RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"
17/04/2018 - Ban devient officiellement la femme d'Escanor-sama. Et ils vécurent heureux pour toujours et eurent des bibines ensemble.

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Ban Silverleigh - "Cherche mon grand frère : Sirius Van Baelsar.

J'ai envie de taper sur quelqu'un en ce moment !"
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.
Ban fait de la concurrence à Riza.
Si la demoiselle va au GOT, lui il relâche le Kraken dans une musique épique !
La guerre du Trône ne fait que commencer !
Urgent : Nora cherche une chimère cheval pour se sustenter ! Avis à tous les étalons de Central, rien qu'avec un regard, la demoiselle peut connaître vos mensurations !

Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 516
Wan-Wan Mexicain vendeur de Tacos !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Jeu 14 Sep - 18:35
  • Jin-Wan Han
  • Angelica

The Death and The Angel
Le festival de l’automne venait se finir dans un carnage sans nom. D’après les rumeurs dans la rue, un groupe venait d’attaquer le rassemblement festif dans la journée. Amestris vivait de nouveau dans la peur. Certains affirmaient que les terroristes étaient la cause de ce nouvel enfer, mais ils accusaient à tort. Personne n’était en mesure de donner une description précise des attaquants. L’armée était mobilisée dans les rues pour faire le décompte des dégâts matériels et des victimes. Par chance, la population n’avait pas été touchée par la mort, mais elle devait panser des blessures de toutes formes.

La nuit était tombée comme à son habitude sur Central City. Elle ne se souciait guère des évènements passés et continuait d’avaler la lumière qui offrait encore un peu d’espoir à ces hommes et femmes plongés dans un désespoir sans nom. La lune haute, se cachait presque derrière les nuages grisâtres que le ciel lui offrait, comme pour cacher sa honte qu’elle voulait exprimer sur l’humanité. La honte que le monde ne sache se tenir et vivre dans la paix que les dieux  tentaient de maintenir. Un homme marchait dans les ténèbres des rues. Ne voulant être vu par les citoyens et par la milice vagabondant dans les ruelles, cherchant une vérité qui se dissimulait dans la noirceur de cette paisible nuit de fin d’octobre. La silhouette se mouvait tranquillement, avançant avec un but précis en tête : retrouver une chose que le monde s’était bien amusé à cacher à l’humanité. Jin-Wan Han, l’envoyé de la mort elle-même, voulait trouver des réponses à ses questions et il ne lâcherait pas l’affaire tant qu’il ne serait pas satisfait.

Pendant l’évènement de la journée, il avait fait la rencontre d’une créature informe, mais terriblement dangereuse. Un danger engloutissant l’intégralité de la ville, mais que personne ne semblait être capable d’apercevoir. Un être se dénommant Pride, un homonculus, avait tenté de le supprimer. La créature avait vu une menace en l’homme. Ce n’était pas totalement faux. Jin était membre d’un groupe qui mettait Amestris à feu et à sang dans un but commun : La vengeance. Ce pays était, depuis des années, la cible des autres contrés aux abords de sa frontière. Trop longtemps ce pays avait commis des atrocités, évinçant les faibles en masse pour ne garder que les plus forts. Appuyé par une armée et des personnes utilisant l’alchimie, Amestris versait le sang d’innocent dans pour préserver sa puissance.

Le xinois avait été témoins de la malveillance de sa toute nouvelle patrie en enlevant la vie de la femme dont il était tombé amoureux. Kathleen n’avait jamais rien demandé. Elle avait offert ses services pour aider les gens dans le besoin. La jeune femme avait tendu la main vers notre assassin en fuite et l’avait aidé à se reconstruire. C’était grâce à cette bonté d’âme qu’il avait réalisé son rêve. Devenir médecin et secourir des vies. L’homme aux yeux anthracite avait pris goût à cela, oubliant ainsi son appartenance au clan Han, qui continuait de perpétuer des meurtres afin de gagner de la puissance. Mais les dieux avaient été cruels avec notre homme repentit. Ils avaient retiré ce bonheur si durement acquis pour ne laisser que de la colère et une soif de vengeance. Le médecin avait repris son sabre et avait exécuté la seule sentence que ces hommes méritaient : La mort.

De nombreuses années s’étaient passées et maintenant Jin-Wan Han était de retour pour continuer  se venger. Il n’en avait que faire de causer la désolation autour de lui, tant qu’Amestris payait pour ses crimes… Ce festival n’était pas une cible de son groupe, en réalité, Nikolaï Roskov, le dirigeant, avait décidé de laisser un moment de répit avant d’attaquer de nouveau. L’assassin du clan Han n’était pas sur place pour accomplir des ordres, mais juste garder un œil attentif sur cet évènement. L’air putride de cette ville avait changé. Il était chargé de mauvaises ondes et de malveillance. Quelque chose allait se produire et sans surprise, ce fut le cas. Le chaos avait pris d’assaut le cœur des gens et des êtres étranges se battaient sans que personne n’en connaissent la raison. Jin s’était écarté rapidement de la place pour suivre un homme habillé d’un bleu-roi, rappelant son appartenance aux militaires de ce pays. Le terroriste avait vu l’occasion de pouvoir obtenir des informations en torturant cette personne, mais il fut interrompu par ce monstre fait d’ombre, qui semblait protéger cet humain. La mort n’avait pas peur de cette chose difforme, mais l’aura qui se dégageait de cette créature rappelait sans cesse cet air malsain qui régnait en maître dans ce pays.

L’homme au long manteau noir était maintenant revenu dans le centre-ville, après avoir été contraint de s’enfuir. Kikoku, son sabre se trouvait encore dans son cabinet près de la grande place, mais il n’en n’aurait pas besoin pour cette nouvelle mission. Du moins, c’était ce qu’il pensait… Il n’avait pas été de taille contre cette chose, mais avec quelques astuces, il avait rapidement comprit son point faible : la lumière. Jin était guidé par son instinct et il le suivait dans le but de trouver des informations sur ces homonculus. Par la suite, si ses recherches étaient concluantes, il irait faire un rapport à son leader. L’existence de ce monstre était la preuve qu’Amestris cachait des choses aux yeux de tous. Jin allait les trouver et détruire les armes de ce pays. Il ne savait pas encore comment, mais cela n’allait pas tarder à venir. Voici la raison pour laquelle notre ancien membre du clan Han marchait dans les rues de Central City. La mort réclamait des âmes à faucher et quoi de mieux que celle d’une créature pourvue d’une aura maléfique et d’une puissance sans limite. Amestris avait dévoilé par inadvertance sa meilleure arme et maintenant les infiltrés dans le pays de l’alchimie cherchaient un moyen de la détruire, portant un coup fatal à son plus vieil ennemi.  

1078 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 363
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Ven 15 Sep - 12:38



Il n’y avait plus que quatre battements de cœur dans l’appartement… Seulement quatre… Il aurait dû y en avoir cinq pourtant…

QUATRE PUTAINS DE BATTEMENTS DE CŒUR

Il n’avait pas le droit… Il ne devait pas mourir ! On avait dit non… Qu’on le sauverait… Qu’on ferait tout pour réaliser son rêve pour qu’à son éveil, il puisse contempler un monde nouveau… Mais… Mais maintenant, c’était trop tard… C’était fini… Lyl… Mon sauveur… mon papa… Il… Il venait de mourir… On l’avait tué… Il n’était plus là… Et il ne serait plus là… Plus jamais… Il était… mort… Dans les bras de Chiara… il a cherché à retrouver Pandora… Pandora aussi avait disparue… Notre famille était cassée… Il n’y avait plus personne d’avant… Juste… nous trois… nous étions seules à présent… Seules… Parce que Lyl était mort… J’ai serré mes petits poings… Chiara ne veut plus sortir, elle ne veut plus réagir non plus… Anjuu ne dit plus rien, elle a peur… et moi… moi… Je refuse d’y croire ! Ce n’est pas possible ! Pas maintenant ! Pas lui ! Il n’avait pas le droit ! J’ai essuyé les larmes qui s’écoulaient de mes yeux, en vain, c’était toujours réel… Lyl… Etait mort… après deux ans dans le coma…

Il m’a abandonnée…

Je suis venue frapper la fenêtre de mes petits poings, la fissurant sous impact alors que je criais le nom du disparu… Pourquoi avait-il cessé de vivre ? Pourquoi son cœur avait-il lâché ??? On aurait pu le sauver ! La lame ne l’avait pas tué ! Il aurait dû rester en vie ! Il aurait dû rester avec moi ! Il me l’avait promis ! Je me suis laissée glissée jusqu’au sol, ma petite chemise de nuit bleue étalée autour de moi et trempée par mes larmes… Mon papa était parti… Il n’était plus là… Il ne serait plus jamais là… C’était fini… Il ne reviendrait plus… Je ne l’entendrais plus rire aux éclats à cause d’une blague de Pandora, ni soupirer d’aise à cause de notre musique… Il ne respirera plus… Il ne vivra plus… Il n’est plus… J’ai poussé un nouveau cri avant qu’il ne soit étouffé par mes sanglots… Et j’ai serré mes bras autour de mes genoux. Je ne pouvais pas rester ici, je ne pouvais pas alors qu’il n’était plus à coté… Ce n’était qu’un bout de viande… Son corps vide… Il n’était plus là… Je m’en fichais que les rues étaient dangereuses, je ne craignais plus rien, je m’en fichais, mon papa n’était plus là !

J’ai ouvert la baie vitrée fendue, et je me suis approchée du balcon pour l’escalader… Là, j’ai déployé mes ailes pour descendre… avant de me mettre à marcher, hagarde. Je ne savais pas où j’allais et je m’en fichais. Je voulais juste oublier… Ne plus y penser… Et quand je rentrerais, Lyl sera toujours étendu sur son lit, avec un masque pour l’aider à respirer, et il s’éveillera un jour… Parce qu’il ne pouvait pas mourir… Il me l’avait promis… Il avait dit qu’il resterait avec moi… Il l’avait dit ! J’étais pieds nus… et j’avançais sans vraiment savoir où… Ma robe de nuit à manche large trainant un peu sur le sol… Alois m’avait tressé les cheveux et fait des chignons bizarres avec pour ne pas que ça traine au sol… Et même si je le remerciais pour ce geste… Ce n’était pas suffisant… Mon papa était mort maintenant…  J’ai reniflé piteusement, m’avançant dans les rues sans faire attention à cacher mes ailes blanches. Personne dehors… de toute façon, avec les attentats et ce qu’il s’est passé lors du festival… ça ne risquait pas…

Humains débiles !

J’ai fini par me poser sur un muret, genoux repliés contre ma poitrine, enroulés dans la robe de nuit trop larges, et j’ai posés mes yeux pleins de larmes sur la ruelle… Plus rien ne sera jamais pareil… Et ça… ça je ne veux pas ! Je me suis remise à pleurer, mes mains se posant sur ma tête… Pourquoi est-ce que ce n’était pas juste un horrible cauchemar ? Pourquoi est-ce que c’était forcément réel ? C’était moi qu’il voulait ! C’était moi qu’Aerugo cherchait ! MOI ! Pas lui… Ils l’ont tué à cause de moi… C’est de ma faute… C’est parce que je n’ai pas obéi très longtemps… C’est parce que je me suis enfuis, c’est parce que les chimères se sont mises à mon services après notre fuite… C’est moi et moi seule qui aurait dû mourir… Il n’y était pour rien ! Il faisait tout pour nous aider depuis le début, et là… Là… Il avait été poignardé par ma faute ! Sirius Van Baelsar… Tu me le paieras ! Je te trouverais ! Et je te le ferais payer au centuple ! Tu n’es qu’une ordure, un vrai monstre !

J’en ai marre des humains !!! Pourquoi fallait-ils toujours qu’ils détruisent tout sur leur passage ? Pourquoi ne voyaient-ils plus la valeur de la vie ? Pourquoi n’en avaient-ils rien à faire ? Qu’est-ce qu’ils se passaient dans leurs têtes pour que le pouvoir et le sang deviennent plus importants que la vie en elle-même ? Je les déteste !! Je les déteste tous !!! Et je me déteste aussi !! J’ai de nouveau éclaté en sanglot, mes ailes frémissantes à cause de ce fait… Je voulais que tout s’arrête… Pouvoir remonter le temps… Effacer ce qui a été fait… Lyl n’aurait pas dû payer pour mes erreurs… Personne ne le devrait… C’était de ma faute… C’était moi qui n’avait pas obéit à Ruby et Sirius, c’était moi qui avait brisé leur contrôle en premier… Et c’était encore moi qui avait pris la fuite avec leurs autres cobayes… Il n’y était pour rien… Il n’avait fait que m’aider… Comme depuis le début… C’était lui qui s’occupait de moi avant… il m’avait donné le biberon quand mon corps ne voulait plus fonctionner… C’était lui qui m’avait aimé en premier… C’était lui qui avait risqué sa vie pour nous ramener toutes… Peu importe le prix… Il voulait nous offrir une vie longue et merveilleuse…

Et à cause de ça, la sienne avait été courtes et horribles… Elle s’était achevée dans le sang et la douleur… Bras croisé sous ma tête, eux même posés sur mes genoux, je regardais la rue en continuant de pleurer… Je n’en pouvais plus… Je voulais que tout s’arrête… Que les gens changent… Ce n’était pourtant pas bien compliqué, et je le savais… Mais lorsque je faisais un pas en avant avec eux… Ils en faisaient dix en arrière… J’ai vu un homme brun passer, il était vêtu de noir… Il était sombre… Probablement dangereux… je pouvais sentir son odeur d’ici… Un parfum étrangers… La poudre… le métal… Et… L’orgueil… Il avait croisé Pride… Mais je m’en fichais… J’en avais marre… Lui aussi, il prévoyait quelque chose de mauvais, je le savais… C’était comme écrit sur son visage… Pourtant, comme tout humain, il avait le potentiel de faire des merveilles… Mais en vue de son regard et de son odeur… Il ne le ferait pas…

« Pourquoi continuez-vous à détruire tout ce que vous touchez… ? Pourquoi… Êtes-vous… comme ça… ? ... Vous me faites honte...» Ai-je commenté de vive voix… Je commençais presque à avoir honte d’être née humaine…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 516
Wan-Wan Mexicain vendeur de Tacos !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Dim 17 Sep - 14:46
  • Jin-Wan Han
  • Angelica

The Death and The Angel
La mort errait dans les rues de Central City, cherchant des informations sur une créature des plus étranges et jamais rencontrée auparavant. Un homonuculus. Jin-Wan Han n’avait pas idée de la dangerosité de cette chose, mais sans avoir plus d’informations, il lui serait impossible de cerner et connaître son nouvel ennemi. La guerre contre le pays de l’alchimie allait être différente, très éloignée des plans que le groupe de Roskov prévoyaient. Un tel adversaire dans les troupes adversaire ne serait pas chose aisée à détruire. D’autant plus, que ce monstre n’était peut-être pas le seul de son espèce. Mais, ce n’était pas pour autant que notre Xinois ressentait de la peur. Bien au contraire, cela l’exaltait. Un défi à surmonter et qu’il passerait quoiqu’il en coûte.

L’homme au long manteau noir marchait dans les rues de la ville. Son regard ne cessait de guetter les éléments du décor autour de lui. Il remontait le chemin qu’il avait emprunté pendant le festival alors qu’il avait tenté de semer la bête aux cent yeux. Il avait la certitude que cette chose n’était pas une chimère, ni même un homme. Juste un monstre créé par quelque chose qui dépassait l’entendement. Dire que l’humanité n’avait pas conscience qu’un terrible danger se baladait librement dans les rues. Cela était assez risible de remarquer, une fois de plus, l’ignorance de l’Homme.

Finalement, l’assassin du Clan Han, qui avait massacré la totalité de sa famille pour obtenir sa liberté, s’arrêta alors qu’il traversait une autre de ces ruelles sombres de la capitale. Une aura des plus étranges attira soudainement son attention. Son regard grisâtre ne se fit pas prier pour se poser sur une petite fille assise sur un muret. Par réflexe, Jin allait poser la main sur la poignée de son sabre, mais il ne l’avait guère avec lui en cet instant. Kikoku reposait dans un coin dissimulé de son cabinet, là où l’homme l’avait laissé pour la dernière fois. Le docteur infiltré dans Amestris se permit d’observer la jeune enfant dans les ténèbres et ne rata aucun détail de sa drôle de morphologie. La petite fille aux cheveux orangés était dotée d’ailes blanches. Une autre chimère ? Le reste de son corps ressemblait à celui d’une enfant. Ses cheveux étaient coiffés à la manière Xinoise… Enfin, c’était une ressemblance assez frappante des coiffures traditionnelles de son pays, surtout pour les petites filles venant des clans les plus respectés de Xing. Un douloureux souvenir lui parvient en tête… Celui de sa sœur, Shiho. Lorsqu’elle était petite, la maîtresse de maison, la mère de Jin, prenait soin de lui faire subir ces coiffures, sous prétexte qu’elle devait montrer la fierté du Clan aux yeux de l’empereur et de son entourage. A présent, le clan Han n’existait plus. Du moins, la branche principale…. Jin était retourné dans son pays quelques mois plus tôt pour les éliminer jusqu’au dernier. Il était maintenant libéré d’un poids et cette tuerie n’avait qu’augmenté sa détermination à annihiler le pays de l’alchimie qui était son principal ennemi.

La jeune enfant parla pour s’adresser à lui, faisant une question qui attira une nouvelle fois l’attention de notre homme. Pourquoi tout détruire ? Cette phrase n’était posée par hasard. La gamine semblait avoir reconnu quelque chose en Jin-Wan que personne ne semblait voir au premier coup d’œil. L’avait-il déjà rencontrée auparavant ou bien l’avait-elle vue pendant un évènement particulier ? Le festival de l’automne peut-être… L’homme à la chevelure sombre tourna dans sa direction et avança simplement de quatre pas vers elle, plissant les yeux comme pour lui transmettre la froideur de son regard sur son petit corps. Il se stoppa soudainement avant de faire son dernier pas et fronça légèrement les sourcils. Il sentait quelque chose qui était différent avec les autres chimères. Celle-ci… Avait une aura macabre autour d’elle. Une aura composée de plusieurs parties. Qu’est-ce qu’elle était au juste ? Son regard perçant essaya de rencontrer celui de la rouquine et il vit une chose familière. Ce qui ne manqua pas de le faire doucement sourire.

« Tu fais partie des rares personnes en ce monde à avoir rencontré la mort, je me trompe ? »

Ses iris verdâtres ne comportaient pas la lueur de la vie. Est-ce qu’elle n’était qu’une sorte de fantôme du passé, errant en ces lieux pour déverser sa haine et sa tristesse sur les humains, ceux qui appartenaient encore au monde des vivants ? Non, elle était encore de ce monde aussi, mais sans vraiment y appartenir pour autant. Sur les joues de la jeune fille, Jin pouvait aisément remarquer des larmes. Pourquoi pleurait-elle ? Devait-il prendre le temps de s’en occuper ou bien simplement passer son chemin et faire comme si l’homme ne l’avait pas remarqué ? Il était peut-être déjà tard, il avait déjà ouvert la bouche pour lui parler d’une voix presque aussi glaciale que ce regard qui s’était posé sur elle. Le xinois prit simplement une courte inspiration avant de répondre à la question de cet enfant cachée dans cette ruelle.

« Détruire est un mot bien faible. Ce qui se passe autour de nous… Cela n’est que le début d’une guerre qui marquera les esprits. La destruction, le sang qui sera versé. Il est nécessaire pour certains d’entre nous. Le monde va changer. Il sombrera dans les ténèbres pour ensuite renaître dans la lumière que nous allons lui apporter. Voilà pourquoi nous faisons cela, jeune enfant-ya. Ta tristesse… Tu n’es pas la seule à la ressentir, bientôt d’autres la ressentiront aussi, comme nous l’avons ressenti il y a des années. Si tu survis, tu auras la chance de voir ce monde transformé et débarrassé de cet infection qui le ronge petit à petit. »

Jin en avait fait le serment. Il avait juré de tout faire pour obtenir sa vengeance et libérer le pays de ces cloportes qui sillonnaient encore ce monde en étant acclamés par tout un pays, passant pour des héros alors qu’ils n’étaient que des meurtriers. Qu’importe que les gens souffrent pendant des années… Un jour, la vérité serait dévoilée au grand jour et enfin la paix pourra de nouveau régner en maître. Toutefois, pour y arriver, des vies devaient être sacrifiées pour le bien de l’humanité.
1114 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 363
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Lun 18 Sep - 16:26



Je n’attendais aucune réponse de la part de l’homme au long manteau… Je voulais juste qu’il s’en aille, qu’il décarre de ma vue… J’avais mal au cœur… Et je continuais de sangloter sur mon muret. Je voulais juste me réveiller… Que tout ceci ne soit qu’un horrible cauchemar que j’oublierai en attaquant la nouvelle journée… Mais rien de tout cela n’allait arriver… Et ça me rendait folle… La vérité était si… monstrueuse… Pourquoi m’arrachait-on ma seule famille ? Encore une fois ! Qu’est-ce que j’avais fait au ciel pour mériter autant d’horreur ? J’avais toujours fait mon possible pour ne blesser personne, et je ne touchais jamais aux innocents, j’essayais d’aider le plus de monde et pourtant… On me punissait pour mes actes… Parce que je n’avais pas été le petit monstre de compagnie d’Aerugo, de cet homme… Lyl était mort… Je suis venue couvrir ma tête avec mes mains, ignorant les chignons tressés qu’avaient fait Alois et tirant sur les mèches rousses de ma frange.

Je voulais crier…

Pendant un moment, j’ignorais le fait que l’homme se rapprochait, je contenais ma rage, comme à chaque fois. Parce que je n’étais pas comme ces gens, je refusais de déverser ma haine et ma douleur sur des gens qui n’étaient pas responsable de cette dernière. Alors oui, je sentais chez cet homme un danger, mais ce n’était pas un danger pour moi, et je n’allais pas le fustiger pour mes larmes. Je pouvais sentir son regard sur moi, mais je n’en avais cure. Il ne me faisait pas peur, je ne craignais qu’une seule chose, la mort de mes proches… Et c’était déjà en train de se produire… Je l’ignorais donc. Je pensais sincèrement qu’il allait s’en aller, probablement fuir à cause de mes ailes ou de ma remarque, s’en aller le plus loin possible de moi. Je me trompais. J’ai froncé les sourcils en croisant son regard soudainement, il avait cherché le mien… Et quelque chose d’étrange se produisit alors… Il me répondit… Et les mots, froids, violent, étaient non seulement teinté de vérité, mais accompagné d’un sourire qui me fit frémir de colère…

Il parlait d’avoir rencontré la mort… Non… je n’avais pas rencontré cette chose, je l’avais subi, donnée, croisée… Je n’avais cessé de croiser cette aura froide et définitive, la course du temps n’y faisant rien. J’étais morte… Mais j’étais là… Et Lyl… Ne l’était plus. Car il était le seul à connaitre le secret de son travail… Et il était le seul à avoir été capable de ramener quelqu’un… Nous trois… En même temps… Mais il ne pouvait pas se ramener… Et aucun de nous ne le pouvait non plus… Son départ… était définitif… J’ai déglutit, et mes ongles se sont plantés dans mon cuir chevelu, je me retenais de sortir les griffes, j’allais me faire mal inutilement alors que j’étais déjà bien blessée…  Les coups, les plaies par balles… Même si tout avait été « soigné, » c’était encore là, juste en stase… En attente du prochain manque de sang pour se rouvrir… J’aurais dû être celle qui perdait la vie aujourd’hui… Je n’avais déjà plus d’existence propre, j’étais notée décédée sur les papiers administratifs, je n’existais plus aux yeux du monde… Alors pourquoi est-ce que c’était lui qui avait disparu… ?

La réponse à ma question rhétorique acheva de me mettre en colère à propos du monde entier. Il disait que détruire était un mot faible en rapport à la réalité. Que ce qu’il se passait, n’était rien d’autre que le début d’une guerre. Mais que tout cela serait nécessaire… Pour le plus grand bien, nous devions sombrer dans les ténèbres avant de retrouver la lumière que lui et d’autres allaient apparemment apporter… Il disait que ma tristesse était normale, que je devais la subir comme eux l’avait subi avant que le monde ne soit débarrassé de l’infection qui le rongeait… J’ai relâché ma chevelure, mes doigts crispés, et j’ai fini par relever la tête vers cet homme. Je respirais vite, mon sang battait contre mes tempes, ma soif aussi… Mais je me devais de ne tuer personne, pas même cet individus… Je ne pouvais pas… En revanche… Voir à quel point il se fourvoyait était incroyable… Plus naïf et stupide que je le pensais… Et le plus intéressant, c’était que je reconnaissais là le slogan des infiltrés… Ces fous qui balançaient toutes sortes d’attentats en lien avec Aerugo… Je me suis redressée totalement sur le muret, et j’ai toisé cet homme d’un regard sombre et légèrement amusé… Il me traitait de petite fille… Comme si j’étais inconsciente des horreurs… J’allais détruire ses convictions… Aujourd’hui et maintenant… C’était ce que faisait Lyl, après tout…

« Je n’ai jamais entendu discours plus stupide que maintenant… Tu viens de prouver ton ignorance sur ce monde… Et tu t’enfonces même dans la bêtise… » J’ai serré les poings, je ne devais pas m’énerver… « Tu as raison sur un point, j’ai bel et bien croisé la mort… Mais probablement pas de la manière dont tu l’entends… Devant toi se tient l’enfant de tous les silences, le chaînon manquant, l’erreur même de ce monde… » Je ricanais… C’était comme ça que je m’étais présenté à Pride, Homonculus de l’orgueil… Il ne m’avait pas cru ce jour-là… « J’ai croisé la mort oui, je l’ai donné, et je l’ai vue… Tout comme je l’ai vécue… » Je n’aimais pas son sourire suffisant… Sa confiance… J’allais l’ébranler… Pour Lyl… Parce que les ignorants étaient ceux qui conduisaient ce monde dans la folie… Et qu’il fallait que tout cesse… Même si Lyl n’était plus là… Plus là… « C’est à cause des gens comme vous, que le monde va mal… Des gens qui détruisent des civilisations sous prétexte que c’est ‘’pour le plus grand bien.’’ Vous me faites hontes… Vous pensez que la guerre est nécessaire pour la paix ? Alors vous tuez d’autres gens pour les faire réagir ? Vous pensez aider Amnestris en détruisant sa population ? Vous allez juste empirer les choses… Parce que vous êtes aussi monstrueux que le mal qui, comme vous dites, ronge le pays… »

J’ai quitté mon perchoir, et j’ai fait quelques pas dans sa direction, absolument pas inquiète quant à ses réactions possibles… « J’ai pitié de vous… Vraiment… Croire que le chaos engendrera un monde paisible… C’est de la folie… La même folie que possède les dirigeants de ce pays… Vous, les infiltrés, ne valez pas mieux qu’eux… Vous êtes juste les ignorants de ce monde… Et c’est à cause de vous… que le monde va mal… Parce qu’au lieu de le tirer vers la lumière, vous vous persuadez que l’enfoncer dans les ténèbres arrangera les choses… » Je me suis remise à pleurer, et j’ai secoué la tête en croisant le regard de l’homme. « Se battre pour un meilleur avenir… ça n’a jamais voulu dire prendre les armes et tuer des innocents… ça voulait juste dire être le changement que l’on veut voir dans le monde. Se battre contre ceux qui lui font du mal... Protéger ceux qui ne le peuvent pas... Rendre ce dernier un peu plus beau qu’il ne l’est déjà… Apporter la connaissance, la sagesse, la joie, l’espoir, soigner les maladies, l’entraide, l’amour… Mais non… Vous ce que vous apportez, c’est de la colère, de la peur, de la violence… De l’ignorance… » J’ai serré les poings… Grondant sourdement. « Ce que vous faites, ce n'est rien de plus qu'une guerre pour le pouvoir! Une honte... Et...Soyons réaliste une seconde… Si pour arranger les choses, il fallait tuer… La nature qui est mère de ce monde… aurait déjà éradiqué la race humaine… Alors cessez de vous mentir!»

C’était ce que nous avions fait toutes les trois… croire en un avenir meilleur, comme Lyl… Nous avions essayé… ramenant les chimères à notre cause, pour que vivre ne soit plus un fardeau… Faire en sorte d'aider le plus de monde et d'apporter l'espoir avec nos chansons... Mais si Lyl n’était plus là… Pouvons-nous quand même réussir à apporter un nouvel espoir à ce monde… ? Je n’en suis plus si sure…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 516
Wan-Wan Mexicain vendeur de Tacos !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Mer 4 Oct - 16:42
  • Jin-Wan Han
  • Angelica

The Death and The Angel
Se battre pour un avenir meilleur. C’était ce que croyait Jin-Wan au début. Quand il avait pris la décision de faire partie du groupe de Roskov, il avait en tête d’assouvir sa vengeance et ensuite faire en sorte pour que le monde aille mieux sans ceux qui avaient fait d’abord inutilement coulé le sang des innocents par le passé. Il était vrai qu’il y avait encore une lueur d’espoir dans le regard du xinois à cette époque. Une petite lumière qui avait maintenant disparu avec le temps. Il avait compris avec le temps que ce monde ne pouvait pas être sauvé, quoique les gens fassent pour lui. La terreur, le sang, la mort… Ils allaient indéniablement rester jusqu’à l’extinction totalement de l’humanité. La petite fille à l’aura sombre se mit en tête de lui faire voir la vérité. Cela était complétement inutile. Jin connaissait déjà cette vérité. Il ne mentait que pour une seule raison, faire croire aux autres que les choses pouvaient s’améliorer. En réalité, c’était une cause perdue. Ce n’était pas pour rien que son groupe venait pour détruire le pays de l’intérieur. Il n’avait plus rien à faire pour ces pitoyables habitants d’Amestris. Ils allaient disparaître sous peu et par la suite, un autre pays deviendrait la cible des autres et l’histoire allait se répéter.

L’enfant de tous les silences, ainsi fut la présentation de l’enfant face à notre assassin. Qu’importe son identité. Il savait déjà qu’elle était différente des autres. Devait-il prendre ses précautions ? Etait-elle dangereuse ? Fort possible. Si jamais elle tentait quelque chose, il se verrait dans l’obligation de l’éliminer afin de préserver son existence et ainsi se permettre de continuer de répandre la mort sur son passage. L’ange et la mort se faisaient maintenant face. Une ironie ou bien le destin ? L’homme en noir n’en savait rien. Si le destin l’avait mis sur son chemin, peut-être devait-il entendre ce qu’elle avait à dire avant de prendre une décision. Un choix qui pourrait être fatal pour une personne. Il se tenait prêt, la main juste à côté de sa poche de manteau pour attraper une lame afin de la faire taire à jamais. Elle osait l’insulter d’ignorant, mais que pouvait-elle bien savoir à son sujet, mis à part les brèves paroles qu’il venait de lui donner. Cette enfant ne savait rien et elle en devenait bien plus ignorante que le reste de l’humanité. Personne ne pouvait détenir la vérité et le dernier survivant du clan Han était bien placé pour le savoir. Si lui et son groupe se fourvoyait alors cette gamine n’était qu’une simple utopiste… Rêvant d’un monde qui ne pourrait jamais voir le jour. Les deux causes étaient voué à l’échec, mais l’une d’entre-elle allait perdurer avec les années, tandis que l’autre s’enfoncerait si profondément dans l’oubli que personne ne se souviendrait de son existence. Personne… Jin-Wan la laissa s’avancer avec cet air de colère sur son visage. Lui, il continuait de sourire. Si cela agaçait l’enfant ailée, alors il allait continuer. Il ne donnerait jamais la satisfaction à un habitant de ce pays d’avoir de l’emprise sur lui. Jamais… Il préférait amplement mourir que de donner cela à ces humains qui se trouvaient maintenant sur la longue liste de l’envoyé de la mort.

« Mon discours semble peut-être stupide, mais le tiens frôle l’hérésie. Ce monde sombrait déjà bien avant ta création et la mienne. Les humains sont voué à faire tomber l’humanité et personne ne pourra jamais arrêter le destin. Dis-moi, enfant de tous les silences. Pourquoi es-tu toujours ici ? Tu penses peut-être que la mort ne voulait pas de toi. Que les cieux t’ont retenue ici-bas pour changer les choses ? Grotesque. Si tu foules encore cette terre ce n’est qu’un caprice de celle qui voulait t’attirer à elle. La mort t’offre la possibilité de voir par tes propres yeux d’illuminé que ce monde va périr par la main des hommes. Qu’importe ce que tu offres, qu’importent tes paroles… Tu verras le monde se déchirer et tu ne pourras rien changer à cela. Tu penses que nos actes, nous que vous appelez infiltrés, sont ceux qui veulent voir le monde se recouvrir de ténèbres ? Idiote-ya. Nous sommes déjà dans les ténèbres. »

Le xinois se mit à rire et plissa les yeux en gardant en vue cette chose qui n’était pas totalement humaine. Elle se trompait lourdement et elle buvait ses paroles comme une pauvre âme en détresse. Elle ne voyait pas. Elle était incapable de comprendre. Si Jin-Wan était naïf ? Par tous les dieux, il ne l’était certainement pas. Cette enfant par contre… Elle était déjà dupée par les paroles qu’on pouvait lui servir sur un plateau d’argent… Comme tous les autres, elle n’arrivait pas à percer les véritables intentions de ceux qui avaient infiltré Amestris. Si les membres de son groupe pensaient pouvoir récupérer un peu de lumière, ils se fourvoyaient eux aussi. L’envoyé de la mort se doutait depuis le  début que les paroles de Roskov n’étaient qu’une façon pour lui d’attirer des fidèles à sa cause. Notre assassin avait vu clair dans son jeu, mais n’avait rien dit. Amestris ne subissait pas cela pour se faire sauver… Mais bien pour se faire exterminer pour régaler les caprices d’un homme qui avait soif de sang. Ces attentats… Ils ne visaient pas seulement les alchimistes d’état et l’armée, mais bien toute la population entière. Personne n’allait survivre, qu’importe le lourd tribu que ces terroristes allaient donner… Même leurs morts étaient au programme. Roskov ne laisserait personne s’en tirer jusqu’à ce qu’il obtienne ce qu’il voulait et il n’hésiterait pas à éliminer les hommes à ses côtés pour y parvenir. Rien n’allait s’arranger… Rien du tout.

« Tu as raison sur un point. Nous ne valons pas mieux que les dirigeants de ce pays. Tout comme eux, nous semons la mort et le chaos afin d’atteindre quelque chose. Nous nous servons des âmes crédules pour parvenir à nos fins. Ce n’est pas nouveau. Ce principe est aussi vieux que celui de l’échange équivalant de votre alchimie. Tu as pitié de nous ? Tu fais bien. Parce que tes espoirs de voir ce monde allait vers la lumière ne verra jamais le jour. Et nous sommes-là pour y veiller. Je me ferais un plaisir de détruire ce que les gens comme toi feront pour apporter l’espoir. Je dois t’avouer que j’étais comme toi. Je souhaitais tellement aider et perdurer l’espoir ainsi que la vie que j’en suis devenu aveugle. Maintenant que je suis de nouveau dans les ténèbres, aux côtés de la mort, je peux voir ce que les dieux ont créés… Les monstres. Ils existent. Ils ne sont pas des chimères, ils ne sont pas comme l’être que j’ai rencontré aujourd’hui. Ils sont humains. Ils sont comme toi, comme moi et ils sont partout. »

Son sourire ne quitta pas ses lèvres. Il se contenta de rajouter simplement d’une voix glaciale.

« Les faibles vont périr et les forts resterons pour se battre. Et toi, de quel côté es-tu gamine-ya ? »

1259 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 363
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Mer 4 Oct - 23:20



J’avais l’impression de perdre mon temps, comme avec Pride… Il ne comprenait pas… Il était gentil et amusant, mais il ne savait pas, et il ne voulait pas me croire. Et à présent… Moi-même, je n’arrivais plus à me croire. Arriverais-je à rapporter un peu d’espoir ? À transformer ce monde en quelque chose de plus beau que ce que j’ai vu jusque-là ? Je ne savais plus. Je savais que tout le monde était différent, ça aussi, je l’avais vu. Certains n’hésitez pas à mettre leur vie en danger pour des inconnus, tandis que d’autres priaient pour que la mort fauche tous les étrangers… Les mentalités étaient différentes, mais peu importe la douleur et la haine, il y avait toujours des exceptions. Lyl… Pandora… Edward… C’était des gens qui n’avaient rien demandé, ils avaient simplement poursuivi dans leur but, et ce même si le monde tentait de les écraser, ils ne s’étaient pas arrêtés. Ils avaient foi en leur capacité et en la vie elle-même…

Ban aussi, il ressemblait un peu à ça… Malgré tout ce qu’il avait subi, il avait remué le ciel et la terre dans l’espoir de retrouver Chiara. Le fait de l’avoir connu avant les horreurs de son passé n’avait pas entaché son but. Il avait décidé de la retrouver, et il était allé jusqu’au bout, peu importe qu’il soit devenu une chimère. Lui aussi, c’était quelqu’un de bien, un rayon solaire, un éclat d’Esperance. Pourtant, tous s’accordaient à dire que moi aussi, j’en étais un… Alors que j’avais semé la mort autour de moi, c’était d’ailleurs de ma faute si Lyl était partit…  Et lui, cet humain, continuait de sourire aux horreurs que j’avais proférés… Comme si ce que j’avais dit était dans la continuité des choses, quelque chose de normal. Mais en relevant la tête pour croiser son regard, j’ai compris… Il répondait avec autant d’horreur que moi, mais ce n’était pas moi qu’il essayait de convaincre… C’était lui-même… Parce qu’il avait encore mal… J’ignorais ce que le monde lui avait fait, mais son âme ne s’était pas encore faite à tout cela…

Et dieu, que je le comprenais aisément…

Il disait que mon discours frôlait l’hérésie, que ce monde sombrait dans l’obscurité bien avant qu’il n’arrive, et que personne ne pouvait changer le destin. Il avait tort. Je connaissais deux personnes qui avaient changé le destin… La première se trouvait à l’Est… Il avait prouvé que peu importe les obstacles qu’on mettait sur son chemin, il finirait par retrouver la personne qu’il aime… Et la seconde… La seconde avait prouvé que peu importe d’où l’on vient, avec de la confiance et de la volonté, on pouvait soulever des montagnes… Et broyer les frontières de la mort. C’était ce que Lyl avait fait. Il avait changé notre destin à toutes les trois, parce qu’il ne voulait plus vois d’innocents souffrir… Alors oui, il n’avait pas réussi du premier coup, mais il avait tout fait pour que nous puissions vivre de la meilleure façon qui soit, peu importe les risques. Le xinois allait me faire rire à présent, il parlait de ma raison d’être en ces lieux… Que je me croyais probablement là pour changer les choses… Non… La mort ne pouvait pas me prendre, oui, parce que quelqu’un avait fait en sorte que ce ne soit pas possible tout de suite…

Il disait que si j’étais ici, c’était probablement parce que la mort m’offrait la possibilité de voir le carnage que les hommes allaient faire sur le monde… C’était lui, l’illuminé… La mort n’était pas une personne, elle n’était pas consciente non plus… Elle n’était qu’un état, contrairement à la vérité qui est une entité étrange… Il disait ensuite que peu importe mes actes, le monde se déchirera et que je ne pourrais rien y faire… En quelque sorte, il avait raison, seule, je ne pourrais rien faire… Et sans Lyl, ça risquait d’être bien plus compliqué… Mais je n’étais pas seule… Nous ne l’étions plus… Il y avait encore pleins de gens qui croyaient en un monde meilleur… Il suffisait juste de regrouper ces personnes et de leur donner les capacités pour se battre eux aussi en ce qu’ils croient être juste. Il poursuivit alors… Disant que j’étais stupide de croire que ceux les infiltrés voulaient voir le monde se recouvrir de ténèbres, parce que nous y étions déjà… Il avait une fois de plus tort… Car sans lumière, il n’y avait pas d’obscurité, et sans obscurité, pas de lumière non plus… Il était encore plus insouciant que je ne le pensais finalement… Il n’avait vu qu’une toute petite partie du monde… Et pensait que c’était partout pareil…

Soudainement, il s’est mis à rire. Probablement pensait-il que ses paroles avaient un effet sur moi… Mais non… Il était bien moins persuasif que Sirius ou Ruby, et même eux n’étaient pas parvenus à me faire changer d’avis… Car ce ne sont pas juste des mots qu’il faut… Ce sont des actes, car ce sont les actes qui démontrent ce que nous sommes vraiment. Finalement, il a dit que j’avais raison sur le fait qu’ils ne valaient pas mieux que les dirigeants d’Amnestris… Mais que ce qu’ils faisaient été normal, puisque pareil que tous ceux qui avaient déjà pratiqués ces jeux de roi. Cependant, il disait aussi que mes espoirs étaient vains, et qu’il se ferait un plaisir de détruire tout ce que je ferais ainsi que les autres pour apporter l’espoir en ce monde… Parce qu’ils avaient vu les véritables monstres de ce monde, pas des homonculus, pas des chimères, juste des humains… Qu’ils étaient partout… Et là, avec son grand sourire, il m’a annoncé que les faibles allaient disparaitre, laissant la place au fort… Me demandant alors de quel côté je serais. Sans le savoir… Il venait de me donner la clef de son propre changement…

« En fait… Tu as peur… Tu as peur de tes semblables, et de ce que tu es capable de faire… Je le comprends… Mais encore une fois, tu es naïf… Tu penses que je ne sais pas où est l’horreur, tu me penses trop gentille parce que j’ai une tête d’enfant… La Vérité… Est la seule qui sache ce que je suis… Je suis l’enfant de tous les silences… L’abomination faite par les humains… Et je devrais les haïr… si je suivais ta folie, alors je devrais faire souffrir chaque humain au centuple pour ce qu’ils m’ont fait… Car c’est ainsi qu’ils m’ont fait… Regardes… » Dis-je d’une voix faible.

Et je me suis reculée d’un pas avant d’activer les cercles qui étaient sur mon corps… Mes ailes sont venues me recouvrir comme un cocon, et j’ai senti mon corps grandir, je me suis senti partir quelques instants aussi, le temps pour le corps de devenir deux autres personnes… D’abord Anjuu, avec ses plumes sur les épaules, ses oreilles pointues, ses griffes, et ses yeux globuleux… Puis Chiara, son visage défait, perdu dans la douleur, ses ailes tachetées et fragiles et ses griffes couvertes de sang, puis de nouveau moi, avec mes cicatrices, mes symboles, mes griffes et mes crocs. Faire ceci était suffisant pour lui faire comprendre que nous n’étions ni chimère, ni humaine, ni homonculus… Juste un mélange des trois… Une hérésie, loin de celle mentale à laquelle il me prêtait. J’étais un monstre, une créature sortie de l’imaginaire, le chaînon manquant… Utilisée pour des expériences pleine d’envie, détruites par la jalousie et l’orgueil… Je suis redevenue presque normale, gardant seulement mes ailes quelques instants avant de les faire disparaître à leur tour.

« Tu voulais voir ce que je savais des humains, le voici… » J’avais désormais une voix plus forte, plus soutenue aussi. « J’avais quatre ans lorsqu’ils m’ont acheté à mes propres parents pour faire des expériences… Je suis restée enfermée et torturée pendant deux ans… Alors je connais les effets de la cupidités humaine… » J’ai déglutis avant de reprendre. « L’adolescente que tu as vue, elle n’est même pas humaine, c’était une chouette effraie qui n’avait rien demandé, et c’est par orgueil qu’elle a été tuée, sans raison ! » J’ai repensé à Chiara alors, la pauvre… « Et Chiara, cette belle femme qui vit chaque jour de sa musique et l’apporte dans tous les pays alentours… Elle est morte parce qu’elle a aimé la mauvaise personne ! Tué par un humain jaloux et stupide qui a détruit tout d’elle ! Un monstre qui a pris plaisir à la souiller après lui avoir fait croire qu’il l’aimait pour ensuite la tuer… Tu crois qu’on ne sait pas à quel point l’homme peut être monstrueux ? Tu as tort ! Tu es même très loin du compte ! Mais ça ne veut pas dire qu’on veut lui ressembler… Non… » J’ai secoué la tête. « Parce que c’est aussi un humain qui nous a ramené… Il était prêt à tout pour nous offrir la vie que nous méritions selon lui… Et quand je dis prêt à tout… Il est allé jusqu’à mettre en déroute Aerugo en étant seul. SEUL ! Est-ce que l’un d’entre vous, un de vous, hommes si puissant dans cette guerre, est capable de le faire pour sauver quelqu’un ? Non… Parce que vous vous complaisez dans l’horreur. Vous préférez la facilité… C’est ce que vous faites… Détruire, parce que c’est plus simple que de protéger… »

Sans m’en rendre compte, je me suis mise à pleurer en repensant à tout ce qu’avait fait Lyl pour nous, et j’ai poursuivis ma tirade.

« Il est mort aujourd’hui… Pour nous garder cachée… Tué par Aerugo pendant que nous combattions les homonculus qui essaient de détruire, comme vous, ce pays… Mais même mort, je veux garder espoir… Parce qu’en étant seul, il a détruit la frontière entre la vie et la mort pour nous, il a sauvé tout un tas de personne qu’il ne connaissait pas, ni pour la gloire ou la fortune, juste parce que c’était la chose à faire selon lui… Alors les humains m’ont peut-être rendue monstrueuse de corps, mais c’est Lyl qui a forgé mon âme … Notre âme… Et je sais qu’il n’est pas le seul à penser comme ça… C’est pourquoi vous ignorez encore qui sont les faibles dans ce que vous dites… Mais ce ne sont pas les gens qui meurent… C’est vous… Vous qui êtes trop faibles pour vous battre réellement… Vous préférez vous enliser dans la haine et l’horreur plutôt que de vous battre pour ce en quoi vous croyez réellement… » J’ai essuyé mes larmes d’un geste vif avant de planter mon regard dans celui de l’adulte xinois. « Alors je ne changerais pas d’avis. Vous qui détruisez tout sans raison, vous êtes faibles… Et si un seul homme peut défaire toute une prison d’Aerugo, berner les alchimistes d’états et sauver les chimères de Briggs, avec pour seule force l’espoir… Alors je sais que vous allez perdre… J’ai confiance en l’avenir… Et je sais quel camp choisir… Maintenant c’est à vous de voir si vous voulez mourir désespérés et fous, ou vivre avec le regard tourné vers l’avenir… »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 516
Wan-Wan Mexicain vendeur de Tacos !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Mar 7 Nov - 21:41
  • Jin-Wan Han
  • Angelica

The Death and The Angel
Avoir peur… Voilà une expression que Jin n’entendait pas si souvent. Dans son enfance, son clan, lui avait appris à ne plus ressentir ce sentiment. On lui avait sans cesse répété que la peur était son pire ennemi. Un adversaire redoutable qui embrumait l’esprit. Le xinois avait appris à faire disparaître la peur de son être. Les seules choses qu’il avait le droit de garder, c’était son envie de tuer et sa loyauté envers son clan. Pendant des années, sa fidélité avait été sans faille, malgré les doutes qui assombrissait son cœur et son jugement. Finalement, le dernier fils de la banche principale des Han s’était posé trop de questions. Prendre des vies humaines n’était pas la chose que le jeune homme souhaitait. Bien au contraire… Il souhaitait sauver des gens, non les condamner. Un rêve bien trop hors d’atteinte.

Avoir de l’espoir. Pendant longtemps notre xinois avait gardé espoir de voir son avenir s’améliorer. Il avait fuis sont pays, se faisant passer pour mort, avec l’aide de son grand-père, se libérant ainsi de l’emprise de son clan. L’espérance d’une vie meilleure, loin des morts et des assassinats. Trop bête pour voir la réalité du monde, hélas. Jamais, il ne pourrait se détourner de son destin. La mort avait pris une trop grande place dans son existence, le consumant, lui et son entourage. Tant de cadavres, que cela soit de sa main ou non.

Cet enfant face à lui. Celle de tous les silences. Avait-elle touchée une corde sensible en lui parlant de sa peur ? Allez savoir. Toujours en arborant un sourire, il écouta de nouveau les paroles de cette chimère. Une abomination ? Allons bon. Voilà encore un point commun entre ces deux-là. Ils avaient été façonnés par l’homme pour servir une cause malsaine. La mort guidant chacun de leurs pas. Ils devraient haïr l’humanité,  mais dans le fond, ils en étaient incapables. Même après avoir rejoint le groupes de Nikolaï Roskov, Jin avait sauvé de nombreuses personnes alors qu’il était censé mettre fin à leurs existences. Il avait même reprit un rôle de docteur, aidant la population de Central, alors qu’il devait les exterminer tous un jour. Un paradoxe dans son envie de vengeance. Il se raccrochait encore à ses rêves alors qu’il semait la mort dans la noirceur de la nuit noire.

L’enfant termina sa phrase avant de lui montrer ce qu’elle était en réalité. Une jeune fille plus âgée puis une femme au regard vide et les mains ensanglantées. Jin-Wan sentit son sourire disparaître pendant quelques secondes et son regard grisâtre se plisser, observant en silence les différentes formes qu’elle arborait. L’espace d’un instant, il cligna des paupières et son regard fixa par la suite, intensément l’enfant, dont les ailes venaient de disparaître.

« La cupidité humaine, dis-tu ? J’ai connu ça par le passé et c’est même peut-être le cas, encore maintenant. Mon clan comptait sur sa progéniture pour assassiner ses ennemis et acquérir plus de pouvoir. Cela n’est guère différent des terroristes qui sévissent dans ton pays. Certains sont animés par la vengeance, d’autres par avarice.  »  

L’homme en noir prit une courte pause pour prendre une longue inspiration avant de baisser le regard vers le sol quelques secondes, avant de croiser de nouveau son regard. La sincérité pouvait se lire dans ses yeux.

« Je regrette de ne pas t’avoir connu plus tôt. J’aurais pu t’éviter cela si nos chemins s’étaient croisés plus tôt. Ton histoire est émouvante. Toi et les deux autres qui vivent en toi, vous ne méritez pas votre sort. Vous êtes que des victimes.  »

Il réfléchit aux autres paroles de l’enfant. Parler d’Aerugo lui fit comprendre que tout était lié. Il ne fallait pas être idiot pour savoir que le pays voisin était à l’origine de sa création en tant que chimère. Depuis bien longtemps, une certaine famille influente menait des expériences pour le compte du groupe de Nikolaï. Ils avaient même des partisans venant du pays de l’alchimie même pour améliorer les nouvelles créations. Le xinois décida de s’avancer vers la jeune fille et plissa davantage son regard avant de tendre une main vers le visage en larme de cette chimère particulière.

« Tu as peut-être raison. Nous allons perdre. Sur le long terme, nous serons anéantit par les idéalistes qui servent la paix et la justice. Toutefois, avant de disparaître… Nous remporterons bien des batailles. Beaucoup d’humains mourront pour notre cause ou pour celle de l’ennemi, mais ceux qui sont responsable de nos tourments vont périr avant nous. Je peux te le garantir.  »

L’homme effleura la joue humide de l’enfant avant de la remonter vers le haut de sa tête pour se poser dessus.

« Je suis faible. J’ose l’avouer. Ma vengeance… Cette noirceur qui remplit mon cœur, je ne suis incapable de la contrôler. Nous nous ressemblons beaucoup sur certains points. Nous avons connus des horreurs qui ont fait de nous des tueurs, des monstres. Seulement, tu as eu la chance d’avoir quelqu’un pour te garder sur le droit chemin… La seule personne qui m’a tendue la main… Elle m’a aussi été arrachée par ceux qui gouvernent ce pays. Mon monde, mon espoir et ma lumière… Plus rien n’existe. J’ai cédé à mes ténèbres parce que contrairement à toi, je n’ai plus rien. Ton sauveur est peut-être mort, mais il te reste certainement des personnes capables de contenir tes envies de vengeance.  »

L’infiltré dans le pays de l’alchimie fit encore une pause dans ses paroles avant de se reculer d’un pas en arrière, laissant sa main retomber lourdement contre son corps.

« Tu as de la chance dans ton malheur. Gardes à l’esprit que ta lumière ne doit jamais s’éteindre. Ne fais pas honte à ton sauveur qui a sacrifié bien des choses pour toi. Ton ambition de ramener la paix est peut-être une hérésie, mais au moins tu vivras… Plus longtemps que n’importe qui. Tu me demandais si une personne dans mon groupe, pourrait être capable de faire l’impossible pour sauver une personne…. Il fut un temps, où j’aurais donné jusqu’à mon âme pour protéger une personne proche. Ma frangine-ya… Elle aussi était mon pilier. J’ai traversé le désert, affronté ma famille dans l’espoir de l’arracher à notre clan… Hélas, elle n’est plus. Je suis arrivé trop tard pour elle aussi. Alors, oui… Si je le pouvais, je ferai exactement les mêmes choix que ton sauveur, quitte à sacrifier ma vie pour protéger une âme pure…. Mais il est trop tard maintenant pour moi.  »  

Sa voix était toujours calme et sereine. Son sourire avait été remplacé par un air sérieux. Repenser à toutes ces choses... Son passé, la tuerie de sa famille. Plus rien ne le retenait dans la lumière et peut-être même qu'il était dans les ténèbres depuis sa naissance. Il était un Han après tout. Devait-il envier cette enfant d'être aussi bénie ? Même si elle avait connu des horreurs et perdu des êtres chers, elle continuait de se battre pour la lumière. Elle n'était pas seulement une chimère exceptionnelle, mais dotée d'une âme si pure et d'une volonté d'acier, espérant le retour d'un monde sans ombre. Si jeune, mais portant l'espoir et brandissant l’étendard du courage. Si jeune, mais elle portait déjà un lourd fardeau sur ses épaules.

1291 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 363
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Jeu 9 Nov - 19:52



Peu importe la douleur qui m’habitait, je savais que cette dernière emplissait le monde, comme une entité propre, et tentait de s’approprier toutes les âmes qu’elle croisait pour les transformer à leur tour. Diverses religions partaient loin, parlant de démons, de créatures des enfers, d’ange déchus, de dieux colériques… Pourtant, je savais que le pire être en ce monde, n’était autre que l’humain éprit par la souffrance, la colère, et la peine. Plus ces émotions grandissaient, et plus sa conscience morale s’affaiblissait, nourrie par l’envie et la douleur de voir les autres moins souffrant que soi-même. Pourtant, la souffrance pouvait se partager, s’amoindrir, disparaitre, car certaines émotions, celles qui pourtant, étaient à l’origines des mauvaises, pouvaient les atteindre et les enfermer à nouveau. C’était un constat, la tristesse pouvait être balayée par l’amour. La colère se muait en tristesse, puis en joie… Tout était modifiable à condition de le vouloir.

C’est pourquoi ces humains, persuadés qu’il faille d’abord détruire le monde pour en refaire un meilleur sont stupides. On ne fait pas du bon avec du mauvais… On ne peut pas reconstruire sur des bases saines lorsque le sang et la ruine ont balayées toutes racines miraculeuses. Cependant, il y a quelque chose de très important à connaitre chez l’être humain. Il possède une émotion très rare qui, peu importe la période, qu’elle soit lumineuse ou funeste, fleurit avec passion. Ça s’appelle l’espoir, et même si on le fait taire avec des explosions, du sang, de la douleur et la mort, cette émotion ne peut s’éteindre une fois ressentie. Car elle est étroitement liée à la vie. Et tant qu’on vit, l’espoir est à l’honneur. C’est ce que m’avait fait comprendre Lyl à plusieurs reprises. Même s’il n’avait jamais rien dit, qu’il avait toujours souffert en silence, me demandant de jouer du violon, il avait montré la force de son espoir. Aucun militaire parmi ceux que je connaissais, aucune chimère, aucun humain… n’avait pu aller aussi loin que lui.

Lui qui avait espoir… Espoir en l’humanité, en ce monde, en la vie, en l’amour… Il me l’avait transmis, je le savais, car même si j’avais envie de pleurer, que je le faisais à outrance depuis qu’il n’était plus, je savais que je devais poursuivre, pour lui, pour nous, pour notre monde. Notre monde que j’aimais toujours malgré la douleur qu’il me causait. J’aurais dû haïr ces humains, vouloir leur tête épinglée sur des tranchées, leur sang rependu tout autour de la ville, et pourtant, je les aimais tous. Je voulais les voir sourire, les entendre rire et chanter, je voulais les voir heureux, parce que la vie était merveilleuse. Mais surtout, je savais qu’ils étaient comme moi. Lorsqu’on a mal, on veut que celui d’en face souffre autant, parce qu’on n’ose pas partager sa propre peine… Mais lorsqu’on sait que celui d’en face souffre, alors on s’associe, on s’entraide, on se relève… On s’élève… Et on se bat ensemble pour un monde meilleur. Je le sais, parce que c’est ce que Lyl faisait, il montrait aux autres qu’il était comme eux, et que le seul moyen de réussir à être heureux, c’était d’être ensemble jusqu’à la fin.

Mes propos avaient été entendus. Plus encore, je savais, au sourire disparu du xinois, qu’ils avaient été compris. Il plissa les yeux, semblant réfléchir à ce que je venais de dire comme si je l’avais giflé de toutes mes forces. J’en aurais presque étiré un, de sourire, si la situation s’y prêtait, mais non. Dans tous les cas, je savais d’ors et déjà que je venais de remporter un combat contre sa peur et son désespoir. Il prit alors la parole à son tour, disant qu’il avait connu la cupidité humaine, que c’était d’ailleurs toujours le cas… Il parla de son clan, l’ayant formé pour détruire leurs ennemis, et je comprenais par là qu’ils étaient autrefois nobles. Il compara d’ailleurs son clan passé aux terrorises dont il faisait définitivement parti malgré sa tentative de le cacher à nouveau. À moins que ce ne soit un moyen pour lui de se détacher d’eux légèrement. Si c’était le cas, alors il y avait une faille à exploiter. Certes, je pensais comme eux d’une certaine manière, rallier les gens à ma cause par tous les moyens… Mais moi, je ne le faisais pas pour détruire le monde et prendre le pouvoir, je le faisais pour sauver les gens qui y vivaient, sauver la nature et la vie.

Soudain, il planta son regard sombre dans le mien, et les paroles qui suivirent furent pleine de sincérité… Une sincérité presque étrange d’ailleurs, parce qu’il semblait triste… Presque… repentant sans avoir à l’être. Il disait regretter de ne pas m’avoir connu plus tôt… Que mon histoire était émouvante, que nous ne méritions pas ce qui nous était arrivé, que nous n’étions que des victimes… Oui, nous étions des victimes, mais tous les êtres vivants l’étaient, de leurs propres erreurs… Car il y avait un fait que j’avais remarqué depuis longtemps, quelque chose que je trouvais horrible mais pourtant, qui avait lieu partout, peu importe la culture… Lorsqu’une âme brille plus que les autres, comme un petit soleil, les autres tentent de la faire s’éteindre, et ce, par tous les moyens… Au lieu d’essayer de l’égaler et de se faire bercer par la lumière, ils veulent la détruire… Et finalement, les homonculus ne sont que la représentation des mauvais côtés des humains par ce fait…

Soudainement, il a tendu la main vers moi. Je n’ai pas eu le réflexe de reculer alors qu’il la posait sur ma joue, disant que j’avais peut-être raison. Qu’ils allaient perdre sur le long terme, mais qu’avant cela, ils emporteraient bons nombres de vies, y compris celles de ceux qui sont responsables de leur tourments… Il semblait vouloir en faire la promesse, pourtant, il ne comprenait toujours pas. Il posa sa main sur le haut de ma tête avant de reprendre la parole, disant qu’il était faible mais qu’il l’avouait enfin. Qu’il était incapable de contrôler sa vengeance, sa noirceur. Que nous nous ressemblions beaucoup, que nous avions tous deux connus des horreurs… Mais que j’avais eus la chance de croiser quelqu’un pour me garder sur le droit chemin… Ses paroles lui étaient similaire finalement… Mais il n’avait pas encore compris… Il disait que la seule personne qui lui avait tendu la main lui avait été arrachée, et qu’à présent, plus rien n’existait de lumineux à ses yeux. Qu’il avait cédé à ses ténèbres car contrairement à moi, il n’avait plus rien pour le retenir… Qu’heureusement, j’avais probablement des personnes capables de contenir mes envies de vengeances…

Il se trompait finalement sur toute la ligne…

Il se recula alors, relâchant la pression sur ma tête d’une main qui retourna contre son flanc, alors qu’il m’annonçait que j’avais de la chance dans mon malheur. Si mes larmes ne s’étaient pas encore tarit, elles étaient désormais pour lui. Il me disait de ne pas faire honte à mon sauveur, que mon ambition de ramener la paix était peut-être une folie, mais qu’elle me garderait longtemps en vie. Il m’avoua alors qu’il fut un temps, il avait été comme Lyl, pour sa sœur, mais elle n’était désormais plus. Qu’il était arrivé trop tard pour elle, et qu’à présent, s’il le pouvait, il ferait les mêmes choix que mon ancien sauveur… Mais qu’il était trop tard pour lui aussi… Idiot… Je voyais désormais toute la vérité dans ses yeux, il n’avait juste jamais pu porter son deuil, il se laissait tout simplement écrasé depuis le début, comme ces soleils dont on tente de couvrir la lumière par tous les moyens. J’ai secoué lentement la tête avant de déployer de nouveau mes ailes dans un craquement sonore. Je me suis alors élevée dans les airs pour être à la hauteur du xinois…

Et je suis venue l’étreindre avec tout l’amour dont j’étais capable.

Je l’ai serré contre moi, une main autour de ses épaules, et l’autre sur la chevelure brune. J’avais beau être plus jeune, cette impression d’avoir compris plus de chose que lui sur ce monde était toujours aussi forte. J’avais grandis plus vite que n’importe qui en étant dans cet entrepôt, pourtant, si mes mots étaient enfantins, leur fond était violent, glacial, véridique… Meurtris aussi…

« Je suis désolée… Pour ta sœur ainsi que cette autre personne… Mais je dois t’annoncer quelque chose… Ceux qui vous tourmentent, comme tu dis… Ne sont pas ici… Ils sont en vous et moi… Il ne tient qu’à nous d’agir en conséquence… Et en te laissant sombrer comme tu dis… Alors tu salis leur mémoire… » Je me suis légèrement reculée de lui, pour pouvoir faire face à son visage et le prendre en coupe entre mes mains. « Pour autant, tu te trompes… » Je lui ai offert un sourire brillant à cause de mes larmes précédentes, avant de venir embrasser son front avec tendresse. Je ne le connaissais presque pas, pourtant, je savais que ce n’était que notre première rencontre, et qu’elle ne serait pas la dernière. « Lyl… disait que c’était moi, sa lumière… Mais la vérité… C’est que nous sommes tous notre propre lumière… Tu n’es pas seul, Tant que tu aimeras ces personnes, même si elles ne sont plus, tu brilleras… Car il n’est jamais trop tard… Pour personne… »

J’ai alors de nouveau souris, en relevant son visage vers le mien. « Nous sommes ceux que nous voulons être… Et il ne tient qu’à toi de te battre pour ce en quoi tu crois… Même si ça semble irréalisable… » J’ai caressé une dernière fois son visage avant de me reculer de quelques battements d’ailes. « Tu n’es pas seul… Et tu ne l’as jamais été… Mais pour le voir… Il te faudrait ouvrir les yeux de nouveau… » J’ai gardé mon sourire, pourtant, je me sentais de plus en plus faible. Si les blessures faites lors du festival avaient été recousues par Alois, je n’avais bu que quelques gorgées de sang pour me remettre vite fait, et à présent, je sentais l’épuisement me revenir dessus avec la force d’un démon. Mais je devais rester forte, pour Lyl… Et pour cet homme qui me faisait face… Ce soleil qui brillait encore faiblement, en attente de quelqu’un pour le raviver…

hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 516
Wan-Wan Mexicain vendeur de Tacos !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Ven 17 Nov - 0:19
  • Jin-Wan Han
  • Angelica

The Death and The Angel
La réalité de ce monde. Rien n’était comme on voulait l’imaginer. Un univers de paix, sans guerre, sans de sang versé et surtout sans perdre un être cher. Une réalité qui était impossible à concrétiser, même avec la meilleure volonté du monde. Pourtant l’imaginer n’était pas si difficile. Tout semblait hors de portée et l’humanité ne formait qu’un groupe de moutons pour suivre des leaders nés, mais pas toujours avec de bonnes intentions. Jin en faisait l’expérience depuis sa tendre enfance. Tout d’abord avec sa famille, cherchant à éliminer les héritiers du trône, afin de se rapprocher de l’empereur. Puis avec le groupe dirigé par Nikolaï, menait avec une main de fer pour assouvir une vengeance contre le pays de l’alchimie. Ayant bu la moindre de ses paroles, notre Xinois avait pris le risque de repasser dans les ténèbres une fois pour toute pour obtenir ce qu’il voulait. Par égoïsme, peut-être. Toutefois, on ne pouvait pas changer la vraie nature d’un homme.

Cette enfant se trouvant devant lui, avait toutes les raisons du monde de vouloir détruire l’humanité et de se venger des humains qui l’avait rendu ainsi, pourtant, ce n’était pas le cas. Cette drôle de chimère ne cherchait qu’un moyen de ramener la paix dans le monde. Une ambition bien trop grande pour de si petites épaules. L’homme aux yeux anthracite ne mentait pas sur ses paroles. Il regrettait amèrement de ne pas l’avoir connu plus tôt pour lui éviter ce malheur qui s’était abattu sur elle et les deux autres femmes. La mort était joueuse, mais parfois ses victimes ne méritaient pas de finir entre ses mains. Fallait-il voir une lueur d’espoir dans cette faveur accordée par le dieu de la mort elle-même ? Etait-elle une sorte d’élue ou d’émissaire pour ramener la lumière dans un monde englouti par les ténèbres. Jin semblait perplexe, mais dans un sens, il avait envie d’y croire, malgré ses paroles qui laissaient penser le contraire.

Un espoir peut-être retrouvé en la personne de cette enfant. Malheureusement, notre ancien membre du clan Han ne pouvait plus faire marche arrière. Il avait donné son engagement auprès de Roskov et il n’était pas un homme à briser ses promesses et ses serments. Quoiqu’il puisse arriver, il irait jusqu’au bout de cette voie qu’il avait emprunté, n’ayant pas d’autres chemins s’offrant à lui pour le moment. Malgré tout, il pensait de plus en plus à tenter de convaincre son chef que ces attaques n’étaient peut-être pas la solution pour mettre à terme la folie des militaires et des alchimistes d’Etat d’Amestris. Beaucoup de sang avait déjà coulé durant ces dernières années, mais Nikolaï répétait sans cesse que ce sang continuerait de couler avec ou sans l’intervention du groupe.

Jin-Wan s’était avancé vers la jeune fille pour poser sa main sur sa joue afin de recueillir les larmes qui s’écoulaient doucement sur sa peau. Elle venait de perdre quelqu’un et il pouvait amplement comprendre sa tristesse. Lui aussi avait perdu de nombreuses personnes au cours de sa petite et misérable existence. Il avait même pris la vie de son clan pour clamer la rage dormant en lui depuis qu’il avait quitté Xing. Contrairement à elle, il avait cédé l’intégralité de son être et de son âme aux ténèbres. Sombrant de plus en plus, sans jamais pouvoir revoir la lumière d’espoir qui l’avait jadis animé. Pourtant, il semblait se raccrocher à ses stupides rêves… Devenant une fois de plus médecin pour soigner des hommes et des femmes, qui trouveront certainement la mort peu de temps après de sa main. Une ironie ou simplement un rappel à l’ordre pour lui rappeler ce qu’il était devenu et pourquoi il se trouvait dans ce pays ?

Après avoir déposé sa main sur le haut de la tête de l’enfant, compatissant presque à son malheur, mais cherchant à la rassurer, il se recula. Notre homme réfléchissait à ses actes. Une prise de conscience soudaine et inattendue. Il venait même à se demander comment les choses auraient pu se passer si Jin avait fait d’autres choix. Peut-être que sa vision du monde et de l’humanité ne serait pas la même… Peut-être qu’il œuvrait pour ramener le bien sans user de méthodes, disons moins radicales. Pourtant, ce qu’il avait fait, tout ce qu’il avait accompli jusque-là, ne pouvait être changé. Il était trop tard pour réparer ce qui avait été détruit par ses mains et surtout, il ne pouvait plus reculer. Allait jusqu’au bout sans éprouver de remords, quitte à trouver la mort sur le champ de bataille. C’était peut-être la seule voie possible pour en finir avec cette part d’ombre en lui.

Alors qu’il s’était perdu une nouvelle fois dans ses pensées, il ne fit pas attention à la jeune demoiselle en face de lui. Il ne remarqua pas qu’elle venait de prendre un peu de hauteur en usa de ses ailes. Il ne s’en rendit compte qu’une fois que cette dernière fut à quelques centimètres de lui et parvient sans souci à l’enlacer dans ses petits bras d’enfant, avec de nouvelles larmes sur ses joues. Il était surpris par son geste et cela se vit sur son visage. Ses yeux étaient maintenant écarquillés de surprises et l’étonnement pouvait aisément se voir sur les traits de son visage. Cet acte de bonté, de réconfort à son égard… Appelez cela comme vous le voulait… Cela faisait bien longtemps qu’une personne n’avait osé le toucher ainsi, ni même pleurer sur sa personne. Un acte d’une extrême bonté, venant d’une âme pure et scintillante dans la nuit noire, qui avait le don de lui réchauffer son âme d'égaré. Il pouvait la voir…. Cette aura autour de cette enfant qui n’était maintenant plus humaine. Les mains de la jeune demoiselle lui attrapèrent le visage pour le forcer doucement à la regarder, sans pouvoir détourner le regard. Ce qu’il fit sans un mot. Plongeant ses iris grisâtres dans les yeux émeraude de son interlocutrice. Finalement, elle se recula en battant des ailes et Jin prit de nouveau la parole pour confirmer ses dires.

« Cet homme… ce Lyl n’avait pas tort. Je peux la voir… Cette aura qui t’entoure. Elle est aussi lumineuse que la lumière d’une étoile dans la nuit. Je te remercie pour tes paroles, sache que je ne suis peut-être pas le meilleur des hommes en ce monde, mais j’ai beaucoup de respect envers ceux qui le méritent. Je comprends parfaitement tes mots, mais je suis engagé dans un serment que je ne peux briser. Je n’ai qu’une parole et m’en défaire, signifie ma mort. »

Il fit une courte pause avant soupirer et de lever la tête. Il repensait alors aux précédentes paroles de la chimère, concernant la mémoire des défunts. Il était déjà trop tard pour s’en excuser. Même son défunt grand-père aurait tenu le même discours que cette enfant. Beaucoup de sagesse dans un si petit corps. Elle portait, décidément, beaucoup trop de poids sur ses frêles épaules. Si jeune, mais elle résonnait déjà comme un sage. Finalement, son visage se dirigea de nouveau vers la petite fille et il plissa les yeux avant de se détourner.

« Je dois malheureusement partir. Il ne serait pas bon de me voir en ta compagnie. Je ne crains que les autres membres de mon groupe ne soient pas aussi bons que moi. Je dois par ailleurs retrouver un être que j’ai pu rencontrer pendant votre festival. Un être dangereux, mais qui semble ne pas appartenir à la race des chimères. »  

Il fit quelques pas en direction de la sortie de la ruelle, mais se stoppa soudainement pour lui faire de nouveau face. En réalité, on pouvait remarquer que son visage s'était nettement adoucit. Plus rien avoir avec l'homme arrivé quelques minutes plus tôt dans la ruelle sombre. Il semblait quelque peu apaisé d'avoir pu rencontrer une personne capable de le faire douter de ses ambitions et de son point de vue. En effet, l'homme doutait depuis un long moment sur ses agissements, mais cette fois, il en avait la certitude... Ce n'était pas ce que les défunts auraient voulu comme avenir pour le Xinois.

« Jin-Wan Han. C’est ainsi que je me nomme. Je suis également docteur avant d'être ce que je suis. Si un jour, tu as besoin d'aide, tu pourra me trouver, j'en suis certain.»

Il fit une courte pause dans ses paroles. Dire son identité sans mentir pour une fois, c'était une chose rare et dans un sens, il lui était reconnaissant d'avoir pris le temps d'avoir discuté avec un humain tel que lui

« Et toi, enfant de tous les silences, quel est ton nom ? »  

1516 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 363
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya] Ven 17 Nov - 15:50



Le soleil quasi éteint qui se trouvait face à moi était des plus surpris. Perdu dans ses pensées, je l’avais senti se tendre entre mes bras. Il ne devait pas être habitué à ce genre de contact, pourtant, et je le savais, une étreinte était quelque chose de merveilleux. Capable de soutenir les plus courageux d’entre nous, et les plus épuisés moralement aussi. Il avait les yeux gris… Comme des perles… Mais s’ils étaient ternis au début de notre conversation, j’y voyais désormais le même éclat que dans les prunelles des chimères qui avaient suivi Lyl… Cet éclat qui disait que peut-être que finalement, il pouvait encore se relever. Peut-être qu’il pouvait encore un peu lutter contre l’obscurité qui tentait de l’engloutir… J’ignorais comment je faisais, mais je savais que j’y arrivais toujours, à raviver cet éclat… Comme Lyl… Même si ce dernier n’était plus… J’étais sa fille, en quelque sorte… Je crois… De nouvelles larmes ont jaillit de mes yeux pour dévaler mes joues… Je portais son fardeau à présent… Nous étions ses héritières… Les guides de l’agence…

L’espoir pour ceux qui n’en ont plus…

Si un jour vous rencontrez une situation étrange et compliqué, que vos solutions vous apparaissent vaine, ou que votre cœur fragile se meurt… Venez nous trouvez… Car nous feront tous pour vous aider. C’était presque devenu une devise pour nous. Nous l’avions suivi à la lettre, même après le coma de Lyl… Et… Nous nous engagions à faire de même maintenant, même s’il n’était plus là. Pour honorer ses vœux envers le monde et ses merveilles. C’était une promesse que nous avions tous fait… Alois, Flint, Justin, Kira, Ban, Chiara, Anjuu et moi-même… Le monde pouvait encore être sauvé, et nous ferions tout pour qu’il soit meilleur que celui que nous entrevoyons aujourd’hui. Nous avions confiance en cette future utopie. Il ne tenait qu’à nous de faire de ce rêve une réalité. La preuve avec Chiara… Au début de l’année, elle était persuadée que son âme sœur n’était plus, qu’elle l’avait perdu par une faute de son passé… Et le rêve qui lui semblait inaccessible, était devenu réalité… Elle ne l’avait pas reconnu de suite, mais il s’était avéré bien présent… Son renard… Un coup du sort très amusant à mes yeux…

Le monde nous récompensait chaque fois que nous retrouvions l’espoir. Je n’avais aucun doute dessus… Et Lyl le disait aussi. Je clignais des yeux cependant à la reprise de parole du xinois qui me laissa pantoise… Il disait que Lyl n’avait pas tort, qu’il pouvait lui aussi la voir… J’allais lui demander quoi mais il me répondit avant… Une aura ? Est-ce qu’il me comparait à une étoile ? Il me remerciait à présent, disant qu’il n’était pas le meilleur des hommes en ce monde, mais qu’il avait beaucoup de respect pour ceux qui le méritent… Mon regard dériva sur le sien de nouveau… Il semblait à tout prix vouloir être au plus bas… Alors que ce qu’il venait de dire prouvait que ce n’était pas le cas… Il manquait de respect pour lui-même… La base pourtant… Il disait à présent qu’il comprenait parfaitement mes mots, mais qu’il s’était engagé dans un serment inviolable… Qu’il n’avait qu’une seule parole, car la rompre signifiait la mort… Idiot… La mort était déjà là, à ses portes, menaçante à la moindre preuve d’humanité… Preuve qu’il avait déjà montrée, heureusement que ses supérieurs ne l’avaient pas encore vu…

Cruel destin que le sien… Il fit une pause dans son discours avant de pousser un soupir lourd et de lever la tête… Je le sentais en détresse… J’espérais simplement qu’il ferait son choix en toute connaissance de cause et resterait en vie… Quitte à m’en assurer… Je clignais des yeux de surprise à l’annonce de son départ, tandis qu’il détournait la tête… Ce n’éait pas bon de le voir en ma compagnie… Que les autres membres de son groupe n’étaient pas aussi bon que lui… je n’avais aucune difficulté à l’imaginer… Sirius… Ses yeux turquoises sont gravés dans ma mémoire… Si semblable et pourtant si différent de Lyl… Ils auraient pu être des jumeaux si Lyl ne descendait pas de cet éminent alchimiste qu’il avait fui… La cruauté portait de nombreux visages… Et j’en connaissais déjà quelques-uns… Il parla de sa rencontre avec un être dangereux lors du festival… Pride… Il avait compris qu’il ne faisait pas partis des chimères… Mais il ne semblait pas encore savoir à quoi s’attendre… Si Pride pouvait être un amour… Il était encore bien trop obéissant auprès de son maitre… Et cela le rendait bien dangereux pour notre cause qu’il ne comprenait pas encore…

Je vis le xinois s’éloigner de quelques pas avant de faire volte-face. Son visage était… doux… Presque lumineux… Il se présenta alors… Jin-Wan Han… Annonçant qu’il était aussi médecin avant d’être ce qu’il était devenu… Et que si un jour j’avais besoin d’aide, je n’aurais qu’à le trouver… Une nouvelle larme à rouler sur ma joue, non pas pour Lyl, mais pour lui… Jin… Il reprit alors mon titre, et fini par me demander mon nom… Je pouvais sans hésiter me présenter, même si je n’existais plus dans les dossiers, je n’avais aucune crainte de dévoiler ce dernier… En revanche, si j’hésitais à le prévenir pour l’homonculus, quelques secondes plus tôt, à présent, je n’hésitais plus… Je ne pouvais pas rester là à rien faire alors qu’il était en danger… Un des rares soleils encore brillant de ce monde et capable d’agir… Je me reposais sur le muret quelques instants, bien que toujours debout, j’étais fatiguée de battre ces dernières, et en manque de sang. Il serait dommage que je le tue par soif… Je ne le voulais pas… Alors, désormais sur mon muret, je lui ai répondu…

« Angelica… Enchantée… Jin… » Je lui ai offert le sourire le plus doux que je possédais, avant de reprendre. « L’orgueil… S’il est le plus facile à charmer… Il est aussi le plus dangereux… Seule la lumière pourra l’atteindre… » J’avais l’impression de parler en métaphore… mais je ne pouvais pas en dire plus, j’étais probablement surveillée… Après les évènements de ce jour, je ne doutais pas de sa future colère… Mais j’y ferais face plus tard… Pour le moment, j’avais besoin d’une pause… Pour enterrer Lyl… Et me recentrer… Mais je ne voulais cependant pas abandonner l’homme aux yeux perlés. « Quant au besoin… Je serais là aussi… Alors n’hésites pas… » Oui… C’était une promesse, même si elle n’était pas concrètement formulée… J’ai levé la main vers mon épaule, et j’ai tiré pour arracher l’une de mes plumes… Elles étaient toutes très blanches, avec le duvet du bas légèrement argenté… Là, j’ai attendu une très légère brise pour la laisser voleter jusqu’à lui. « Pour qu’elle te porte chance… » Ai-je finalement annoncée…

« Ne laisses plus personne éteindre ta lumière, Jin-Wan Han… Les soleils doivent briller haut dans le ciel… Ne laisse pas l’obscurité de leur violence te tirer vers le bas… Tu vaux cent fois mieux qu’eux… ne l’oublie jamais… Ta lumière est importante pour ce monde… Ne la cache plus… Laisse là t’envahir… Comme l’amour… Comme l’espoir… Et plus rien ne pourra alors t’arrêter…Car si je suis une étoile, je sais de qui je tiens… Vous… Soleils qui brillaient en ce monde si beau… » J’avais emprunté son xinois à Chiara… Elle qui maitrisait tant de langue, elle nous l’avait enseigné lorsque nous étions en cellule pour tronquer le temps… Même si mon accent était enfantin et bizarre, je savais le parler… Enfin… je n’avais jamais testé avec quelqu’un le parlant… Mais j’espérais m’être faite comprendre…Je l’ai salué d’une main, avant de me reculer un peu sur le muret… Il se faisait tard… Je devais rentrer… Je devais dormir… Quelques temps du moins… Mais j’espérais qu’à mon éveil, je pourrais le retrouver…

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

The Death and The Angel [PV Angelica-ya]

MessageSujet: Re: The Death and The Angel [PV Angelica-ya]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz
» Blaue Angel
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: CENTRE VILLE-