RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Notation du concours rp Sam 8 Nov - 1:34
rp : Numéro 1



Moi, Carmilla.
Concours RP d'Halloween.





Nous sommes le 31 octobre 1915, et la Lune a remplacé le soleil dans le ciel d'Amestris. En cette belle nuit, j'ai été accueillie par un jeune homme dont je ne connais même pas le nom. Tout ce que je sais, c'est que j'ai soif.

Mon nom est Mina C. Westenras. Vous vous demandez peut-être ce que signifie ce ''C'' au beau milieu de mon nom. Le C de Celas, le nom qui m'a été donné par mes parents le jour de ma naissance.  Je suis une demi-Ishvale à la peau pâle et aux yeux rouges qui a grandi seule dans le désert pendant près de quinze ans. A cause de ma pâleur, de mes yeux, ainsi que de mes longues canines, les gens m'appellent ''vampire'', peut-être ont-ils trop lu ces histoires destinées à faire peur aux enfants. Du moins, tout ça, c'est ce que je raconte à ceux qui s'intéressent à ma vie.

La vérité est bien plus macabre. Le C est en réalité l'initiale de Carmilla, et je suis bel et bien une de ces créatures que les mortels appellent vampire. ''Mina Westenras'' n'est qu'un pseudonyme. J'ai quarante-quatre ans mais n'en paraît que vingt. Les joies de la jeunesse éternelle. Mais je n'ai pas toujours été une vampire, je suis née simple humaine, dans un pays lointain, à l'Est, et n'ai rien à voir avec les Ishvals, contrairement à ce que je raconte habituellement. J'ai grandi à la ferme, avec mes parents. Ma mère était un vampire, ce que je n'ai jamais réalisé avant mes dix-huit ans, bien qu'il me paraissait étrange que son visage ne porte aucun signe de vieillissement. J'ai eu une enfance tout ce qu'il y a de plus normale, de même pour mon adolescence. Mais, je ne m'attendais pas au cadeau que ma mère me fit le jour où j'ai atteint la majorité. Ce jour-là, elle vint vers moi sans un mot et me prit dans ses bras, ce qu'elle n'avait plus fait depuis l'époque où j'étais toute petite. Je ressentais sa peau glaciale contre la mienne, ce qui me mit très mal à l'aise, jusqu'au moment où elle me mordit, directement à l'artère, tout en me disant « Tu vas vivre, Carmilla. ». Je ne me souviens pas vraiment de ce qu'il s'est passé ensuite, si ce n'est que j'ai commencé à perdre connaissance, ma vision devant floue et mon corps se vidant de son sang, ainsi que de l'image de ma mère se délectant de la flaque qui se formait sur le sol. Elle s'est ensuite ouvert le poignet, et ce même liquide rouge commençait à en dégouliner, jusqu'à ce qu'elle s'approche de moi et mette son bras juste au dessus de ma bouche pour y faire entrer le précieux liquide écarlate.
Et là, plus rien. J'ai perdu connaissance. Je me réveillai quelques heures plus tard, et constatai que j'étais toujours en vie. Est-ce tout cela n'était qu'un rêve ? Mon espoir fut de courte durée, car en passant ma main au niveau du cou, je remarquai deux trous éloignés de quelques centimètres. Je sentais quelque chose d'encombrant au niveau de ma bouche, dans laquelle je m'empressai de passer un doigt, constatant que mes canines étaient bien plus longues et acérées qu'avant, comme des crocs d'animal. Je me suis levée, puis me suis dirigée vers un miroir. Contrairement à ce que racontent les livres, les vampires ont un reflet. Je constatai alors l'étendue des dégâts. Yeux rouges, peau pâle, et toujours ces canines auxquelles je ne m'habituais définitivement pas, à cette époque.

Les années passèrent. J'étais arrivée à Amestris en me cachant dans le chariot d'un groupe de marchands qui traversaient le désert, et je me suis installée dans l'Est, adoptant une nouvelle identité et une histoire inédite. Par chance, les gens aux yeux rouges sont nombreux dans ce pays, ce qui m'a grandement aidé dans la création du personnage de Mina Westenras, l'Ishvale de sang-mêlé. Vous ne vous en doutez probablement pas, mais Amestris n'est pas en reste pour ce qui est des vampires. Certains se sont mêlés à la foule, le peuple Ishval étant le meilleur alibi possible pour nous. Ma préférée, c'est la petite Laura. Enfin, ''petite''... Elle a arrêté de compter son âge après ses deux-cent ans, mais elle n'en paraît que huit.

Un conseil, si vous vous baladez dans les camps de réfugiés Ishvals, couvrez bien votre cou, nous sommes bien plus nombreux que vous ne pouvez l'imaginer. D'ailleurs, voilà un moment que je vous raconte mon histoire, voilà qui n'arrange pas ma soif. Je vais donc vous laisser, mon repas m'attend.

« Dites-moi, jeune homme, vous aimez les femmes qui ont du mordant ?... »



©


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Sam 8 Nov - 2:43
rp : Numéro 2







Un scénario douteux






et mal avisé...





Nous sommes le trente et un décembre 1915, il est 23h50. Une soirée banale me direz-vous, mais qu'en est-il vraiment ? Dans un luxueux appartement, une fête bât son plein, ils ont beau êtres d'astreinte, pas question de s'enfermer au QG. La standardiste passera les messages par téléphone, le Colonel Roy Mustang avait bataillé pour ce petit écart pour éviter de rester dans les lugubres couloirs du QG de nuit. Déjà qu'ils n'étaient pas très avenant de jour alors imaginez les murs blanc-gris, froid et dénué de presque toute décoration quelconque la nuit... C'est ainsi que débute notre histoire, la « haute équipe » de la fameuse Team Mustang, buvait, mangeait et riait à en perdre la tête. Tous déguisés bien évidement pour que cela soit plus amusant. Une petite citrouille gambadait un peu partout entre les convives alors qu'une jeune fille blonde déguisée en sorcière tentait de l'attraper.

« Qui est-ce qui va finir dans mon chaudron pour ma potion magique ? Citrouilli, citrouilla, tu seras à moi ! » Scandait-elle avec malice en mimant les mouvements avec sa baguette.

Elle courrait en riant jusqu'à ce qu'elle ne sente plus le sol sous ses pieds. Secouant les jambes, elle essayait de se dégager mais la poigne, bien que plutôt douce, était à la fois ferme. Son assaillant la retourna vers lui pour lui décocher un sourire, mais aussi découvrir des canines pointues. Un vampire affamé, sur le point de la dévorer. Roy Mustang, paré somptueusement tel le Comte Dracula. Cheveux gominé, canne à pommeau, cape chatoyante de noir et de rouge, lavallière rouge sang au cou un costume noir sous lequel on apercevait un gilet de satin gris.

« Nooon ! Oncle Roooy ! » Gloussait la petite. « Ne me manges pas, ne me mange pas ! » « Comment ? Laisser échapper un si appétissant citrouille pour mon dîner ? Mais peut-être que tu préfère que je te laisse à la sorcière et son chaudron... »

Il commençait à venir chatouiller le petit coup avant de se lécher les babines et de faire claquer ses dents. Un peu plus loin, la mort et sa faucille, un zombie, une momie et un fantôme jouaient au cartes sous l'oeil curieux d'un petit chien qui voyait surtout les amuse-bouches non loin en se demandant si il en aurait un... Très bien élevé, il attendait plutôt que d'aller chiper ça comme un vulgaire chien des rues. Il était gratifié de temps à autre par le fantôme qui n'était autre que le Sergent-Chef Fuery. Il jeta un coup d'oeil rapide vers la maîtresse du canidé, déguisée en vampire elle aussi pour aller de paire avec son chef. Elle discutait tranquillement avec Gracia, elle-même en épouvantail censé protéger la citrouille des corbeaux. Le fantôme à lunettes profita de l'inattention de Riza pour donner un petit four à Hayate qui s'en alla satisfait.

Un blondinet dans une fourrure s'empiffrait près d'une armure tachée de faux sang, de salissures diverses et de rayures en trompe-l’œil qui lui intimait de manger doucement. Tous espéraient que le téléphone reste muet, exauçant ainsi leur souhait... Hélas, on a pas toujours ce que l'on souhaite et l'importun se fît entendre, faisant cesser toute activité. Roy soupira en reposant l'enfant au sol et se dirigea vers le fauteur de trouble et décrocha le combiné.

† † † † † † † † † †


Tout au long de la conversation, les regards convergèrent sur le maître des lieux dont les sourcils se fronçaient au fur et à mesure. Visiblement, ce n'avait rien de réjouissant. Le militaire tourna un instant la tête vers ses convives l'air penaud avant d'accepter l'affaire et de raccrocher... Il resta un moment la main et le regard sur le combiné et revint vers la petite troupe silencieuse qui retenait son souffle et explosa enfin à coup de « Qu'est-ce qui se passe ? » « Où on va ? » de la part des uns et des autres tandis que ceux et celles restant silencieux soupiraient ou acquiesçaient.

« Les amis, nous sommes envoyés dans les bas quartiers. On a un signalement de cris et bruits étranges venant d'une maison abandonnée. Avant que vous ne disiez quoi que ce soit, moi aussi je pense que ce sont tout simplement des fêtards qui s'amusent à se faire peur avec une « épreuve de courage » mais nous devons aller vérifier que ce n'est rien. »

Ils ne prirent pas le temps de se changer, voulant régler ça au plus vite, retirant juste ce qui était gênant et ajustant leurs holsters et leurs armes respectives. Tous se dirigèrent au pas de course vers la porte assurant à Gracia, Winry et Elysia qu'ils reviendraient tous très vite, et dévalèrent les escaliers pour sortir de l'immeuble et prendre les voitures de services empruntées au QG pour la soirée. Ils démarrèrent en trombes, roulant à tombeau ouvert en direction des bas quartiers. Arrivés sur les lieux, Hayate reniflait déjà partout, précédant le petit groupe. La maison ressemblait à s'y méprendre à une véritable maison hantée de conte pour enfant. En majorité en bois, de vieux volets claquaient, même les arbres autour semblaient vraiment décharnés et effrayants à la lumière de la lune. Une lune pleine... Plus loin quelques chiens errants hurlaient à la mort, des poubelles tombaient dans un bruit métallique sous le vent. Ayant enfin traversé l'allée menant à l'entrée de la bâtisse, Hayate courut en aboyant et gratta à la porte.

« Il va falloir rentrer, Hayate a senti quelque chose à l'intérieur. » Affirma la blonde en gratifiant son chien d'une caresse.

Les militaires déglutirent tous mais rentrèrent chacun leur tour à la suite de l'Oeil de Faucon sans faire d'histoire. Ed traînait la patte et Al fût obligé de le tirer par la peau du cou. Il murmurait sans cesse qu'il n'aurait pas du venir et Roy le taquina une nouvelle fois, déclenchant la colère du jeune alchimiste. Avec tout ce bois, impossible pour Roy de jouer au pyromane sans tout faire brûler autour de lui. Des « Inutile » et « Impuissant » furent de mise tandis que pour prouver le contraire le Colonel limité alluma ce qui semblait être un vulgaire bout de plancher qui ne tenait plus. Heureusement, Kain, toujours prévenant et organisé, avait pris des lampes torches et les distribuait rapidement.

Toute de bois, la vieille bâtisse craquait au gré de leurs pas feutrés, montant les marches branlantes vers les étages, fouillant partout. Hayate semblait perdu en reniflant. Il sentait tellement d'odeurs différentes qu'il ne savait plus où aller. Ils finirent par se séparer en quatre groupes de deux dès le 1er étage pour couvrir plus de terrain. Ed et Al resteraient au 1er, Havoc et Falman au 2nd, Breda et Fuery au 3ème et le duo suprême resterait au rez-de-chaussé avant de monter au grenier. Tellement de pièces à visiter qu'il fallait au moins ça de répartition pour optimiser le temps passé ici et la sécurité de tous.

† † † † † † † † † †


« Ils sont vraiment venus... Même le chien et le nabot. Ça va peut-être compliquer les choses ça. » « Eh bien il suffira de s'en débarrasser... Empêcher le Colonel de fourrer son nez partout est notre mission. Donnons lui une bonne leçon pour le lui faire comprendre... »

Tel des murmures, ces voix s'évanouirent dans l'obscurité et leurs propriétaires avaient aussitôt disparut comme si ils n'avaient jamais été là... Pendant ce temps, la Team Mustang farfouillait toujours pour s'assurer que ce n'était qu'un vulgaire canulars. Les tableaux et les tapisseries étaient plus horribles les uns que les autres et nos compères se demandaient quel cinglé pouvait bien en faire collection. Décapitation, pendaison, bûcher, portraits défigurés, lieux et paysages lugubres aux personnages squelettiques... Certains donnaient l'impression d'êtres vivants ou de vous suivre du regard, voir les deux à la fois.

Havoc et Falman rentrèrent dans une salle et en firent le tour. Une chambre d'enfant avec des poupées de collection. Rien d'étrange au premier abord à part le vieillissement de tous les jouets. Leurs pas soulevaient la poussière omniprésente et le blondin éternua en saisissant ce qui semblait être une boîte à musique.

« Vous n'avez rien entendu Lieutenant ? » L'interpella l'encyclopédie momifiée, Falman. « Quoi donc ? » Lui répondit le clopeur en se frottant le nez d'un revers de manche « Des rires d'enfants... »

Mais il n'avait rien entendu... L'homme momie se dirigea vers une vieille armoire entrouverte et fouilla entre les vieux vêtements grignotés par les mites et puants le camphre. Il entraperçu deux ronds brillant comme des lunettes avant de se faire happer, lui arrachant un cri abominable tout en appelant son supérieur à l'aide. Il était déjà trop tard quand Jean se précipita sur l'armoire, Vato avait disparu sans laisser de traces, aucune. Il fouillait entre les habits, tapant contre le bois du meuble pour y déceler une porte, un passage mais il ne trouva rien du tout et jura tout bas entre ses dents. Il se retrouvait seul.

Le cri s'était entendu dans toute la maisonnée et Havoc fût bientôt rejoint par toute l'équipe paniquée. Il raconta rapidement le peu qu'il avait pu voir et Mustang décida qu'ils ne sépareraient plus. Quelque chose ou quelqu'un cherchait à les diviser pour mieux régner... Hayate alla renifler l'armoire et gratta le parquet. Il sentait de nouveau quelque chose, probablement l'odeur de Falman. Al déplaca le meuble, découvrant ainsi un trou comme si quelqu'un était tombé à travers le plancher. Ed toucha l'un des bord pour identifier ce qu'il y avait dessus et se retrouva avec du sang frais sur les mains.

« A l'odeur un peu métallique, c'est du sang. Falman a du se blesser en passant au travers. » Dit-il en se relevant avant de sauter pieds joints dedans. « C'est partiiiiiiiii ! »

Oui... Le blond aux yeux d'ambre dorée venait de prendre le même chemin inconnu que Falman, et de son plein gré tandis que le Colonel pestait contre le dit gamin, nabot et j'en passe. Hilare, Breda poussa Fuery qui tomba à son tour à travers le plancher. Roy fulminait de voir ainsi son équipe se comporter. Au final ils sautèrent tous de gré ou de force. Al agrandit même le trou avec son armure. Tous ? Non... A l'appel une fois la descente au enfers terminée, Riza manquait... Au diable les décisions précédentes, le Flame Alchemist remonta, suivit de Al et de Hayate. Les autres continueraient le long du sombre couloir.

† † † † † † † † † †


Quelque part dans les sous-sols de la bâtisse, un homme enroulé dans un rouleau de papier-toilette se réveille lentement tout en se rendant compte qu'il ne peut pas bouger ou très peu. Sa vue se brouille puis revient... Bougeant sa tête il s'aperçoit qu'il est sur une sorte de table à la propreté douteuse. Des outils et instruments divers sont posés sur une table non loin et ne lui disaient rien qui vaille.

« Pas la peine de gesticuler comme ça, vous ne feriez qu’aggraver votre situation. Au fait, charmant uniforme, très classe en mission. »

De l'obscurité montait une voix féminine, suave et plutôt sensuelle. Falman déglutit et attendait plutôt que de parler, laissant cette voix lui en apprendre plus bien qu'il sache que les kidnappeurs ne parlent jamais des masses. Une sorte d'interrogatoire commença alors... Un interrogatoire version, salle de torture... A chaque fois que la réponse ne plaisait pas à la demoiselle dans l'ombre, elle trouvait une nouvelle façon de torturer le pauvre soldat. A force de vouloir se taire, il emmènerait vraiment des secrets dans la tombe. Les sangles se resserraient sur lui, il sentait la brûlure d'un produit qu'on lui injectait de temps à autre. Il avait d'ailleurs l'impression de bouillonner de l'intérieur et suait à grosses gouttes.

Pendant ce temps dans le tunnel... La petite équipe de larrons en foire, accompagnés du petit alchimiste de métal, avançait tant bien que mal dans l'espace restreint. L'odeur d'humidité était omniprésente et plus ils avançaient et plus cela sentait fort comme si ce n'était plus que de l'eau qui stagnait mais autre chose. De la moisissure, de l'excrément, des mouches volaient, elles avaient tendance à passer devant les lampes, attirées par la lumière. Les trois militaires faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour ne pas en avaler ou voir ils avançaient car il y en avaient de plus en plus. Et soudain un grognement... Ils décidèrent de reculer par prudence, ne voyant pas d'où, ni de qui ou quoi cela venait. Regardant au-dessus de leur tête Breda repéra une bouche d'aération.

« Pose pas de question et monte Fuery, je te fais l'échelle. » Le plus petit et frêle des trois militaires grimpa sur les épaules du rouquin et décala de toutes ses forces la grille avant de grimper. « Ca vient vers nous, dépêchez bon sang ! » « Je peux pas... Je ne passerais jamais. Grimpe avec le FullMetal, je les retiens ! »

Le ton sans appel de Breda eut raison de leurs élans chevalresques et ce dernier fît prestement la courte échelle à "la mort" qu'était Havoc et au loup-garou chaperon rouge avant de vider son chargeur de chaque côté du tunnel, espérant toucher les créature qui l'approchaient. Puis plus rien... Le silence se fît, pesant, dérangeant, morbide... Dans le conduit d'aération les rescapés serraient leur arme et leur lampe torche contre eux, comptant les membres de l'expédition perdus depuis qu'ils étaient là. Trois amis perdus sans laisser de traces, ils n'étaient plus que cinq et un chien.

« Allons-y... On doit retrouver les autres au plus vite. » A eux trois ils remirent à contre coeur la grille, bouchant ainsi le passage aux créatures qui avaient emmené Breda on ne sait où.

Ils choisirent de se diriger dans la direction d'où ils venaient pour retrouver le Colonel plus haut, espérant qu'il n'était rien arrivé de plus. Grâce au FullMetal la remontée se fît quasiment sans effort. Il modifiait au fur et à mesure la structure du conduit pour faciliter les passages en montée. Ils finirent par ouvrir grâce à l'alchimie un moyen de voir où ils se trouvaient et ainsi de descendre du conduit. Il s'agissait de la cuisine, plus précisément, ils se trouvaient par le plus grand des hasards dans la hotte juste au-dessus des fourneaux. Le conduit remodifié à son état d'origine, ils entreprirent de monter au 2nd et de retrouver la chambre où Riza avait disparue avant qu'ils ne descendent par le toboggan improvisé.

† † † † † † † † † †


Dans l'une des chambres les plus reculées de la demeure, une jolie blonde reprenait ses esprits, attachée sur un lit à baldaquin poussiéreux. Avec sa petite robe, elle se sentait bien vulnérable et l'inquiétude, voir la peur, commençait à la gagner. Riza ne voulait pas appeler à l'aide, par peur d'entraîner ses amis et collègues dans cette histoire, pensant qu'elle s'en sortirait seule, comme toujours. Elle attrapa une des barrettes qui se trouvait dans ses cheveux pour défaire les menottes telle une voleuse ouvrant une porte par effraction. Ses deux mains étaient trop loin l'une de l'autre malheureusement pour ce tour de force et elle dû rester dans cette position d'écartèlement inconfortable.

« Vous avez l'air plus dégourdie que votre collègue visiblement, mais nous nous y attendions. A l'heure qu'il est votre très cher Colonel doit se faire un sang d'encre, de quoi lui apprendre à rester à sa place. »

L'inconnu aux lunettes brillant à la lumière de la lune filtrant à travers les épais rideaux de velours s'avança lentement vers la jeune femme en passant ses doigts sur tout ce qu'il trouvait à sa portée. Le lit surtout, dont il faisait le tour, touchant les draps, la structure puis venant s'asseoir aux côtés de la jolie blonde à la situation compliquée... Voir presque désespérée. Il remit une mèche derrière l'oreille avant de caresser son visage du bout des doigts, faisant frémir la jeune femme. Lui susurrant des mots que nous ne pouvons entendre il commence à lui relever les vêtements alors qu'elle tente de se débattre, les larmes aux yeux. Il lui suggère alors d'appeler ses précieux amis à l'aide, si tant est que par miracle ils l'entendent, mais elle s'y refuse toujours.

« Vous ne pourrez jamais l'arrêter... Si l'un de nous disparaît il sera imprévisible. Libérez-moi avant que tout ça ne finisse mal, vous n'obtiendrez rien de cette façon. »

Loin de se douter de ce qui se passait dans une des chambres, ou en l'imaginant en pire, se rappelant du destin tragique de son meilleur ami Maes Hughes, le Colonel Mustang était enfin arrivé au bout de la remontée du toboggan de l'enfer pour retourner la pièce de départ dans tous les sens. Rien ici, le fidèle compagnon dont disposait l'étrange groupe d'individus remettait ses talentueux services dignes d'un chien policier du service des stupéfiants, pour retrouver sa maîtresse. Très pratique, la poussière avait été "balayée" par quelque chose, la jeune femme avait dû être traînée pour être changée de place. Aucune galanterie dans ce monde de brutes...

S' en suivit une véritable partie de cache-cache entre les deux groupes séparés, l'un cherchant l'autre et l'autre cherchant une demoiselle en détresse. La maison ressemblait sur le coup à un immense labyrinthe remplit de portes donnant à chaque fois soit sur des pièces différentes soit sur la pièce de départ et ainsi de suite. Finalement, à force de courir en silence dans tous les couloirs et les étages, les deux groupes se rentrèrent dedans de plein fouet. Dans un 1er temps, les armes et les crépitements alchimiques pointèrent les uns vers les autres avant de se rendre compte qu'ils étaient dans le même camp, terrifiés par les pertes précédentes des membres de leur groupes. Des soupirs fusèrent jusqu'à ce qu'une voix les interpellent, les invitant à le ou la suivre... Il y avait deux voix, l'une masculine, forte et sûre d'elle et l'autre, féminine et ricanante dans l'obscurité.

A pas de loup, les militaires et alchimistes suivirent ces voix inquiétantes jusqu'à la chambre où se trouvait Riza. Lorsqu'ils entrèrent, la jeune femme releva la tête de surprise, appelant le Colonel de soulagement. Il s'approcha sous l'oeil attentif de ses compagnons et contre toute attente, au moment où il allait toucher la jeune blonde, elle disparut dans un nuage de fumée et de poussière, laissant sa place à un pauvre morceau de papier sur lequel on pouvait lire :

« Avec tous mes remerciements pour nous avoir amusés, vous retrouverez vos amis attachés à une pierre tombale dans le cimetière attenant à la maison. La prochaine fois, tenez-vous en place et ne fourrez pas votre nez partout au risque de subir les foudres de mon employeur. Nous ne serons peut-être pas aussi gentils...

Effroyablement vôtre,...

Joyeux Halloween ! »

Une veine sur le front du Colonel semblait sur le point de se rompre de colère sous sa tempe. De rage il fît brûler le message dans sa main et laissa les cendres tomber au sol avant de se diriger en grommelant vers les escaliers pour rejoindre la sortie de la terrifiante bâtisse, lieu de leur aventure cauchemardesque. Les autres le suivirent sans dire un mot pour éviter ses foudres tant que les disparus n'étaient pas récupérés sains et saufs. Sains et saufs ?... Pas tout à fait... Certes il n'étaient pas morts mais les deux hommes étaient dans un sale état sans être en danger de mort. La blonde n'avait, quant à elle, que quelques contusions et commotions. La petite équipée silencieuse remonta en voiture en direction de l'hôpital au plus vite et téléphoner aux "femmes" restées à l'appartement pour leur dire de ne pas s'inquiéter. Ils avaient mis plus de temps que prévu mais ils étaient tous là et rentreraient tous une fois leurs compagnons pris en charge...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Sam 8 Nov - 2:59
rp : Numéro 3

Enfin, elle était venue.

Après tous ces évènements à Central, cette journée était celle du repos, celle où rien d’anormal ne se passait. Ce pouvait être la journée de n’importe quelle famille, pendant laquelle elle se retrouvait ensemble, heureuse et sereine. L’exception de la nôtre était qu’il manquait les parents. Il n’y avait que les enfants. Nous aurions pu en être attristés, mais avec les années nous avons pris l’habitude de n’être que les trois. Cela nous convenait, car nous nous aimions intensément et être réuni suffisait à égayer nos journées.

Nous étions dans le jardin derrière la maison et Malagan avait accepté d’être le cobaye de ma nouvelle potion. Je l’avais apprise chez le frère de Kazu lors de mon voyage à North City. Elle permettait, en l’injectant avec une seringue de décupler les forces à l’endroit où  la piqûre était effectuée. Depuis cette visite, je m’étais efforcée de reproduire cette mixture et il me fallut du temps pour parfaitement me souvenir de toute la recette. Mais ce matin, j’avais réussi. Contente de mon succès, j’ai couru l’annoncer à ma sœur qui accepta très volontiers de la tester sur elle. Shosuke, qui avait entendu, insista pour participer à l’expérience. Souriant toutes les deux, nous avons dit oui.

Je finis de remplir ma seringue et m’approchai d’elle. Gentiment et le plus délicatement possible, je lui injectai le produit dans la jambe, me reculai et hochai la tête pour donner le feu vert. Shosuke s’empressa alors de placer un ballon de football devant ses pieds. Mais alors qu’elle s’apprêtait à mesurer sa force en shootant dans le ballon, nous fûmes aspirés par une force soudaine, venue de nulle part. Surpris par la rapidité de la capture, nous ne pûmes réagir à temps et dûmes accepter notre sort et nous laisser emporter. Le paysage ne devint plus qu’un grand mur noir accompagné d’un fort vent qui sifflait à nos oreilles. La pression de l’air devint oppressante. Sentant la panique monter, instinctivement je tendis le bras pour chercher une aide, retrouver la douceur des mains de mes frères et sœurs mais rien ne répondit. Un voile se forma devant mes yeux et ma tête se mit à tourner violemment. Je finis par perdre connaissance.

Un sol rugueux et froid m’accueilli à mon réveil et immédiatement, mon dos manifesta son inconfort. Ma tête me faisait mal et mes yeux offraient encore une vue floue. Je clignai des yeux pour améliorer l’image et me laissai un instant pour retrouver tous mes esprits. Puis je commençai à accorder une attention à ce qui m’entourait. À première vue, cela ressemblait au ciel que j’avais vu il y a un instant. Mais en me levant doucement pour éviter un vertige, j’eus une meilleure vue. Je remarquai que mon petit frère était allongé à quelques mètres de moi, toujours inconscient. Je me mis debout et m’approchai. Je le secouai doucement par l’épaule en l’appelant gentiment. Je constatai une réaction de sa part avant de le voir bouger et enfin ouvrir les yeux. Pendant qu’il se tournait vers moi, je lui demandai

Shosuke, ça va ?

Il se redressa péniblement, se frotta les yeux et me regarda enfin.

J’ai un peu la tête qui tourne. Qu’est-ce qui s’est passé ?


J’en sais rien. Le plus important maintenant est de retrouver Malagan. Répondis-je en regardant autour de moi sans la voir.

Il se mit debout au moment où des cris d’acclamations se firent entendre. Naturellement, nos regards se dirigèrent dans la direction de ces voix. Malheureusement, une haie bloquait la vue. Je sentis Shosuke me prendre  la main. J’acceptai de prendre la sienne et l’incita à marcher vers les bruits. S’approchant doucement, nous nous agenouillâmes derrière la haie et écartâmes quelques branches pour voir ce qui se passait derrière. Le spectacle que nous vîmes fut saisissant. Un énorme public qui nous tournait le dos suivait avec une attention particulière ce qui se passait sur une scène un peu plus loin.

Mais ce public n’avait rien d’ordinaire. Leur corps ressemblaient à des branches d’arbre et leur tête n’était rien d’autre qu’une citrouille ! Mais le plus malheureux fut découvert lors que mes yeux examinèrent plus intensément la scène. Grâce aux écrans géants montés de chaque côté, je pus distinguer très nettement les traits de visage… de ma sœur. Mon cœur manqua un battement lors que je la vis attachée à un poteau en bois. À côté ce trouvait un de ces nombreuses citrouilles vivantes. Inconsciemment, je serrai la main de mon petit frère un peu plus.

C’est…c’est Maka sur l’écran ?


Je regardai brièvement Shosuke avant d’avaler difficilement et de répondre négativement pour ne pas l’inquiéter.

Naku… tu mens, je le sens.


Mon visage trahissant un étonnement certain fixa mon frère qui continua

Quand quelqu’un ment, ses battements du cœur s’accélèrent. Et les tiens sont entrain de le faire. C’est papa Kazu qui me l’a appris.

Complètement bouche-bée, je ne sus quoi répondre. J’exécutai un long soupir pour tenter d’atténuer la tension présente en moi et pouvoir réfléchir calmement avant de répondre, la voix légèrement tremblante.

Effectivement c’est Malagan. Tu m’impressionnes de jour en jour petit frère.

Je regardai à nouveau en direction de la scène.

Mais maintenant, il va falloir la sortir de là et ça ne va pas être de la tarte.

Je peux vous aider… sonna une voix soudainement derrière nous.

Après un sursaut, je m’empressai de me retourner pour découvrir une jeune femme avec de longs cheveux blonds attachés en queue de cheval, une jolie robe rouge coupée en deux au niveau des hanches et des yeux d’un vert intense. Elle se tenait debout devant nous, une main appuyée sur la hanche et l’autre bras pendant le long du corps. Un arc était présent dans son dos, ainsi qu’un carquois attaché autour de sa taille. Elle n’avait pas l’allure des citrouilles vivantes de l’autre côté de la haie. Elle s’approcha de nous et s’accroupit.

Ça fait un moment que je suis là, contre mon gré, et une de mes amies a failli y passer. La vôtre a été malheureusement choisie pour servir de sacrifice à leurs dieux pour assurer leur survie. C’est un de leur rituel. Evidemment, tout être attaché de la sorte cherche à se libérer et c’est ça qui les amuse, alors ils font durer le plaisir.

Mes yeux  ouvrirent au maximum. Je sentis la main de Shosuke resserrer son étreinte, presque au point de me faire mal. Ma respiration accéléra à l’annonce de cette catastrophe et je me forcai à rester calme. Je demandai, la voix tremblante.

Et qu’est-ce qu’on peut faire ?

Gardant toujours son calme, comme si elle était habituée à ce genre de situation, elle me répondit, d’un ton calme, mais bien sérieux.

Je vais tenter une diversion sur le côté droit de la scène. Vous en profiterai pour passer par la gauche et tenter de sauver votre amie. Mais dépêchez-vous, vous n’aurez pas beaucoup de temps.

La peur au ventre, je me contentai de hocher la tête pour signifier mon accord et me levai pour m’approcher le plus possible du public. Je vis la mystérieuse jeune femme se faufiler tel un félin entre les arbres qui bordaient la scène et sortir son arc. La suite me surpris tout autant que le public de citrouille. Rapide et précis, la flèche qu’elle décocha alla directement se planter dans le front de la citrouille qui était sur scène. Celle-ci s’écroula et tous les regards se jetèrent dans la direction du tir. Immédiatement plusieurs autres flèches sifflèrent et atteignirent les créatures proches du côté droit de la foule. Je n’hésitai plus et pris mon frère par la main avant de courir entre les arbres pour rejoindre la scène par le côté gauche.

Tous les regards étant tournés de l’autre côté, mon infiltration fut inaperçue. Avant de monter sur la scène, j’emmenai Shosuke dans un coin un peu cachée et lui demandai d’y rester. Puis sans réfléchir, je montai sur l’édifice et courus vers ma sœur. Je constatai immédiatement qu’ils s’étaient amusés avec elle. Des traces de coupures ornaient son corps de partout et son corps était faible. Instinctivement, je fouillai dans l’une de ses poches pour finalement tomber sur un de ses fameux couteaux. Je le sortis précipitamment et coupa les cordes. Malagan tomba en avant et je fus forcée de me mettre à genoux pour soutenir le poids de son corps. Je lui murmurai

Ça va aller Maka, je suis là

Mais un crie retentit.

Hey, le sacrifice ! On vole le sacrifice !!

Le temps de jeter un coup d’œil dans mon dos, je vis une citrouille courir vers moi. N’ayant pas le temps de réagir, je ne pus que hurler de terreur et fermer les yeux.

Naku attention ! entendai-je avant de voir Shosuke lancer un énorme coup de pied dans la tête de la citrouille qui dégringola de la scène. Ecarquillant les yeux, je m’exclamai

Shosuke, mets-toi à l’abri, c’est trop dangereux !

Mais il continua ardemment à se battre avec les citrouilles toujours plus nombreuses à désirer reprendre Malagan.

Soigne Maka pour qu’elle nous aide, je m’occupe de les retenir ! lança-t-il

Mais tu es trop faible, tu ne vas pas… commencai-je avant d’entendre Malagan murmurer faiblement

Dépêche-toi de faire ce qu’il dit, il ne va pas tenir longtemps.

Je m’apprêtai à riposter quand quelques flèches vinrent aider Shosuke dans la bataille. La jeune femme de toute à l’heure atterrit alors sur la scène et banda déjà une autre flèche.

T’inquiète pour ton cadet, je le couvre, occupe-toi de l’autre !

Un moment perdue, je finis par abdiquer et pris ma sœur par le bras pour l’appuyer contre le fond de la scène. Les mains tremblantes par la peur et l’excitation de la situation, je fus soulagée que ma potion de soin soit encore en état, malgré le voyage. Je l’ouvris et commençai de soigner ma sœur. Je ne pouvais m’empêcher d’avoir peur pour mon petit frère mais n’osais pas regarder en arrière. J’entendis toujours les flèches siffler et m’accrochai à ce son pour me rassurer.

À peine avais-je terminé et rentré le liquide dans la fiole qu’une voix surpassèrent le bruit ambiant.

Que personne ne bouge !

C’était une voix inconnue. J’en déduis donc que ce n’étais pas la voix d’un humain. Mon sang se glaça à cette déduction et me retournai immédiatement. Je pris une bouffée d’air, horrifiée par la scène que me rapportent mes yeux. La jeune femme était immobile, le regard inquiet, et Shosuke était entre les bras d’une citrouille, visiblement agacé de s’être laissé avoir. L’archer tenta de prendre une flèche mais fut stopper aussitôt

Ne touche pas à tes flèches ou il y passe sans rituel !


J’étais petrifiée. J’avais l’impression que mon cœur allait exploser. Mon petit frère, mon ange, mon amour, ma raison de vivre était proche de la faux. Debout et impuissante, je ne pus que regarder la scène, les larmes gonflant mes globes au maximum. Tout mon corps tremblait. La citrouille déclara

Bien, maintenant, l’une de vous deux se désigne pour le sacrifice où je m’en charge et la cible est déjà en ma possession.

Je serrai les poings et continuai sans cesse de trembler. La jeune archer cherchait ardemment un moyen de reprendre Shosuke des bras de l’ennemi mais elle ne fit rien.

Lâche-le entendai-je doucement derrière moi

Je tournai la tête, sachant très bien qui avait parlé. Malagan regardait la citrouille avec de la rage s’exprimant dans son regard. Je connaissais que trop bien cet expression. Je la regardai, terrifiée par la situation. Je savais très bien ce qui allait ce passer.

Lâche-le j’ai dit, cet enfant m’appartient, LACHE-LE !! ordonna-t-elle en montant l’intensité de sa voix pour finir en hurlement de colère. S’ensuit aussitôt un pic de glace qui transperça la citrouille. Shosuke courut vers moi et je le pris dans mes bras. Je sentis l’air que déplaça ma sœur en courant dans la foule en criant.

VOUS ALLEZ ME LE PAYER !

Ça y est, « la Renarde s’est réveillée. Comprenant l’horreur visuel qu’allait devenir cet endroit, je pris Shosuke et courut derrière la scène. Je ne voulais pas qu’il voit ça. La jeune femme recommença à se servir de ses flèches. Arrivée à l’abri derrière l’édifice, je reposai mon frère, qui était encore sous le choc de son aventure. Tendrement je le câlinai en lui murmurant dans l’oreille que tout sera bientôt terminé. Nous attendîmes là, les deux, n’entendant que les cris des citrouilles tombant sous la main de Malagan et les flèches de la jeune femme. Je regardai mon frère avec admiration. Il avait grandi. Jamais auparavant il ne se serait lancé ainsi dans la bataille. Jamais il n’aurait osé s’interposer de la sorte et sauter dans la foule pour affronter l’ennemi. Décidément, depuis que Kazu et Amélia nous avait recueilli je n’avais jusqu’à pas conscience des progrès incroyable dont il avait fait preuve. Oui, à cet instant, j’étais extrêmement fier de l’avoir comme petit frère. Un sourire se dessina sur mes lèvres.

Enfin, les cris cessèrent et les deux combattantes nous rejoignirent. Elles étaient recouvertes de jus de citrouille. Je sautai au cou de a sœur, heureuse qu’elle soit saine et sauve. Shosuke se joignit à nous et je pus enfin relâcher la pression. Tout était terminé. La jeune femme sourit mais resta en retrait. Puis, elle déclara.

Bon, il est temps de rentrer, vous ne trouvez pas ?

Nous la regardâmes au moment où elle glissa la main dans la poche pour en sortir une fiole remplie d’un liquide bleu.

Buvez ça.

Je pris la fiole qu’elle me tendait et ne la but pas tout de suite. La regardant un peu intriguée, je lui demandai

Et… et toi ?

Elle me sourit en me montrant son arc.

Je n’aime pas trop leur rituel en prenant des humains d’un autre monde. Avec ma copine, quand on est atterrit ici et avons failli y passer, c’était plus fort que nous, il fallait qu’on réagisse. Construisant des arcs, on s’est entraîné pour se défendre comme aujourd’hui. Comme elle pratiquait l’elixiologie, elle a passé des mois à chercher un moyen de rentrer. Et le voilà enfin, faites-en bonne usage.
Finit-elle en montrant des yeux la fiole dans mes mains. Elle afficha un sourire encourageant.

M’inclinant pour témoigner toute ma reconnaissance, je bus ensuite la fiole et la passa à Malagan avant de voir un voile blanc et de retrouver ma maison et mon jardin. Mes frères et sœur arrivèrent peu après moi.

Je ne pus dormir cette nuit-là. Tant d’émotions se boulversaient en moi. Je me demande encore si tout ceci est vrai ou si j’avais  vécu un rêve. Je ne sais pas, mais je ne l’oublierai pas. En tout cas, Malagan et Shosuke sont là avec, et ça va durer, je le sens.

Un sourire s’afficha sur mon visage et je m’endormis enfin. Bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Sam 8 Nov - 3:03
rp : Numéro 4

Demence
 Inside





De quoi avez-vous le plus peur ?

De l’inconnu à la silhouette qui se découpait à peine dans l’obscurité de la nuit et dont les mouvements vous inquiétaient plus que vous intriguaient, tout en s’animant sur le souvenir d’un vieux conte qu’on vous lisait le soir pour ne pas que vous sortiez seul la nuit ? De la forme que vous peiniez à distinguer du coin de l’œil à la fenêtre du premier étage de la vieille maison coquette de la mère de l’épicière dont on venait seulement de retourner la terre dans le cimetière ? Accélériez-vous le pas à chaque fois que vous passiez devant ? Est-ce cette sensation d’être observé, un peu étrange, que vous aviez quand vous franchissiez le portillon du cimetière pour aller honorer la tombe de votre grand-mère par un matin d’hiver brumeux ? Peut-être alors, le tableau du clown qui vous fixait avec une intensité malsaine en souriant, presque menaçant dans la pénombre de l’éclairage électrique et qui se tenait au fond du couloir, juste en face de la porte des toilettes ? Finalement, est-ce simplement l’idée d’être seul dans une maison dont le murmure du vent faisait rire sinistrement le bois en guise de réponse ?...

Et ce cœur qui s’emballait de manière chaotique dû au sentiment d’angoisse qui doucement vous faisait sortir l’air de vos poumons un peu plus rapidement, cette salive devenue saumâtre à cause de la chaleur qui vous rougissait les joues et faisait perler des gouttes de sueur, vous en souveniez-vous ? Cette pernicieuse folie qui s’éprenait de vous à mesure que votre raison se laisse envelopper par l’épouvante que chaque bruit, chaque image faisait naître en vous, la connaissiez-vous ?

Vous êtes là, dans le pire schéma d’horreur  que vous auriez pu imaginer et que vous abhorrez de toute votre âme, de tout votre être lucide. Enfin, il l’était jusqu’à ce qu’une simple ombre devienne votre pire cauchemar, que le tremblement du verre dans la rainure en bois de la fenêtre devienne une cacophonie abominablement fantomatique qui sonnait à votre oreille comme un requiem…  La démence était votre ligne de conduite et intérieurement, vous suffoquiez de l’absence d’une logique, d’un raisonnement… D’un quelconque morceau de réalité.
Nelly, elle, la connaissait.

Nelly, elle, la côtoyait.

Nelly, elle, l’adorait.

On la voyait assise dans une chaise, se balançant lentement d’avant en arrière, le regard perdu dans un instant figé dans une autre réalité. Et elle se balançait, lentement, sûrement, longtemps. Certaines personnes disaient qu’elle souriait parfois, troublant, comme si elle saisissait quelque chose qui échappait aux autres alors que rien n’avait changé dans l’environnement.  Quand l’heure venait d’aller dormir, il arrivait qu’on vérifie deux fois qu’elle était bien dans son lit. Cela n’empêchait pas, de voir à toute heure de la nuit, sa silhouette se dessiner dans la chaise, se balançant, d’avant en arrière.

Dans son monde Chtonien, dans le tourment le plus infernal qu’on pouvait connaître, dans l’irrégularité de la présence de l’esprit sur terre, l’aspect squelettique qu’elle abordait, c’était une présence dérangeante, à la fois perturbante et inquiétante et dont la voix s’élançait comme un cavalier fou contre les murs, résonnant, n’articulant presque qu’aucun son cohérent. Son regard accrochait le vide, son sourire s’offrait soudainement et c’était au néant devant elle à qui elle semblait parler dans un langage inconnu de tous…

Les soirs d’orage, au moment où le déchirement du son parvenant à vos oreilles, vous l’entendiez gémir en tapotant sur la vitrine où la pluie s’écrasait avec violence, toujours plus insistante. Quand on l’observait dans l'entrebâillement de la porte, on la voyait saluer de sa main squelettique, l’extérieur que l’orage avait fait déserté de tout être vivant. Et il arrivait qu’elle déplaçait sa chaise, pour faire face aux murs beiges auxquels elle ne cessait jamais de sourire.

Nelly, dont personne ne connaissait le vrai nom. Nelly, qu’on disait sortir des laboratoires de savants fous en quête d’une immortalité illusoire. Nelly, qu’on avait admirée par sa grande intelligence les premiers jours, avant de se rendre compte qu’une sorte de névrose l’habitait et que la démence la faisait rire sans aucune raison, applaudissant alors, les mains à hauteur du visage, s’ouvrant et se refermant dans un «clap clap» lugubre.

Iriez-vous lui parler, malgré tout ce qu’on sait d’elle ? Oseriez-vous l’approcher et capter son regard à l’iris si noir, soutenir cet abîme sans fond, et supporter l’indicible effroi qui risquait de vous saisir ?... Vous êtes une brave personne, raisonnée et sans intention de montrer une quelconque peur en flirtant avec le tertre funéraire de votre raison…

« Enfant, viens avec moi. Enfant, viens avec moi… »

C’est votre hurlement qui la fera sourire, quand le son de sa voix vous parviendra alors que vous ne vous y attendiez pas. Et je sourirais avec elle.

Vous vouliez que je vous présente Nelly. Vous vouliez connaître une folle, une cinglée qu’on aurait internée ici car elle racontait qu’une femme s’était changée en panthère, une autre en chauve-souris ou des choses encore plus délirantes que les autres.

Pourquoi reculez-vous si soudainement ?

Avez-vous peur ?

Vous ne devriez pas. Nelly ne vous fera aucun mal, si vous la voyez. Elle est juste dans son propre monde que vous ne pouvez atteindre. N’ayant pas peur. Avancez, venez. C’est la porte au fond du couloir, celle à côté du portrait de clown.

Après tout, Nelly est morte.

.



Modifié par : Set'
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Sam 8 Nov - 3:04
Le code pour noter les rp

Edit : Postez vos fiches sous spoiler en UN SEUL post pour ne pas trop s’éparpiller et éviter les doubles ou triples posts. Merci !


Code:
<br><div align='center'><div style="width: 600px; height: 760px; border: dotted 2px #fba132; border-top-left-radius:200px 100px; border-top-right-radius: 100px 200px; border-bottom-left-radius: 100px 200px; border-bottom-right-radius: 200px 100px; font-family: Georgia; margin: 10px; padding-right: 0px; padding-top: 0px; padding-feft: 0px; padding-bottom: 0px; background-color: white; background-image:url(http://oi59.tinypic.com/21ordea.jpg); background-repeat: no-repeat; background-position: center center;"><table width="600"><tr><td width="350"><div style="color: black; border-bottom: #fba132 4px double; letter-spacing: 4px; word-spacing: 2px; text-align: center; font-size: 16px; line-height: 0px; line-width: 210px; margin-left: 4px; ">[img]http://oi58.tinypic.com/30com5x.jpg[/img] [font=nightbird]Concours RP - Oct 14[/font]</div>

[b][u][size=14]Thème :[/size][/u] [/b]Halloween

[b][u][size=14]Titre du RP :[/size][/u] [/b]???</td> <td><img src="http://oi62.tinypic.com/259gayc.jpg" width="250" height="203"></td></tr></table>

<div style="margin-top: -108px;"><table width="586"><tr><td width="308"></td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix1" value="1"> 1</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix2" value="2"> 2</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix3" value="3"> 3</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix4" value="4"> 4</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix5" value="5"> 5</FORM>[/center]
</td> <td width="35" height="40">?</td></tr>
<tr><td width="308"></td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix1" value="1"> 1</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix2" value="2"> 2</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix3" value="3"> 3</FORM>[/center]
</td> <td></td> <td></td> <td width="35" height="40">?</td></tr>
<tr><td width="308"></td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix1" value="1"> 1</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix2" value="2"> 2</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix3" value="3"> 3</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix4" value="4"> 4</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix5" value="5"> 5</FORM>[/center]
</td> <td width="35" height="40">?</td></tr>
<tr><td width="308"></td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix1" value="1"> 1</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix2" value="2"> 2</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix3" value="3"> 3</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix4" value="4"> 4</FORM>[/center]
</td> <td></td> <td width="35" height="40">?</td></tr>
<tr><td width="308"></td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix1" value="1"> 1</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix2" value="2"> 2</FORM>[/center]
</td> <td>
[center]<FORM><INPUT type="checkbox" name="choix3" value="3"> 3</FORM>[/center]
</td> <td></td> <td></td> <td width="35" height="40">?</td></tr>
<tr><td width="308"></td> <td></td> <td></td> <td></td> <td></td> <td></td> <td width="35" height="25"><br />??</td></tr></table></div>

<div style="overflow: auto; height: 88px; width: 580px; margin-top: -33px; padding-left: 4px; padding-right: 3px; padding-bottom: 3px; text-align: justify; "><div style="margin-top:-3px; ">TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE TEXTE</div></div><div style="margin-top: 8px; "><blink>[size=10][color=#992020]/!\ CLIQUE SUR LES CARRES POUR COCHER UNIQUEMENT APRÈS AVOIR CLIQUÉ SUR "ENVOYER" (CA NE RESTE PAS A L'ACTUALISATION SINON) /!\[/color]
[color=#992020]/!\ NE REMPLACE QUE LES POINTS D'INTERROGATION "?" ET LES "TEXTE" /!\[/color][/size]</blink></div> <img src="http://oi58.tinypic.com/2uohtol.jpg">

<br></div><div style="font-size:15px;text-align:center;margin-top:-10px;margin-left:150px;">[font=Visitor TT2 BRK][url=http://jawelynn.tumblr.com/]Code © Jean Havoc[/url][/font]</div><br>
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 398
α Bat-Girl ΩChevalier de l'ordre du PWEEET
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 14
Roses:
Cadeau(x) Concours: 1 costume au choix

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Sam 8 Nov - 18:46
Moi, Carmilla.:
 


Un scénario douteux et mal avisé...:
 


Enfin, elle était venue. (?):
 


Demence Inside:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Sam 8 Nov - 20:55
Texte 1:
 

Texte 2 :
 

Texte 3 :
 

Texte 4:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Dim 9 Nov - 17:54
RP 1 :
 

RP 2 :
 

RP 3 :
 

RP 4 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Ven 14 Nov - 19:09
Premier rp :

Spoiler:
 


Deuxième rp :


Spoiler:
 

troisième rp :

Spoiler:
 



Quatrième rp :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Sam 15 Nov - 11:31
La fin de la notation du concours est repoussée jusqu'à lundi 17/10/2014 par la demande de quelque membre qui ont eu des empêchements pour faire la notation de rp donc vous avez jusqu'à lundi pour modifier les notes que vous avez mis ou noter les rp.

Édition :


Arret de la notation de concours x)

Les résultats : à venir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp Mar 18 Nov - 14:55
Mes petits agneaux !

Après un comptage acharné (ou pas), voici le résultat des notes. Moyenne de chaque rp en détails :
- RP n°1 : (18 + 17 + 17 + 17) / 4 = 17,25
- RP n°2 : (17 + 15 + 16 + 18) / 4 = 16,5
- RP n°3 : (15 + 15 + 14 + 15) / 4 = 14,75
- RP n°3 : (17 + 17 + 17 + 14) / 4 = 16,25

Le graph' des vainqueurs est prêt, il ne reste pus qu'à lui trouver un endroit et ainsi vous pourrez voir qui sont les gagnants (pour ceux qui ne les auraient pas reconnu à la lecture).


EDIT : En attendant de trouver mieux, je le met là ^^

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Notation du concours rp

MessageSujet: Re: Notation du concours rp
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ~ Grille de notation ~
» La Chine fustige les USA
» Dies Irae (FINI)
» Kokoro Kururu [notation]
» les ONG ne sont pas innocentes.......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: FLOOD :: SONDAGES-