RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 18
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Une douce rencontre... [pv Davis Anton]

MessageSujet: Une douce rencontre... [pv Davis Anton] Mer 26 Juil - 19:26
Le soleil brillait dans un ciel pur. Un léger vent faisait bruire les branches aux feuilles chatoyantes qui tombaient parfois sur les passants. Emportées par le vent, gracieusement dans un ballet divin qui annonçait que les grands froids arriveraient bientôt. Ce spectacle me fascinait. La saison morte qui ne l'était pas. Les mains dans les poches de mon coupe-vent bleu marin, je me frayais un chemin dans les rues. J'observais avec admiration les bâtiments, les gens qui vaguaient à leur occupation. Je reniflais cet air qui changeait tant de celui d'Aquroya, qui imprégnait ma peau sous mes vêtements. L'air avait ces emprunts de terre mouillée qui se mêlait à ceux des feuilles mortes, aux fragrances florales des femmes, du tabac des cigarettes, du bon pain qui cuit au four répandant son odeur de beurre et aux odeurs de bois qui fumait. C'était un vrai bonheur qui me rendait heureux et à la fois nostalgique de mon passé. Il me semblait être la continuation de mes souvenirs. Parce qu'à chaque coin de rue où que je croisais quelqu'un, il y avait un petit sourire amical, un petit signe de la main et le rire lointain des enfants emportés par le vent jusqu'à mes oreilles. Un ancien souvenir qui continuait à vivre dans le moment présent, malgré le temps. L'automne... Cette saison ne pouvait guère arrêter les gens de devoir travailler fort et de profiter de chaque journée : que ce soit dans ma ville ou dans cette-ci. À Central. Cette chaleur faisait du bien pour l'esprit et dans mon cœur possiblement.

J'avais décidé de profiter de quelques jours de congé pour venir faire une visite à Central. Pour me changer les idées. Pour profiter d'un nouvel angle de cette saison dans une ville qui m'avait jadis séduit et qui me séduisait encore. Je remontais un pan de mon foulard sur ma bouche et je levais la tête pour observer la danse aérienne de plusieurs feuilles rouges. Je souriais. Si seulement, je pouvais rester des jours entiers à faire qu'un avec le temps des saisons. À avancer chaque pas à son rythme. Quand j'étais enfant, je passais mes journées dans la ville à faire toujours quelque chose à l'extérieur pour savourer les saisons. Juste pour pouvoir m'asseoir sur un banc et observer ce qui m'entourait : le calme de la nature, pour lire sous les murmures bienveillants des arbres en été ou pour courir sous la pluie en riant comme un heureux imbécile en revenant de l'école militaire vers la boulangerie de mon oncle.

Il me semblait que ces souvenirs étaient désormais loin de ma vie actuelle. Et pourtant, si proches à la fois. Ces pensées me suivaient, tandis que j'observais ces feuilles mortes qui glissaient sur le sol, puis elles se faisaient soulever par-dessus une clôture de fer forgé par une brusque rafale. Et au loin quelques petits qui jouaient au ballon. Je descendais mon foulard pour laisser échapper un nuage opaque et m'accouder à cette clôture. De douces pensées... bercées par cette belle journée. Ces enfants étaient âgés entre 5 à 7 ans et ils semblaient heureux comme je pouvais l'être à leur âge. Je souriais doucement en les voyant se disputer pour savoir qui donnerait le premier coup dans la balle rouge. Ça me rappelait qu'avec le temps, certaines mœurs ne changent pas. J'avais envie de courir après eux et les faire rire, mais je n'étais qu'un inconnu alors je préférais les observer. Ils se querellaient pour savoir qui frappait le plus loin possible. Je vis l'objet chuter et rebondir en de petits sauts vers moi. Je n'allais pas les laisser perdre leur bonheur, je sautais par-dessus la clôture, en prenant la balle sous mon bras.

« C'est à vous ? »

Avant même qu'ils puissent me répondre, je leur lançais le ballon pour qu'ils le rattrapent. J'allais me tourner et reprendre ma route quand je sentis une petite main me retenir. Je baissais mon regard vers une fillette au visage tâché de son. Elle était rousse avec de grands yeux verts. Je lui offris un sourire pour l'encourager à parler et timidement, elle me demanda :

« Tu peux jouer avec nous ? »

Je pris quelques secondes pour y réfléchir et je me baissais à sa hauteur, caressant doucement sa chevelure flamboyante. Si leur parent sortait, je n'aurais qu'à dire que je ne désirai que combler sa demande. De toute façon, je n'arrivais jamais à dire non aux enfants. C'était un peu ma faiblesse pour avoir grandi dans une grande famille...

« Oui, bien sûr. »

Elle m'amenait par la main et je fus accepté comme un grand frère auprès de ses compagnons. Je m'amusais à courir avec eux, à donner des coups sur le ballon, de leur jeter des poignées de feuilles mortes qui craquaient sous nos bottes, tout en éclatant de rire comme un enfant. Cependant, j'avais le souffle court plus rapidement que je le pensais à cause... de ma manie de fumer ce petit bout de bâton. Je me pliais et je haletais souvent, mais je leur souriais pour ne pas les inquiéter et je les suivais en traînant de la patte. Ça devait faire... 10, 20 ou 25 minutes. Je n'en savais rien. Je ne désirai pas savoir le temps que j'avais passé avec eux. Ça n'avait pas d'importance quand on était en de bonne compagnie.

Épuisé par ces jeux, je leur demandais de jouer un peu plus loin et que j'allais les surveiller. En vérité, je voulais reprendre un peu mon souffle et fumer une clope. Je savais que c'était dangereux pour la santé et je ne désirais pas que ces enfants en subissent les effets... J'avais sorti ma cigarette et je m'étais assis sur un banc. J'allais allumer mon bâton de nicotine avec mon briquet, mais je ne le fis pas, m'arrêtant dans mon geste. Je mordillais le bout que j'avais entre mes dents et les observaient avec douceur en rangeant mon briquet dans l'une des poches de mon manteau. Je n'avais pas fait attention, ni n'avais-je remarqué qu'une silhouette se dirigeait vers moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 123
The burglar thousand faces
Who am i !

Une douce rencontre... [pv Davis Anton]

MessageSujet: Re: Une douce rencontre... [pv Davis Anton] Dim 30 Juil - 9:10
C'était une journée comme les autres pour Davis, bon depuis son kidnapping on avait plus entendu parler du voleur en blanc, à vrai dire il avait d'autre priorités, Il lui fallait un maître en alchimie, et il avait trouver celui qu'il lui fallait, mais il fallait entrer sous ses ordres, et donc il peaufinait son personnage. Il l'avait déjà rencontré et combattu, cette femme aux cheveux rouge qui maîtrisait le vent, il lui fallait la maîtrise du vent, pour planer, mais aussi pour se défendre. Il avait envoyer une lettre de motivation a la dites demoiselle pour un stage et une demande d'apprentissage de son art.

Mais aussi retourné en classe à l'université était un peut difficile, se retournant dès qu'il croyait voir son kidnappeur, celui qui avait tenter de le tuer. Sans compter, qu'il le savait, Sébastien était plus loin, le surveillant, un garde du corps a distance. Mais au moins retrouver ses amis lui faisait du bien, même s'il n'arrivait pas à rester concentrer sur ses cours, et que ses prestations s'en retrouvaient affecter. Trois baffes mentales plus tard, il recommença, en vains, ce jour la n'était pas comme les autres. Les larmes aux yeux de voir ses notes dégringoler, plus capable d'interpréter un personnage. 


Il ne pouvait pas aller trouver cette femme si son personnage n'était pas parfait ! Car si plus tard elle comprenait qu'elle avait enseigné son art au voleur qui l'avait dépouiller, elle n'aurait aucun mal a le retrouver et a l'enferme, voir pire ! Le tuer ! 

Le brun rentra donc à la maison, une fois chez lui, le jeune homme se changea, puis retrouva son majordome. L'homme le fixa.


S : Un peu de nerf jeune maître ! Allez mettez vous en position ! 

Davis soupira, mais leva ses poings, il ce l'était promit : d'apprendre à se battre pour se défendre. Alors Sébaste lui apprenait. Les entraînements se faisaient après les cours et c'était épuisant. 
Coups, feinte, attaque, esquive, riposte, prise ! Davis avait beau apprendre et retenir avec facilité, il avait encore bien du mal, malgré que tout ce temps soit passé, enfin, c'était, il y a un mois quand même. Ça restait relativement frais dans sa tête. 


Après deux bonnes heures d’entraînement le voleur alla prendre une douche, sous le jet, il pouvait compter les bleus qui zébraient sa peau blanche. Enfin, non, il y en a qu'il ne voyait pas et ne sentait plus. Sébastien était trop fort pour lui. Pourtant ou était le temps où il lui jouait toute sorte de tour a le faire tournée en bourrique et a tester ses gadgets sur le pauvre homme. Davis finit par sortir et se sécher, habiller d'une chemise blanche et d'un pantalon bleu ciel, les cheveux encore humides il sorti, sa mère passa alors lui demandant d'aller chercher les enfants au parc, toujours les mêmes a allez au parc voisin alors qu'il avait immanence propriété pour jouer. 


En arrivant au parc, il ne fut pas dur de les trouver, les trois même toujours, deux garçons et une fille. Elle avait perdu ses couettes encore une fois ! Avec la tignasse rousse que la petite avait, aucune coiffure ne tenait tellement ils étaient épais. Les deux garçons, un blond et un brun. La fille était plus jeune que les deux garçons. Ils avaient embrigadé un jeune homme pour jouer avec eux. Cet homme blond était joyeux et resplendissant arrachant un sourire au brun. Mais il s'essoufflait vite, et dit aux petits qu'il faisait « une pause » si on veut. Permettant à Davis de mieux l'observer, grand et mince, sans doute à peine plus grand que lui-même, blond, un visage bien dessiner et la peau claire, des yeux bleu qui avait un, je ne sais quoi de particulier. Il avait sorti une cigarette faisant froncer les sourcils de Davis. Il n'aimait pas la cigarette. Les petits jouaient plus loin, le blond les regardait tendresse, il avait suspendu son geste et ranger son briquet, mais cette chose ornait encore les lèvres roses de l'inconnu, brrrrrr ! 


Le brun se déplaça alors approchant a contre jour ses vêtements créant par le soleil comme un halo autour de lui, puis arrivant a porter, il tendit la main, ses long doigts glissant autour de la cigarette qu'il retira de la bouche pleine de l'inconnu qui jouait juste avant avec les petits et jeta dans la poubelle a coté. 

- Vous ne pourrez pas rejouer avec mes frères et ma sœur si vous fumez !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Une douce rencontre... [pv Davis Anton]

MessageSujet: Re: Une douce rencontre... [pv Davis Anton] Lun 31 Juil - 15:56
J'étais calme et j'adorais entendre les enfants chahuter ensemble... Ça me rappelait mes nombreuses heures à jouer avec mes amis d'enfance jusqu'à ce que le soleil tombe du ciel dans un éclat rose et orange. Il y avait même ces fameuses journées où j'étais habillé en jeune fille et que je servais de princesse à un garçon plus jeune que moi. Je lui faisais toujours briller des étoiles dans ses yeux et je le trouvais amusant : je lui apprenais beaucoup de choses comme dessiner ou faire des châteaux de cartes. Et, il y avait ma mère, Laurelyn qui adorait me parfumer, à me rendre si beau qu'elle en souriait avec une telle fierté que j'étais moi-même fier de pouvoir la faire sourire ainsi... Mais avec le temps, ces souvenirs ont fini par se dissoudre quelque part dans ma mémoire. Je baissais mon regard vers le chemin de terre battue. Que sont-ils devenus tous ces gens que j'ai laissés derrière moi. Je ne sais rien. Je n’ai pas eu le courage d'avancer vers ces derniers, de prendre de leurs nouvelles, j'ai préféré oublier certaines choses qui me rendaient heureux... Mais, je peux toujours faire un pas, un seul à la fois et les redécouvrir. Il n'est jamais trop tard pour essayer quelque chose...

C'est alors qu'une ombre m'obscurcit. Ou devrais-je dire que quelqu'un désirait me parler. Je levais mon minois vers mon interlocuteur avec un air de curiosité bienveillante qui se glissait dans mes yeux et sur mon visage. Avant même que je puisse porter mes doigts à ma bouche pour retirer ma cigarette, cet individu s'en était chargé. Je clignais des yeux, j'étais ahuri par son comportement. Je calais mon dos contre le dossier du banc en bois. Une fois la surprise passée, je le dévisageais avec amusement. Il était un joli jeune homme d'une vingtaine d'années, c'était à peine plus jeune que moi. Il possédait une chevelure en bataille, des yeux aussi immenses que le ciel, en ce moment rongés par l'angoisse ou de la colère et il semblait bien agréable à regarder sous certains angles.

« Bonjour. »

Je pris volontairement une pause pour lui offrir un sourire amical et mettre de l'ordre dans mes idées. La tonalité avec laquelle il m'avait adressé ces mots n'était pas si mauvaise : disons qu'il semblait plus en vouloir à mon geste qu'envers ma propre personne. Cependant, ça me blessait quelque part qu'il m'interdisait de fumer en présence de ses frangins. Tout bonnement pour un bâton de nicotine alors que j'avais pris soin d'eux comme s'ils étaient de ma propre famille. C'est pourtant ce que j'avais fait par souci de leur santé, je n'avais pas fumé... Mais, ça ne lui avait pas plu. Je ne pouvais rien n'y faire. Je peux tout simplement lui répondre que c'était sa responsabilité d'avoir un œil sur sa famille ou bien lui dire qu'il ne pouvait rien faire contre des gens qui avaient des manies comme celles-ci. Mais, je n'avais pas envie de rajouter de l'huile sur du feu pour un sujet qui n'en valait pas la peine.  

« Vous savez... Je suis compréhensif, n'en perdez pas vos manières pour une cigarette. Si vous m'aviez demandé gentiment de la ranger ou de la jeter, je l'aurais fait volontiers.»

Je ne voulais pas avoir une mauvaise réputation et je ne désirais que le calmer avec ces paroles, peut-être lui faire comprendre que je n'étais pas rancunier pour les propos qu'il avaient tenus. Je savais que ce n'était pas une aptitude méchante... Il m'arrivait parfois de hausser le ton moi-même si je croyais qu'une personne ne m'avait pas comprise. J'entendais le rire de la petite fille près de nous. En me penchant légèrement sur la gauche pour la voir par-dessus son épaule, je voyais qu'elle se dirigeait vers nous avec un tas de feuilles dans ses bras. Puis quelques secondes après, ces feuilles glissaient et voltigeaient autour de nous. La fillette sautillait heureuse alors que je me levais et me secouait pour faire tomber celles qui s'étaient posées sur moi en riant. Je remarquais alors quelques-unes qui étaient entremêlées dans la chevelure du garçon devant moi. Je lui dis doucement en esquissant en levant mon bras.

« Ne bougez pas. »

Étirant mon bras, je viens les saisir et les donner à la petite rouquine.

« Davis est un épouvantail ! Abyss aussi ~»

« Et si je te rendais la pareille. »

Je m'accroupis tout prenant le plus de feuilles possibles dans mes bras. Il me fallut quelques secondes pour que je me prépare puis que je coure derrière elle avec un rire diabolique tout en lançant ce que j'avais, laissant une traînée de feuilles derrière nous. Elle fuyait avec de grands éclats de rire vers les deux garçons qui l'accueillirent et lui promettaient de la défendre contre l'épouvantail blond que j'étais. J'éclatais d'un fou rire à ces déclarations et je leur répondis moqueusement que j'allais venir les épouvanter. Après une quinzaine de pas, je m'arrêtais et je me retournais vers le grand frère avec un sourire en coin : je repris la parole.

« Je sais que ce n'est pas la meilleure présentation de ma vie, mais je me présente, je suis Abyss Nichols. Vous pouvez simplement m'appeler par mon prénom, si ça vous dit. J'aimerai également savoir qui vous êtes et si je peux avoir votre permission pour jouer avec vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 123
The burglar thousand faces
Who am i !

Une douce rencontre... [pv Davis Anton]

MessageSujet: Re: Une douce rencontre... [pv Davis Anton] Sam 19 Aoû - 11:27
Davis sourit quand les feuilles lui tombèrent dessus, il ferma les yeux quand le blond attrapa une feuille dans sa chevelure brune, puis rouvrit un œil un peu craintif, puis le second rassurer, il ne lui ferait pas de mal. 

Le brun regarda le blond jouer avec les enfants, c'était assez drôle en fait. Davis les observa, puis le blond se présenta ! Il était rayonnant et les yeux indigo s'écarquillèrent un cours instant son cœur s’accélérant et ratant un battement. Abyss … le brun sourit alors et l'attrapa quand il passa à proximité lui tenant la main. 

- Davis Anton ! On vous a déjà dit que vous ressembler à une petite princesse ?

À vrai dire ça l'avait frapper assez violemment. L'image d'une petite fille appelée Abyss se superposant au jeune homme. Davis se rapprocha sensiblement, le frôlant de son corps et lui dit en le fixant. 

- Nous devons rentrer, ils se fait tard. Mais que diriez-vous de dîner avec nous ?

Les trois petits ne comprenaient pas ce qu'il se passait, mais a l'annonce rentrer, ils firent des « hooooo » déçut, mais a l'annonce de dîner, ce furent des « Ouwéééééééééééé » et ils poussèrent les deux jeunes hommes. 

Davis relâcha le blond pour prendre dans ses bras la rouquine, ils n’eurent pas à aller loin, les deux garçons tirant par les mains du blond pour qu'ils les suivent. Ainsi, ils traversèrent la rue, puis passèrent les grilles du parc de l’orphelinat, remontant l'allée ou se trouvait une fontaine qui était éteinte pour la saison froide à venir, ils franchirent la grande porte, enfin une petite porte dans la grande porte. Le brun reposa la petite au sol.

- Allez vous débarbouiller tout les trois avant de manger !

Les trois enfants : ouiiiiiiiiiiiii 

Et ils partirent rapidement. Le brun sourit au blond et lui prit la main dans une minie décharge électrique. 

Hé le courant passe bien entre nous non ?

Hahaha, il avait de l'humour en plus ! Le brun le guida dans les couloirs du bas, direction la grande salle a manger. Une femme sortie d'une pièce, grande, mince, belle cheveux court étonnement rouge. 

F : Tien ! Un nouvel ami ? 


- Les trois l'on adopté maman ! 

M : Mais c'est l’inverse d'habitude ! Bienvenue jeune homme ! Vous me faites penser à quelqu'un... Ça va me revenir ! Bon en attendant à table, c'est le soir où l'on mange avec les enfants, d’ailleurs c'est anniversaire de Sarah.


- Je sais ! 

Il tira à sa suite le blond et ouvrit la porte de la salle a manger. Tous les enfants étaient la, les trois étaient déjà revenue aussi et assit, tien, il semblait y avoir une assiette en plus, un homme en fauteuil roulant semblait raconter une historie aux enfants les plus proches de lui, il y avait bien sur les éducateurs de présent, et autres personnel. 

- Alors le monsieur là-bas dans le coin, c'est mon père, tu as rencontré ma mère, les autres adultes, c'est le personnel, l’institut a sa charge environs entre 20 et 30 enfants. Tous mes petits frères et sœurs en quelque sorte, et l'assiette la, c'est la place de l'invité imprévu.


Le brun se mit derrière sa propre place, celle a coté de la place vide, tout les gamins fixaient le nouveau venue avant de reprendre leurs activités à savoir attendre la bouffe et discuter bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Une douce rencontre... [pv Davis Anton]

MessageSujet: Re: Une douce rencontre... [pv Davis Anton] Mer 23 Aoû - 14:17
La réalité me rattrapait, le sol se dérobait sous mes pieds et je manquais de souffle. J'étais pétrifié. J'étais incapable de penser. Cette question m'avait soufflé. Ces yeux qui brillaient et ce sourire si innocents : ils m’ensorcelaient. Je sentais mon sourire s'effacer doucement lorsqu'il se rapprochait et qui se figeait en un sourire en coin... Je sentais les battements de mon cœur qui explosait à travers mon torse. Avais-je... Avais-je déjà entendu ces mots... quelque part ? Oui, il me semblait que oui. Et la silhouette floue d'un garçon aux grands yeux indigo me revient en mémoire tandis que je me noyais dans le regard de mon interlocuteur.

Anton ?  Ce nom de famille ne m'était pas inconnu... Qu'était le nom de famille du petit garçon que je connaissais autrefois ? Ashton ? Marton ? Ahh... C'était pas drôle de se moquer de moi comme ça... Ça allait me revenir. Cependant, je trouvais la situation tellement absurde que je me mis à éclater d'un doux rire et je répondais avec malice :

«Il semblerait que c'était le cas, il y a bien des années... Prince Anton.»

J'appuyais sur les derniers mots pour me moquer un peu, mais de façon gentille à ces propos. Une princesse se doit d'avoir du caractère... Même sans sa couronne de fleurs et sans sa robe scintillante. J'espérais ne pas l'avoir vexé, mais je n'y pouvais rien. C'était dans ma nature, Sans que je puisse refuser poliment son invitation pour le souper, je fus emmené vers une somptueuse maison. Le soleil se couchait à l'horizon, baignant de lueurs orangées, les toitures, les façades de maison et les arbres. C'était ravissant. Et c'est en marchant à leurs côtés que je sentais que le froid qui s'engouffrait sous mes vêtements en voyant des modules de jeux. C'était des modules de bois et d'acier qui avaient connus de meilleurs jours : ils étaient composés d'un toboggan, de plusieurs balançoires, d'un bac à sable et d'un tourniquet.

De doux échos éclats de rires enfantins, d'un froissement d'étoffe de mousseline dans les herbes hautes, les chaines qui grinçaient... Je visualisais la silhouette d'un petit garçon qui tirait derrière lui par la main un gamin de 9 ans. C'était donc... ici. À la maison des Anton. J'avais l'impression que rien n'avait réellement changé.

Donc, Davis Anton... Je le connaissais. Depuis toutes ces années, ce petit garçon avait grandi en un ravissant jeune homme. Il ensorcelait encore et il semblait encore plus étourdi que dans mes souvenirs. Je secouais légèrement la tête et j'eus un léger rougissement qui ne se voyait pas, car je remontais mon foulard contre mes joues. Combien d'années s'étaient écoulés depuis notre dernière rencontre... 15 ans ? Peut-être moins. Je ne savais plus.

C'était un retour du passé dans le présent. Je me sentais heureux et confus. Un peu mal à l'aise, car je me demandais pourquoi j'avais oublié ces moments de bonheur ensemble. Non. En fait, j'avais tourner la page sans me soucier de cette famille. J'avais voulu tourner la page parce que je ne savais pas comment... Pouvais-je tourner la page à nouveau ? Pouvais-je me faire de nouveaux souvenirs qui viendraient se rajouter à ceux de mon enfance ? Je retirais mon manteau et mon foulard que j'accrochais aux porte-chapeaux de l'hall d'entrée. Je sentais cette peur revenir quand je sentais sa main contre la mienne... Par pur envie de réconfort, je m'accrochais à elle.

J'avais envie de m'enfuir même si j'étais bien. Je pouvais toujours m'enfuir. Je pouvais inventer une excuse pour filer à l'anglaise. Je pouvais donner raison à cette peur. Je me voyais dans ma robe de mousseline, je soulevais mon jupon et je courais dans les herbes hautes en soulevant des feuilles derrière mon passage. Pour fuir cette rencontre comme je l'ai fais dans le passé parce que je ne me sentais pas confiant. Parce que je ne savais pas quoi leur dire, comment les rencontrer après la mort de ma mère... J'étais apeuré. Après toutes ces années d'absence qui serait capable de renouer avec une personne disparue et qu'on retrouve par hasard ? C'était possiblement impossible. Pourtant, Davis avait refait surface...

Ce garçon me tenait insouciamment la main comme dans le passé. C'était mignon... Mais il ne connaissait pas mes émois intérieurs et je ne désirais pas lui en faire part. Je pris de longues respirations. Je ne voulais pas gâcher cette rencontre. Pourtant, j'aurai voulu m'enfuir. C'était étrange... Pourquoi ressentais-je cette folie fiévreuse. Cette envie de m'enfuir... Cette envie de rester avec lui. Ça ne faisait pas de sens... Certes, j'avais peur de ses réactions, mais était-ce suffisant pour filer à l'anglaise ? Probablement pas... Je sentais un choc statique. Il me lançait à la blague que nous émettons des étincelles ensemble et j'acquiesçais avec un sourire aimable.

«Non, il se ressent.»

Je faisais pression contre ces doigts, cherchant une meilleure position pour les enlacer convenablement. Pour me rassurer dans ce contact. Je sentais la moiteur sur mes doigts. Le rouge me montait aux joues pendant quelques instants. Ce geste si innocent me troublait. Ce geste me rendait nerveux... Peut-être parce que je savais que la personne à mes côtés était ce petit garçon rêveur que j'avais connu.  Je me demandais s'il... Non, probablement pas. Peut-être qu'il ne se souvenait même plus de cette petite fille aux cheveux d'or qui l'ensorcelait.

J'avais la tête qui tournait. J'avais l'impression de voir ce qui m'entourait avec une accélération que je ne pouvais pas contrôler. Je ne croyais même plus savoir où j'étais. J'observais sans observer réellement. Davis me faisait tourner la tête. Ces questions m'étourdissaient. Je le laissais me guider en obéissant comme la ravissante petite princesse que j'avais été. Je rencontrais sa mère. Je ne sais même plus les mots exacts qui ont jailli de ma gorge lorsque j'allais vers elle. Peut-être un simple :

«Merci de m'accueillir, madame.»

Suivi d'un sourire compréhensif et d'une poignée de main ferme pour la saluer.

Puis, Davis m'amenait vers la salle à manger. Elle était très grande : un grand brouhaha s'élevait de la table où étaient attablés plusieurs enfants. Tous me regardaient avec curiosité.

Je me mordais les lèvres et je viens m'adosser contre le dossier la chaise, passant mes coudes sur les accoudoirs en fixant le brunet avec une envie de lui poser mille questions tandis qu'il m'expliquait candidement que ces gens étaient sa famille. J'offris un sourire.  Il en était fier, ça se voyait dans sa façon de sourire et de les observer. Ça me faisais penser à mes réunions de famille où tout le monde chantait fort, parfois faux, accompagné de vin et de sourires complices et de danses. Il en avait de la chance d'avoir autant de gens aimables à ses côtés.

Je baissais mon regard pendant quelques secondes vers l'assiette en avant de moi. C'était une généreuse portion de pomme de terre pillés, de viande et de macédoine. Pouvais-je simplement profiter de cet anniversaire d'enfant. La réponse était oui. Cependant, je me posais trop de questions... Davis ne semblait pas s'en formaliser de ce problème plus que cela. Je me demandais s'il n'avait pas fait le rapprochement. Peut-être pas... Je remontais mon regard dans le sien. Je cherchais mes mots et finalement, je repris confiance en moi.

«Vous avez de la chance d'avoir una grande famiglia. Cependant, suis-je un invité si imprévu ? J'ai le sentiment de vous avoir déjà rencontrés... Ça fais étrange... Et, par curiosité, qu'est-ce qui vous a fait croire que j'étais une mignonne princesse ? »

Je me taisais un court instant. Ma grande gueule allait un jours causer ma perte et je lui offrais un sourire moqueur...  J'observais les enfants qui se calmaient. Je croisais le regard de Sarah, la petite rouquine qui m'offrit un sourire, ainsi que ses deux amis, Josh et John. Je leur en offris un pendant que je déroulais la serviette de table et je la déposais sur mes jambes. Dans un concert de fourchettes, je suivais l'exemple et j'entamais ma propre assiette. C'était délicieux, même si j'étais habitué à des aliments plus riches. Puis, je donnais un petit coup de coude discret dans les côtés de Davis, en réalisant que je ne l'avais pas remercié.

« Au fait... Merci de m'avoir invité, même si je n'ai rien pour vous remercier de votre générosité. C'est très gentil et je vous en suis reconnaissant.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 123
The burglar thousand faces
Who am i !

Une douce rencontre... [pv Davis Anton]

MessageSujet: Re: Une douce rencontre... [pv Davis Anton] Mer 23 Aoû - 22:15
Davis avait servi le jeune homme et les enfants les plus proche de lui ainsi que lui-même. Il souriait, mais se demandait en lui pourquoi il agissait comme ça, une ombre noire planait sur lui, faire entrer quelqu'un de plus dans sa vie... Est ce une bonne idée ? Assailli de doute, il se reprit quand le beau blond lui parla et le fit sourire. 

- Juste je pense pouvoir reconnaître princesse Abyss même si environs quinze ans nous sépare désormais de cette époque là.


Davis reporta son regard sur les enfants, ceux-ci maintenant occuper a manger avec appétit leur repas. Le jeune homme regarda sa propre assiette, ses doigts trop mince autour du manche de la fourchette, sous ses vêtements, il était osseux, 2 semaines de privation ça laissait des marques, pour ne pas faire peur aux enfants, il utilisait du maquillage sur son visage pour le re pulper, et masquer les cernes encore présente sous ses yeux.

- Et si maintenant, c'était moi la fragile princesse...


Murmurât le brun pour lui-même. Il se reprit pour n'inquiéter personne.

- Ne vous en faite pas, nous mettons toujours un couvert en plus au cas où. Votre présence fait plaisir à Sarah, c'est suffisant. Et il me fait plaisir de t'avoir retrouvé aussi.


Tien voilà qu'il passait du vous au tu sans transition, naturellement. La présence du jeune homme blond l’apaisait vraiment. Davis se frotta discrètement l'endroit ou le coude l'avait touché. Il marquait facilement en ce moment, ça allait laisser un bleu, rien de grave.

Le repas se passait bien, il y avait des piaillements d'enfant bien sûr, des chicane aussi, c'était vivant. Davis devait tous les protéger, ces renégats connaissaient son visage, mais pas son nom, et demain début de son stage avec la maîtresse du vent. Le jeune homme brun fini son assiette autan qu'il le put l'estomac encore noué. Et il reporta son attention sur la petite fête, on passait aux gâteaux et donc aux cadeaux. 


Chaque enfant offrait un petit truc qu'ils avaient fabriqué de leurs mimines, c'était adorable ! La petite cria quand elle reçut son cadeau de la famille Anton, une nouvelle robe, et une poupée de la part des employés. L'enfant était aux anges. Les gâteaux furent vite dévorés, et Davis dévora sa pare de gâteau aux chocolats. Le repas fini, il aida à débarrasser alors que les enfants partaient jouer un peu avant de dormir.

- Il se fait un peu tard, mais je vous propose une petite visite ?


Glissant sa main fine dans celle du blond, il le guida, lui montrant la baptise, lui expliquant telle ou telle pièce avant la création de l’institut et après. L'architecture ancienne était fabuleuse, et c'était bien entretenu. Sarah arriva face a eu en courant dans sa jolie robe, elle tourna sur elle-même en tenant le tissu entre ses menottes.

S : T'as vu comme elle tourne ?! 
- Tu es très jolie Sarah, tu as brossé les dents ?
S : Heuuuuuuuu
- Va te changer et brosse les dents et dodo ! 
S : Ouiiiiii


Et la petite puce reparti après avoir dit qu'ils étaient jolis ensemble, Davis rosi, et tira Abyss prendre l'air, marchant ainsi sur le chemin de brique rouge qui traversait le grand parc, le ramenant progressivement a la maison classique des Anton qui donnait sur l'autre coté du parc du manoir.

- Est ce que... est ce que princesse Abyss veut bien rester quelques instants de plus avec moi ?

Il ne voulait pas rester seul, alors il relâcha la main pour lui prendre le bras et se rapprocher de lui, de sa chaleur.

- Tu crois au coup de foudre ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Une douce rencontre... [pv Davis Anton]

MessageSujet: Re: Une douce rencontre... [pv Davis Anton]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Davis Burningham
» Megane Davis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: RUES CALMES :: Maison des Anton-