RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

avatar
Messages : 157
Who am i !

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.] Mer 29 Nov - 14:59
12 Juillet 1911.

Des bars. Toujours des bars. Il s'en était passé des jours avant que Logan ne trouve enfin un employeur qui accepte de le prendre comme serveur dans la modeste ville de South City. Cela faisait quelques années qu'il habitait avec sa tante, à Dublith cependant il connaissait tous les recoins et coins de la ville et peu de chimères semblaient roder dans ce village. Il devait trouver un moyen de se rapprocher des grandes villes et d'en apprendre d'avantage. Optimiste et plein de ressources, le jeune homme entamait son deuxième mois de boulot dans le Silver Dragon . Après des années d'études chaotiques, il rentrait enfin dans la vie active et cette sensation le remplissait d'un bonheur paisible.

Il y a deux ans, il avait perdu son bras gauche suite à un « accident ». L'enquête était floue et les raisons inconnues. Logan n'avait pas justifié cette perte et sur le coup, il n'avait pas semblé révolté. Plutôt résigné. Mais le garçon était réputé pour sa bienveillance à toute épreuve et sa simplicité qui débordait de chacun de ses pores. Il paraissait loin de la réalité, toujours effacé et peu causant. Cependant, il ne refusait jamais un service qui lui était demandé. Il semblait toujours fasciné par les nouveaux aspects de la vie et cet emploi en faisait partie.

Ce que le commun des mortels ignorait, c'était que Logan était déjà un meurtrier. Deux ans qu'il trainait derrière lui un petit baguage et une liste sur laquelle il ajoutait sans cesse des noms. Mais déambuler dans la rue à la recherche de chimères était une tâche ardue et souvent, elle se concluait par un échec. Soit il ne trouvait personne à tuer, soit l'épreuve se montrait de taille. Mais grâce à ces rencontres inopinées, il était parvenu à se faire une expérience du combat. Essentiellement de l'esquive. Néanmoins, cela n'avait pas suffit face à l'une de ces créatures qui lui arracha le bras droit. Que pouvait-il dire ? Pouvait-il le justifier face aux autres qui semblaient totalement ignorant que les chimères existaient ?

Logan savait que sa cause était juste. Si les années passants, il ne voyait pas que son plaisir de la torture pouvait être potentiellement un signe de sa folie naissante, il savait que tuer des chimères représentait pour lui, toute sa vie. Sa quête. Son univers. Sa rédemption et le moyen efficace de venger ses parents et tous ceux qui feront la rencontre d'une de ces bêtes. Il protégeait. Voilà ce qu'il était.

Mais avant tout, il acquérait l'expérience nécessaire et ce travail était un outil magnifique. Deux mois, donc, qu'il passait la plupart de son temps dans ce bar, acceptant la moindre heure supplémentaire avec une vivacité déconcertante. Le patron avait fini par se dire que le garçon aimait bosser ou bien qu'il était réellement simplet. Dans tous les cas, il savait vers qui se tourner pour demander des services. Logan en profitait aisément pour observer chaque client qui entrait. Il se familiarisait avec leurs conversations, le temps que mettait l'alcool à les désinhiber, à délier les langues et parfois même à faire en sorte qu'une chimère de passage fasse une erreur. Son but ultime était de savoir reconnaître les créatures de la nuit parmi les civils. Il était en mesure de discerner des détails que même les plus prudents ne voyaient pas. Patient lors de son travail, il mettait un point d'honneur à le rester jusqu'à ce qu'il soit certain de tomber sur la chimère qu'il traquait. Dès lors qu'il était certain que s'en soit une, Logan la pistait, tel un animal avant de l'attaquer par-derrière en les obligeant à inhaler du chloroforme. Il les emmenait dans un coin sombre pour les torturer – si tenté que la rue soit suffisamment vide pour se faire -  leur cracher sa haine et sa violence avant de les tuer avec tout autant de brutalité. Il favorisait l'étouffement par strangulation pour son côté prédateur, mais ne lésinait jamais sur la douleur qu'il pouvait provoquer au préalable, essentiellement depuis qu'il s'était fait arracher le bras. A l'intérieur, il était très, très en colère. Extérieurement, c'était un jeune homme plein de vie sans aucun mot pour formuler son bonheur. Il se contentait des formules de politesse devant les autres, marmonnant par la suite à qui veut l'entendre tout ce qu'il pensait réellement. Car s'il se contenait en public, il ne cessait jamais de parler tout seul lorsqu'il en avait l'occasion. Il était une bombe. Il contenait tout et explosait dès que la moindre occasion se présentait.

Ce soir, il salua gaiement sa tante avant de monter dans le train. Dès qu'il s'éloigna des rails de la gare, le jeune homme effaça son sourire niais et baissa la tête sur ses mains. L'une d'elle, d'acier, lui renvoyait le reflet du soleil par la vitre. Il la haïssait autant qu'il l'aimait de par l'avantage qu'elle représentait contre certaines créatures. À présent, il était en mesure de se protéger avec elle, mais il en avait fallut du temps pour s'adapter à ce nouvel outil. Il lui arrivait de songer à se couper l'autre bras pour faire de même mais la rééducation que nécessitait un auto-mail le refroidissait aussitôt.
Oui. Il craignait la rééducation bien plus que l’éventualité de se mutiler. Devait-il y voir une forme quelconque de folie ? Il haussa les épaules en soupirant.

« A quoi bon ? Je n'ai pas le temps, murmura-t-il. »

Lorsqu'il arriva deux petites heures plus tard à la gare de South City, il fonça directement dans le Silver Dragon. Il était arrivé avec une heure et demie d'avance, mais son patron était habitué et lui indiqua illico l'arrière de l'établissement tout en lui serrant la main.

Logan fit clapoter ses doigts de métal le long du comptoir et alla se dévêtir dans le vestiaire. Il attacha ses cheveux - épaisse crinière grise aux nuances bleutées – en petite queue de cheval comme l'exigeait le protocole de ce bar. Aucun cheveu, ADN, ne devait se retrouver par inadvertance dans le plat ou le verre d'un client. Il mit des gants blancs à la suite d'une chemise noire sur un pantalon de la même couleur. Fin prêt, il s’élança derrière le comptoir pour étudier les réservations. L'endroit était réputé pour son ambiance chaleureuse mais totalement protocolaire. Des professionnels de tous domaines se retrouvaient ici pour parler boulot – complot – tromperie et il était d'usage de ne pas dire un mot de travers devant eux et même d'attendre qu'ils nous adressent un regard avant d'ouvrir la bouche. Il arrivait que Logan passe cinq à dix minutes derrière un homme dans l'attente que ce dernier accepte qu'il lui demande ce qu'il voulait boire. Les clients aimaient cette sensation de pouvoir démesuré, accentué par les employées en tenue légère. Des jeunes femmes étaient engagées pour la simple raison de distraire la gent masculine qui se trouvait sur les lieux. Tantôt danseuses, serveuses ou simplement décoratives sur les genoux, elles ne devaient en aucun cas désobéir. Le patron et les hommes de main engagés pour l'établissement veillaient à ce que le protocole soit respecté. Il ne fallait pas pousser le « bouchon trop loin ». Cela arrivait de moins en moins souvent étant donné que le bar se remplissait essentiellement d'habitués. La maison était régulièrement visitée par des musiciens talentueux afin de divertir l'assemblée. Petit ou gros morceau, tout était apprécié tant que le talent était réel.

Logan n'était pas folichon de cette ambiance, mais ce désagrément se trouvait être en réalité un réel avantage pour lui. Il passait le temps à attendre à observer les gens pour mieux les cerner. Son regard insistant ne se perdait jamais dans les décolletés, car ce n'était pas ce qui l’intéressait en revanche, il pouvait parfois être tant perçant et désagréable qu'il arrivait qu'on le provoque, tente de l'humilier ou qu'à l'inverse on le prenne en sympathie pour mieux le rabaisser. Il avait l'habitude et tournait toujours ces moments à son avantage. Le meuble de sa chambre en pâtissait chaque fois que cela se produisait, car il déversait sa haine et sa fébrilité quand elle ne pouvait plus être contenue. Le patron préférait le garder comme élément plutôt que d'abandonner un employé qui redemandait des heures de travail sans prendre la peine de demander des augmentations.

Ce soir, un musicien rentra dans le bar. Un jeune homme aux cheveux bruns et hirsutes. L'on aurait dit son alter-ego avec beaucoup plus de muscles. Mat de peau, Logan releva ce détail en plongeant son regard dans le cou du musicien. Il le releva bien vite dans les yeux pourpres de son vis-à-vis. C'était très peu commun. Cependant, il était plus coutume de proposer à boire à tout le monde. Logan s'avança, les mains contre son plateau, prêt à dégainer son bloc-note.

« Bonsoir. Bienvenue dans le Silver Dragon. Souhaitez-vous quelque chose à boire ? »

Il esquissa un sourire. C'était très dur. Très dur de paraître tout aussi bienveillant qu'une bonne fée. Il détestait chaque mot qu'il avait prononcé et aurait préféré lui arracher sa guitare des mains pour frapper une chimère avec ! Cependant, il resta planté devant le nouveau musicien en clignant des yeux, sachant déjà quelle table il allait lui proposer pour s'asseoir s'il le désirait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 86
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Re: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.] Mer 29 Nov - 16:43
  • Jake Jefferson
  • Logan

Une musique entêtante.
Juillet 1911. Zearth était de passage à South city, une ville où la chaleur était insoutenable en journée. Comment les gens faisaient-ils pour vivre dans un endroit pareil ? Ce n’était pas possible de respirer, tellement que l’air venait presque à y manquer. Pourtant cela faisait quelque mois que notre homme se trouvait dans le coin, mais pas pour son plus grand plaisir. En effet, Jake fuyait l’ouest du pays de l’alchimie pour des raisons personnelles. Il était accusé de meurtre et l’homme à la chevelure d’ébène était recherché par la police militaire et l’armée. Un meurtre qu’il n’avait pas commis, mais tous les indices convergeaient vers notre homme à la peau mate. Tout le monde était persuadé qu’il avait tué son maître en alchimie pour prouver sa puissance. Seulement, Zearth n’était qu’arrivé sur les lieux du massacre, au mauvais moment… Neal, l’autre fils adoptif de Xaldear, était en réalité le tueur. Celui-ci avait tout planifié pendant des mois, voire même des années avant de passer à l’acte. La jalousie… Voilà le mobile. Neal ne supportait plus d’être le disciple mis à l’écart et le moins apprécié des deux. Il vouait une haine sans nom à son père adoptif et à son frère.

Jake n’avait rien vu et il s’en voulait terriblement d’avoir laissé son frère tomber dans les ténèbres. Pourtant, maintenant, avec un peu plus de recul, il commençait à le détester et vouloir se venger pour lui faire payer l’assassinat de son maître. Pour l’instant, Zearth n’avait pas les moyens de mettre son envie à exécution, mais un jour et cela était une promesse, il retrouverait Neal et se vengerait, quitte à le tuer de ses propres mains. Il n’avait plus rien à perdre de toutes manières alors autant aller jusqu’au bout des choses. Il savait pertinemment que son ancien frère ne se laisserait pas arrêter et qu’un jour, il ne finirait pas essayer de tuer Zearth à son tour et de la même manière que son défunt mentor.

En marchant dans les rues de South City, notre ancien apprenti en alchimie guetta longuement l’entrée d’un bar. La nuit n’allait pas tarder à tomber et il serait plus sage de trouver un endroit pour se détendre un peu avant de rejoindre son hôtel. Il avait besoin de souffler un peu. L’homme aux yeux rouge replaça la lanière de son étui à guitare correctement sur son épaule avant de se diriger vers l’endroit. Bien entendu, il n’était seulement là pour s’amuser mais aussi gagner un peu d’argent pour payer son logement à l’hôtel. C’est donc pour cela que l’homme faisait le tour des bars avec son instrument, cherchant un public pour l’écouter et être payé par le propriétaire de l’endroit pour sa prestation. Il n’était pas un grand chanteur, mais il se débrouillait plutôt bien et cela avait le don de distraire un peu l’assemblée.

Il s’approcha alors de l’entrée et se gratta le bas du front, juste au-dessus de ses piercings de métal avant d’enfoncer la porte tranquillement et de pénétrer à l’intérieur. L’endroit était d’une toute autre ambiance. Si les rues étaient désertes et poussiéreuses, le bar était chaleureux et blindé de monde. L’homme pu remarquer d’ailleurs des femmes qui dansaient pour divertir les hommes dans un coin, loin des autres groupes qui faisaient certainement des affaires ou des trucs louches. L’alcool ne manquait pas et le public était assez ivre pour réclamer de la musique. Parfait ! Cela tombait plutôt bien. Jake approcha tout d’abord du bar et posa sa guitare contre. Il jeta à un coup d’œil aux autres clients puis au personnel. Il croisa tout d’abord le regard d’un mec aux cheveux argentés avant de chercher plus de détails sur la salle en elle-même. Il y avait une petite scène avec un tabouret. L’endroit parfait. Soudainement, le serveur arriva devant lui et lui demanda ce qu’il voulait commander. Jake haussa un sourcil en tournant la tête dans sa direction avec un regard noir. Qu’il n’aimait pas se faire déranger en pleine analyse des lieux. Son regard se planta dans le sien et il émit presque un grognement avant de lui répondre froidement.

« Un whisky… »

Après ces quelques mots, il dévisagea plus en détail la tête de l’autre qui venait de lui adresser la parole. Non seulement, il n’aimait pas sa voix, mais sa tête lui donnait envie de faire un meurtre. Vu la dégaine du machin, le casser en deux ne serait pas si compliqué. Les secondes défilèrent et le serveur attendit devant lui avec son plateau dans les mains. Jake n’aimait pas vraiment qu’on l’observe…. Surtout aussi longtemps. Il trouvait cela presque louche.

« Tu me le ramène mon whisky où il faut que je te défonce ta petite gueule d’ange ? »

Ce ton froid et sans reconnaissance pour ce pauvre homme qui ne demandait que sa consommation. Oui, Zearth n’était plus vraiment le même depuis quelques années…. Avant, il était un homme bon, à l’écoute, ambitieux et respectueux, adorant lire des livres pour s’instruire. Maintenant, il était devenu désagréable, colérique, violent et insultant. Il n’était plus que l’ombre de lui-même. Il avait perdu son but dans la vie, son maître, sa ville et même la confiance des autres. Il ne pouvait plus se permettre d’être le gentil petit apprenti qui ne se soucier que de réaliser ses rêves, maintenant, il devait se montrer ferme et surtout ne plus faire confiance aux autres… Qui pouvait dire si un homme ne travaillait pas pour l’armée ou bien était un sbire de Neal, venu pour l’éliminer. Un poil parano, mais il ne pouvait pas faire autrement.

« Hey tête de fion, ton proprio t’as peut-être dit que ce soir un guitariste devait se pointer. Bah, c’est moi. Je bois mon verre et j’vais sur la scène ensuite. Que personne ne pique ma place sinon je te fais bouffer ton plateau, compris ? »

Sur ces mots, Jake lui adressa un sourire en coin avec un air provocateur. Il devrait peut-être se calmer, mais pourtant il avait déjà envie de foutre une patate dans la tronche de ce type. Rien que de le voir, il ne pouvait pas s’en empêcher. Toutefois, il devait d’abord jouer et chanter avant de foutre le bordel… Il ne devait gagner son pognon en priorité.  

1387 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Who am i !

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Re: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.] Jeu 30 Nov - 7:59
Spoiler:
 

L'homme marmonna quelque chose, sans doute sa réponse, après un grognement qui était loin de mettre à l'aise. Mais Logan pencha la tête pour étudier les piercings de cet individu. Ce dernier semblait faire de même. Le jeune homme releva que trois piercings ornaient les sourcils inexistants de l'étranger, de chaque côté. Quatre au nez, deux de chaque profil. Deux au menton. Il chercha à compter combien il y en avait sur ses oreilles quand Zearth le ramena à la réalité. Logan avait l'habitude de la froideur et ça n'était jamais agréable. Il dût prendre sur lui et cligna des yeux en hochant la tête bien incapable de faire autre chose que sourire, car son travail l'exigeait. Il fit volte-face et une fois derrière le comptoir, il déposa son plateau. Le visage fermé, il attrapa la bouteille de whisky en même temps qu'il sortait un gros verre de l'étagère. Il inspira doucement tout en versant le liquide ambré en se concentrant dessus.

« Ne pas relever les yeux, ne pas relever les yeux, ne pas les relever... Tu ne dois pas les relever. Tu ne dois pas. L'habitude... L'habitude... L... T'as l'habitude. Il n'a pas de signe distinctif. Rien. Je n'ai rien vu. Je n'ai pas pu tout voir... »

Un collègue passa derrière lui et il se tût aussitôt. Les yeux sur sa besogne, il reboucha la bouteille de whisky. Un très bon produit de quinze ans d'âge. Il fit tourner la bouteille dans sa paume en haussant un sourcil. Logan déposa le verre sur le plateau et retourna vers son client. Sur le chemin, il remit son masque d'insouciance et son sourire – aimable techniquement – réapparut. La cicatrice qui ornait ses lèvres s'étira. Des deux mains, il présenta le plateau à Zearth tendit que ce dernier ajoutait :

« Hey tête de fion, ton proprio t’as peut-être dit que ce soir un guitariste devait se pointer. Bah, c’est moi. Je bois mon verre et j’vais sur la scène ensuite. Que personne ne pique ma place sinon je te fais bouffer ton plateau, compris ? »

Il aurait normalement dû être capable d'investir les parties de son cerveau sur l'information que représentait cette phrase. Un musicien. Propriétaire. Un guitariste. Si Logan était au courant ? Oui. Mais actuellement, il retenait sa respiration, la tête en surchauffe. Zearth lui adressa un sourire au coin, querelleur. Des réparties, Logan en avait. Mais le pouvoir de les dire, de les cracher, il ne l'avait pas. Il avala difficilement sa salive alors que sa joue tremblait tant il tirait sur les traits de son visage pour se forcer à sourire. Il ne devait pas perdre son temps avec un humain. Il devait trouver une chimère. Il le dévisagea de la tête aux pieds avec le profond désir de trouver un détail qui confirmerait que cet homme était l'une de ces créatures. Malgré les piercings atypiques, rien ne semblait en désordre. Merde.

Pourvu qu'il retire sa veste et que lui apparaisse des écailles sur les bras, pensa-t-il.

« Euh... »

Il hésita. Les yeux au plafond quelques secondes, ils retombèrent sur Zearth alors qu’il souriait, à priori gêné :

« Vous n'avez pas vraiment réservé, en fait... »

Il se gratta la tempe. Il détestait devoir donner des détails sur le fonctionnement du bar. Bien entendu, il avait totalement compris la provocation, mais le plus rigolo, bien qu'il devait rester poli, était de continuer à sourire en lui disant ceci :

« Il y a de fortes chances que cette place soit belle et bien prise lorsque vous reviendrez de scène puisque ce n'est pas la vôtre. Je suis navré. »

La politesse avait un léger ton provocateur lorsqu’il sortait de la bouche de Logan. Néanmoins, il doutait fortement que le brun puisse avoir le temps de le coucher sur la table pour lui foutre une raclée puisqu’il avait un contrat à respecter. Sans doute qu'après sa composition musicale, le brun l'aurait oublié au profit d'un tour du comptoir plus avantageux. Logan refoula sa satisfaction et se força à ne pas agrandir son sourire. Il tenait à son boulot. Il dût fermer les yeux pour ne pas rire. Il savait d'ors et déjà qu'il était allé trop loin même si les apparences pouvaient jouer en sa faveur. Tout de suite, ceci le fit moins rire. Il rouvrit les yeux en guettant Zearth. Certes, ce n'était pas compliqué de le voir mais avec un tel monde autour d'eux, c'était presque devenu un miracle d'avoir entendu ce qu'il disait un peu plus tôt. Il sortit son bloc-note de la poche arrière de son pantalon et prit son stylo :

« Mais ça peut s'arranger, tout de suite, bien-sûr. Donnez-moi votre nom et cette table sera la vôtre pour la soirée. »

Il allait pouvoir arranger le coup. Il le pensait et ceci lui mit le baume au cœur. Il ne perdrait pas son travail, ce soir et tout le monde sera content. Pour cela, il ne lui manquait plus qu'à trouver une chimère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 86
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Re: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.] Mer 14 Fév - 16:57
  • Jake Jefferson
  • Logan

Une musique entêtante.
Jake cherchait simplement à pousser la chansonnette, mais voilà que c’était peut-être raté. Tout ce qu’il demandait c’était que sa place ne soit pas prise à son retour de la scène, mais voilà que le serveur lui indiqua que cela n’était pas possible. C’était pas compliqué de dire à quelqu’un que la chaise était déjà prise. Fallait pas réserver pour un truc pareil. Le serveur se foutait peut-être de lui, mais sa plaisanterie n’était pas drôle aux yeux de Jake. Il allait vraiment lui faire bouffer son plateau. Le type aux cheveux argentés était planté devant lui, venant de déposer le verre. Jake se contenta de prendre le whisky servit et le bu tranquillement sans se soucier de l’autre tâche. Jake savait qu’il devait garder son calme pour ne pas provoquer un scandale, mais c’était plus fort que lui. Il n’aimait pas la tête de son interlocuteur alors… Il avait vraiment envie de lui en foutre dans la tronche pour un oui ou pour un non.

Rapidement, le brun à la crinière en bataille leva les yeux vers l’autre pour l’observer. Il affichait un sourire qui lui donnait une tête de débile profond… Ce qui ne devait pas être loin de la vérité. C’est alors qu’on lui demanda son nom pour réserver la place. Une façon simple de s’arranger, mais Jake ne le voyait pas de cet œil. La première question qui lui traversa l’esprit était : Pourquoi il demande mon nom celui-là ? Puis au fil des secondes qui passèrent, il commença même à douter de l’employer. Et si jamais il ne travaillait pas que pour ce bar ? Peut-être qu’il l’avait reconnu et qu’il demandait son identité pour la transmettre aux autorités ? Ou bien… Il travaillait pour cet enfoiré de Neal. L’homme aux nombreux piercings devait se méfier de tout le monde dans le pays. Son ancien frère voulait toujours le voir mort après tout…

Toutes ses pensées se bousculèrent dans son esprit. Son sang se mit à bouillir dans son corps. Son regard sanglant ne quitta pas son interlocuteur alors qu’il serrait fortement des poings. Il n’y arriverait pas… Il n’arriverait pas à se calmer et il n’allait pas tarder à exploser. Faites qu’il se barre avant, faites qu’il se barre avant que Jake ne réagisse en premier ! Soudainement, il se mit à rire discrètement avant de terminer son verre d’alcool.

«  Bon, je crois qu’il est temps pour moi d’y aller.»

Il se leva de son siège en posant les deux mains sur la table et poussant la chaise avec l’arrière de ses jambes. Il prit une grande inspiration avant de se redresser de toute sa hauteur et fusilla le serveur d’un regard presque glauque. Jake ne savait pas ce qu’il exprimait à présent sur son visage et dans sa tête tout se mélangeait. Un vrai bordel. Il se décala alors sur sa droite  avec son sourire en coin puis se tourna vers la guitare qui se tenait à côté de sa chaise. Il tendit alors lentement la main vers celle-ci, mais contre toute attente, il se retrouva avec son siège dans ses mains. D’un coup, il pivota rapidement sur lui, faisant passer l’objet au dessus de la table pour le faire venir s’écraser contre l’employé du bar qui venait de lui demander son nom. La chaise éclata en morceau avec l’avoir percuté et il lâcha les restes sur le sol, sous le regard ébahit des autres clients et serveurs.

« Tu demandes mon nom ? Tu crois vraiment que je vais tomber dans le panneau ! HAHAHA Abruti va… Me prends pas pour un con. Tu veux mon nom pour une autre raison, avoues !»

Soudainement quelques personnes, les plus courageux d’entre eux, se levèrent de leurs tables pour venir attraper les bras de notre chanteur. Comme si cela allait l’arrêter de casser la petite gueule d’ange de l’autre crétin ! Un se fit soudainement attraper l’arrière de la tête pour se faire fracasser contre la table à côté du dragon enragé, un autre se fit envoyé en arrière d’un coup de bras et poussa quelques personnes au passage. Un client qui venait de se faire percuter se retourna avec son verre et le claqua sur la tempe d’un inconnu venant de le toucher. D’autres bagarres se déclenchèrent par la suite, laissant perplexe les serveurs qui tentèrent de calmer des personnes. Jake était maintenant libre de ses mouvements et la pagaille causée allait lui donner le temps de finir ce qu’il avait commencé. Si ce serveur travaillait bien pour son pire ennemi alors il méritait son châtiment et si ce n’était pas le cas, alors tant pis. L’ancien disciple de Xaldear Jefferson n’aimait pas sa tête de fourbe de toute manière alors…  

858 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Who am i !

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Re: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.] Ven 16 Fév - 19:14
Qu'est-ce qu'il veut celui-là ?!
Son sang ne fit qu'un tour et n'eut pas le temps de remonter jusqu'à ses pommettes qu'il se mit debout. Logan tituba, des étoiles dansantes sous les paupières avant que son sourire n'élargisse ses joues. La bagarre s'était propagée comme un virus avant même qu'il reprenne correctement ses esprits et son assaillant était prit dans un torrent de sueur et de sang. Lorsqu'il se redressa parmi la foule abondante et colérique, il ressemblait à un ange paisible. Il arborait un sourire angélique sous le torrent de sa chevelure grise. L’œil vif et les réflexes se voulant, il enfonça son auto-mail dans sa poche, agrippant le câble de caoutchouc qui s'y trouvait. Fil perfide si l'on veut, car il s'approcha d'abord d'un pas nonchalant :

« Ton nom, je vais te le faire cracher pour éventuellement le frapper sur ta tombe, emmerdeur ! »

Il fit claquer le fil étrangleur entre ses deux mains, le tendant comme câble entre deux poteaux :

« Dans l'éventualité où ton visage est reconnaissable, sale bête ! On va voir si ces jolis piercings font autant de trous dans ta tronche qu'ils ne cicatrisent pas une fois mort ! Tu vas ressembler à la bataille navale avec mon couteau dans le nez en guise de paquebot ! »

Contre toute attente, le serveur bondit en avant, se propulsa d'une table et d'une pirouette, asséna un coup de talon dans le visage du grand brun. Habile, il retomba sur ses pieds. Promptement, il passa le câble autour du cou du guitariste avant d'utiliser ledit fil pour attirer son crâne contre le sien. Ils claquèrent violemment l'un contre l'autre. L'euphorie qui grimpa comme des centaines d'araignées dans son sang lui fit perdre la notion des responsabilités. Il venait tout de même de prendre une chaise gratuite en pleine tête.

« Touché ! »

Il rit, la gorge tremblante sous ce son infâme. Autour d'eux, la cacophonie n'avait de cesse. Les hommes trouvaient un rien pour se battre. La preuve étant qu'ils se jetaient les uns sur les autres sans aucune considération pour leurs partenaires. Les jolis minois s'enfuyaient comme des gazelles apeurées. Pour celles qui étaient des prédatrices, autant lionnes que hyènes, elles fixaient la scène avec une lassitude farouche. Prêtes à se défendre, elles en finirent par tenter de s'interposer. C'était sans compter sur les vieilles querelles qui animaient les femmes lorsqu'il s'agissait de défendre plusieurs fois le même homme. Elles en vinrent aux griffes, aux cheveux qu'elles tiraient et entamèrent la bagarre au même titre que les autres. Dans le même temps, Logan retirait son câble du cou de son tortionnaire menuisier et décidait qu'il était temps de peaufiner son travail. Il attrapa le pied d'une table qui passait par là, refermant ses doigts d'acier sur le contour de chêne massif. Dans l'élan brusque, la table vola, le rebord se frappant au visage du grand brun. Il attendait impatiemment qu'il valse pour pouvoir achever sa partie :

« Coulé ! »

Il ignorait totalement ce qui avait bien pu pousser son vis-à-vis à l'attaquer, mais l'idée même de lui rendre ses coups au centuple n'était point pour lui déplaire. Logan laissa son couteau rangé, freiné par le simple fait qu'il s'agissait d'un homme et non d'une bête. À son sens, cela frôlait l'hérésie. Néanmoins, il était encore conscient de ses faits et gestes. Pour lui, cela ne ressemblait ni plus ni moins qu'à une gigantesque fête !

Il se pencha, fauchant les jambes de Jake avec le câble fourbe pour s'assurer que ce dernier tombe. Exalté, il prit cependant du recul avant de recevoir un pied en guise d’entremets.

« Allez ! Viens jouer ! On va voir lequel des deux ressemblera le plus à un cul plein de merde une fois qu'on t'aura arraché toutes ses boulettes du visage ! Je sais pas ce qui t'a pris, mon gars, mais pour la réservation, c'est sûr, t'auras ta place ! Tiens, la voilà ! »

Il attrapa un tabouret qui passait par là et le souleva au-dessus de sa tête. La gueule d'ange arborait désormais un sourire démoniaque, prêt à faire fondre son arme de circonstance sur le guitariste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 86
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Re: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.] Mer 28 Mar - 18:38
  • Jake Jefferson
  • Logan

Une musique entêtante.
Le serveur montrait son vrai visage, du moins une bonne partie. Celui-ci menaça Jake de lui refaire le portrait et de lui planter un couteau dans le nez. Alors là, il allait voir si notre homme allait se laisser faire sans lui briser un bras ou deux avant. Y avait pas de doute, ce type était quelqu'un de taré et dangereux. Peut-être un tueur envoyé par Neal pour le surveiller, même voir pire. Le serveur passa au dessus du table et donna un coup de talon dans le visage du musicien à la crinière sombre. Ce qui le fit reculer et grogner sourdement. Tenant son visage dans une main, il bougea la mâchoire inférieure pour la remettre en place et l'entendit craquer. Il n'eut pas le temps de réagir que Jake fut étranglé subitement par un câble. Portant ses mains à son cou, il tenta de désespérément de faire de l'espace pour respirer normalement. Il avait une sacrée force cet homme.

« En...Enflure !»

Sa tête rencontra celle du serveur et il essaya de se redresser sur ses jambes pour le soulever du sol et lui faire perdre l'équilibre. L'air lui manquait... Il avait extrêmement chaud à la tête et la douleur ne l'aidait pas à garder les idées clairs. Il ne devait pas perdre son sang-froid... Il ne devait pas laisser la peur d'y passer prendre le dessus. Sinon c'était foutu pour lui. Finalement, son adversaire lâcha prise, mais quelques secondes après, il se prit le coin d'une table. Ce qui le fit reculer brusquement et se cogner contre des types qui se battaient derrière lui. La grande douleur se propagea dans sa tête. Portant une fois encore sa main à son visage, du sang coulait d'entre ses lèvres. Il se mit à tousser en se remettant droit et regarda autour de lui. Merde... Sa vision devenait trouble. Trop de coups, le manque d'air... Il pouvait encaisser, mais pas pour longtemps.

Il tituba vers l'avant pour revenir vers le serveur, malheureusement, il se fit soudainement fauché et son dos s'écrasa sur le sol. Sa tête claqua contre le plancher et il grogna de nouveau. Merde... Devait-il utiliser son alchimie pour s'en sortir ?! Jamais... Il ne devait pas dévoiler son identité, quoiqu'il puisse arriver. Tournant sa tête sur le côté, il toussa une nouvelle fois pour laisser une gerbe de sang éclabousser le sol du bar. Son regard rubis visa son ennemi qui levait un tabouret au dessus de sa tête avec la ferme intention de lui éclater sur la tronche. Jake ne devait pas le laisser faire ! Sans rien répondre à ses piques, le brun leva la jambe pour venir écraser son pied entre les jambes du serveur. Prenant une courte inspiration, il prit son appuie sur ses mains et d'une petite pirouette, se retrouva sur ses pieds, quelques centimètres plus loin de son agresseur. Il resta accroupit et força sur ses jambes pour foncer directement vers l'argenté. Ses bras encerclèrent les hanches du jeune homme et l'emporta dans sa course. Un, deux ou trois mètres à le porter brusquement sans faire attention à sa force. Il passa entre les autres clients et en bouscula plus d'un avant de foncer vers le bar. L'idée était de faire en sorte pour que le bas du dos de son adversaire s'écrase sur le bois et ensuite le soulever rapidement pour l'éclater le reste du dos sur le comptoir. Il lui fallait quelques secondes pour y parvenir et une fois prêt, sa grande main attrapa l'intégralité du visage du type pour le faire glisser le long du bar et l'envoyer voler contre un mur à l'autre bout. Jake toussa encore et reprit enfin son souffle sans être perturbé par l'autre. Regardant à droit, puis à gauche, il zieuta un chemin vers la sortie la plus proche. Il ne devait pas rester... Les militaires n'allaient pas tarder à arrêter tout le monde.

Soudainement, un autre tabouret alla s'écraser contre l'arrière de sa tête. Jake écarquilla les yeux sous la douleur avant de s'écraser presque entièrement sur une table. Des verres tombèrent à terre et le bois grinça dangereusement. Bordel que ça faisait mal... Il jeta rapidement un coup d'oeil pour voir où était le serveur, mais avec la foule, il n'arrivait pas à le distinguer. Est-ce qu'il avait eut le temps de se relever ? Bordel... C'est alors que des coups de feux retentirent à l'extérieur. Une patrouille venait d'arriver près du bar. Certainement des militaires qui faisait le tour du quartier. Dans quelques minutes, tout le monde allait se faire arrêter, il fallait donc pas traîner. Il devait y avoir une sortie par derrière... Peut-être sa seule chance de pouvoir sortir. Toutefois avec les bagarres dans le coin et le serveur complètement taré, Jake ne pourrait pas sortir dans la minute. Tant pis, fallait bien tenter le coup. Il se redressa alors avec la ferme intention de courir le plus rapidement que possible vers l'arrière du bar. Seulement, une ombre planait déjà au dessus de lui.

911 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Who am i !

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Re: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.] Mar 31 Juil - 21:13
Si la chaise ne lui lâcha pas des mains lorsqu'il reçut un coup de pied inopiné dans les parties basses, Logan sentit ses genoux fléchir, claquant l'un contre l'autre. Un son plus grave qu'accoutumé dépassa la barrière de ses lèvres. Il resta figé dans cette posture, cherchant au fond de lui à cracher le cri de douleur qui restait coincé dans ses entrailles. Quand Jake lui fonça dessus, aguerri comme un sportif de haut niveau, il en lâcha enfin son ustensile de tir qui s'écrasa au sol. Entraîné par la bourrasque brune, Logan gardait les yeux fermés à l'approche de chaque verre et bouteille qui croisait son pitoyable chemin sur le comptoir du bar à mesure qu'il était traîné sur toute la longueur de ce dernier. Quand son dos percuta un mur, il rouvrit les yeux et bondit sur ses jambes sans que ses genoux ne touchent le sol. Ce fut cet instant que choisit la douleur qui colonisait tout le bas de son dos pour se manifester. Il grogna sans se rendre compte du filet de sang qui colorait son visage blême. Être balancé dans la houle comme un vulgaire avion en papier ne lui plaisait pas du tout. Demain allait être un jour particulièrement tendu et quelques courbatures l'attendaient. Néanmoins, sur l'instant, il se sentait une énergie vorace en voyant son ennemi se frayer un chemin dans la foule pour s'échapper.
Logan chercha tout et n'importe quoi du regard qui pourrait lui servir à harponner son adversaire. Il attrapa une bouteille qui passait par là, mais elle vola au même titre qu'une poignée d'autres et disparu dans la mêlée. Il se fraya un chemin entre les bagarreurs avec une difficulté accrue. Alors qu'il voyait sa cible lui échapper de plus en plus, un objet retint son attention. Il l'attrapa dans sa course et continua sa traversée jusqu'à Jake.

Logan écrasait pieds et personnes au sol pour rattraper le malotru. Il bondit comme un colibri au-dessus de la foule dans un dernier espoir. Dans un élan incalculable, il prit une poussée avec son pied contre le mur et leva la guitare dont il s'était emparé. Son caisson s'envola au-dessus de la tête de Jake tandis que Logan refermait ses doigts sur le manche. Dans un sourire éclatant, il l'enfonça sur la tête du fuyard. Elle se brisa tout autour de son crâne même si le jeune homme espérait qu'elle puisse se briser à l'intérieur. Les cordes se désaccordèrent et le bruit inconvenant qu'elles lâchèrent fit frissonner Logan. Le chevalet voltigea dans la pièce quand le sillet de tête s'enfonça dans l'épaule du garçon qui tombait. Logan roula au sol et se rattrapa aussitôt sur une jambe pliée, l'autre tendue. Il se leva, essoufflé, mais euphorique pour aller au-devant du fuyard.

« Reviens là ! Tu vas pas t'en tirer comme ça ! Oh, ça, non ! Tu penses pouvoir te tirer sans payer ?! Sans jouer ? »

Il éclata de rire dans le brouhaha infernal.

« Au fond, tu sais quoi, je suis content que t'es pété un câble ! Tu m’a offert une raison de te faire manger la poussière ! On t'a jamais dis de rester poli avec les gens que tu connais pas ?! Trou du cul ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]

MessageSujet: Re: Une musique entêtante. [PV Zearth J. Jefferson.] [FB Année 1911.]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La musique au Moyen Âge
» musique amerindienne
» Musique médiévale
» Quiz #12 La Musique du Quebec (no1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SOUTH CITY :: SOUTH CITY :: RUES-