ce que l'on appelait le résultat d'une transmutation entre deux humaines d'âges différents, et une petite chouette effraie. Elle était le résultat de toute une vie de longue recherche alchimique, puis dénommée enfant de tous les silences. Sa vie n'était qu'alchimie, et rien d'autre, elle avait vécu quatre ans sans, et ensuite, toute sa vie s'était faites de transmutations, de tests, d’expériences, de douleur et de sang. Et en parlant de sang, son ventre se mit à gargouiller, les quelques rats de la veille n'avaient pas suffit à la nourrir, certes, elle compensait avec les repas humains, mais ce n'était pas la même chose. L'homme semblait moins confiant à présent, et une légère crainte se lisait dans son regard azuréen, crainte qui blessa encore un peu la chimère aux trois âmes. Les gens avaient peur d'elle, même lorsque cela n'était pas son but. Les gens voulaient la tuer, même quand elle ne désirait pas faire de mal, les gens voulaient la briser, quand son but était d'aimer. Un triste sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle se relevait finalement, s'aidant du mur comme appui avant de rétracter ses ailes tout en conservant cette apparence d'adolescente amaigrie et perdue dans des vêtements trop grands. C'était presque marrant de se dire que les homonculus s'attaquaient principalement aux gens biens parce qu'ils les jalousaient d'être ceux qu'ils sont, tout en obéissant à un créateur. Et à coté de cela, l'enfant de tous les silences les jalousait eux, pour être ce qu'ils étaient, puissant, déterminés, utiles...

"Et pourquoi n'emmenez-vous pas cette personne ici pour le soigner d'une meilleure façon que vous ne le faites actuellement ? Vous le mettez encore plus en danger vous savez..." Non, si elle l'amenait ici, alors les homonculus et l'armée saurait qu'il était encore en vie, et il serait soit exécuté, soit enlevé puis torturé, alors qu'il n'était même plus conscient de vivre. Le coma dans lequel il était était parfaitement incompréhensible, il était guérit, il n'avait aucune blessure à la tête, pourtant, il avait de la fièvre, et il souffrait.   "Je ne sais pas de quoi vous parlez mais une chose est sûre, votre histoire n'est pas très nette." Ainsi il niait le tout, Anjuu était prête à parier qu'il ne faisait que cacher les informations sur les homonculus, mais elle savait pour eux, et l'odeur était sur lui, bien masquée par l'alchool et les antiseptique, mais toujours là, tout comme l'emprunte de Pride était gravée sur elle.

Prenant une immense respiration, la chimère marcha lentement vers le militaire écclopé, dénudant son épaule gauche encore marqué par les griffes de Lust, et demanda au blondinet si, en lui retirant la chemise de l’hôpital, elle n'allait pas voir les mêmes. L'odeur était là, toujours présente, un masque, une aura, quelque chose qui déterminait parfaitement Lust. Et même si Anjuu n'avait pas été assez en contact avec elle pour déterminer sa nature complète et son rejet, elle aurait put reconnaitre son odeur n'importe où. Ce mélange âcre de sexe et de violence, un parfum qu'elle trouvait parfaitement immonde, était tellement particulier, qu'elle avait l'impression de revivre la mort de Chiara en boucle, ce pseudo viol changé en meurtre par jalousie. Une forte impulsion la prit, et ses yeux se révulsèrent alors que Chiara la tirait en arrière. Les ailes se déployèrent de nouveau avec force dans un craquement sonore, pour ensuite laisser le petit corps d'Angelica, à peine douze ans. Les vêtements d'infirmières étaient désormais beaucoup trop grand, et la fillette observa un instant la pièce, pas le moins du monde au courant de ce qu'il s'était passé. Anjuu due lui expliquer, et puisque c'était elle la première, c'était à elle d'expliquer la vérité. Les ailes disparurent de nouveau, et la petite Angelica Peverell continua d'avancer jusqu'au militaire, tendant sa main toute fine vers lui avant de caresser son visage, dévoilant des poignets couverts de cicatrices.

"Ce que nous sommes, est assez compliqué à expliquer, mais nous représentons l'interdit, le résultat d'une transmutation humaine inachevée, nous sommes l'enfant de tous les silences. J'avais quatre ans quand on m'a transmuté avec Chiara, qui avait 26 ans, et Anjuu était l'animal qui ferait le lien entre nous toutes. Je suis le secret de l'alchimie, la créature qui se rapproche le plus de la perfection à travers la transmutation humaine, tout en étant très proche de la réalisation d'un homonculus." La fillette reprit son souffle, avant de prendre le visage du militaire en coupe comme si elle allait lui déposer une couronne de fleurs sur la tête. "Si nous l'amenons ici, alors les homonculus le sauront, et ils le tueront, et si l'armée le sait, elle enverra les alchimistes pour qu'il leurs dise comment on a été créé, avant de l’exécuter." La petite Angelica laissa s'échapper de fines larmes, avant de reprendre. "Lyl doit rester caché, sinon, d'autres souffriront comme nous avons souffert jusqu'à son arrivée... Et personne ne mérite de souffrir, ni les chimères, ni les homonculus, ni les humains, personne ne devrait souffrir à cause du pouvoir... Parce que c'est triste..." Car même si Angelica était la plus forte des trois âmes cohabitant en ce corps, elle demeurait une enfant n'ayant vu que de la douleur et de la peine, quand il aurait fallut apprendre le bonheur et la joie...

"Vous pourrez tout dire une fois que nous seront partis, mais s'il vous plait, j'ai pas envie que d'autres souffrent... Ni vous ni personne..." Pleura l'enfant prés de soldat en convalescence.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Dim 15 Juin - 2:09


 

 

 
Vol à l'étalage pour un infirme,
voir deux !
 
feat. Angie                              "Voler, c'est mal." ~ [ Cyprien Iov ]



 
L'éclopé avait reprit du poil de la bête, s'étant habitué à la vue que la chimère lui offrait. Après les Homonculus, ce n'était pas la première ni la dernière qu'il verrait de toute façon, il lui fallait juste un temps d'adaptation à chacune d'elle qu'il rencontrait alors qu'il suivait son bonhomme de chemin. La chimère se rapprocha... Commençant à se dénuder légèrement au passage. Jean était d'habitude très gourmand de ce genre d'exhibition mais là ça ne l'enchantais pas vraiment, aussi il tourna la tête par respect bien qu'il ne s'agisse que de l'épaule. Après tout, il ne la connaissait pas ou... Ne les connaissait pas car visiblement elles étaient plusieurs dans ce corps. Seulement, ses propos eurent le don de lui faire faire volte-face. "Pardon ? Ce que vous verrez, bien que je ne vous laisserez pas faire, ce seront des cicatrices laissées par les opérations qui m'ont sauvé la vie." D'ailleurs les fils étaient encore présents, ils pouvaient attester de la véracité de ses propos. Tout militaire risque sa vie dès qu'il part en intervention, et personne ne faisait exception à la règle.

Une 3ème "personne" fit son apparition via ce corps charcuté de toute part par l'alchimie. Une petite fille cette fois-ci, devant avoisiner la dizaine d'année, un peu plus ou un peu moins. Toute frêle, apeurée. Il sembla au militaire qu'elle ne tenait pas énormément sur ses jambes, qu'elle allait s'écrouler au bout d'un moment. L'enfant continua son chemin comme sa prédécesseur, jusqu'à lui. Voyant qu'elle tendait la main, instinctivement il se baissa, mettant un genou à terre et posant sa béquille au sol, trouvant la petite bien moins à craindre que ses autres apparences. Il l'écouta le plus attentivement du monde car entre sa nature et la personne qu'elle semblait soigner elle-même selon l'histoire de ses apparences précédentes, Jean voulait en retenir le plus possible pour pouvoir faire des recherches et dans le pire des cas, transmettre les informations au Colonel si cela s'avérait nécessaire. Il leva sa main pour aller la poser sur celle de la petite fille qui était sur une de ses joues. Pauvre enfant... Quelle souffrance ce devait-être de partager son corps avec d'autres, et si jeune... Comment la chose avait pu être viable ? Le militaire aurait tué de sang-froid l'ordure qui avait fait ça si il le pouvait. Quel impudent avait oser faire une telle chose ? Tucker ? Non, les siennes n'étaient pas viables aussi longtemps que celle-ci. La chimère aux 3 visages qu'il avait devant lui était à la fois un miracle de la science et une aberration, une magnificence et une horreur.

Les informations commençaient à devenir de plus en plus intéressantes, au plus haut point. Ainsi la personne qu'elle protégeait était un homme qui avait à faire à la fois aux Homonculus et à l'armée. Étranges comme contacts... Cela dit si il y avait un rapport avec l'armée cela pouvait être un homme recherché depuis longtemps. Le nom... Il lui fallait le nom pour faire des recherches. C'était comme abuser de cette petite mais le militaire naviguant entre le sentimentalisme et le professionnalisme, il essayait de doser plus sur le côté professionnel quand même, se forçant à retenir le plus de choses possible. L'enfant pleurait de surcroit, à croire que cet homme était vraiment important pour elle. Sinon pourquoi protéger un hors-la-loi, un paria, un criminel ? "Là... Pour le moment il est en sécurité, non ? Calme-toi donc, tout va bien..." Jean essuya de sa main libre les larmes qui roulaient sur les joues déjà rougies d'efforts pour venir jusqu'à lui.

Enfin, enfin le nom de cet individu sortait. C'était maigre mais il y avait forcément une trace de lui quelque part au QG. Il aurait probablement besoin d'impliquer Falman... Les archives, si tant est que l'affaire, supposée existante y soit, étaient grandes et demandaient un sacré boulot de recherches qui n'était évidemment pas son fort malgré ses efforts. Lyl... Un nom pas vraiment commun et qui devait assurément être unique et donc repérable même si pour ça il fallait lire une tonne de paperasses ennuyantes. L'enfant finit par pleurer de plus belle... Ça allait attirer du monde par ici, et ce même dans le chaos qui régnait encore dans l'hôpital. Ne pouvant la prendre dans ses bras de toute sa hauteur, l'éclopée se contenta de rapprocher la fillette pour lui placer le front sur l'épaule droite. C'était une chimère et il n'avait rien trouvé de mieux que de la réconforter comme une personne normale qu'elle aurait pu être. Lust n'avait peut-être pas tort en disant que les Homonculus était humains... Lui-même commençait à prendre l'enfant chimérique pour un humain. Après tout, la base était faite de 2 êtres humains à défaut de... Il ne savait pas vraiment comment étaient créés les Homonculus, alors il ne pu les comparer plus. Cependant, dans la tête du blond, la jeune chimère qui pleurait sur son épaule était plus humaine que la meurtrière aux ongles acérés.

On toqua à la porte, c'était l'infirmière pour ses soins à n'en pas douter... Jean se releva à l'aide de sa béquille et poussa l'enfant vers le placard de la chambre. Elle devrait être suffisamment fine et petite pour y tenir. "Cache-toi là..." Chuchotta le militaire. "Je te dirais quand tu pourras sortir..." Il lui rendit son sac pour le cacher avec elle et ferma le placard en intimant à la personne d'entrer. C'était bien le seul moyen qu'avait la chimère de vérifier les blessures d'Havoc, cela dit dans le placard elle n'y verrait rien du tout si elle ne veut pas se faire attraper et lui par la même occasion pour complicité.
 


 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 255
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Ven 27 Juin - 13:53



"Là... Pour le moment il est en sécurité, non ? Calme-toi donc, tout va bien..."

L'étrange soldat blessé essuya avec douceur les larmes qui perlaient sur le visage blafard de la fillette. Puis, lentement, comme s'il ne parvenait pas à la prendre dans ses bras, il la rapprocha de lui tout en collant son épaule contre son visage. Une étreinte légère mais agréable et réconfortante, ce qui permit à l'enfant de se sentir bien mieux. Cette sensation lui rappelait des évènements passés, des choses qui avaient eus lieux il y a bien longtemps, lorsqu'elle n'avait encore que cette apparence enfantine et que son corps se dégénérait sous les transmutations à répétition due aux changements de personnalité.

C'était comme une étreinte lointaine, offerte par un membre de sa famille, pourtant, la petite Angelica savait pertinemment que l'homme ne faisait pas partie de sa famille. Surtout que toute sa famille, que ce soit celle par le sang ou la famille d'accueil dans laquelle elle avait été placée par Edward Elric, avait périe, la première par ses propres ravisseurs, et la seconde de sa main lors d'une crise sanglante de vengeance. Et bien que ces souvenirs soient lourds de sens, l'étreinte n'en était pas pour autant moins agréable. Quelques coups furent frappé sur la porte, et Chiara expliqua à la petite qu'il fallait partir au plus vite car une infirmière allait rentrer, mais le militaire fut encore plus prompte qu'elle, et la poussa vers le grand placard qui était sur sa gauche.

"Cache-toi là... Je te dirais quand tu pourras sortir..." Dit-il, et il lui tendit son précieux sac de soins avant de refermer la petite porte.

Il fit brusquement tout noir. La petite Angelica se recroquevilla sur elle même, se tenant aux parois de l'armoire dans laquelle elle se trouvait pour éviter de se faire entendre. Les vêtements du soldat se balançaient sur de nombreux cintres, et par crainte de se faire débusquer, la fillette ne fit aucune mouvement pour ne plus être sur leur trajectoire. Les vestons, manteaux et chemises semblaient s'être agglutiner autour d'elle et l'une de ces chemises reposait sur son épaule, dégageant un parfum masculin mêlé aux assouplissants et aux produits anti-sceptique. L'infirmière entra dans la pièce, et sa voix de crécelle prit de hautes notes en grondant sur le soldat. De toute évidence, il n'était pas censé se lever et bouger autant.

La petite chimère entendit la femme s'excuser pour le raffut que ses collègues avaient causés, et expliqua la situation en modifiant les faits. Ainsi, plusieurs infirmières s'étaient faites agresser par une horrible créature, et celle-ci avait voulu s'en prendre aux nouveaux-nés. Dans sa tête, la fillette aussi connue sous le titre d'enfant de tous les silences, entendit Chiara pestait sur des faits répétés, modifiés et amplifiés, sans comprendre le sens. Intriguée cependant par les bruits et attentes de la femme en uniforme, l'enfant pencha la tête et observa depuis la toute petite fente entre les deux portes de l'armoire.

Ce qu'elle entraperçue du corps du soldat la fit frémir, pleins de cicatrices, toutes encore cousues et couvertes de produits étranges. La femme lui changeait ses pansements, avec une force de caractère qui lui était surement propre, car la fillette ne pouvait pas s'imaginer le faire. Alors, retournant au fond de l'armoire en priant pour ne pas être aperçue, la petite chimère imparfaite attendit que la dame en blouse blanche termine son action et retourne de là d'où elle venait.

hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Mar 22 Juil - 17:36


 

 

 
Vol à l'étalage pour un infirme,
voir deux !
 
feat. Angie                              "Voler, c'est mal." ~ [ Cyprien Iov ]



 
Jean autorisa l'infirmière à entrer, s'excusant avec un prétexte ô combien pourri et puant le mensonge. Cela dit, la femme qui venait d'entrer pour s'occuper de son changement de pansements vociférait plutôt sur le fait qu'il soit debout et ait fait seul l'aller-retour jusqu'au fauteuil. Et blabla... Ca avait l'impression de ne pas finir et plus on lui répétait les recommandations et moins le blondin écoutait et les appliquait bien qu'il fasse relativement attention. Il rétorquait toujours qu'il savait où était ses limites et qu'il appelerait si ça n'allait plus. Bref, qu'il préférait aussi se débrouiller le plus seul possible, même blessé gravement.

Obéissant comme un enfant pris en faute, il obtempéra et se mit en place pour ses soins. Le dos d'abord, comme à son habitude, puis le torse. Pendant ce temps, il écoutait l'infirmière lui faire des excuses pour le tapage et la cause. Il aurait pu manquer de s'étouffer car ça ressemblait à des "on dit" plutôt qu'à la véracité des faits. Seulement, il ne pouvait la contredire au risque de se faire démasquer pour complicité vu qu'il cachait actuellement dans le placard de sa chambre la fauteuse de trouble. Par contre il imaginait bien la moue de la fillette à l'entente de tout ça. Oui, une fillette ça boude et en général ça se précipite pour rétorquer que c'est faux mais pas sur ce coup-ci bien qu'elle en mourrait probablement d'envie.

L'infirmière finit sa besogne et repartit avec tout son matériel, ordonnant plus que recommandant au militaire de ne pas bouger plus que nécessaire. Il n'en pouvait plus de celle-ci... D'habitude c'était une jolie blonde aux yeux verts mais cette dernière était de repos et depuis 3 jours, il devait supporter cette femme aigrie. Elle n'aimait pas les militaires tout simplement, elle lui avait dit dès le début car "ça-tire-dans-tous-les-sens-et-ce-sont-des-incapables-qui-n'arrive-même-pas-à-attraper-un-cinglé-qui-est-pourtant-seul". Oui, Scar court toujours, et alors ? Il n'en avait pas après elle donc pourquoi une telle haine des militaires... Il n'en avait rien à faire et se disait que plus vite il se laissait faire et plus vite elle partirait de la chambre à chaque fois.

Le blond soupira, une main sur le visage puis regarda le placard. "Tu peux sortir, personne ne devrait rentrer à nouveau avant un bon moment, mais garde ton apparence de fillette. Je ne veux pas d'ennuis, compris ?" C'était surtout plus facile à expliquer sur le fait qu'une fillette soit dans sa chambre plutôt qu'une chimère. Il pouvait la faire aisémment passer pour sa petite cousine éloignée ou une autre excuse de ce genre. Demi-assis sur son lit, il regardait la petite sortir du placard. Jean à bon coeur, et plus encore, il est généreux et compatissant. "Que les choses soient claires. Je t'aide uniquement par compassion pour la petite et aucune autre de tes apparences. Bien sûr, aussi pour éviter que tu ne blesses quelqu'un en voulant t'enfuir d'ici." L'éclopé n'avait aucune confiance en la chimère mais on dit toujours que la vérité sort de la bouche des enfants. Il croyait Angelica, elle lui faisait penser quelque part à la petite Elysia qui devait à présent grandir sans son père... Celle qui lui faisait face avait été arrachée à ses parents tout comme on avait arraché Maes Hughes à sa fille...
 

HRP :
 
 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 255
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Mer 27 Aoû - 21:22



La petite Angelica était toujours coincée entre deux chemises au parfum masculin, et faisait tout pour ne pas alerter l'infirmière de sa présence. La voix de crécelle de celle-ci commençait d'ailleurs à énerver la fillette, autant parce que son timbre était haut-perché que par les élucubrations faussées de celle-ci au sujet de l'attaque. La fillette n'aimait pas ça, elle n'aimait pas les menteuses, et encore moins quand les mensonges la touchait de prés. Bien qu'elle savait que Chiara n'y allait jamais de main morte lorsqu'elle volait des produits médicamenteux, elle savait que la jeune musicienne n'aurait jamais pu s'attaquer à des nourrissons, ou encore attaquer pleins d'infirmière. La dame en blouse blanche ressemblait un peu à Ruby dans son comportement, très froide et toujours prête à râler sur ses patients, même quand ils n'y peuvent rien. Même si Ruby s'était avérée être un monstre de manipulation, la fillette gardait tout de même un souvenir mitigé de sa personne. Enfin, après les dernières recommandations, la femme quitta la chambre, et l'enfant fut presque soulagée. Elle aimait vraiment beaucoup l'odeur de ces chemises, très douces, mais elle se trouvait bien trop à l'étroit ici. Elle entendit un profond soupir, surement le gentil militaire, et attendit qu'il lui permette de sortir du placard.

"Tu peux sortir, personne ne devrait rentrer à nouveau avant un bon moment, mais garde ton apparence de fillette. Je ne veux pas d'ennuis, compris ?"

La petite fille poussa lentement la porte du placard, repoussa la manche d'une chemise derrière elle, et sortir de l'étrange contenant à vêtement. Elle le regarda alors, lui qui avait l'air si fort tout à l'heure, semblait brusquement bien plus fragile qu'elle-même. Il était à demi-assis sur le lit, et la regardait sortir. Angelica n'aimait pas voir la douleur chez les gens, c'était triste, et le mieux, était lorsque les gens étaient heureux et souriant, pas couché dans un lit. Pas comme Lyl en soit. En fait, la petite Angel n'aimait pas les hôpitaux, elle n'aimait pas la tristesse, ni la douleur, qui aimerait cela de toute façon? Mais elle, c'était différent, elle était un petit rayon de soleil, et son seul but était de rendre les gens qu'elle aime heureux, qu'ils soient considérés comme méchants par la société, ça, elle s'en fichait. Alors, la fillette trottina jusqu'à la couchette blanche du militaire, trainant le sac à dos pleins de fournitures scolaire. Arrivée à coté de lui, elle pencha la tête avec douceur, faisant suivre ses cheveux flamboyant dans le mouvement, sa robe d'infirmière trop grande et trainant par terre commençait à devenir sale. Rien à faire, elle avait envie de faire quelque chose pour lui, de l'aider, mais quoi? Que pouvait-elle faire pour lui apporter un peu de douceur, un sourire?

"Que les choses soient claires. Je t'aide uniquement par compassion pour la petite et aucune autre de tes apparences. Bien sûr, aussi pour éviter que tu ne blesses quelqu'un en voulant t'enfuir d'ici."

"Je n'aime pas blesser les gens... Et Chiara est assez particulière avec les hommes... c'est pour ça qu'elle a été bizarre avec vous..."

Chiara grogna dans l'esprit de la fillette, clamant qu'elle n'était pas bizarre du tout, juste que les hommes étaient pour la plupart des ordures. La fillette secoua la tête tout en se rapprochant encore du lit médicalisé, déposant le sac de produits de soins sur le fauteuil juste à coté. L'enfant, délaissa tout préjugé, toute situation, et grimpa, avec quelques difficultés cela dit, sur le lit médicalisé. Elle se cala sur le peu de place qu'il y avait, et enlaça de ses bras fragiles le torse blessé du militaire dans une étreinte chaleureuse. Les paupières closes, elle lui souhaita de vite se rétablir et d'être heureux à nouveau. Elle se releva prestement, lui laissant toute la place, et se laissa glisser sur le sol, avant de regarder un instant la fenêtre, elle pouvait aisément partir par là, mais sous cette forme, celle d'une petite fille, c'était dangereux, surtout si elle était prise en chasse. Cependant, si elle laissait de nouveau Chiara sortir, cela pouvait être dangereux.

Une voix outrée résonna dans son esprit, s'énervant qu'il ne fallait pas non plus la prendre pour un monstre, et qu'elle savait reconnaitre les bonnes personnes, et ceux qui ne méritaient pas de vivre. Angelica fit un sourire contrit au militaire, alors que les ailes sortaient de nouveau, dans un craquement sonore, et que des éclairs l'encerclaient elle et son petit corps. Lorsque les ailes se rétractèrent et se replièrent dans le dos, ce n'était plus Angelica qui gérait le corps, mais bien l'unique adulte du trio d'âmes. La jeune femme secoua un peu sa chevelure, et épousseta la robe d'infirmière, avant de se tourner vers le blondinet, un air neutre sur le visage. Les prunelles émeraudes se posèrent dans les saphirs, et elle le jaugea de haut. Les situations de force étaient inversées. Précédemment, elle était au sol et en position de faiblesse, à présent, c'était lui qui était alité, et elle qui se tenait droite. Pour autant, aucune colère, aucune haine n'était transmise dans son regard, juste un mélange de curiosité et d'amusement. La longue chevelure rousse couvrait sa nuque, et lorsqu'elle se pencha vers son visage, celle-ci suivit le mouvement, enflammant la pièce de reflets en quelques secondes.

"En fait...Je trouve assez surprenant de tomber uniquement sur les bonnes personnes après avoir été torturée, alors que lorsque j'étais en vie et moi-même, seules les ordures se présentaient à moi..." Murmura l'idole de Central d'une voix amusée.

Si le militaire avait tenté de s'enfuir, il n'en aurait pas eut le temps, mais de toute façon, elle n'avait pas prévu de lui faire du mal. Sa réaction avec Angelica était une preuve de sa bienveillance, et il y avait quatre grands B qui caractérisait un homme digne de son attention. La bonté, le bon sens, la bienséance et la bienfaisance, et pour l'instant, de ce qu'elle avait vu, il possedait les quatre. Avec délicatesse et pourtant une rapidité très surprenante, elle abaissa son visage sur celui de l'homme aux yeux saphirs, et déposa ses lèvres sur sont front avec douceur. "Faites très attention à vous, et reposez-vous un minimum" chuchota-t-elle avec douceur. Avant de se reculer légèrement et de caresser sa joue du bout des doigts, comme si elle aurait put le briser en étant trop brusque. Un sourire attendrit fleurit sur ses lèvres alors qu'elle délaissais le visage du jeune homme et se reculait du lit médicalisé. La chimère ouvrit la fenêtre coulissante, prit le sac de médicament et le passa sur son épaule, avant de déployer ses ailes de nouveau, et quelques plumes blanches quittèrent les deux appendices pour s'échouer sur le carrelage de la chambre. Elle se tourna une dernière fois vers le militaire alité, et des cris résonnèrent à l’extérieur, le monstre venait d'être aperçu à une fenêtre. Chiara posa sur lui un regard indescriptible, tendre et presque - aimant? - avant de faire une révérence et de se laisser tomber en arrière, pour faire un détour et s'envoler sous les coups de feu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc) Lun 22 Sep - 0:19


 

 

 
Vol à l'étalage pour un infirme,
voir deux !
 
feat. Angie                              "Voler, c'est mal." ~ [ Cyprien Iov ]



 
La petite Angelica sortit du placard et se rapprochait de lui en traînant son sac bien trop lourd pour ses frêles petits bras. Petit à petit, jusqu'à lui, elle était venue s'appuyer sur le lit et l'observait. Le soleil venant de la fenêtre se reflétait dans ses cheveux aux couleurs du feu, lui réchauffant un peu le coeur. Il la regardait faire sans rien dire, sans bouger... Sans bouger jusqu'à ce qu'elle décide de grimper à ses côtés. Pour une fois qu'une fille venait sur son lit, à défaut de "dans son lit", c'était une adorable fillette et celle-ci l'enlaçait comme elle pouvait. Il sentait ses petites mains et sa chevelure sur lui. Il ne pût s'empêcher de poser une main sur la tête de ce petit ange roux. Il se contentait de l'écouter, ses soins l'avaient fatigué en plus d'avoir bougé. Elle se redressa et il la laissa glisser du lit puis reculer vers la fenêtre. "Que vas-tu faire maintenant ? Tu ne comptes pas partir par la fenêtre tout de même... ? Elle n'avait pas répondu, ce n'était pas nécessaire car au fond de lui il connaissait la réponse. La petite fille se contenta de lui sourir tout en reculant avant de se transformer à nouveau.

Elle choisit la 1ère apparence que le militaire avait vue plutôt que "l'animal" à demi-humain qu'elle pouvait être. La jeune femme vint vers lui mais il su qu'elle ne lui ferait aucun mal. Elle ne lui en avait pas fait depuis le début après tout alors qu'elle aurait pu faible comme l'était Jean en cet instant. Elle était maintenant très proche de lui... Chiara s'était penchée sur son visage et il avait presque arrêté de respirer tellement le flamboiement de ses cheveux additionné au soleil le captivait. Après une brune qui n'avait au final rien d'humain, c'était une rousse à multiples personnalités qui le laissait sans voix et en émoi. "Je ne suis pas certain d'être vraiment une bonne personne... Mon métier est louable  sur un certain plan mais il a une face cachée terrible avec laquelle nous devons vivre." Qu'à cela ne tienne, elle l'embrassa doucement sur le front et tout comme Angelica, elle souhaitait qu'il prenne soin de lui. Il avait légèrement crispé son front au départ mais rapidement s'était détendu ensuite.

La jeune femme flamboyante s'éloigna vers la fenêtre, ouvrant celle-ci. c'était la fin... La fin de ce jour animé, coupant la monotonie de son séjour. Elle allait s'en aller, emportant le butin de sa rapine avec elle et il était complice de ça. Bien sûr, tout ça lui passait au-dessus de la tête. Chiara lui souriait en dépliant ses ailes. Jean se leva aussi vite qu'il le pouvait pour l'empêcher de faire ça à cause des cris qu'il entendait en bas... Il n'eut pas le temps. Le temps sembla d'ailleurs s'arrêter alors que la jeune femme se laissait tomber en arrière, que le blessé tendait le bras vers elle, lui demandant de ne pas faire cela. Elle était partie... Par terre, venant lui chatouiller les pieds, des plumes sur le sol de la chambre oscillait avec le courant d'air. Il se baissa tant bien que mal pour les ramasser avant de fermer la fenêtre puis de se remettre au lit, posant les plumes sur sa table de chevet. Plus jamais il ne ferait attention à ce qu'il souhaite car un de ses souhaits avait été exaucé. Peu importe le dicton contraires et superstitieux.


THE END

 
 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)

MessageSujet: Re: Vol à l'étalage pour un infirme, voir deux! (PV Havoc)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un cerceuil en or pour Michael Jackson
» LA METEO POLITIQUE HAITIENNE ET LE JUDEO VODOU !
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011
» rmz 450
» Royal Rumble 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: HÔPITAL-