RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

Escanor est officiellement plus accro à la bibine que Ban !
A l'occasion de pâques, notre chimère commence à voir des bibines partout dans toutes les images du forum !
Pendant ce temps... Dominic, Elena et Princesse se font la guerre pour les trouver.
Finir dans un love hôtel avec Banou, ça motive !

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Who am i !

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 Empty

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku]

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 EmptyMer 26 Nov - 18:17
Je ne contrôle rien.

Depuis que ma soeur est entrée, le ton est monté si vite, je n'ai pas pu le modérer. Ce qu'élizabeth m'a dit tourne encore dans ma tête. Et si c'était vrai ? Et si Malagan ne voyait en moi qu'une soeur a protégé ? Et si elle avait l'image de la fille fragile et naïve en me voyant ? Qui me dit que je ne suis pas une charge pour elle ? Toute ces questions me mettent mal à l'aise. Des larmes se multiplie à la sortie, prête à tomber. Malgré le discours sûre et brute que Malagan déballe à notre invité, je ne peux m'empêcher de la regarder avec incertitude. Elle qui doit revêtir plusieurs vêtements, celui du rusé renard qui n'a peur de rien et celle de la soeur attentive à sa fratrie serait bien capable de jouer avec moi, de mettre sur table un discours auquel elle ne croit pas pour ne pas me faire culpabiliser. Je serre les poings.

j'ai envie de lui demander, de savoir si elle pense vraiment ce qu'elle vient de crier, mais son geste faire fuir un instant cette question de mon esprit. Surprise, je met ma main devant ma bouche et écarquille les yeux sous l'effet de l'inattendu. Je jette des yeux plus qu'étonné en direction de ma soeur mais ne croise pas le sien. Je sentis qu'elle était à bout et que définitivement, elle n'aimera pas Elizabeth. Je change de personne pour porter mon attention sur celle qui venait de recevoir le liquide, une boule dans la gorge. Je ne voulais pas tout ça. Ces évènements ne devaient pas arrivé, je me sens peinée pour la victime de la colère de Malagan, celle qui n'a rien demandé et m'a juste ouvert les yeux sur un détail que je n'avais pas conscience jusque là: Ma soeur ne reconnaissait peut-être pas que j'avais évolué.

Les larmes finissent par sortir au même moment que je comprends le morse de ma soeur et qu'elizabeth exprime enfin son ressenti. Ses dires poussent quelques larmes supplémentaires à dévaler la pente. Jouant nerveusement avec mes doigts, je constate que la tension est encore monté d'un grand. Je n'en peux plus, c'est trop. À peine a-t-elle fini, je serre mes mains ensemble et supplie.

Je vous en pris arrêtez ! m'exclamé-je

Je voulais le crier mais je pensais inextrémis à Shosuke que je ne voulais pas mêler à tout ça. La fin de ma phrase se fait donc plus doucement. Mes yeux font la navette entre les deux sans cesse. Je décide ensuite de m'approcher d'élizabeth et lui tends un mouchoir, laissant encore mes larmes couler.

Je suis vraiment navrée, je ne pensais pas que ça allait dégénérer à ce point lui murmuré-je

Puis je me tourne vers Malagan. Je commence par la regarder, un peu génée avant de fuir son regard en parlant.

Je sais que tu ne l'as porte pas dans ton coeur, et je dois t'avouer que j'ai du mal aussi.

Je m'avance vers elle et l'enlace

Mais s'il-te plaît, ne la bannit à cause de ce qu'elle a fait. Qu'a fait Kazu quand il t'a vu voler ? T'a-t-il rejeté ? T'a-t-il exclu car il trouvait ton acte abominable ?

Je déserre mon étreinte pour revenir à quelque pas d'elle.

Non Malagan, il ne l'a pas fait... il t'a accepté et a bien voulu voir en toi le côté humain que je connais que trop bien. Tu as la même situation ici. Ne juge pas trop vite, essaye de lui laisser une chance de te montrer qu'elle vaut la peine d'être connue. Fais-le pour moi...

Une montée de stress monte en moi à la pensée de ce que je m'apprête à dire. Je commence à nouveau à jouer avec mes doigts.

Ce qu'elle m'a dit avant que tu n'entres me fait réfléchir tu sais... Je l'ai écouté attentivement et je pense qu'elle n'a pas tout tort.

Un long soupir sort de mes poumons et finit par m'asseoir sur la chaise ou j'étais tout l'heure,boulversée. Je regarde Kazu qui s'était tu jusqu'ici. Assis à côté de moi, il se penche et me glisse à l'oreille.

Merci. Peut-être que toi, elle t'écoutera

Cette petite phrase a l'effet d'un calmant mais très bref. Certes je suis contente de voir que Kazu pense la même chose que moi, mais je ne voulais pas froisser ma soeur. Comment allait-elle réagir ? Mon esprit est désormais torturé par cette interrogation ouvertes à milles réponses. Un sentiment de regret commence à germer.

indic pour Magouille:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 Empty

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku]

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 EmptySam 6 Déc - 0:13
Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 140627111924830582





₪۩۞۩Rouge ~ Inaku₪۩۞۩₪




Broken


"Il bat encore..."




Je regardais ma petite sœur. Je la regardais comme jamais je ne l'avais regardé. Je voyais dans son visage tout ce qu'elle avait vécu, tout ce qu'elle avait, tout ce qu'elle avait fait, tout ce que je savais d'elle. Je la connaissais par cœur, je la connaissais comme si je l'avais faite. Maman nous avait éduqué de la même façon, nous avait donner le même amour, plus fort que tout. Elle nous avait irradier de temps de bonheur et de tendresse que jamais de ma vie je ne m'étais sentie en manque avant qu'elle ne meurt. Et je voyais chez Inaku, ce que ma mère aurait eu peur de voir. L'incompréhension, l'hésitation, le doute. Ce cœur soudainement partagé entre deux raisons différentes. La raison de ses doutes et la raison de son cœur.

Elle avait choisi ses doutes.

Elle m'avait brisé.

Quelque chose dans ma poitrine s'était retirée, comme quand la lumière disparaissait lentement derrière les hauteurs. C'était soudainement le déclin et la mort silencieuse d'une image, d'une croyance, d'un souvenir que je chérissais beaucoup. Peut-être était-ce ça, l'adolescence. Après tout, Inaku n'avait jamais pu faire de crise digne de ce nom, puisqu'elle s'occupait de notre frère. Mais, il aurait fallu qu'elle soit une adolescente. Il aurait fallu qu'elle puisse avoir une adolescence normale. Mais était-ce cela ? Est-ce qu'elle me disait cela pour tester ? Pour voir ?

Je ne le pensais pas. A vrai dire, je ne pensais plus. Toutes émotions s'étaient retirées lentement, ne me laissant que vide. Vide d'énergie, vide de sens, de réflexion. Ma sœur pensait que je l'étouffais, que je ne la laissais pas respirer, que je ne voyais pas en elle une jeune femme mature.

Pourtant, je ne vois que ça. Je ne vois que ses traits qui ont changé, que ses grands yeux qui se refroidissent, s'éteignent petit à petit, la flamme de l'innocence s'envolant de plus en plus. J'en voulais à l'autre garce de lui en ôter encore un peu plus. J'en voulais au monde de souffler un peu plus sur cette bougie, j'en voulais à moi-même de vouloir la protéger maladivement. La cicatrice entre mes seins, celle que mon père m'a fait le jour où je me suis interposée pour protégée Shosuke, pour permettre à Inaku de s'enfuir, soudainement, elle n'a plus aucun sens.

Toutes ces dernières années n'ont plus aucun sens. Quoi que je dise, quoi que je fasse, j'ai créé une ombre trop imposante qui ne fait que la cacher. C'est un fait que je ne me cache pas, mais ce qu'elle ne comprend pas, c'est qu'une ombre, c'est qu'une ombre. Et ça disparaît. La mienne tournait au gré du temps. Il n'y a pas de mur, pas de barrière, jamais je ne l'ai emprisonné. Mais je l'ai forcé à me suivre.

Et si j'avais fait une erreur en traversant le désert ? Si je n'avais pas pris la bonne décision en voulant quitter notre pays ? Peut-être aurais-je dû aller chez de vieux amis de maman ? Peut-être aurais-je juste dû nous cacher et observer pour envisager de récupérer des affaires ? Pourquoi avais-je voulu partir ?

C'était ma faute. Ma faute si aujourd'hui Inaku se sentait étouffer. Elle payait pour mes pots cassés et je ne le savais que trop bien. Pourtant, je ne surveillais plus l'heure quand elle sortait, je l'entraînais avec acharnement pour qu'elle soit bien plus forte qu'elle ne l'était déjà, je lui donnais les moyens de se faire plaisir, je l'encourageais à sortir, vivre, respirer, se faire des amis et découvrir autre chose que la peur et la faim. Je la poussais tellement dehors, dans ma hâte de la voir heureuse ici que je ne savais plus bien si je le faisais pour qu'elle est l'impression qu'elle ait une vie normale ou si c'était pour qu'elle se rassure sur l'avenir.

Au fond, quelle importance ? Ce n'est pas ce qu'elle voulait. J'en suis à me demander si j'avais réellement fait quelque chose de bien. Si j'avais été une grande sœur ou alors une névrosée possessive. Je n'étais même pas capable de lui en vouloir. J'en avais juste assez. Assez que cette nana uit débarque de nulle part, insinue à Inaku qu'elle devait se faire violente pour se détacher de mon "emprise", qui me rappelait sans cesse que j'étais sur une plaque tournante, sur un siège éjectable et qui semblait me traiter comme si je n'avais fait les choses que pour mon propre besoin de famille. Assez de cette impression d'avoir foiré les choses. Assez d'être redevable.

C'était l'apothéose. L'apothéose d'une explosion de tout ce que j'avais refoulé pour garder la face, pour ne pas flancher. La cicatrice qui court entre mes seins m'en faisait presque mal. Je voyais le sourire de maman, j'entendais le rire de papa et je voyais la lame dans ma poitrine. Je voyais mes craintes, mes angoisses et plus l'abîme s'ouvrait, plus je suffoquais.

En apparence, je restais tant bien que mal inexpressive. Je regardais Kazu et j'eus soudainement de la haine dans l'apocalypse. Une haine égoïste. Je regardais la femme et j'eus du mépris et du dégoût. Je regardais ma sœur et je n'eus qu'un immense trou.

"Maman... Qu'ai-je raté ?"

- Très bien. Penses ce que tu veux, Inaku. Tu es assez grande. Crois ce que tu souhaites et qui tu veux. Mais tâche d'assumer jusqu'au bout.

J'avais parlé en Xinois, notre langue natale. Je voulais lui rappeler d'où on venait. Je voulais lui rappeler que malgré tout ce qu'elle pouvait penser, nous étions trois à être sur un siège éjectable. Je voulais lui rappeler qu'elle ne devait pas faire de faux pas. Je voulais lui rappeler que ce n'était aussi elle qui se mettait des bâtons dans les roues. Je voulais lui rappeler enfin, que je restais là pour elle. Je savais que Kazu avait compris, mais cela ne m'intéressait guère. Je fixais quelques instants encore ma sœur puis jetais un regard vide vers la femme avant de relever la tête vers Inaku.

- Je vais me coucher.

Je ne dis pas un mot de plus et quittais la pièce, tel un spectre airant et hantant les murs. Après tout, je n'étais qu'une ombre. Nous n'étions tous qu'une ombre. Et de ce fait, je n'allais pas attendre que le soleil brille pour disparaître.

Inaku est grande. Et j'ai des choses à faire. Rien de très différent.

Il fallait que je parte à Central. Le temps pressait.

Mais à cet instant, rien ne comptait plus que le sommeil qui m'appelait et j'eus la pensée égoïste d'espérer, que jamais je ne sorte de ce dernier...

Maman...

                 
©Setsu Nekos
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 Empty

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku]

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 EmptyDim 21 Déc - 16:57


Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 140901035415204409

Visite de courtoisie.












Malagan étant partie, il ne restait plus qu'Inaku, Kazu, et moi-même. Juste avant de nous laisser, elle avait prononcé quelques mots dans leur langue natale. Ma maîtrise de ce langage est loin d'être parfaite, mais j'avais tout de même compris quelques mots. Comme quoi, l'orphelinat n'a pas eu que des côtés négatifs. Je la regardais s'éloigner en repensant à la peine que j'avais pu voir dans ses yeux pendant qu'elle s'exprimait. Elle était pensive, comme à chaque instant pendant ces dernières heures. Et moi, je ne savais plus vraiment quoi faire, ni ce que je pouvais dire.

- Je reviens, je vais dehors quelques minutes.

J'ouvris la porte d'entrée et la refermai derrière moi, puis m'assis sur le petit escalier devant cette dernière. Je regardais les étoiles. La nuit était très claire, il n'y avait aucun nuage à l'horizon, et on pouvait toutes les voir si on se concentrait assez. Certaines forment des constellations, comme vous le savez sûrement. Mes préférées ont toujours été la Grande Ourse et la Petite Ourse. Bien que l'ours soit un animal puissant et dangereux, un bébé reste un bébé, et sa maman reste à côté d'elle pour la protéger, toutes les nuits. Juste derrière elle, il y avait le Bouvier et ses Chiens de chasse, qui avaient l'air de poursuivre l'Ourse et sa petite. Enfin, ce n'est qu'une interprétation. D'autres disent qu'il fait figure de guide pour les sept bœufs, sept étoiles de la Grande Ourse. Mais moi, j'ai toujours préféré croire qu'il chassait l'Ourse depuis des millions d'années, et qu'elle lui échappait toujours, quand le matin se levait. Quand on y pense, on peut en raconter des histoires, à partir de simples étoiles.
Je baissai la tête, j'avais assez regardé le ciel pour ce soir. J'aperçus, au loin, une silhouette dans le noir, une petite lanterne à la main. Elle se rapprochait, petit à petit, et je la voyais faire des mouvement dans tous les sens avec ses bras, comme si elle se disputait avec quelqu'un, mais je ne voyais personne avec elle. La silhouette était désormais assez proche pour que je puisse la voir plus en détail : c'était un petit homme bossu qui portait une sorte de cape à capuche qui cachait son crâne, visiblement chauve. Maintenant que j'y pense, il ressemblait vaguement à Bido, une des chimères que j'ai plus tard rencontrée quand je suis allée m'entraîner avec Greed, ce qui n'avait pas encore eu lieu à l'époque. Plus il s'approchait, et plus il m'était aisé d'entendre sa conversation... Enfin, pour appeler ça une conversation, il aurait fallu qu'ils fussent au moins deux. Lui était définitivement seul, mais agissait comme si quelqu'un lui répondait. Il était désormais assez proche pour qu'il puisse m'entendre si je lui parlais.

- Excusez-moi monsieur, tout va bien ? Je vous entend parler, mais vous m'avez l'air d'être seul, lui dis-je.
- Mais non, enfin ! Je suis avec ma femme, elle s'appelle Alice ! Alice, dis bonjour à cette demoiselle ! J'attendais, mais aucune réponse ne vint. Mais non, ma chérie, je ne connais pas cette fille.
L'homme continuait sa conversation avec le vent, et rien ne semblait le perturber.
- Monsieur... Il n'y a que nous deux, là.
- Mais enfin, puisque je vous dis qu'Alice est ici ! Nous sommes trois ! Un, deux, trois, dit-il en pointant son doigt respectivement vers moi, le vide, et lui-même.
- Vous êtes sûr que...
Il m'interrompit, et rapprocha son visage du mien au point où ça en devenait dérangeant. Il chuchota.
- Je vois des gens qui sont morts...
Des frissons vinrent sur tout mon corps.
- En... En rêve, vous voulez dire ? Il fit non de la tête. Vous voyez des gens morts... Dans des tombes, des cercueils ?
- Non ! Ils vont et ils viennent, comme n'importe qui !
- Et... Et vous en voyez souvent ?
- Tout le temps, ha haha !
L'homme se mit à danser d'un pied à l'autre, en rigolant et en sautant, les bras en l'air, comme un fou. La conversation que j'avais avec lui était déjà devenue insensée, on se serait cru dans un film, ou un livre sur des histoires de fantômes. Manifestement, cet homme a dû perdre la raison quand il a perdu sa femme.
- B... Bien, bien... C'est... C'est une capacité très intéressante, vous avez pensé à... Devenir consultant pour la police ?
- Oh, non non non non non ! Ils me prendraient tous pour un fou !
- En effet, ça ne m'étonnerait pas, dis-je tout bas.
- Mais vous, oui, vous ! Vous, vous pouvez me croire ! D'autres viennent de nous rejoindre ! Je ressens la présence de quelques esprits autour de vous ! Vos deux parents ? Trois criminels ?
- C... Comment ?
Ça devenait particulièrement étrange. Comment cet homme pouvait-il... Comment était-il au courant pour mes parents, et leurs assassins ? Est-ce qu'au final, cet homme pouvait réellement voir les morts ?
- Oh, ne vous en faites pas, vos parents vont bien, là où ils sont. Par contre, les trois autres sont vraiment en colère. Colère, colère, colère !
- Je... E-Excusez-moi, il, il faut que je rentre, dis-je en me relevant et en essuyant mes fesses, qui avaient un peu la poussière des escaliers.
- Oh, ce n'est pas grave, de toute façon, il est tard. Vous devriez aller vous coucher. Mais faites attention, les fantômes sont partout. Partout, gni hi hi hi !
- B-Bien, au revoir monsieur.
J'ouvris la porte et commençai à rentrer dans la maison.
- On se reverra une prochaine fois, Elizabeth, hihi...
Je refermai la porte et posai mon dos et mes mains contre celle-ci, me laissant ensuite tomber sur le sol du couloir. Comment connaissait-il mon nom, et toutes ces choses ? Qui était-il, et que voulait-il ? Que me voulait-il ?

- Kazu, je crois que j'ai besoin d'un bon verre d'eau...
"Kazu, I think I might need some water..."
©Setsu Nekos




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 Empty

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku]

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 EmptyVen 26 Déc - 20:25


     
- Intense réflexion -

     
Il se passe un grand silence, un trou sonore assez grand pour penser à ce que je venais de dire. Avais-je été trop brute ? Je ne voulais pas la blesser, elle avait tellement fait pour moi ça aurait été bien égoïste de ma part. Je l'aimais c'était certain, mais à ce moment-là, j'osais douter de ses pensées. Me prenait-elle vraiment pour une petite soeur que la rue avait changé ? Considérait-elle toujours que j'étais un vase fragile qu'il fallait poser délicatement sur l'armoire et protégé de tout ce qui pouvait le cacher ? Malgré tout mes acquis auprès de Kazu, ne voyait-elle pas que j'avais maintenant quelques armes pour faire face à la vie ? J'en doutais beaucoup. J'avais l'impression d'être comme un fardeau que Malagan acceptait sans rechigner de porter. Et je ne voulais pas de ce status, je ne voulais pas être une gêne pour la Renarde, mais plutôt une aide, quelqu'un sur qui elle puisse se reposer aussi de temps en temps comme elle l'est pour Shosuke et moi... Mais comment lui prouver que je pouvais être un soutien ?

Une boule se place dans ma gorge alors que Malagan me parle en Xinois. Ma phrase a sûrement été celle en trop.Le fait qu'elle parle dans notre langue natale me fait un trop d'effet. Je me voies maintenant avoir à peine 7 ans et écouter fidèlement les conseils de ma soeur, assise dans l'herbe. Je la suivais sans discuter, sûre qu'elle avait raison, et sous ses ordres, nous avons accompli plein de nos "opération recherche" qui remplissaient nos journées. Il s'agissait de voler un objet à maman sans se faire repérer ou espionner papa sans qu'il nous voie. Elle était mon guide, j'étais heureuse.

Je ne regarde pas Scarlet sortir de la maison. Je me sens troublée. Je laisse sortir un long soupir avant de me lever et de regarder Kazu.

Je vais suivre ma soeur, tout cela m'a un peu bouleversée, j'ai besoin d'être seule

Il ne répond pas, mais me fait savoir avec un mouvement de tête qu'il comprend. Je monte les marches mollement, toute cette histoire me tournant dans la tête. J'avais beau tourner cela dans tous les sens, une seule conclusion insiste dans ma tête, comme un panneau clignotant d'une enseigne de magasin: Je dois montrer à ma soeur ce que je valais. Lui montrer que je ne suis plus l'inaku de Xing, fragile et naïve.

Je me change et m'allonge dans mon lit regardant le plafond. J'entends Elisabeth rentrer, puis quelques minutes après, la porte s'ouvrir à nouveau. Notre invité a dû prendre congé. Que penser d'elle ? Tout ce qu'elle m'a dit me revient et me tiendra éveillé pendant l'heure qui suivait. Je suis tourmentée et aurait un sommeil agité.

Mais ne t'inquiète pas malagan, je te montrerai bien assez vite, de quoi je suis capable...

     
- Avoir le choix n'est pas toujours signe de liberté-

     
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 Empty

Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku]

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] Visite de courtoisie. [w/ Malagan & Inaku] - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: LES RPS TERMINES OU ABANDONNES-