RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

avatar
Messages : 131
The burglar thousand faces
Who am i !

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans) Ven 25 Aoû - 9:35
Depuis sa libération et quatre jours de train pour se reposer, le brun ne pouvait plus rester inactif, il avait commencé les cours de combats avec son majordome et partenaire pour certains cambriolages dés le lendemain au désespoir de ses parents qui voulaient qu'il se repose. Puis le soir, il avait rencontré ce jeune homme, qu'il connaissait depuis longtemps, le soir même. Cela avait été riche en émotion mine de rien. 
Malgré le réveille-matin qui sonnait, le brun n'avait pas bougé. N'étends de base pas du matin, c'était encore plus dure maintenant. Mais le cœur en fête, il finit par se lever, arrêtant l'engin de torture auditif. 


Le jeune homme alla ensuite prendre une bonne douche avant d'utiliser du maquillage de théâtre pour cacher ses joues creusées et leur donner plus de pulpe, une meilleure mine et cacher les cernes encore présente dû a son kidnapping. Une fois habiller, il descendit prendre son petit déjeuné en pensant a un jeune homme blond un peu plus vieux que lui. Enfin, il partit. Enfin pas sans son sac contenant son papier officiel de début de stage Ainsi que quelques petits accessoires de théâtre, on ne sait jamais, et le repas du midi dans une boite préparer avec soin, non pas par Sébastien pour changer mais par sa mère qui avait pour butte, remplumé son fils. 

Davis prit bien sur le bus, enfin non finalement pas. Avec tellement de monde, il avait l'impression que n'importe qui pouvait lui faire du mal. Du coup, c'est Sébastien qui l’emmena en voiture. Le brun s'en voulait d'être dépendant. Dans le rétroviseur, l'homme le regarda.

Seb : Donnez-vous du temps jeune maître. 

- Je sais !!!!

Soupira Davis, il lui dit un « à ce soir » avant de sortir de la voiture. Bien que impressionner par l'architecture externe, le jeune homme présenta sa feuille à un garde a l'entré, qui le dirigea vers l’accueil à l’intérieur. La une secrétaire le reçut avec le sourire, il montra de nouveau sa feuille, elle le fit alors patienter en l'invitant à s’asseoir tendit qu'elle passait un coup de téléphone pour faire venir quelqu'un. Malgré sa fatigue, le jeune homme était sur excité, ses vêtements pendait un peu encore sur lui, mais dans quelques jours, il aurait de nouveau un poids normal. En attendant, il faisait jouer entre ses doigts une pièce de monnaie histoire d'évacuer le trop-plein d’énergie et de stress. Pour ce stage, il l'avait rendu parfaitement légale, en passant par l'université en précisent bien que ce stage l'aiderait pour son examen final de fin d'année scolaire, ça avait beau être dans plusieurs mois, il voulait être parfaitement prêt, rajoutant qu'il faisait cela, car avec l’institut de sa mère où il s'occupait aussi des enfants, il n'aurait sinon pas le temps de bien s’immerger, et voulais que son personnage soit crédible pour l'examen. Ainsi, il avait obtenu l'accord, tout, c'était fait par courrier, les signatures tout ! Ainsi, le brun avait reçu la date, le 5 novembre 1914. Bien sûr, il n'avait pas prévu d'être kidnappé par des terroristes et de se retrouver coincé deux semaines en pensant qu'il allait mourir.


Une militaire arriva le sortant de ses songes, elle devait être une autre secrétaire. Elle le salua en lui serrant la main avec un «  Bonjour suivez moi que je vous présente à votre tutrice de stage. » 
Encore une fois Davis remercia et suivit la demoiselle. Depuis le temps qu'il tentait d'entrer ici. Ses yeux se posaient partout, repérant les chemins les plus évidents pour ne pas se perdre. Dans sa tête, se dressait déjà le plant interne, du moins les grands axes pour le moment. Davis angoissait un peu aussi, il avait lui-même demander s'il était possible de rencontrer l'alchimiste du vent, elle avait fait parti de son argumentaire pour son personnage, il voulait faire un alchimiste d'état maîtrisant le vent pour son examen, précisant qu'il avait juste les bases en alchimie. Et a sa grande surprise il avait reçut ce papier lui disant de se présenter à telle date, a tel heure et que sa tutrice serais Evy Evans. Pourvu qu'elle ne le reconnaisse pas ! Il l'avait quand même complètement déshabiller ! Enfin, non, il l'avait laissé en sous-vêtement et laisser sa cape pour la couvrir. Heureusement, qu'il en avait toujours une de sauvegarde au cas où. Davis notait aussi dans sa tête les moindre détail concernant les uniformes, il allait pouvoir se faire une vraie collection, il avait déjà une copie chez lui de celui du colonel Evans.


Ha, enfin, ils arrivèrent, la secrétaire frappa a la porte et attendit sagement qu'on l'autorise à entrer, elle ouvrit le battant de bois, et invita le joli garçon a entrer. Tendit que le brun observait le bureau la femme s'approcha et donna le papier à la belle rousse.

Secrétaire : Bonjour Colonel, voici un stagiaire qui est mit à votre charge, tout est en règle, il est là pour quatre semaines, entièrement a votre disposition. Je vous présente Davis Anton.


Le garçon s'approcha et rosi, un peu intimider quand même. Après tout la, il n'était pas le voleur intrépide, mais juste un jeune homme normale face a une belle et sévère femme. Tellement impressionnante. 

- Bonjour ! Je suis enchanté de vous rencontrer, je m'appelle Davis Anton, j'ai 19 ans, et je suis étudiant au art du théâtre a l'université. J'ai demandé ce stage pour mieux comprendre les militaires pour mon personnage que je dois jouer pour mon examen de fin d'année, qui est un alchimiste d'état.

Pourquoi il avait envie de se cacher soudainement ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 703
Colonel | Kaze no Renkinjutsushi
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Re: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans) Mer 4 Oct - 17:17
  • Evy Evans
  • Davis Hasselhoff

Le stage.
Le colonel Evy Evans se trouvait dans son bureau. Un début de mois de novembre assez mouvementé. Quelques jours auparavant, pendant le festival qui se tenait à la grande place de Central, les terroristes avaient de nouveau frappé. Ce n’était pas vraiment une joie pour la jeune femme qui se retrouvait encore une fois ensevelie dans une montagne de rapports venant des militaires et de la police militaire qui étaient intervenus dans l’affaire. Malheureusement Evans n’avait pas pu s’y rendre et avait raté une occasion en or d’arrêter ses malfaiteurs. Elle fulminait dans son bureau désert depuis tout ce temps. Obligée de vivre les évènements en lisant les documents et les témoignages des victimes. Il fallait se motiver pour prendre connaissance de tout cela. Combien étaient-ils ? Une centaine, au moins. Ah la démotivation guettait la demoiselle aux cheveux flamboyants.

Alors qu’elle était occupée à noter les faits importants sur cet accident. Elle remarqua le témoignage de certains civils parlant d’une bête à la forme humaine au départ, mais qui avait le don de changer la forme de ses bras. D’autres parlaient d’une femme qui s’était séparée en trois filles distinctes, mais qui se ressemblaient beaucoup. Du charabia… Avec un peu de recul, elle pourrait facilement y voir plus clair, mais pour le moment, elle se devait de noter les informations avant de faire ne serait-ce qu’une cohérence avec tout cela sous la main. La colonel soupira longuement avant d’attraper sa tasse de café. Ah… Elle était vide. Manque de chance. Le désespoir pouvait se lire sur son visage. Finalement, elle se leva avec des petits morceaux de papiers et alla vers un mur à sa droite pour les coller à l’aide de punaises. Ce mur avait déjà des tonnes de petits papiers, mais il en restait tellement à y placer. Au moins, elle pourrait avoir une vue d’ensemble sur cette histoire.

Après une bonne heure à tout mettre correctement sur son mur, elle décida d’aller se rassoir à son bureau pour reprendre des notes. Elle n’avait pas remarquée qu’il y avait une enveloppe à côté de son tas de paperasses. Une lettre lui indiquant qu’aujourd’hui elle ne serait plus seule dans ce vaste bureau pour les quatre prochaines semaines d’ennuis. En effet, elle avait également reçue une autre lettre quelques temps avant pour un stagiaire. Elle avait rapidement pris connaissance du bout de papier avant de le jeter à la poubelle. Un gamin dans ses pattes alors qu’elle croulait sous la charge de travail qui l’incommodait fortement. Et puis quoi encore ?! Elle n’avait pas le temps à perdre avec des sornettes. Finalement, elle n’avait pas eu son mot à dire puisque les hauts-gradés avaient accepté la demande de stage sans même la consulter. La lettre était une forme de politesse pour lui dire qu’elle était obligée d’accepter. A son plus grand regret.

Evy avait complétement oublié cette histoire et elle restait totalement concentrée sur les terroristes. La demoiselle avait pu en rencontrer un, même si ce n’était vaguement. Elle se souvenait encore de ce rire diabolique alors que l’homme avait libéré une armée de chimère contre sa personne et celle de Mustang. Le pauvre, il devait encore lui en vouloir depuis le temps de l’avoir laissé en plan pour poursuivre le gredin. Enfin… Maintenant, elle se devait de résoudre l’énigme de la fête de l’automne pour tenter de trouver des indices sur l’identité des malotrus. Finalement, alors qu’elle se mettait à mordiller son crayon de bois sur bout des lèvres, quelqu’un frappa à sa porte. Ne relevant pas les yeux de sa lecture, elle laissa échapper un « entrez » assez sec. Une secrétaire fit son apparition à l’autre bout de la pièce, de l’autre côté de la zone des canapés et des bureaux vides. Pourquoi personne ne venait travailler avec elle ? Est-ce que Raven faisait en sorte de la garder pour lui ? Ce crétin ne perdait rien pour attendre. Dès qu’elle aurait le temps et ce qu’elle voulait, la demoiselle n’hésiterait pas à lui enfoncer son sabre dans la gorge et danser sur son cadavre de vieux croulant pour se venger de toutes ces années à travailler pour lui.

On lui présenta le jeune Davis Anton qui entra à son tour. Pfff. Evy ne leva même pas les yeux pour le regarder. Attendez ?! Le stagiaire ? Et merde… C’était finalement arrivé. La colonel se mit à grogner en mordant son crayon plus fort. Pourvu qu’il ne soit pas une gêne dans son travail, sinon elle l’enverrait pendouiller par la fenêtre pour avoir la paix. La secrétaire s’en alla en effectuant le signe militaire bien connu et le jeune homme s’avança vers le bureau de la rousse. Il se présenta et pour toute réponse, la militaire leva simplement la main et la secoua.

« Enchanté, c’est ça…. Colonel Evelyn Selène Evans. Je serais votre tutrice pour votre stage de quatre semaines parmi nous. »  

Elle ne quitta pas son papier des yeux et se mit à griffonner sur un petit papier. Puis soudainement, après dix bonnes minutes à lire et noter, elle leva enfin les yeux pour zieuter le stagiaire. Un gamin de dix-neuf ans. L’air fragile et maigrichon. Evans aurait pu lui souffler dessus qu’il s’envolerait au plafond. La jeune femme fixa longuement ce nouveau visage et haussa un sourcil en penchant la tête.

« Désolée de vous demander cela, mais on ne serait pas déjà vu quelque part ? Votre visage m’est familier jeune homme… Il est rare que j’oublie un visage, j’ai une bonne mémoire. »

Après ces mots, elle se leva de nouveau pour aller encore vers le mur avec des petits papiers dans les mains et alla les épingler avec les autres. Elle fit ensuite signe à Anton de venir vers elle et la militaire pointa ce qui se trouvait devant elle.

« Tu sais ce qui s’est passé pendant la fête de l’automne ? Donne-moi ton point de vue sur cette attaque. Ce sera ta première mission à mes côtés. J’ai besoin d’un regard extérieur pour voir si je ne rate pas quelque chose d’évident. Tu as dix minutes »

1100 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
The burglar thousand faces
Who am i !

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Re: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans) Jeu 11 Jan - 15:09
Davis attendait, elle l’ignorait là non ? Ça promettait, elle était comme dans ses souvenirs. Le jeune homme attendait donc qu'elle ai fini, voyons voir sur quoi elle travaillait, d'un coup d’œil, retournant machinalement selon es compétence d’analyse, ho elle bossait que l'attaque durant le festival, il l'avait lut hier matin dans le journal et ses parents lui avait fait un topo rapide également, ses parents qui par chance n'y étaient pas, ils n'avaient pas emmené les enfants, bien quelques débris avait abîmé le manoir, rien d’irréparable. Davis reporta son regard sur la femme. Elle le fixait. Il sourit à sa remarque. Un sourire fatigué, mais vrai.

- Non, je ne pense pas, je pense que je m'en rappellerais si je vous avais vu ailleurs que dans un journal et en vrai.

À vrai dire, il avait fait plus que de la suivre dans les journaux. Il avait enquêté, comme il le faisait toujours quand il devait prendre une apparence. Même une apparence imprévu, ce renseigné sur les personne présente même potentiellement sur un lieu de spectacle était important. À vrai dire, il y avait cacher une base de donner assez importante chez lui. Et la plus part venait de son père. Madame Evans se leva avec des papiers en main. Le stagiaire la suivit alors jusqu'au panneau qu'il observa, les notes, les rapports, enfin des bout seulement, tout était résumé, Tien donc premier challenge, il observait les photos et notes.

- Non je n'y étais pas, à vrai dire je n'étais pas en ville, je faisais une course pour mon père dans le nord. Voyons voir, je vais faire comme si j'étais là bas a ce moment !

Il se déplaça et trouva vite une carte qu'il ouvrit et posa sur la table basse, localisant là ou avait eu lieu l'affrontement, et il s'y projeta mentalement, assemblant dans sa tête les éléments tel qu'on lui présentait, Il fallait se remémorer ses lectures passées également sur l'alchimie et les être vivant que l'on pouvait modifier. 

Là, se trouvait le char avec les musiciens et la chanteuse ! Merde ! C'était Chiara et son groupe. Pourvu qu'ils aillent bien... Bon voyons voir, donc des canons a fleure avait pété endormant tout le monde puis d'après-certain civils rester éveiller ou s’étant éveillé un jeune homme transformant ses bras et attaquant une fille pourvue d'ail, après il n'était pas obligé de donner des noms. Mais il se rappelait de ces alchimistes voulant enlever la diva. Il se déplaça dans cet univers invisible, ils ne pouvaient pas voir les mouvements, mais pouvaient localiser quelques éléments.

- Il manque des éléments, mais si on regroupe les journaux et vos notes, c'est le char de la diva qui était visé, peux être une tentative de kidnapping qui a échouer, mais cela ne semble pas venir de l’extérieur, c'est sans aucun doute une attaque interne, je pense que ceux qui on attaquer étaient Amestriens, après tout on ne localise qu'un seul attaquant, il a la capacité de se transformer, je pense à une chimère ou quelques choses approchantes. Ça ressemble à un règlement de comptes.

Il balaye d'un geste de la main ce qu'il avait devant ses yeux en image imaginaire.

- D'autres chimères sont arrivé et on combattu l'attaquant, les militaires qui on put intervenir on évacuer les civils...

Davis montra le journal où l'on voyait une photo de civils, militaire et d'un garçon blond qui faisait évacuer les civils.

-Je pense qu’interroger ce garçon en particulier vous serais utile Colonel. Je suis navré, je ne peux pas faire mieux, je n'étais pas sur place quand c'est arrivé. Mon analyse est sans doute erronée.

Non en effet il était au fonds d'une grotte à mourir de faim et de soif. Les yeux indigo se reposèrent sur la femme, à vrai dire toute timidité c'était en voler, lui donnant comme un petit coup de vieux, ses yeux était brillant et alerte. 

- Que puis-je faire d'autres pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 703
Colonel | Kaze no Renkinjutsushi
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Re: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans) Mer 28 Mar - 19:13
  • Evy Evans
  • Davis Hasselhoff

Le stage.
La colonel attendait le point de vue du jeune garçon. Un regard neuf sur son affaire ne serait pas de trop. Hélas… Ce ne fut pas à la hauteur de ses espérances. Si le garçon était là pour un stage, elle aurait bien pu lui dire de prendre la porte et d’aller voir ailleurs pour obtenir son stage. La rousse était déçue. Certes, il avait une bonne analyse des documents, mais il allait trop vite en besogne. Il ne prenait pas tout en compte et il laissait simplement son intuition faire le reste sans vraiment faire attention aux vrais liens qui se dissimulaient derrière.

La jeune femme soupira longuement avant de croiser les bras sous sa poitrine. Elle se contenta de l’écouter en le regardant en coin. Evy avait vraiment l’impression de l’avoir vu quelque part. Peut-être qu’en fouinant un peu, comme à son habitude, elle finirait par trouver l’endroit où elle aurait pu le rencontrer. Soudainement, elle décroisa seulement un bras pour venir poser son index sur la photo des civils, des militaires, mais aussi du blond. Elle savait déjà qui était le garçon. Impossible de ne pas le connaître, étant donné qu’il était sous la coupe de son voisin, le Flame Alchemist. Certes, le Fullmetal était sur les lieux, mais l’interroger n’apporterait rien de plus que les divers témoignages des gens se trouvant sur les lieux. Finalement, la militaire décrocha deux papiers du tableau avant de venir s’installer sur un canapé, en face de la carte que son stagiaire venait de poser pour faire son point. Délicatement, elle déposa les morceaux de papiers découpés sur la table basse à coté des lieux qui étaient désignés par les articles.

« Le char de la diva était bel et bien visé, mais si on regarde d'un peu plus près... Il y a une explosion qui a retenti près de la bibliothèque nationale de Central. Une jeune femme a été retrouvée et emmenée à l’hôpital. De même, d'après nos renseignements, un homme s'est éloigné des lieux pour suivre un militaire. Nous n'avons malheureusement pas de nom pour l'instant. Cependant, des grenades aveuglantes ont explosés dans divers endroits de Central, la première près de Festival. »

Puis le regard de la jeune femme se dirigea vers le garçon et elle prit tout son temps pour l'observer. Il avait parlé de "chimères". Un terme qui n'était pas utilisé par les simples habitants crédules du pays. Pour les militaires c'étaient encore tout nouveau. Rares étaient les personnes étant au courant pour ces êtres cachés aux yeux de la population et même du reste du monde. Que ce jeune homme sache pour ces êtres ce n'était clairement pas anodin. De même, elle nota l'une de ces remarques sur les chimères venant attaquer l'opposant venu s'en prendre à la Diva de Central. D'ailleurs, pourquoi s'attaquer à une chanteuse ? Pourquoi des chimères viendraient en aide à une femme célèbre...

« Et bien Davis Anton. Tu semble bien renseigné pour quelqu'un qui n'était pas sur les lieux. Je veux bien croire que tu as pu lire les journaux, mais il n'a jamais été dévoilé que des chimères ont été vu au festival, même dans mes documents. Tu as déjà eu affaire à ce type de personnes, je me trompe ?»

Son regard se fit plus insistant. Il n'était pas question de lâcher ce morceau. Ce stagiaire tombait plutôt bien en réalité et sans le savoir, il venait d'attiser la curiosité de la militaire. Tôt ou tard, il finirait pas tout lui dire, quitte à ce qu'il puisse pas repartir de sitôt de son bureau. Lui laissant le temps de réfléchir à ce qu'il allait lui dire, elle soupira longuement avant de se lever et de se diriger vers son bureau pour prendre sa tasse de café. Le liquide était presque tiède, mais qu'importe... Elle en avait besoin.

« Bien, maintenant j'ai besoin de savoir ce que tu attends de ce fameux stage. Tu joue un alchimiste d'état pour ton examen ? C'est plutôt étrange, étant donné que la population nous voit comme des monstres et des chiens de l'armée. Est-ce un choix personnel ou bien la décision de ton établissement ? Entre nous, tu peux tout me dire, tout ceci restera ici, entre ces murs. Tu peux avoir confiance en moi, je ne suis pas un ennemi, bien au contraire. Je suis peut-être la mieux placée pour t'aider et toi, tu es peut-être le regard neuf que j'attendais. »

Un petit sourire qui s'affiche sur ses lèvres alors qu'elle se met à boire son café. Elle s'appuie contre le bois de son bureau et fixe attentivement son stagiaire. Il cachait certainement des choses, mais surtout elle n'arrivait toujours pas à savoir où la colonel avait pu voir son visage. Tout en restant à l’affût d'une réaction de son interlocuteur, elle se mit à chercher dans sa mémoire. Tout n'était qu'une question de temps avant qu'Evy ne retrouve ce qu'elle cherchait.

899 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
The burglar thousand faces
Who am i !

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Re: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans) Mar 22 Mai - 13:41
Je corrigerais quand scriben voudra bien fonctionné ^^)

Davis l'écoutait, il ne savais pas tout ça, il n'était pas sur place et n'était revenue qu'avant hier, il n’avais pas put assez se renseigné et se documenté. En plus c'était ses amis qui avaient été visé, donc sachant qu'ils étaient ce qu'ils étaient, cela l'inquiétait d’avantage ? Est ce que Ban était présent ? Sans doute pas, sinon ça aurais été pire en faite,  pour protéger la rouquine. Mine de rien c'était de nouvelles infos importante. Ha merde ! Il c'était grillé en plus ! La fatigue ne l'aidait pas, il vains s’asseoir, ses jambes avaient encore trop de mal a le porter longtemps.

- Pourquoi s'attaquer a une diva ? Une image de bonté et de beauté, une image qui rassure le peuple ? Une diversion vu ce que vous me dites,  la cible était sans doute la bibliothèque. Je me demande pourquoi ?

Il fit une pause et soupira.

- Je fais un peux d'alchimie, pas grand choses, je ne suis pas très doué, mais ça me permet de faire des accessoires pour mes petit spectacle de marionnette a l’orphelinat pour les enfants, donc je me suis renseigné, j'ai lut, beaucoup lut, et j'ai rencontrer une chimère une fois ! Et un homme loup qui parle pour moi c'est une chimère. Il est parti et je ne l'ai jamais revu....

Mais actuellement pour lui ce n'était pas les chimères qui lui faisait peur, surtout qu'une bande de potes étaient juste tous des chimères qu'il adorait. Non ! c'était les infiltrés qui le terrorisait.  Il avait l'impression d'être suivis en permanence alors qu'il n'y avait personne. Rien que sortir dehors sans son majordome lui faisait avoir une crise d'angoisse comme ce matin. Il serra ses mains l'une contre l'autre, la il ne jouait pas la comédie.

Le brun la regarda se relever et aller boire son café, berk ! Il se redressa attentif, curieux et rosi légèrement, autan dire la vérité.

- Une camarade de classe a écris une pièce de théâtre a la Roméo et Juliette, et le rôle principal masculin est un alchimiste d'état. Le prof a tellement aimé qu'il l'a soumit pour l’examen pour le diplôme. Je ne suis pas le seul a avoir fait une demande de stage ici, le professeur nous y as encourager, un stage d'observation pour pouvoir mieux jouer nos rôles... je suis le Roméo alchimiste d'état. Faut donc que je fasse bien, comme j'ai le premier rôle masculin. Mais si je peux être utile ce sera avec plaisir.


Il avait l'habitude d'aider son prochain, sans doute le fait d'avoir été élever avec entre 10 et 20 petit frères et sœurs au cours de sa vie. Enfin il en fréquentait entre 10 et 20, mais en avait vue bien plus venir et partir. Il voulait être acteur,  mais s'il n'y parvenais pas, le social était son plan de secoure.

Davis ne savais pas spécialement ce qu'il devrais faire, mais il avait demander la demoiselle comme tuteur, pour étudier son alchimie du vent. Mais voudrait-elle lui apprendre ?

- Ma camarade c'est inspirer de l'alchimiste du vent... même si elle a fait un personnage masculin avec. Donc j'ai aussi demander s'il était possible de vous avoir comme maître de stage. Ce n'était pas obligatoire même si on m'avait mit avec quelqu'un d'autre j'aurais été contant. Donc voilà, mais si vous ne voulez pas ce n'est pas grave !!

Il leva les mains en signe de soutien de ses parole, elle lui avait dit de toute façon, s'il n'arrivait pas a apprendre un peux de technique du vent ils utiliserais des effet spécial avec des ventilateurs, ce genre de chose quoi. Il mit ses mains sur ses genoux et baissa les yeux. Elle ne voudrais jamais lui apprendre pensait-il. Il n'avait jamais été aussi peux sur de lui que depuis ses derniers jours. Il s'excusait un peux trop. Se faisait discret et s'excusait. Il avait encore trop de séquelles, mais ça lui passerais.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 703
Colonel | Kaze no Renkinjutsushi
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Re: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans) Dim 29 Juil - 21:41
  • Evy Evans
  • Davis Hasselhoff

Le stage.
Il connaissait donc une chimère. Un homme-loup qui pouvait parler. Voilà qui est plutôt étrange. En général, les chimères passaient leur temps à vivre à l'écart de la société pour éviter de se faire découvrir et d'attirer l'attention sur eux. Quand à cette diva, il ne faisait aucun doute qu'elle était mêlée de près à cette attaque pendant le festival, sinon pourquoi elle serait visée si cela était une attaque hasardeuse. Pour en savoir un peu plus, il faudrait le lui demander, mais elle restait qu'une témoin et une victime, non pas un des terroristes. La rousse resta appuyer contre son bureau et dirigea son regard sur les morceaux de papiers accrochés au mur en soupirant.

« Peut-être que c'était un règlement de compte. Cette fameuse célébrité doit certainement tremper dans une histoire qui la dépasse et quelqu'un veut la faire taire. Si ce n'est pas cela, c'est vraiment que les attaquants voulaient marquer le coup en supprimant une icone de paix pour le pays. Dans ce cas, il faudrait lui accorder une escorte militaire pour ses prochaines représentations. »

La colonel l'écouta ensuite parler du sujet de son stage. Une camarade, une professeur qui accepte une pièce pour un examen. Voilà qui était un peu trop gros pour être réaliste. La jeune femme reporta encore une fois son attention sur le jeune garçon et se décolla de son bureau pour aller vers la gauche. Ouvrant un placard, elle attrapa une caisse vers le bas et l'emporta vers les canapés et la table basse.

« Si tu veux bien ranger la carte et les documents, je te propose un petit test pour savoir ce dont tu es capable. Après tout, tu as fait de l'alchimie pour des représentations. Je veux savoir si tu serais apte à suivre un stage avec moi. Ce n'est pas de tout repos et tu n'es pas là pour me regarder remplir des documents à longueur de journée. Alors... »

Elle déposa des morceaux de métal sur la table, une fois celle-ci débarrassée. Des petits objets cassés disposés sur le coté, laissant le centre bien dégagé. Un fois tout installé, elle s'écarta pour chercher une craie et la tendre au jeune homme avec un fin sourire sur les lèvres.

« Bien si tu t'en sens capable... Il est temps de faire tes preuves. Je vais observer ta technique et je veux que tu me détailles tout ce que tu fais pour savoir si tu as bien compris ce que tu a appris dans les livres. Mais il faut que tu sache que le vent est très loin de l'alchimie basique. Si tu te sens apte à l'apprendre, il faudra t'accrocher. Je suis loin d'être tendre, même avec des adolescents.»

Elle n'avait jamais entraîné personne, mais étant militaire et gradée, elle avait l'habitude de donner des ordres. Cela ne devrait pas être si compliqué que cela, surtout avec un gamin. Il semblait d'ailleurs un peu sur les nerfs. Il devait certainement être mal à l'aise, ou... Il cachait quelque chose qui le rendait ainsi.

« Tu as de la chance que ta camarade ait choisi l'alchimie de vent. C'est une alchimie rare et presque personne ne l'utilise. D'ailleurs, quand j'y pense... Pourquoi l'apprendre ? Si tu fais cela pour une représentation, vous avez des techniques pour que cela ressemble à de l'alchimie. Ce n'est pas que je ne veuille pas te l'apprendre, mais c'est quelque chose à ne pas prendre à la légère. Tu pourrai blesser tes camarades. Hmm j'aimerai d'ailleurs discuter avec ton professeur. Pourrais-tu me communiquer le numéro de sa ligne ou celle de ton école ? »

Toujours en train de chercher des informations sur cette demande de stage un peu douteuse et surtout avec cet adolescent dont Evy se rappelait l'avoir déjà croisé quelque part, mais n'arrivait pas à se rappeler quand et où. La demoiselle continuait à chercher au fond de sa mémoire. Plus le temps passait, plus elle se rapprochait de la vérité.

734 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
The burglar thousand faces
Who am i !

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Re: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans) Lun 30 Juil - 11:15
Davis se doutait bien que ce fût un règlement de comptes, mais Chiara était une connaissance même s'il ne le disait pas, une chimère en plus et surtout une Diva d’on-il faisait parti de la communauté de fan. En général il se contrôlait parfaitement et donc il ne réagit pas particulièrement à l'évocation du règlement de comptes mais plus au faite que l'on s'en prenne à une icône.

- C'est cruel de s'en prendre à une femme innocente qui nous fait rêver et nous transporte juste en chantant. L'avez-vous vu sur scène ? Elle est rayonnante et sa voix est divine ! 

 Il se remémorait la première fois qu'il l'avait entendu et vu lors d'un concert, même si la fois suivante, il avait laissé son billet à l'amoureux transi de cette dernière. Il rougit après sa mini tirade.

- Désolé. J'aime beaucoup la Divas de Central comme beaucoup de monde et je la vois mal tremper dans quelque chose de mal. Je pense aussi que s'attaquer à elle, c'est s'attaquer au moral et à la joie des habitants pour nous démolir et nous faire peur.

Par contre pour l'escorte militaire Chiara n'allait pas en être ravie, surtout avec ses gardes du corps chimérique. Mais bon, il ne doutait pas que la Diva s'en sorte très bien. Il faudrait qu'il contacte Ban plus tard, rien que pour savoir comment ça allait chez eux.


Davis l’observa allez cherchez quelque chose... Ho un test d'alchimie ? Pourvu qu'il y arrive. Il se débrouillait un minimum surtout pour ses masques, mais là, il ne savait pas s'il serait à la hauteur, il réparait bien les jouets des enfants à la maison, peux être que cela ferait l’affaire. Il reprit la carte et les papiers sur la table pour les poser heu... Ha là ! Il trouva un guéridon et posa le tout dessus soigneusement empiler la carte replier. Enfin, il revint vers elle et regarda les objets. Le brun l'écoutait attentivement et préféra répondre avant les tests.

- J'ai déjà donné les numéros de mon professeur et de l'université. Pour le scénario, on a commencé dès le début de l'année, on a tous écris une base, mais c'est la sienne qui a été retenue, puis on a tous ajouter notre touche perso. J'ai été choisi par ce que je suis le seul a utilisé l'alchimie dans la classe, et le prof a pensé que cela serais plus pratique que d'utiliser plein de matériel. Il n'a pas dû pensé à quel point, l'alchimie est compliquée et que cela nécessitait un apprentissage en plus. Sinon, elle a choisi cette alchimie par ce que, heu... C'est un peux une fan de vous, de ce qu'elle nous en a dit. J'avoue que je ne vous connaissais pas avant qu'elle ne parle de vous comme référence pour le personnage principal.


Ho le menteur, un bon menteur qui vous regarde droit dans les yeux au besoin, mais là il avait commencé à tracer un cercle avec la craie tout en parlant. Il réalisait le même cercle que quand il réparait les jouets, un cercle basique simple a la porter de n'importe qui, qui se donnait la peine de lire un livre sur les bases de l'alchimie.

- J'utilise ce cercle assez souvent a la maison, pour réparer les jouets des enfants de l'orphelinat, les plus jeunes sont souvent brute et casse facilement les choses, mais quand faut réparer, il faut que ça soit exactement comme avant sinon, c'est parti pour des heures de crises de larmes et de crises de : je me roule par terre en hurlement. Pour palier ce petit désagrément, j'ai appris les bases de l'alchimie pour restaurer ce qui est casser et fabriquer des jouets à partir de sable, cela permet pas mal d'économie. Puis comme ça, je peux leur faire des décors temporaires pour les spectacles de marionnettes. Pour en revenir à l'alchimie du vent, il n'y a que vous qui pourrez m'apprendre au moins les bases et surtout la sécurité pour que je ne blesse personnes justement. Je suis désolé, ce n'est vraiment pas le côté offensif qui m’intéresse le plus, mais bien les détournements que je pourrais en faire dans le monde du spectacle après. Puis voir comment travail les militaires va me permettre de mieux interpréter mon personnage. Après tout, je veux devenir le plus grand acteur du pays ! Pas militaire.


Explicat-il calmement tout en restant concentrer, Bien sûr, il voulait aussi qu'elles lui apprennent a l'utilisé pour mieux se défendre, approfondir son alchimie. Il ne voulait pas que ce que de fou lui avait fait recommence, il voulait pouvoir protéger plus efficacement les policiers et ceux présent sur ses cambriolages, sa réputation en avait sûrement déjà prit un coup avec ce massacre, alors qu'habituellement, il n'y avait jamais de blesser ni de mort sur ses spectacles. Sebastian avait mis au point un entraînement physique pour le combat rapprocher et une meilleure utilisation d'armes a feu, même si lui-même était contre cette utilisation de mort. 

Il prit l'un des objets de métal, cela ressemblait à une lampe. Il la déposa au centre de son cercle et posa ses mains à peine une seconde sur le cercle et les retiras, celui-ci s'activant et réparant l'objet tel qu'il était. Respectant l'échange équivalant il n'avait rien crée de plus. Il recommença avec les autres objet les réparant tout aussi rapidement et s'il estimait qu'il manquait de la matière première, aillant apporter avec lui un petit sac de sable, il complétait. Au final, les objets étaient restaurés. Il soupira fatigué, avec les derniers événements, il n'avait pas encore récupéré toute son énergie. Le brun sourit satisfait, mine de rien son alchimie était rapide, il s'était pas mal entraîné en fait a activé des cercles d'un toucher rapide, presque un frôlement, il fallait que son alchimie continue même s'il s'était déjà éloigné, c'était plus pratique pour déclencher des pièges. Mais là ! Il n'était pas question de la piéger, mais de lui montrer qu'il pouvait tenir un entraînement de force si besoin. Il releva les yeux vers la rousse.


- Ne vous en faites pas, quand j'ai un objectif à atteindre, rien ne peux m'arrêter ! Pas même la fatigue. J'ai de la ressource, je survivrais à votre enseignement et j'irais jusqu'au bout.


* Et pas même le faites que vous vouliez trucider mon alter-égo par ce qu'il vous a foutu a poil.*

Mais bon, il avait été galant il lui avait quand même laissé sa cape pour la protéger du froid.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)

MessageSujet: Re: Le stage (Date 5 Nov 1914) (PV Evy Evans)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» Enfin une date pour les élections en Haiti
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» What 's the date today ?
» Stage étranger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: QG DE CENTRAL CITY :: BUREAUX DES HAUTS GRADÉS :: BUREAU D'EVY S. EVANS-