RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

avatar
Messages : 108
L'Alpha & l'Omega
Who am i !

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Dim 1 Oct - 17:03



Voici un résumé des événements qui conduisent à cet Event et le début de l'Event (Vous pouvez vous référer au post du groupe 1 au Q.G pour connaître les événements de l'autre côté :

Amestris n'en a pas fini avec les terroristes. Central a connu deux attaques qui ont bouleversés ses habitants et ébranlés ce sentiment de sécurité que tout le monde ressentait jusqu'à maintenant. Septembre 1914, un petit groupe de personnes s'attaquent à la population en libérant une armée de monstres. Ils répandent la terreur et le sang des citoyens dans un but que tout le monde ignore. L'armée prend des mesures, mais avec le peu d'information à sa disposition, elle est incapable d'arrêter cette nouvelle menace qui plane sur le pays. Des groupes se forment dans les grandes villes et les petites bourgades. Des civils se révoltent contre l'autorité suprême et clament la libération d'Amestris. Pour eux, l'armée n'est plus compétente et les alchimistes d'Etat sont des monstres qui n'ont plus la confiance de ces "illuminés". Ces derniers pensent que les terroristes ne sont que des sauveurs, agissants pour le bien du pays de l'alchimie. Certains tentent de rejoindre les terroristes, d'autres forment des groupes pour agir comme bon leur semble. L'armée est dépassée, mais tente de maintenir l'ordre pour éviter des émeutes ingérables qui finiraient par plonger Amestris dans le chaos.

Fin octobre 1914. Le festival organisé pour redonner le sourire à la population de Central, ne se passe pas comme prévu. Les gens s'écroulent pendant un concert de la grande diva, Chiara Williams et on parle aussi de la présence d'un monstre. Il n'y a que peu de victimes, mais le désordre causé durant cet événement ne fait qu'amplifier la peur des citoyens. Le fils du généralissime King Bradley, un petit garçon du nom de Selim, accompagné de sa mère n'a pas été épargné selon diverses sources. L'armée annonce que cette nouvelle attaque est l'oeuvre des terroristes. Est-ce que le petit Selim Bradley était la cible pour porter un coup au Généralissime ou bien était-ce encore une attaque qui visait principalement à montrer aux habitants que Central City n'est plus un lieu de paix ? Les avis sont divisés. Personne n'a réellement conscience de la vérité... L'armée cache bien son jeu et met tout sur le dos des terroristes pour éviter de dévoiler la présence d'êtres bien plus terrifiants : Les homonculus. Personne ne sait que les événements produits pendant le festival ne sont, ni plus ni moins, un règlement de compte entre Envy et la Diva de Central. Seuls les personnes éveillées à ce moment-là ont pu voir la vérité. Un seul membre du groupe des terroristes était présent pendant ce festival. Le xinois Jin-Wan Han, infiltré dans le pays sous couverture. Ce médecin aux yeux de tous, fit la rencontre d'un autre homonculus...  L'orgeuil incarné : Pride. Maintenant, le groupe formé par Nikolaï Roskov est au courant de l'existence de ces êtres et de la dangerosité qu'ils représentent pour leurs plans.

Les jours passent, l'hiver s'installe lentement sur Amestris. Tous les Q.G sont en état d'alerte permanente. L'Est surveille attentivement ses frontières avec les autres zones du pays. Le Général Grumman reçoit des informations qui ne présagent rien de bon. Selon certains rapports, un groupe non-identifié aurait quitté Central avec des marchandises provenant du marché noir, mais aussi des cargaisons venant d'autres pays. Ils se dirigent doucement, mais surement vers son secteur. Est-ce le signe d'une prochaine attaque visant cette partie du pays ? De nombreux soldats en mission pour obtenir plus d'informations sont portés disparus, ce qui ne présage rien de bon. L'Est prend l'initiative de prévenir le Généralissime. Ce dernier décide d'envoyer du renfort pour épauler le Q.G qui semble être la prochaine cible des terroristes. Ces militaires et alchimistes d'Etat envoyés en urgence arrivent rapidement sur les lieux. Personne ne sait quand ils vont frapper, mais tout le monde se tient prêt afin de défendre cette partie du pays.

----------------------

Tout était relativement calme pendant la soirée du 20 novembre 1914. Ce n’était qu’une simple façade, en réalité…

Dans les quartiers pauvres et abandonnés de l’Est, endroits évités avec soin par les habitants, un groupe d’individus venait de se rassembler dans le plus grand des secrets. Ils étaient aux limites de la ville, près d’un chemin de fer qui n’était plus utilisé depuis des années et qui servait à l’époque de ligne ralliant Amestris avec Ishval. Un endroit parfait pour faire passer discrètement des wagons de marchandises en toute tranquillité. Un train se tenait inanimé depuis quelque temps et les silhouettes sombres, cachées par les ténèbres de la nuit, se tenaient tous devant. Certains étaient armés et possédaient toutes sortes d’armes : fusils, pistolets, sabres, grenades… Une femme tournait en rond depuis quelques minutes. Elle s’impatientait et un étrange climat s’était installé à cause de son comportement, pas très rassurant. Au final, cette inconnue se mit à lancer des jurons puis s’arrêta en face du wagon, plaçant ses mains sur les hanches.

- Toujours pas ?! J’en ai ma claque d’attendre après Roskov ! J’ai déjà tué les sentinelles qui traînaient dans le coin, histoire d’être tranquille, mais les militaires ne vont pas tarder à se rendre compte que la patrouille qui circule actuellement, n’est pas des leurs… Et pourquoi je suis ici ?! C’est à Alexander que devrait revenir cette putain de tâche… Je m’ennuie à mourir !

Aria Richards, membre du groupe des terroristes n’en pouvait plus de cette longue attente. Pour elle, le sang du peuple d’Amestris devait couler et au plus vite. Seulement, elle attendait un simple signal, donné par un autre groupe, qui se dirigeait actuellement vers le Q.G de l’Est. Son attente fut coupée court par l’arrivée d’un homme. Ce dernier se posta derrière elle et se mit à la saluer d’un geste de la main au niveau de sa tête, comme un parfait petit soldat.

- Madame, les autres sont en place. Le groupe Alpha se trouve actuellement à quelques rues du Q.G et le groupe Bêta est en position dans les rues avec les charges. Vous pouvez lâcher les chimères.

Richards plissa les yeux, sans même se retourner. Quelque chose ne lui plaisait guère. Juste après les paroles du petit soldat habillé d’une tenue bleu comme celle des militaires de ce pays, elle se mit à rire sans se retenir. Un rire presque sadique. Sa main alla se fourrer dans sa veste noire et elle prit un objet en main, discrètement. Tout le monde semblait attendre une réponse de la demoiselle, mais ils ne s’attendaient pas au geste qu’elle allait avoir par la suite. Se retournant rapidement vers le nouvel arrivant, Aria leva le bras et pointa un pistolet sur le front de l’individu venant lui donner les instructions. Finalement, sans crier gare, elle appuya sur la gâchette, logeant une balle dans la tête du pauvre soldat qui n’avait rien demandé.

- Je déteste qu’on me dise quoi faire… Et encore moins quand cela vient d’une pauvre raclure de seconde zone comme toi. Pauv’ type ! HAHAHAHAHA !

Un nouveau rire bien plus prononcé que le premier. Le corps du petit soldat s’écrasa sur le dos, devant la petite assemblée. Cette dernière ne semblait pas choquée pour autant. Il fallait bien avouer, que ce genre de geste de la part de cette femme, n’était pas rare. A la moindre contrariété, Aria n’hésitait pas à tirer sur n’importe qui pour avoir la paix. Finalement, elle rangea son flingue dans la poche intérieure de sa veste et se mit à chantonner, levant les bras en l’air, tournant sur elle-même. Elle dansait avec un grand sourire sur les lèvres.

- Libérez nos amis ! Il est temps pour nous de passer à l’action ! Le Wagon 1 et 3 en premier puis attendez encore un peu pour le 2 et 4. J’ai envie de m’amuser un peu. Amestris, AMESTRIS TU VAS SOUFFRIR CE SOIR ! HAHAHAHA ♥️

20h29 – Aria Richards se prépare à relâcher des abominables créatures.

A L’intérieur de la ville, les habitants flânaient paisiblement dans les rues. Dans le centre-ville, une patrouille venait d’en croiser une autre.

- Vous avez des nouvelles de Bradkeast ?
- Non, j’ai croisé son groupe, mais il n’était pas là. Ils disent qu’il est parti faire un tour, histoire de se « vider » un peu. Hahaha.
- Sérieusement ? Y en a qui ne se gêne pas pour déserter leur poste à la moindre occasion. Vive l’armée de l’Est. Il doit prendre exemple sur notre général Grumman. Dire qu’on se tape tout le travail dehors depuis trois jours, à errer pour un rien dans les rues ! J’espère que le vieux ne devient pas dingue en nous envoyant patrouiller jour et nuit. Ces histoires de terroristes qui préparent un coup… Ce sont des conneries.
- Ouais, t’as pas tort. Y a rien de suspect, mais on reste en alerte… Le général veut notre mort.

Pendant que ce groupe continuait de râler sur les conditions de travail de cette dernière semaine, un homme attendait patiemment dans l’ombre. Il observa silencieusement les passants puis les militaires avant de se tourner et entrer dans un bâtiment. A l’intérieur, un autre homme, la main sur un mécanisme, était accroupis dans le noir. Il fit signe à son comparse qui venait de le rejoindre. L’instant d’après, il appuya de ses deux mains sur le levier en T. Dans la rue juste en face, une importante lumière jaillit, illuminant la zone dans un vacarme monstre. Les militaires n’eurent pas le temps de réagir, qu’ils s’envolèrent brusquement dans les airs, soufflés par un nuage enflammé.

20h40 – Première explosion dans le centre-ville.

Toute East City venait de l’entendre. Ce bruit que tout le monde craignait. Quelques minutes venaient à peine de s’écouler depuis la première détonation. La population, qu’elle soit dans les rues, où dans les maisons se mirent à paniquer. Les gens se trouvant dans les rues se mirent à hurler d’effroi, voyant au loin, une vive lumière et des flammes grandissantes à vue d’œil. Le carnage se répétait une fois de plus. Un couple et leur enfant, esquivèrent les personnes en panique et tentèrent de se réfugier contre la vitrine d’une boutique de vêtement. La petite fille ne comprenait pas ce qui pouvait se tramer, mais elle ressentait la même peur que ses parents. Le père regarda dans toutes les directions possibles, cherchant un endroit où il pourrait mettre sa famille en sécurité. Il avait du mal à voir avec la masse d’habitant qui courait dans tous les sens. Soudainement, il eut un sifflement. Il était à peine audible, mais il parvenait tout de même à son oreille. Un bruit qui lui donna un long frisson dans son corps…. Il chercha la localisation de ce son, mais un autre lui fit relever la tête. Le regard de ce père, tentant de garder sa femme et sa fille dans ses bras, se changea brutalement. La panique céda à l’horreur quand il remarqua une créature glisser le long du toit de la boutique et tendre une patte armée de griffes acérées dans sa direction.

- Papa ?

L’enfant sentit la main de son père se crisper sur son épaule et l’instant d’après, elle n’était plus là. La gamine entendit sa mère hurler de terreur et elle osa regarder en l’air. Juste au-dessus d’eux, l’homme était suspendu dans les airs, le visage agrippé par une patte pleine d’écaille. On pouvait entendre encore des bruits provenant de la gorge du malheureux. Il fut ensuite tiré vers le haut, avec l’immense bête et disparut. Des grognements féroces d’un animal se firent entendre et le bruit significatif d’une proie qui se faisait taillader par le prédateur. La mère lâcha son enfant et se mit à courir pour rejoindre la foule. La pauvre gamine, paralysée par la vision de son paternel kidnappé par un monstre, tomba à genoux sur le sol. Des larmes coulaient sur ses joues et elle était incapable de faire le moindre mouvement. Une masse sombre tomba devant elle, à quelques mètres. Peut-être faisait-elle deux mètres… Elle avait de la fourrure sur le dos, mais le reste de son corps était recouvert d’écailles. Des grandes pattes monstrueuses, capables de tenir la tête d’un adulte sans difficulté. Cette chose se tourna dans la direction de l’enfant. Des yeux noirs et dépourvus d’humanité se posèrent sur elle. La bête ouvrit la gueule pour laisser sortir une langue fourchue et se lécha les babines pleines de sang. Une seconde plus tard, cette créature bondit sur elle… Personne n’allait être épargné…

20h49 – Les chimères sont arrivées dans les rues d’East City.




Voici donc la liste des participants et des PNJs pour celui-ci.

PNJs :

-> Aria Richards (Infiltré)
-> Alex Louis Amstrong (Militaire)
-> Rebecca Catalina (Militaire)
-> Chimères

Participants :

-> Sereliam (Infiltré)
-> Kira Even (Infiltré)
-> Shawn Llord (Infiltré)
-> Ban Silverleigh (Chimère bourrée)
-> Ethan Valentine (Militaire)
-> Elyah Braüns (Alchimiste )
-> Pride (Homonculus)
-> Angelica/Anjuu/Chiara (Chimère)
-> Matthew Michaels ( Alchimiste)
-> Shen Wu (Etranger)





Informations sur l'Event :

- 15 lignes minimum pour un post.
- Vous êtes libre de faire des petits groupes.
- Armstrong et Rebecca ne sont pas encore arrivés ! Il y a que les militaires déjà sur place dans certaines zones et dans l’hôpital.
- Les infiltrés sont présents, mais certains d'entre eux sont cachés.
- Les chimères, si vous voulez en créer, vous pouvez ! N'hésitez pas à donner le plus d'informations possible et même une image dans votre post.
- Il n'y a pas d'ordre de passages. C'est déjà le carnage alors foncez !
- Rajoutez à la fin de vos post avec qui vous êtes ! Exemple : Ban - Bibine. Pour qu'on sache rapidement quels sont les groupes que vous formez. Même les PNJs
- En cas d'absence, n'oubliez pas de prévenir un membre du staff o/  


Fiche par Narja pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Lun 2 Oct - 10:11
C'est quoi ce bordel ?! Ce n'est pas possible des vacances tranquilles ?!


*****


J'avais eu droit à une permission et afin de changer un peu d'air, j'avais décidé d'aller un peu plus dans le sud, cependant, l'extrême sud n'était pas vraiment envisageable. Trop chaud et… Je n'ai pas envie, c'est déjà pas mal. Du coup, j'avais joué à pile ou face pour choisir entre l'ouest et l'est. Finalement, ce fut East City qui fut choisie.

Après avoir donné leurs consignes à mes collègues, je fis mes affaires puis partis pour Central et East. La première chose qui me frappa en arrivant à East City fut le nombre assez impressionnant de patrouilles. Je sais qu'avec les événements de Central tous les Q.G étaient en alerte maximale, mais là…

Enfin bref ! Passons ! Donc, je me rendis à l'adresse d'une chambre d'hôte qu'un collègue m'avait indiqué, paraîtrait qu'il s'agit de la famille à lui. Il était environ quinze heures lorsque je fus enfin libre de visiter East City. Bien que j'eus, par simple curiosité, envie de me rendre au Q.G du coin, je me retins et me contenta de vagabonder non loin en dehors de la ville.

Vers dix-neuf heures, je revins chez mon hôte afin de dîner puis, après que ce dernier me confia un double des clefs, je repris ma visite de la cité. Force m'étais d'avouer que, bien que je trouve qu'il fasse un peu chaud, la ville avait son charme de nuit. À mon avis, en hiver, il doit faire bon vivre à East City, donc, à noter pour la prochaine fois : Essayer d'avoir mes permissions en hiver puis revenir dans le sud.

Mais, alors que j'étais dans mes pensées, je fus brutalement ramené à la réalité par une détonation au loin. Qu'est-ce que c'était que ça ? Une explosion ? Par réflexe, je me retournai vers la colonne de fumée visible au loin, mais avant quelqu'un ne puisse réagir une autre explosion se fit entre et à partir de là… Tout partis en vrac. D'autres explosions se fit entendre, d'autres se firent même voir à l'autre bout de la rue.

Alors que les civils partaient dans la direction opposée, je me dirigeais vers les lieux touchés. Lorsque je fus sur place… Je ne sais pas comment décrire. Je n'avais jamais vécu ça. Des corps carbonisés, écrasés, éclatés, des civils, des militaires. Un véritable carnage, un bras devant la bouche, je m'approchai du corps d'un confère militaire. Mort. Un civil ? Mort également. Merde !

Levant les yeux vers le reste de la rue, les flammes et les débris ainsi que les corps me fit frissonner. Cependant, il devait, peut-être, y avoir des survivants, attrapant le fusil d'un militaire mort, je remontai la rue en inspectant tous les corps et les débris à la recherche de survivant. Pour ne rien arranger, les cris des gens au loin ne m'inspirait vraiment pas confiance. D'autres explosions ? Le stress ? Le traumatisme ?… Pire ?

Moi qui espérais passer une permission tranquille…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 409
Princesse de Xenos
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Ven 13 Oct - 3:13


Le soleil se couchait à peine…

J’étais toujours dans la chambre d’hôtel qu’Edward avait payé pour moi. Mais il n’était pas encore revenu. Il s’était passé beaucoup de chose entre deux, vraiment beaucoup. Nous avions recroisé le xinois que la plus jeune d’entre nous avait déjà aperçu le soir du festival, et ce dernier m’avait guéri… J’étais guérie… Il n’y avait plus aucune plaie sur mon corps capable de se rouvrir par manque de sang. Cet homme, je le voyais comme un second lyl… Voir en mieux… Il sentait bon, très bon. Et doux, aussi, malgré la poudre et le sang qui le recouvrait parfois. Il était bizarre, aussi, et il finissait ses phrases par des mots que je ne connaissais pas, mais il était bon. Contrairement à ce que la petite avait pensé au début, l’espoir n’était pas perdu, au contraire. Même s’il en manquait deux pour le voir, j’avais confiance en l’avenir moi aussi. J’étais inquiète pour Edward et ce qu’il allait faire à Central, surtout avec ce qu’il s’était passé avec Pride, mais en un sens, je crois que l’homonculus n’était pas au courant du lien que j’entretenais avec ma moitié. Il ne savait que pour Chiara et Ban… Pas pour moi.

Non, moi il ne me voyait pas comme eux, il me voyait comme lui. Il pensait que je pouvais lui obéir, que j’étais dévouée à sa personne, mais il avait tord… au début, je pensais sincèrement que c’était lui mon futur, mais il s’était avéré que nous n’étions que des partenaires de jeu, de meurtre comme il disait… Mais après le coma de Lyl, les choses sont devenus très différentes entre nous. Il devenait froid, lourd, violent… Il essayait de me dicter ma conduite, de m’influencer… Mais ça ne marchait pas. Comme pour Ruby, ça ne marchait pas, j’étais un électron libre comme disait Pandora avant de disparaitre. Personne ne pouvait me retenir ou m’ordonner quoi que ce soit, je suivais mon instinct modifié, je faisais ce que je voulais. Et maintenant, c’était définitif, j’étais contre les homonculus, contre les infiltrés, et contre la plupart des militaires et alchimistes effrayants. Nous avions la meute, qui s’était légèrement agrandit avec la présence d’un nouvel ami… Un humain, un xinois aussi, comme Jin, mais différent encore. Il avait des yeux bleus turquoises, comme moi quand je suis séparée des deux autres, et des cheveux argentés lisse. Il était brisé, il avait perdu sa progéniture… Alors je lui avais dit qu’il pouvait rester… Parce que je comprenais…

Il me suivait partout maintenant, un peu comme ma mère avant que je ne quitte le nid réellement, elle nous observait, nous nourrissait et nous suivait toujours du regard. Il faisait pareil… Il savait se battre aussi, mais, il ne disait pas grand-chose, encore blessé de la perte de son enfant… Je le comprenais… Il s’appelait Shen… Et il avait décidé de nous protéger lui aussi, comme tous les autres… Et peu à peu, la meute grandissait, si nous avions perdu un membre, un traitre… que j’aurais dû égorger moi-même si je l’avais pu, ça ne changeait rien… Nous étions neuf… Oui, je comptais déjà Jin, il restait secret, mais je savais qu’il finirait par venir aussi… Alois, Flint, Justin, Kira, Ban, Edward, Jin et Shen… Plus le temps avançait, et plus nous devenions nombreux, nous, les ombres de la nuit, ceux qui n’ont qu’une seule envie, un seul espoir, un monde meilleur… Là, assise sur le rebord de la fenêtre, je me demandais ce qui allait se passer… Pride avait dit de ne pas me mettre en travers des projets de father… Mais c’était bien ce que je comptais faire, avec tout le monde…



Il y eut soudainement un bruit monstrueux, et le sol s’est mis à trembler…

J’ai basculé sur le côté, quittant sans le vouloir mon perchoir, avant de me redresser… Il y a eu alors la sirène d’urgence… Et une odeur de soufre est parvenue jusqu’à mon nez… Une explosion ? Non… Un attentat… Je me tendue, appuyée sur le rebord de fenêtre encore ouvert, et diverses odeurs apportées par le vent m’ont faite frémir… Les infiltrés… Des chimères… Aerugo… J’ai grondé sourdement, il ne faisait même pas encore nuit totalement. J’ai enfilé vivement la robe ample que m’avait réparé Jin, et j’ai pris appuis sur le rebord de la fenêtre, pieds nus. « Il faut y aller… » je ne savais pas ce qui allait se passer, mais des cris résonnaient maintenant de tous les côtés, et ça ne me plaisait pas. J’ai déployé mes ailes dans un bruit sinistres, toutes griffes sorties, et je me suis jetée dans me vide en passant par la fenêtre. Je savais que Shen allait me suivre, mais je devais faire au plus vite moi aussi, pour comprendre… Il y avait eu assez de mort comme ça… Et même si j’étais terrifiée, j’étais une alpha…

J’ai foncé en quelques battements d’ailes dans la direction des odeurs funestes, je ne pouvais pas me charger des blessés dans les explosions, j’allais me faire tirer dessus moi aussi, mais je pouvais combattre les chimères. En passant à côté d’une boutique de jouer, le son funeste d’un carillon de boite à musique me parvint, il avait été explosé… Et les clients et vendeurs pendaient lamentablement sur les débris de verre de la vitrine… J’ai pressé mon vol, pour finalement assisté à une scène horrible… Un homme était soutenu dans les airs par une chose immonde, un mélange entre un reptile et… quelque chose de poilus… et se faisait déchiqueter. La chose finit par le lâcher et sauta pour venir faire face à une petit humaine, juste en dessous… Et il se jeta dessus. J’ai fait aussi vite que possible pour foncer sur la créature, griffes en avant, pour lui trancher la tête… Mais c’était trop tard… Lorsque le corps de la bête retomba au sol, sa tête roulant sur le bitume… la fillette se tenait la gorge… du sang s’écoulant vivement de là… L’odeur de la mort prenait le pas sur les autres…

Je me suis crispée d’horreur, je n’avais pas été assez rapide… Je n’avais pas eu conscience de l’horreur immédiatement… je pensais que ce serait plus simple, comme à Central… J’avais tords… Bien… Je vais devoir donc assurer mon rôle véritable… Celui d’alpha…Je me suis redressée, déployant ma forme complète, tandis que des plumes venaient couvrir mes épaules, que mes oreilles s’affinaient et devenaient pointues, et que des crocs remplaçaient mes dents. J’ai relevé la tête, et prenant une inspiration, j’ai hurlé de tout mon saoul. Ce cri de ralliement qui rappelait aux animaux que je leur étais supérieur, ce hurlement puissant qui leur montrait ma position… Et mes intentions. J’étais l’alpha, et je décidais qui devrait vivre ou mourir parmi eux… Et à présent que l’assaut avait été donné… Je me devais de tous les exterminer… Après tout… Du sang reste du sang… N’est-ce pas ? Je me suis léché les griffes, avant de reprendre mon envol…

J’allais prendre de nouvelles vies ce soir.

infos supplémentaires:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Mar 24 Oct - 20:49
img_rp


Après leur arrivée à East City, Anjuu et Shen squattèrent une chambre pour se reposer. Tandis que le duo s'installa, le vagabond resta silencieux dans un coin de la pièce. Pour lui, cette salle semblait étroite et froide, résonant des rires de sa fille. Les yeux perdu dans le vide, l'écho d'un murmure vint le sortir de sa torpeur. Songeur, le chevalier regarda la jeune femme, pensant qu'elle lui avait parlé. Mais il se rendit compte qu'elle vaquait à ses occupations.

Alors que le silence régna dans la pièce, un immense bruit sourd se fit entendre dans toute la ville. Dans une réaction surhumaine, Anjuu plongea au cœur du chaos. Stupéfait par sa réactivité, Shen pressa le pas pour la rejoindre. Arrivant très vite sur place, il vit au loin, impuissant, sa petite fille se faire égorger par une monstruosité. C'est à ce moment précis, qu'Anjuu décapita la bête d'un coup de griffe. Le chevalier paralysé par la vue du corps de sa fille, le temps semblait peu à peu s’arrêter. Et une voix sombre se fit entendre au delà de ce vacarme :

Une voix sombre : "QUI ES TU !!!?"

Shen Wu : "Je..."

Une voix sombre : "Que fais tu ici ?"

Shen Wu : "Heu..."

Une voix sombre : "POURQUOI EST ELLE MORTE !!!?"

Cette voix sombre retentissante, faisait trembler les murs.

Une voix sombre : "POURQUOI TU L'AS TUÉ !!!? REGARDE CE CORPS AU SOL !!! ET DIS MOI QUI L'AS TUÉ !!!?"

Shen oppressait par cette voix, ferma les yeux. Il se remémora la scène et se vit égorger sa propre fille. Horrifié par cette vision, il rouvrit les yeux et constata qu'il était dans une mer de sang remplis de cadavres. Au même moment, il remarqua que cette voix sombre disparue soudainement, laissant place à une douce voix très familière :

Voix familière : «Pourquoi m'as-tu laissé mourir ? Tu devais me protéger...»

Shen Wu : "Qui êtes-vous ?" D'un ton grave.

Voix familière : «Tu ne te souviens pas de la voix de la personne que tu as laissé mourir...?»

Shen Wu : "Linne ?"

Et une autre voix se fit entendre :

Voix familière 2 : «Tu était censé nous protéger.... mais.... tu nous as laissé quand même mourir...»

Shen Wu : "Wendy...." Grinçant des dents.

Linne, Wendy : «Pourquoi sommes-nous morte...?»

Linne : «Tu ne nous as pas simplement tuées une...»

Wendy : «Mais deux fois !»

Linne, Wendy : «Pourquoi...?»

Accablé par les remords, Shen tomba à genoux. Les voix de sa sœur et de sa fille s’estompèrent à n'en laisser plus que des murmures. Ressurgissant de ce chaos, la voix sombre offrit son aide au chevalier, lui promettant d’atténuer ses souffrances, s'il le laissait sortir. Le vagabond affaiblit et désemparait, accepta cette offre.
Never-Utopia - Modifié par Ban Silverleigh

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 680
L'orgueil parfait / Pedopride
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Ven 1 Déc - 21:28





Une nouvelle attaque?


Pride & all ever



Le train avançait doucement sur les rails qui le menait a l'Est. Il y avait un silence pesant dans ce dernier et pour cause, dans ce train se trouvait le président et tout son groupe qui se rendait en urgence au QG de l'Est car selon les informations, il y avait une nouvelle attaque qui se préparait là-bas. Mais en même temps dans un autre wagon qui était vide de toute vie et pour cause, quelqu'un s'était débarrassé des gens dans le dit wagon et de surcroît, il se trouvait que tout était noir à l’intérieur comme si les ténèbres avaient pris possession de ce wagon. Et pourtant au centre de celui-ci se trouvait un petit gamin d'à peine 10 ans ; Selim Bradley, le beau fils du président officiellement mais en réalité l'homonculus de l'orgueil, Pride...

Ce dernier n'avait prévenu personne qu'il venait et pour cause, il agissait tout le temps sans se faire remarquer, mais là, ça devenait un peu trop chiant ces attaques de terroristes, et, de surcroît, il devait toujours surveiller son frère Wrath. Et de toute façon, Envy et Glutonny, étant occupés ailleurs, il ne pouvait y avoir que lui pour venir, c'est pourquoi, quand il avait appris ce qui se passait à l'Est ; passant par une des entrées secrètes de la résidence des Bradley, il avait gentiment suivit son petit frère jusque dans le train qui menait à l'Est. Finalement, le train fini par ralentir et se stopper, ça y est, ils étaient arrivés ...

Un mince sourire se dessina sur les lèvres du gamin au moment où l’obscurité qui entourait le wagon disparue, et ce dernier ne fit pas un geste en attendant que tout le monde descende et parte pour les suivre et ne pas se faire remarquer. Il espérait qu'ici il allait tomber sur cet homme, ce Death, qu'il avait rencontré à Central, et lui avait laissé un souvenir amer car il avait réussi à lui échapper, et cela lui déplaisait grandement, mais cette fois, s'il le croisait, il l'aurait, il s'en faisait le serment ...

Il fini par descendre du train et se retrouva à la gare où il n'y avait déjà plus personne, car tous étaient déjà parti droit vers le QG et ce dernier prit calmement la route de la ville, où il pouvait voir de la fumée s’élever du centre ville indiquant que l'attaque avait déjà commencé. L'homonculus était un peu déçu, ils auraient pu attendre qu'il soit là quand même, mais bon pas grave. Cela n'allait pas l’empêcher de s'amuser lui aussi. Il prit la direction du centre ville calmement, en silence, marchant dans les rues désertes où les gens pour la plupart avaient fuis du fait de l'attaque ; mais Pride, lui, s'en fichait, ça l'arrangeait en même temps, au moins il n'avait pas à se cacher là. Alors que le gamin marchait calmement, d'un coup, l'ombre aux pieds du gamin se misent à s’étendrent, envahissant tout alors que des yeux et des sourires apparurent sur l'ombre, et que le gamin continua de marcher en souriant. Il cherchait où se trouvaient ces terroristes ou bien même les créatures qu'ils avaient envoyé, car il se doutait qu'ils n'allaient pas juste provoquer des explosions à droite et à gauche comme ça ...

Alors que l'homonculus marchait en silence dans les rues, d'un coup un souffle puissant se produisit a côté de celui-ci qui fut projeté et se retrouva au sol entouré de débris. Il se releva après cela calmement, alors que n'importe qui aurait été tué par cette explosion, mais pas lui. Il observa le bâtiment qui venait d'exploser, quand il remarqua un peu plus loin une queue qui disparaissait sur un toit. Alors qu'il allait envoyer son ombre à la poursuite de cette chose, d'un coup, il entendit des larmes. Le gamin tourna alors la tête et vit une petite fille qui devait avoir tout au plus 5 ans qui pleurait devant des ruines en tirant quelque chose qui était à ce que pu paraître pour Pride un corps. Le gamin marcha en silence jusqu'à la petite qui sans attendre, couru sur le gamin et le serra d'un coup dans ses bras en pleurant.

Pride observa la gamine qui pleurait en baragouinant quelque chose à propos de sa maman qu'il fallait aider et autres, mais Pride ne l’écouta pas, il ne voyait que cette morveuse qui salissait sa veste. Quand il posa son regard rubis sur le corps de la mère de la petite, elle était enfouie sous un tas de gravas et cela se voyait clairement qu'elle était morte. Le gamin porta de nouveau son regard sur la petite, se disant que de toute façon, sa mère étant morte, elle allait la rejoindre ; et son ombre se mit a avancer vers les pieds de la petite. Mais d'un coup, dans la tête de Pride apparue l'image de sa petite princesse, l'image de la fille pour qui il éprouvait des sentiments qu'il ne comprenait pas, la petite Elysia. Finalement son ombre se stoppa sans toucher à la petite et Pride dit alors:

"Ecoute, on ne peut plus rien pour ta maman, mais t'en fais pas je vais t’emmener en sécurité cela vaut mieux."

Il prit après cela la main de la petite et se mit à partir alors que cette dernière continuait de regarder sa mère en pleurant et qu'autour d'eux l'ombre se mit à tourner pour les protéger doucement, la petite mais aussi son corps humain. Il continua sa route pour amener la petite en sécurité mais en même temps il cherchait ces fameux terroristes ou bien même la ou les créatures à qui appartenait la queue qu'il avait vu plus tôt, sans se douter qu'il risquait aussi de croiser d'autres gens qu'il n'aurait pas penser croiser dans cette ville ...
Edit:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 968
Prince de Small Lady
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Mer 31 Jan - 16:03
  • Ban Silverleigh
  • Anjuu & Shendalf

Objectif : Princesse.
Je savais qu’elle serait là. Je savais que j’allais la retrouver quoiqu’il m’en coûte. Ce que je ne savais pas… C’était que cela allait être plus difficile que prévu. Lorsque je suis partis de Central avec l’information la plus importante que m’avait confié le nabot  blond avant que je ne lui règle son compte, je ne tenais plus en place. Enfin, je savais où ma princesse se trouvait, elle qui avait disparu depuis des jours entier sans rien dire. J’avais été tellement anéanti lorsque j’avais trouvé la chambre vide à mon retour. Je ne comprenais pas pourquoi elle était partie et pourquoi elle m’avait laissée derrière. J’étais en colère… Non pas contre la femme que j’aimais, mais contre moi-même. La première chose qui m’était passée par la tête c’était de la culpabilité. Si je n’étais pas parti pour l’Est, peut-être que princesse serait toujours à mes côtés… J’avais gaffé et au fond de moi, je m’en voulais terriblement. J’avais passé mes journées et mes nuits, quitte à ne pas dormir, à la chercher dans les rues de Central, dans l’espoir de la retrouver. Son odeur s’était effacée avec le temps et personne n’était capable de me dire où elle se trouvait.

Pendant ces jours de recherche, j’ai tout essayé… Frapper des types pour les interroger, trouver des cadavres, emmerdé cet abruti de chaton pour qu’il trouve des indices… Mais rien. Cela me rendait totalement fou. Si incontrôlable que j’ai manqué de tuer un pauvre type qui peignait d’une croix rouge sur une des affiches de la diva pour annoncer que le concert était annulé. J’ai cassé de nombreuses choses dans le lieux où on vivait tous. Flint et Justin ont tenté d’arrêter mon carnage, mais au final, je m’en suis pris à eux. Je n’avais pas le coeur à entendre raison… Je ne voulais qu’une seule chose : qu’elle soit à mes côtés. Ouais, c’était égoïste de ma part, mais il fallait me comprendre. Princesse était dans un état inquiétant depuis la mort de ce crétin de Lyl. Elle ne parlait plus, mangeait et bougeait à peine. J’avais tout tenté pour la ramener dans un état normal, mais ce fut un échec des plus cuisants. Tout ce que je pouvais faire, c’était de rester à ses côtés pour lui montrer qu’elle n’était pas seule… Plus jamais. Du jour au lendemain, savoir qu’elle était partie… Je crois que cela avait brisé quelque chose à l’intérieur de moi. Je me suis même demandé si ce n’était pas ma faute. Après tout, je devais l’étouffer… Je ne l’avait pas lâché depuis mon arrivée à Central. Elle était tout pour moi… Et j’avais enfin retrouvé la petite fille qui m’avait rendu heureux dans mon enfance. Même si au final… Nous n’étions plus vraiment comme avant. Nous étions plus vraiment humains au fond.

Avoir enfin l’idée de l’endroit où elle se trouvait me rendait heureux. Enfin j’allais pouvoir la retrouver et la ramener chez nous. Oui, c’était chez nous… Moi qui passait mon temps depuis mes huit ans à vagabonder de ville en ville sans jamais penser un seul instant que je pouvais avoir un chez-moi, maintenant c’était le cas. Je pouvais vivre n’importe où, je m’en fichais éperdument, tant que j’étais avec ma princesse. Je voulais rester à jamais à ces côtés et ne plus jamais la perdre. Pour une fois, dans ma vie… Je n’ai jamais désiré quelque chose d’aussi égoïste. Cette femme m’avait rendu le sourire et me rendait plus humain, malgré mes réticences. Enfin j’étais devenu quelqu’un de normal aux yeux d’une personne.

En arrivant dans l’Est, je savais que je devais faire profile bas. Non seulement j’étais venu quelque semaines auparavant et j’avais tué une femme dans une rue devant des témoins, malgré que ce soit l’acte commis par le renard à l’intérieur de moi, mais en plus j’étais dans le même train que des militaires venant de Central. Une grande partie des wagons avait été réquisitionné par l’armée pour une raison que j’ignorais totalement. J’en avais rien à faire, tant qu’on me laissait tranquille dans mon coin. Une fois arrivé à la gare, un peu avant la nuit, j’ai rapidement avancé vers les petites rues poussiéreuses pour que personne ne me remarque. Fallait dire que je portais des vêtements en cuir rouge et un long manteau pourpre, ajoutez à cela mes yeux de la même couleur et mes cheveux argenté et vous obtenez l’homme le moins discret du monde ! Fallait vraiment que je fasse quelque chose pour ma garde-robe… Avec une popularité comme la mienne, cela devenait de plus en plus difficile de circuler librement dans les villes d’Amestris.

J’ai longuement cherché une odeur s’apparentant à celle de ma princesse, mais je ne trouvais rien pour le moment. A la nuit tombée, j’ai sentis quelque chose qui me fit grimacer longuement. Des chimères… Comment je le savais ? Et bien, étant donné le nombre d’odeurs animales dans le coin, à moins d’être près d’un zoo ; cela ne pouvait être rien d’autre. Il y a eu aussi cette poudre qui chatouilla mes narines peu avant 21h. Je commençais certainement à comprendre pourquoi il y avait tellement de militaires dans les rues. Quelque chose se passait et cela n’avait rien avoir avec moi ou bien ma princesse, enfin c’est ce que j’espérai du fond du coeur. Connaissant bien la demoiselle, je savais qu’elle ne pouvait pas vivre longtemps sans se nourrir de sang… Je n’allais donc pas être étonné d’apprendre que des cadavres vidés de leurs sangs, étaient retrouvés un peu partout dans la ville. Ah ma princesse… Tellement belle mais, comme moi, une véritable prédatrice, laissant ses restes derrière elle. Et pourtant, nous étions le couple le plus niais jamais vu auparavant… Juste que nous avions une tendance à aimer la viande bien saignante. Enfin, je m’égare peut-être un peu trop…

Une explosion retentit alors dans East city. J’étais toujours à la recherche d’une trace éventuelle de ma princesse quand je me suis soudainement sentis souffler par l’explosion. Et bah ouais, fallait que ça m’arrive à moi… J’étais à peine à cinq mètres du bâtiment qui venait de voler en éclat. Mon dos à rencontré un mur et ma tête aussi, d’ailleurs. J’ai laissé une grimace se dessiner sur mon visage avant d’essayer de me relever. Fait chier… Toujours quelque chose pour m’empêcher de la retrouver. Quand le destin ne veut pas, bah il ne veut pas… Rien à foutre. Agacé par ce qui venait de me projeter, j’ai de nouveau sentis l’odeur des chimères en plus de l’odeur de cadavres. Autour de moi, les gens courraient partout en hurlant, certains poussaient les autres pour sauver leurs vies. Bande d’imbéciles… L’humain avait vraiment un souci avec le concept de l’entraide dans les situations difficiles. J’ai entendu la voix d’une femme hurler pas loin de ma position et en tournant la tête, j’ai vu une humaine bloquée sous des débris et une immense forme menaçante tourner autour. J’ai affiché un grand sourire avant de laisser mes griffes sortirent. Il y avait de l’action dans l’air.  

Je me suis très rapidement approché de la bête bavante pour lui attraper la tête avant qu’elle n’attaque l’humaine. Elle se débattait et tentait de me donner des coups de griffes. Ce que je pouvais retenir, c’était qu’elle était extrêmement moche et difforme. Je n’arrivais même pas à discerner les espèces. D’un geste vif, j’ai bloqué sa tête entre mes mains et je l’ai tourné d’un coup sec. Elle s’écroula par la suite sur le sol avec la nuque brisée. C’était beaucoup trop facile pour moi ! Ensuite, je me suis rapprocher des décombres pour sortir la femme de là. Celle-ci, une fois libre, me remercia de nombreuses fois avant de tourner de l’oeil en tombant dans mes bras. Aaaah… Drôle de façon de se sentir soulagée, non ? Du coup, je l’ai portée dans mes bras pour la mettre à l’abri, du moins en trouver un. J’ai marché quelques mètres plus loin avant de voir une chevelure rousse passer à toute vitesse. Je me suis arrêté avant de me repasser les images dans ma tête… Je n’étais pas dingue, je venais de voir des ailes sur le corps d’une jeune femme rousse ? Je crois que ma surprise me fit crier comme un ahuri, tenant toujours une femme inconsciente dans mes bras, du moins c’était avant que je ne lâche la pauvre femme pour me mettre à courir comme un dératé. J’ai cherché son odeur pour me rendre compte que c’était bien la fille que je cherchais depuis des semaines. Je ne raconte pas que dans mon esprit, c’était le bordel total. Tout et n’importe quoi me passait par le cerveau, j’étais incapable d’avoir une pensée correcte. Je l’avais perdu de vue, mais maintenant je pouvais la suivre grâce à son parfum. Par la suite, j’ai entendu un cri de ralliement provenant de la chouette. Elle n’était pas loin, pas du tout même ! J’ai tourné dans une rue avant de l’apercevoir au loin. Mon coeur à raté un battement…. Je ne savais même pas si je souriais ou si j’avais l’air inquiet… Tout ce que je sais, c’est qu’avant qu’elle ne s’élance trop rapidement dans les airs, j’ai sprinté le plus vite possible, en poussant tout ce qui était devant moi avant de faire un bond dans les airs avec les bras tendus. L’envol du renard, si on peut dire. Oui parce que j’ai au moins volé sur cinq mètres avant d’atteindre ma cible et emprisonner dans mes bras. Tant pis si elle me prenait pour un ennemi sur le coup, mais je ne devais pas la laisser s’en aller ! Nous sommes alors tombé d’un seul coup, avant de rouler sur le sol à cause de mon élan dans les airs. Une fois arrêtés, je me suis retrouvé sur le dos avec la chouette enfermée dans mes bras, emprisonnée contre mon torse. Quand j’ai posé mes yeux sur elle, j’ai bien vu que ce n’était pas princesse à proprement parlé, mais Anjuu. Qu’importe… Qu’elle soit la mioche, la chouette ou la diva, je l’avais enfin retrouvée. Par contre, il fallait peut-être que je relâche un peu ma prise… Elle allait finir par étouffer tellement que je la serrais fort contre moi.

« T’as été chiante à retrouver, mais j’y suis enfin parvenu… J’y suis enfin ! Pfiouu ! »

J’ai lâché un rire et je me suis totalement détendu de partout… Cela faisait du bien de la revoir, de pouvoir la toucher de nouveau, qu’importe que ce soit la chouette. J’étais heureux de la retrouver, malgré le chaos qui régnait autour de nous. Je me suis redressé avec elle pour m’asseoir sur le sol et j’ai placé mes mains sur ses épaules avant de déposer mes lèvres sur sa joue gauche.

« La prochaine fois, ne me laissez pas tout seul… Plus jamais…»

Et alors que j’allais la lâcher pour nous remettre debout, j’ai senti une autre odeur s’avancer rapidement vers nous. Dans le dos de la chouette, une chimère à quatre pattes s’est dirigée vers nous, elle poussa un type qui ressemblait à un xinois avant de sauter vers nous. Sans réfléchir, j’ai poussé la rousse sur le côté avant de voir une énorme gueule s’ouvrir et se refermer sur mon épaule. L’instant d’après, je me suis fait traîner sur le sol en grimaçant de douleur. Cette chose était en train de m’emporter avec elle. J’ai tenté alors d’enfoncer mes griffes dans ses flancs, mais elle était recouverte d’écailles et mes griffes glissaient comme si c’était humide. La bête ferma un peu plus sa mâchoire sur mon épaule et j’ai sentis ses crocs traverser le cuir et ma peau. Et merde, j’étais en train de m’éloigner de la rousse… Aussitôt retrouvée, aussitôt perdue. A croire que le destin n’avait pas encore terminé ses caprices.  
2045 mots - Shendalf & Princesse
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 409
Princesse de Xenos
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Sam 14 Avr - 18:59

Le sang versé des miens



À peine avais-je repoussé le sol de mes pieds nus afin de me propulser dans les airs, qu’un poids énorme venait de s’écouler sur moi et de m’enserrer. Mon vol fut donc écourté, et je m’écrasais au sol avec ce poids familier autour de moi, avant de rouler sur plusieurs mètres, secouant la poussière et les gravats. J’aurais dû tuer l’ennemi qui m’avait ainsi agressé, mais l’odeur apportée par ce dernier, et son toucher avait été largement suffisant pour que je sache de qui il s’agissait. Les muscles saillants sous un cuir rouge, avec une odeur vague de savon d’hôtel, de cuir et de fer, en plus d’un musc animal. À présent que mon agresseur rapide se trouvait sur le dos au milieu des débris, et moi, écrasée sur son ventre entre ses bras serrés, je pouvais parfaitement nommer celui qui m’avait intercepté avec violence. Ban Silverleigh. Le renard du groupe. J’ignore comment il avait fait pour me retrouver, mais il l’avait fait, et étrangement, ça me faisait du bien de le savoir. J’étais rassurée. Ça voulait dire que son lien n’allait pas que vers Chiara, et qu’il était bel et bien un membre de ma meute. Un précieux frère…

Lentement, il a relâché son étreinte autour de moi, et je ne me suis pas permise de bouger immédiatement. Les odeurs qu’ils dégageait me montrait qu’il se détendait un peu, du soulagement ? Pourquoi ? Il ouvrit alors la bouche pour dire quelque chose qui me fit tout bizarre. J’avais été chiante à retrouver... Mais il y était arrivé… Si je ne savais pas ce que voulait dire le mot « chiante », sa réaction me laissait comprendre que cela avait été difficile, et le fait qu’il se mette soudainement à rire, les yeux brillants, et le corps tout détendu, me donnait l’impression qu’il avait énormément souffert. Son odeur aussi. Le corps sur lequel je me trouvais se redressa, m’emportant avec lui dans une position assise au milieu des corps, des rochers, de la poussière et du sang. Le sentiment qui se dégageait d’autour de lui était bien loin de l’atmosphère des lieux. Et alors qu’il me saisissait les épaules, ses lèvres se posèrent sur ma joue gauche, m’ordonnant presque de ne plus le laisser seul, plus jamais. Je clignais des yeux à plusieurs reprises, hésitante quant à la conduite à suivre… Puis j’avisais l’odeur terrorisé de Shen, quelques mètres plus loin. Ma meute était fragile, et c’était à moi de les protéger, de soigner leurs plaies ouvertes…

Et tout s’enchaine très vite.

Une nouvelle odeur m’assaillit, légèrement reptilienne et canine, et je fus poussée sur le côté, presque étalée en vérité, par le renard. J’eus simplement la possibilité de voir la mâchoire hideuse pourvue de dents saillantes venir se saisir du bras de mon ami renard. Et puis, l’odeur du sang de ce dernier, tandis que la bête le trainait sur plusieurs mètres, l’emportant avec elle pour en faire son diner. Je pensais que le renard s’en débarrasserait rapidement, étant donné ses capacités, mais non. Ses griffes ripèrent sur les écailles de la bête, qui continuait son chemin sans se préoccuper de sa victime. Quelque chose en moi est devenu très lourd, une sensation de gêne, de colère… J’ai sentis mes griffes lacérer le sol à la recherche d’une proie. Je pouvais déjà sentir la vie quitter la bête qui venait de s’en prendre au renard alors que je ne bougeais pas. J’étais haineuse, c’était ça. Je voulais voir cette chose morte… Et ce, malgré mon désir de voir un monde meilleur. Peu importe comment je pensais, cette chose ne devait pas faire partie de mon avenir. Elle ne devait pas.

Il fallait réfléchir, très vite, car elle emportait au loin l’un des miens, et je ne pouvais pas laisser ça se faire. La bête avait des écailles qui résistaient aux griffes… Mais dans ce genre de cas, ça ne résiste pas au métal… Et Shen avait une arme. Même s’il ne semblait pas en état de s’en servir… Je me suis donc redressée, et un grognement bestial sortit de ma gorge, répondant férocement à l’affront que me faisait cette chose pleine d’écaille en emportant un membre de ma famille. Et je me suis élancée vivement, mes pieds nus frottant le sol poussiéreux rapidement, tandis que je me rapprochais du xinois. Au vol, je me suis saisie de sa lame courte, et j’ai continué ma route, droit vers la chimère. Je ne savais pas vraiment me servir d’une arme, c’était plutôt Chiara ça, mais puisque c’était surement la seule chose qui fonctionnerait, autant y aller avec toutes mes forces. La chimère tirait Ban sur le dos par son énorme bras plein d’écailles…

J’ai continué de courir, réduisant la distance qui nous séparait tous, avant de bondir vivement, usant de mes ailes pour prendre de la vitesse et franchir les derniers mètres qui me séparaient d’eux. Je me suis soudainement agrippée au bras qui tirait le renard, et j’y ai planté directement le poignard sur ce qui ressemblait à une épaule. Là, ça s’enfonça comme dans du beurre, mais ça y resta… J’avais touché un os, la lame s’était fichée dedans, et je pouvais sentir une douleur familière me vriller ma propre épaule sous le choc. Mais comme il ne lâchait pas Ban, moi non plus. Alors j’ai laissé la lame plantée dans cette épaule, et j’ai grimpée sur les épaules de la chimère qui se débattait de son bras libre. À quatre patte au-dessus de sa tête, je m’accrochais à ce qui ressemblait à des oreilles, et avançait mes doigts jusqu’à ce que je supposais être ses yeux. Alors, avec mes griffes, j’ai pressé de toutes mes forces. Il y a eu un hurlement rauque qui me vrilla les tympans, et les deux bras du monstre vinrent s’attaquer à moi pour me déloger de là, me donnant un coup sec pour m’éjecter.

Je tombais en arrière et percutais de nouveau le renard, qui avait été libéré par mes efforts. Mais l’animal n’était pas mort, et il gesticulait dans tous les sens. Cela ne devait pas être très agréable de se faire crever les yeux… Mais je m’en fichais pas mal, tout ce que je voulais, c’était remettre les choses dans l’ordre, et cette bête n’avait plus de réflexion propre… Elle ressemblait aux autres prisonniers à Aerugo, ceux qui étaient dans des cellules comme nous. Je me relevais aussi sec, et de nouveau à quatre pattes devant l’animal, je me préparais à combattre. Il avait toujours le poignard planté au-dessus du bras, et il s’approchait de nous à vive allure, mais je l’attendais, prête à en découdre.

« C’est ça, vient… Tu vas connaitre le prix à payer pour avoir touché à ma famille… » Dis-je en grognant. La bête ne se repérait plus qu’au son, et ce n’était pas pour rien que je l’avais ouverte. Mais à présent, je comptais bien lui faire payer au centuple… Son sang et celui de ses congénères va recouvrir le sol de la ville.

J’en fais le serment…

1225 mots

@Banou
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Lun 21 Mai - 11:57
img_rp


Alors que Shen était lentement en train de sombrer dans la démence, un combat enragé éclata juste à côté de lui. Accompagner d'un membre de son groupe, Anjuu faisait face à un nouveau adversaire.
Une créature sortie tout droit des enfers, un mélange entre un canidé et un reptile. Il était pourvu d'une certaine vivacité et sa chaire écailleuse le rendait plus difficile à tuer, si la personne en question n'était pourvu d'une lame. Chose que la femme chimère se dépêcha de dérober au vagabond. Elle planta la lame courte dans l'épaule de la bête dans un vif échange mortel, mais la créature resta toujours debout, même après avoir perdu la vue.  

Cependant, c'est à ce moment précis que Shen revint dans la bataille, éveiller par une toute nouvelle énergie. Une soif de sang incroyable s'échappa de son corps, tandis qu'une haine et une colère silencieuse l'anima à son paroxysme. Le vagabond avait laissé place à un être malfaisant, le strict opposé de l'être originel. Ce mal avait évolué suite à la mort de Wendy, il était devenu plus intelligent, plus fort...Comme si dans la perte d'un être cher, une certaine conscience était née en lui. Profitant de ce moment de tranquillité, il fit craquer l'intégralité de son corps, histoire de se remettre dans le bain, en observant le duel de regard qui se fit juste sous ses yeux. Rien qu'en entendant les propos de la femme chimère, un sourire malsain se dessina lentement sur le joli minois du vagabond, ses yeux se plissèrent et un rire odieux s'échappa de sa gorge :

Shenlong : *La famille n'est qu'une chose futile... Une perte de temps... Pour un homme tel que Shenlong...* Proclama intérieurement le chevalier en marchant sans crainte vers la femme chimère. Il ne posa même pas un regard à son ancien ennemie, il s'en fichait éperdument, pour l’instant.

Arrivant à côté d'elle, il la fixa d'un regard noir durant à peine un instant, avant de bondir tel un boulet de canon sur le monstre. Dégainant son immense espadon, Shenlong assena un puissant coup d'épée pour se débarrasser de la bête. Le coup fut tellement rapide que la chimère n'eut guère le temps de réagir. Elle fut littéralement décapitée, une mort convenable pour une abomination de la nature. Enfin débarrasser de cette infamie, le Xinois rengaina son arme et plaça ses deux mains dans le dos.

Shenlong : *Hum... Je ne pouvais pas rêver mieux... Je n'ai véritablement besoin de personne...* Il se mit à regarder le ciel. *Wendy... Merci... Grâce à ta mort... Je suis devenu un être supérieur !*

Confiant de l'attribution parfaite de son corps, Shenlong pouvait désormais abandonner «sa famille» sans le moindre remord. Toutefois, à peine fit-il un pas, qu'une nouvelle monstruosité pointa le bout de son nez. Un mélange infâme entre un lapin et un chien : Son corps était du même acabit que le rongeur, mais sa dentition canine, ainsi que sa musculature et sa taille, faisait de lui un terrible prédateur. Néanmoins, le combat fut rapidement achever. En effet, cette stupide créature crut bon de bondir tête baissée vers sa proie. Shenlong esquiva en faisant un simple pas de côté et l'attrapa par les oreilles, comme le ferait un chasseur lorsqu'il tue un vulgaire rongeur. Désormais aux prises avec la bête, le Xinois l'acheva en attrapant rapidement ses pattes arrières, avant de briser brutalement sa colonne vertébral sur son genou. Un craquement terrible se fit lors de cette opération morbide. Juste un simple filet de sang s’échappa de la gueule de l’animal, prouvant l'ampleur de la cruauté de son bourreau.

Shenlong : «Comme tous les autres, tu es décevant... Même dans la mort, tu resteras un insecte....» Proclama Shenlong en balançant son corps au pied de la femme chimère. «Vous aussi... Vous m'avez très fortement déçu, Anjuu...» Il s'approcha sereinement de la jeune femme en continuant son odieux discours. «Moi qui pensait que vous pourriez remplacer ma fille... Je me suis trompé en fin de compte...» Son visage était désormais à quelques centimètres du joli minois de cette dernière.




Suite à ces horribles propos, l'intégralité de son faciès était dévoré par une soif de sang impitoyable. On pouvait que contempler avec horreur la disparition brutal de Shen... Prenant une direction au hasard, il marcha tranquillement vers les ruines d'une maison, réfléchissant très certainement à un objectif spécifique qui donnera un sens à son existence.  

Never-Utopia - Modifié par Ban Silverleigh

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 968
Prince de Small Lady
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Mar 22 Mai - 0:28
  • Ban Silverleigh
  • Anjuu & Shendalf

Objectif : Princesse.
Enfer et damnation ! Pour ne pas être grossier... Je venais tout juste de retrouver la chimère qui avait disparu pendant des semaines et maintenant quelque chose venait de me chopper l'épaule et commencer à m'emporter le long de la rue. Les crocs de cette chose hideuse se plantaient dans ma chair, mais je ne faisais pas attention à la douleur. Ce qui m'importait le plus... La petite princesse que je venais d'envoyer sur le côté pour éviter qu'elle ne se fasse happer par ce monstre. Est-ce qu'elle allait bien ? Bwarf... Pourquoi me poser la question ? C'était Anjuu. Aussi solide que je pouvais l'être, ce n'était pas cette petite bousculade qui allait lui faire du mal. Malgré tout, je m'en voulais un peu. Je tentais vainement de me défaire de l’emprise de la mâchoire sur mon épaule, mais même avec mes griffes sorties, je n’y parvenais pas. Mes doigts n’arrivaient pas à agripper quoique ce soit sur ce foutu monstre. Pourtant, je n’allais pas abandonner, quitte à perdre un bras, je ne le laisserai pas m’éloigner de celle dont j’avais eu temps de mal à retrouver. J’y songeais sérieusement alors que je continuais à me faire traîner à travers la rue. Dans quelques secondes, j’allai mettre mon idée à exécution.

Alors que j’allai diriger mes griffes de renard vers ma propre chair, une ombre est passée au dessus de moi avant qu’une lame s’enfonce dans l’une des épaules de la bête. J’avais tout de suite reconnu  ma petite rouquine adorée et j’ai gonflé des joues avant de l’insulter à l’intérieur de ma tête. Pourquoi diable venait-elle m’aider et se mettre en danger ?! D’accord, c’était elle l’alpha-machin-truc, mais c’était à moi de la protéger et pas l’inverse. Est-ce que je faisais pitié à voir ? Mon honneur en prenait un coup et j’en connaissais un qui allait se foutre de ma gueule sans que personne d’autre que moi puisse l’entendre. Arf… La galère ! Pendant que la rousse se débattait pour me délivrait, je tentais d’extirper mon bras bloqué avec son aide. Malheureusement, la créature n’allait pas me lâcher si facilement, et même avec une lame plantée dans son épaule, elle tenta de s’attaquer à la chouette. J’avais du mal à voir ce qui se passa ensuite. J’étais secoué dans tous les sens et les crocs qui me détenaient se refermait un peu plus sur moi avant que finalement j’entende un hurlement et que la pression sur moi se fit moindre. J’ai pu m’extirper de la gueule de l’hideuse chimère et j’ai roulé sur le côté pour m’en éloigner. J’allais me relever lorsque quelque chose me percuta dans la seconde qui suivit ma libération et mon menton cogna contre le sol en béton. Aoutch…

J’ai porté une main à mes blessures pour stopper mon sang de couler inutilement. Quand j’ai relevé la tête, la bête avant les yeux crevées. Bien joué la chouette ! Malgré cela, la créature bougeait encore et tentait de se repérer grâce à son ouïe. Pfff, elle allait passer à un sale quart d’heure ouais !  Je me suis approché de la rousse pour sortir les griffes avec un grand sourire. On formait un joli duo, hein ? Avec une bataille épique… Enfin, si un xinois n’était pas arrivé pour casser l’ambiance… Tuant notre cible par la même occasion d’un coup d’épée avant d’en tuer une plus petite qui venait à peine de débarquer.

« Tss… Encore un crâneur égocentrique ! Dis-le si on dérange, hein ?!»

Je boudais sur le moment, ouais ! Je venais de me faire chopper ma cible et la rousse devait être aussi frustrée que moi. Étant l’Alpha-machin… On ne pouvait pas imaginer qu’elle ne serait pas déçue de tuer son adversaire en ayant fait le trois-quart pour l’amocher. Encore un qui ne connaissait rien aux chimères et tout le tralala qui allait avec. J’ai alors porté mon regard sur mon manteau pourpre et j’ai fait la gueule. Encore un trou… j’ai longuement soupiré avant de lécher mes doigts ensanglantés alors que le xinois se rapprochait d’Anjuu avec une tête horrible après avoir jeté  le cadavre d’un des monstres à ses pieds. Sa voix… Je n’aimais pas sa façon de parler à la rouquine ailée. Il s’approchait de plus en plus et moi je retroussais de plus en plus ma lèvre supérieur pour montrer des crocs. S’il s’avisait de la toucher, ne serait-ce qu’un cheveux… J’allai lui arracher la tête et lui enfoncer là où le soleil ne brillait jamais ! Mes griffes se sont serrés dans mes paumes de mains et quand le xinois commença à s’éloigner, j’ai pas hésité une seule seconde pour le suivre, le rattraper et le choper par le bras pour le stopper.

« Qui a osé te décevoir tête de gland ?! Je ne sais pas c’est quoi cette histoire de remplacer une fille, mais tu parles pas d’elle comme ça ! T’as de la chance d’être encore en vie par son bon vouloir face de constipé. Alors maintenant, soit tu vas t’excuser comme il se doit, soit je t’éclate la tronche sur sol et ta mère ne pourra jamais plus te reconnaître. Remplacer une fille… T’es con ma parole. Personne ne remplace quelqu’un et surtout par les morts ! Si ta fille a crevé, tu devras vivre avec, mon pote. Mais ne t’avises plus à dire qu’Anjuu c’est qu’une remp…»

Soudain, un bruit met mon instinct en alerte. Une détonation lointaine et quelque chose qui fend l’air. Mon premier réflexe fut de pousser le xinois dans les décombres de la maison. J’ai eu à peine  le temps de bouger la tête que la chose en question passa à deux millimètres de ma tête pour se loger ensuite dans un mur derrière moi. J’ai pas attendu pour me regarder et me précipiter dans la direction de la rousse à quelques mètres de là.

« ANJUU ! METS-TOI A L’ABRI !!! »

Un bond pour l’attraper et la plaquer contre le sol en béton, derrière un mur d’une autre maison détruite. Je n’avais pensé à rien d’autre que de la mettre en sécurité, quitte à me prendre une balle en passant. Je ne pouvais pas me résoudre de la laisser se faire tuer devant moi. J’étais au dessus de la rouquine pour la maintenir au sol encore quelques secondes en la suppliant du regard de ne pas foncer dans le tas. Il y avait quelqu’un d’armé, mais en reniflant, je me rendais vite compte que cette personne n’était pas dans le sens du vent. Quelqu’un avec de l’expérience… Un militaire ou un des types qui foutait la merde dans la ville ? C’est alors qu’une voix féminine et lointaine résonna dans le court silence qui venait de s’installer.

« Roooh ! Tu pourrai éviter de bouger ton joli minois ! Je déteste rater ma cible enfoiré ! »

J’ai grogné en relâchant la chouette et pour me redresser un peu. Un sniper avec une très bonne précision, c’était exactement ce qu’il ne fallait pas comme ennemie à Anjuu. Je me souvenais parfaitement que Princesse m’avait parlé de la mort de l’animal avant d’intégrer ce corps pour le partager avec les autres. J’ai alors tendu la main pour ramasser une brique. J’avais une idée un peu conne, mais qui ne tentait rien n’avait rien.

« HEY LA MOCHE ! Viens un peu par ici pour que je me présente ma tronche! Je vais t’arracher le coeur et le donner à bouffer à ces monstres ! »

Je savais parfaitement que le tireur devait se trouver dans les bâtiments derrière notre refuge de fortune, vers le nord… Mais si je pouvais la repérer exactement, je pourrai lui lancer la brique et lui enfoncer dans la tête. Il fallait simplement qu’elle me réponde…

« BAH TIENS ! Ta tronche me rappelle quelqu’un qui me tape sur les nerfs ! J’ai qu’une envie c’est de la plomber !»

Maintenant ! Pendant que sa voix résonnait encore, je me suis relevé du mur contre lequel j’étais adossé pour sortir de ma cachette. Je n’ai pas pris plus d’une seconde pour lever mon bras et balancer la roche dans la direction de la voix. Je savais où elle était. Sur le toit en embuscade, accroupie contre le vent. Malheureusement, un autre tire explosa mon boulet. Puis je l’ai vu, du moins son ombre dégoupiller une grenade avec les dents et la balancer dans notre direction  en éclatant de rire.

« Tu peux dire adieux à ta copine, le naze ! Avec un peu de chance, l’explosion vous tuera tous et les chimères feront le reste !»

Cette drôle d’impression que la vie risque de s’arrêter brutalement et que les derniers moments où on foule encore cette terre se passent au ralenti. Je ne suis pas resté planté là comme un idiot et je n’ai même pas pensé à me sauver. Mes yeux ont suivi la trajectoire de la grenade, mais mon corps bougea sans que je ne le commande. Je me suis tourné vers la rousse puis j’ai tendu les mains vers elle pour l’attraper et la coller contre moi. Je l’ai serré aussi fort que je le pouvais parce que je savais que nous aurions plus le temps de déguerpir. Un bruit d’ailes qui se déploient autour de nous  et mes yeux qui se ferment en fronçant des sourcils. Mourir ne me dérangeait pas… Je le méritais depuis le temps… Mais elles… La gamine, la chouette et Princesse… Je ne voulais pas… Je refusais qu’elles ne meurent toutes les trois. Cette fameuse dernière seconde où toutes mes pensées étaient tournées pour l’amour de ma vie. Celle qui m’était destinée et la femme avait changé mon existence à jamais avec un seul de ces sourires. Celle pour qui j’aurai donné le peu d’âme qui me restait au diable pour sauver sa vie… Cette déception qui m’envahissait en cet instant, sachant qu’on allait mourir, sans même se revoir une dernière fois…

Le silence avant l’explosion puis un bruit étrange, comme un crépitement… Où quelque chose qui  commence à s’effriter juste à nos côtés. Plus loin, je peux l’entendre se redresser avec un bruit métallique, le son de muscles qui se gonflent dans un corps immense. Le snipeur qui, de son côté, commence à insulter le nouvel arrivant de tous les mots les plus grossiers au monde. Je ne pouvais pas l’apercevoir, mais un mur épais en pierre venait de se dresser juste avant l’explosion. Il allait de notre cachette jusqu’à celle du xinois. Nous étions encore en vie et une grosse voix charismatique  s’adressa à nous, me redonnant un peu d’espoir pour le coup.

« Je suppose que vous n’êtes pas de simples civils… Si vous n’êtes pas capable de vous battre, allez donc vous mettre à l’abri, sinon unissons nos forces pour cette bataille ! Mon nom est ALEX LOUIS ARMSTRONG ! Ravis de vous rencontrer !»

Pendant ce temps, le snipeur se mit encore à hurler de rage et vida son chargeur de fusil contre le mur qui venait de nous protéger. Je crois même qu’elle a balancé son arme du haut du toit en piquant sa crise. Elle siffla et l’odeur d’autres chimères de guerre se rapprochèrent dangereusement de tous les côtés. Nous étions quatre contre une petite armée de monstre et un tireur d’élite. Cette dernière continuait d’insulter le monde entier et semblait aussi s’en prendre à son partenaire absentéiste. Pas le temps de se reposer… La bataille pour la survie ne faisait que commencer. Si seulement j’avais une bibine dans le coin…

1985 mots - Princesse, Shendalf & Armstrong VS Aria Richards & les chimères de guerre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 680
L'orgueil parfait / Pedopride
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Mer 30 Mai - 19:40





Mission protection


Pride & all ever



La nuit glaciale avait recouvert la ville de East City et seul la lune était maintenant témoins des événements tragique qui s'y déroulait, mais aussi des horribles monstres qui etaient de sortit, et provoquait des massacres pire que tout. La lune parlons en, ce pauvres astre solitaire qui ne pouvait que contempler de son teint blafard les scènes de massacre perpétrer par des chimères monstrueuse, les explosions des bâtiments qui arrivait ici et la tuant des gens, en poussant d'autres a fuir leur maison dans l'espoir de rester en vie suffisamment longtemps pour voir de nouveau le soleil se lever. Pourtant au milieu de toute cette horreur, de ces scènes plus atroces les unes que les autres, l'homonculus de l'orgueil Pride continuait sa marche silencieuse, tenant une petite fille par la main son ombre entourant les deux. Il lui avait fait une promesse, l’emmener en sécurité et c'est ce qu'il ferait. La petite elle regardait partout a droite et a gauche, les yeux perdu dans le vide, elle avait vu en une nuit tellement d'horreur qu'elle en resterait surement traumatiser a vie...

L'homonculus lui continua sa marche, quand finalement il entra dans une petite ruelle sombre expliquant a la petite qu'ils allaient rester la le temps qu'il regarde quelque chose, il voulait être sur qu'il n'y avait pas de danger avant de continuer, mais la petite elle ne pipa mot, après tout pour elle ce garçon l'avait sauver et des choses noir semblait le protéger, alors peu importe ce qu'il faisait tant qu'elle restait avec lui. L'homonculus ferma alors les yeux et laissa filer ces ombres tranquillement un peu plus loin en ville. Il avança dans les rues et finalement tomba sur des gens qu'ils n'auraient pas crut voir en pareil lieu, il y avait un xinois qu'il ne connaissait pas mais il s'en moquait royalement de lui, c’était surtout l'homme au cheveux argentée qui tenait une femme rousse dans ces bras qui attira le regard de l'ombre qui reconnu le renard mais aussi son amie de jeu et de meurtre Anjuu! Il ne s'attendait pas a les trouver tout les deux ici. Il remarqua aussi l'homme a la musculature saillante qui se trouvait devant eux et qui n’était autre qu'un alchimiste d'Etat. En même temps avec ce genre de problème, il était normal que Wrath est dépêcher ces alchimistes pour intervenir et venir au secoure des sacrifices de Father. Pride commençait d’ailleurs a trouver ce groupe fort agaçant, il était temps qu'il s'en débarrasse et il allait commencer par la personne qui semblait se trouver non loin de son amie Anjuu et du renard. Son ombre glissa lentement sur le sol, passant au coter de Anjuu et du renard un œil se baladant dessus qui en profita pour faire un clin deuil au renard mais alors qu'il allait d'un coup partir comme une flèche vers sa cible il se stoppa...

Dans la ruelle ou se trouvait son corps humain, la petite elle venait de s'accrocher a son dos comme a une bouè de sauvetage, serrant sa veste fortement et il sentit le frisson qui lui parcourait l’échine, il comprit qu'il y avait un truc qui n'allait pas et sans attendre il se mit a reculer en disant:

"Ma petite princesse est en danger... Personne ne touche a mon Elysia!"

Bien sur cette petite n’était pas Elysia mais cela était sortit tout seul de la bouche de l'homonculus, n'importe qui, qui ne connaissait pas cette petite pouvait se demander de qui il parlait, mais les autres comprenait eux. Lui l'être éternelle de 400 ans qui était tomber sous le charme innocent d'une enfant de trois ans, cela en était presque malsain mais pas pour lui... Le corps humain du gamin ouvrit calmement les yeux et observa la petite du coin de l’œil dans son dos. celle-ci continuait de serrer le gamin comme une encre sans qui elle se noierais posant des regard apeurer sur les toit a droite et a gauche. Le gamin fit un mince sourire et se tourna vers la petite lui faisant un sourire rassurant le même qu'il avait fait a Elysia le jour oui il lui avait promis de la revoir, alors que tout autour des deux, l'ombre s'entendit comme un ogre et fila vers les bâtiments alentours. Tres vite des cris d'agonies et de gargouillis ignoble se firent entendre des toits des bâtiments bien trop haut pour voir ce qui s'y passait mais du sang se mit a couler de certain toit, a part a un endroit ou une chimère semblable a celle qui avait attaquer la ville s'envola. Enfin vola... Elle resta la suspendu dans le vide devant la lune blafarde une profonde chose noir, plus noir que les ténèbres l'ayant perforer le ventre comme-ci celui ou celle qui avait fait ça, voulait que tout dans la ville vois ce d'ont il était capable, juste après a une vitesse fulgurante la pointe bougea comme les aiguille d'une horloge et la bête fut découper sur la longueur laissant pleuvoir une myriade de sang et de boyaux au sol alors que la chose elle disparut aussi vite qu'elle était apparut. l'homonculus lui continuait de regarder la petite en souriant quand il lui dit:

"Aller viens, il n'y a plus de danger et je dois toujours te mener en sécurité."

Il reprit sa route alors tenant la main de la petite qui continuait de s'accrocher a lui comme au dernier espoir de survie dans cette ville, l'homonculus évita soigneusement de se diriger vers Anjuu et le renard, non pas qu'il voulait pas les voire mais si Amstrong l'alchimiste le voyait ça poserait des problèmes et il valait mieux éviter. Il prit alors une autre route, mais sentait toujours que ces chimères n’étaient pas loin, mais avait bien comprit a qui elles avaient a faire et n'osait plus trop approcher le gamin, mais lui se doutait qu'il y avait des gens qui commandait ces chimères et c'est ces gens la qu'il allait maintenant chercher...

nombre de mot:
 
Pour ma soeur:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Dim 22 Juil - 23:10

   

   
« A la Poursuite des Terroristes ! »

feat. Des Civils gêneurs, des Chimères affamées, des "collègues" en quête de vengeance
et des militaires à tuer par centaines

   

   L'automne battait son plein en cette fin novembre. Le vent s'engouffrait entre les train à l'abandon du chemin de fer désaffecté. Tout y grinçait, ballotté par les bourrasques et autres courants caractéristiques de la saison, si l'on prenait la peine d'écouter au delà du tapage d'une certaine jeune femme au bord de l'hystérie. Ce temps allait jouer en leur faveur... Les flammes prendront la cité si vite, entre le chaos, le sang et les larmes. Voir Aria Richards trépigner comme ça n'était d'aucune aide à la plupart des membres présents. Tous stoïques face à elle. Personne ne s'opposait impunément à elle. La violence et le cynisme l'animait en permanence et à l'instant d'avoir enfin le signal attendu, elle avait ouvert les hostilités contre son propre camp, ce petit pion venu l'informer en avait fait les frais et personne n'avait esquissé le moindre geste.

   Sereliam ne restait pas moins fidèle à son culte bien qu'il sache parfaitement qu'Ishvala même l'ait abandonné au moment même où l'alchimie avait touché son corps. Il attendit que l'arme du crime soit rangée pour s'avancer vers le corps et lui rabattre les yeux avant d'ordonner qu'on l'enterre quelque part. Cela aurait pu attendre la fin de l'opération, mais il s'était bien gardé de faire un commentaire. Elle ne l'aurait pas écouté de toute façon, bien trop pressée qu'elle était de passer au carnage prévu. S'il avait parfois du mal à la cerner, d'autres restaient également un profond mystère. Comme cette Zulika par exemple. Il ne lui avait jamais fait de tort, ne l'avais que très peu croisée et pourtant il sentait une certaine animosité venant d'elle. Sa réputation avait sans doute dû le précéder

----- « POV Zulika Souames » -----

   Zulika ne pensait pas qu'elle dut revenir si tôt dans cette ville. East City, là où travaillait son mari, où habitaient en principe ses deux plus jeunes filles. Lorsqu'elle sut qu'elle devait participer l'attentat qui allait s'y dérouler, elle ne put réprimer un pincement au cœur, mais elle se devait de garder la face. Puis, ce n'est pas comme si les membres de son équipe pouvaient comprendre quoi que ça soit... Sereliam, sans doute le plus puissant d'entre eux était un homme que Zulika trouvait antipathique et même détestable. Elle ne l'aimait pas et savait qu'ici, elle ne pourrait compter que sur elle même pour sa propre survie...

   Elle pria, au fond d'elle, de ne pas avoir à tomber nez à nez avec ses filles ou pire, Akim, son ex mari. Lui, il ne pourrait sûrement jamais lui pardonner et elle n'avait pas envie d'avoir à se battre contre lui. D'autant plus qu'elle avait décider de rejeter son alchimie. Des brûlures et griffures avaient cicatrisés sur sa peau, brisant ses cercles de transmutation sur ses épaules, ses bras, son ventre et ses cuisses. Cette alchimie était mauvaise, elle regrettait d'avoir accepter son principe pour autant de temps, regrettait d'être tombée sous le charme du général Souames. Elle regrettait mais devait passer outre. C'est donc le visage fermé, solennel, presque religieux, qu'elle suivit son équipe.

   Elle se battait avec deux kiliç qu'elle maîtrisait avec brio et gardait tout de même, au cas où, un revolver à sa ceinture, même si elle était une piètre tireuse. Zulika, au final, n'allait sûrement pas avoir de problème à exécuter les ordres, elle était le genre de femme qui savait séparer ses sentiments de ses actes, lorsque le devoir et la justice l’exigeaient. Aussi, elle allait exécuter froidement chacun des ordres qu'on lui donnera, se révoltant uniquement si elle jugeait qu'il en eut besoin, elle était une guerrière de la justice, après tout, alors si elle était témoin de débordement, de meurtre inutile ou d’abus commis uniquement à des fins personnels et non pour la cause, elle n'hésiterait pas à s'y opposer.

   Malgré toutes ses certitudes et bien qu'elle ait foi en ce juste combat, il lui arrivait parfois d'avoir des doutes. Elle s'était résolue à abandonner sa famille, ses enfants, pour créer un monde meilleur. Il lui arrivait de le regretter, certaine que ses filles ne lui pardonneront pas, ne pourront pas comprendre. Mais elle n'aurait jamais put se résoudre à continuer son existence dans un pays aussi abjecte.

----- « Fin POV Zulika Souames » -----

- « Bien, tout le monde sait ce qu'il a à faire, dispersez-vous. Wagon 2 & 4, vous attendrez mon signal. Je tirerais une fusée de détresse. »

   L'homme à la peau mâte portait à la ceinture un Hebel 1894(1). Plutôt long, acier travaillé, mais surtout lourd... 1,5 kg à lui seul. A bout de bras en tir vertical, le poids était non négligeable. Cependant, avec son automail, Sereliam le maniait sans effort particulier pour tirer. Peut-être cette arme allait-elle troubler l'armée. Il se diront qu'un de leur peloton a des difficultés et se jetterons dans la gueule du loup sans réfléchir une seconde. La peur mène à la panique, la panique à l'erreur et l'erreur... A la mort. Et pourtant il jurerait avoir entendu quelque part que si l'on avait peur, c'était que l'on était en vie... Pour peu de temps sûrement... Il jeta un regard entendu à Aria alors qu'il déployait ses sombres ailes. Sombres ailes, sombres messages... Son chimérisme n'était pas un oiseau de mort, mais pour ses confrères, si.

- « Je vous dépose quelque part Zulika ? Ou vous préférez suivre les autres ? »

   Il avait tendu la main simplement vers elle. Impressionner et faire peur, peut-être, mais de la à franchement avoir de l'animosité envers lui... Venant d'une femme, cela le chagrinait un peu bien qu'il n'en laissait rien paraître. Tout le monde n'était pas psychopathe ou sociopathe de haut niveau, mais ces deux derniers se comprennent et s'attirent mutuellement bien que cela fasse des étincelles. Il avait tenté, mais s'attendait à un refus, ce qu'il obtint. Et sans rien attendre de plus, il demanda de l'espace et décolla, faisant monter un nuage de poussière avec lui.

   Du haut du ciel crépusculaire avancé, les couleurs de la ville étaient d'un orangé, toute feu, toute flamme. Les braises avait été soufflées, laissant place aux flammes post-explosion. Ces flammes et ces colonnes de fumées dansaient avec le vent et se propageaient. L'homme-oiseau repérait sans difficulté civils, militaires et infiltrés. De temps à autres, il tuait quelques militaires isolés. Il n'eut aucun mal à repérer sa mécanicienne dans tout ce tapage, elle était celle qui faisait le plus de bruit. Il amorça sa détente vers elle et absorbés par les mouvements des opposants, il ne vit qu'au dernier moment la trajectoire de la grenade. descendu aussi bas, il allait être pris dans le souffle de l'explosion. Il sentit effectivement une poussée face à lui qui s'engouffra dans ses ailes. Il se laissa emmener jusqu'au toit où se trouvait Aria. Une fois au-dessus, il rétracta ses ailes pour se laisser tomber et les rouvrir au dernier moment pour se réceptionner en douceur.

- « Cesse de crier, je suis là. Je suppose que tu ne m'avais pas vu... J'aurais pu m'écraser contre le bâtiment avec ton projectile, mais passons. Je vois que tu as un alchimiste d'état en face de toi, et je sens d'autres chimères. »

   Un petit moulinet de poignet avec son Hebel, histoire de vérifier que son automail n'était pas encrassé avec a poussière de l'explosion, et il tira une fusée éclairante pour appeler les groupes 2 & 4 à bouger à leur tour. Ces raclures de militaires seront prit entre deux feux.

   Avec ce mur devant ses cibles, l'ishbal ne pouvait qu'attendre une fenêtre de tir... Il avait prévu une autre arme s'il ne pouvait approcher de près ses ennemis. Il s'était forcé, au cas où, à manier quelques armes à feux en plus des arcs et de son katana. Peu nobles à son avis, mais plus rapides et plus précises. Il décrocha un fusil hypodermique[sup](2)[sup] de son torse et y inséra une fléchette de poison, puis se positionna à plat ventre un peu plus loin sur le toit, profitant du couvert de la poussière. Dans toute cette agitation, leurs opposants ne l'avaient peut-être pas remarqué et un tir d'Aria pourrait cacher le sien, à condition de se coordonner parfaitement pour créer la confusion. En bas, il se préoccuperait de la jeune femme et en oublieront peut-être un angle mort...


   
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 409
Princesse de Xenos
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 | Dim 21 Oct - 18:00

L'appel du sang



Le renard était à mes côtés, désormais, et nous avions tous deux nos griffes sortis, un duo prêt à combattre la chose qui menaçait notre meute. Et si nous avions plus que les capacités pour nous sortir de cet enfer, quelque chose de métallique vint séparer la tête de notre ennemi d’un coup puissant. Mais ce qui se passa ensuite me laissa de marbre, et j’érigeais un mur entre mon lien, et celui de l’homme qui pensait se servir de moi comme d’une remplaçante pour sa progéniture décédée. Il tint un discours stupide, annonçant qu’il n’avait finalement besoin de personne, qu’il était devenu un être supérieur grâce à la mort de quelqu’un… Au fond de moi, je pus sentir la plus jeune s’éveiller quelques instants, et refouler de la colère à son adresse. Un parent qui annonce avoir pris en puissance par la mort de son enfant, je pense qu’elle y voit ici, ses propres parents adoptifs, ceux qui nous ont jeté au bord d’une route parce que nous pourrissions. Au même titre que ses géniteurs qui l’avaient abandonné pour cette raison…

Je n’eus pas le temps de réagir, que l’espace d’une seconde, ma tête se vidait, et qu’une voix plus enfantine prenait le pas sur la mienne, les mêlant toutes deux. « Tu n’étais pas digne de cette enfant, Shenlong, que ton corps puisse pourrir à l’image de ton âme, et tu n’étais pas plus digne de la meute, veille à ce que nos chemins ne se recroisent pas, sinon je souillerai mon âme pour absoudre ce monde de la tienne. » Je sentis plus que je ne vis les larmes de l’enfant couler sur mes joues, alors que Ban s’énervait à son tour comme le xinois qui avait prétendu vouloir nous suivre. Et si le xinois s’éloignait, je repris conscience au moment où Ban se saisissait de son bras pour venir lui hurler dessus des mots qui firent échos à deux d’entre nous. Il disait que nous ne pouvions pas servir de remplaçante, car remplacer une vie était impossible, et il exigeait que le xinois nous demande pardon, car nous étions bien plus qu’une simple remplaçante. Aux larmes de l’Ange se mêlèrent les miennes.

Mais tout se passa trop vite.

Il y eu un sifflement dans l’air, et je tournais naturellement ma tête vers la provenance de cette chose. J’entendis juste les deux mâles bouger avant que la chose qui sifflait vienne trouver une cible. Et puis, je fus happée par les bras puissants du renard, qui me coucha au sol, au milieu des gravats, recouvrant mon corps du sien comme d’une protection. Le regard qu’il avait plongé dans le mien était, par ailleurs, très perturbant, compte tenu des balles qui ricochaient désormais au-dessus de nous. Et puis, une voix, féminine, retentie. Une voix qui me sembla à la fois connue, et perdue dans mes souvenirs. Je l’avais déjà entendue, mais j’étais incapable de dire quand, ni qui la possédait. Pour autant, les propos tenus, me mirent en rage. Et si je n’eus pas le temps de réagir parce que le renard le faisait à ma place, j’eus en revanche le temps de savoir ce que je voulais. La mort de cette femme pour avoir profané de telles menaces. Il était clair que cette attaque venait des infiltrés, est-ce que Jin était au courant ? Je l’ignorais, en revanche, j’allais clairement me mettre à combattre pour de bon.

Ban fit évidemment ce qu’il ne fallait surtout pas faire, soit signaler sa position, en insultant l’ennemie à son tour, et se saisissant d’une brique. Que voulait-il faire avec ? Je n’en savais rien, mais il était clair pour moi que c’était une bêtise de plus pour éviter que je ne sois blessée. Et puis, l’ennemie reprit, annonçant que le visage du renard ressemblait à quelqu’un qui lui tapait sur les nerfs, pour ma part, j’essayais maintenant de faire le lien entre tout ce que j’entendais, et tout ce que j’avais déjà entendu autrefois. Ban lança ce qu’il avait ramassé avec énormément de force, mais le projectile fut explosé en plein vol par un tir fulgurant. Et puis, une nouvelle phrase. L’humaine disait à Ban de me dire adieu, que l’explosion nous tuerait probablement, et que les chimères feraient le reste. Ban se saisit alors de moi et me serra contre lui. J’ai alors compris qu’il ne nous pensait pas capable de survivre à l’explosion dont elle parlait. Mais je savais jouer de la chance, et surtout, une bombe faisait moins de dégât qu’un homonculus. J’ai donc déployé mes ailes au plus loin pour nous recouvrir tous les deux, espérant que ce fusse assez pour simplement les rendre inefficace jusqu’aux prochaines poches de sang.

Il y eut un bruit étrange, puis une odeur me fit frissonner. De l’alchimie dans l’air. Et puis, un mur s’érigea entre nous et l’explosion, nous protégeant de cette dernière avec efficacité. Et puis, des insultes, des muscles qui se tendent, et une odeur humaine que je reconnais pour l’avoir déjà sentie sur Edward. Nous étions toujours en vie, et une voix grave et forte vint retentir, pleine de cette intonation étrange que j’entendais parfois venant des humains mâles. Elle disait que nous n’étions pas de simples civiles, mais que si nous n’étions pas capables de nous battre, nous devions nous mettre à l’abri, sinon, nous pouvions aussi unir nos forces. Puis il se présenta comme Alex Louis Armstrong. J’avais déjà entendu ce nom, mais j’étais purement incapable de savoir d’où il me venait. Les tirs ricochèrent sur le mur tout juste créer pendant que la tireuse s’énervait visiblement. Elle siffla alors, et une nouvelle armada de chimères fit son apparition, prête à nous mettre en pièce.

Mais maintenant, je connaissais l’odeur de cette femme et de ces chimères. Aerugo… Ces animaux n’ont même pas conscience de ce qu’ils font, seulement dressés pour obéir… Comme nous aurions dû l’être. Car soumettre une chimère basique n’est rien comparé à la tentative de soumettre l’alpha. Et ils avaient lamentablement échoué. Je relâchais alors Ban, et récupérais mes ailes avant de faire face à l’alchimiste qui nous avait aidé. Si je n’aimais pas son odeur, je pouvais malgré tout me battre à ses côtés. Et c’est ce que j’annonçais. « Anjuu, enfant de tous les silences, ma meute et moi nous battrons jusqu’à la fin contre eux… » Simple, et concis. Je me tournais alors vers le renard. « Ils viennent de notre prison à Chiara et moi, Aerugo… Je pourrais en retourner quelques-uns… Les moins stables… Si tu veux les arrêter, plante tes griffes dans leur cervelet, ils seront inaptes ensuite. Sinon, tues les. » J’ai fait alors craquer ma nuque, déployé mes ailes, mes griffes, tout. Le cadavre de la première créature n’était pas loin, le lézard, et le poignard était toujours enfoncé dans son épaule. Je le récupérais d’un coup sec, encore protégée par le mur, afin de pouvoir m’attaquer à ceux dont le cuir était trop solide pour mes serres. Je l’ai gardé dans ma main gauche, la droite étant prête à lacérer des gorges. J’avais besoin de sang de toutes façons. Mais avant, il fallait repérer ceux qui venaient juste de finir leur « apprentissage » des idées de Ruby…

J’ai alors poussé mon cri d’alpha, mêlant nos diverses voix entre elles et faisant résonner ce dernier dans les foules et entre les gravats. Une dizaine de chimères semblèrent réceptives, plissant les griffes et grattant le sol avec leurs têtes baissées. Ils sont les plus fragiles.

Ils seront les premiers à tomber.  

1325 mots Ban & Armstrong VS Aria Richards & Sereliam &les chimères de guerre

@Banou
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |

MessageSujet: Re: ATTENTATS A EAST CITY | GROUPE 2 |
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» the city burns (groupe B) | Prise d'otages au New York Marriott
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Dark City 2.10 FIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: EAST CITY :: EAST CITY-