RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Jeu 24 Juil - 3:14





Friend or foe in common ?
That is the question...                        
feat. Roy                              "Quand on cherche... On trouve !" ~ [ ??? ]




 
Enfin de retour de l'hôpital et en pleine forme, Jean ne cessait de repenser à ces deux rouquines qui avaient fait irruption dans sa chambre sur la fin de son hospitalisation. L'une d'elle était dans le même bâtiment mais après leurs petits jeux valait mieux faire profil bas et ne pas se croiser. L'autre par contre était plus spéciale et les informations retenues par le blondin le chiffonnaient grandement. Ça lui disait quelque chose, il en était certain mais n'arrivait pas à se rappeler de tout. Tout en réfléchissant, le stylo qu'il tenait semblait danser entre ses doigts au lieu de se concentrer à gratter sur les rapports en retard du labo n°5. A vrai dire, il ne manquait que le sien pour que l'affaire soit définitivement close et encore plus étouffée qu'elle ne l'était déjà par les huiles.


Un coup de coude... Machinalement Havoc se tourne vers son voisin qui n'était autre que le Sous-Lieutenant Heymans Breda qui lui avance un cendrier. "Ta cendre va tomber... T'es plus à l'hôpital restreint à une clope par jour mais c'est pas une raison de les gaspiller encore de cette façon mon vieux." Remerciant d'un air confus son ami et collègue, le blondinet tire vers lui le cendrier et laisse la cendre y tomber. Il finit difficilement son rapport avant de le déposer sur le bureau du Colonel afin d'avoir sa contre-signature pour l'archiver. En parlant d'archiver... Le militaire indiqua justement qu'il se rendait à présent aux archives pour une recherche personnelle.


Pour sa recherche, il savait exactement à qui s'adresser. Une seule personne à sa connaissance pourrait lui certifier l'existence ou non de ce qu'il cherchait. Sciezka et sa mémoire photographique épatante ! Cette fille retenait quasiment au mot près tout ce qu'elle lisait et était capable de le reproduire. En arrivant aux service des archives, il demanda où se trouvait la-dite jeune femme et se rendit à l'endroit indiqué, soit la remise n°3. Oui... Les archives étaient un tantinet nombreuses et éparpillées en petites salles diverses. "Sciezka ! Sciezka ! Où est-ce qu'elle est encore passée ?" Un bruit étouffé derrière une porte marquée d'un gigantesque "3" l'interpella, aussi il clancha et rentra dans la salle. L'odeur acre de poussière lui déclencha une quinte de toux et il appela à nouveau l'ex-bibliothécaire. Cette étourdie s'était encore retrouvée sous des montagnes de livres, de dossiers et de paperasses diverses. Jean n'eut d'autre choix que de la sortir de là. La non-assistance à personne en danger, ça coûte cher pour le matricule...


Hors de danger d’asphyxie, la jeune femme pu enfin voir qui l'avait sauvé cette fois-ci. "Oh ! C'est vous Lieutenant Havoc. Vous êtes remis de vos blessures à ce que je vois, c'est bien." "Merci. J'ai un service à te demander, je cherche n'importe quel rapport ou ce que tu veux qui puisse mentionner ce nom là." Elle prit le post-it que Jean lui tendit et réfléchit un instant. Pas évident avec un bien maigre mot : "Lyl". Juste trois petites lettres à retrouver parmi des millions d'autres. Tandis qu'elle cherchait, le jeune homme entreprit de ranger un peu le bazar qui régnait dans la pièc. Pas question de partir sans avoir de réponse à ses questions, si toute fois elles pouvaient en avoir...
 
 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Ven 25 Juil - 19:24















Jean Havoc & Roy Mustang
Lieutenant en détresse ?

~ 'Till I collapse~



- Msutang Taïsa ?

Mon cerveau émergeait gentiment de son mode veille lorsque j'entendis cette phrase qui me semblait venir d'un pays bien lointain. Presque de retour à moi, une lumière aveuglante m'empêchait d'ouvrir les yeux. D'un sursaut je me réveillait spontanément, plaçant mon bras en protection devant mes yeux. Je priais le jeune homme qui était venu me tirer de mon sommeil de bien vouloir éloigner sa lampe de mes yeux, je n'avais pas vraiment envie de finir aveugle. Celui ci ce confondit en excuses et me demanda si j'allais bien. Que dire, aussi bien qu'un ours que l'on vient réveiller dans sa tanière le matin. D'ailleurs, maintenant que j'étais revenu à moi ... comment quelqu'un avait pu rentrer dans ma chambre et me réveiller ? Et pourquoi me demander si je vais bien ? Plaçant une main au sol pour me relever, je compris par la douleur qui naissait dans mon dos que je m'étais assoupi dans le couloir de l'immeuble. Je compris également pourquoi l'homme se baladait avec une lampe torche, nous étions en pleine nuit et ce jeune soldat accomplissait la dure tâche -souvent infligée comme punition chez nous d'ailleurs- de gardien de nuit. Cependant, c'était différent avec lui. En effet, ce jeune garçon souffrait d'une maladie génétique qui l'empêchait de se déplacer correctement, et ainsi de courir. Mais il avait quand même voulu devenir soldat pour protéger sa patrie, un geste des plus honorables. Nous lui avons donc trouvé un poste de gardien de nuit, ce qui ne semble pas lui déplaire. Il était un jeune homme fort sympathique, et au même titre que moi un véritable gentleman, nous nous entendions bien. D'ailleurs il est l'un des rares gens que je ne connaissais pas avant de venir à Central avec qui j'entretenais une relation amicale. Nous n'étions pas ami, certes, mais j'appréciais ce jeune homme qui me voyait un peu comme un modèle.

Le remerciant en me relevant, je lui demandais l'heure. Je n'avais dormis que trois heures ... et trois heures du matin était une heure bien trop tardive pour aller me coucher. Ma tête tournais à m'être levé trop vite, mais je pris quand même la direction de mon appartement, plongeant ma main droite dans ma poche pour chercher mes clefs. J'étais encore en uniforme tiens. Sur place, j'introduisis la clef dans la sérure, tourna le verou et posa ma main libre sur la poignée pour ouvrir la porte. Cependant, quelque chose me dérangeait ... Je n'avais qu'un gant sur deux d'enfilés, et je n'avais pas senti la présence du second dans ma poche. Je tapotai mon veston, rien de plus probant. Alors ce n'était pas un rêve ... tout ceci c'était réellement passé. En me réveillant, je cru que j'avais rêvé cette rencontre avec la chimère au multiple nom. C'était physiquement compréhensible, je m'étais assoupis quelques secondes à peine après l'avoir quitté, et je venais de me réveiller, mon esprit était encore un peu embrouillé. Je soupirai, il allait falloir que je trouve quelqu'un à qui raconter cette histoire, et malheureusement je ne pouvais pas en discuter avec Riza. Je ne tenais pas à ce qu'une balle perdue rencontre le chemin de la jeune chimère qui pouvait, en quelque sorte, nous être utile. Et puis elle ne le méritait pas. Enfin, au yeux de Riza si elle le mériterait, mais ... non après tout, je pouvais la comprendre. Seul le soir j'avais pris quelque risque en croisant le chemin de la femme au multiple facettes, elle ne me voulait pas de mal, mais aurait pu si elle le souhaitait. Et elle avait tenté de m'embrasser. Chose que je ne comprenais toujours pas et qui me laissait ... froid. M'enfin passons, j'avais une nuit à tuer.

Des cernes presque violettes autour des yeux, j'ouvrais la porte de mon bureau et me laissai choir sur mon siège. J'aurais peut être mieux fait d'aller me coucher au final ... m'enfin, je n'aurais pas trouver le sommeil, le résultat aurait été le même. Voir même pire puisque j'avais terminé durant la nuit les dossiers qu'il me restait à la maison. J'étais déjà un peu plus avancé sur mon travail d'aujourd'hui. Ou plutôt moins en retard. J'étendais mes jambes sous mon bureau en m'étirant les bras, et les yeux mi-clos, je pris le premier dossier qui me tombait sous la main afin de me mettre à travailler. De par ma nuit sans sommeil, j'étais arrivé en avance et je pus donc voir un à un mes subordonnés rentrer plus ou moins fatigués dans le repaire de la team Mustang. Tout le monde se mit au travail assez rapidement et simplement. Seul le sous Lieutenant Havoc semblait avoir quelque chose en tête. Je levai les quelques fois les yeux de mes propres copies afin de jeter un vague coup d'oeil à ma fine équipe et plusieurs fois je le vis en train de faire tourner son stylo entre ses doigts plutôt que de rédiger un rapport. Etait-ce son rétablissement et son retour parmis nous qui le préoccupait ? En tant que chef de l'équipe, je me devais de chouchouter mes petits soldats, et puis s'il y avait réellement un problème ma chère Lieutenant ne verrait aucun inconvénient à ce que je m'absente quelque instant avec son sous lieutenant.

L’intéressé se leva et vint déposer son rapport sur mon bureau, me disant qu'il se rendait au archive. Je lui lançai un regard interrogateur, mais il ne sembla pas le remarquer. Je signai d'une main rapide le dossier et le laissa en plein milieu de mon bureau. Havoc avait quelques secondes d'avance sur moi, mais je savais où il se rendait, il ne me sera pas difficile de le retrouver. "Un Colonel ?" m’interpella alors que je m’apprêtai à sortir. D'une simple phrase j'indiquais à ceux qui restaient dans la pièce que je revenais et qu'ils devaient continuer leur travail. D'un pas modéré, je me dirigeais également vers les archives, la tête dans les épaules. J'étais moi même perturbé par la nuit dernière, mais je ne souhaitais pas que l'un de mes plus fidèle agent perde le coeur à l'ouvrage et ne se sente pas à sa place ici.

En arrivant aux archives, j'entendis la voix de mon lieutenant dans les couloirs, il semblait discuter avec une de celles qui travaillaient ici. Je passai devant la porte d'où les voix semblaient être sorties et fit demi tour pour entrer dans la pièce. Jean était bien là, rangeant ce qui semblait être un éboulement de bibliothèque. Il était donc venu quérir la jeune Scieska, cette jeune femme que Maes avait fait rentrer dans l'armée de par sa mémoire ... surprenante. Je rentrais dans la pièce d'un pas lent, les bras croisées dans le dos et appela par son nom mon Lieutenant. Une fois son attention capté, je m'approchais de lui et m'y adressais à voix haute, il n'y avait rien à cacher dans ce que j'allais dire.

- Il ne me semble pas que tu m'as dit pourquoi tu es venu ici, Havoc. Ne prend pas trop exemple sur moi, venir enquêter seul par ici, ça ne leur plaît pas trop.

Je disais cela sur le ton de la plaisanterie en lui montrant les étages supérieurs, où résidaient les généraux. Mais mon regard disait complètement autre chose, à vrai dire, j'étais inquiet vis à vis de lui. Il avait quand même faillit y rester, tout comme moi, dans notre combat contre cette femme homonculus. J'avais peur que le problème ne viennent de là et pour une fois, j'espérais vraiment que ce bougre de Havoc me sorte une de ses bétises du genre "J'ai trouvé une nouvelle copine, mais à cause de votre dictature dans le bureau je ne peux pas sortir avec".


©Setsu Nekos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Lun 28 Juil - 0:28





Friend or foe in common ?
That is the question...                        
feat. Roy                              "Quand on cherche... On trouve !" ~ [ ??? ]




 
En rengeant, Havoc tomba sur des dossiers qu'il ne pensait pas trouver à cet endroit... Etonnant d'apercevoir en titre de dossier "Labo n°5" ou encore "Affaire Hughes". Le fumeur aurait plutôt pensé que ces dossiers auraient finis au moins dans le bureau du Généralissime pour l'un et l'autre... L'affaire n'était pas résolue et il n'avait rien à faire ici. Mais un simple Sous-Lieutenant ne peut pas s'emparer d'un dossier sans raison, hélas. Jean ne put donc que faire des piles avec ce qu'il pensait classé ou non et selon les étiquettes des références marquées sur les cartons.


C'est le moment que choisi son supérieur pour se faire entendre. Havoc était persuadé d'avoir donné son motif pour venir ici bien qu'il soit quelque peu obscure. Néanmoins il se relava en époussetant son uniforme et faire plus ou moins face au Colonel Mustang, se grattant l'arrière de la tête, comme à son habitude, pour cacher son embarras ou réfléchir. "Il me semblait avoir dit que c'était pour une recherche personnelle, mon Colonel." Le blond soupira lorsque ce dernier lui montra les étages supérieurs. Ce n'était pas faux et il repensa au dossier qu'il avait eu entre les mains quelques secondes avant de l'enfouir avec d'autres. Mustang sous-entendait qu'il  venait faire ses propres enquêtes dans son coin. Evidemment que ça n'allait pas plaire à tout le monde... "Vous ne devriez pas vous faire trop remarquer en effet. A l'inverse, je ne suis rien moi, je ne suis pas un danger pour eux je pense. Juste un insecte nuisible et résistant."


Pendant ce temps, Sciezka revint avec un dossier bien maigre. "Bonjour Colonel Mustang." Puis se tourna vers Jean la mine déconfite. "C'est tout ce que j'ai sur ce que vous m'avez demandé, je suis désolée." Il la gratifia d'une main sur l'épaule, un fin sourire illuminant brièvement son visage, l'assurant qu'il trouverait sûrement ce qu'il cherchait dans ce dossier. Il le feuilleta rapidement puis le referma avant de se diriger vers la sortie. Il s'arrêta subitement et se retournât alors. "Et vous Colonel, que venez-vous faire ici ? Si ce n'est ps indiscret..." Après le sous-entendu de ce dernier, il pouvait tout à fait s'autoriser à poser la question. "S'autoriser" était bien grand mot... Les deux hommes n'étaient plus à ça près. Il y a peu, le plus jeune s'était senti perdu après le combat avec Lust et s'était franchement emporté sur son aîné...


Loin de s'avouer vaincu, le ténébreux avait tenté maladroitement de convaincre le blondin d'une possible guérison mais ce dernier l'avait fermement contredit. "Arrêtez de me r'garder comme ça !" Il avait empoigné avec la force du désespoir la veste de son supérieur pour lui faire rentrer dans sa tête d'ahuri cramé que c'était sans espoir pour lui. "Et puis qu'est-ce que vous faites là ? Rien n'vous r'tiens plus ici. Partez ! Vous n'avez pas de temps à perdre avec un estropié. Vous avez une promesse envers Hughes, je vous l'rappelle, alors sortez d'ici et épargnez-moi votre pitié !" Riza s'était interposée pour calmer Havoc et celui-ci avait finit par y mettre moins de force, laissant la victime de sa colère se dégager doucement.


En d'autres termes, les deux militaires ne prenaient pas de gants ou de pincettes entre eux. Pas de chichis, pas de cachoteries... Ou presque... Quelques bricoles qu'il finirait par avouer par pure loyauté envers son supérieur et ami.
 
 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Mer 6 Aoû - 19:10
align="justify">















Jean Havoc & Roy Mustang
Recherches communes ?

~ A deux on creuse plus vite une tombe que seul, on ne sait juste pas qui va y terminer.~


Aaah, que Riza vienne se plaindre encore du fait que je ne suis pas concentré sur mon travail. Là, elle n'aurait plus rien à dire et mon cher lieutenant Havoc pouvait en témoigner -même si je doute que nos paroles combinées aient un quelconque effet sur la Queen-. Pourquoi pensais-je à cela ? Et bien parce que la remarque de mon subordonné montrait qu'à ce moment précis où Jean était sorti, j'étais plus concentré sur mes dossiers à signer que sur lui. Après tout, des recherches personnelles, ce n'était pas vraiment une raison précise. Et puis en théorie ce n'est pas non plus une raison valable pour que l'un de mes hommes s'absente du bureau, on avait du travail et les enquêtes privées passaient après. Bon certes je ne suis pas le meilleur exemple de ce que je viens de dire, mais qui est le chef de l'équipe déjà ?

On pouvait discuter du travail pendant des heures, Jean lui même savait que j'étais bien plus laxiste que Riza à ce sujet, et avec la relation que nous entretenions je n'allais pas lui remonter les bretelles pour cela. Mais je demeurais inquiet. Ses ''recherches personnelles'' portaient elles sur les raisons qui m'avaient poussé à le garder auprès de nous, ou bien sur quelque chose qui n'avait rien à voir ? Je me faisais sûrement trop de soucis et cela ne me ressemblait pas vraiment. Cependant, si je voulais que mon projet arrive à son terme, il fallait que mon équipe reste soudée et sans faille. Hors vu la tête que mon sous lieutenant tirait se matin, il pouvait bien y en  avoir une, de faille. Alors que je m’apprêtai à lui répondre, la jeune Scieska sortit de nul part quelques papiers prestement rangé dans une pochette en main. Elle les tendit à Jean en s'excusant, qui, bon comme il était, lui remonta un peu sa grise mine en la remerciant. C'était la première fois que je vu Jean sourire depuis ce matin, je me faisais sûrement du soucis pour rien, au final. Mais en tant que bon Colonel avec des ambitions si grandes, je me devais de vérifier quand même. Ce fut Jean qui repris la parole en premier, me demandant ce que moi je faisais ici.

- Je suis ici pour te parler, Havoc. Depuis que tu es rentré tu n'es plus dans ton assiette. Encore une femme qui te refuse ? J'émis un léger rire avant de reprendre, Jean avait sûrement déjà compris où je voulais en venir. Tu sais bien ce que notre équipe représente, je sais que tu as eu un rude combat à mener seul après le notre, alors si tu as besoin de prendre un jour, fait moi le savoir. Ce que tu ne m'as pas laissé te dire la dernière fois, c'est que notre équipe fonctionne comme une molécule : par cohésion. Si un seul de ses atomes est manquant, alors elle est fichue. Garde ça dans le crâne. »

Lui laissant le temps de répondre s'il avait quelque chose à me dire, je jetai un rapide coup d'oeil au dossier qu'il avait en main. Tiens donc, ce nom me disait quelque chose. Non, était-ce possible que … ? J’interrompis notre discussion et héla la petite Scieska. D'un regard un peu trop froid je la vis ressortir du bureau des archives et se raidir sur place en voyant mon regard posé sur elle. Sans même lui laisser le temps de souffler je lui indiquais un nouveau nom, Peverell. Il s'agissait du nom de famille des parents de la petite Angelica que j'avais croisé au cimetière avant que celle ci ne se révèle être une chimère possédant trois aspects que j'avais eu le loisir de voir. Alors comme ça, lui aussi venait enquêter la dessus ? La jeune femme rentra en fusée et ressorti aussi vite avec une pile de papiers concernant le meurtre de cette famille alchimiste.

Si j'avais demander à Scieska de me donner ses dossiers, c'était pour deux raisons. D'un je venais de me rendre compte que j'étais au archives et que j'avais parlé à mon subordonné « d'enquête privée » alors que moi même, j'avais une petite affaire à résoudre : celle qui concernait cette étrange jeune fille, ou femme, ou … bref. Et puis j'avais vu en première page du dossier que possédait Jean un nom qu'avait cité cette femme que j'avais rencontré hier soir et qui était l'objet du dossier que moi je possédait. Peut être que ce que je cherchais était en rapport avec les recherches de Havoc ? Si c'était le cas, à deux nous pouvions aller plus vite, et plus loin.

- Désolé de t'avoir interrompu, mais apparemment nous avons des interrogations communes. Que dirais-tu de chercher ensemble si nos recherches ne sont pas liées d'une quelconque marnière ?

En soit, il ne pouvait pas vraiment refuser, il savait très bien que j'allais lui ordonner s'il me disait non, de toute façon.

[HRP]Désolé, c'est vraiment nul et court, dit moi si y'a un problème quelconque de cohérence o/


©Setsu Nekos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Mer 27 Aoû - 22:32





Friend or foe in common ?
That is the question...                        
feat. Roy                              "Quand on cherche... On trouve !" ~ [ ??? ]






Ne pas s'occuper de ses oignons... C'était là un énorme défaut de Roy Mustang. Cet homme ne tenait pas en place et une fois de plus il le prouvait. Même en mission il se compromettait à intervenir pour venir en aide à ses hommes, quel idiot. Ce n'était pas avec une telle sensibilité qu'on atteignait le haut de la pyramide, mais quoi qu'il en soit, il était leur chef et ils le suivraient au bout du monde si il en donnait l'ordre. Alors naturellement, le blond répondit à demi amusé. "Les femmes... Si vous saviez... Elles sont étranges parfois, vous ne trouvez pas ? Enfin... Aucune ne se refuse à moi en ce moment, à vrai dire, je ne cherche pas à les séduire." Ce qui était rare quand on connaissait Jean Havoc, célèbre grand dragueur d'Est City. La fleuriste devait encore se souvenir de lui, comme toutes les autres jeunes filles et femmes qu'il a abordé par le passé.


Après s'être fait poignarder dans le dos par une femme et ses jeux puérils et dangereux avec une autre, il ne referait probablement pas confiance à une femme de si tôt. C'est simple, la seule en qui il ait véritablement confiance était sa supérieure directe, le Lieutenant Hawkeye. Elle seule avait encore du crédit et du mérite pour lui, la seule qui vaille la peine d'être intéressé. La petite Sciezka aussi peut-être. Après tout, il la voyait tellement mal trahir quelqu'un de son plein gré, elle ne ferait pas de mal à une mouche, il en était sûr. "Quant à ne pas être dans mon assiette... Ne vous inquiétez pas, ça va, je vous assure. Je suis plus préoccupé par cette recherche personnelle que par les éventuelles insomnies que me donne Sol... Lust je veux dire." Il se frappa le front de la paume de sa main en se rendant compte de ce qu'il venait de dire. Un autre don de Mustang, les gens lui parlent naturellement quand il le connaissent. *Quel con je suis... Il va encore vouloir régler ça alors que ça ne le regarde pas et qu'il n'a pas besoin de s'infliger ça pour gravir les échelons !*


Le clopeur espérait que son supérieur ait été trop occupé à zieuter le dossier plutôt qu'à ce qu'il lui avait répondu. Cela éviterait une ou quelques conversations trop personnelles à son goût. D'ailleurs, il hélait déjà Sciezka pour avoir un autre dossier. Le voilà encore en train de se faire remarquer par des recherches non convenantes. Ce fût bien plus rapide que pour le dossier qu'il avait en main, à croire qu'elle venait de le lire où qu'il y avait plus de documents sur le nom que lui avait indiqué Mustang. Néanmoins intrigué, le jeune homme resta aux côtés de son supérieur. C'était exaltant d'enquêter avec lui, se sentir utile tout à coup plus que d'ordinaire bien que cela soit strictement personnel. "Si je puis me permettre, pourquoi crois-tu que je sois encore ici au moment où tu as une illumination ?" Pour la 1ère fois de la journée, ce n'est plus un fin sourire timide adressé comme à Sciezka mais bien une expression franche et dénuée de tout autre chose que le Sous-Lieutenant adressa à son Colonel. En effet, les recherches allaient sacrément aller plus vie à deux et le blondin avait conscience que son aîné avait raison au sujet de leurs enquêtes.


Trouver un endroit discret pour travailler constituait la prochaine étape de leur entreprise commune, mais dans le QG remplit de langues de vipères, ça n'allait pas être une mince affaire. Rester aux archives n'était pas une bonne idée en raison des nombreux passages des soldats. "Où peut-on travailler tranquille ici ? Cette enquête de doit pas arriver jusqu'à des oreilles indiscrètes... ". Les dossiers ne pouvaient quitter le QG sauf permission exceptionnelle et le bureau de la Team n'était pas non plus le lieu le plus sécuritaire. Qui sait, les oreilles indiscrètes se terraient peut-être dans le régiment même sous les ordres de Mustang. Certes aujourd'hui il n'y avait que la tête de team, mais ce n'était pas toujours le cas en cas de repos de ces derniers...
 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Mer 21 Jan - 14:38















Jean Havoc & Roy Mustang
Investigation secrète

~ 'Cette ville t'entendras même penser"~



L'insolence de mon lieutenant fit naître un léger sourire sur mes lèvres. C'était sûrement pour ça qu'il était l'un des meilleurs, il ne passait pas sa vie à me lécher les bottes et n'avait pas peur de me dire les choses en face, ni de s'adresser à moi avec tact et franchise. Un bon subordonné, mais aussi un ami fidèle. Je ne soulignai nullement cette interjection personne n'était là pour entendre et entre nous, il avait raison. Jean n'était pas du genre à rester dans les pattes de ses supérieurs s'il n'avait pas une bonne raison. Donc s'il était toujours ici à se dresser devant moi, là où je l'avais trouvé quelques minutes auparavant, cela signifiait qu'il était d'accord avec moi.
Je devrais cependant sans doute lui expliquer que ce n'était pas réellement une illumination. En fait cette histoire de la veille ne me sortait plus de la tête depuis ce matin, alors je croyais voir des liens et des signes de partout, même lorsque les gens dans la rue appelaient leurs enfant je croyais entendre un nom en rapport avec cette histoire. Pendant quelques secondes nous continuâmes à nous regarder l'un l'autre en silence, amusés d'enquêter de nouveau ensemble. Cette histoire n'était peut être pas la plus grande enquête du siècle, mais elle était tout du moins … perturbante. De plus, connaissant un tant soit peu notre « suspecte », s'il l'avait rencontré lui même devait être perturbé.

Mais le cher homme en bleu qui me faisait face n'avait pas tord, nous ne pouvions pas travailler ici. C'était d'un beaucoup trop dangereux et puis, Riza risquait de nous faire la peau si nous ne revenions pas au bureau sous peu. En effet, nous connaissant il devait être difficile pour elle d’imaginer une autre possibilité que ''Le Colonel et Havoc sont encore partis glander !'', ce qui était compréhensible. Ainsi, même sans forcément la mettre au courant de nos réelles investigations, il risquait d'être nécessaire de passer la prévenir que nous travaillions sur quelque chose de plus ou moins confidentiel. Prévenue, elle retirerait le flingue que j'imaginais déjà posé sur mon front pour manque d'assiduité. Cependant, trouver un endroit discret à Central n'allait pas être chose aisée, la ville elle même était une espionne, alors trouver une cachette … quoi que, je venais d'avoir une «vraie » illumination pour le coup. Bon, j'en toucherais deux mots à Jean sur le chemin, d'abord il s'agissait de retourner dossiers en main au bureau. Je précisai donc mes premières intentions à mon lieutenant avant de faire marche inverse d'un pas rapide vers notre antre sacrée où se trouvais un magnifique démon.

Remontant les marches je regardais le sol, pensant à chaque détails de la soirée précédente. Chacun pouvait devenir crucial, et il était important plus que jamais maintenant de me souvenir de tout. Chaque sourire, chaque mot qu'elle avait prononcé, tous étaient gravé dans ma mémoire comme dans un roc. Sa manière de bouger aussi. Ainsi que ses trois fameuses transformations. Les deux étaient des femmes avec deux voix différentes, mais je n'avais oublié le ton d'aucune d'entre elle. Au final, je me rappelais même du contact de son corps, aussi infime et involontaire fut il. De toute façon nous allions devoir revisiter chacun des endroits où je l'avais croisé, et j'allais aussi devoir raconter toute l'histoire à Havoc et sûrement à lui seul. En effet, j'avais presque peur de la réaction de Riza si elle apprenait ce qui c'était passé et cela risquait fort de compromettre l'enquête, alors j'allais devoir la laisser dans l'ignorance, pour l'instant. Et dieu sait que je n'aime pas ça. Je serai même le premier à gueuler si elle faisait de même. Je ne pipai mot dans notre première ascension, trop occupé à retracer tout les événements de la veille. A vrai dire je marchai par automatisme jusqu'à notre bureau, mon corps connaissant le chemin par cœur je ne faisais même pas attention à ce qui m'entourais.

Une fois face à la porte, je donnai les clés de ma voiture à Jean et le somma de m'attendre dedans, je m'occupais du reste. En fait, je n'avais pas réellement trouvé de cachette, j'allais donc en improviser une. Quoi de plus difficile à écouter et espionner qu'une cible en mouvement ? Cela risquait d'être fort désagréable, mais nous allions devoir enquêter dans ma voiture, à défaut de place vraiment sécurisée. J'entrais donc vivement dans la pièce et m'adressai directement à ma chère lieutenant, lui sommant de sortir me voir, je devais lui en parler en privé. Il me fallut plus ou moins cinq minutes pour tout expliquer correctement, et sans en dire trop, à notre chère Riza. Je n'aimais pas trop la pointe d'inquiétude dans son regard, ni même le ton qu'elle m'adressa lorsqu'elle dit qu'elle voulait se joindre à nous, mais elle fini par comprendre le ton de l'enquête et que sa place était ici, où elle pouvait continuer à faire avancer nos affaires principales, et aussi garder un œil sur les autres. Ce n'est pas que je n'avais pas confiance en eux, bien au contraire. C'était du QG en général dont je me méfiais, ma plus haute subordonnée était largement capable de les protéger des huiles, elle savait parler et comment s'y prendre avec eux.

Une fois cette affaire réglée, mon dossier presque large comme la moitié de mon torse sous le bras, que je cachai désormais sous mon manteau, je me dirigeais vers l'extérieur, où était sensé m'attendre Havoc. Je lui avait bien dit où se trouvait ma voiture, j'espérais qu'il ne s'était pas arrêter en chemin pour inviter une petite à monter !


©Setsu Nekos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Dim 5 Juil - 23:28





Friend or foe in common ?
That is the question...                        
feat. Roy                              "Quand on cherche... On trouve !" ~ [ ??? ]






En remontant des archives, le Colonel était tellement dans ses pensés qu'Havoc évitait de respirer trop fort ou de marcher lourdement... En d'autres circonstances, il se serait bidonné de rire en sachant que son supérieur émettait l'éventualité de travailler, mais pas aujourd'hui. Le seul moment où il reprit la parole, c'est lorsqu'il se rendit compte qu'il allait devoir prévenir Hawkeye qu'ils allaient "travailler de leur coté", logique que la jeune femme trouve cela bizarre. Les larrons en foire lâchés sur une enquête commune ne lui dirait probablement rien de bon..."Elle va nous tuer... Je le sens. Enfin, je vous laisse vous débrouiller avec elle. Si jamais vous ne me rejoignez pas, je prends vos clés et votre voiture en gage de legs de votre testament." Tout sourire, il n'attendit pas de voir les foudres du Lieutenant tomber et partit en sifflant, faisant tournoyer les clés sur son doigts et son dossier coincé dans sa veste.


Nimporte qui voyant Jean sortir du QG suivit de près du Colonel pouvait se douter qu'il servirait de chauffeur, ou que selon l'heure, ils iraient écumer entres hommes les bars de la ville. Le fumeur trouva sans trop de mal la voiture de son supérieur, en testant la clé sur 2 ou 3 voitures avant de tomber sur la bonne. Elles se ressemblaient toutes... Des berlines noires, 4 places. S'installant au volant, il attendit le Colonel en faisant chauffer le moteur. Lorsqu' celui-ci vint le rejoindre, il sortit le dossier de sous sa veste pour le lui coller sur les genoux. Toujours être bien installé, à son aise pour conduire. Démarrant enfin, le blondinet roulait dieu sait où. Après tout, c'était Mustang qui payait le carburant et ce dernier qui avait décider d'enquêter en voiture. Jean s'inquiétait surtout du fait que si quelqu'un d'autre se mettait à avoir besoin de ces dossier, ils seraient bien ennuyés. Et pour cause, infraction au règlement intérieur du QG, peut-être même qu'ils se feraient accuser de haute trahison puisque personne ne pouvait avoir ce qu'ils auraient fait en emportant les dits dossiers.


Voulant dérider un peu l'expression concentrée et même un peu hagarde du Colonel, le Sous-Lieutenant tenta de le faire rire, bien qu'il s'agisse d'un véritable fait pour l'enquête. "Tu vas rire, mais c'est à cause d'une femme que j'enquête." Pour être exacte, c'était à cause de la plus petite des apparences de la dite femme qu'il le faisait, mais si son supérieur lui disait que ça avait un rapport, c'était que ça allait être plus profond qu'une simple histoire de femme... Quel rapport y avait-il entre cette chimère, l'homme sur lequel enquêtait le blond et le nom qu'avait évoqué le brun ? Jean attendait patiemment que son ami parcours rapidement les dossiers, qu'il les lui en fasse la lecture aussi parce que le volant et la route empêchent de regarder ailleurs.
 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Who am i !

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Sam 16 Jan - 2:29

Friend or foe in common ? That is the question...
Maintenant que ma très chère lieutenant était loin derrière, évitant de l'embarquer sur une affaire qui semblait complexe, je profitais des talents de conducteur d'Havoc pour enfin pouvoir ouvrir ce fameux dossier. Le nom de Peverell ne m'était pas totalement inconnu et Havoc s’intéressait aussi à ce nom. Ironie du sort, c'est une jeune femme qui nous ralliait dans cette recherche. Plongeant mon regard sur la première page, je vis le nom qui m'avait interpellé dans les archives. Je tournais la page et mon regard s'arrêta sur le nom de deux personnes : Franck et Lorraine Peverell. En me remémorant la veille, je me souvenais très bien avoir vu ces prénoms gravés sur la pierre dans le cimetière, la tombe que cette mystérieuse femme était venue voir. Ces premières pages racontaient la découverte des corps de ces deux personnes... La cause : Meurtre. Rien de plus et pas de détail qui pouvait m'aider dans ma quête. Je fis part de cette information à mon dévoué subalterne. Si ces noms étaient importants pour lui, je le verrais immédiatement à sa réaction du coin de l'oeil. Je fis descendre lentement mes doigts sur cette page et je lisais à présent à voix haute pour que mon partenaire d'enquête puisse l'entendre aussi.

- Les raisons de la mort subite du couple Peverell sont encore inconnues, aucun indice n'a été retrouvé sur place... La fille, Angelica reste encore introuvable.

Voilà exactement ce que je cherchais. Angelica, la Angelica citée dans ce dossier, n'était autre que la jeune fille du cimetière. Je ne savais pas si cela allait aider mon subordonné, mais moi cela était le graal que je cherchais. Je levai le menton du dossier et tournai la tête vers le blond à mes côtés.

- Il semble que toi et moi, nous ayons peut-être une amie en commun. J'aurais parié que ta recherche se tournerait plus sur la colonel qui hante le bureau d'à côté que sur une affaire comme celle-là. Dis moi, qui est la fille sur qui tu enquêtes ? Elle ne se nommerait pas Angelica, par pur hasard ?

Je fis une courte pause en attendant sa réponse et me plongea sur une autre feuille un peu plus loin dans le dossier. Un rapport d'enquête sur une affaire récente. Une jeune fille du nom d'Angelica aurait été retrouvée errante dans les rues de Central City suite à une attaque de "chiens noirs". Affaire non-résolue suite à la disparition de la jeune fille. En bas de la page, une note indiquait de voir le rapport de la personne en charge de l'affaire. Allons donc voir qui était sur cette affaire-ci... Je me hâtai de trouver ce fameux rapport, laissant tomber les premières pages au passage sur le sol de la voiture. Mon expression changea radicalement lorsque je vis le nom écrit en haut du militaire en question. Je laissai un petit rire sortir d'entre mes lèvres et jeta un petit coup d'oeil à mon sous-lieutenant avant de lâcher presque ironiquement.

- Décidément, les femmes sont pleines de surprises et apparaissent là où on s'y attend le moins. Notre chère voisine de bureau à enquêté sur Angelica Peverell aussi. Le monde est petit, tu ne trouves pas ? Hahaha.

Je lui fis signe de s'arrêter. Une rue desserte, sans personne et aucune présence militaire ferait amplement l'affaire. Je décidai dès lors de lire à haute voix le rapport du colonel Evelyn Evans.

- "Après que des soldats ont réussi à ramener la victime de l'attaque au Q.G, le Lieutenant-Général Raven me donna les droits d'enquêtes sur l'affaire. En rencontrant la jeune fille, prénommée Angelica, je remarqua un étrange symbole, semblant à un tatouage noir qui m'était inconnu. Peut-être était-ce la marque de ces ravisseurs. La victime divaguait sur l'apparence des agresseurs. Elle me décrit qu'une silhouette noire était la cause de son attaque et que des chiens l'auraient griffé à plusieurs reprises sous la directive de cet inconnu. Les gardes qui la protégeaient ont été tués et pour une raison qui m'échappe, la jeune fille semble avoir disparu. J'ai ensuite fais la rencontre d'une certaine Helena Peverell, qui se prétendait être la mère de la victime. Mes recherches après l'incident m'ont amené à dire que cette personne mentait sur son identité. (CF le dossier Peverell). Alors que je suivais les traces de cette fameuse femme, je me suis retrouvée dans un bâtiment résidentiel. Lorsque j'ai voulu intervenir, une personne m'a assommée par-derrière. Toutefois, j'ai plus clairement entendre un prénom avant de perdre connaissance. : Lyl. Je joins donc à mon rapport, mes recherches sur ce certain Lyl, qui ne semble pas être inconnu de la police militaire et que Q.G de Central."

Je fis une autre pause, sentant ma gorge se serrer un peu. Est-ce que cela était dû à ma lecture ou bien aux informations que je venais d'avoir sur la femme que j'avais rencontrée hier ? Pour le moment, je devais savoir le point de vu de mon comparse et savoir la raison pour laquelle il en était à faire ce genre de recherche aussi. Il y a avait beaucoup à dire et de révélations à entendre. Tout se mélangeait dans mon esprit, mais une chose était claire... La chimère était le centre de l'attention de tout le monde en ce moment même. 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 711
✎ Dεvσtεd subσяdinatε | Smσkε's lσvεя ღ
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 16
Roses:
Cadeau(x) Concours: 3 citrouilles

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Ven 4 Mar - 3:22





Friend or foe in common ?
That is the question...                        
feat. Roy                              "Quand on cherche... On trouve !" ~ [ ??? ]






Jean écoutait attentivement les bribes de lecture que lui faisait le Colonel, tout en restant le plus concentré possible sur sa conduite et à ce qui grouillait autour de la voiture. Des chauffards, des passants, des feux rouges*. Néanmoins il restait calme face à ces désagréments pour éviter tout accident et qu'on ne retrouve leurs corps avec des dossiers classés qui ne doivent d'ordinaire pas sortir de l'enceint du QG. Les noms de Franck et Lorraine Peverell ne lui dirent absolument rien, il fît d'ailleurs une moue blasée à l'évocation du meurtre. Cette ville est faite de meurtres à chaque coin de rue, comme si elle était bâtie sur des centaines de cadavres. Par contre, à l'évocation du nom d'Angelica, il ne pût que s'exclamer comme il le pouvait, tapant sur le volant frénétiquement. "Attends, mais je la connais cette petite ! Silhouette fragile, rouquine et l'air un peu blème. Enfin quand je l'ai vue elle n'avait pas l'air vraiment dans son assiette... Introuvable, mais bel et bien vivante."


Il se souvenait de ce moment comme si c'était hier. Cette petite si frêle et tremblante qui pleurait contre lui... Cette pauvre petite chose... Bien malgré lui, il s'était pris d'affection pour elle alors qu'elle n'avait plus rien d'humain. Elle avait donc bien été enlevée après le meurtre de ses parents. Mais pourquoi elle ? Pourquoi prendre une enfant de cet âge pour faire des expériences ? Il allait avoir besoin d'une cigarette, très vite, pour faire passer tout ça. Seulement, en voiture, et qui plus est dans celle du Colonel, il ne voulait pas fumer et conduire n'allait pas de paire avec fumer. Evoquer certaines personnes n'était pas non plus à faire en voiture... Le blondin fît faire une légère embardée à la voiture, s'emmêlant les pieds sur les pédales. "La Colonel du bureau d'à côté" comme il disait... Il n'arrivait pas à la cerner celle-là, mais alors vraiment pas. Il jeta un bref coup d'oeil vers son acolyte avant de regarder à nouveau la route. "Qu'est-ce que vous insinuez par là ? A part le Lieutenant qui semble s'entendre avec elle, on la connaît à peine cette Colonel."


Dur, dur de ne pas se trahir, mais pour le moment ça avait l'air d'aller. Manquerait plus qu'il lâche ce qui s'était passé avec elle et il n'y avait aucun doute que le fumeur se ferait cuisiner sur sa relation avec elle. Si de fourbes, mais passionnés, baisers dans un ascenseur pouvaient être affiliés à une quelconque relation... "Sinon, oui, j'enquête sur Angelica. Enfin pas seulement, si je vous disais ce que j'ai vu, pas sûr que vous me croiriez. Mais vous savez que je ne peux vous mentir sur ce genre de choses..." Il en avait encore des frissons bien qu'il ne comprenne pas toutes ces histoires d'alchimie et compagnie. N'écoutant toujours que d'une oreille, il se contente de sourire brièvement et d’acquiescer aux dires de son supérieurs. *J'aurais dû m'en douter que ce n'était pas par hasard qu'elle avait atterri dans le bureau d'à côté... Une rusée renarde doublée d'une fouine... Tu m'étonnes qu'elle ai pût être sur une affaire pareille. * Il la lynchait gentiment dans sa tête alors que malgré ça elle piquait sa curiosité au plus haut point. S'il n'était pas militaire, il l'aurait probablement abordée sans aucune retenue... Sortant de sa rêverie passagère, il obtempéra à la demande de Roy et se gara dans une ruelle. Le contact éteint, il s'affala, les bras croisés sur le volant.


Qu'est-ce qu'elle pouvait bien fabriquer ? Elle avait l'air, soit d'avoir de drôles de fréquentations, soit elle menait tout le monde en bateaux. Une ombre et des chiens noirs... Quoi qu'il en soit, il était persuadée que celle qui s'était faite passer pour la mère d'Angelica n'était autre qu'une de ses apparences. Quel était ce nom déjà... ? "Chiara..." Comme un murmure pour lui-même bien qu'il savait parfaitement que Mustang l'avait entendu. Il soupira. Il était temps de commencer à vider son sac sur sa rencontre avec la chimère. Il n'échapperait pas à cette question maintenant qu'il se noyait jusqu'au cou dans cette affaire. "Je l'ai rencontrée pendant que je croupissait à l'hôpital, elle a brisé mon train-train quotidien l'espace d'un moment en faisant irruption dans ma chambre et a piqué ma curiosité. J'ai même gardé un petit souvenir." Jean sourit doucement à l'évocation de ce souvenir. Les plumes qu'il possédait étaient magnifiques. Il y avait une part de sentiment personnel qui le poussait, en plus de sa curiosité professionnelle, à enquêter sur elle et sur son univers. Notamment le fait qu'elle "fréquente" une sorte de criminel dénommé Lyl.


HRP :
 

© Code Anéa - N-U
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Who am i !

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ] Mer 25 Mai - 14:14








Feat : Jean
Toujours en étant assis dans la voiture, je tentais de continuer mon évaluation du dossier que je tenais entre mes mains. Il était difficile de bien se concentrer avec la voiture qui bougeait sans cesse, mais ma curiosité n'allait pas être évincée par de simples remouds. Lorsque je fis la lecture du rapport de la colonel, dont le bureau était juste à côté du notre, je fus agréablement surpris du contenu. Cette jeune fille, cette Angelica, avait une sorte de tatouage noir... Ma première pensée se tourna en premier lieux sur un tatouage d'alchimie, mais en y repensant et en relisant cette partie, la remarque de la Kaze no Renkijutsuchi venait de me faire souvenir d'une femme aux cheveux noir et dont les doigts étaient pourvus de griffes acérées. Un tatouage inconnu... Est-ce que cela avait un rapport avec le tatouage des homonculus ? Va savoir.

Jean réagit lorsque le nom de cette jeune fille rousse fut prononcée. Je me contenta de me gratter le menton avant de tourner le regard vers mon compère et de lui sortir avec une petite once de moquerie.

- Toi et les femmes... Tu arrives toujours à choisir celles qui mettent ta vie en danger. Tu t’intéresse aux jeunes filles qui n'ont pas encore la majorité maintenant ?  

Bien évidemment, je ne lui disait absolument pas que cette Angelica était une seconde Lust et puis cette demoiselle, je l'avais aussi rencontrée lors de ma visite au cimetière. Elle m'avait laissé un drôle de souvenir en mémoire et je n'étais pas prêt à oublier cette rencontre. Puis la discussion se tourna vers une autre femme, la colonel Evelyn Evans. Ah cette charmante femme qui se retrouvait étrangement sur les mêmes affaires que moi. Au début je pensais simplement qu'elle ne m'aimais pas, mais après notre première rencontre, je ne pouvais pas me permettre de la prendre à la légère. Une alchimiste d'Etat redoutable, doublée d'une intelligence hors du commun avec un petite touche de manipulation pour couronner le tout. Je ne savais pas à quoi m'attendre avec notre chère voisine. Bien que pendant les attentats, peut de temps ma rencontre avec elle au Q.G, elle avait prit l'initiative de me donner des ordres, j'ai le loisir de pouvoir la voir sous un autre jour. Elle avait plusieurs facettes : Celle de la femme qui dirigeait son équipe d'une main de maître, celle de la jeune femme qui était prête à tout pour protéger les autres, mais aussi de la demoiselle pleine de rage et qui n'avait pas hésité à me laisser pour poursuivre un terroriste du Q.G et à foncer quitte à sacrifier sa propre vie. Une véritable énigme à elle toute seule aussi. Je me disais qu'il ne serait pas judicieux de l'avoir en ennemi, mais comme alliée, après tout, cette colonel avait quelques haut-gradés dans sa poche. Mon sous-lieutenant me fit très vite la remarque que cette colonel avait comme amie notre lieutenant Hawkeye, mais que mise à part cela, on ne connaissait rien d'elle.

- Il est vrai que cette colonel Evans ne laisse pas vraiment d'informations sur sa propre personne. J'ai d'ailleurs appris qu'elle était présente à l'hôpital le jour de ta sortie. Je ne pense pas que cela soit une coïncidence, mais je préfère me méfier d'elle. Cette femme se rapproche d'un peu trop près à nos affaires, les haut-gradés lui donnent des enquêtes qui croisent les nôtres. M'enfin peut-être qu'on devrait garder un oeil sur elle discrètement, histoire de connaître ses attentions à notre égards. Je devrais peut-être l'inviter à boire un verre après le travail... Histoire d'avoir une petite conversation avec elle. Faut bien avouer qu'elle a un sacré charme, qu'en dis-tu ? Oh... tu viens d'appuyer sur l'accélérateur, Havoc !  

La voiture roulait bizarrement, un coup on accélérait, un coup on freinait. Je n'y prêta pas plus attention. La conversation reprit sur cette fameuse Angelica et ses multiples visages. Havoc, qui venait d'arrêter la voiture, lui confia qu'il l'avait rencontrée à l’hôpital... Oh comme par hasard, la colonel Evans avait été envoyée aussi là bas quelques temps après. Coïncidences ? Lorsque Jean eut fini de déballer son sac, je lui avoua à mon tour ma rencontre avec cette mystérieuse jeune fille.

- Tu vas rire, mais moi aussi j'ai gardé un drôle de souvenir de ma rencontre avec elle. J'étais au cimetière pour me recueillir sur la tombe de Hughes et puis elle est apparue. Tout d'abord j'ai cru qu'elle était totalement inoffensif, mais je mettais trompé. Cette demoiselle a plusieurs identités qui vivent en elle et de plus, c'est une chimère. Elle m'a semblé agressive tout d'abord, puis lorsque je suis parti, elle m'a rattrapé et j'avais l'impression que c'était encore une autre. Son physique aussi pouvait changer. Passant de petite fille à jeune adulte puis en femme volante. Il est grand temps que nous en sachions plus sur elle et je crois qu'on va pouvoir lui poser toutes les questions que l'ont veux très bientôt...

Je fis signe à mon subordonné, lui montrant une affiche collée sur un mur juste à ma droite. La diva était actuellement en train de se donner en spectacle dans un bar pas très loin d'ici. Encore une coïncidence ?  Le moment était venu d'aller à sa rencontre et je fis le premier pas en dehors de la voiture. Que l'enquête continue ! Je n'étais pas seul, j'avais Havoc à mes côtés et cela me rassura un peu... Revoir cette fille me donnais des frissons et je n'avais aucune envie que cela ne tourne mal.



Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]

MessageSujet: Re: Friend or foe in common ? That is the question... [ feat. Roy ]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» The common thread that links Cuba, Haiti, Guyana and Bolivia
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: QG DE CENTRAL CITY :: ARCHIVES-