RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

avatar
Messages : 211
FullMetal Alchemist
Who am i !

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Jeu 1 Fév - 22:39
Edward était bien content ! Ses auto-mails étaient réparés, voir carrément refait, du coup l'esthétique avait un peut changer fallait bien l'avouer. Mais ce n'était pas grave, c'était sympa ! En plus il était léger et solide, enfin, il l’espérait. 

Perdu dans ses pensés Ed, se fit bousculer et arracher des mains sa valise,

- Hé !! 

Oui réplique très rechercher nous l'avouerons, mais cela n’empêchât pas le blondinet de poursuivre son voleur. Hoooo cet auto mail a sa  jambe était génial ! Il avait l'impression de voler dans les aires !!! Bon ce n'est pas le moment de s'extasier. Par ou était il parti ? Par la !

Edward bifurqua à l'angle d'un immeuble et s’engagea dans les ruelles étroites de Central à la poursuite de l'homme. Il y avait la plume d'Anjuu dans cette valise !! L'alchimiste frappa dans ses mains et les plaqua contre le mur des piques en jaillirent dans une série d'éclairs bleue avant de stopper le voleur en le plantant dans le mur d'en face ! Enfin pas l'homme directement, mais ses vêtements. Le jeune homme ramassa alors sa valise et soupira. 

- Il n'y a rien d’intéressant pour vous dans cette valise !
Homme : Fait moi descendre morveux ! 
- Débrouillez-vous ! Fallait réfléchir avant d'agir !

Le blond se retourna pour partir, mais... Où était-il ? En le poursuivant, il ne pensait pas être allé aussi loin ! Edward parti cherchant à revenir sur ses pas, il n'aimait pas cet endroit il y avait pas mal de bar mal fréquenté ! Des femmes en petite tenue le regardaient avec convoitise et il resserra sa veste rouge autour de lui, pas rassurer. Il passa près d'une de ces dames.


Femme : Alors mon mignon ? On est venue prendre du bon temps ? Je peux m'occuper de toi sans problème !


- Heu non merci gni !!!

Une fille plus jeune aux cheveux, heu, bleu, vraiment ? 

Fille : Allons la vieille tu vois bien que tu lui fais peur ! Viens donc mon ange, je vais t'aider a retrouver le chemin du paradis 


Et elle disait cela en le tirant par les épaules a sa suite. Il se dégagea et se sauva en courant !
Ha enfin une cabine téléphonique ! Edward y entra et mit une pièce, puis composa le numéro du QG donnant son matricule.

-  Pouvez-vous faire parvenir un message à Alphonse Elric ? Il devrait être soit a l’hôtel, soit a la bibliothèque des alchimistes d'état. Dites lui que son frère s'est perdu ? Je suis heu...

Il regarda cherchant un nom de rue.

- Rue Sainte Ethicienne, je l'attends à la cabine téléphonique situer en face du bar L'ogre îvre, je ne bouge pas. Merci,,, pardon vous avez dit ? D’accord ! Merci,


Il raccrocha par la suite et s'adosse a la paroi de bois et de verre avant de se laissez glisser accroupi enfin assit sur sa valise. Quelle poisse ! Son regard se reposa sur le nom du bar et de la rue, drôle de nom mine de rien ! Le blondinet soupira ! C'était quand même moins lugubre que tout à l'heure, c'était assez vivant mine de rien. Il pouvait voir les badauds passer, ivre sortant de bar, sobre y entrant, ou presque sobre. Les filles de joie traînaient avec les client potentiel, certaines jouaient juste, d'autre semblaient s'ennuyer, parfois leurs regards se posait sur lui. Nul doute qu'elles avaient envie de chair fraîche plutôt que toujours les mêmes mecs bourrer. Malgré l'heure pas trop tardive, il faisait plus sombrer ici dû aux haut immeuble, du coup les bar éclairait pleinement la ruelle où il était. Surtout à chaque ouverture de porte. Cela donnait une impression hors du temps. Les cris et les rires, les blague salaces qu'il entendait sentait étrangement la bonne humeur générale. Ici des gens venaient s'amuser, comparer à l'autre ruelle où il avait croisé des SDF qui était vautré par terre, ou l'odeur des excréments avait agresser son petit nez délicat. N'y pensant pas plus il sortit son carnet et son crayon. Il n'avait jamais fait cela avant, mais il ne savait pas pourquoi il avait envie de dessiner ce qu'il voyait. Alors le blond dessina. Il n'était pas très doué, c'est vrai, hormis les cercles qu'ils pouvaient faire parfaitement à main lever, l'art abstrait, c'était autre chose. 

Mais quand même pourvu qu'Al arrive avant qu'une de ces femmes ne le croque. Ou pire ! Qu'un habitué ivre se rende compte de la présence d'un gamin qui n'avait carrément rien a foutre là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 913
Prince de Small Lady
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Mar 6 Fév - 18:50
  • Ban Silverleigh
  • Ed, Al et Roy

Rencontre Fracassante
Combien de jours Ban avait passé dans les rues de Central City à chercher sa princesse ? Il ne comptait même plus. Depuis combien de temps n’avait-il pas fermé l’oeil de la nuit, ne se reposant que très rarement, voir l’espace de cinq minutes avant de repartir sur les traces de son amour disparu… Le temps, il s’était arrêté dès le moment où le renard avait passé la chambre vide de la Diva, en rentrant de l’Est. Son coeur s’était serré dans sa poitrine et une sensation de vide s’empara de son être, comme par le passé. Son regard d’un rouge éclatant, s’était maintenant terni. Lui, qui était toujours souriant, blagueur, il était désormais tout l’inverse. Les premières heures, il fut inquiet… Puis plus le temps passa sur l’horloge, plus il devenait froid, colérique et incontrôlable. Si Alois ne passait pas beaucoup de temps à la maison, c’est Flint et Justin qui subissaient les crises du renard. Alors que l’ours et le cerf tentaient de lui faire entendre raison et de se reposer, Ban ne se gênait pas pour déclencher une bagarre. Un certain nombre d’objets s’étaient brisés contre les murs… Passant par des vases, des miroirs et même des meubles. Rien ne semblait le calmer et pourtant, l’argenté avait toujours le contrôle sur lui-même dans un sens.

Ce sentiment d’avoir été abandonné, il ne l’aimait pas. Trop longtemps la chimère avait vécu ainsi. Tout d’abord, abandonné par sa famille, puis par sa patrie. Il s’était exilé en Amestris avec l’espoir de retrouver la Small Lady qui avait illuminé sa vie pendant une semaine. Oui, il en était éperdument amoureux, même en ne sachant pas ce qu’elle était devenue depuis toutes ces années. Il avait l’espoir de redevenir son chevalier, son prince et de vivre à ses côtés pour la protéger. Telle ne fut pas sa surprise de la revoir du côté Est du pays de l’alchimie. Il ne l’avait pas reconnu, mais très vite, il en était tombé amoureux de cette chouette rousse. Ce qui était drôle dans cette histoire… C’était que le renard avait cette impression d’abandonné Small Lady pour une autre femme qu’il venait à peine de rencontrer. Il avait même écrit une lettre avant de partir rejoindre la rousse pour expliquer ce qu’il ressentait pour cette dernière. Qui aurait pu croire que la chimère qui lui avait sauvé la vie, n’était autre que celle qu’il recherchait depuis des années. Il se sentait bête de ne pas l’avoir reconnue tout de suite.

Finalement, elle n’était plus là.

En ce 12 novembre, Ban avait encore passé toute sa journée à déambuler dans les rues de Central. Il n’avait rien trouvé et cela  l’agaçait énormément. Sa colère n’était pas dirigée vers sa belle, ni même ceux qui tentaient de le ménager, mais bien contre-lui même. Il s’en voulait d’être partit alors que sa princesse avait besoin de sa présence. Depuis la mort de Lyl, il tentait de la ramener à la raison, elle qui s’était emmurée dans un profond silence. Au final, il venait même à se demander si Princesse n’était pas partie à cause de son incompétence et de son absence au moment le plus tragique. Peut-être que si Ban avait été présent dans l’appartement, il aurait pu sauver la vie de l’autre argenté et surtout, éviter un choc si brutal à la demoiselle, qu’elle ne serait pas devenue amorphe. La culpabilité l’envahissait sans arrêt et le rongeait peu à peu.

Il commençait à se faire tard. N’ayant pas le coeur à rentrer à la demeure, le renard erra dans les rues de la ville pour trouver un endroit qui lui ferait oublier sa peine et sa colère. Le regard vide, posé sur le sol, il marcha lentement en ayant les mains dans les poches de son pantalon en cuir. Il croisa un bon nombre de personnes et même des femmes qui tentaient de le séduire. Il n’y prêta pas attention et entra dans un de ces bars qu’il connaissait le mieux. Il lâcha un long soupir avant de venir poser son derrière de cuir sur un grand tabouret en face du comptoir. Un petit homme dégarni et avec une grosse moustache sombre arriva devant lui. Sans un mot, le propriétaire déposé une bouteille de bière devant l’argenté avant de se pencher au dessus du comptoir pour déposer sa main sur l’épaule de son client.

« Tu ne l’as pas encore retrouvée ? »

L ‘homme en rouge secoua lentement la tête avant de prendre la bouteille et se mettre à boire. Il vida presque la moitié d’un seul coup et la déposa sur le bois en soupirant une fois encore.

«  Non… J’ai beau cherché, mais que dalle. Je crois qu’elle n’est plus à Central depuis longtemps »

« Faut pas te décourager. T’as réussi à la retrouver une fois, alors tu recommenceras »

«  Ouais, mais je pourrais pas supporter d’être de nouveau séparé d’elle pour encore vingt ans de plus... »

Cette fois, ce fut le barman qui soupira longuement. Il pouvait comprendre le désarroi que pouvait éprouver l’homme en face de lui. Earl était comme un confident. Il ne savait pas que Ban était une chimère, mais il savait que l’argenté avait traversé de rudes épreuves pour arriver à connaître de nouveau le bonheur. Ce petit homme dégarni était compatissant et admiratif à la fois. Jamais il n’avait rencontré un type aussi tenace et déterminé. Même dans le désespoir, son plus fidèle client était persévérant. Finalement, le dénommé Earl s’éloigna après avoir donné plusieurs bouteilles au renard. Ce dernier paya d’avance sa consommation d’alcool et l’avala jusqu’à ce que sa tête tournoie et que ses nerfs furent détendus. Il passa près d’une demi-heure à regarder un point fixe devant lui, avant de se décider à se lever. La nuit allait tomber bientôt et il devait encore sillonner la moitié de la ville. Il fit un signe de la main pour saluer tout le monde et ouvrit la porte pour se rendre dans la rue. Une autre femme aguicheuse essaya de se rapprocher de lui, mais l’argenté lui lança simplement un regard noir et vide d’expression qui l’a fit se reculer et partir rapidement. Elle avait beau être jolie, elle n’était pas celle qu’il cherchait. Il n’avait pas de temps à perdre.

Soudainement, faisant à peine deux pas pour s’éloigner du bar, il sentit une odeur reconnaissable entre mille. C’était très léger,  mais il n’y avait aucun doute là-dessus… La chouette était quelque part dans la rue. L’expression de son visage changea en un instant. Il tourna la tête dans toutes les directions possibles pour identifier l’endroit où cette odeur provenait. Finalement, guidé par son odorat de renard, le mercenaire se laissa conduire à côté d’une cabine téléphonique. Son regard se plissa longuement en observant un gamin blond, habillé de rouge, assit sur une valise à l’intérieur. Sans crier gare, il saisit la poignet de la porte et l’ouvrit brutalement. Il attrapa ensuite le gamin par le col et le fit sortir pour ensuite le soulever du sol avec une seule main sur sa gorge.

«  Toi, t’es clairement pas Princesse. »

Il se mit à renifler de nouveau et de plus prêt avant de grimacer. Son étreinte se serra un peu plus avant de lâcher le gosse sur le sol.

«  Tu vas me dire ce que tu sais sur Chiara Williams, la diva de Central. Je sens son odeur autour de toi ! T’as forcément croisé une rousse avec des yeux verts quelque part, alors dis-moi où ! »

Sans s’en rendre compte, il retroussa une partie de sa lèvres supérieur et montra une de ces canines. Il avait peut-être trop bu, mais avoir une chance de savoir où était sa princesse, cela l’avait clairement remit d’aplomb. Si jamais le gamin ne voulait rien dire, il pourrait le faire parler en le torturant physiquement. Il était prêt à tout pour retrouver la femme qui lui était destinée.

1386 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 211
FullMetal Alchemist
Who am i !

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Mer 21 Fév - 19:45
Edward bailla, il était claqué et il faisait nuit maintenant, enfin... Normalement. Mais ici, c'était dur de s'en rendre compte. Il venait de ranger son carnet ou il avait essayé, oui essayé de dessiner Anjuu. Le blondinet se dit qu'il aimerait bien une photographie de sa petite amie mine de rien.
Le jeune homme sorti sa montre a gousset, depuis que Winry l'avait ouverte, il s'en servait comme montre, ce qui était son objectif premier après tout ! Punaise ! Ils en mettaient du temps à transmettre son message ! Pourvu qu'Alphonse arrive bientôt ! En plus, il avait faim !

Perdu dans ses pensées, il remarqua trop tard l'ombre le surplombant, et sursauta quand la porte s'ouvrit brutalement, un hoquet le saisit quand il fut attrapé par la gorge et sorti brutalement de la cabine. Les badauds aussi surpris reculèrent tous. Les pieds dans le vide les mains cramponner au cuir rouge. Mais qu'est-ce qu'il racontait ? Bien sûr qu'il n'était pas une princesse !


Aie ! Il l'avait lâché après l'avoir reniflé ! Quel malotru ce type ! Edward toussa, reprenant son souffle et se redressa en se tenant la gorge de sa main de chaire cacher par son gant. Il observa le type et senti ses cheveux se hérisser d’effrois sur sa nuque. C'était le type qu'il avait rencontrer à Est City ! Il c'était échappé ! Ce mec avait tué une pauvre fille de sang froid, une chimère meurtrière ! Rien à voir avec Anjuu ! De qui il lui parlait ? 

- Qui ?

Une diva ? Donc une chanteuse ? Il n'était pas très au fait de ce genre de choses vu qu'il était tout le temps en déplacement. Attends une rousse aux yeux verts ? Il n'en connaissait qu'une ! C'était Anjuu... Et Angélique bien sûr ! Incompréhension laissa place a un doute horrible ! Chiara ce n'était pas l'adulte qui était dans le même corps que les filles ? La plus grande des trois qu'il avait aperçus avec une rapière lors du festival ! Et ce type la cherchait ? Que lui voulait-il ? La tuer ? Comme s'il allait lui dire ou elle était, il pouvait toujours courir ! Il ne laisserait pas ce meurtrier s'attaquer à ses protégées !

-  Même si je le savais, je ne le dirais pas à un meurtrier ! Surtout pas à un meurtrier !


Il sentait son odeur sur lui ? Pourtant, il s'était douché ! Par reflex, Edward se renifla la manche et un peux ce qu'il pouvait cherchant bien ce qu'il pouvait sentir ! Lui il sentait juste le tabac froid du fumeur dans le wagon de train où il était cet après-midi. Ha les chimères et leur fameux odorat pour certaines ! Quelle plaie ! Le blond se recula restant sur la défensive ! Il pouvait toujours courir ce renard argenté. Le fullmetal alchimiste était rapidement passé en mode combat, ses yeux analysait déjà ce qui pourrait lui servir à se défendre, car nul doute que sa réponse n'allait pas satisfaire l'argenté ! Merde ! Un soiffard s'approcha, il posa sa main sur l'épaule de la chimère, 

Soiffard : Hé mec ! Hip ! C'est qu'un gosse ! Tu ne devrais pas le brutaliser ! 

Edward n'attendit pas que le renard bouge pour bouger et courir, il tira le mec hors de porter du renard qui semblait en plus d'être ivre en colère ! Le pauvre bougre fini dans les bras d'autre qui cligna des yeux surprit.

- Évacuer la rue ! Rentrez tous dans les commerces !

Le ton sec fit que les hommes et prostituées ricanèrent se moquant un peut de lui, qui il était ce mioche pour leur donner des ordres ? Puis c'était à eux les adultes de calmer le grand en cuir rouge non ? Que pourrait faire un petit garçon contre un homme faisant 2 fois sa taille voir plus !? Ces gens la n'allait sans doute pas tarder a le découvrir. De plus aucun d'entre eux ne, c'étaient demander comment un enfant avait pu envoyer valser un homme adulte, l'alcool devait bien aider ! Au pire demain, ils penseraient avoir rêvé.

Edward en position de défense regardait le renard ! Quand allait-il dérailler ? Car quelque chose lui disait que c'était courant chez cet individu.

- Alors ! Reprenons ! Tu lui veux quoi à cette dame ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 913
Prince de Small Lady
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Mer 9 Mai - 21:27
  • Ban Silverleigh
  • Ed, Al et Roy

Rencontre Fracassante
Le renard avait lâché le petit garçon en rouge après l'avoir reniflé. Non, ce n'était clairement pas Princesse. Pourtant, il avait son odeur sur lui, même si ce n'était pas très fort. La chimère connaissait bien ce parfum... En vivant avec elle, Ban s'y était habitué et c'était peut-être la seule chose capable de le calmer lorsqu'il ne se sentait pas bien depuis le départ de sa princesse. Maintenant qu'il venait de vérifier si c'était la même, il se sentait de nouveau un peu plus vivant, mais pas assez. Hélas, ce n'était pas elle... Alors ce garçon n'était qu'une piste à suivre pour la retrouver. Il lui ferait cracher le morceau... Quitte à se laisser submerger par la violence. Ce ne serait pas la première fois qu'il torture quelqu'un pour obtenir une information, alors... Ce ne serait pas le dernier non plus.

Malheureusement, la petite tête blonde n'avait pas l'air de comprendre sa question, enfin du moins son ordre. Le renard plissa les yeux à demi et se mit à grogner de nouveau. Il faisait semblant... Il ne pouvait pas être autrement ! Il sentait son odeur sur lui... Il l'avait forcément croisé et même touché. Qu'il ose lui dire "qui" comme réponse ne lui convenait clairement pas. Il fit alors craquer les phalanges de ses doigts et se mit à ricaner pendant l'espace d'une seconde. Un rire jaune. En cet instant, il se retenait de l'attraper par le cou et de lui frapper son petit minois pour lui rafraîchir la mémoire. Soudainement, le petit lui avoua qu'il ne lui dirait rien, surtout à un assassin. Un soulèvement de sourcil de la part du renard pour marquer son incompréhension. L'avait-il déjà croisé auparavant ? Hum... Il fallait chercher dans sa courte mémoire, mais au bout de quelques secondes, après avoir de nouveau observé le gamin en face de lui qu'il savait de quoi il en retournait. L'est, hein ? Juste avant la disparition de sa belle... La dernière mission qu'il devait faire pour un client et qui ne s'était pas totalement déroulée comme prévue. L'argenté se souvenait parfaitement d'un machin en armure, d'une femme et du fameux marmot.

Ce fut alors qu'un ivrogne approcha maladroitement des deux pour venir poser sa main sur l'épaule du renard. Mauvaise idée mon bonhomme... Surtout pas quand Ban avait l'occasion de savoir un peu plus sur la disparition de son unique amour. Toutefois, l'argenté n'eut pas le temps de réagir que le blond s'empara du bras de l'inconnu pour l'éloigner du mercenaire. Il n'était pas bête... Pouvait-il voir l'aura menaçante que le grand dégageait maintenant depuis quelques instants. Cette envie irrésistible de frapper pour obtenir la seule chose qu'il voulait le plus ces derniers temps : une réponse. Cette fois, il n'était pas question qu'Aloïs ou que Flint puissent intervenir pour l'arrêter... Il n'y avait personne pour le stopper dans son projet. Et si par malheur quelqu'un venait à le déranger, il n'hésiterait pas à le casser en deux comme un sucre pour effrayer les autres. Le renard aux yeux pourpres se tourna dans la direction du petit alchimiste et se mit à rire.

«   T'es le petit nabot qui a essayé de me piéger dans un dôme d'alchimie, n'est-ce pas ? T'es peut-être vif, mais tu ne le sera jamais assez contre moi.  »

Il aurait beau crier à tout le monde de se mettre à l'abri, rien ne changerait... Ban ne voulait pas faire de mal à personne, mais il serait bien obligé si jamais le gamin ne voulait rien lâcher. Aaaah... Si Princesse était là... Elle n'aurait certainement pas approuvé ses pensées. Mais que pouvait-il faire ? Parler calmement ? C'était impossible... Il le savait, au fond de lui, il n'aurait pas la patience. Trop longtemps à être seul... Trop longtemps qu'il cherchait sans rien trouver... Il devait savoir. Il le fallait. Il ne pouvait plus supporter cette solitude. C'était bien pire que toutes les tortures qu'il avait déjà subi auparavant. Un véritable enfer. Pourtant... Elle ne le voudrait pas. Il savait que perdre le contrôle n'était pas bien. Il ne devait pas laisser cette bête cruelle ressortir. En aucun cas. Alors, il fallait prendre sur sois et se maîtriser le plus possible, sans jamais dépasser la limite.

«  Ce que je veux à cette femme ? Je veux simplement la retrouver. Elle a disparu pendant que j'étais à l'Est. J'ai cherché partout à Central et personne ne sait où elle est. Princesse n'est pas en état depuis quelques temps... Tu es la seule personne à avoir son odeur alors c'est que tu l'as rencontré... Il faut que tu me dise où tu l'a croisé... Elle compte énormément pour moi.  »

Son regard se fit plus triste et se perdit vers le sol. Elle lui manquait horriblement... Elle lui manquait tellement qu'il ne cessait de se sentir coupable de l'avoir laissé seule. Elle n'était pas simplement la seule personne capable de l'aider, pas seulement un amour d'enfance... Elle était son destin, la seule chose qui pouvait le garder encore un peu dans la lumière. Le renard ne pouvait pas la perdre encore une fois... Il ne le voulait pas. Il espérait qu'au moins le gamin puisse le comprendre un peu et qu'il finisse par lui dire ce qu'il voulait. C'était tout...

«  Ce qui s'est passé dans l'Est, j'en suis désolé. Je perds parfois le contrôle de ce que j'ai en moi. C'est une bête cruelle et assoiffée de sang. Sache seulement que je ne voulais pas prendre la vie de cette femme. Hélas, ce qui est fait est fait et je dois vivre avec le souvenir des humains que j'ai tué à cause de "lui".  »

Il écarta doucement les mains de son corps pour montrer qu'il n'était pas hostile envers le gamin. C'était la meilleure chose à faire. Il voulait simplement parler, mais il ne raterait pas occasion... Si le blond ne voulait rien lui dire, personne ne pourrait prévoir ce que l'argenté serait capable de faire pour lui soutirer l'information. Même lui, il était incapable de le prédire. Alors, il valait mieux pour tout le monde que cela se passe dans de bonnes conditions.  
1101 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 211
FullMetal Alchemist
Who am i !

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Mar 22 Mai - 8:21
(Je corrigerais les fautes plus tard, scriben est en rade ^^")

Edward l'écoutait, attentivement, les gens autour se posait des questions, certain dans les bars étaient au téléphone, visiblement ils appelait le QG pour demander de l'aide. L'argenté semblait déterminé mais quelque chose d'étrange dans sa façon de parler, si elle était agressive quand il parlait de la rousse c'était avec douceur et...  d'accord il avait comprit. Que dire pour ne pas l'énerver d’avantage ?

Lui donner le minimum d'informations serais le mieux, assez pour le satisfaire, assez pour qu'il partent et lui fiche la paix, assez pour qu'il ne tue personne. Ce mec était clairement une chimère qui ne contrôlait pas sa partie animal et vraiment hyper sensible.

Edward perdu son regard dur a ses paroles, comme il le soupçonnait cet homme ne contrôlait pas sa partie animal. Toutes les chimères ne se contrôlait pas forcément et n'aimais pas ce qu'elle faisait en animal. Restant sur ses garde le blondinet au manteau rouge resta tout de même en alerte.

- J'ai dit a Anjuu de rentrer a la maison ! Que ses amis devait s’inquiète pour elle. Elle a besoin de temps pour se retrouver c'est tout ! C'est dur pour vous, mais il faut lui laissez le temps, elle va mieux maintenant ! Anjuu va mieux, pour Angie, et l'autre femme que je n'ai jamais rencontrer je ne sais pas, elles ne ce sont pas manifester ! Elle a du bouger depuis la semaine dernière je ne sais pas ou elle as put aller.

Et c'était vrai, bien qu'il lui ai laissez sa chambre d’hôtel la connaissant suffisamment elle avait du bouger depuis, de toute façon il la retrouverais. Mais elle aurais du rentrer... pourquoi ne l'avait elle pas fait ? Cela inquiétait sa famille, et visiblement le renard argenté avait plus qu'une relation d'amitié avec l'adulte des trois, comme lui avec l'adolescente. Il releva son regard doré sur l'argenté,

- Je travail sur un moyen de les séparer définitivement et qu'elles puissent vivre, j'ai bien dit VIVRE réellement l'une sans l'autre. A leur demande. Anjuu est maligne, les autres aussi, elles reviendrons quand elle aurons fait le point ! Laisse leur du temps ! Même si c'est dur pour toi ! Si tu l'aime vraiment comme tu semble le montrer tu dois les laissez !

Edward soupira et reprit son carnet, il avait fait des progrès en dessins mine de rien. Il le ré ouvrit et le lui tendit pour lui montrer le portrait de la demoiselle.

Spoiler:
 

- Est-City. C'est tout ce que je sais. Elle était la bas au dernières nouvelles. Avec ton nez tu devrais facilement la retrouvé.


Pourquoi il lui disait ça ? Peux être par ce qu'il sentait qu'il ne ferais pas de mal a la jeune fille. Qu'il la protégerais pendant que lui n'était pas la. Il les séparerais, et chacun récupérerais son aimée. Pourquoi ? Il n'aurait rien du dire, mais... les filles n'allaient pas bien. Et lui ne pouvait pas les protéger dans l'immédiat, Le renard le pouvait, pourquoi lui faire confiance ? Qu'il était naif ! Il s'en voulait ! Il restait un enfant qui comptait sur un adulte par ce que l'enfant qu'il était ne pouvait pas le faire seul ! Et cet adulte savait quoi faire pour protéger les filles. Par ce qu'il voyait de la sincérité et de la peur dans les yeux rouges. Par ce que l'homme pouvais aigre comme un garde du corps, pendant que lui jouait au scientifique fou avec des choses qui le dépassait encore pour le moment, des recherches folles pour réparer les trois rousse.

- C'est le deal ! Je t'ai donner l'info que tu voulais ! Et moi tu me laisse tranquille chercher le remède pour les soignés définitivement ! Je suis le seul avec assez de connaissances sur le corps humain pour faire ces recherches !

Il le pointait du doigt.

- Maintenant tu dois partir la chercher ta princesse endormit et apprendre a te contrôler ! Je les connaît assez pour savoir que ça leur fera de la peine si tu n'apprend pas a te contrôler et que tu te fait du mal !

Edward avait toujours sur cerner les gens très rapidement ! Ce qui lui permettait souvent de faire des choix inconscient qui était bon. Parfois il se trompait, mais la il espérait que ce ne serais pas le cas. Pourvu qu'il avait vu juste. Est ce qu'il entendait des voiture qui freine au bout de l'allée ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 913
Prince de Small Lady
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Mar 22 Mai - 16:58
  • Ban Silverleigh
  • Ed, Al et Roy

Rencontre Fracassante
Le renard avait écarté les bras de son corps pour montrer qu’il n’avait aucune hostilité envers le gamin. C’était vrai, du moins en partie. Tant que le blond pouvait lui donner les informations qu’il voulait tant obtenir, tout allait bien se passer. Certes, Ban avait des antécédents assez particuliers… On ne pouvait pas oublier le nombre de personnes innocentes qu’il avait tué en perdant le contrôle de lui-même. Toutefois, il travaillait sur cela, essayant de contrer le mal qui prenait place dans son corps et qui était la cause des massacres qu’il avait commit jusque-là. L’argenté n’avait pas mauvais fond. C’était à l’époque un grand rêveur qui voulait se lancer dans la plus belle aventure qu’il puisse exister… Surtout aux côtés de la petite fille qui avait changé sa vie. Malheureusement, sa famille ne l’avait pas aidé et sa transformation en chimère n’avait qu’aggraver sa colère qu’il cachait au fond de lui pendant toutes ses années. Même sa tristesse était devenu de la rage. Après être devenu à moitié renard, il en voulait au monde entier, à toute l’humanité… Après tout les humains ne faisaient rien pour l’aider. Ajoutez la colère d’un animal captif qui vouait aussi une grand colère envers l’humain et cela donnait un mélange explosif.

Ban le savait… Le mal qu’il avait engendré pendant les quinze dernières années, n’était pas ce qu’il souhaitait. Perdre le contrôle de ses émotions et laisser le renard pointer le bout de son nez, était quelque chose d’horrible à vivre. Le côté humain se souvenait presque de toutes les personnes qu’il avait tué sous la direction de la bête en lui et il devait vivre avec. Il n’obtiendrait certainement pas le pardon, mais tout ce qu’il voulait, c’était d’être de nouveau avec la femme qu’il aimait. Elle était la seule personne capable de voir ses bons côtés sans même avoir peur de l’autre. La seule capable de calmer son coeur rien qu’avec un regard ou un simple sourire. Il n’avait pas besoin d’elle pour contrôler ses impulsions meurtrières, il avait seulement envie de vivre une vie normale et de finir ses jours aux côtés de la seule femme qui le voyait comme ce qu’il était avant tout cela. La seule qui pouvait le comprendre, mais que le destin voulait la séparer de lui à chaque fois qu’ils étaient enfin heureux.

Alors oui l’argenté ne contrôlait pas son côté animal, il était hyper sensible, il lui arrivait d’être con  et grossier, mais… Personne ne voyait la réalité sur tout cela. Ce n’était qu’un moyen de fuir la réalité… Un moyen de masquer ses émotions enfouies au fond de lui. Il s’était persuadé lui-même d’être ainsi et de partager son corps avec un pseudo renard tueur. Parce qu’il ne voulait pas affronter la réalité. Il ne serait plus le petit prince Xenos aux rêves sans fin. Il ne pouvait plus revenir à son ancienne vie, plus jamais. Enfin, c’est ce qu’il pensait avant de croiser de nouveau sa Small Lady vingt ans après. Elle avait ce don d’ébranler ses doutes en un instant. L’amour qu’il éprouvait pour elle, était la seule chose capable de le garder encore un tant soit peu humain et vivant. Alors, être séparé d’elle encore une fois… C’était insoutenable.

Puis finalement, le blondinet commença à parler d’Anjuu. D’ailleurs, rien qu’en mentionnant son prénom, le mercenaire porta encore une fois toute son attention sur le gamin. Il prenait soin d’examiner ses paroles, sans louper une seule intonation du blond. Alors comme ça, il avait « dit » à Anjuu de rentrer… Que ce marmot avoue qu’elle avait besoin de se retrouver, fit faire la grimace à notre renard. Comment ça « se retrouver » ? Est-ce que cela faisait référence à la mort de Lyl ? Pourquoi être partie alors que le renard était là pour veiller sur les trois ? Est-ce qu’elle ne lui faisait pas assez confiance pour s’appuyer sur lui dans les moments difficiles ? Encore des doutes qui s’installent en lui. Tant de questions mais pas de réponses… Pourquoi Anjuu était partie voir ce gamin plutôt que d’attendre que le mercenaire rentre de l’Est ?

« L’autre femme… Elle s’appelle Chiara.»

Son regard sanglant s’était plissé en fixant le marmot en face de lui. Ce qu’il pouvait détester qu’on ne sache pas le prénom de sa précieuse Princesse. Maintenant, il savait qu’elles avaient quitté Central et qu’il avait perdu son temps à la rechercher partout dans la ville. Il s’en voulait dans un sens… Peut-être que s’il ne s’était pas dépêché de rentrer à l’appartement, il aurait pu croiser sa route là-bas.

« Trouver un moyen de les séparer ? Tu crois vraiment qu’un gamin comme toi puisse réussir à faire un truc aussi impossible ? »

Les séparer, en voilà une drôle d’idée. Peut-être que Ban n’y connaissait rien en alchimie, mais c’était l’alchimie qui l’avait rendu ainsi. Il avait tendance à se méfier de ces gens-là. Ils étaient fourbes… L’argenté n’aurait même pas fait confiance à Lyl pour tout avouer. Puis arriva le moment où le gamin lui tendit un dessin d’Anjuu. Quelque chose tilta dans sa tête et son regard se planta dans celui du garçon avec un étrange sourire sur le visage.

« C’est dingue comment elle a l’air paisible. Je pensais qu’elle n’allait pas bien… Mais tu l’as dessiné avec ce visage… »

Y avait quoi se poser des questions. Le gamin n’arrêtait pas de parler d’Anjuu. Okay, il l’avait rencontré, mais pourquoi elle lui faisait autant confiance ? Pourquoi avait-il dessiné la chouette ? Pourquoi vouloir les séparer, même si c’est à la demande des filles ? Le renard reporta son attention sur le dessin encore une fois avant de remonter son regard sur le garçon avec insistance. Il se mit même à renifler de nouveau.

« Okay, tu m’as donné ce que je voulais. Mais évites de parler de quelque chose que tu ne connais pas. Apprendre à me contrôler ? T’es qui pour me donner des conseils, hein ? »

Il se mit à rire et finalement se retourna pour partir, du moins lui faire croire qu’il allait partir. Il n’avait pas terminé. Loin de là… Il fit un pas, puis un autre en plaçant les mains dans les poches de son pantalon en cuir. Puis, il se stoppa et prit une mine faussement songeuse en se retournant vers le gamin en rouge.

« Un dernier truc avant de partir… Ais-je tort de penser que tu en pince pour Anjuu ? Tu sais… J’me pose des tas de questions. Genre : « Pourquoi elle est partie à l’Est ? » « Pourquoi te trouver toi et pas moi ? » « Pourquoi Anjuu ferait confiance à un petit humain alors qu’elle déteste l’humanité ? ». Puis en te regardant d’un peu plus près, je me suis rappelé d’un truc. Quand j’étais gamin, tu vois… j’avais le même regard que toi quand je pensais à Princesse. Et ce fameux regard… Je l’ai toujours. »

L’argenté se mit à sourire un peu plus, l’air amusé puis sortit une main de ses poches pour venir se masser le menton en revenant vers le gamin et se planter devant lui.

« Maintenant quand j’y pense… Princesse me parlait souvent d’un gamin qui intriguait la chouette. C’est pas toi par hasard ? Le fameux alchimiste qui est intervenu pendant le festival… Décidément, t’es toujours là quand je n’y suis pas. Puis y a un autre truc qui me turlupine. »

Le mercenaire en rouge avança sa main vers le visage du blond puis pointa son cou, toujours avec un grand sourire qui pouvait lui donner un air assez étrange, mais amical pour le cou.

« T’as été croqué, hein ? Tu me disais qu’elle n’allait pas bien et je ne comprenais pas pourquoi… Mais maintenant je comprends un peu mieux. Elle avait besoin de sang, n’est-ce pas ? Il s’est passé quoi au juste dans l’Est ? T’as fait quoi avec elle, hum ? »

Il pencha un peu la tête sur le côté avec son sourire sur le visage et baissa la main qu’il pointait vers lui. Le gamin ne lui avait pas tout raconté, non ? Mais pourquoi pas lui dire simplement les choses. Après tout, Ban était simplement curieux quand ça touchait les filles, mais il ne ferait aucun mal à celui qui avait donné son aide aux trois filles. Ce n’était pas comme si ce petit humain avait posé ses mains sur la chimère avec des intentions obscènes, hein ? N’est-ce pas petit alchimiste qui a le don d’intriguer beaucoup de monde ?

HRP: Je te laisse aborder le fameux sujet qui fâche pour avancer, sinon on va tourner en rond et Mumu doit encore débarquer !

1475 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 211
FullMetal Alchemist
Who am i !

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Mer 25 Juil - 10:34
Edward restait méfiant, il n'avait pas confiance en cette chimère, pas après l'est ! Il savait que les la plus part des chimère ne faisaient pas ce qu'elles voulaient qu'elles étaient soumises a des pulsions meurtrières, était ce du a un rejet de la fusion ? Mais les chimères s'acceptant semblaient avoir bien moins de mal à se contrôler. Il s'en fichait pour le coup, il voulait juste partir, il avait d'autres choses à faire, comme voir Mustang pour son rapport, et on lui avait, demandé de revenir à Central, pourquoi ? Il voulait à vrai dire retourner dans l'est retrouver sa rouquine.

_ Je les ai déjà séparé une fois ! Même si c'était temporaire et a leur demande !


Bon ! elles ne lui avaient pas laisser le choix ce jour là et avait pomper toute son énergie, et les rassembler l'avais conduit a l’hôpital, mais bon !


_Je trouverais le moyen de faire ça définitivement et qu'elles soit toutes les trois en bonne santé !

Il trouvait qu'elle avait l'air paisible sur son dessin ? Peut-être qu'il avait juste imaginé son air, il ne dessinait pas très bien en plus, donc ça pouvait être interprété de différente façon, lui la trouvait tristounette sur son dessin.

Mais mais ! C'était quoi toutes ces questions personnelles qui ne le regardait pas ? Il partait et la, il revenait ! Des questions encore des questions Edward recula un peut et surtout inquiet pour lui-même. Ce type dégageait une aura contradictoire a son expression de visage, le blond sentait ses cheveux se hérissé sur sa nuque et la chaire de poule le parcourir.

_ Mais qu'est ce que ça peux vous faire ? Elles partagent peut-être le même corps, mais elles sont des esprit indépendant les unes des autres avec leurs propres choix ! Si elle n'est pas restée avec toi, c'est qu'il y a une raison que tu devras lui demandé ! Pourquoi elle me choisit moi, j'en sais rien ! Elle m'aime bien, c'est tout ! Ce que l'on a fait ensemble ne vous regarde pas ! Vous n'étiez pas là pour la protéger moi si ! Elle m'a mordu par ce que je l'ai surprise pendant qu'elle se défendait contre des assaillants ! C'était défensif ce n'est pas grave !


C'est vrai Edward ne savait pas que la chimère rousse se nourrissait de sang. Cela n'avait jamais été évoqué ni par Angelicas ni par Anjuu. Pour lui, les chimères griffaient et mordaient, c'était un reflex animal ! Le blondinet était passé sur la défense ! Il avait bien sûr, peur comme à chaque fois qu'il rencontre un danger, mais il l'affronte toujours,,, bon parfois, il se sauve dès qu'il voit une ouverture, appeler ça de la lâcheté, il appelle ça de la survie. 


_ Je ferais tout pour Anjuu ! Ça vous dérange peux être, mais elles sont libre d'aimer qui elles veulent que je sache ! Je ne connais pas Chiara ! J'adore Angie ! Et j'aime Anjuu !! Je me fiche que ce soit une chimère, je l'aime comme elle est ! Avec ses qualités et ses défauts ! Et elle m'a choisi moi ! Elle peut avoir qui elle veut, mais elle m'a choisi moi ! Chiara t'a choisi toi et Anjuu m'a choisi moi ! Et j'en fait pas tout un plat ! 


Ho merde ! Il venait d'avouer sans réfléchir à avoir une liaison amoureuse avec la chouette ! Il rosi et mit ses mains sur sa bouche, et il disait ça a l'amant de l'adulte qui partage le même corps que sa copine... Mais quel crétin ! Vu le tempérament de l'autre ça n'allait pas bien finir pour lui. Punaise s'il s'en sortait vivant, il faudrait qu'il cause avec Anjuu et si possible avec Angie et Chiara ! 


Edward se sentait écrasé par cet adulte en face de lui, un adulte chimère incontrôlable, deux amants d'une même femme ? Enfin de 2 femme en une. Cela ne pouvait pas bien finir ce genre de rencontre pas vrai ? Il l'avait vu arracher le cœur à une pauvre femme terrorisée, il n'allait sûrement pas se priver de faire pareil a un gamin comme lui. Le blond recula, frappa dans ses mains et les plaqua au sol érigeant un mur et tourna les talons dans les ruelles, courant pour sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 913
Prince de Small Lady
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Mer 3 Oct - 18:26
Rencontre Fracassante.

Edward

Ban



“La jalousie est un monstre qui s'engendre lui-même et naît de ses propres entrailles.”  

Le gamin semblait de plus en plus méfiant. Le renard se demandait ce qu'il cachait comme secret. Cela devait être important pour qu'il agisse de cette manière, non ? Il tournait autour du pot depuis un moment déjà, refusant de lui dire clairement les choses. Dommage, le petit alchimiste était mal tombé. Ban n'était pas dans ses bons jours, et il ne valait mieux pas le faire attendre trop longtemps. Après tout, l'argenté avait tabassé d'autres personnes pour moins que cela. Fallait voir la tête d'Alois, Flint et Justin.

Ah les humains... Tous les mêmes. Dès qu'il s'agissait d'un homme avec un air menaçant, ça prenait peur et ça ne pensait qu'à fuir. C'était le cas pour le petit alchimiste. Ban pouvait sentir qu'il était sur le point de prendre ses jambes à son cou. Inutile de le fuir... Si Ban était une chimère, il était évident qu'il finirait par le retrouver en deux ou trois mouvements grâce à son flair. Puis... Il n'allait pas perdre une proie. Oh, pardon... Un témoin.  

Le petit blondin commença par lui avouer qu'il avait réussi à séparer les trois, au moins une fois. Pour un laps de temps très court. Il était peut-être moins idiot qu'il n'en avait l'air... Par contre, il était moins crédible en lui disant qu'il chercherait un moyen que cela soit définitif et surtout qu'elles soient toutes les trois en bonne santé. Le mercenaire plissa simplement les yeux et émit un grognement. Elles n'avaient pas le temps d'attendre après un gamin qui s'amusait avec leurs vies. D'après les récits d'Alois, durant l’événement, tout ne s'était pas très bien passé. Elles auraient pu mourir en se séparant de la sorte. Le chat l'avait avoué que très récemment, dans le but de prévenir le leader temporaire de la meute. Ban devait savoir que la séparation pouvait coûter cher... Trop cher à son goût, d'ailleurs.  

Quand le renard fit mine de partir, pour s'amuser un peu, avant de revenir vers l'autre... Il observa le petit être avec son manteau rouge. Le voyait-il ? Avait-il remarqué que l'argenté se foutait de lui pour en savoir plus sur ce qu'il s'était passé à l'Est ? Pouvait-il sentir que le renard ne lui faisait pas confiance ? Apparemment, oui. Le blondinet se recula de quelques pas, sa peur s'intensifiant sur le moment. La menace le faisait réagir... L'aura de la chimère lui parvenait clairement. Pourtant, il n'était pas prêt pour la suite. Tout dépendait de ses réponses. Il faisait un faux pas et il ne tarderait pas à subir quelque chose de plus dangereux qu'un homonculus. Un homme jaloux et protecteur était devant lui.

Les premiers mots furent de secs. Cela ne le regardait pas, hein ? Allons... Tout ce qui touchait de près ou de loin aux trois filles, c'était son affaire. Le bonheur, la sécurité de ses trois-là était sa priorité. L'argenté commença à afficher un mince sourire, presque amusé de voir que le garçon n'avait rien compris, qu'il ne savait rien sur lui. Puis arriva les propos sur l'indépendance des esprits. Blabla bla blaaa. Comment pouvaient-elles être indépendantes si elles étaient mortes à cause d'un gamin pas fichu de rester à leurs côtés pour les protéger au mieux de penser à sa petite personne. Égoïste qu'il soit, il méritait qu'on lui arrache le coeur pour qu'il ne puisse plus aimer. Oh... Bonne idée ! Finalement, le sourire du mercenaire en cuir rouge commença à disparaître.

"Si elle n'est pas restée avec toi, c'est qu'il y a une raison." "Pourquoi elle me choisit moi." "Elle m'aime bien, c'est tout... Ce que l'on fait ensemble ne vous regarde pas..."

"Vous n'étiez pas là pour la protéger moi si !"

Je...n'étais pas là... Je n'étais pas là... pour la protéger ?!

Cela résonnait dans son esprit. Encore, encore et encore. Ban baissa tête pour fixer le vide. Il ne voyait plus rien sur le moment. Il pouvait l'entendre... Cette voix moqueuse qui ressemblait à la sienne... Qui ne cessait de lui répéter qu'il ne servait à rien. Que d'avoir retrouvé la femme qu'il aimait, ne servait à rien que de la mettre en danger. Qu'elle était partie en le laissant derrière, parce qu'elle n'avait plus besoin de lui. Qu'elle n'avait jamais eu besoin de lui. Aaaah, le sang lui montait à la tête. Non, c'était la colère... L'argenté était en train de serrer des poings en fixant le vide. Il ne pouvait pas y croire. Elle avait été en danger à l'Est et il n'était pas là. Comme pendant la fête de central... Elle s'était battue et il n'était pas là pour elle... Lyl était mort et il n'était pas là pour arrêter ça... Ce grognement qui sort d'entre ses lèvres alors qu'il peut encore entendre le gamin parler d'amour. Qu'est-ce qu'il avait foutu avec Anjuu ?! Qu'est-ce qu'il avait osé faire à la chouette ?!

Puis, la vision lui revint enfin. Il leva les yeux, lentement... Un regard glacial se posa sur le gamin qui se tenait en face de lui. L'illumination arriva enfin aux yeux de la chimère. La morsure, l'odeur de la chouette sur l'autre... Le fait qu'il parle d'avoir été choisi par Anjuu, qu'il l'aime... Non... Noon... Il n'avait pas osé le saligaud ?! La lèvre supérieure du renard qui se mettait à trembler, prouvait qu'il bouillonnait de rage à l'intérieur. Non seulement, il était poussé par cette voix dans sa tête qui n'arrêtait pas de l'emmerder... Et en plus, l'autre était en train de lui dire qu'il avait touché l'une des trois ?! Voilà pourquoi ce marmot ne voulait pas lui avouer depuis le départ ce qu'ils avaient fait dans l'Est. Et cela expliquait aussi qu'il avait le même regard que pouvait avoir Xenos en parlant de sa princesse.

Soudainement, le blond recula rapidement pour taper dans ses mains, créant un mur avec les parties du sol avant de pendre ses jambes à son cou. Coupable... Oh oui... Il l'était. Le renard se mit à faire craquer les os de son cou puis ses doigts. Il allait le payer... Personne ne devait toucher l'une des trois... Et surtout pas un nain qui ressemblait encore à un nouveau né. Il n'allait pas lui pardonner... Il n'allait pas se retenir de lui arracher la tête puis les viscères. Un à un... Il finirait par le meilleur : Le coeur.  

Le mercenaire fit lentement le tour du mur érigé puis observa longuement le petit microbe courir pour sauver sa misérable vie. Il lui laissait un temps d'avance. Juste assez pour imaginer comment il allait l’éviscérer. Laissant ses griffes pousser, il prit appuie sur ses jambes pour se propulser d'un seul coup dans les airs. Qu'importe si quelqu'un pouvait voir qu'il était en train de se propulser entre les bâtiments en utilisant les murs de ces derniers pour rattraper sa proie. Rapidement, grâce à son odeur et à son instinct, il retrouva le marmot et d'un bond, il arriva en face de lui pour le stopper net dans son élan. Il n'était pas essoufflait, les bruits provenant de la gorge du renard, étaient dû à la rage qu'il exprimait. Ses sourcils étaient froncés et les crocs pouvaient amplement se voir dans sa gueule. Pourtant, il avait toujours son apparence d'humain, seuls quelques attributs de son côté animal pouvaient se voir au niveau de sa bouche et de ses mains.

« Tu ne pensais pas pouvoir m'échapper, si ? T'as osé coucher avec Anjuu et tu crois vraiment que tu vas t'en tirer si aisément ? Tu te mets le doigt dans l'oeil l'ami !!! »

Une fraction de seconde suffit pour qu'il lance son poing droit en avant pour frapper le visage de l'adolescent. Il en décolla presque du sol, tellement que le choc était violent contre sa mâchoire. Ban ne lui laissa pas le temps de réagir que sa main gauche agrippa son col pour le soulever un peu plus du sol et le faire s'écraser dans le bitume. Il ne perdit pas de temps pour se redresser et laisser son pied s'enfoncer dans son estomac. Il le piétina plusieurs fois avant de lui flanquer un coup pour l'envoyer voler contre un mur d'un bâtiment. Le gamin venait à peine de s'enfoncer dans la pierre que l'argenté était déjà en face de lui pour attraper le visage dans ses griffes. Il ne méritait pas de tomber sur le sol... Pas tant que le mercenaire le décide ainsi.

« T'as osé la toucher et tu l'as laissé derrière toi ! T'avais raison.. J'étais pas là pour la protéger... La protéger de toi ! Mais, il est encore temps de rectifier le tir ! »

Il serra ce minuscule visage entre ses doigts, les griffes commençant à s'enfoncer dans la peau de son crâne. Il comptait le faire souffrir. Il allait se défouler sur lui. Toutes ces semaines de colère, de haine allaient refaire surface. Il ne lui pardonnerait pas... Il ne pourrait jamais se pardonner d'avoir laisser Anjuu se faire avoir par ce minus. En la touchant, il était devenu le compagnon de la chouette... Et c'était une erreur qu'il fallait effacer au plus vite avant qu'il ne soit trop tard pour elle. Toucher à elle, s'était aussi toucher à sa princesse dans le fond. Ce qui le mettait encore plus en rogne.


HRP : Roy si tu veux ramener ta fraise, tu peux ! Avant que le nain se fasse tuer ! XD Jaloux ? Moi jamais !

1647 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 540
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Jeu 4 Oct - 11:16





12 Novembre 1914.

Il ne s'était pas passé une semaine avant que ce jour ne vienne. Cela faisait exactement quatre jours que j'avais eu le garçon au téléphone. Six jours que le FullMetal avait été témoin d'une scène atroce durant laquelle Ban Silverleigh arrachait le cœur d'une pauvre femme. J'avais insisté pour qu'Edward soit escorté jusqu’à Central City et il avait expressément refusé en faisant tout ce qui était en son pouvoir pour éviter les hommes à qui j'avais soumis l'affaire. J'avais beau mettre cet enfant en garde, il finissait toujours par se fourrer dans le pétrin avec un don prodigieux pour attirer les meurtriers en série.

« Xenos Van Baelsar ! »

J'espérais qu'entendre son nom le ferait suffisamment réagir. Edward avait le visage tuméfié, caché dans la grande paume de la chimère. Ses mains n'étaient plus que des couteaux acérées. Je profitais de la léthargie générale et claquai des doigts. Une flamme subtile et malicieuse s'insinua autour du bras de l'assassin et dévora langoureusement la peau de sa main pour qu'il lâche sa proie.

Ban Silverleigh n'était autre que Xenos Van Baelsar. Malgré la colère qui déformait ses traits et son apparence mythologique, la cicatrice sous son menton était reconnaissable. Ses cheveux argentés n'étaient que des preuves supplémentaires à mettre sous le couvert d'un rapport bien échaudé. Son signalement était une ombre qui nous avait échappé que trop de fois. Maintenant que je l'avais sous les yeux, j'observai une énième fois les dégâts de l'alchimie sur un être humain et l'animal qui le hantait.

J'avais fait reculer le mercenaire et levai de nouveau la main gantée pour le mettre en garde. Les renforts armés derrière moi n'était pas pour me déplaire alors que je constatai les lésions infligées au garçon. Nous étions arrivés à la hâte après que plusieurs coups de fils nous furent communiqués. Les témoignages avaient la fâcheuse réputation d'être tantôt exagérés, ou minimisés. Dans ce cas précis, il s'agissait bel et bien d'une « créature » et elle semblait particulièrement bavarde. Nous avions eu le temps de garer la voiture à la hâte et d'en sortir comme des diables pour venir en aide au FullMetal. Edward était gravement blessé. Il n'écoutait rien, comme toujours et il se retrouvait entre deux battements de cœur. Avais-je bien entendu les propos du meurtrier ? Il accusait le garçon d'avoir partagé la couche d'une personne dont j'osais à peine prononcer l'état civil. Mais ce qui me préoccupait, pour l'heure, était sa santé physique avant tout. Je ne le connaissais que depuis quatre ans, mais j'avais la sensation d'avoir vécu vingt années au côté du jeune homme. Je vieillissais plus vite quand il s'agissait de faire semblant que tout allait bien alors que je m'inquiétais sans arrêt pour le petit chaperon rouge. Aujourd'hui plus encore quand je le regardais, je ne pouvais que ressentir le regret m'affliger d'être un jour allé lui tendre la main alors qu'il gisait dans un fauteuil roulant avec une armure à son flan. La flamme qui avait dévoré son regard, ce fameux jour, démontrait de toute la détermination qu'il était capable d'offrir pour son frère. J'ignorais qu'il allait de même avec toutes les personnes qu'il rencontrerait. Ce n'était pas une mauvaise chose, en soi. Mais maintenant que le garçon était tant impliqué, il ne se rendait pas compte de l'importance de l'introspection. Il prenait chaque petit problème par la main. Il en oubliait les grands soucis qui planaient tout autour.
Il oubliait d'être discret. Il oubliait à qui faire confiance. Il oubliait d'être adulte tout simplement, mais cela, pouvais-je réellement lui en vouloir ?

Comment faisait-il pour me prendre encore pour une statue de cire ? Ne voyait-il donc pas à quel point nous nous arrachions la peau pour venir le secourir ? J'avais, il faut le dire, un jeu d'acteur irréprochable et malgré mon inquiétude, une envie fugace de lui remettre mon poing dans la figure.

« Reculez, Xenos Van Baelsar. Je ne le dirais qu'une fois et si vous savez qui je suis, vous n'aurez pas de mal à deviner pourquoi. »

Si Edward sortait vivant de ce pétrin, nous allions avoir une grande discussion. La morphine ne suffirait pas pour que ses oreilles rougissent. Il devait apprendre à se détacher personnellement. S'il s’évertuait sur cette voie, comment pouvais-je continuer à lui faire confiance ? Il mettait sa vie en danger et ainsi, celles de tout ceux qui étaient venus pour la sauver. Je pouvais voir qu'il respirait et cette information, seule, me suffisait. Pour qu'il ne devienne pas d'avantage victime de son assaillant, je faisais en sorte que mon regard ne se laisse aller à la contemplation que d'un seul individu ; Xenos. C'était là un effort considérable que celui de faire semblant qu'Edward n'existait pas, mais pour sa vie, c'était un exercice indispensable.

Cela faisait des années que nous étions à la recherche de cet homme. C'était la première fois que je l'avais devant moi. Ce n'était pas son portrait le plus élogieux. Il semblait au bord de la folie, bien loin du croquis solennel qui ornait les murs de Central. C'était un tueur au sang-froid. Il avait décimé autant de civils que de militaires. Je ne comprenais pas sa motivation et cette froideur incalculable me rendait furieux. Qu'est-ce qui l'avait poussé au meurtre ? Pouvais-je seulement comprendre les tenants et aboutissants de chaque personne qui croisait mon chemin ?

Pour l'heure je devais m'assurer de tenir une promesse. Protéger celui qui était sous mes ordres.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 211
FullMetal Alchemist
Who am i !

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Jeu 4 Oct - 19:46
Mais pour qui il se prenait, ce mec ?! Leur protecteur ? Un tueur pareil ! Un monstre qui ne pouvait que détruire. Edward en avait la certitude ! Il ne pouvait pas protéger les filles. Il ne se contrôlait même pas ! Edward avait souvent peur, mais rarement il prenait la fuite. Seulement là, il avait affaire avec un rival jaloux, sans aucun doute ! Et surtout un meurtrier. Il était en droit d'être terrifié ! Il pleura de douleur quand le premier coup l’atteignit. Après, tout devint flou. Il ne l'avait pas vu venir, celle-la ! 

Le blondinet se débattit. C'était chaotique. Il avait mal et n'arrivait plus à réfléchir, le sang se mêlant à sa veste rouge. Chaque coup relançait la moindre douleur et son corps refusait de bouger malgré ses tentatives. Il aurait aimé le savoir... Il aurait aimé savoir que la rousse avait un amant. Du moins, la grande rousse. Edward ne se serait peut-être pas laissé aller au jeu de l'amour avec l'adolescente aussi facilement. Mustang l'avait prévenu, mais jamais il n'aurait cru que l'amour pouvait tuer. Il l'écouterait plus à l'avenir. Enfin, il mettrait plus en application les conseils qui lui étaient donnés, car l'écouter, ça, il le faisait plus qu'on ne le pensait.  

L'enfant ne voyait plus rien. Il se défendit, les mains férocement agrippées à celles de son adversaire. Un coup plus tard, tout se brouilla d'avantage et ses bras tombèrent le long de son corps. 

Allait-il mourir ici ?

La chaleur des flammes... Son corps qui entra au contact avec le sol... Edward ne bougeait même pas, n'en n'ayant plus la force. Il entraperçut Roy. Roy ! Au final, l'adulte qui s'occupait le plus de lui et de son frère... Lui et leur équipe,   surtout Riza... Riza était  un peu comme une maman de substitution... Quoique un tantinet bourrine, quand même! Roy, comme un père de substitution. Edward était sûr qu'il lui donnait des cheveux blancs avant l'âge. 
Promis, s'il s'en sortait, il serait plus gentil et attentif avec cet homme. 

Le blond maculé de sang ne savait pas ce qui se passait. Il perdit connaissance. Seule sa respiration saccadée et difficile démontrait qu'il était en vie. Il n'entendit plus rien. Y avait-il des coups de feu ? Des claquements de doigts ? Il ne voyait que cette pièce blanche et en face de lui, la Vérité.

V : Tu vois ce que certains sont prêts à faire pour toi ? Et est-ce que tu leur rends ? Non ! Sale égoïste ! Comme emprisonner l'âme de ton frère dans une armure. Tu n'es qu'un garçon inutile.

- Ce n'est pas vrai !!! Je suis... Je suis…

V : Un enfant qui devrait plus se reposer sur les adultes et arrêter d’essayer de tout faire tout seul !

- Je ne savais pas qu'elle avait quelqu'un !

V : Je sais.

- Pourquoi, c'est toujours si compliqué !? Tout allait bien depuis quelques jours et ce malade me tombe dessus ! Mais merde, quoi ! Je n'avais rien demandé ! Je voulais jute retrouver mon frère, puis ma copine, c'est tout ! Pourquoi je déçois toujours tout le monde... ?



Quel rêve cruel... Des larmes coulèrent sur son visage meurtri sans qu'il n'ouvre les yeux. 

- Pardon... Pardon Al... Pardon les filles.... Pardon Roy...

Il hoquetait, dans les vapes, fiévreux. Il n'était pas prêt de se réveiller avant un moment.
(hors rp : bon, vous êtes partis pour quelques tours sans moi, Ed il est déconnecté là, lol)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 913
Prince de Small Lady
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy) Jeu 4 Oct - 22:50
Rencontre Fracassante.

Edward

Ban



“La jalousie est un monstre qui s'engendre lui-même et naît de ses propres entrailles.”  


Le gamin entre ses griffes. Il suffisait d'une simple pression pour que sa boite crânienne ne vole en éclat. Que le renard puisse écraser son cerveau entre ses doigts. Qu'il n'en reste plus rien. Pourquoi ce retenir ? Cela ne servirait à rien. Le blond méritait amplement ce qui lui arrivait. Personne n'allait le regretter, si ? Une pensée pour la petite chouette... Elle ne le voudrait pas. Maintenant que le nain était devenu son compagnon... La rousse ne pardonnerait jamais à l'argenté de lui retirer quelqu'un d'important... Pourtant, il ne pouvait pas laisser cette erreur de la nature perdurer dans ce monde. Aaah cette haine qu'il avait contre l'humanité... Ceux qui se pensaient aux dessus des lois de l'univers. Ceux qui pouvait faire de belles promesses pour mieux briser des vies. Pourquoi cela serait différence cette fois-ci ? Différente de ceux qui avaient tué Angelica... Celui qui avait tiré sur la chouette... L'enfoiré qui avait violé et mutilé l'amour de sa vie...

Il ne pouvait pas prendre ce risque. Qui pourrait dire si le blond n'était pas comme les autres. Promettant à la chouette de la guérir, de la séparer des autres pour mieux l'utiliser. Il ne fallait pas oublier cet étrange pouvoir qui l'habitait depuis sa création. Cette faculté de régénération... Qui pouvait prévoir l'avenir ?! Le destin s'amusait avec les chimères depuis bien trop longtemps et il était grand temps que cela change... Quitte à se faire détester par les filles. Ban se contenta de serrer un peu plus sa prise et se mit à grogner. Ses iris rouges observant le petit être à sa merci.

Une...simple...pression...et... tout...serait...terminé.

Malheureusement, le mercenaire ne s'attendait pas à entendre une voix qui l'interrompit dans son élan. Une voix qui ne lui était pas familière, mais qui semblait le connaître. Il entendit un nom sortant d'outre-tombe. Un nom qu'il avait renié depuis des années. Celui d'un être faible, qui avait trouvé la mort à Aerugo. Celui de Xenos Galan Van Baelsar. Le renard grimaça dans un premier temps puis fronça des sourcils en tournant la tête à demi. Il le voyait... Cet inconnu en tenue de militaire. Cet humain équipé de gants blanc comme la neige et dont le regard ne lui plaisait guère. Le son de sa voix était menaçante. Peut-être une connaissance du gamin. Après tout, le nain inconscient était un alchimiste d'état alors... Il devait être connu par les militaires. Cette lueur que Ban pouvait apercevoir dans le regard du ténébreux ne mentait pas. Il ne fallait pas le prendre pour un idiot.

Une flamme s'approcha alors de l'argenté et se mit à lui brûler la peau. Il lâcha prise, laissant le marmot tomber sur le sol comme un déchet. Le renard grogna lourdement avant de bondir en arrière et de menacer l'autre humain du regard. Un alchimiste... Saloperie. Le mal était donc partout ?! Le militaire lui ordonna alors de reculer en lui indiquant que si son identité était connue à ses yeux, il serait pourquoi il devait s'éloigner du blond. Un sourire s'afficha alors sur les lèvres de la chimère, qui se mit à ricaner avant d'éclater de rire. Un rire glauque et qui pouvait donner froid dans le dos.

« Savoir qui tu es ?! J'en ai pas la moindre idée et j'm'en cogne totalement. Il a de la chance... Une seconde plus tard, il serait mort. Il le mérite... Pour ce qu'il a fait à une de mes amies. A mes yeux, ce n'est que justice. »

Il se mit à hausser les épaules, ne quittant pas des yeux l'alchimiste du feu, accompagné maintenant de quatre hommes armés. Il se demanda si le militaire avait déjà croisé sa route, mais il en douta. Savoir son vrai prénom... Il devait l'avoir vu sur les affiches de recherche qui se trouvaient dans le pays. Elles étaient aussi en Aerugo, avec un portrait de sa dernière escapade en prison. Celle où Ban s'était prit une belle au niveau du visage pour laisser échapper un type et une gamine. Sa famille avait lancé un avis de recherche, annonçant que le renard était dangereux et recherché pour meurtres. D'ailleurs, il en vient à se dire que sa famille, les Van Baelsar, pensaient que leur fils était un assassin. Ils n'avaient aucune idée de l'enfer qu'il avait vécu en se faisant renié de la demeure... De sa transformation en chimère... Des hommes qui avaient essayé de contrôler son esprit pour le torturer et faire de lui une arme. Il valait mieux qu'ils ne sachent pas. La vérité était trop compliquée pour être comprise.

Soudainement, le renard argenté leva les mains en l'air. Toujours avec ce large sourire malsain sur le visage, il se mit à soupirer.

« Tu sais, monsieur le militaire enflammé. Je dois t'annoncer quelque chose qui risque de te déplaire. Tu ne pourras jamais m'avoir. Il est hors de question que je me laisse attraper alors qu'il y a une personne qui a besoin de moi. Je dois avouer que je ne te connais pas, mais je t'aime bien. Ton regard... Il veut tout dire et nous avons le même. Malheureusement, mon coeur est déjà prit par ma princesse alors... Tu ne m'en voudras pas si je fais ça... »

D'un coup, il baissa les bras pour se jeter devant le gamin qui était encore contre le mur. Il se baissa avant que quelqu'un ne réagisse, avec la vitesse de l'animal qui l'habitait, puis souleva le blond d'une main. Il était temps de tirer sa révérence avant que les choses ne tournent au vinaigre pour lui. En une seconde, il prit le corps inconscient du nain et l'envoya voler vers le groupe de militaire. Impossible pour eux de viser correctement avec l'alchimiste qui gâchait l'angle de tir, hein ? Pour l'autre... Ban adressa un dernier sourire avant de donner un coup de pied dans une poubelle à côté de lui et de l'envoyer vers lui.

« A plus les nazes ! On se reverra... »

S'appuyant sur ses jambes, il bondit avec toute sa force pour atteindre les murs des bâtiments et se propulser dans une autre ruelle à côté de la zone de combat. Il mit alors les mains dans les poches de son pantalon en cuir et se mit à courir ainsi. Pendant sa course, il se mit à grogner alors que ses iris rouges jetèrent un regard au dessus de son épaule pour être sûr de ne pas être suivit. La fuite était sa seule option. Il ne pouvait pas se permettre de se laisser enfermer dans une cellule alors qu'il savait maintenant où se trouvait sa Princesse.


1202 mots
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

(12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)

MessageSujet: Re: (12 novembre) Rencontre Fracassante Rue Sainte Ethicienne (PV Ban, Alphonse et Roy)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !
» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
» 18 novembre 1803, les idéaux de Vertières
» Une entrée fracassante
» Iron Sky (nouveau film qui sort en novembre 2011)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: BAS QUARTIERS-