RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

Escanor est officiellement plus accro à la bibine que Ban !
A l'occasion de pâques, notre chimère commence à voir des bibines partout dans toutes les images du forum !
Pendant ce temps... Dominic, Elena et Princesse se font la guerre pour les trouver.
Finir dans un love hôtel avec Banou, ça motive !
Voir le deal
22.10 €

Invité
avatar
Who am i !

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Empty

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+)

MessageSujet: Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) EmptySam 10 Fév - 23:49
Devant un verre rempli de Vodka, ce jeune homme aux cheveux écarlates semble se perdre dans ses réflexions. À sa posture bien droite, malgré sa tenue décontractée, il est aisé de deviner qu’il a fréquenté l’armée de près. La manière dont il attache les lacets de ses bottes flambant neuves est un autre témoin de la profession de cet étranger. Des habitués murmurrent des rumeurs quant à l’identité exacte de cet homme imposant et armé. Est-ce un déserteur de l’armée qui a choisi de devenir un mercenaire dénué du moindre sens de l’honneur, attiré par l’appat du gain facile?

Aux oreilles fines du principal intéressé, ces déclarations ressemblent à des insultes. Ces hommes qui n’osent pas le confronter directement sont éloignés de la vérité, mais cela, Flynn leur laissera le découvrir en temps et lieux. Il ne souhaite guère gâcher sa première soirée hors de l’Académie en raison d’imbéciles. Le verre qu’il fait tournoyer dans sa main le ramène vers une époque qui lui semble déja lointaine sans l’être réellement.

Il ne lui suffisait que de fermer les yeux un bref instant pour se rappeler la première fois qu’il avait franchi les murs d’un établissement qui avait acceuilli son grand frère et son père avant lui. Cette fierté sur son visage , et la surprise des instructeurs face à cette lettre que ton père t’avait obtenue. Contrairement aux autres étudiants, tu n’allait rester que pour la première moitié du programme. Ton avenir se dessinait par une signature du Générallissime lui-même. Il est vrai que tu commencerait au bas de l’échelle, mais cela te convenait parfaitement.

Le regard glacial de cet homme qui deviendrait ton rival s’ était teint de jalousie en voyant la lettre. Tu obtenais une étiquette de fils à papa trop gâté, mais il t’a fallu plusieurs semaines pour comprendre la connotation de ce titre méprisant. Ils ne voyaient en toi qu’un prétentieux qui avait utilisé ses contacts pour parvenir à ses fins sans faire l’effort qu’ils faisaient tous. Cela ne te dérangeait pas, puisque tu savais que tu méritait réellement cette place. Ce n’était pas une lettre t’avantageant qui discréditerait tout ce que tu avais appris en si peu de temps.

Toi, l’enfant de Briggs, le survivant , tu avais appris à faire parti du monde de ceux de ton espèce. Ce que ces camarades avaient appris depuis leur enfance , tu l’avait appris en l espace de quelques mois. Au premier abord, ton physique imposant et ton regard de chasseur affilé en intimida plus qu’un mais lorsque ta voix résonna, tu appris un nouveau mot: intimidation. Cet accent qui était si différent des leurs suscitait la moquerie. Ce n’est pas pour rien que cet homme promu évite de parler et se contente d’écrire. Il préfère entretenir le mythe d’un homme silencieux plutot que d’exposer ses failles.

Le verre qu’il tient est vidé à fines gorgées méticuleusement calculée, tandis que son subconscient se félicite d’avoir parcouru autant de chemin vers un rêve qui se clarifie de plus en plus. Oui, tu te rapelles de la difficulté que tu as éprouvé à suivre toute cette théorie en raison de leur usage de terme que tu ne conaîssais pas encore. La politique, tout particulièrement, se retrouvait être un sujet des plus épineux. Il était fréquent que ton rival Wilfred te fasse des piques racistes à propos des Drachman, puisque tu en avais l’accent très prononcé.  

Tu détestais ce camarade de classe et tu te retenais de lui faire gouter à tes poings en cours pratiques où, naturellement, tu surpassais la classe par ta maîtrise acquise des armes et du combat. Les épreuves imposées par l’instituteur semblaient particulièrement pénible pour certains, mais ils te semblaient ridiculement simple comparé à tes chasses quoitidienne dans un climat aussi hostile que ces hommes que tu pourchassais. Tu étais le seul qui savourait les rations comme si cela était de la haute gastronomie. Ceux qui boudaient leurs repas n’avaient pas eu à manger des cadavres putrides, faute d’aliments tangibles. En fait, ils n auraient pas survécu à cette vie qui a été la tienne par le passé.

Les mois passaient et tu rattrappait ton retard des premières semaines en étudiant scrupuleusement tout ce qui était enseigné :Les guerres, les stratégies les plus efficaces, les nations ennemies à la tienne, le cas de la guerre d’Ishbal ainsi que les rôles précis de chaque grade militaire. Tu ne surpassais pas ton rival sur le point théorique, mais il semblait plus doué à gratter de la paperasse qu’à tirer sur une cible. Comme tous les autres étudiants, Winifred avait une grandeur moindre que la tienne. Ca ne l’empêcha pas de te frapper de son plus fort pendant l’un de vos entrainements commun.

Ces mots méprisants qu’il te cracha au visage, d’une cruauté franche t’irritèrent fortement. Cela fut la goutte de trop tandis que tu lui sauta à la gorge. Les coups se succédaient, toujours plus rapides et bientôt son visage se réduisent en charpie sanguinolente. Il en devenait qu’une vulgaire proie entre tes mains qui gesticulait comme une larve décapitée sous les crocs d'un prédateur. Un peu plus et tu en resserrera la pression de tes mains sur la chair tendre de son cou pour faire taire à jamais cette voix, mais plusieurs de vos camarades vous séparèrent.

L’homme sourit au souvenir de la journée ou il a du nettoyer toute la vaisselle de l’Académie en raison de son comportement. Wilfred l’avait bien mérité après tout. En plus grâce à cette querelle, il renonca à l’académie et le reste de ses études se passa sans accrocs. Il engloutit le verre qui vient d’être posé devant lui, puis il paie la somme demandée au serveur. Il n’est que 15 heures après tout , alors il en profite pour faire un tour en ville avant de se trouver un endroit pour la nuit.

Cet homme qui doit se pencher pour passer le cadre de la porte a un sourire aux lèvres, puisque quelque chose lui dit qu’ il ne s’ennuiera pas dans Central. Qui sait, avec de la chance, il se trouvera des adversaires dignes de ce nom appartenant à son espèce. Il faut dire que le dernier combat qui l’a fait frissonner de plaisir a été contre son Ourse, Natalya. Et encore, il ne voulait pas blesser sa tendre amie ivre de colère.

Il porte son sac en toile sur son épaule et ses armes, puisque les regards craintifs qu’il croise ne l’importunent pas. Ce n’est pas comme s’il les attaquait, mais plusieurs le prennent pour un prédateur, sans qu il ne sache pourquoi. Peut être est-ce en raison de son regard ou de sa carrure d’épaules? Peu importe ce qui en était réellement, les gens s'écartaient à son passage comme une nuée de mouches éloignées par les griffes d’un animal dangeureux, bien que la signification du mot lui même lui était incompréhensible.

À un tournant de rue, tout près de vieux batiments désaffectés ayant servi de laboratoire, il tomba nez à nez avec un cadavre des plus étranges. En effet, la victime semblait arborer des traits animaliers rappelant un loup. Étrangement Flynn pouvait reconnaitre un loup dans la manière dont les crocs de cet individu était formés, ainsi que la forme de sa queue partiellement tranchée. Evicérée, la victime arborait un regard suppliant, comme si elle avait affronté un prédateur pire qu’elle. Le jeune homme se nota mentalement de se renseigner sur ces hommes-animaux, puisqu’il en avait jamais entendu parler.

Qui sait, peut-etre que son frère en saurait plus à ce sujet. Il le lui demanderait dans sa prochaine lettre. Pour l’instant son attention se portait sur cette chose. Il entendit à peine les pas se rapprocher de sa position.
Revenir en haut Aller en bas
Logan Stilinski
Messages : 158
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Empty

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+)

MessageSujet: Re: Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) EmptyDim 11 Fév - 1:57
1 novembre 1914

C'était l'anniversaire des quinze jours. Deux semaines que Logan prenait de l'opium. Les débuts avaient été chaotiques, entrecoupés d'un sommeil quasiment inexistant, d'une douleur fantôme paralysante et de cauchemars bestiaux. Son nouvel auto-mail au bras alourdissait ses mouvements et son agilité en pâtissait. Néanmoins, il se refusait catégoriquement d'arrêter de chasser.

Sifflotant, l'anneau de ses clés tournant autour de son index de métal, il guettait. Il faisait nuit alors qu'il était si tôt. La fin d'après-midi de cet hiver mortel envahissait Central. Le jeune homme s'éloigna du centre-ville, flairant les inexplicables groupes qui se réunissaient aux abords des anciens laboratoires pour... Il ignorait totalement pourquoi les chimères prenaient goût à cet exil et pourquoi elles aimaient se réunir. Ces scélérates méritaient seulement de crever !

Joyeux comme un enfant à la sortie de l'école, il trottinait dans le chemin, envahit de l'euphorie du cola, mais enivré par l'opium. La douleur commençait enfin à se taire, venimeuse uniquement lorsqu'il était sobre. C'était pourquoi il ne l'était jamais plus.

Il passa une main dans son épaisse chevelure grise, le dos collé contre un mur. Dissimulé aux regards des éventuels groupes de chimères, il cessa de siffler, les yeux rivés sur le grillage qui délimitait l'entrée aux laboratoires. Il ne vit personne aller et venir pendant une longue heure. C'était long dans la tête d'un esprit sain. Ça l'était moins pour Logan qui aiguisait son couteau contre la plaque de son poignet en acier. Il arborait plusieurs traces d'usure dû à cette pratique. Pour graisser l'arme, il la lécha d'un bout à l'autre sans ressentir la peur de se couper. Ça n'arrivait pas. Le goût de fer envahit sa bouche à la minute où il entendit soudain des pas vers le grillage. Un homme venait d'apparaître, vêtu d'un épais manteau. Il regarda les alentours avec appréhension, mais lorsqu'il constata que personne ne se trouvait-là, il retira son fardeau de tissu et laissa sa nature prendre le pas sur l'homme ; ses oreilles et son nez s'élargirent et grandirent. Les poils de ses bras, de son buste et de son visage le recouvrirent presque. Ses mains devinrent des pattes épaisses accentués de griffes. L'homme-loup ouvrit sa montre à gousset avec impatience. Il attendait quelqu'un.

Logan en était ravi. Il mit ses mains en coupe autour de sa bouche :

« Ahouuuuuuuuuuuuuuu ! »

Il resta caché, conscient que la chimère savait d'où provenait le son. Mais qu'était un homme face à une bête ? Une ombre était bien mieux lotie, ayant l'avantage du mystère. Logan tourna son couteau pour le tenir par la lame, le coude plié et prêt à l’asséner sur le visage qui viendrait s'enquérir de la voix qui avait criée. De sa main libre, il rabattit sa capuche noire sur sa figure, incapable de retirer le sourire qui lui fendait les lèvres. Il se les lécha avec l'attente d'un prédateur affamé.

Lorsque le loup s'approcha d'un peu trop près, Logan lui enfonça la garde de son couteau dans l’œil. Sa victime jappa et grogna violemment, toutes griffes dehors. C'était le bon moment pour le jeune chasseur de découvrir si ses capacités étaient aussi bonnes qu'il y a quinze jours. Son câble de caoutchouc claqua comme un fouet sortit de sa poche alors qu'il le lançait avec élan autour du cou de la bestiole. Il lui asséna un hasardeux coup de tête tandis qu'il lâchait son couteau pour attraper l'autre extrémité du fil de l'autre côté de ses épaules. Comme s'il s'apprêtait seulement à l'habiller d'une cravate un peu trop serrée, Logan s'approcha vivement, nez contre nez ;

« Et c'est là qu'on danse ! »

Il se laissa glisser entre les jambes de la créature hébétée, le câble dans les mains. Lorsqu'il se releva dans son dos, il tira avec vigueur sur la corde et les pieds du loup décollèrent du sol. Dans une pirouette, la chimère se retrouva par terre, la tête entre les jambes. Logan n'attendit pas qu'il se relève et récupéra son câble qu'il lui enroula autour de la gorge. Le fil emmêlé dans ses doigts d'acier, il posa fermement son pied entre les omoplates du loup pour avoir un contre-poids étrangleur des plus efficaces.

« Et là, tu supplies ta maman de fermer les jambes pour pas te laisser sortir, sale merde ! »

Il rit, exalté, les pupilles aussi petites que des grains de sable. Tout en sueur de par la drogue qui respirait dans chaque pore de sa peau, Logan se mit à siffloter un air festif. Il pouvait entendre les trompettes, la batterie. C'était plaisant de sentir que le travail était bien fait et pas totalement fini. Derrière les gémissements intenses du loup qui se débattait, Logan continuait de chantonner, le pied en rythme contre le dos de sa prise.

« Tu entends ça ? C'est ta voix de sale bête agonisante qui chantonne ! C'est un son grave ! Putain, continus, c'est grisant ! T'arrêtes pas, ça me donne envie de danser ! Allez... REFRAIN ! »

Il traîna son fardeau à bout de souffle par la gorge, comme un pendu jusqu’à pouvoir récupérer son couteau au sol. D'une main, il maintint la prise sur l'entrave qui l'étranglait et de l'autre, il lui planta la lame dans les tripes. Affolé, le loup se mit à hurler, la voix brisée par la corde qui l'entravait. Logan s'empressa de crier par-dessus son agonie :

« Ahou ! Ahou ! On t'entend pas ! »

Il tourna la garde de son couteau dans l'autre sens pour animer la souffrance de sa proie. Celle-ci ne se fit pas attendre. Le loup s'arracha la voix, aussi tambourinante qu'une chanson galvanisée. La langue entre les dents, Logan se délecta de ce moment jusqu'à lui ouvrir le ventre. Les organes de la bête se rependirent sur le sol comme des tas de fils désorganisés et enduits d'huile. Logan laissa tomber son câble et se contorsionna avec rapidité pour attraper un boyau et le passer autour du cou de son propriétaire. Son ricanement résonnait autour d'eux alors qu'il s’affairait à l'étouffer avec. Le sang glissait comme une pluie impuissante sur ses membres d'acier. La vie quitta le corps de la chimère.

Le jeune homme soupira d'aise. Il s'avachit, les jambes écartées sur son crime, le coude contre le genou et le menton dans la main. Quelques gouttes de sang maquillèrent l'angle de sa mâchoire, mais il en avait cure. Il récupéra son couteau entre le pouce et l'index comme si ce dernier était maintenant infecté par la chimère. Il le déposa au sol avant de se souvenir que la bête attendait quelqu'un avant qu'il ne l'agresse. Il se frotta les mains tout en se relevant. Il fallait nettoyer ce bazar.

« Bah... Après !!! »

Ce ne serait pas drôle selon lui si le coéquipier de sa victime ne voyait pas ça. Il s'alluma une cigarette, prit d'une soudaine envie de marquer son territoire. La drogue donnait une soif d'éléphant et le jeune homme se voyait aller pisser toutes les demies-heures depuis qu'il en prenait.
La clope entre les lèvres, il baissa sa braguette, le regard fixe sur le cadavre devant lui. Immobile ainsi, il se demanda longuement si ça en valait la peine...

« … Merde. J'aurais dû y penser avant que tu crèves ! »

Il alla s'exiler pour faire son affaire, bien trop déçu. Si le loup avait été vivant, cela aurait pu être beaucoup plus cocasse. Sa cendre manqua de peu de lui tomber sur la fontaine de famille et il s'accrocha au grillage pour se pencher et ainsi éviter l'incendie !

« Ouf ! »

Il remonta sa braguette et retourna sur le lieu du crime, impatient de récupérer son arme et de passer au suivant ! Gai comme à son arrivée, il retira sa capuche, la clope entre deux doigts. Quelle fut sa surprise de voir un homme planté devant le corps de la chimère. Il s'arrêta une seconde, le sourcil froncé. Le gaillard faisait la taille d'un immeuble, à l'image du renard ! Mais pour l'instant, il ne le voyait pas, dos à lui. Logan esquissa un sourire dans l'ombre de ce témoin gênant. Il lança un regard enthousiaste à son couteau et son câble restés près du corps. Il s'approcha à pas de loup en levant sa cigarette vers la nuque du nouvel arrivant. Il l'écrasa dessus sans modestie, avisant le fait que ça imprègne sa peau de manière circulaire. Anticipant la surprise du squatteur de scène de crime, Logan lui passa devant en agitant les mains :

« Surpriiiiise ! »

Il recula vers son couteau :

« On fait quoi ? On coupe quelques parts et on partage une bouffe ?! Bah alors ?! On s'est perdus ?! Bah alors ?! »

Il ramassa son arme, la bouche en cul-de-poule, les poignets contre les hanches :

« Bah alors ?! »

Logan rit, plutôt fier de son imitation de mère-poule avant de tendre sa lame comme un doigt mal avisé :

« Je vais t'indiquer le chemin ! Tu te retournes, tu te penches et tu tousses pendant que je t'enfonce ça dans le cul pour te signifier d'aller te faire foutre, sale merde ! Dommage que tu sois passé par là ! »
1460 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Who am i !

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Empty

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+)

MessageSujet: Re: Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) EmptyDim 11 Fév - 4:05

« Surpriiiiise ! »

Cet homme aux cheveux gris beaucoup plus petit que lui le fit se redresser d’un coup, surpris par la discrétion de celui qu’il devina être le prédateur de la bête éviscérée. En plus, il y avait des tripes partout. Un simple coup d’oeil vers ses bottes lui fit réaliser que celles-ci avait des morceaux sanguinolents bien collés. Il lui faudrait les laver, lorsqu’il se trouverait un endroit ou loger. Merde, Natalya faisait un travail plus propres avec ses proies que cet humain qui agissait de manière différente ques ceux qu’il croisait normalement. Oui, il devait admettre que cet homme avait réussi à percer sa défense et à cette simple remarque, son sourire s’élargit sur ses traits.

Cet homme au bras étrangement métallique recula vers son couteau poisseux tout en fixant le colosse souriant. Il voulait juste confirmer si cet homme souhaiterait vraiment l’affronter avant qu’il ne se fasse de faux espoirs. Un frisson léger lui remonta dans l'anticipation d’un adversaire potentiel.

« On fait quoi ? On coupe quelques parts et on partage une bouffe ?! Bah alors ?! On s'est perdus ?! Bah alors ?! »

Sa voix teintée de folie était insolite, comme le reste de la scène, tout compte fait. Il lui laisses le temps de ramasser son arme, tandis que l’homme sortit son passeport en douceur avant de le lui tendre ouvert à la page contenant son nom complet. Flynn, le nom à laquel le sergent qui entrerait en fonction dans une semaine signait n’était qu’un diminutif d’un nom extrêmement long.

‘’ Flynn n’aime pas particulièrement la viande de loup. La consistance est assez fade et il a cessé de se nourir de cadavres depuis qu’il est à Central. Flynn vous laisse savourer votre proie, monsieur, mais Flynn apprécie votre attention.’’

L’homme argenté avec une capuche baissée a une expression plutôt marrante de sa perspective, tandis qu’il a les poignets contre les hanches. Un peu comme un de ces poulets qu’il a aperçu dans la cour d'une maison. Étais-ce la manière de cet homme de saluer ou plutôt une insulte incompréhensible? Flynn avait encore beaucoup de choses à apprendre sur les gens qu’il protégerait avec toute sa détermination et sa fougue.

« Bah alors ?! »

‘’ Flynn comprend votre déception, monsieur, mais Flynn mange normalement maintenant. ‘’

L’homme rit pour une raison qui dépasse le colosse originaire du nord puis tend sa lame à la manière de ce doit impoli selon ses collègues de l’Académie qui lui avaient appris beaucoup de gestes considérés disgracieux. Flynn n’était pas bête au point d’ignorer une insulte porté à son encontre.

« Je vais t'indiquer le chemin ! Tu te retournes, tu te penches et tu tousses pendant que je t'enfonce ça dans le cul pour te signifier d'aller te faire foutre, sale merde ! Dommage que tu sois passé par là ! »

L’insulte verbale plus directe le fit ranger son précieux passeport avant de le toiser du haut de son 1m94, avec une expression brillante, mais sinistre à la fois. Cet homme venait de commettre une erreur qui réjouissait le soldat qui ne souhaitait pas encore se faire réprimander pour ses habitudes de bagarreur. Un rire surgit de sa gorge , des plus amusés. Généralement, lorsqu’il riait de la sorte les gens n’osaient pas l'affronter, mais il ne laisserait pas ce petit prédateur partir sans lui avoir montré sa valeur au combat.

Non, Flynn cherchait un de ces combats depuis longtemps et la frénésie lui montait, tandis qu’il répondit à l’insulte déclarée par cet homme.

‘’ La sale merde, comme vous dites si bien souhaite voir si vous valez plus que ce que votre langue en dit. Flynn ne s’incline pas pour des hommes qui prétendent être plus braves qu’ils ne le sont en réalité. Votre … proie n’est pas impressionnante , le savez-vous? Juste à la posture, il semblerait que cette chose se soit vidée dans ses vêtements pendant que vous l’exécutiez. Serez-vous aussi lâche que lui? Flynn souhaite une réponse à cette question. Si vous ne valez pas votre insulte, Flynn sera décu, puisque vous lui semblez être un bon adversaire.’’

Sans laisse le temps à son adversaire de réagir, il avança jusqu’à atteindre sa hauteur avant de lui asséner un coup au visage , sans se retenir. D’un bond, il se recula, tandis qu’il vit le petit couteau tenter de le percer. Même si pour Flynn le couteau était inoffensif, il n'avait pas particulièrement envie de faire soupirer son grand frère pour sa ‘’négligence’’. À chaque fois que son sang coulait et qu’il n’hurlait pas, les gens tremblaient. C’est comme cela qu’il apprit que sa condition n’était pas normale.

‘’ Flynn sera fair play, il n’utilisera que ses poings contre vous, comme ca vous aurez la possibilité de vous prouver. Il serait fortement dommage que le combat cesse en une fraction de seconde n'est-ce pas? L’euphorie d’un véritable combat est bien trop rarissime pour la laisser se consumer à la première charge. N’êtes-vous pas en accord avec Flynn, monsieur? D’ailleurs il est impoli de ne pas se présenter à son adversaire, Monsieur. N'allez pas croire que Flynn ne discerne pas une provocation dans les paroles de ses semblables. D’ailleurs, Flynn voit déjà du sang. Vous êtes donc du genre fragile, monsieur? Quel Dommage, sincèrement, il faudra que Flynn retient ses coups s’il veut s’amuser plus que deux minutes.’’

Pour être honnête, cela ne lui dérangeait pas de se retenir, puisqu’il avait terriblement envie d’un vrai duel pour fêter sa graduation. L’art du combat était une mélodie des plus jolies qui lui remontait aux oreilles. Il se préparait déjà à recevoir une contre-attaque de ce meurtrier. En définitive, cette journée était des plus excellentes et il ne pouvait pas être plus comblé.

‘’ Flynn doit vous remercier, monsieur! Il avait envie de se battre, mais personne ne lui avait donné un raison légitime de pouvoir se battre. Votre menace a donc été la bienvenue. Menacer d’enfoncer votre arme dans un tel endroit n’est pas la meilleure réplique que vous auriez pu sortir, vous savez? Vaut mieux attaquer la source même de leur fierté et menacer de l’arracher à la force de vos dents puis lui faire manger de force avant de l’écorcher comme une proie parée au dépecage. Vous lui enlevez ainsi toute dignité. Il y a aussi le classique d’attacher un couteau entre les mains d’une des victimes et lui donner le choix de se tuer ou de tuer l’autre. Le désespoir dans leur visage est des plus délectables. Flynn ne l’a pas appliqué, mais il a eu l’occasion de le voir une fois. Vous devriez vraiment améliorer vos répliques si vous voulez susciter la peur chez votre proie. ‘’

Instinctivement, il avait mentionné des souvenirs renfloués de son passé. Floutés, il se souvenait de l'air de satisfaction sur le visage de cette femme terrifiante qui avait été sa mère. Juste à la pensée de cette femme, son corps trembla d'un coup rapide, mais cela se calma en un clignement d’œil. Bien que sa mémoire avait effacé tout souvenir de cette enfance, son subconscient ressortait parfois quelques images ou sensations vécues. Gravées en lui, ces événements lui causaient d'atroces cauchemars qui le rendaient souvent insomniaque. Ce n'était pas la violence qui le terrifiait, mais bien cette femme elle-même. Sa soeur, qu'il avait eu la malchance de croiser lui faisait le même effet. Cet homme qui l'avait surpris ne faisait pas parti de ses peurs.
Revenir en haut Aller en bas
Logan Stilinski
Messages : 158
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Empty

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+)

MessageSujet: Re: Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) EmptyJeu 1 Mar - 20:01
Le militaire partit dans un examen psychologique du cadavre à leurs pieds. Logan haussa les sourcils, mais n'était-ce pas plutôt par curiosité vis-à-vis de sa manière de parler ? Le grand inconnu se désignait à la troisième personne si bien que Logan se demanda quelques instants s'il n'était pas en train de désigner un autre individu. Le rire qu'il l'avait entendu arborer, légèrement moqueur et amusé, n'avait pas tardé à provoquer un sourire miroir sur les lèvres du jeune homme. Logan le fixait, fasciné tout en l'écoutant déblatérer des propos…

Ni une, ni deux, il reçut un coup de tête en pleine arête ! Le garçon n'eut que le temps de donner un vif coup de couteau en avant, mais le militaire était déjà revenu sur ses pas. Ce saut éclair ne l'étonna pas autant que le virulent filet de sang qui s'échappait de son nez. Il leva la tête, les narines pincées entre son pouce et son index, la gorge prise d'un sursaut guttural comme s'il se raclait le fond du gosier pour en expulser le dentifrice inopportun.

Flynn continua de parler, mais le jeune homme ne l'écoutait que d'une oreille. Les yeux rivés sur lui, il entendait les conseils farfelus du grand rouquin tout en passant sa main dans sa poche. Quel pouvait être l'avantage de s'entendre dire qu'il valait mieux offrir un couteau à notre victime pour lui donner le choix de se tuer ou d'en tuer un autre ? C'était totalement stupide. Il ne tirerait aucun plaisir de donner le choix à ses proies. Logan était un chasseur. Un chasseur fragile, selon son interlocuteur.

« Flynn, il commence à me casser les couilles, répliqua Logan derrière sa poignée nasale. »

Il ne sentait point le sang qui vint colorer ses canines de par et d'autre de sa bouche fendue d'un sourire. La douleur qui devait persécuter le cartilage de son nez ne vint jamais. Il plia et déplia ses doigts, exalté par le grincement des phalanges d'acier. L'opium rendait l’expérience enrichissante et indolore. L'extrait de cola faisait quant à lui ressortir le rouge de ses yeux, les petites veines derrière la couche blanche et jaunie dans son regard. La folie guettait, loin derrière ses pupilles dilatées qui combattaient l'excitation dans ses iris à peine perceptibles. Tel un chat ébloui, elles se colorèrent, pourvus d'un rond aussi petit qu'un grain de sable. Ses deux petits faisceaux noirs, perdus dans le brouillard gris de son regard, se braquèrent sur Flynn Hawke :

« Flynn, il est grand. Il est rapide. Mais est-il agile ? »

Il se laissa retomber nonchalamment sur une jambe avant de se mettre à lui tourner autour :

« Tu me rappelles un gars… Ça doit être la taille, je ne sais pas. Une grande merde comme toi. »

Logan se percuta en avant et d'un bond lui asséna un coup de pied dans le menton. Succintement, et dès lors qu'il posa pied à terre, il logea son doigt dans la bouche du grand dâdet et le planta dans sa joue pour l'inciter à baisser la tête. Avec élan, il remonta son genou et le fit claquer contre le nez du militaire. D'un ricanement animalier, Logan se pinça la langue entre les dents en relâchant la bête :

« Ça n’empêche pas de te faire saigner ! »

Il relâcha Flynn et d'une pirouette, bondit en arrière. Il se plaqua une main sur l'entre-jambe :

« Oups, je reviens des petits-coins et j'ai pas eu le temps de me laver les mains ! »

Logan leva les bras, exalté et aussi vivant que si la drogue ne l'animait pas. Il se sentait mieux encore, plus libre, plus léger. Plus énergique ! Il laissa échappé un rire qui s'étouffa dans sa propre joie. Cette drogue lui ouvrait de nouvelles voies. De nouvelles opportunités. Il gémit de plaisance et baissa les yeux sur les jambes de son adversaire, le nez bleuté et le pourpre lui maquillant chaque coin de la bouche. Son sang ressortait épais de ses narines. Du dos de la main, il s'essuya le visage, laissant une traînée plus sombre sur ce dernier.

« Tu me crois fragile, hein ? À cause de ça ? »

Il leva sa paume de métal qui peinait à réunir le sang qu'il venait d'éponger. L'hémoglobine glissait sur la matière grise comme si la pluie lavait chacun de ses doigts.

« Ça, mon gars, c’est ce dont je suis fais, mais… »

Il se lécha les lèvres avant d’engloutir trois de ses doigts ensanglantés, de s’imprégner de leur goût métallisé, de ressentir chaque pointe salée, de laver chacun d'entre eux du sang qui les imprégnait avant de les tendre devant lui. Il cracha au sol, les yeux rivés sur sa main d'acier.

« Mais en dessous, comme tu peux le voir... C'est infrangible. »

Il releva les yeux sur Flynn :

« Indestructible. T'auras beau vouloir me battre, il y a un endroit que tu ne pourras jamais atteindre, mon grand. Cette guerre, tu l'as perdue quand t'es arrivé. »

Il rit, parcourut d'un frisson de bas en haut. Il dénoua ses trapèzes en faisant rouler sa tête, lentement et esquissa un sourire mesuré, les dents rosies par le sang :

« Putain, je sais plus ce que je dis, mon gars. T'as pigé un truc ? C'était profond ! »

Il explosa de rire, la main toujours tendue. Il plia quatre doigts, ne laissant que son majeur en évidence.

« Ton fair-play, tu te le gardes. Soit tu te bats, soit tu meurs, mon bâtard. »

Le jeune homme soupira, la tête branlante sur ses frêles épaules, car brusqué d'un frisson d'excitation intense. Sa voix, croissante, devint de plus en plus forte et grave à mesure qu'il disait :

« Je suis défoncé tout le temps, défoncé en dehors de mon putain de petit esprit ! Tout ce que je veux, c'est quelqu'un pour jouer avec moi !* »

D'une rotation du poignet théâtrale, il invita son adversaire sur la piste :

« Alors viens jouer, sale merde ! Voyons si tu en vaux la peine ou si tu ne seras qu'un jouet de pacotille ! »
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Empty

Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+)

MessageSujet: Re: Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Une rencontre inoubliable (Flynn et Loganochoupinet) (18+) Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: LES RPS TERMINES OU ABANDONNES-