RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 3
Who am i !

The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]

MessageSujet: The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done] Jeu 11 Jan - 17:39
Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou - Magilou

Âge : 26 siècles.
Nationalité : Drachman
Métier(+ rang pour les militaires) : Magicienne (artiste de rue)
Etat civil : Single
Spécialité : Sorcellerie
Objectif : Ne pas s'ennuyer.
Groupe : Etrangers
Caractère

Qualités - Drôle, Jolie, ne s'ennuie JAMAIS
Défauts - Espiègle, Fourbe, Anarchiste, Sournoise.

Une manière très simple de comprendre le caractère de Magilou aurait été d'écrire, sur fond d'une image d'elle dansante, un tome de deux mille pages contenant la simple formule : Magikazam.
Ou alors de raconter les nombreuses histoires où celle ci utilisa cette formule pour ridiculiser le grand nombre. Non pas que cette formule ne soit pas magique ! Elle l'est ! Seulement lorsque l'on réalise correctement le ... Rituel ! Allez y après moi : les bras en l'air, droite gauche pirouette "MA GI" avant arrière pirouette ... "KA" .. ahem bref, je vous laisse deviner la dernière partie de la danse, un magicien ne révèle pas ses secrets. Par contre un magicien peu vous filmer essayer et revendre les images au plus offrant. C'est ainsi qu'une photo d'un des généraux de l'armée Drachme en position danseuse étoile à fait le tour de la capitale, celui ci pensant que la formule permettrait de tromper le peuple et le faire passer pour le dirigeant ! Ah l'idiot !

Je pourrais aussi raconter la fois où dans un de ses voyages, la sorcière fit disparaitre les vêtements d'un tavernier qui ne voulait pas offrir sa consomation à la grande Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou. Celui ci eu même le droit, après avoir proféré son lot d'insulte, a voir transformer en ver de terre son ... Quoi, comment ça c'est impossible ? Si le monde croit que vous l'avez fait alors ... c'est que c'est vrai ! D'ailleurs si vous avez lu, et réussi à prononcer son nom entier, il n'y a pas besoin d'aller plus loin pour comprendre l'état mental du personnage. Non elle n'est pas folle ! C'est vous qui une bande d'ignorants étranges !

Bon, soyons honnête. Il est vrai que la jeune femme peut être parfois capricieuse. Comme un chat domestique, elle à son propre tempérement, n'obéit à personne et aime contrôler ceux qui peuvent l'être. Ne vous y trompez pas, elle n'est pas non plus du genre à vouloir faire le mal .. Ni le bien d'ailleurs. Elle cherche juste à s'amuser. Il s'agit là du but de son voyage. Ainsi que de retrouver et faire manger sa propre chair au petit trait... Oups, ça c'est un secret. Il se peut, en effet, qu'une autre toute petite minuscule raison l'ai poussé à voyager, mais ce n'est pas une raison pour s'ennuyer en route uhuh.

Certaines personnes pensent qu'elle est anarchiste. La plupart des villes de Drachma la recherche pour du soit disant "trouble à l'ordre public". Cette bande d'hypocrite qui prennent du plaisir à la voir se donner en spectacle, et surtout à pousser les autres à s'y donner, trouve que cela relève de l'illégal. Certes cela est déjà arrivé qu'elle poussa une ou deux personnes à faire des choses .. contre leur volonté, mais c'était pour la beauté du spectacle ! Et pour rigoler, aussi. L'un des meilleurs spectacles qui lui ai été donné de voir fut lorsque une bande de racaille, trop peureux pour agir, avait pris Magilou au mot lorsqu'elle leur fit croire que la banque centrale ne serait pas surveillé pendant une semaine, pour cause de diarrhée fulgurante dans les rangs de la police . Ah ! Vous auriez du voir leur tronche quand ils se sont retrouvé pris en tenaille par un bataillon complet. N'en connaîtrais-je la raison je dirais qu'en ce jour ensoleillé, le sol fut tout de même trempée, de scelle, peut être.

Il serait bon également de signaler aux personnes suffisamment désespérés pour rester aux alentours de la sorcière, que peut importe la manière dont vous pouvez avoir réfléchi ce dont vous voulez lui parler, vous ne tirerez jamais quelque chose de bon d'une conversation avec elle. Est-ce un don ou simplement de la décadence, la jeune femme est capable de vous faire regretter  d'avoir ouvert votre bouche en quelques mots. Sarcasme déplacé, remarque inapproprié ou réflexion douteuse, si ce ne sont pas des nœuds aux cerveau que vous rechercher, mieux vaut garder sa langue dans sa poche. Épreuve pouvant d'ailleurs s'avérer très ardue, Magilou n'est pas réputée pour son mutisme. Donnez-vous le mal qu'il vous siéra pour éviter toutes conversations,  elle arrivera à vous énerver tout autant d'elle même. En réalité, le meilleur conseil que je peux vous donner à son sujet, c'est d'éviter sa compagnie. Mais cela, vous ne le ferez pas. Comment une jeune blonde si étrange ne pourrait pas éveiller votre curiosité ? C'est exactement ce que l'on appelle de la prestidigitation, vous montrer ce que vous voulez voir, alors que le tour est ailleurs.

Je finirai en disant que Magilou est une personne excentrique, adorable et charmante. Très altruiste et faisant passer le désirs des autres avant les siens. Très pure et innocente, elle n'aurais jamais porté préjudice à qui que ce soit.
Eh, je vous entends. Comment ça, pas crédible ?

Et bien détrompez vous, contre toute attente, les qualités sus-nommé semblant si contraire à sa personnalité ne le sont pas. Du moins pas toutes. Oui, elle est loin d'être adorable et d'être un ange, cela on l'aura bien compris. Mais elle reste toujours droite dans ses ''valeurs''. Magilou n'est vraiment pas du genre à mentir sur ses intentions, dans un sens on pourrait la qualifier d'honnête, même si ce mot est un peu trop fort. Disons plutôt qu'elle ne .. cache pas ses intentions, cela est plus juste. Tout au fond, elle est aussi quelqu'un en qui l'on peu avoir confiance, une fois celle ci gagnée. Magilou n'a jamais vraiment eu d'ami, et la seule personne qu'elle considérait comme un escl… ami lui a tourné le dos. Parmi tout ses défauts, elle ne trahirai pas quelqu'un ; que celui ci soit bon ou mauvais.

PS : Homme complexé au lit ? Magilou à LA solution moins cher que la concurrence ! Merci d'envoyer un mot d'amour suant et d'y joindre une photo de l'engin ainsi que votre adresse, au bureau du Colonel Evans à Central City pour activer un pouvoir magique qui vous redonnera toutes confiances en votre virilité !

Capacités & Inventaire

Sorcellerie. L'Alchimie étant vu d'un très mauvais oeil à Drachma, et surtout inaccessible pour ses habitants, se revendiquer alchimiste était un vœu de suicide. Magilou se servait plutôt de son "talent" pour s'amuser et ennuyer le monde, d'où le nom de Sorcellerie. Elle utilise un panel de carte où sont déjà dessinés certains cercles de transmutations basiques, permettant ainsi de faire passer son alchimie pour de la magie.

On pourrait appeler ceci une sorte d'alchimie des cartes, mais le terme de sorcellerie en jette un max! semblait plus approprié à la jeune femme. Dans une certaine mesure, elle ne possède pas réellement de talent, ou plutôt, dirons nous, de spécialité. Elle serait donc tout à fait capable d'allumer un feu, au sens littéral du terme (c'est à dire avec une source de comburant, de combustible et d'oxygène), avec la carte appropriée, mais sans arriver à la cheville du flame Alchemist (qui lui recompose la teneur en gaz dans l'air environnant afin de le rendre hautement inflammable, avant de l'enflammer avec ses gants). En résumé, ses sorts manquent cruellement de puissance, ce défaut étant en partie compensé par sa versatilité. Défaut sûrement du d'ailleurs à la méthode employée pour  lui permettre de maîtriser ses flux d'énergie corporel, nécessaire pour sorceller : un vrai bazar de n'importe quoi hasardeux en espérant que cela fonctionne.

Magilou à beau posséder un lien particulier avec ses cartes, il lui est impossible de les ''actionner'' à distance. Il faut qu'elle ait un contact direct avec les dites cartes. On exclu donc toutes possibilités de pièges ou de mine-card. De ce fait, pour toucher une cible à distance, il faudra soit utiliser la carte adéquate, soit l'actionner en premier pour la lancer ensuite, ceci demandant une connaissance assez pointue des timings de chacune des cartes.

Bien entendu, il est aussi nécessaire de respecter la loi fondamentale de l'Alchimie. Malheureusement, ce n'est pas parce que l'on décide d'appeler ce que l'on fait autrement que les règles changent ! De ce fait, l'échange équivalent prévaut aussi dans l'usage de ses cartes. Il est bien évidement impossible pour elle de transmuter une montagne dans l'espace ! Ceci rend la tâche du lancer de cartes encore plus ardue. En effet, lorsque la carte est activé tu tombes dans mon piège !, il faut que tout les composants nécessaires soient présent. Je vous laisse donc imaginer la fenêtre de tir réduite que cela laisse.

De part la simplicité de sa méthode, n'importe quel alchimiste assez avancé pour connaître ces techniques pourrait très bien utiliser ses cartes comme cercles de transmutation pré-tracé. Mais une certaine spécificité dans leur confection rend  l'usage des cartes par la sorcière assez particulier. D'une part, infusé par son propre sang, un lien fort unis les cartes à l'usager, comme je l'ai dis. Ceci permet à celui lié aux cartes d'être capable de décider de la magnitude de la capacité. Bien évidement, le rapport de proportionnalité entre l'énergie pompée par l'attaque, et la puissance de celle ci est telle que l'on peu très bien se tuer en dosant mal son coup. Secundo, connaissant son panel sur le bout des doigts, elle est aussi capable de faire ses propres ''combos''.

Aussi, le lien de sang permet à Magilou de fonctionner comme un aimant à courte distance pour celle ci. Elle n'a donc pas à ouvrir le livre contenant la carte voulue, puis l’arracher … En se concentrant suffisamment, elle peu faire venir une carte voulue dans sa main. Comme je le disais, cette action est à courte distance ( en gros, de sa ceinture à son bras tendu devant elle au grand maximum) et ne permet pas de déclencher le pouvoir ; le contact physique est toujours nécessaire. Cela permet aussi d’impressionner les simples d'esprit en faisant ''léviter'' les cartes au dessus de sa paume. En effet, ''léviter'' car il ne s'agit pas de lévitation au sens magique du terme, mais bel et bien au sens physique. Pour réaliser cette prouesse, Magilou change uniquement le spin du fer contenu dans le sang créant ainsi des aimants de pôle similaire ou opposée, ainsi la carte est soit attirée soit repoussée. Lorsque la carte est à sa ceinture, elle n'agit pas sur les-dits spins qui se retrouve donc dans des cas de probabilités identique et donc en moyenne nul. (ni ''positif'' ni ''négatif'').




Inventaire : Parmi tout les bouquins contenants ses cartes, Magilou traîne quelque fois avec elle des livres traitant de divers aspect de l'Alchimie. Sans oublier son chapeau majestueux !


Histoire


Abstract




Enfant de personne, c'est dans un orphelinat que 1154 vécu ses premières années. Orphelinat précisons militaire, où l’État cherchait à enrôler de nouvelles recrues pour une éventuelle guerre à venir, et pour affirmer sa puissance armée. Des enfants nés sans nom, auxquels on donnait un matricule dès le premier jour afin de pré formater leurs jeunes cerveaux à celui d'un soldat. Soldat, c'était pour les plus chanceux d'entre eux. Une certaine frustration existait à Drachma vis à vis de l'Alchimie d'Amestris. Ce pouvoir pouvait être une arme d'une puissance incommensurable, et Drachma n'avait rien de similaire, alors bien qu'interdite sous toutes ses formes il existait des projets de recherche où on essayait de créer quelque chose de similaire pour rivaliser. 1154 faisait partie de ceux là. C'est à ses quatorze ans qu'elle put sortir de l'orphelinat, morte. En effet, suite à l'une de ces expériences, la jeune fille passa cinq minutes de l'autre cotée. Cinq minutes de mort cérébrale avait suffit à tromper la vigilance des médecins présent ici qui l'avaient déclaré morte pour morte. C'est lors de cette expérience de mort imminente que Magilou eu une révélation sur sa personne, et sur sa capacité à faire de la sorcellerie.  C'est comme cela que la jeune fille s'échappa du camion transportant les cadavres d'échecs loin des orphelinats pour ne pas que le peuple puisse remonter la piste jusqu'aux expériences. C'est ainsi que la grande Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou naquît, et qu'une vie de décadence commença. C'est sept ans plus tard, après nombreuses ''farces'' que l’État Drachman lui remet la main dessus. Vendue à l'Etat par l'un de ses rares entourages. C'est trois ans plus tard que, profitant d'un passage à vide du pays et d'un mouvement de révolte dans la prison, Magilou sorti enfin de cage. Faisant profil bas et après avoir traversé tout le pays de nouveau, la jeune femme se rendait vers la plus proche ville derrière la frontière, North City.

Année 1888
Prélude




Il n'y a pas de sous métier. Même en prenant cela pour acquis, certains travailleurs étaient souvent considérés comme des sous hommes à Drachma. C'était le cas des filles sans maris et sans travail qui devaient, afin d'avoir de quoi manger, faire ''travailer'' leur corps. En plus d'être un métier du marché noir, c'était un travail dangereux. On eu déjà vu des extrémistes réduire en cendre un bâtiment qu'ils soupçonnaient d'héberger des filles de chambres. Mais c'était aussi marché fructueux, pour les ''patrons''. Par le froid régnant dans le pays, les hommes solitaires ne faisaient pas de difficultés quand il s'agissait de se réchauffer dans les bras d'une femme. Des actes souvent sans protections, violents, et bien évidement sans amour. Dans les premiers mois du travail il existait trois sorties. Soit quelqu'un vous trouvait assez bien pour lui et faisait de vous sa femme, sous couvert de verser une bonne somme d'argent à l'ancien propriétaire. Soit les filles n'étaient pas assez forte pour endurer cela, et après avoir vendue leur liberté, imaginaient le suicide comme la seule issue. La dernière solutions, plus courante, était de continuer, jour après jour, vous dépersonnalisant, se transformant petit à petit en une poupée vide d'âme.

C'était le cas d'une de ces femmes, dont le nom n'a pas perduré dans les âges. D'après le peu d'histoire sur sa vie, elle fut chassé par ses parents de la maison familiale après que ceux ci eut un second enfant, un garçon, plus apte selon eux à devenir leur héritier. Être chassé ainsi était un véritable enfer en Drachma puisque si vous étiez trop jeune, et trop faible, personne ne voulait de vous. Si vous étiez mineure, c'était encore pire puisque même les portes des maisons closes le restaient. Déjà que le pays méprisait ces femmes, il n'était même pas question d'une mineure dans un tel lieu.

On ne sut jamais vraiment comment la jeune femme parvint à survivre, ce que l'on sait en revanche c'est qu'elle termina bel et bien par vendre son corps. On ne sait pas non plus exactement pendant combien de temps, comme si quelqu'un avait voulu effacer toute trace de son existence.  Ce qui devint de notoriété publique en revanche fut son assassinat. Ou plutôt la découverte de son cadavre ensanglanté, trois balles logées dans le dos. On ne sut jamais qui était le meurtrier. En fait personne ne chercha vraiment à savoir qui il était ou pourquoi il avait fait cela. On suspecta tout de même un des gérants de son lieu de travail de l'avoir fait tuer, après que celle ci eut accouché d'une fille.

Que des femmes tombent enceinte dans ce genre de milieu était monnaie courante. Mais jamais, ô grand jamais, n'avait-on vu une fille garder son enfant, ou même arriver à terme de l'accouchement. En général on opérait la fille, ou on la droguait afin de tuer le futur humain dans l’œuf. Il était aussi très difficile pour une fille de cacher qu'elle était enceinte, un problème de ventre, notamment.
C'est pour cela qu'il est étrange qu'elle ait réussi à mettre au monde cet enfant, que personne ne revit d'ailleurs plus jamais. Du moins le croyait-on.

Une autre piste dans cette histoire de meurtre était le père. Une théorie plausible était que le père, un client récurent, payait souvent les services d'une même fille. Il aurait pu ainsi créer des liens avec celle-ci. Non pas qu'il aurait eu envie d'avoir cette enfant, non, mais des liens poussant la jeune fille à lui révéler qu'elle était enceinte. Il l'aurait ainsi aidé à cacher sa grossesse, dans l'idée d'avoir un fils. C'est quand il découvrit qu'il s'agissait d'une fille et non pas d'un fils qu'il décida de faire assassiner la jeune femme et son enfant, dont le corps ne fut jamais retrouvé.

Une étrange coïncidence cependant, dans la même ville siégeait l'un des rares orphelinat du pays, sensé prendre en charge les enfants abandonnés avant leurs cinq ans. Dans le registre y figure la réception d'un bébé, une petite fille, le soir même du meurtre. Le bébé avait été déposé par un inconnu sans que celui ci ne se présente, il l'avait juste laissé là. Ce bébé n'avait pas de nom et n'aurait jamais du naître. D'ailleurs, ceux connaissant son existence étaient soit mort, soit croyaient l'enfant mort. C'était pour ainsi dire, comme si lui même n'existait pas. Et pourtant, c'est sur l'histoire de cette jeune fille que nous allons nous attarder.

Année 1902
Orphelinat




J'avais commencé le premier jour de ma vie sans nom, il était apparentement important pour eux que nous le restions tous. Même ceux qui étaient arrivés assez tardivement pour avoir la chance de porter un nom le perdaient au profit d'un matricule. Le mien, 1154. Cousu sur le tissu qui nous servait de chemise ; cela devait être plus simple pour eux de nous identifier je suppose. Un autre détail à côté du matricule était la lettre, soit a soit b. Personne ne savait ce que cela signifiait, et il semblait avoir bien plus de a que de b. Moi j'étais dans le groupe des b, c'est ainsi qu'on avait décidé de se rassembler, quand on avait le droit. C'est sur, cet endroit était déjà mieux que la rue, mais la vie n'y était pas pour autant simple. Nous n'avions pas le droit de nous amuser. Lorsque l'on sortait, c'était pour faire du sport dans la neige, ou quand on était puni et que l'on devait y dormir. L'éducation, un vrai calvaire. On nous apprenait à reconnaître nos potentiel ennemis, qu'il était important de s'en méfier. Cependant, aussi rude que cela pouvait être, le programme était très complet. Mathématiques, géographie, grammaire. Si mes parents m'avaient gardé jamais je n'aurais reçu telle éducation, coûteuse et très discriminante.  

Aujourd'hui, j’étais suffisamment grande pour comprendre pourquoi ils faisaient tout ceci. Nous étions destinés à la défense du pays, il fallait alors que nous soyons physiquement ainsi que mentalement à la hauteur. Nous de futurs soldats ? C'était assez incroyable quand on repense à notre passé. Aucun d'entre nous n'aurait pu être recruté par les voies conventionnelles. Oui en cas d'extrême urgence on envoie la populace au front comme une sorte de milice, mais ceux ci ne sont pas des soldats, juste des … paysans armés ?  On nous donnait une sacrée chance en nous acceptant ici, il fallait le reconnaître. Qu'aurai-je été sinon, une femme des rues ? C'était impensable, même la mère que ne voulu pas de moi devait vivre une meilleure vie.

En réalité, j'avais toujours eu du mal avec l'autorité ici. Des nuits en extérieurs, j'en comptais bien plus que tout les autres réunis. D'ailleurs il était difficile à croire que la direction n'eus jamais songé à me mettre dehors. J'avais tendance à souvent disparaître aux entraînements, à ne pas trop suivre en classe. Détails douloureux d'ailleurs puisque le professeur n'hésitait pas à frapper les enfants peu attentifs. Mais à part me pousser à la revanche, celui ci n'avait pas gagné grand-chose. Une fois par exemple, je m'étais introduit en classe juste avant le début d'un cours avec un sorte de pétard que j'avais volé au stand d’entraînement. En fait il s'agissait plutôt d'un véritable explosif, mais ça je ne pouvais le savoir. Ou peut être que si ? Une fois dans la classe j'avais remplacé une bonne partie de la poudre explosive par de la craie et je l'avais placé sous le bureau. Une foi la mèche allumée il n'y avait plus qu'à profiter du spectacle. Cette petite blague me valut bon nombre de coup et une semaine entière en extérieur. Cela en valait totalement la peine.

On avait aussi fini par comprendre les a et b. Il s'agissait de division, apparemment. On nous disait qu'il subissait le même .. exercice que nous. Toujours est-il que je n'avais jamais croisé quelqu'un de l'autre division ''là-bas''. ''là-bas'' désignait le sous sol du bâtiment un peu à l'écart des autres. Cet endroit était assez flippant, on nous y emmenait, nous endormait et on se réveillait dans nos dortoirs, sans savoir ce qu'il s'y était passé. Quand on demandait aux autres, ils ne savaient pas de quoi il en retournait non plus. Tout ce qu'on avait pu savoir, était que l'on essayait de nous rendre plus fort. Moi je pensais plutôt que le groupe des b étaient celui des moins stables psychologiquement et que l'on essayait de nous rendre tout sage, mais bon, aucun moyen de le prouver.

D'ailleurs nous étions mardi, aujourd'hui. Soit le jour où il fallait y aller, ''là-bas''. Après le dîner, notre petit groupe se dirigeait donc nonchalamment vers le bâtiment isolé. Le jeune garçon devant moi ne semblait d'ailleurs pas très à son aise. Je me glissai donc doucement derrière lui.

-Brrrrrr je suis le fantôme du bâtiment ! Tu ne survivra pas ce soir Mwahahahaha!

Je laissai échapper un rire en voyant son visage pâlir comme s'il avait vraiment vu un fantôme. Il devait prendre cette histoire très au sérieux puisqu'il réclama que je me taise ; il ne fallait pas blaguer sur ce genre de sujet. Bon en réalité nous n'étions pas sensé blaguer du tout entre nous, mais il ne pouvait pas y avoir suffisamment d'yeux pour nous surveiller tous en tout instant. On entrait finalement dans cette salle blanche, avec juste le bon nombre de chaise. Il y faisait froid comme d'habitude. La joue écrasée contre la main, je les regardai partir les un après les autres dans une salle dont aucun d'entre nous n'avait jamais le souvenir. C'était assez long aujourd'hui, plus que d'habitude. C'est lorsqu'un cri assez lointain nous parvint qu'une vague de frayeur se propagea dans le groupe. Viktor, la personne qui nous surveillait, se leva et tapa sur la table en réclamant le calme, prétendant qu'il ne s'agissait que du vent. Cela faisait un moment que le garçon de tout à l'heure me f ixait. Plus intensivement encore depuis le cri. Cette fois-ci je mimai un fantôme en donnant le meilleur de moi même. Oups, Viktor m'avait vu. En général ce n'était jamais très bon signe de se faire remarquer en train de faire des bêtises dans son dos. Preuve en est : Jamais on ne modifiait l'ordre des personnes se rendant dans la salle, on sauta six personne pour que je sois la prochaine.

Du blanc. Partout. Rêvais-je ? J'étais là, debout, seule, dans ce qui semblait être une grande salle blanche. Tout d'un coup, on me frappait sur la tête du bout d'un bâton.

-Tiens, une jeune fille ! Hm, je m'attendais à mieux comme succession, mais bon.

Je me retournai. Était-ce le fantôme dont nous parlions tantôt ? Non, il y avait une vieille femme, dans une drôle de tenue et avec un chapeau très majestueux devant moi.

-Je suis Fabrizia, la plus grande sorcière que ce monde n'ai jamais connu! Comment ça, toi tu n'as pas de nom ? Oui oui, je sais déjà qui tu es jeune fille ne parle pas … Très bien, tu t'appelleras Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou à partir de …. Maintenant !

Je ne parvint pas à me retenir, et j’éclatai de rire. Si c'était un rêve il était bien étrange. Je reçu un deuxième coup de bâton, apparemment se moquer d'elle ne lui plaisait pas vraiment. Du charabia qui s'en suivit, tout ce que je compris est qu'elle était une projection de mon cerveau en y incluant tout ce qu'on tentait d'y faire rentrer à mon insu depuis des années dans cette pièce. Qu'elle était ce que je devais devenir et que si j'y ouvrait mon cœur et mon esprit, je pourrais faire des choses surnaturelle.

Je revins à la réalité bien plus tard, je ne saurai dire vraiment combien de temps j'étais restée endormie, mais ce qui était sur c'est que je n'étais pas dans le dortoir. Les lits avaient beau être peu confortable, là c'était encore pire, et puis il y avait ce bruit, est-ce qu'on bougeait ? En ouvrant les yeux, cela devint une certitude. Nous étions dans un sorte de camion, à l'arrière entassé les uns sur les autres. C'était dégouttant, on aurait laissé TOUT ces gens si proche de mon corps ? En y prêtant plus attention, tout ceux de la division b était là. Même le garçon d'avant, les yeux ouvert, livide.

-Ah ! Ce genre de regard te va comme un gant.

Dis-je en lui pinçant les joues. Oui, il était mort, tous l'étaient. Je n'allais pas faire d'état d’âme pour si peu. Mais attendez, si je suis dans un camion rempli de cadavre cela signifie .. Que je suis morte ? étais-je devenu un fantôme ? Ou avais-je survécu ? La première option me plaisait tellement qu'il fallait que j'en ai le cœur net. Je tentai tant bien que mal de me relever et en époussetant mes cuisses je me rendis compte que j'étais nue. Ça c'était très dérangeant, cela veut dire que dans la salle .. ? Brr non je préférais ne pas y penser. Après un soupir je m'avançais vers la porte reliant la cabine de conduite à l'arrière du camion : Elle était ouverte. En même temps, je pouvais comprendre le conducteur : qui pourrait penser qu'un mort vienne ouvrir la porte, hein ? Ce que je fis en criant « Bouh ! Je suis le fantôme du camion revenu te hanter !! » Étrangement, malgré la différence d'âge, il eu une réaction très similaire à l'autre garçon. Sauf que cette fois ci l'homme perdit le contrôle du camion et vint l'écraser contre un arbre. Heureusement que la neige ne lui permettais pas de rouler très vite, sinon je serais morte, de nouveau. Étant la première à me remettre du crash, ''J'empruntai'' la veste de ce cher monsieur, et m’enfuis. J'allais devoir trouver des vêtements, et quelqu'un capable de m'expliquer ce que j'ai vu en rêve.

Année 1903
Citée Blanche



Un an, il m'avait fallu un an pour traverser le pays et arriver jusqu'à la cité blanche, capitale de notre pays. Oui je sais, j'aurai du écouter ces fameux cours de géographie. Ainsi, peut être que je ne me serai pas perdue en route. Mais voyons le positif, j'étais arrivée ! Enfin j'allais pouvoir exercer à mon plein potentiel ! Moi la grande Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou ! Il m'avait fallu un peu de temps pour y croire, mais ce que j'avais vu ne pouvait être qu'une prémonition. Évidement que je n'étais pas destinée à être un soldat, quoi que regarder d'autre s'entre tuer pouvait être un spectacle édifiant. Je n'étais peu être pas encore grande, mais cela ne saurait tarder. J'avais un don, j'y croyais, et je comptais bien trouver une manière de m'en servir. Oui, peut être que ce don avait été réveillé par quelqu'un d'autre qui s'amusait à trifouiller mon cerveau, mais maintenant c'était le mien ! Et le monde n'était pas préparé à ce qui allait suivre.

Une chose qui m'avait frappé pendant cette année, c'était l'absence totale de recherche à mon sujet. Non pas que cela me tienne à cœur, mais j'avoue que je pensais que l'on tenait plus à moi ''là-bas'' … Non bien entendu je blague. Sauf qu'ayant apparemment expérimenté sur moi, je m'attendais à ce qu'ils souhaitent me retrouver pour continuer leur business. Mais silence radio. Comme un enfant se lassant de son jouet. Peut être pensaient-ils que j'étais tout de même un échec et qu'il valait mieux considérer 1154 comme morte. Pour moi en tout cas c'était le cas, maintenant j'étais la grande Mazhi… Comment ça déjà dit ? Aaah bande de rabat joie.

Revenons au fait, pourquoi choisir la cité blanche, quand j'aurais pu aller tromper des gens d'autres villages bien plus proches de mon point de départ ? Nous n'avions peut être pas le droit d'en parler dans ce pays, mais nous étions loin d'être idiot. Seul les Amestrien maîtrisaient des pouvoirs semblables à ceux que j'avais vu en rêve. A Drachma, à part une bande de scientifiques fous ou d'ingénieurs, tous militaires top secrets avec lesquels il était inenvisageable de s'entretenir, personne n'aurait de réponse. J'avais donc deux possibilité, réussir à passer la frontière vers le pays de l'Alchimie, ou bien chercher un des leurs chez nous. A la base, mon objectif était le marché noir. Il y avait forcément des bouquins, parchemins ou que sais-je traitant de pouvoirs étranges. C'était quelques jours avant d'arriver en ville que j'avais eu vent de la capture d'un jeune homme derrière notre frontière avec … Amestris. Officiellement, il ne s'était rien passé. Évidement pour ne risquer aucun incident diplomatique, le jeune homme aurait du être immédiatement remis à sa patrie. Si cela n'avait pas été le cas, son sort était assez évident.

Obtenir des informations sur ce transfert se révéla être une tâche bien plus ardue que je l'imaginais. Il me fallut attendre une nuit festive et tardive, beaucoup d'alcool, et un soldat qui aimait sûrement un peu trop les enfants pour en apprendre plus. L'homme aurait quand même du être surpris par le fait que non, je ne voulais pas de bonbon, mais que oui je voulais bien des détails sur le transfert d'un étranger contre un partage d'oreiller. Apparemment son cerveau ne fit le lien que lorsque je me mit à hurler dans le bar que cet homme venait de me toucher où on ne touche pas une fille de mon âge. Je parle bien sur de mes cheveux.

J'avais donc appris deux choses intéressantes : La trajectoire de la voiture de transfert et … son manque évident de protection. Oui le prisonnier étant civil et jeune ne risquait pas de tenter une évasion, oui le transfert se faisait chez nous, mais accompagner un prisonnier d'un chauffeur et d'un seul garde ? C'était comme me donner directement sa main, maintenant que je m'étais fixer l'idée de me l'approprier. Certes, imaginer une petite fille de quinze ans enlever un prisonnier à un garde armée pourrait en laisser plus d'un dubitatif. Mais j'avais un plan infaillible. Et puis, j'avais été élevée en école militaire, non ?

Nous nous retrouvions donc quelques jours plus tard, et mon plan avait fonctionné à merveille. Je me retrouvais très exactement avec le jeune homme. Prisonnière certes. Me faire passer pour une jeune fille blessée au beau milieu de la route n'avait pas si bien fonctionné que ça, et je m'étais rendue avant même d'en venir au main. Je ne le pensais pas, mais cela m’horripilait vraiment, que quelqu'un me touche. J'avais donc été poussé à l'improvisation. On nous avait enfermé dans une cellule provisoire, afin de déterminer qui j'étais et ce dont on allait faire de nous. Et si il y a bien quelque chose qui rapproche les gens, c'est d'être enfermé ensemble. Il s'agissait vraisemblablement d'un coup du destin. Ce jeune homme était un vrai incapable. Il ne savait se battre, s'était perdu zn montagne et était malin comme une branche d'arbre. MAIS. Oui il y avait un point positif dans tout ceci. Il était passionné par les livres scientifiques, d'alchimie et autres choses bien au-delà de ses capacités intellectuelles. Le pire dans tout ceci, était qu'il en connaissait quelques uns sur le bout des doigts. Oh non, il était complètement incapable de faire quoi que ce soit de ses connaissance, mais il savait, et moi je pouvais. C'était le moment ou jamais de vérifier si oui ou non, ce rêve était une prémonition.

Aussi incroyable que cela pouvait paraître, ça avait marché. Et cette petite expédition en prison m'avait aussi appris qu'il n'avait pas été inutile d'apprendre la magie. Oui les tours de cartes, de passe passe, à imiter Houdini … Je n'avais pas eu le temps de beaucoup m'y exercer, mais suffisamment pour que des menottes ne me résiste pas. Pas plus qu'une demie heure. Une fois détachée, cela c'était avérée assez simple. Avec sa connaissance en alchimie et mon apparente habilité, notre duo, ou plutôt j'étais capable de réaliser de la véritable sorcellerie ! Le reste de l'évasion était d'une simplicité enfantine. Nous fîmes tout deux relâchés. En réalité, même après l'avoir écouté parler bien trop longtemps sur comment procéder pour faire ce que lui appelait de l'alchimie, je n'avais été capable de former qu'un monticule de terre et de la poussière au milieu de la cellule. J'avais donc du me résoudre à employer une autre stratégie et crier. Les hautes têtes du pays avaient du le juger inutile dans un futur conflit -ou avaient été soûlés de m'entendre hurler-, et afin d'éviter tout incident prétendre qu'ils l'avaient par ''sûreté'' raccompagné jusqu'ici, qu'il n'avait jamais été prisonnier.

Le plus drôle dans cette histoire, était d'avoir réussi à lui faire croire le contraire et que j'étais responsable de notre libération. Nous avions été relâché sans explication, et le timing voulu que cela se fasse peu de temps après que je crie que s'il gardait la plus grande sorcière du monde  Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou en captivité encore plus longtemps ils risquaient de gros ennuis et des malédictions sur plusieurs générations. Daniel, le jeune Amestrien était suffisamment naïf pour y avoir crû et pensait me devoir la vie. J'avais promis de le ramener chez lui, mais j'avais surtout fais de moi son chez lui. Non, pas de la même manière qu'entre deux amoureux, plutôt de la même manière que dans la relation maître escl...disciple. Il était devenu en quelque sorte mon assistant. Lui se sentait rassuré à mes côtés, et moi je puisais dans ses connaissances pour apprendre de nouveaux tours. Ce manège dura sept ans, et il s'avère que je ne devais pas être une maîtresse si attentionnée que cela après tout ...

année 1914
North City




Quatorze ans dans un orphelinat, douze ans à voyager avec mon acolyte et le compte y est, cela faisait bien vingt six siècles que j'existais. Résumée ainsi, ma vie semble si belle et pleine de découvertes fantastiques … Oui, évidement qu'il en manque un morceau.
En fait, durant les douze années en compagnie de Daniel, celui ci était au premier rang pour découvrir qui j'étais vraiment. J'étais peut être parfois dure avec lui, mais de là à me qualifier de tortionnaire, ou pire, de tyran, il y avait un pas à franchir. Un tout petit pas, mais un pas quand même. Je vous passe les détails de l'année précédente, 1913, car mis à part la traversée d'un pays dans lequel j'étais recherchée comme criminelle en fuite et ma toute récente traversée de la frontière vers le pays voisin .. Il ne s'y était pas passé grand-chose. Ce passage était tellement ennuyeux que s'en est affligeant. Les trois années que j'eus passé en prison l'étaient aussi d'ailleurs. Quoi, vous voulez vraiment que je vous raconte comment, pendant trois ans je réussissais chaque jours, à persuader d'autres détenus de me filer leurs repas et comment j'esquivais les harcèlements sexuels ? Booooring. Bien que certaines épopées furent Légend -attendez la suite- aire, les sept années durant lesquels j'avais perfectionné mon art de la sorcellerie en compagnie de ma bibliothèque sur pâtes, que j'eus pris soin d'enrichir par quelques achats, ne figuraient pas non plus dans le saint grand livre de l'amusement. Oui, il y eu bien, comme je l'ai dis, quelques points culminants pendant lesquels je m'étais bien amusé durant cette période, mais j'ai pour but de les conserver secrets afin de pouvoir les raconter dans une trilogie :  neuf mille neuf cent quatre vingt dix neuf tours et astuces pour ridiculiser l'humain tout en s'amusant. Un livre à vocation éducative, dont les préventes sont déjà en place, pour quelques centaines de milliers de cenz – et je vous fais là un prix d'ami !-.   Il y a, cependant, deux événements qui méritent que j'en parle maintenant.

Le premier, et bien, comment j'en étais arrivé là : c'est à dire à la case prison. C'était à vrai dire on ne peu plus bête. Mon cher Daniel en eu sûrement assez d'être dans l'ombre de ma génialissitude. Comme je commençais à faire parler de moi, et pas qu'en bien, certaines personnes dont je tairai le nom souhaitait me voir hors d'état de nuire. Et plutôt que de s'attaquer directement à moi, ce dont ils étaient incapables, ils attaquèrent mon complice ! Ou plutôt mon complice se fit amadouer. On lui promit un statut de vrai scientifique, ainsi qu'un salaire -comme s'il avait vraiment besoin que je lui en donne un !- en l'échange des connaissances qui étaient aujourd'hui mienne. Et c'est ainsi que mon acolyte me tourna le dos, et me trahis. En effet, non content de partager son savoir, inutile à quelqu'un ne sachant qu'en faire, il leur révéla aussi où, quand et comment me trouver pour m'arrêter ! J'avais été piégé par mon seul escl...allié ! Plutôt que de m'exécuter, l'état Drachman décida de m'envoyer en prison ; sûrement pour essayer de tirer quelque chose de mes pouvoirs.

La deuxième chose, trois ans plus tard, consistait en mon évasion. Au bout de trois ans, je commençais à trouver le temps long, ici. Et c'est exactement quand je commençai à crever d'ennui que des difficultés à maintenir l'ordre dans certaines villes du pays commencèrent à pointer le bout de leurs nez. L'effectif de surveillance de la prison avait été diminué afin de combattre les émeutes en ville. Il existait deux manières de sortir d'ici. La première était la porte principale, bien et étroitement gardée, même en effectif réduit. La seconde était celle par laquelle on approvisionnait la prison en nourriture, eau et munitions. Une sorte d'entrée de service. En trois ans j'avais eu le temps de bien repérer les lieux :On pouvait accéder à cette sortie en passant par les cuisines du mess, dont la porte ne s'ouvrait que de l'intérieur, si on ne possédait pas la clé. Clé que n'importe que les chefs cuisinier possédait. Il ne fallait pas croire cependant que l'entrée de service n'était pas gardée, elle l'était tout autant que l'entrée principale. Mais j'avais un plan.

Tout le monde ici savait pour les émeutes dans le pays. Et tout le monde savait pour les réductions d'effectifs. Il ne fut donc pas difficile de convaincre une bande -de quelques centaines- de brutes écervelés de tenter une rébellion lors des transferts. J'avais réussi à les persuader que s'ils fonçaient tous sur la porte principale, les gardes n'avaient aucune chance et que nous sortirions tous d'ici. Mis à part quelques sceptiques, tous étaient plus que d'accord pour tenter le coup. Il y avait un chef cuisinier différent chaque jours, se trouvant au plus prêt des prisonnier. Ils surveillaient de derrière la vitre qui joignait la cuisine à la salle de réfectoire. L'attaque du groupe d'assaut avait eu l'effet escompté :tout les gardes s'étaient regroupés sur la zone d'attaque, l'entrée principale. Ceci laissait l'entrée dites de services sans surveillance, puisque normalement inaccessible. Il avait été décidé que ceux qui n'étaient pas parti en révolte, qu'on considérait comme des pacifistes ne souhaitant que purger leur peine tranquillement, devait être rassembler dans le mess sous la surveillance du plus responsable restant : le chef cuisinier. En fait, l'appelation de chef cuisinier était un abus de langage. il n'était pas chef au sens de la cuisine, mais bien au sens du management et de la sécurité. Comme il était aussi celui chargé de décider des plats en fonction du budget, on les appelait les chefs cuisiniers.

L'avantage d'avoir tous été enfermés dans le mess étaient la proximité avec la seconde sortie. Certes, comparé au premier groupe ''d'assaut'', nous étions très peu nombreux, mais j'eus une idée brillantissime. Le chef était sensé faire respecter l'ordre. Une bagarre est un désordre, et par le manque d'homme le chef allait devoir intervenir de lui même. Et comme un bon prisonnier n'est jamais difficile à provoquer, déclencher une bagarre au sein du groupe restant se révéla être un jeu d'enfant. Comme prévu, le chef sorti de son abri et d'une bousculade maîtrisée suivi d'un petit tour de passe passe, je mis les mains sur ces fameuses clefs. Je saisi donc cette chance pour m'introduire dans la cuisine et m'enfuir par ici. Le destin voulu que les effets personnels des détenus étaient conservés dans le même secteurs. Je pus donc, juste avant de m'enfuir, récupérer ma tenue favorite, mon beau chapeau et mes livres ! La suite n'est que banalité sans nom : Rester discrète, ne pas utiliser mes pouvoirs, traverser le pays et atterrir ici, à North city dans ce nouveau pays qui n'allait pas tarder à découvrir les ravages que mon ennui pouvait causer.

Un peu de vous

Pseudo : c.f Evy pour la liste non-exhaustive.
Âge : 660895200 secondes.
Années Rp's : Bonne dizaine d'années.
Un dernier mot ? : MAGINPUIPUI
Source de l'avatar : Magilou - Tales of Berseria (game) ou Tales of Zestiria the X (anime)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 703
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]

MessageSujet: Re: The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done] Jeu 11 Jan - 20:58

On va faire péter la sorcière ! AU BUCHER ! AU BUCHEEEEEER !

Welcome Back bro'
Tu connais la maison o/ Si t'as besoin d'un truc, vas voir Shiho, je fais grève >.>

Bon courage pour ta fiche !

*Appuie sur le détonateur* Et merdeeeeeeee !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 3
Who am i !

The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]

MessageSujet: Re: The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done] Dim 14 Jan - 2:39
Finito ! La dernière partie est surement un peu bancale, je profite de mon insomnie pour écrire ces quelques lignes, mais j'avoue qu'il manque des branchements à mon cerveaux ! Mais je suis sûr de pouvoir faire oublier ceci d'un grand coup de ... Magikazam zamzamzam !

PS : j'ai modifié deux trois trucs dans les capacités afin de rendre sa plus clair. Si la versatilité pose problème je changerai ! Je voulais ajouter une sorte de carte ''surf'' pour le lulz (en gros une carte pouvant changer de taille sur laquelle Magi peut ''surfer'' au lieu de marcher), mais j'ai pas trouvé de moyen d'intégrer ça de manière logique et explicable, et puis la flemme, même si c'est rigolo xD

PSS : j'ai aussi rajouté un paragraphe au caractère que je trouvais trop vague xD PROMIS après ça j'arrête d'y toucher. J'ai dis que c'était fini alors ça l'est !

Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 652
Sneaky Poison ☣ Xinoise égarée
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]

MessageSujet: Re: The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done] Jeu 18 Jan - 22:37





• Caractère


Je n'ai pas grand chose à dire dessus, c'est bien ! Simple et complet à la fois o/


• Capacités et inventaire


Alors ici petits soucis, j'ai demandé conseil auprès de notre grand manitou de l'alchimie pour m'aider et voilà ce qui en est sortit :

- Alors le souci c'est qu'elle peut activer des cartes et faire de l'alchimie basique comme le feu. Faut que les conditions soient présentes et proportionnelles... Une carte c'est petit, elle pourra pas créer par exemple de très grandes choses. Y a le matos, si elle veut créer faut les matériaux de base. Plus elle va vouloir quelque chose de grand, plus il en faut et ensuite, ça serait bien de lister les différents "sorts" qu'elle peut utiliser pour avoir un aperçu de ses capacités.
- Le fait qu'elle lie les cartes avec son sang ne sert pas à grand chose... Tu peux pas utiliser l'énergie du corps ou du sang pour augmenter l'alchimie, sauf si elle sacrifie sa vie, comme Ed le fait pour se soigner dans le nord après le combat contre Kimblee
- Pour le feu, faut décrire aussi en quoi c'est différent de Mustang puisqu'il est le dernier Flame Alchemist au monde
Et que Berthold à emporté le secret dans sa tombe et Mustang brûle le dos de Riza.



• Histoire


Hitoires intéressantes (par contre le rouge bordeaux est illisible sur du noir xD), ça a été long mais bon je me suis prise dans ton écris et j'ai tout lu en une fois. Une histoire qui sort de l'ordinaire, on peut en apprendre plus un peu sur Dramcha de ton point de vue c'est pas plus mal vu qu'on ne sait pas grand chose de base. Je ne sais pas quoi ajouter de plus o/



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 3
Who am i !

The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]

MessageSujet: Re: The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done] Jeu 18 Jan - 22:52
Je te modifierais cela sous peu ! Mais comme je suis pas sur d'arriver à rendre cela clair (la preuve, j'ai modifié 2 fois l'explication et j'ai surement tout rendu plus compliqué à comprendre xD) voici de petites explications.

En fait, ses pouvoirs sont vraiment ridicule comparé à ceux de vrais alchimistes. Faut plutôt voir cela comme de l'impressionnisme : en gros c'est partiellement inutile en combat, de toute manière ce n'est pas une combattante !

En fait il faut prendre dans le contexte qu'elle est de Drachma, est que là-bas c'est l'age de pierre concernant les pouvoirs. Donc elle pouvait facilement se faire passer pour exceptionnelle en sculptant une tête dans un cailloux. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle se trimbale des cartes : pour donner l'impression que ce n'est pas de l'alchimie qu'elle fait, mais bien de la magie. En gros pour faire simple : Elle active sa carte -piège comme dans YU GI OH /PAN/- et la transmutation n'as lieu que si les conditions environnantes sont remplies. (j'avais pris le feu comme exemple en fait, et c'était une mauvaise idée en fait, c'est pas du tout de l'alchimie de feu xD) genre :
machin marche sur une flaque d'eau, la peste veut s'amuser un peu et est à portée de main de la dite flaque. Elle sorte sa carte freeze, la pose au sol et l'active gelant ainsi la flaque et faisant glisser machin. Par contre elle serait bien incapable de faire comme l'ice alchemist des premiers épisodes et de faire un pont avec l'humidité de l'eau.

Concernant le truc du sang là, en fait c'était juste essayer de trouver une raison physiquement acceptable à ce qu'elle puisse faire léviter ses cartes au dessus de ses paumes. En fait j'ai pleins de gif ou elle fait ça, du coup ... xD Mais foncièrement, c'est inutile et si ça gêne je le retire !

Pour faire simple : C'est une alchimiste de base qui plutôt que de tracer les cercles sur les surfaces souhaités se trimbale du pré-fabriqué pour gagner du temps (et surtout pour qu'à Drachma, on ne considère pas cela comme de l'Alchimie).

Si jamais j'arrive toujours pas à m'expliquer convenablement, envoie moi un message et j’essaierais autrement, ou alors je repenserai le truc !
Merci !

PS : oui désolé pour les couleurs, sur mon petit écran ça sortait bien, mais c'est vrai que sur l'autre ... j'ai pas fait gaffe désolé !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 652
Sneaky Poison ☣ Xinoise égarée
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]

MessageSujet: Re: The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done] Jeu 18 Jan - 23:33
On attend tes modifications et on en reparlera comme ça o/ Préviens quand c'est fait, grand manitou de l'alchimie veille ne t'en fais pas ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]

MessageSujet: Re: The Almighty Sorceress : Mazhigigika Miludin do Din Nolurun Dou [Done]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ADMINISTRATION :: PERSONAL FILES-