RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 67
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

[Flashback - Solo] Ore no neko ~

MessageSujet: [Flashback - Solo] Ore no neko ~ Mar 25 Juil - 4:04
  • Jake Jefferson
  • Lily

Ore no neko.

Combien de temps s’était-il passé depuis mon arrivée dans le sud d’Amestris ? Même pas un mois. Je venais tout juste de faire l’acquisition de mon atelier. J’avais pas dépensé beaucoup, le type me l’avait refilé pour pas grand-chose.  Il m’avait d’ailleurs souhaité bonne chance pour les affaires, que j’en aurais grand besoin. Non, mais il était qui pour me dire ce genre de chose. Il cherchait à dire quoi au juste ? Que je n’avais aucune chance face à la concurrence du coin ? Tss, s’était mal me connaître. Les autres, j’en avais rien à faire. J’avais un atout dans ma manche au cas où, mais je me contentais simplement de faire l’imbécile qui venait de débarquer dans un coin qu’il ne connaissait pas. Ce qui me faisait rire, c’était les gens qui venaient me voir les premiers jours à l’atelier pour savoir ce que je comptais faire et si j’allais m’en sortir. Ils n’ont pas cessé de me dire que j’étais très mal placé pour les affaires. Qu’avoir un atelier à l’autre bout de la ville, dans un coin reculé ne m’aiderait pas à me faire de la clientèle. On m’a même conseillé de faire ma pub aussi souvent que je le pouvais, histoire de me faire connaître un maximum. Que dalle ! J’allais pas faire comme les autres et me mettre à hurler comme un taré sur la place ou même la rue principale pour ameuter du monde.

Les premiers jours, j’ai passé mon temps à chasser d’un coup de pied au derrière les gêneurs. J’ai commençais par m’installer un bureau et des plans de travail avant d’acheter des outils et autres matériaux qui allaient me servir pour commencer mon affaire. Je me souviens particulièrement d’un soir où je venais de finir mon rangement. Il faisait déjà nuit et j’allais fermer pour rentrer à mon appartement. Je passais plus de temps dans l’atelier que dans mon nouveau chez-moi. Je commençais à tomber de fatigue, je venais d’enchainer deux nuits d’affilés et à peine deux heures de sommeil dans les dents. Alors que je fermais la porte et que je vérifiais que le store métallique qui allait servir à faire entrer les véhicules à l’intérieur, était bien verrouillé, j’ai entendu comme un miaulement faible juste derrière moi. Qu’est-ce que c’était ? Un matou ? J’ai tourné la tête pour vérifier, mais je ne voyais rien.  Un autre miaulement plus faible que le premier retentit. J’ai haussé un sourcil orné par des piercings de métal avant de commencer à m’éloigner. J’avais pas envie de perdre mon temps avec un chat des rues. Puis c’est là qu’il est arrivé devant moi… Une petite boule pratiquement toute noire avec de grands yeux. L’animal était si petit que j’avais presque failli marcher dessus sans le vouloir. Il devait avoir quelques semaines au plus. Il avait des oreilles assez étranges, elles n’étaient pas comme les autres matous que j’avais pu voir. Celles-ci étaient arrondies sur les pointes comme les lionceaux. La bête devant moi tremblait et ne faisait que me regarder en miaulant sans arrêter. Une véritable alarme ce truc. J’ai émis un grognement avant de m’abaisser pour me mettre accroupi devant lui. « Qu’est-ce que tu me veux, toi ? T’as pas autre chose à faire que de m’emmerder à cette heure ? »

V’là que je parlais à un chaton… Fallait vraiment que je me fasse des potes. Etrangement, alors que j’ai tendu ma main vers la boule de poil, il s’est approché pour tenter de me mordre les doigts. Il n’avait pas peur celui-là. Au fait, je pensais « il » mais je ne savais pas si c’était une femelle. Pris d’un doute, j’ai choppé la bestiole par la peau du cou avec deux doigts pour le soulever du sol. Je l’ai soulevé au-dessus de mon visage pour zieuté un coup. J’avais raison, c’était bien un mâle. Ce dernier n’hésita pas à tenter de me mettre un coup de patte sur la tronche en continuant de me fixer. J’ai rigolé un bon coup avant de le reposer sur le sol et me lever. Assez traîné ! Je voulais rentrer pour aller pioncer au moins quelques heures avant de reprendre mes affaires, mais voilà que l’autre se mit à re-miauler comme un fou et tourner autour de moi avant de se diriger vers le coin de la rue. Il voulait peut-être que je le suive ? J’en savais rien… Mais il allait dans la même direction que mon appartement. « C’est bon, t’as gagné… Tu veux me montrer un truc ». J’étais loin de me douter de ce qui allait se passer. J’ai passé dix bonnes minutes à le suivre. Il s’arrêtait même à chaque fois qu’il allait tourner pour vérifier que j’étais toujours derrière lui. Puis à un moment donné, j’ai entendu des voix, des rires même. Pas très loin dans une ruelle, il devait y avoir trois gars qui devaient avoir trop bu. L’un deux tapait dans ses mains pour encourager un autre qui piétinait quelque chose sur le sol. C’est là que j’ai senti la colère monter d’un coup quand j’ai aperçu ce qui se trouvait sous sa pompe. C’était un chat identique à la boule de poil qui se trouvait à mes côtés, la seule différence, s’était que celui-ci était plus grand. Peut-être la mère du petit. La pauvre bête ne bougeait plus et cet enfoiré continuait à frapper, encore et encore en se marrant comme une baleine. Je me souviens d’avoir bougé sans même le vouloir. Je me suis précipité vers les trois types pour foutre mon poing dans la tronche du mec qui martyrisait toujours le chat. « T’as pas autre chose à faire que t’en prendre à une pauvre bête ?! » J’avais la haine. Mon poing est repartit aussitôt se loger avec violence sur la joue du gars et j’ai continuai à frapper aussi longtemps que je le pouvais avant que ces deux potes ne réagissent. Ces deux-là m’ont choppé par les bras pour m’écarter et me tenir, le temps que le troisième reprenne ses esprits et ne crache du sang un peu plus loin. « Tu te prends pour qui espèce d’enflure ?! » Ce fut les mots qu’il prononça avant de venir me foutre un coup de pied dans l’estomac.

La suite n’est pas très glorieuse pour moi. Je me suis fait passer à tabac et jeté dans un coin avant que les trois ne s’en aillent. J’en avais rien à faire de la douleur et de saigner à l’arcade droite. Après un petit moment à tenter de me relever, j’ai entendu la petite boule de poil que j’avais suivi jusqu’ici se remettre à miauler. Une succession de bruits tristes… Quand j’ai pu enfin me remettre sur mes jambes, j’ai regardé vers ce qui devait être sa mère. Le petit était juste à côté et donnait des coups de pattes pour tenter de faire bouger l’autre chat. Aucune réaction… Il était trop tard. Il n’y avait plus rien à faire. J’étais arrivé trop tard… comme pour mon maître… Voilà que je repensais à ce qui m’avait conduit jusque dans le sud. Pitoyable. Je n’arrivais même pas à sauver la vie d’un animal. Je me suis occupé par la suite d’enterrer la mère du chaton convenablement avant d’embarquer la petite boule de poil avec moi jusqu’à mon appartement. Je n’avais pas envie que ces types ne se décident à s’en prendre à lui. Une fois arrivé, j’ai pris un bol pour y verser du lait et le déposer devant la petite bestiole. Il ne semblait pas vouloir fuir, ce qui était une bonne chose. Avait-il conscience qu’il venait de perdre sa mère ? Dommage que les animaux ne savent pas parler. Le chaton ne daigna pas bouger de toute la soirée et il n’alla même pas se nourrir un peu. Il se contentait de rester en boule en fermant les yeux. Je suis allé me coucher et le lendemain à mon réveil, il n’était plus là. J’avais oublié de fermer la fenêtre du salon qui donnait sur la terrasse et l’escalier de secours. « Tant pis pour lui » C’était ce que je mettais dit en allant ramasser le bol. Il était vide.

J’ai eu un petit sourire sur les lèvres avant de me décider à retourner à l’atelier pour continuer à tout installer. J’ai passé la matinée à monter des trucs qui allaient me servir pour la partie garage. Je ne pensais pas que ça allait me fatiguer aussi vite. J’avais mal à l’estomac à cause des trois types de la veille. Ce qui me ralentissait aussi pas mal. Pendant la pause du midi, j’ai pris un peu de temps pour souffler. Je suis sorti dehors pour prendre un peu l’air et c’est à ce moment précis où quelque chose attendait juste devant ma porte. Je venais de surprendre la bestiole qui s’amusait à gratter à la porte... « Qu’est-ce que tu fous-là toi ? ». Mon regard se posa sur son pelage qui était tout sale et dans un mauvais état. J’ai instinctivement serré les dents avant de venir le prendre dans mes mains. Un vendeur du coin pointa le bout de son nez et m’interpella en pointant le chat dans mes mains. « Il est à vous ? Ce matin des enfants se sont amusés à lui jeter des pierres dessus. J’ai tenté de le prendre avec moi, mais ce petit fripon ne s’est pas laissé faire… ». Des gamins ? Sérieusement… Sans même prendre le temps de répondre à cet homme, j’ai filé directement à l’intérieur de l’atelier pour aller nettoyer cette pauvre bête. Fort heureusement, pas de blessure. Plus de peur que de mal, il lui manquait juste un peu de pelage au dessus d'un oeil. Comme une cicatrice en forme de croissant de lune. Qu’est-ce que j’allais en faire ? N’allait-il pas s’en aller encore une fois ? A ma grande surprise, après quelques jours à me suivre partout où j’allais, l’animal resta avec moi. Il avait même élu domicile dans un coin de mon lit après de nombreuses tentatives pour y grimper. J’ai improvisé un petit escalier avec des livres pour lui faciliter les choses. Il ne prenait pas beaucoup de place, mais tous les matins, je le retrouvais allongé sur mon visage, presque en étoile de mer. Il prenait un peu trop ses aises… Un matin, je l’ai décroché de mon visage et je l’ai soulevé dans les airs, au-dessus de moi. Il agrippait des mèches de mes cheveux et s’amusait à vouloir les manger. « Faut que je te trouve un prénom pour toi. Je ne vais pas t’appeler le squatteur éternellement…. » Après un long moment à réfléchir en regardant cette bouille noir et blanc, je me suis redressé, foudroyé par un éclair de génie. « Lily ! ça sera Lily ! » Le chaton me fixa longuement avant de se mettre à miauler en ronronnant en même temps. Cela avait l’air de lui plaire. Ce nom n’était pas choisi au hasard puisque c’était le deuxième prénom d’une personne que j’ai connu lorsque j’étais à l’orphelinat et qui m’avait tendu la main à de nombreuses reprises …Avant de me faire adopter par mon défunt maître. Si cette personne savait que j’avais donné son nom à un chat… Elle n’hésiterait pas à me tuer. Mais bon, ça lui allait plutôt bien !


1879 mots
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sappy, le village de Raito [Flashback - Solo] [Partie 1]
» Land of Birds [ Deidara || RP flashback solo. ]
» [Flashback - Entrainement solo] Il faut savoir se mouiller pour ses amis
» Tribulations d'une naine [solo & flashback]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SOUTH CITY :: LE SUD :: RUSH VALLEY-