RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 301
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mar 4 Juil - 23:28



Il n’existe que deux justices véritables en ce monde. La première est Le temps. Il mesure chaque seconde de vie, chaque acte, chaque pensée… Chaque mort. Personne ne peut lui échapper, personne ne peut s’en cacher, pas même ceux qui trichent et se lancent dans la confection de pierre philosophale. Non. Aucune cachette n’est possible pour qui que ce soit. Une fois trouvé, le temps vous reprend ce qu’il a donné, et il nous manque alors…C’est donc la fin. La fin d’un temps, d’une vie, d’une pensée… Puis vient la Mort. Fidèle à son poste, emportant ceux qui vous sont chers sans même prendre en considération vos états ni vos larmes. Elle n’a aucune compassion et ne fait pas de distinction non plus, elle prend juste avec elle ceux que le temps à maudit. Mais c’était justement là, la plus horrible des constatations que pouvait faire les créatures sensibles de ce monde, car lorsqu’on est capable d’aimer, ces deux grands maitres ne nous laissent que souffrance une fois leur besogne accomplie. Et l’horreur sans nom qui s’était abattue dans le cœur des âmes présentes, n’aurait possiblement aucune fin.

Il faisait nuit.

La lune était haute, mais les étoiles se faisaient absentes, voilées par une soie noircie et ténébreuse. Et pourtant, de ces nuages sombres pleuvaient des flocons d’argents presque lumineux, se posant ensuite sur l’étendue tout aussi pâle des montagnes. Briggs… Une zone si peu visitée, et toujours aussi blanche. La neige était le manteau impérial des lieux, un manteau qui se voyait presque éternel, et accompagné d’une brise glacée en provenance du nord. Mais ce n’était pas là la chose la plus funeste de ces lieux pour la nuit. Au milieu de cette étendue nocturne dansaient six lanternes pourpres en cortège, avançant dans cette pénombre et l’habillant d’une nouvelle armure. Cette traversée marquait la fin d’une ère, la fin d’un individu qui pourtant, avait apporté plus de lumière en sa vie que la lune en une nuit. Il y avait un homme blond en tête de file, avec une lourde lanterne dans la main, et portant un long manteau de fourrure noire à col. Derrière lui venait un homme brun avec une chevelure longue nouée à l’arrière et l’avant hirsute, portant le même manteau mais avec des manches courtes – ce qui était surprenant, et il tirait une lourde charrette dans la neige, sur laquelle reposait un cercueil. Derrière lui, soutenant l’arrière de l’engin, un autre homme, châtain cette fois-ci, encore une fois, dans cette tenue endeuillée. À coté, il y avait une jeune femme brune, elle aussi portant une tenue sombre, et derrière…

Un couple…

Ou du moins ce qui semblait être un couple, car la créature féminine des deux avait l’air totalement ailleurs. Plutôt petite, mais bien proportionnée, elle était la seule à porter du blanc, une longue robe de dentelle qui, pourtant, donnait cette impression vieillie suivit d’un long manteau de fourrure à capuche décoré de motif, et sa chevelure rousse était illuminée par les reflets de la lanterne qu’elle tenait à la main. Mais son faciès… reflétait une absence totale d’émotion et de lucidité. Elle semblait agir par instinct, et non par conscience, avançant de manière légèrement saccadée, telle une poupée désarticulée. Ses yeux pourtant émeraude et scintillant dans les éclats enflammés des lanternes, eux même, étaient terne dans leur sens. Plus aucune vie ne semblait se lire dans ces prunelles précieuses. De même, l’homme à ses cotés ne semblaient pas quoi faire pour obtenir une quelconque réaction de sa part…Il avait la chevelure en bataille, aussi blanche que le manteau de neige au sol, alors que le sien se faisait de cuir et noir. Son regard carmin s’était posé à répétition sur la demoiselle qui avançait à ses cotés… Mais si on s’attaquait à la profondeur du malaise, les choses devenaient parfaitement compréhensible… Il suffisait en vérité de reconnaitre toutes ses personnes et de faire le compte…

Ce cortège représentait là toute la meute de chimères créées ou sauvées par Lyl Gin Jefferson et menée par leur alpha, Chiara Williams, dite Triheart. Et le créateur en questions se trouvait au centre de ce cortège funèbre… Il n’avait pas besoin d’être décrit puisqu’il était au cœur du cercueil en bois massif. En route pour sa toute dernière demeure… Celle qui l’avait vu naitre et éduqué. Les montagnes de Briggs. Dire qu’il avait quitté cet endroit pour ses quinze ans, s’était enrôlé dans l’armée, puis avait migré pour travailler en commun avec Aerugo, avant de les fuir et de sauver tout ce beau monde. Et sa vie s’était achevée quelques jours plus tôt, après un an et deux mois de coma total. Personne ne savait ce qu’il s’était passé, juste que le festival de l’automne qui aurait dût être synonyme de victoire, avait été un fiasco total, et mené dans le sang et la douleur. Certains ici présents en étaient encore convalescent, et d’autres, inquiets, car Lyl n’était pas juste mort d’avoir trop attendu dans le coma. Il avait été assassiné.

Par Aerugo.

Chiara Williams avait retrouvé le corps de son maitre et sauveur au sol, gisant dans une marre de sang, une lame aerugolaise luisante plantée dans son abdomen. Il n’avait eut que le temps d’appeler sa plus proche amie, Pandora, avant de rendre son dernier soupir dans les bras de la Diva, brisant la conscience de celle-ci. La constatation qu’une perte pareille était bien trop douloureuse s’était faite dans l’esprit de la rouquine, qui avait décidé de ne plus ressentir à part cette tristesse lente. Elle ne pouvait plus espérer, puisque tous allaient disparaitre, que ce soit dans la vieillesse ou dans le meurtre… Lorsqu’elle… Etait rejetée du temps et de la mort. Ne pouvant vieillir à cause de ce corps en stase, ressuscitée lorsqu’elle était parvenue à la frontière. Si l’homme qui était à ses cotés avait ravivé espoir et amour, la possibilité de le perdre était déjà en train de la détruire quand bien même ce n’était pas encore d’actualité. Elle ne voulait plus rien voir de tout cela, juste… attendre que la vie passe son chemin autour d’elle. Car Xenos Galan Van Baelsar, était toute sa vie.

Mais si la vie pouvait s’en aller sans qu’elle ne puisse rien y faire, alors à quoi bon lutter pour la garder auprès de soi ?

Même les vies de ceux autour d’elle ne semblaient plus aussi importantes. Kira, qui pourtant s’était révélée comme une sœur pour elle, prenant la place de sa cousine décédée avec qui elle était extrêmement proche, ne semblait plus autant la faire réagir. La chimère corbeau devait pourtant rejoindre le camp de ceux qui avaient lancé une attaque sur Central au moment du festival, et ainsi, mettre sa vie en jeu, sans compter qu’elle suivait toujours le traitre lupin. Vincent Wolf… Mais encore une fois, plus rien n’avait d’impact sur la chanteuse. Elle était presque morte de l’intérieur. Si deux autres âmes pouvaient encore prendre le contrôle du corps, la plus jeune ne cessait de sangloter, refusant de bouger, et se laissant mourir. La seule qui pouvait encore agir, était aussi la plus dangereuse et instable. Anjuu, qui pour évacuer cette douleur qu’elle ne comprenait pas, comptait décimer tous ceux qui se mettraient sur son chemin dans sa soif. Et quand bien même, toutes trois avaient le rôle d’alpha de cette meute, plus aucune ne semblaient vouloir de ce titre, oubliant même les noms des bétas de leur meute.

L’ours à la chevelure noire ne savait pas comment agir, décidant de reprendre juste le court de sa vie une fois l’enterrement fait, en attendant que la demoiselle qui avait bien plus de puissance que lui tout en ayant l’air plus fragile reprenne le contrôle de son propre mental. Justin lui, ne disait rien, il suivrait l’ours de toute façon, et ferait en sorte que cela ne soit pas trop dur pour ceux qui lui étaient cher. En soit, il n’y en avait que deux qui savaient plus ou moins comment agir à présent, le premier, était le renard argenté, qui avait décidé de protéger la demoiselle dans l’espoir qu’elle se reprenne… L’autre, était le félin à la tête du convoi. L’agent triple qui, contrairement à ce que l’on pensait, n’avait voué allégeance qu’à la plus jeune des trois âmes de l’alpha. Et sous son long manteau, se cachait encore l’arme utilisée contre Lyl, luisante de sang séché. Il savait parfaitement à qui elle appartenait, pour avoir travaillé avec lui… Et lorsque la situation se présenterait, il pousserait la chanteuse à se relever, peu importe ses larmes. Un leader ne pouvait se laisser écraser par une défaite…Mais pour le moment, seul comptait ce silence macabre…

Et la fin d’une vie.



Hors jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 649
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Lun 31 Juil - 3:59
  • Ban
  • Team Princesse &
    Pride

Jusqu'à la fin.
Il n’y a qu’un pas à faire pour passer de la vie à la mort. L’humain n’est pas à l’abri d’être frappé par la faux de l’ange qui est craint de tous. La mort est présente partout. Elle côtoie le monde avec liberté et n’a que faire de répandre la tristesse sur son chemin. Le renard l’avait souvent croisée, mais jamais pour lui. Cette chose invisible à l’œil nu était venue pour prendre les âmes des hommes et des femmes qui avaient le malheur de périr par la faute de l’argenté. La chimère avait souvent ôté la vie pour se défendre, mais aussi par plaisir. Un plaisir incontrôlable de par sa nature animale. Combien de personnes avaient passé l’arme à gauche en croisant le chemin du mercenaire ? Beaucoup trop à son goût. Celui-ci tentait désespérément de trouver une solution à ce problème, mais il n’y était jamais parvenu.

Le mercenaire marchait à la suite d’un groupe de personnes qu’il connaissait depuis très peu. Avançant dans un paysage enneigé où les ténèbres de la nuit adoucissaient cette masse blanche et sans fin. Le froid n’avait pas l’air de déranger ce groupe qui suivait une charrette avec en son centre, un cercueil en bois. Quand on y repense, le renard n’avait jamais assisté à ce genre de rassemblement. Il évitait ces moments pénibles, trouvant qu’il n’avait rien à y faire. Cette fois, seulement… Cela était différent. La personne qui avait été emportée dans les bras de la mort était quelqu’un d’important pour la jeune femme qui se trouvait aux côtés de l’argenté. Lyl… L’homme qui était dans le coma depuis un certain temps et qui ressemblait étrangement à notre renard. Ban ne le connaissait pas, mais il avait pu entendre parler de lui à travers les différents membres de la meute et surtout de la part de sa princesse. Aaah, Princesse… Elle n’était plus la même depuis cet événement. La jeune femme aux longs cheveux flamboyants était devenue comme vide… Un corps sans âme.

Le renard se souviendrait toujours du jour où il est rentré à l’appartement. Il revenait de l’Est, après avoir accompli une mission, qui s’était mal terminée. Il était rentré le lendemain de la mort de Lyl et l’atmosphère était déjà pesante. L’argenté n’avait pas eu vent de la nouvelle et c’est en voyant le visage des autres qu’il avait compris que quelque chose de grave s’était déroulé pendant son absence. Il avait pensé tout de suite à sa princesse. Il s’était donc précipité dans la chambre de celle-ci pour vérifier ses craintes. Elle n’y était pas… L’homme avait senti son cœur s’arrêter pendant une fraction de secondes avant que Flint et Alois ne se décident à avouer qu’elle était dans une autre pièce : la chambre de Lyl. Il allait y entrer lorsque Alois l’attrapa par le bras pour l’en dissuader, que ce qu’il allait voir ne lui plairait pas. Le visage de l’homme-chat était si livide… Comme celui de l’ours et du cerf. Eux qui débordaient habituellement d’énergie, on aurait pu croire qu’ils n’étaient pas eux.

Une fois à l’intérieur de la chambre, ce que le renard vit ne lui plaisait pas, en effet. Sa princesse se tenait près du lit de l’homme qui avait perdu la vie. Transpercé par une lame… La première chose que fit l’argenté, était de faire le tour pour aller prendre dans ses bras sa princesse. Elle n’eut aucune réaction. Il avait beau lui parler, tenter de la rassurer et de l’apaiser… Rien. Voilà tout ce qui se passa et ce fut la même chose les jours suivants. Loin de vouloir abandonner, il multiplia les occasions de faire « revivre » la jeune femme, mais en vain. L’argenté ne savait pas quoi faire… Personne ne lui donna d’ailleurs les détails de cet événement. Ban ne chercha pas à savoir non plus. Il n’avait pas le cœur à déranger qui que ce soit pour le moment. Il finirait par savoir tôt ou tard. Tout ce qui comptait à ses yeux était la santé de celle à qui l’homme avait donné son cœur depuis sa tendre enfance.

Le mercenaire s’en voulait tellement d’être allé faire son stupide contrat alors qu’il devait rester à ses côtés. Il avait juré de la protéger et ce fut un échec. Elle était dans un état que Ban se refusait à voir. La rousse avait de nombreuses plaies sur le corps… Que s’était-il passé ce jour-là ?! Il aurait mieux fait de ne pas partir. Son instinct lui avait pourtant hurlé de ne pas y aller. Quel con… Au final, il avait des regrets et il avait dans un sens perdu celle qu’il aimait pour un temps indéterminé. Est-ce que les choses iraient mieux après ? Il n’en savait rien. Ils continuèrent d’avancer dans la neige, suivant la charrette jusqu’à l’endroit où ils allaient faire leurs adieux à l’homme à l’intérieur de la caisse. Le renard restait attentif et n’arrêtait pas de surveiller sa princesse du coin de l’œil. Il se rapprocha d'elle pour venir lui prendre la main, espérant qu'elle comprenne qu'elle n'était pas toute seule et dans l'espoir d'obtenir une quelconque réaction de sa part. Au moindre souci, il prendrait les devants. Il ne laisserait personne déranger ce moment important et il allait tout faire pour protéger du mieux qu’il pouvait les trois âmes qui se trouvaient dans un même corps. Il ne pouvait pas refaire le passé, mais il pouvait s’occuper du présent. Il n’hésiterait pas à égorger n’importe qui si la sécurité de la jeune femme était en jeu. Maintenant, le moment fatidique approchait et en cette nuit froide, les ténèbres étaient bien trop proches d’eux pour que ce soit un hasard.

1226 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 609
L'orgueil parfait / Pedopride
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 7
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mer 2 Aoû - 18:06





Jusqu’à la fin


Pride & Angelica/Anjuu/Chiara & Ban & Kira & Vincent



La vie et la mort... deux choses complètement indissociable l'une de l'autre et qui ne peuvent exister l'une sans l'autre...
Apres, tout, a chaque fois que quelqu'un venait au monde, la mort elle venait toujours après... Parfois peu de temps après, la vie elle dans ce cas la, ne durais qu'un souffle, un battement de cil, mais parfois elle venait bien plus tard en amie prenant la vie de gens, qui avait vécu pleinement cette vie qui leur avait été offerte jusqu'au dernier moment, ou leur dernière rencontre, leur dernière amie venait les prendre pour jouer avec elle certains disait mais définitivement et ne jamais revenir. Bien sur, dans ce monde il y avait des exceptions a la règle enfin si on pouvait dire. C'est juste que ces gens la eux mourrait moins facilement que les autres et donc vivait bien plus longtemps mais au fond bien qu'il se croyait éternelle la faucheuse viendrait tout aussi bien les prendre un jour et ce jour la, il comprendrait eux aussi que rien n’était éternelle dans ce monde...

Un homme avait dit un jour que la vie et la mort était aussi comparable au soleil et a la lune, la vie étant le soleil, la lumière le fait de vivre et de rire et la lune semblable a la mort, froide, glacial, la ou tous s'endormait espérant se réveiller le lendemain, plongeant dans des ténèbres aussi froides que ce l'on n'aurais pus nommer la mort, mais vu que l'on se réveillait cela ne l’était pas vraiment ou alors si, mais cette dernière estimait que l'heure n’était pas venue de rester définitivement avec elle. La mort il fallait bien avouer, n'avait pour beaucoup pas de cœur ni même de sentiment car elle prenait comme cela, sans regarder si c'etait un enfant ou autre et il fallait bien l'avouer parfois, elle était aider de meurtrier ou pire... Lui l'homonculus de l'orgueil Pride ne c'etait jamais considérer comme la mort, mais plus comme les ténèbres après tout c'est ce qu'il était au fond aussi, mais pourtant quand on y pensait, la lune, la nuit et les ténèbres allait de pair cela voulait t'il dire que dans un sens il était au service de la mort? Voila une question qui ne trouverais jamais de réponse...

Il faisait nuit a ce moment la dans les montagnes de Briggs, qui d'habitude était couverte d'un long voile blanc neigeux qui recouvrait toute l’étendue de vue que l'on pouvait avoir, mais la nuit c'etait autre chose de bien différend. Déjà la neige était plus aussi blanche, du fait de la nuit, mais la pour une fois il y avait autre chose. debout situer au milieu des arbres, dont les branches ployais par le poids de la neige qui s'entassait régulièrement se tenait un enfant, il avait peine plus de 10 ans, les yeux clos, des cheveux noir en bataille flottant doucement au grès du vent. Il avait la peau blanche si bien que l'on pouvait croire qu'il était mort ainsi debout et que la neige se chargeait lentement de l'engloutir dans son manteau blanchâtre pour le faire disparaître pour de bon, mais il en était rien bien au contraire. Toujours vêtue de sa veste et de son petit short, l'enfant ne faisait pas un geste et n'importe qui en le voyant ainsi aurait crut que oui il était mort, ou bien qu'il allait mourir de froids vêtue ainsi, pourtant il ne ressentait absolument pas le vent qui frappait son visage ni même le froid perçant de la nuit, qui soufflait doucement dans ces montagnes enneiger et meurtrière...

Autour de l'enfant qui n’était autre que notre homonculus se trouvait une ombre qui tournoyait masquant bien sur la neige, de sa noirceur mais protégeant l'enfant aussi d'une quelconque attaque d'ours qui pouvait survenir on ne savait jamais après tout. Pride lui en tout les cas n’était pas venue a Briggs par hasard, il suivait avec son ombre en réalité un groupe, qui avançait en silence dans la neige, enfin plus qu'un groupe, c'etait plus un cortège funèbre, avec en leur centre une charrette ou reposait un cercueil en bois, signe du deuil qui frappait ce cortège qui s'avançait lentement dans la nuit éclairer simplement par des lanternes. L'ombre elle les suivait en silence,
elle ne se faisait pas remarquer et bien sur, de toute façon, le cortège avait trop la tête ailleurs pour faire attention et puis de l'ombre qui avançait en même temps que des lanternes c'etait un peu logique. Pride savait pertinemment qui se trouvait dans ce cercueil, après tout l'homme qui se trouvait dedans avait été son ennemie pendant un temps, il était rester dans le coma, dans sa ville la ou il aurait put aisément le tuer, mais a cause de la seule femme en blanc dans le cortège, il n'en avait rien fait. Il ne l'avait pas tuer, ni même toucher, au fond Pride avait même eu le mince espoir qu'il se réveille un jour pour qu'il puisse le tuer de son vivant, mais la mort elle ne cherchait pas a comprendre et parfois même a attendre, elle frappait comme ça sans prévenir et c'est ainsi que l'un des vieux enemies de notre homonculus disparut emportant avec lui, la vérité sur la chimère qui semblait tant ressembler a Pride si bien que ça lui plaisait pas. Il avait sentit la détresse et la douleur de la jeune Anjuu a Central et c'etait même rendu chez elle pour voir ce qui c'etait passer sous sa forme d'ombre et c'est la qu'il avait apprit la nouvelle de la mort de cet homme, de cet ennemie, mais aussi qu'il avait vu pour la 1ère fois cet autre homme aux cheveux argentée. Pour n'importe qui, c'etait un humain normal, mais Pride l'avait vu tout de suite, il n'etait pas humain c'etait un chimère et a en juger par l'odeur lier a un renard. Mais ce qui avait surprit Pride c'est qu'il semblait très proches de Anjuu, elle qui ne se liait jamais avait fini par se lier a quelqu'un alors... Cela avait beaucoup plus a notre homonculus qui loin d'être aussi toucher que les autres par la mort de son ennemie avait déjà enclencher un plan dans sa tête...

Puis finalement il se retrouvait la, a suivre le cortège, déjà car il voulait être sur que Anjuu n'allait pas faire de bêtise, mais aussi pour rendre un dernier hommage a cette homme qui avait été son ennemie et l'avait si souvent tenue en échec lui le plus ancien des homonculus mais aussi le plus parfait. Mais aussi pour voir, ce qu'ils allaient faire du cercueil tout de même. L'ombre continua lentement de les suivre, quand finalement, il prit la décision de les protéger tout de même, pour le reste de leur route et les entoura de son ombre sans trop les approcher ni même les toucher. mais a chaque fois qu'ils avançaient maintenant, l'ombre s’écartait comme une haie funeste saluant,
une dernière fois l'homme dans le cercueil, saluant cette ennemie qui maintenant était partit faire une dernière danse, dans les bras de sa dernière amante la mort elle même...

hrp:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 248
The Crow | Punching ball de Ban
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mar 15 Aoû - 22:28

Jusqu’à la fin


Pride & Angelica/Anjuu/Chiara & Ban & Kira & Vincent




-----------------------------------------------




Un cauchemar, rien de plus. Un rêve brisé et aussi une perte : un membre de la famille. Les humains continuaient d'avoir cette soif de joie, mais pas elle. Non, la jeune femme avait perdue le moral car sa mission avait échoué, et aussi, elle n'avait pas envie de sourire car elle avait reçue une terrible nouvelle par une pluie battante. La jeune Kira resta durant toute la journée dehors, le corps trempé, un papier à la main qui commençait lui aussi à être mouillé, de telles sortes que les mots allaient s’effacer sous peu. La jeune femme fermait doucement les yeux, revoyant la joie de sa famille, tous heureux, et le jeune homme qu'elle n'avait pas connue mais pour qui sa sœur avait tant d'affection. La jeune kira serra doucement la lettre que sa sœur avait écrite le jour où leur mission avait mal tourné. Kira tremblait doucement comme une feuille, elle qui ne voulait pas être faible, mais elle sentait si coupable de pas être là pour sa sœur qui s'était donner tant de mal. Kira relu d'ailleurs les mots laissé sur le parchemin par sa sœur.

"Kira, chère sœur,

La dernière fois que nous nous sommes réellement parlé, c'était la veille du festival, où je t'ai demandé de surveiller Vincent de près. Il nous semblait louche à toutes les deux, et le fait d'avoir raison m'a profondément touché, mais les événements récents... M'ont encore plus blessée...

Nous nous sommes quittées sur les champs de bataille ma sœur, c'est pourquoi tu ne sais pas ce qui est arrivé lorsque les garçons et moi sommes rentrés à l'appartement... Je... J'ai encore du mal à l'admettre mais... Lyl est mort... Il est mort dans mes bras. J'ignore ce qui était le pire, le festival, mon combat avec Envy, la trahison du loup, ou ça...

Je suis perdue ma sœur... Je sais que tu es sur les traces de Vincent et Kimblee, et que c'est dangereux pour toi de t'éloigner d'eux mais... J'ai besoin de te voir et de parler... Je ne sais plus vers qui me tourner alors voilà... Nous enterrerons Lyl le 3 Novembre, dans la grotte de Tyr na nog, dans les montagnes de Briggs... J'espère te croiser là-bas ma chère sœur... Tu me manques...

Je t'embrasse, avec tout le cœur que je peux y mettre... Fais attention à toi...
Chiara "


La sœur de Kira avait besoin d'elle pour la soutenir. Elle leva doucement sa tête, à regarder le ciel et pensa "pourquoi lyl tu es parti? N'as-tu donc aucun cœur de laisser Angie seule, toi qui l'a créée, tu l'as laissé seule dans le noir. Je pensais qu’Angie te voyait comme un père et un père se battrait pour rester auprès de la personne qu'il chérissait le plus au monde... La jeune kira regardait toujours le ciel, si gris et la pluie tombait doucement sur son visage quand soudain le sourire d'Angie refait surface, elle se jura de ne plus jamais revoir Angie pleurer, qu'elle devrait faire son possible pour que son cœur ne soit plus déchiré. Qu'elle n'aille pas croire qu'elle était seule!

La jeune Kira déchira la lettre puis se leva doucement. Prend ses vêtement  a se changer  pour éviter que des gardes de l`hôpital  rejoindre sa chambre ou  bien des docteurs  vont la voir si elle vas bien  ou elle fais pas des bêtise au moment   la jeune Kira  sentais  la fatigue et encor plus son corps  doucement commence  trembler    c’est  vêtement   était bien mouillé  a cosse de la sueur  elle saignait toujours du bras  et  sa jambe aussi quelle portais un bandage  des pointe suture a cosse la vitre avais pénétrer  la jambe durent une  mission, la   jeune femme avais  pris un autre chemin en arrière de  la porte de la sortie  elle  quitte  l`hôpital  même si on avais fortement interdis quelle soit  rétablis mais la jeune femme  ne pouvais pas attendre le souvenir de sa sœur lui donnait la force pour aller la rejoindre vers le nord. Elle se changea donc doucement en corbeau et partit rejoindre les lieux où sa famille devait se rendre. Kira finit par arriver, mais elle ne voulait pas qu'Angie la voit comme ça - dans cet état aussi grave - Qu'elle avait finit par attaquer un vendeur de Briggs pour lui piquer un long manteau noir et un chapeau. Lorsque les gens eurent fini la cérémonie, la jeune Kira enfila le manteau et mit le chapeau sur elle pour ne pas que d'autres la voient, puis elle s'avança vers sa sœur, et parla doucement :

"je n’ai pas trouvé les mots à dire, ni la force pour calmer ton chagrin. J'ai pu recevoir ton message, et je suis venu dés que j'ai su. Je ferais ce que tu m'as dis, tu avais des doutes, et pas confiance en lui, c'est pourquoi je vais partir à sa poursuite, en savoir un peu plus sur lui et ce qu'il va faire... Mais en retour je veux une chose, ma sœur, Ne plus jamais te voir pleurer... je veux te voir sourire et rester forte quand je serais de retour, ma sœur... ne pense pas que c’est un adieux je ne quitte pas ma meute de loup je dois  la sauver pour plus qui a d’autre meurtre je dois trouver des réponses  pour suivre  se type qui  ma presque  tuer durent notre mission  je veux savoir qui il y travaille  pour qui et pourquoi Vincent   soit avec lui aussi "

Elle s'approcha de Chiara doucement, et l'enserra de ses bras avec tendresse. Le geste de Kira permit de transmettre à sa sœur le peu d'amour qui lui restait pour la réconforter, et cela durant bien 3 minutes. Elle la lâcha ensuite, et partit doucement pour suivre les traces de Vincent malgré l'hiver. Sur son chemin, elle priait pour que sa sœur puisse un jour, retrouver le sourire...mais a quoi bon presque  le monde de sa famille vont penser quelle une traitre que kira  ne seras plus  la et aussi serais tille presque que d’autre nouveau  prendras sa place  quelle réaction vos penser  quelle partir et que les autres penserais  quelle aurais quitter pour   suivre Vincent mais  ses  faut  la vrais raison  son plans ces autres chose elle doit  quitter sa famille pour  les protéger  contre  quoi contre elle-même ou bien  le fait quelle  soit faible  sa dois être la raison quelle dois être une infiltrer pour devenir plus fort  mais personne ne dois savoir la raison  de son bus de partir  a par sa sœur  chimère quelle connaît fortement bien  son attention et aussi même si son rôle de sa sœur ces devenu son bras droit  elle laisseras  a quelqu'un autre  faire son travail le temps quelle dois jouer son rôle de agent chimère espionne  elle dois trouver aussi quelque information quand elle été en mission  avec sa bande  quand Vincent pour trouver  un  document  très importent  pour  que Angie voulais   mais dans se doucement elle ignore ce que sa sœur angi a dis plus sur se document c’est pourquoi  la jeune femme corbeau  tenteras de trouver ou ce doucement et le rapporter a sa sœur angi  de sa mission elle espérais plus jamais elle vas échouer  si elle croise un jour Vincent  elle aurais surement pas le choix de le tuer ou de le blesser même si ces sentiment  son fort pour lui mais quand il y a  une mission  elle ne peux pas abandonner .  ( compter les mots - 1317 mot(s)
©️ Ban Silverleigh - Modification

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 105
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Sam 19 Aoû - 12:21





Une lourde perte


Vincent Wolf & Kira Even & Anjuu/Angelica/Chiara & Pride & Ban Silverleigh



Plus rien n'allait pour la chimère loup du nom de Vincent Wolf. Il avait tout perdu, oui tout, enfin tout pas complètement non plus, il lui restait tout de même son employeur ce Mr Kimblee, bien que dans son esprit il avait dans la tête de le tuer et rien d'autre. Seulement il savait que pour le moment c'etait impossible, donc il se devait d'attendre. Mais en même temps, il en avait perdu des choses... Il avait perdu la femme d'ont il était tomber amoureux, la meute qu'il l'avait accueillit telle qu'il était et toute sa nouvelle vie qui lui avait permit de s'accepter enfin en chimère loup et maintenant il n'avait plus rien... Il aurait du rejoindre son employeur depuis le temps, mais il n'en fit rien bien au contraire... Il était assis dans une petite rue de Central, au milieu des ordures le dos contre le mur, sa rapière a sa ceinture, basse a la main a jouer doucement en silence, sans penser a rien juste a la peine qu'il ressentait d'avoir tout perdue. Parfois certain bedeau se stoppait pour écouter un peu et parfois même lui laisser quelques pièces pensant surement que c'etait un sans abris ce qui dans cette ville ne faisait pas long feu il fallait le dire, mais finalement il fini par se décider a rentrer chez lui, pour pouvoir se ressourcer un peu...

Le train fini par arriver a la gare de North City et Vincent en descendit calmement. Il était bien content de revenir ici depuis le temps, depuis tout ce qui c'etait passer, il n'en avait pas eu l'occasion et remarquait que la ville n'avait pas changer. Il se rendit ensuite dans un bar, un bar qu'il connaissait bien et pour cause, c'est la bas qu'il avait rencontrer celle qui était devenue sa chef de meute pour un temps, trop court a son gout d'ailleurs car au fond il serait bien rester avec eux pour de bon. Mais le destin l'avait voulu autrement et c'etait comme ça. Vincent s'installa en silence a une table, ecoutant les musiciens qui passait par la, mais ecoutant dans le même temps les diverses discutions qu'il pouvait y avoir car il y avait toujours des informations intéressante qui pouvait passer et c'est ce qui se passa. Il apprit en ecoutant des gens, qu'un étrange cortège se dirigeait dans les montagnes, accompagner d'une charrette et cela interpella Vincent. Il quitta en silence le bar et se dirgea vers les Montagnes de Briggs qu'il connaissait mieux que bien, sachant pertinemment par qu'elle chemin se cortège passerais pour se rendre dans les montagnes...

Quand il arriva dans les montagnes, immédiatement un frisson lui franchit l’échine il sentit une odeur, une odeur qu'il connaissait et déjà sentit mais pas ici, a Central, l'odeur de l'orgueil et de la possession. Si a ce moment la, il ne c'etait pas contrôler, il se serait sauver sans même faire demi tour, tant il avait peur de cette odeur, mais il sentit une autre odeur, celle de Anjuu et des autres chimère mais aussi celle de Kira? Il avait donc raison c'etait bien eux, mais que venait t'il faire dans les montagnes de Briggs? Il n’arrivait pas a le comprendre, donc se décida a prendre lui aussi le chemin pour retrouver les autres et savoir ce qui se passait. Il marchait calmement, regardant tout de même autour de lui, que l'odeur d'orgueil qu'il sentait et devenait de plus en plus proche ne surgissent pas d'un coup, sans savoir que même si elle surgissait, il ne pourrait pas le savoir. Il continua sa route et fini par arriver en vu du cortège funèbre lui même suivit par de l'ombre a ce qu'il pouvait voir remarquant que c'etait bien son ancien meute, mais avec un homme en plus. Il resta a distance du cortège et ne se montra pas non plus, car pour le moment, il voulait éviter les problèmes surtout avec l'odeur d'orgueil qui traînait dans l'air...

       
nombre de mots:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Sam 19 Aoû - 15:30



C’était un silence aussi lourd que dense. Seul les craquements de leurs pas dans la neige donnait un tant soit peu de vie au cortège. Mais elle n’en avait que faire. Elle avançait sans même voir où elle se rendait, et pourtant, la grotte de Tyr Na Nog n’était plus très loin. Elle l’avait déjà vu, et elle s’y rendait comme par automatisme, son esprit n’étant plus véritablement disponible pour l’aider. Elle regardait le vide, se concentrant sur le phénomène qu’elle ressentait voguer en son propre corps. La mort était son cadeau. Elle la sentait au plus profond de ses entrailles, comme un poison se déplaçant dans ses veines et emprisonnant ses sens avec une violence inouïe. Elle ne voulait plus continuer, elle voulait juste que le temps s’écoule plus vite, pour que la douleur s’estompe plus vite… Que son temps cesse. La mort l’avait refusée, mais elle était venue prendre celui qui la protégeait… Elle pouvait prendre n’importe qui dans son entourage, et cela voulait dire que celui qu’elle avait retrouvé après l’avoir cherché tant d’année, sa moitié, son univers… Pouvait aussi être emporté…

De nouvelles larmes silencieuses se glissèrent le long de ses joues alors que sa main était soudainement serrée avec chaleur. Lentement, son regard émeraude terne descendit sur son bras, observant cette grande main puissante tenir la sienne. Elle était liée à sa moitié… Son cœur se serra à cette constatation, et elle n’osa plus véritablement bouger sa main, continuant d’avancer sans perdre de vue son objectif. Amener Lyl dans sa dernière demeure. Elle ne voulait plus croiser le regard rubis du renard, de peur que ce dernier ne se close définitivement à son tour. Elle ne voulait plus jamais avoir à dire Adieu à une personne qui lui était proche, et lui… C’était encore pire. Elle venait tout juste de le retrouver, ils avaient à peine échanger un rendez-vous correct entre deux catastrophe… Et elle pouvait le perdre tout aussi rapidement… Elle pouvait retomber dans la souffrance sans pouvoir rien y changer. Même Pride, l’homonculus de l’orgueil, qui portant avait fait des merveilles pour elle, ne pourrait rien faire pour empêcher la morte de ceux qu’elle aimait. Au même titre que les homonculus, elle était condamnée à l’éternité…

Kira aussi était là. Elle était venue suite à sa lettre, lettre écrite par Alois tandis que la chanteuse criait et pleurait en même temps peu avant le retour du renard. Il était le seul au courant de la filature du loup par le corbeau. Il n’avait eu aucune difficulté à le comprendre à vrai dire, car si ce dernier était clairement tombé amoureux de la brune, cette dernière avait toujours eu un regard soupçonneux à son égard. Elle avait l’odeur du sang sur elle, mais aussi des antiseptiques, et elle portait des vêtements neufs et noirs ainsi qu’un chapeau. Probablement volé. Lorsqu’ils s’étaient enfoncés dans la caverne en suivant le grand tunnel enneigé, les garçons avaient eu un peu de mal à tirer le cercueil jusqu’au cœur du lieu. C’était une pièce circulaire, taillée dans la pierre, et où se trouvait de nombreuses torches éteintes, avec en son centre, une table hexagonale avec de vieux livres en miettes. Cet endroit avait été la cachette de l’alchimiste pendant près d’un an avant qu’il ne les retrouve. Le cerf et l’ours passèrent à la suite du félin qui – parfaitement adapté à la noirceur, s’occupa d’allumer les torches restantes. On déposa alors le cercueil clos au centre, sur la table de pierre gravée de symboles en tout genre…

Symboles qui, de toute évidence, ne pourraient être comprit que par celui qui connaissait en son entièreté l’enfant de tous les silences.  Car chacun d’entre eux, symboles alchimiques, cercles, calculs, dessins, pourraient être retrouvé sur le corps de la demoiselle. Mais encore une fois, seul celui qui connaissait son corps par cœur pourrait s’en rendre compte, et cette personne était présentement trop occupée à tenter de la faire réagir pour constater ce fait. Lyl Gin Jefferson allait reposer là où toutes ses recherches avaient été entreposée. Sa dernière demeure serait son antre du savoir… Aussitôt déposé, et après quelques paroles prononcées par le félin en son honneur, la seule autre femme du groupe les rejoignit pour venir lui parler. Elle disait qu’elle était désolée, qu’elle avait fait aussi vite que possible et exécuterait sa mission au mieux afin de savoir qui était Kimblee, pourquoi ou qui il travaillait et pourquoi Vincent s’était soudainement détourné d’eux pour le rejoindre. Mais qu’en échange, la rouquine ne devait plus jamais verser de larmes et retrouver le sourire. Ensuite, elle l’avait serré dans ses bras, longtemps, avant de s’éloigner…

Mais elle n’avait eu aucune réaction.

Car Chiara ne réagissait plus totalement, elle était en train de se murer dans le silence et la douleur. Alois, cependant, savait pour la mission de Kira et son entrée chez les infiltrés, il avait compris son manège depuis longtemps, pour avoir été dans la même situation qu’elle bien que dans une autre priorité. Il allait devoir remettre Chiara debout, quitte à utiliser les grands moyens pour cela. Car la meute et ses idéaux ne devaient pas tomber dans l’oubli à cause d’Aerugo. Oh non… Et Sirius Van Baelsar n’y changerait rien. S’il devait transformer la chimère qui était utopiste en machine à tuer de nouveau il le ferait, pour le plus grand bien… Pour autant, quelque chose lui déplaisait… Il avait senti sa présence plus tôt… Au loup traitre… Cet oméga de pacotille… Il poussa un léger grondement de gorge, avant de se rapprocher du couple, ignorant quelque peu la rouquine amorphe qui fixait inlassablement le cercueil, et se plaça à la droite du renard argenté, murmurant dans un soupir quelques paroles qui allaient déclencher les hostilités.

« Le loup nous a suivi. » Et il était outrageusement sérieux, loin d’être le joyeux luron qu’il jouait constamment, sa voix s’était faite glaciale, presque tranchante, comme s’il prévenait son supérieur d’une chose plus que grave… Mais peut-être était-ce le fait qu’il voyait en Ban le leader de remplacement, le plus grave aux yeux de tous ?



compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 649
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Dim 20 Aoû - 18:45
  • Ban
  • Team Princesse &
    Pride

Jusqu'à la fin.
Le groupe avançait à son rythme. Marcher dans cette poudreuse n’était pas simple. Le renard prenait soin de rester aux côtés de sa princesse pour l’aider à avancer. L’homme ne cessait de lancer des regards à la jeune femme pour apercevoir la moindre réaction de sa part. Vaines tentatives… Elle ne réagissait pas à ses gestes, ni même à ses paroles. Elle était comme morte à l’intérieur et cela continuait d’inquiéter le mercenaire. Celui-ci la surveillait sans cesse, tentant de la protéger de tous les dangers extérieurs qui pouvaient venir l’engloutir un peu plus. Ban s’était même imposé aux yeux de tout le monde comme un mur protecteur qui ne laisserait personne passer sans son autorisation. Même les membres du groupe de la chouette avait essayé de venir voir l’état du leader, mais l’argenté les repoussaient avec violence, que ce soit dans les gestes ou avec des paroles. Il ne pouvait pas tolérer qu’on dérange la rouquine pour un rien. Alois et Flint s’étaient déjà tous deux pris des coups de sa part, mais étonnamment personne ne répliquait. Les hommes se doutaient que le renard ne faisait pas cela pour chercher les emmerdes ou bien couper la diva de Central du reste du monde. Il tentait simplement de la laisser se reposer pour avoir une chance de la voir revenir enfin.

Peu de jours s’étaient passés depuis le retour de Ban à l’appartement. Maintenant, ils étaient tous en route pour donner un dernier hommage à l’homme qui avait trouvé la mort dans l’appartement de Central. La main de l’argenté tenait celle de sa princesse. Une autre tentative de sa part pour avoir une réaction de la jeune femme. Il jeta un coup d’œil rapide et remarqua alors des larmes s’écoulant lentement et silencieusement sur les joues de sa belle. Pourquoi ? Est-ce que son geste était la cause de sa tristesse ? Il n’osait même pas lui demander. Ban savait qu’elle ne répondrait pas. Mais se terrer dans ce silence sans fin, n’était pas la solution. L’homme aux yeux rubis soupira longuement avant de détourner la tête. Puis il l’arrêta en douceur pour venir essuyer ces larmes de sa main libre. Malgré son air sérieux sur son visage, il tenta de l’apaiser avec quelques paroles. Que cela fonctionne ou pas, cela l’importait peu. Tant qu’elle pouvait se sentir soutenue et non seule, c’était le plus important.

L’autre femme du groupe, le corbeau, était venue pour s’approcher de la diva afin de lui parler. Ban décida de lâcher la main de sa princesse pour continuer à avancer un peu. Il n’avait pas besoin d’entendre la conversation et peut-être que Kira aurait un impact sur la rousse. Des paroles, une étreinte, mais rien… Pas d’effet sur la rouquine. Dans la grotte, alors que tout le monde s’affairait à y mettre un peu de lumière et installer le cercueil sur une table en pierre gravée. Quelques instants après, le félin s’approcha d’un air grave vers le renard pour lui indiquer que le loup, Vincent, n’était pas si loin derrière eux. L’argenté plissa les yeux et sa lèvre supérieure se retroussa pour dévoiler ses crocs. Bien entendu que ce loup était venu. Il était derrière eux depuis quelques kilomètres. Peut-être qu’il espérait pouvoir assister à l’enterrement dans son coin, se pensant à l’abri des autres. Il avait tort. Dans un grognement, le renard s’approcha d’Alois avec un air tout aussi sérieux que ce dernier.

« Je m’en occupe. Je te confie princesse et tâches à ce que les autres restent ici pour continuer l’enterrement. Cet enfoiré va avoir une belle surprise. »

Ban se tourna alors vers sa princesse pour venir déposer le bout de ses doigts sur sa joue. Ses traits s’étaient soudainement venait de s’adoucir et il se pencha en avant pour venir déposer un baiser au coin des lèvres de sa belle, lui assurant qu’il revenait dans pas longtemps. Il se détourna pour reprendre une expression de colère et fit signe au félin de prendre soin de sa princesse. Subitement, sans prévenir les autres, l’argenté s’en alla hors de la grotte pour retrouver le loup. Cette enflure qui avait trahi la confiance de tout le monde. Ban ne l’avait pas connu longtemps, mais il ne pouvait pas supporter ces actes qui avaient causé du tort à tout le monde. Depuis l’annonce du départ du loup pour rejoindre un homme et travailler pour lui, l’argenté n’attendait que le moment où il pourrait se retrouver en face de l’autre pour lui faire la tête au carré. Peut-être qu’il n’allait pas retenir ses coups et le tuer, mais qu’importe… Au moins il ne pourrait plus faire de tort aux autres.

Enfin dehors, il se mit à renifler pour repérer l’odeur de traître. Soudainement, il sentit comme une pression malsaine dans les environs. Ban grimaça et chercha des yeux la personne capable de dégager cette aura monstrueuse. Ce n’était pas humain, mais ce n’était pas non plus l’aura dégagé par un animal. Impossible que ce soit l’autre chimère. Finalement, après avoir capté l’odeur de la chimère, il se dirigea rapidement dans sa direction. Il ne vit personne, mais Ban savait qu’il était dans le coin. Serrant des poings, un drôle de rictus s’afficha sur les lèvres du renard qui observa longuement autour de lui. Il s’enfonça dans la neige puis s’arrêta pour enfin prendre la parole alors que personne n’était visible.

« Je sais que tu es là. Ramène ta sale gueule que je t’arrache quelques membres. Tu pensais vraiment venir comme si de rien n’était ? Bah pas de chance pour toi. »

Le mercenaire se mit à rire et montra encore des crocs. Il était prêt à lui régler son compte avant que les autres ne viennent s’en mêler. Il espérait qu’Alois ne le suive pas et qu’il prenne en main le groupe, surtout princesse. Elle n’avait pas subir la présence de ce nuisible, mais surtout, il y avait quelque chose d’autre dans le coin. Quelque chose de malsain et inhumain. Peut-être avec un peu de chance, l’argenté pourrait en savoir un peu plus et empêcher cette chose d’approcher de la grotte. Du sang allait couler… Le sang de l’ennemi de la chouette et des traîtres.

1111 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 609
L'orgueil parfait / Pedopride
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 7
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mar 22 Aoû - 18:07





Jusqu’à la fin


Pride & Angelica/Anjuu/Chiara & Ban & Kira & Vincent



Le silence et le froid de la nuit qui régnait dans les montagnes, n’étaient en aucun cas briser par un quelconque bruit cette nuit la, pourtant le cortège funèbre continuait sa marche silencieuse, suivit et entourer d'une ombre qui semblait bien plus noir et meurtrière que la nuit elle même celle de l'homonculus Pride. Cette marche mortuaire, qui pour l'homonculus aurait put s'apparenter a un jeu mais s’apparentait plus a un dernier hommage, envers un homme qu'il avait toujours vu en ennemie, mais qui avec ces connaissance aurait put être l'un des meilleurs alliée de ce monde... Il ne savait pas comment il était mort, mais a vrais dire il s'en fichait. Il continua de suivre le groupe, sachant pertinemment que Anjuu, avait déjà du flairer sa présence, mais il sentait aussi qu'elle était dans une telle tristesse, qu'elle ne ferait rien du tout pour indiquer la présence de l'orgueil aux autre et de toute façon, même si c'etait le cas, Pride était bien trop fort pour eux et il n'en ferait qu'une boucherie d'un telle ramassis de chimère...

Finalement, ils arrivèrent dans le lieu de la dernière demeure de cette homme. Une grotte dans la montagne, voila donc l'endroit ou il allait reposer a jamais donc. Pride resta a l’extérieur de la grotte, du fait qu'il n'y avait aucune lumière a l’intérieur, il ne pouvait lui même entrer dedans et resta donc dans l'ombre des arbres baigner par la lune a l’extérieur... Il se doutait bien que des choses se passait dedans, quand finalement il vit la jeune Kira arriver et entrez a son tour dans la grotte, a ce moment precis, un petit rictus amuser apparut a l'ombre d'un arbre car Pride était amuser, oui c'etait le mot amuser de voir que la chimère corbeau avait survécut a Kimblee, finalement elle allait encore pouvoir servir, car Pride qui la surveillait depuis un petit moment, en fait avant son... accident avec la dynamite sur jambe, avait vu le lien qu'elle entretenait avec cette chimère loup et était un otage parfait pour s'assurer de son obéissance envers Kimblee et de ne pas chercher sa créatrice que Pride connaissait d'ailleurs. Il la connaissait car c'est lui qui avait fait en sorte qu'elle crée tout un tas de chimère avec pour seul envie de tuer tout le monde, mais bon il fallait bien admettre que ce loup avait échapper a son sort en finissant dans les montagnes. Finalement la jeune Kira sortit de la grotte et Pride fit apparaître un simple oeuil sur l'ombre de l'arbre la suivant du regard mais elle était trop concentrer sur son objectif pour le voir. Finalement, de la lumière se mit a éclairer la grotte et cette fois le rictus de l'ombre se fit plus grand encore, il allait pouvoir entrer dans celle-ci finalement...

Quelle ne fut pas sa surprise en entrant de voir tout ces symboles alchimiques graver a même les murs, ainsi que divers calcul ou autre. C’était les connaissances de l'homme dans le cercueil et ça Pride le savait, mais bien sur, un seul homme enfin a ce qu'il en savait pouvait comprendre tout cela, le créateur et il était précisément maintenant installer dans un cercueil poser lui même sur une table de pierre. Quelle gâchis, tant de savoir perdue, mais bon c'etait ainsi, c'etait peut être aussi mieux au fond car Anjuu ressemblait tant a un homonculus qu'il aurait put a terme en crée un, mais cela c'etait hors de question, Father les avait crée tout les sept et il ne pouvait et ne devait pas y en avoir d'autre surtout pas un comme lui. L'ombre resta docilement cacher dans l'ombre des torches dans la grotte ce qui fait que personne ne pouvait le remarquer, la seule chose encore qui aurait put attirer l'attention était que l'ombre était bien plus sombre que la normal mais c'etait tout...

Finalement Pride vit le chat s'approcher de la chimère renard et ce dernier parler avec, avant de poser un baiser sur les lèvre de la chimère chouette et de s'en allez. Amusant, il était vraiment aussi proche qu'il le pensait alors, mais ou allait il exactement? Bah peu importait a l'homonculus qui voulait de toute façon parler a Anjuu, l'ombre s’étira alors du flambeau et se fendit dans celui de la demoiselle et un petit filin d'ombre semblable a une main d'enfant aussi noir que la nuit grimpa sur son corps pour finir sur sa joue, quand la voix de Pride dit:

" Je suis désoler pour la perte que tu as subi, je crois que c'est comme cela que l'on dit, j'admet que j'aurait bien aimer le tuer moi même mais bon, ainsi va la vie comme on dit... Ma chère Anjuu, je veut que tu comprenne une chose en tout les cas, tu as assez causer de grabuge et de tord et pour cela tu va devoir subir une punition, pour comprendre que c'est moi le plus puissant et que tes chimères et toi devez bien sagement faire ce que l'on vous demande et pour cela, je vais de ce pas me faire le plaisir de démembrer ton renard... Comme ça tu pourra l'ajouter lui aussi dans cette grotte."

Apres cela, la petite main, tapota la joue d'Anjuu avant de descendre doucement et de retourner dans l'ombre du flambeau et dans celui-ci apparut alors une myriade d'yeux accompagner d'un rictus, de dents blanche aussi tranchante que des lames de rasoir montrant clairement a la meute de la chimère que oui l'homonculus Pride était bien la aussi. Finalement apres cette démonstration de sa présence, l'ombre disparut aussi vite qu'elle était apparut et quitta la grotte pour de nouveau trouver refuge dans l'ombre d'un arbre éclairer par la nuit, mais remarqua le renard debout qui montrait ces crocs et cherchait quelqu'un semble t'il, quand Pride sentit l'odeur d'une autre chimère celle du loup... Amusant, alors c'etait ça... Pride aurait bien sur a ce moment put intervenir, mais il n'en fit rien, au lieu de ça il observa ce qui allait se passer et dit alors calmement d'une voix qui semblait provenir de partout et nul part a la fois du fait de toute l'ombre qui se trouvait a proximité:

" Dite moi Mr la chimère renard... pensez vous pouvoir la sauver elle et son groupe... Vous avez sentit comme moi la venue du toutou de service non... Si j’étais vous je n’hésiterais pas et le tuerais immédiatement en le voyant."

Pride ne cherchait que a jeter un peu d'huile sur le feu d'une haine qui semblait brûler entre ce renard et le loup, mais surtout il voulait voir de quoi ce renard était capable et surtout le loup aussi, après tout il avait été crée a la base pour être une machine a tuer alors Pride voulait bien le voir a l'oeuvre et sentait que cette nuit allait être le théâtre de chose vraiment amusante...                 

hrp:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 248
The Crow | Punching ball de Ban
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mer 27 Sep - 4:06

 je reviendrais un jour  


Pride & Angelica/Anjuu/Chiara & Ban & Kira & Vincent  




-----------------------------------------------



La jeune femme sentais impuissant face à cet événement tragique elle avait mal à l'intérieur de elle-même et aussi elle sentait inutile de pas pus trouver de quoi pour soulager sa sœur elle avait remarqué qu` un nouveau membre viens installer dans sa famille de sa meute elle n'a pas pus discuter avec lui. Vu que son temps pour la jeune femme continue à tourner. Elle risque un jour croiser le chimère renard à voir rien que son regarde on pouvais voir sans les yeux du jeune homme un regard aucune pitié la température fessait pas La joie le soleil se montre pas elle contient son chemin quand au moment une espèce odeur fessait arrêter la jeune femme regarde doucement de chaque coter à respirer l'odeur inconnue qu'elle lève doucement la tête vers ciel à respirer doucement les yeux fermés quand elle a reconnus cette odeur les yeux grands ouverte pétrifiée la tête tourner avec son corps la main doucement sur son cœur. Qui battait bien fort elle ignore si elle devait suivre cette odeur qu'elle reconnaît elle prie bien fort si c`est bien lui qui reste en vie lorsque qu'il est revenu pour la dernière fois à hôpital une nuit qu'elle n'a pas oubliée cette belle nuit quand les paroles du jeune loup l`avouée les sentiments durent la pleine. L'une quand elle dormait près de lui elle ne pouvait oublier son l`odeur. Comme elle a enfin dans sa peau et aussi son visage gravé en mémoire elle ne pourrait jamais aimer un autre homme même si les événements ont été si compliquer elle aurait aimé retourner vers cette odeur qui chatouillait son nez pour suivre l'endroit mais quelque chose à frôler sur la jeune femme une créature qui volait vers la branche d`arbres un oiseau bien gros couleur noire un corbeau qui est installé sur une branche elle regarde en l`air elle fixe le corbeau elle fixe que le corbeau fait la même chose la jeune Kira au moment elle le regard elle commence doucement à bouger son corps de l'autre coter pour aller rejoindre l'odeur mais soudain un cri qui avertie à la jeune femme de ne pas y aller cet avertissement de l`animal corbeau qu`elle pouvait comprendre la jeune femme restais figer à tourner doucement l'endroit où c'est bien le corbeau qui hurlait pour dire de ne pas il retourne qu`elle doive partie à suivre son chemin la jeune femme serre doucement les dents à revoir doucement les beaux souvenirs qu`elle avait eu avec sa famille et sa sœur chimère et qui en plus connue le jeune loup la jeune femme penche doucement la tête ses cheveux cachait son visage le vent soufflait doucement la neige continue encore tombée doucement dans le ciel la jeune femme sentais doucement ses cheveux noirs et vert seront mouillés par la neige . La jeune chimère lève doucement la tête vers le ciel elle commence à fermer les yeux à sentir un morceau de neige tombait doucement sur son visage que des petits morceaux de neige fondais. L a respirer doucement elle restait immobile durent un moment soudain des corbeaux volait dans le ciel à crier chacun leur Tourne et que d'autre sont rendus dans des arbres à répondre aussi a par un cri la jeune femme lève doucement les yeux à regarder toujours la neige tombée encore. La jeune femme sentais une larme coulait sur son visage doucement qu`elle jure dans son cœur qu`elle dit que plus jamais elle veut connaître cette souffrance elle avait besoin pour devenir plus fort sens se transformer en chimère elle doit servir autre chose pour se défendre qu`elle aurait besoin une arme pour se battre au lieu de cela de servir avec ses poings et avec ses pieds de combat la jeune femme lâche doucement un sourire elle a promis aussi qu`elle viendrait un jour voir sa famille quand elle pourra finir sa mission en plus elle doit devenir plus fort vu quelle à faire partie par les infiltrés la jeune femme. Elle fessait signe au corbeau qui est temps elle suit son chemin. des corbeaux volait dans tous les cotés à laisser doucement une plume noire qui tombait doucement vers le sol quand le vent repousse la plume corbeau de l'autre coter comme si le vent jouait doucement avec cette plume de corbeau et la jeune Kira suivaient son chemin, mais que le chemin risque d`avoir d'autre aventure pour la jeune kira la chimère corbeau. (Pour moi j`ai fini pour kira sur se rp pardonner moi pour retard avec quelque souci dans irl je profiter de la suite les amis)
©️ Ban Silverleigh - Modification


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 105
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mer 27 Sep - 18:25





La haine d'une chimère


Vincent Wolf & Kira Even & Anjuu/Angelica/Chiara & Pride & Ban Silverleigh



Vincent n'avait pas suivi le groupe quand ce dernier avait fini par entrer dans une grotte en avançant, bien au contraire, il avait profité du fait qu'il semblait que personne ne l'ait remarqué, pour grimper dans un arbre et y rester. En même temps, il continuait de sentir cette odeur d'orgueil et de fierté qui semblait maintenant sortir de la grotte, mais avec elle, une odeur de peine de vengeance et d'amour. Il ne fit aucun geste, quand il vit Kira entrer dans la grotte doucement, pourtant, il aurait tant voulu sauter sur Kira la prendre dans ces bras et la tenir contre lui, mais il ne pouvait se permettre de faire ça, il ne pouvait pas se montrer, pas maintenant. Après tout il avait tourner le dos a tout cela et était juste venue la rendre un dernier hommage à sa meute et l'homme qui était certes dans le coma quand il l'avait connue mais qui avait tout de même veiller dessus un peu...  

Les minutes s'écoulaient assez rapidement mais ils sembla que c’étaient des heures pour la chimère loup toujours en haut de son arbre, alors que le vent commençait à souffler doucement mais ce dernier s'en fichait, la seule chose qui remarquait c'était qu'il allait bientôt neiger car le temps venait de refroidir tout de même et les nuages arrivaient doucement. Mais finalement, il vit Kira sortir de la grotte et partir, Vincent la chimère loup ne put s’empêcher de la suivre du regard, sans pour autant se montrer, mais au fond de lui, il ne voulait que ça, se montrer, lui crier qu'il était la, a qu'elle point il l'aimait, mais il ne fit rien de tout cela, car il savait au fond, qu'il ne pouvait se le permettre encore. Il était maintenant lier à cet homme Kimblee, bien qu'il était partit ici sans que ce dernier le sache, il se devait de faire le point, bien qu'il savait que son nouveau patron risquait de lui faire passer un sale quart d'heure voir de lui griller quelque poil mais peu importe. Finalement ce qui le sortit de ces pensers et de son regard qui se perdait dans le lointain là ou Kira avait disparut, ce fut les 1er flocons de neige qui tombèrent sur son visage, quand il entendit aussi d'un coup proche de l’entrée de la grotte un peu plus loin, la voix de Ban le renard, il avait une voix pleine de haine et de rage, bien que Vincent ne l'a pas connue longtemps, il savait le reconnaître, il lui demanda de se ramener pour lui arracher des membres et lui déclara qu'il avait pas de chance de ne pas avoir put passer inaperçu mais ce n’était pas ça...

Alors que Vincent observa calmement l’entrée de la grotte, mais aussi le renard, il sentit d'un coup dans l'air à nouveau cette odeur de fierté et d'orgueil qui lui fit dresser les poils de ces bras, il avait peur, mais une peur qu'il n'avait jamais sentit avant. Il y avait un truc, un monstre ou pire qui se trouvait non loin, cacher dans les ténèbres. Alors que la neige continuait de tomber doucement et qu'elle trempait le visage de Vincent, il observait le renard qui n'avait pas fait un geste, quand finalement notre homme loup sauta de l'arbre et se présenta au renard en disant calmement :

"Écoute, comme tu peux le voir, je suis la, je ne cherchais pas à me cacher loin de la, je ne voulais juste pas déranger, car je sais que je ne suis plus le bienvenu. Mais je suis venue, car j'ai un peu connu cet homme et j'estimais que moi aussi, je devais lui rendre un dernier hommage, mais je peux comprendre que toi ou les autres vous ne vouliez pas que je sois la, surtout après ce que j'ai fait, mais peux être pourrais, je expliquer mon geste, tu ne crois pas. Bien que je me doute que tu ne veuilles pas m'écouter"

Apres cela, Vincent fit un pas vers le renard avant de tendre ces mains vers le bas, sans toucher a sa rapière qui pendait a sa ceinture, quand il reprit alors :

"Tu veut m'arracher les membres, vas y fais toi plaisir je ne me défendrais pas, mais sache que ce n'est pas ça qui va apaiser la douleur de ta chef de meute, la douleur de ta bien aimée, ni même te calmer toi, mais si ça peut te soulager et t'occuper, alors fais le, mais je sais que toi aussi tu la sentit cette odeur, l'odeur de cette chose pleine de fierté et d'orgueil cette odeur, je l'ai déjà sentit fortement a Central et aussi sur ta bien aimée et Kira, je ne sais pas ce que c'est, mais je sens que c'est dangereux, alors sois tu me crois et tu retourne auprès d'elle la défendre au cas ou, sois tu t'en prend a moi et tu me tue, mais dans ce cas offre juste mon cœur a Kira simplement car c'est a elle qui l'appartient."

Après Vincent se tut, la pluie continuait de tomber doucement sur son visage, mais il y avait un truc qui n'allait pas, les ténèbres autour du renard et du loup semblait plus épaisse que avant, comme-ci elles les entouraient exprès et qu'elle les épiaient tous les deux, mais c'étais pas possible, enfin et alors que ces cheveux blancs collait maintenant à son dos, il observait le renard attendant que ce dernier se charge de son cas, vu que c'est ce qu'il semblait avoir bel et bien en tête...

       
nombre de mots:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mer 4 Oct - 3:25



Chiara n’avait pas bougé. Elle était restée stoïque devant les évènements. Les quelques mots d’Alois n’étaient même pas venu jusqu’à son ouïe pourtant très fines. Elle avait fini par lâcher prise. Elle coupait un à un ses sens pour ne plus avoir à subir l’horreur. Elle ne voulait plus entendre ces cris de douleurs, ces gémissements d’agonies, ces pleurs incessants. Elle voulait retrouver le silence… De même, elle ne voulait plus les voir… Elle ne voulait plus souffrir… Elle, l’éternelle… Toujours repoussée par la mort… Elle voyait un à un ses proches s’éteindre, peu importe ses tentatives pour les sauver. Il n’y avait plus de solution, plus d’espoir… Ban… Elle allait le perdre lui aussi… Les garçons… Kira… Tous… Personne ne pouvait rester en vie à ses côtés… Elle avait fini par y croire, la tragédie se répétait inlassablement. Alors elle ne voulait plus rien de tout ça… Elle ne voulait plus ressentir d’émotion, parce que cela voudrait dire souffrir en retour…

Une sensation chaude sur sa joue, puis une caresse sur ses lèvres… ça y est… Lui aussi s’en va… Des larmes viennent couler d’elles –mêmes sur son visage, elle ne peut plus rien contre le destin. Tous ceux qu’elle aime sont voués à mourir, n’est-ce pas ? Le parfum du renard s’éloigna jusqu’à quitter la grotte et Chiara n’en bougea pas. Elle ne réagit pas plus lorsque l’ombre des lieux s’étira violement pour venir rejoindre la sienne, ni lorsqu’une petite main noire vint tapoter sa joue. Pride pouvait faire ce que bon lui semble, elle n’en avait plus rien à faire. Celui qu’elle voyait jusque-là comme véritablement dangereux avait été relayé au rang de chose inutile et seulement présente dans ce monde. Tous les homonculus venaient de prendre ce titre, à vrai dire, elle ne s’en préoccupait plus. Ils lui semblaient si faible comparé à ces choses terribles qu’était le temps et la mort. Eux aussi finiraient par disparaitre, il suffisait d’un alchimiste un peu intelligent, et toute s’achèverait dans le silence. Il n’y avait plus de raison d’avoir peur…

Même elle pourrait disparaitre… ça ne changerait rien. Elle ne pouvait plus être avec ceux qu’elle aime, ils allaient disparaitre, le destin allait les lui prendre, et il ne lui resterait que ses souvenirs pour pleurer. L’homonculus de l’orgueil lui parla… Disant qu’il était désolé pour la perte qu’elle avait subie, qu’il aurait préféré le tuer lui-même, mais que c’était trop tard… Il l’appela Anjuu, encore, signe qu’il n’avait toujours pas comprit qui elle était ni ce qu’elle pouvait représenter… Il parlait comme si elle n’était qu’une vulgaire chimère plus forte que les autres… De toute évidence, il n’avait pas compris. Mais on ne lui demandait pas de réfléchir… Elle était bien plus… Elle était comme lui… Une homonculus… Plus fragile et plus instable… Mais elle en était une… Elle l’avait compris lorsque la mort l’avait rejeté pour la seconde fois. Elles avaient été séparées en trois êtres entier, et l’alchimie les avaient rassemblées juste avant que la mort ne les reprenne… Toujours à moitié vivante, à moitié morte… Jamais totalement présente…

Il disait qu’elle avait causé assez de dégâts et que pour ne pas avoir obéit à ses délires, elle devait recevoir une punition… Idiot… Elles n’avaient jamais été à sa botte, elles n’avaient jamais été à ses côtés non plus. Il pensait pouvoir les manipuler, il les voyait comme de vulgaires jouets… Finalement, il était véritablement stupide… Puissant mais idiot… Mais à présent, ça ne changerait plus rien… Elle ne l’écoutait déjà plus… S’il annonça qu’il allait tuer Ban pour qu’elle puisse l’ajouter à la grotte, elle ne s’en rendit même pas compte. Il était désormais inutile de lui parler, elle n’était plus là…

C’est Alois qui s’en rendit d’ailleurs compte… Car le discours de l’homonculus avait résonné dans toute la pièce, mais la miss n’avait pas eu de réaction, elle était restée stoïque, le regard fixe en direction du cercueil malgré l’annonce du futur assassinat. Le sourire blanc dans l’ombre de la torche ne l’effraya pas, et il serra les dents… l’homonculus lui avait toujours tapé sur le système, tellement prétentieux et sur de ses avoirs qu’il ne captait rien de ce qu’il se tramait… Le plus puissant… Le chat savait, il lui suffisait de savoir où se trouvait sa pierre philosophale et d’avoir assez de rapidité pour le détruire… Ce n’était pas compliqué, même le gamin blond pourrait le faire… Mais pour le moment, ils avaient beaucoup plus important à traiter qu’un idiot égocentrique. Une guerre à venir… Lorsque l’ombre disparu, il se permit un ricanement légèrement aigu.

« Bah tiens… Toi aussi, on va te crever… Raclure ! » Gronda Flint en gonflant le torse. Mais cela n’eut aucun effet sur la demoiselle, ce qui le perturba, d’habitude, elle prenait le temps de le rabrouer, là non plus, elle ne lui parlait plus.

« On finit la messe, on récupère les papiers de Lyl, et on se taille… » Finit par annoncer le félin d’une voix froide.

« Et Ban ? » Demanda Justin, à côté du défunt dont il ajustait les fleurs…

« Il nous rejoindra, il ne craint rien… » Et étrangement, il savait ce qui allait se passer.

Tout était prévu… Chaque seconde du calvaire qui s’approchait… Il savait pour les infiltrés, il savait pour Aerugo, il savait pour les militaires et pour les homonculus. Il savait, et il préparait son plan d’action. Pour le moment, ils ne pouvaient pas agir, mais le moment viendrait sous peu. Ils allaient juste devoir trouver le moyen de faire réagir leur chef, et ensuite, peu importe quel côté attaquerait, ils allaient se remettre à combattre, ils allaient reprendre leur vengeance véritable, non pas sur une armée ou des gens dépourvus d’amour, mais sur le destin en lui-même. Car Alois aussi avait une revanche à prendre sur ce dernier, et peu importe d’où viendrait l’ennemi, il faisait le serment de tous les écraser. La guerre ne se ferait pas sans eux, et s’il ferait en sorte qu’il y ait le moins d’innocents touchés, les coupables allaient cependant devoir payer pour leurs crimes. Et il n’y avait qu’un seul châtiment parfaitement adapté pour ceux-là…

La mort.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 649
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mer 4 Oct - 15:21
  • Ban
  • Team Princesse &
    Pride

Jusqu'à la fin.
Ban marchait dans la neige, guettant les alentours pour retrouver le loup qui se terrait quelque part dans les environs. Le renard n’avait qu’une envie, lui arracher les membres pour lui faire payer sa trahison envers sa princesse. Cet enfoiré l’avait tout simplement laissé tomber au moment où elle en avait besoin de tout le monde. Tout ça pourquoi ? Suivre un type à la con, habillé en blanc. Qu’est-ce que cet homme lui avait promis pour que le loup abandonne les siens ? L’argenté ne pouvait pas le laisser partir sans lui faire payer. Après tout, il ne pouvait pas supporter les trahisons, cela lui faisait penser à son frère qui avait abandonné celui qui se nommait encore Xenos à l’époque, pour obtenir une chose complétement débile. Le pouvoir. C’était en grande partie pour cela que Ban ne pouvait pas se contenir de vouloir éclater la chimère. Il se souvenait de ce qu’il avait ressenti lorsque Sirius avait monté un coup d’état contre son plus jeune frère qui n’était qu’âgé de sept ans à l’époque. Plus jamais… Plus jamais il ne voulait voir cela se reproduire et surtout pas si cela touchait sa princesse.

Maintenant dehors, l’homme en cuir s’était arrêté, les chevilles qui s’enfonçaient dans la poudreuse. Il avait senti l’odeur de l’autre et tentait de le faire venir à lui pour en finir le plus rapidement. Toutefois, quelque chose d’autre se trouvait pas très loin d’eux. Une sensation d’un grand danger l’avait submergé. Un autre monstre se cachait dans le coin, attendant la moindre occasion pour apparaître. Alors que Ban attendait que le loup fasse son apparition, une voix sortie de nulle part se fit entendre. Celle-ci lui demanda si le renard était capable de sauver la meute et lu suggéra d’en finir avec le traître. Cette voix désincarnée qui voulait le pousser au meurtre. Tss… Bah tiens. Alors la créature qui rôdait dans le coin ne faisait que pousser les gens à commettre l’irréparable ? Pitoyable. Elle n’était pas si effrayante que cela alors. Une ombre se mit à bouger autour d’un arbre sur sa droite. Sans bouger, Ban zieuta du coin de l’œil pour observer cette chose qui se tenait là. Il afficha un sourire en coin avant d’envoyer de la neige à plusieurs reprises avec son pied. Il tentait d’enterrer cette chose, tant pis si cela l’énervait, mais il l’avait bien cherché.

« Toi, la ferme sale monstre de mes deux. J’ai pas besoin d’une abomination pour me dire ce que je dois faire. Si t’as envie de tuer quelqu’un, fais-le toi-même pauvre con ! »

Quelques instants plus tard, le loup sauta d’un arbre pour rejoindre l’argenté. Enfin, le voilà cet abruti. Les choses sérieuses pouvaient maintenant continuer. L’homme aux cheveux longs et de la même couleur que les siens se présenta avec la ferme attention de se laisser faire. Il n’allait pas s’engager dans la bataille et il subirait la colère de l’homme en rouge, si cela pouvait apaiser la jeune femme qui se trouvait encore dans la grotte. Ban se mit à rire et d’un bond, il se retrouva juste à quelques centimètres de l’autre chimère. Son sourire s’agrandit sur ses lèvres, laissant ses crocs apparaître. Il se trompait sur les motivations de l’argenté… Et il comptait bien lui dire la vérité avant de commencer.

« Apaiser la douleur de ma bien-aimée ? Tu te goures complètement. Si je suis venu à ta rencontre, c’est seulement pour assouvir une envie égoïste. Rien à foutre de princesse et des autres sur le coup. J’ai une folle envie de taper dans quelque chose pour me défouler, manque de peau c’est tombé sur ta sale gueule. Le chaton pourra te remercier… C’était lui que j’avais en tête d’exploser en premier lieu. »

Il se mit soudainement à rire avant de tendre une main vers la gorge du loup. Il l’agrippa sans aucune retenue pour serrer cette partie du corps. Tant pis si Wolf avait la gorge écrasée… Il n’en n’aurait plus besoin de toute manière, une fois que Ban en aurait terminé avec lui. Les griffes de notre renard s’allongèrent et s’enfoncèrent alors dans la gorge du malheureux louveteau. Du sang commença à couler des petites plaies puis l’argenté envoya l’autre dans le décor pour s’écraser le dos en premier contre le tronc d’un arbre. Sous l’impact, de la neige tomba sur le sol blanc et l’homme en cuir n’attendit pas une seconde de plus pour bondir en direction du traître pour lui coller son poing dans la figure. Il fit de même avec son autre main et répéta ces gestes plusieurs fois avant de lui coller une droite dans le ventre avec sa force de chimère. Un coup qui aurait pu transpercer un simple humain. Rapidement, il l’attrapa par la tignasse, ne lui laissant pas le temps de dire ou de faire quoique ce soit, et enchaîna par des coups de genou dans l’estomac. On pouvait entendre les bruits des impacts et le cuir se crisper à chacun de ses mouvements. Il ne lui laissa pas de répit, même pas le temps de respirer. Ensuite, l’un des pieds s’écrasa sur l’un des tibias du loup. Un craquement se fit entendre et il le força à mettre un genou à terre. Ban le tenait toujours par les cheveux et tira dessus pour relever le visage du traître. Il se mit soudainement à rire alors qu’il pouvait observer sa gueule en sang.

« T’es toujours sûr de vouloir rien faire ? Si je te tue si facilement, je vais vite m’ennuyer ! HAHAHAHA ! »

Sur ces mots, il lui donna autre coup au niveau du visage avant de tirer sur sa tête pour le traîner dans la neige. L’homme en rouge regarda autour de lui en marchant et remarqua la présence d’un mont de rochers sous la neige, pas très loin d’eux. Ooooh, il y avait une belle petite pointe. Et si on l’empalait dessus pour le grand final ? Au moins, il pourrait ne pas mourir sur le coup… Il se viderait lentement de son sang et la douleur serait si insupportable qu’il finirait par supplier de l’achever. Bonne idée ! Mais avant cela, on va continuer de s’amuser encore un peu. Ban lâcha le loup et se tourna vers lui. Son sourire était maintenant encore plus malsain et ses yeux presque dorés fixaient la pauvre chimère sur le sol. Son pied quitta le sol pour venir s’écraser d’abord sur son torse puis se dirigea vers son bras gauche qu’il écrasa sans aucune pitié. Il le piétina pendant de longues secondes avant de lui flanquer son pied dans les côtes. Le renard rirait aux éclats pendant ce temps. Il avait envie de prendre son temps, mais en même temps, il voulait le voir empaler sur les rochers au plus vite et se délecter de cette expression meurtrie qui allait déformer le visage du loup. Finalement, notre argenté se pencha pour soulever l’autre homme, le plaça au-dessus de sa tête. Il le soulever comme si ce n’était qu’une branche. Il s’avança alors vers le petit mont de pierre et fléchit les jambes, prêt à le balancer dessus. Mais, il se stoppa dans son élan au moment de le lâcher. Le rire de la chimère s’était soudainement tût et il ne souriait plus. Au contraire, ses sourcils venaient de se froncer. Il se mit à grogner puis balança le corps du loup à l’opposé, s’écrasant encore au sol pour glisser jusqu’au pied d’un arbre.

« Pars… Que je ne revois plus ta sale gueule de cabot avant une centaine d’années. Sinon, cette fois, je t’arrache les tripes. Maintenant t’es prévenu. »

Ban plaça alors une main sur son visage avant de reprendre la route, laissant derrière lui le loup. Il venait de se rendre compte qu’il avait encore perdu le contrôle pendant quelques minutes. La colère et la haine… Le renard en avait profité pour s’échapper. Et merde… Pourquoi fallait-il que cela arrive. En marchant dans la neige, il zieuta ses mains et remarqua que les griffes étaient toujours là. Pleines de sang… Il se concentra pour les faire rétracter, mais rien à faire. C’est au bout de la dixième fois que ses mains d’humain firent leur retour. Il lâcha alors un grand soupir avant de se diriger vers la grotte. Il garda tout de même un œil sur les alentours… L’autre monstre était toujours dans le coin. Pourvu que Princesse n’avait pas de souci de son côté.

1495 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 609
L'orgueil parfait / Pedopride
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 7
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Mer 4 Oct - 18:55





Tentative de meurtre ou jeu?


Pride & Angelica/Anjuu/Chiara & Ban & Kira & Vincent



L'ombre n'avait pas fait un geste, toujours cacher au pied d'un arbre à observer calmement le renard qui attendait le loup, mais a vrais dire l'homonculus aussi attendait car il voulait voir le combat entre les deux, après tout il savait que le loup avait été crée pour être une machine a tuer qui n'obéissait uniquement a sa créatrice et eux les homonculus, mais aussi un être qui n'hésiterais pas a tuer voir se battre contre tous ceux qui tenterais d'empêcher les plans des homonculus. Pride avait bien sur aussi dans la tête de transformer le renard en charpie, mais il avait aussi dit ça a Anjuu espérant la faire reagir, mais non, toujours rien dommage...

Finalement, il remarqua que le renard tentait de lui envoyer de la neige dessus, mais était t'il con ou juste stupide ce renard, on ne pouvait pas enterrer l'ombre surtout les ténèbres, mais bon s'il voulait se faire plaisir en attendant que le loup arrive qu'il le fasse. Finalement, il lui parla et l'insulta même annonçant que s'il voulait tuer quelqu'un, il fallait qu'il le fasse lui-même. Pride aurait pu apprécier cette chimère, au moins il était franc, mais a quoi bon s'embêter a tuer quand d'autre pouvait le faire pour vous ? Et de toute façon si vraiment Pride avait voulu tuer le renard ça aurait fait longtemps qu'il ne serait plus de ce monde. Finalement le loup fini par pointer le bout de son nez et enfin, oui enfin le spectacle allait pouvoir commencer... En très peu de temps, le renard rejoint le loup et se fut un vrai carnage, il le frappa de tout coter non-stop, mais ce dernier ne chercha pas à se défendre ce qui déçu un peu Pride, quand sa créatrice disait qu'il était une chimère ratée, elle ne se trompait pas semblait t'il. Pride observa calmement toujours situer dans l'ombre de l'arbre a regarder et d'un coup cela commença...                 

Le renard ne semblait plus le même, il frappa sans discontinuer le loup au niveau du ventre avant de le prendre et de le mener vers un lieu où il comptait semble t'il l'empaler. Pride ne fit rien pour venir en aide au loup, car à vrais dire ce n'était qu'une chimère, alors une de plus ou de moins, peu importait, mais d'un coup il finit par le balancer un peu plus loin ou il s'effondra pitoyablement, et Ban ordonna au loup de partir pour de bons, si non il lui arracherait les tripes avant de partir, calmement. Pride profita de se fait pour entourer calmement le loup qui était toujours au sol, quand, sur l'ombre qui entourait ce dernier des yeux et des sourires apparurent, quand la voix de Pride dit alors :

"Vous savez Mr le Renard, vous avez raison, quand on veut que quelque chose soit fait, vaut mieux le faire sois même plus tôt que de demander aux autres de le faire, voilà une leçon que je vais retenir même si le jeu avec le loup n'est pas fini, mais pour le moment, c'est moi qui vais vous occuper..."

Après qu'il ai dit ça, d'un coup autour du renard les ténèbres qui s'étaient épaissis grandement se mirent à se mouvoir comme-ci elles étaient vivante, et en cette nuit triste et blafarde, ce qui se cachait dans l'ombre la créature que tous connaissaient comme le monstre a tel point que même sa famille le considérait comme t'elle, apparut... D'abord, ce fut une myriade d'yeux aussi carmin que le sang, Mais extrêmement moqueur tous braquer sur le renard, vite suivit par des sourires présentant des dents aussi blanche que la neige, quand l'ombre dit alors :

"Maintenant si on jouait tous les deux..."

Après que l'Ombre est dit ça, d'un coup dans le dos de Ban un filet d'ombre fendit l'air et le frappa dans ce dernier le projetant droit vers l'avant, mais alors qu'il se dirigeait droit vers l'ombre, cette dernière utilisa de nouveau un fouet d'ombre et frappa cette fois le Renard en plein ventre. Un magnifique filet carmin volât du visage du renard sûrement de la bouche, du fait de la violence du coup de l'homonculus et le renard fini sa route se frappant durement un arbre, a tel point qu'il en fit une marque. L'ombre, elle n'hésita pas a lancer à nouveau un fouet d'ombre sur l'arbre et donc le renard coller dessus, mais il frappa juste au-dessus du renard tranchant l'arbre en deux, car après tout, il n'en était pas question, il ne pouvait pas tuer le renard aussi vite... Finalement, il utilisa un petit filet d'ombre de nouveau, qui se changea en pointe et transperça la main du renard avant de le balancer bien plus loin dans la neige, quand notre homonculus dit alors :

"Comment une chimère comme Anjuu peut elle être aussi lier à un être aussi méprisable que vous, franchement j'en pleurais presque de rire, mais bon en même temps, vous les chimères comme les humains, vous perdez votre temps avec des sentiments qui ne servent pas a grand chose."

Après cela, il frappa de nouveau le renard en plein ventre le projetant de nouveau vers l'avant et envoya de nouveau une pointe et cette fois lui perfora la jambe, quand il le leva, en gardant sa jambe planter et le lança de nouveau, mais avec une telle force qu'aucun humain aurait put survivre a ça et ce dernier fini par se fracasser le dos contre le mur juste a coter de l'entrée de la grotte ou se trouvait maintenant le corps du créateur d'Anjuu. L'ombre, elle continuait de sourire en avançant, toujours vers sa cible, mais d'un coup elle se stoppa et son sourire carnassier s'élargît encore plus, alors qu'il observait le renard au sol et reprit alors :

"J'ai promis à Anjuu de vous démembrer et je crois que c'est ce que je vais finir par faire, a moins que je le laisse terminer le travail que l'on rigole."

Après cela,face au renard qui s'étais retrouver fracasser dans le mur, Vincent le loup arriva en silence passant au milieu de l'ombre, mais il ne semblait plus être le même...
hrp:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 105
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Jeu 5 Oct - 18:53





Loup Furieux


Vincent Wolf & Kira Even & Anjuu/Angelica/Chiara & Pride & Ban Silverleigh



Alors que Vincent n'avait pas fait un geste car il attendait que le loup puisse enfin se défouler et déverse toute sa haine et sa rage sur sa tronche, quand Ban le renard, sauta d'un coup se retrouvant devant le loup et lui déclarant avec un sourire qu'il avait juste envie que quelqu'un lui serve de punshing ball et que manque de bol c'était tomber sur lui, mais Vincent s'en doutait bien de ça, il savait aussi qu'il n'y avait pas que ça et d'un coup le renard choppa Vincent à la gorge avec sa main et se mit a lui serrer la gorge, sans pour autant que le loup fasse un geste pour le stopper. Alors c'était comme ça qu'il allait mourir semble t'il ? Soit alors, qu'il en soit ainsi. Il sentit d'un coup les griffes du renard lui rentrer dans la gorge et du sang coulant des petites plaies qu'il avait créé sur sa gorge avec ces griffes et d'un coup alors que Vincent s'attendait a ce qu'il le tue comme ça, il le balança avec une certaine violence et Vincent se frappa le dos contre un arbre et avant même qu'il puisse faire un geste, le renard se retrouva de nouveau face a lui et le frappa d'un coup-de-poing en plein visage....

Vincent cracha un peu de sang, qui teinta de carmins la neige blanche au sol, mais alors qu'il n'eu même pas le temps de souffler, Ban le renard, le frappa plusieurs fois en pleins visage et le frappa d'une droite dans le ventre, mais d'une telle force, qu'il ne faisait aucun doute qu'il était une chimère, si bien qu'un tel coup aurait pu tuer n'importe qui, mais pas Vincent qui pour une fois fut bien content d'être une chimère pour une fois. Finalement, il continua de frapper le loup avec des coups de genou, alors que ce dernier ne faisait pas un geste a part subir et endurer tout ce qu'il prenait dans le ventre, finalement, il lui frappa le tibia et un craquement assez horrible put se faire entendre, quand Vincent posa un genou à terre, et le renard releva son visage couvert de sang, mais Vincent ne pouvait s’empêcher de sourire, car il savait au fond de lui que le renard n'allait pas le tuer, mais quelque chose n'allait pas dans le loup, il sentait quelque chose qui brûlait au fond de lui et commençait a monter dans son cerveau...    

Il n’écouta pas ce que Ban lui disait, car a vrais dire en fait, son esprit n’était déjà presque plus la, et surtout il y avait toujours cette chose qui brûlait en lui, mais le renard le frappa de nouveau en plein visage avant de le traîner dans la neige, quand finalement le renard se stoppa et laissa le loup la au sol, qui respirait fortement, du sang coulant de son visage, quand le renard ecrasa le torse du loup avant de s'attaquer a son bras et finalement lui colla un violent coup de pied dans les cotes et Vincent cracha de nouveau une bonne gerbe de sang, quand finalement, Ban prit le loup le soulevant au dessus de sa tête et finalement le balança bien plus loin ou il glissa sur la neige avant de finir sa route au pied d'un arbre...

Vincent ne voyait plus rien, il n'entendait plus rien non plus et ne pouvait plus faire un geste. La neige continuait à tomber doucement sur son corps, commençait même a le couvrir. Il se dit qu'au fond, c'était peut-être mieux ainsi, ce renard n'allait pas se salir les mains pour en finir avec une chimère comme lui. Il avait trahi tout le monde, juste pour suivre un homme et pour qu'elle raison ? Car il lui avait rendu une vie normale et peut être même aider a trouver des informations sur celui ou celle qui l'avait crée ? La bonne blague, il ne servait plus rien a de lutter autant, se laisser aller et Vincent fini par fermer les yeux et c'est à ce moment qu'il l'entendit. Ce fut un murmure au début, mais très vite ce murmure se changea en voix, une voix de femme qui parlait, elle disait qu'elle avait encore raté, qu'elle n'avait pas réussi a le faire et avait perdu son loup enrager, quand Vincent fini par ouvrir les yeux, il vit qu'il était entourer de noir et ne comprenait pas ou il se trouvait. Il regarda partout, mais d'un coup, il entendit une voix qui lui parla, elle hurlait plus qu'elle ne parlait et Vincent ne put s'empêcher de se mettre la main sur les oreilles, car la voix hurlait:

"MEURTRE, CARNAGE, OBÉISSANCE, MAÎTRE, VENGEANCE, TUER!!!"

Le pauvre homme loup lui continuait de se tenir les oreilles sans comprendre, d'ou venait ces cris et ce fut à ce moment la, que dans la neige, le corps de l'homme loup se mouva. Il se leva calmement et se mit a marcher en boitant, droit comme un robot, mais pour aller où ? Lui seul le savait. Finalement, il passa au travers d'une ombre sans même faire attention a celle-ci et se stoppa à plusieurs mètres du renard qui était au sol maintenant. Les yeux de l'homme loup, était deux billes vide, c'est comme-ci il n'y avait plus aucune ame dedans. Alors qu'il observait le renard sans bouger, il pencha la tête sur la gauche et d'un coup fonça malgrer le fait qu'il boitait un peu et se stoppa devant le renard avant de l'attrapper par le col et de le redresser et de le frapper d'un coup de boule, de son crane qui saignait deja, quand apres cela, il pencha la tête dans l'autre sens et frappa de nouveau le renard mais d'un crochet du gauche cette fois, mais avec une telle force qu'elle aurait put arracher la tête de n'importe quelle humain et le renard partit voler plus loin alors que le loup lui se tourna de nouveau vers le lieu ou le renard venait de voler, quand le loup posa son regard vide sur son poing gauche ou du sang coulait, car la force du coup avait ete si fort, qu'il c'etait ouvert le poing. Il regarda le sang pendant bien deux minutes et dit alors :

"Trop faible..."

Finalement, il reporta son regard sur le renard qui était au sol de son regard vide et baissa son poing, quand d'un coup des griffes se mirent à sortir de ces doigts, et ces mains se mirent à se couvrir de poil aussi blanc que la neige. Son visage s'allongea et des poils se mirent a le couvrir, sa tunique tomba laissant apparaître un poitrail qui se mit a gonfler et se couvrir de poil, deux oreilles pointues sortir de ces cheveux qui disparurent, il venait de se changer en loup avec ces yeux toujours aussi vide. Son pelage était aussi blanc que la neige, mais il rougissait par endroits du fait du sang qui coulait de diverse blessure, quand Vincent gronda en observant le renard prêt à fondre sur lui au moment où il se relèverait. Pendant ce temps, dans la tête du loup, Vincent semblait tenue par des liens de diverse couleur et tout ce qu'il voyait devant lui était comme un film censurée complètement brouiller avec dans ces oreilles toujours cette voix qui hurlait toujours la même chose sans se stopper, pendant que la neige elle continuait doucement de tomber sur le sol blanc et que la chimère loup qui avait prit sa forme animal elle attendait toujours que Ban se relève pour fondre dessus a nouveau comme le loup furieux qu'il semblait être devenue...           
nombre de mots:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Ven 6 Oct - 6:15



Alois attendait, le regard fixé sur le cercueil dans lequel reposait désormais Lyl. Justin finissait tout juste la messe qu’ils avaient préparée pour le défunt, et lui-même s’approchait de la grande table de pierre pour prendre les notes et marquer sur des feuilles vides ce qui avait été inscrit sur la table en question. Justin avait arrangé les dernières fleurs, et à présent, il était en train de refermer le couvercle du cercueil, venant à couvrir pour la dernière fois le faciès de celui qui avait été leur sauveur et protecteur. Chiara, elle, n’avait pas bougé. Elle fixait inlassablement le cercueil, des larmes silencieuses roulant sur ses joues sans qu’un seul sanglot ne franchissent ses lèvres. Elle avait réussi à couper son ouïe, ce qui était incroyable vu la sensibilité de cette dernière. Elle ne sentait presque plus rien… Elle ne voulait plus entendre… Elle désirait se couper du monde tel qu’il était, cette horreur où le temps et la mort pouvaient lui ravir ceux qu’elle aimait…

Ban… Elle ne pouvait pas le perdre… Pas une seconde fois, juste après l’avoir retrouvé… Elle ne pourrait pas le supporter, c’était au-dessus de ses forces… Mais elle ne pourrait rien y faire. Et c’était là, la pire constatation qu’elle avait faite. C’est pourquoi se couper du monde était sa solution inconsciente, pour ne plus souffrir, pour que tout s’arrête enfin. Si elle ne pouvait pas mourir à cause de sa nature, elle ne verrait plus l’horreur. Et si Angelica ne disait rien, pleurant elle-même la mort de celui qui avait été comme son père, son sauveur et précieux gardien, elle n’essayait pas non plus de l’arrêter… Elle ne le voulait plus non plus. Les premières heures du décès de l’homme avaient marqué la première phase, elle n’y avait pas cru, elle s’était mise à pleurer, à hurler, à l’appeler. Parce que son papa, celui dont elle avait prononcé le nom pour la première fois à l’âge de six ans ne pouvait pas la laisser tomber. Mais la réalité était tombée… Il ne lui répondrait jamais. Il ne se réveillerait jamais.  

Elle était alors rentrée dans la phase de colère… Et c’était là qu’elle avait quitté l’appartement pour prendre l’air et remettre ses idées en place avant de céder à ce qu’elle se refusait depuis le début. Elle avait croisé un étrange Xinois, et elle lui avait balancer le fond de sa pensée sur son comportement, puisqu’elle l’avait reconnu comme ceux qu’on appelait les infiltrés… Mais cette conversation, aussi virulente soit-elle, avait amené à autre chose. Elle s’était rappelé des idéaux de son père adoptif, et de ce qu’il avait accompli seul. Elle s’était rappelée de sa force… Et lorsqu’elle était rentrée… Et son retour avait été marqué par la phase de la négociation. Elle s’était mise en tête qu’en réussissant les mêmes accomplissements, il pourrait revenir à la vie plus tard, comme elle. Mais ses idées avaient fini par s’éteindre elles aussi, réfutés par sa logique et son amour pour lui. Il était enfin en paix, loin des horreurs qui avaient marquées toute sa vie, elle ne pouvait pas le faire replonger là-dedans, elle devait juste poursuivre son objectif pour qu’un jour, le monde dans lequel ils étaient nés soient plus beau encore que les contes d’autrefois… Parce que c’était son souhait le plus cher…

Elle était entrée en dépression.

Et à présent, seule Anjuu subsistait. Si elle avait mal et peur de tout ce qui les entouraient, elle était encore bien consciente, mais aucune des deux ne la laissaient sortir, bloquées… Pour le moment du moins. Mais elle commençait à prendre peur de retourner à cet état de mort prématurée, ce moment où elle avait senti que le temps reprenait ses droits sur elles trois, cette sensation de pourrir de l’intérieur, d’imploser. Que ses poumons devenaient cendre. Elle s’en rappelait si facilement qu’elle en tremblait encore… Mais la présence de Pride, dont elle avait entendu le discours l’avait mise en colère. Pour qui se prenait-il ? Pensait-il qu’il la manipulait ? Qu’elle n’était qu’un jouet ? S’il était certes plus puissant et plus dangereux, elle n’avait jamais été sous sa coupe, et elle n’aimait pas le ton qu’il prenait, encore plus en sachant qu’il menaçait sa meute. Mais que pouvait-elle faire ? Déjà, aucune n’avait bu depuis le festival, à part la demi-poche de sang que Alois leur avait enfoncé dans le gosier après avoir couvert le corps de l’alchimiste qui les avaient sauvés.

Et ce qu’elle sentait en ce moment même en provenance de l’extérieur était amplement suffisant pour lui faire peur et augmenter ses pulsions animales. Elle pouvait grappiller un peu de contrôle sur l’esprit de l’une des deux autres. Elle n’avait aucune prise sur Angelica, mais elle parvenait encore à faire sentir à Chiara sa propre peur… Une peur viscérale… Elle n’entendait pas les coups, mais elle sentait les vibrations du sol sous leurs pieds, elle pouvait humer le sang à travers le contrôle de la chanteuse… Elle savait ce qu’il se passait dehors… Et la présence de Pride après ses menaces lui donnait envie de sortir… Peut-être qu’Alois sentit les changements dans l’air… Car sans même qu’elle ne parvienne à reprendre le contrôle du corps qui était le leur, il avait relevé la tête brusquement, et son regard s’était fait aiguisé, presque dangereux. Il accéléra d’ailleurs le mouvement, récupérant tous les papiers qu’il jugeait important, ainsi qu’un livre, qu’il fourra dans une sacoche à son épaule… Mais étrangement… Il ne la garda pas.

Précisément, le félin au regard céleste se déchargea sur l’épaule de la chanteuse, lançant des œillades au deux autres chimères présentes, il gronda sourdement. Il détestait parfois avoir raison, mais il savait ce qu’il lui restait à faire. Et heureusement, il avait prévu tout un tas de breloques en argent sur son costume… Il faut dire qu’entre sa boucle d’oreille, ses colliers et ses bracelets – en l’honneur de Lyl – avait-il dit, il avait de quoi faire. Mais il profitait aussi du fait de n’avoir rien dit aux autres. Pour le moment, seul Flint avait essayé de l’interroger, mais il avait esquivé en disant qu’il ne savait pas, arborant à ce moment-là un immense sourire. Et Chiara n’étant pas en état, tandis que Justin préférait ne pas poser de question, personne n’avait poursuivi les recherches sur son mensonge… Ou plutôt, sur son omission. Après tout, il leur avait bien caché ça… Son coté Alchimiste… S’ils savaient… Remarque, ce serait beaucoup moins drôle s’ils savaient qui il était. Mais personne ne l’avait reconnu… Personne ne le cherchait. Il avait été déclaré mort auprès des autorités amnestrienne, et personne ne venait se poser des questions au sujet d’un serveur musicien.

Et pourtant, lorsque les autres voyaient dans leur entourage le Fullflamme Alchimiste ou le Fullmetal alchemist… aucun ne se disait que peut-être, ils avaient avec eux quelqu’un d’aussi renommé. The Silver… Voilà ce qui avait été son nom de scène pendant quelques années. Et sa transmutation humaine, sa folie… Il n’avait même plus besoin de cercles pour jouer… Même s’il devait admettre que le prix de cette folie avait été plus que violent… Car depuis… la vue de son œil gauche se troublait… il tremblait bizarrement, et avait des pics de douleurs crâniennes lorsque la fatigue commençait à le toucher. Il aurait pu voir un médecin, mais il savait déjà les raisons, il ne voulait pas savoir combien de temps il lui resterait… Il devait simplement faire en sorte que tout se passe selon ses plans avant que sa tête n’implose. Et c’était ce qu’il allait devoir faire aujourd’hui. L’homonculus de l’orgueil était probablement au courant de la possible séparation des trois, mais il doutait qu’on ait parlé de ses capacités… Capacités qu’il n’avait qu’effleurer lors du festival… Mais il allait devoir leur rendre honneur. Car depuis le temps, il savait comment repousser l’orgueil et ses ténèbres… La lumière… Et l’argent faisait un très beau miroir… N’est-ce pas ?

« Puisqu’il le faut… » Grommela-t-il en s’étirant après avoir redressée la demoiselle prostrée devant le cercueil.

Alois et Justin s’écartèrent, emportant avec eux la demoiselle, tandis que Flint posait ses mains gantées de noir aux cercles alchimiques blancs sur le sol devant la table sur laquelle reposait Lyl. Une détonation eut lieu, et une masse bleue à reflets presque rougeâtres quitta le sol pour venir ensevelir la table et le cercueil sous terre. Ainsi, Lyl était scellé, et personne ne pourrait venir souiller son être. Lorsqu’il eut fini, il y eut un grand bruit qui fit trembler toute la grotte… Et l’odeur du sang se propagea aux alentours… Mais ce n’était pas le sang auquel ils s’attendaient. Le sang du renard embaumait désormais l’air. Il grogna… L’influence qu’il sentait dehors… Pride allait-il réellement mettre sa menace à exécution ? Non… Il n’y arriverait pas… Ils allaient l’en empêcher… Faisant un signe de tête eux deux autres, le groupe sortit de la caverne, laissant les flambeaux brûler jusqu’à leur fin. Ils n’avaient pas besoin de lumière pour y voir… Et la nuit était déjà bien avancée.

Leurs prunelles s’adaptèrent instantanément à l’obscurité et aux rayons étincelant de la lune se reflétant sur le manteau de neige au sol. Manteau souillé à plusieurs reprises par des éclats carmins et de longues trainées sanglantes… Et non loin d’eux, alors que les ténèbres de l’orgueil semblaient vouloir encercler l’endroit comme les tentacules d’une pieuvre, le renard venait de subir la revanche de son premier adversaire. Alois fronça durement les sourcils… Il n’aimait pas ça… Non pas parce que Vincent, leur ancien compagnon, s’acharnait sur Ban, la moitié de leur alpha, mais pour une raison toute simple. Ils avaient été mis au courant du risque encourut avec le renard… Là, dans une position de faiblesse, acculé et roué de coups… ça allait faire comme avec Flint, il le savait… Une perte de contrôle presque totale… Un coup de semonce avant qu’il ne devienne un véritable danger pour eux tous. Le renard était à terre, couvert de blessures, possiblement des fractures ouvertes, car il ne voyait pas très bien de là et souffrant, tandis que le loup s’apprêtait, sous sa forme chimérique, à lui foncer dessus une nouvelle fois. Bizarrement… Alois préférait savoir un traître mort et un allié fou furieux, que l’allié décédé et le traître respirant toujours. C’est pourquoi il fit ce qu’il savait faire de mieux…

Jeter de l’huile sur le feu.

« Hey, Renard ! T’as fini de dormir ? Ou tu comptes attendre que ce chien meurt d’épuisement en te tabassant ? » Ce ton amusé et cette réplique ressemblaient à de la connerie pure et simple…

Mais le lycan lui tapait déjà sur le système auparavant, son coté félin probablement, et là, il n’avait qu’une envie, le voir bouffer la neige et s’étouffer dans son propre sang. Traître… Oui, lui avait le droit de trahir ses différents camps pour poursuivre ses objectifs, mais pas les autres… Cependant, il savait que la rébellion du renard serait très mal vue par l’homonculus, puisque ce dernier semblait juste attendre qu’il soit épuisé pour le tuer, ou bien que le loup stupide le fasse. Mais ils n’allaient décemment pas le laisser faire. Et puis, il avait un petit compte à régler avec Pride, pour l’avoir pris un débile profond dès le début. Oui, il jouait un rôle, mais il n’aimait pas être prit de haut juste après par une créature qui ne savait pas reconnaître un jeu d’acteur parfait. Légèrement paradoxal sur les bords, oui, et c’était parfaitement assumé. Il grogna sourdement, et une paire d’oreilles félines blanches vint remplacer la première dans des éclats d’alchimie bleutées, alors que ses ongles devenaient plus solides et crochus, de belles petites griffes acérées. Son sourire devint carnassier en l’espace d’une seconde, alors qu’il tournait la tête en direction de l’ombre mouvante.

« Protégez Chiara. » Annonça-t-il, encore faussement joyeux.

« Crétin ! Qu’est-ce que tu comptes… » Commença l’ours d’une voix grave, mais il fut coupé.

« J’ai dit. Protégez. Chiara. »

Et sans un mot de plus, alors qu’il avait posé ses mains sur le creux de ses coudes, les faisant descendre rapidement, il s’élança… Des étincelles argentées lumineuses venant exploser autour de lui. Il commença à créer un alliage avec tous ses bijoux, formant une sorte de miroir qu’il commença à étoffer. Son plan ? Apporter un peu de lumière, et il avait justement de quoi faire, surtout qu’il avait déjà constaté que sa vitesse surpassait pour le moment celle des ombres… Il vint tourner autour de la zone principale gorgée de ténèbres, faisant des bonds spectaculaires autour pour toucher le sol et récupérer les ions argents qui se trouvaient sous la couche épaisse de neige sans pour autant être atteignable. Il était rapide… Très rapide. Et à chaque contact, des ions lumineux sortaient du sol pour venir rejoindre l’amas formé à partir des bijoux. Peu à peu, il était en train de créer tout un tas de miroirs géants… Des miroirs qui allaient balancer un merveilleux rayon aussi large que puissant sur la tronche de l’homonculus. Heureusement qu’ils étaient dans les montagnes, car la neige allait être son alliée de la nuit.

En parallèle, le duo étrange que formait Flint et Justin sembla prendre conscience du bordel que ça allait être. Par reflexe, ou bien instinct, ils se reculèrent de quelques pas assez importants, amenant avec eux la chanteuse à la chevelure flamboyante qui ne réagissait toujours pas, perdue dans sa peine et ses larmes. En revanche, craignant un coup perdu, les deux prirent leur précaution. Justin développa ses bois, rendant son crâne aussi solide que le béton armé et se préparant à bondir au cas où, tandis que l’ours sortait simplement ses griffes, évitant de développer le reste pour ne pas finir en fou furieux sanguinaire au milieu du carnage. Mais s’il n’avait pas apprécié la prise de parole du félin, ni même le fait de recevoir des ordres de sa part, il était inquiet. D’abord Lyl qui décède, Chiara qui devient amorphe, Ban qui se fait éclater… Maintenant Alois qui prenait la tête de leur groupe pour les protéger, et ce, malgré ses douleurs et ses spasmes… Tout commençait à prendre en vitesse… Il sentait que la guerre approchait… Puisque le félin ne prenait même plus la peine de cacher son vrai visage en face de lui... Pendant l’espace d’un instant, le regard pourpre se posa sur les miroirs qui apparaissaient tout autour d’eux…

Lorsque les plus petits furent prêts, Alois les maintint dans les airs en faisant appels aux ions et minéraux qu’il déterrait au fur et à mesure, avant de tous les joindre en un long mur arrondit et légèrement orienté vers la lune qu’il encastra dans le sol en face de l’homonculus. Il fit subitement clair dans la zone. Très clair. La lune s’était reflétée sur la neige naturellement, mais cette dernière, prise au piège par le miroir, lui avait renvoyé cet éclat, qui avait été amplifié par l’inclinaison, et ainsi de suite. Ce fut l’effet d’une dizaine de projecteurs serres et allumés que le félin envoya sur l’orgueil avec force. Il venait de l’acculer en direction de la forêt, éclairant cette dernière comme en plein concert. Par reflexe cependant, Alois n’en resta pas là, s’il avait déjà mal à l’œil, ça ne voulait pas dire qu’il allait attendre que la créature s’en aille d’elle-même, il allait l’y pousser… Et formant de nouveau un cercle en touchant le sol enneigé à la suite, il fit sortir de nouvelles particules d’argents pour ajouter un peu de lumière alentours, de toute évidence, il n’y en avait pas assez selon lui…

« Bat en retraite si tu ne veux pas prendre le double dans tes millions d’yeux, l’orgueil ! » Ordonna-t-il d’une voix amusée.

Il n’hésiterait pas à poursuivre, il était encore bien rapide, et il ne craignait ni la douleur, ni la fatigue… En revanche… Il ne comptait pas non plus mourir ici… Ce qui signifiait que son cerveau prévoyait déjà quelque chose pour s’en sortir en cas de problème et gérer tout le monde. Il avait encore deux coups d’avance, mais quels allaient être ceux du renard dans son dos ? Il espérait que ce dernier allait exterminer le loup, et que son sang allait continuer de rougir la neige… Mais…

Il attendait de voir…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 649
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Dim 8 Oct - 16:59
  • Ban
  • Team Princesse &
    Pride

Jusqu'à la fin.
Ban marchait maintenant en direction de la grotte pour aller retrouver les autres. Il avait retrouvé le loup et lui avait fait payer sa trahison, même si en réalité, l’argenté venait de se défouler sur lui pour libérer sa colère. Il le savait… Il avait été trop loin encore une fois et le renard avait perdu le contrôle de son esprit pendant quelques minutes. Fort heureusement, il avait réussi à récupérer ses moyens avant de commettre l’irréparable. Tuer le loup d’une manière atroce. Ce dernier, qui avait déjà bien subis, manqua de se faire empaler. Si le côté renard trouvait cela hilarant, Ban n’était pas cet avis. Il voulait simplement lui mettre une bonne correction, mais il avait dérapé. Maintenant, il tentait de se calmer avant de retrouver les autres à l’intérieur de la montagne pour rejoindre sa princesse et reprendre son rôle de protecteur. Seulement, est-ce qu’il était vraiment en mesure de la sauver de lui-même ? Il savait que trop bien que ses pertes de contrôle finiraient par être fatales à une personne proche de lui… Si jamais par malheur, il touchait à Chiara, il ne pourrait jamais se le pardonner. Jamais.

Ton amour pour cette femme va causer ta perte, Xenos.

La ferme… Ban n’avait pas besoin d’entendre ce genre de remarque maintenant. Surtout pas venant de cet enfoiré qui se cachait à l’intérieur de lui. Si seulement il pouvait trouver un moyen de le faire taire. Il subissait son influence depuis un peu moins de vingt années et l’homme n’arrivait plus à le supporter. Un jour, il ferait disparaitre cette chose et il serait enfin en paix. C’était assez drôle de se dire que certains sages avaient raison. Notre pire ennemi réside à l’intérieur de nous. Ban soupira en laissant échapper de la vapeur d’entre ses lèvres. Il essaya de se concentrer sur autre chose, mais une sensation des plus étranges le traversa et le fit arrêter dans son avancée. En effet, il pouvait de nouveau sentir la présence de l’ombre qui rôdait dans le coin. Alors il était encore en train de le suivre ? Qu’est-ce qu’il voulait au juste celui-là ? Le mercenaire fut rapidement encerclé par des ombres. Il se contenta de garder le silence, observant tranquillement la chose qui venait lui parler. Qu’est-ce que c’était ce truc au juste ? Ce n’était pas une chimère… C’était certain. Mais Ban n’arrivait pas à mettre un doigt sur le nom de cette créature. Amestris avait des secrets… Sur le coup, il se disait qu’Aerugo semblait bien plus paisible que le pays où il résidait à présent.

Tu devrais faire attention. Il est dangereux.

Remarque pertinente, mais quelque peu inutile. Le mercenaire habillé de cuir, le savait déjà. Est-ce que cette pensée était celle de la bête en lui ou bien de son instinct ? Qu’importe. Il n’y prêta pas plus attention et se contenta d’écouter les ombres parler avec cette voix presque désincarnée et monstrueuse. Faire les choses par soi-même. C’était l’une des paroles du renard alors qu’il cherchait à retrouver la piste du loup. L’ombre avait donc l’intention d’accomplir ce conseil. Est-ce qu’il cherchait à se battre contre la chimère ? Abruti. Si cela était vraiment le cas, le monstre ne savait pas qui se trouvait en face. Des dizaines d’yeux apparurent dans les ombres ondulantes, suivit de nombreuses gueules pleines de dents acérées. On aurait presque dit des dessins dans la neige, mais pourtant elles étaient réelles. L’ombre ajouta qu’il voulait s’amuser et notre renard fronça des sourcils avant de bouger pour se mettre en position d’attaque. Cependant, il n’eut pas le temps d’aller jusqu’au bout, qu’une étrange impression venait de l’oppresser. D’un coup, une des silhouettes noirâtres se souleva de la neige pur venir le frapper violemment dans le dos de notre argenté. Il n’avait pas vu le coup venir. L’expression, jusque-là, blasée de l’homme se transforma en une grimace de douleur alors qu’il se fit projeter en avant. Il n’eut pas le temps de réagir qu’un autre coup fut porté à son estomac. Le coup était d’une telle violence que la chimère sentit quelque chose couler d’entre ses crocs, maintenant serrés. Du sang perlait sur le bas de son visage. Il n’avait également pas remarqué que ses jambes avaient quitté le sol et qu’il s’envolait dans les airs pour s’écraser contre un arbre aux alentours. Un grognement se fit entendre lors de l’impact. Ban se retrouva assit dans la poudreuse, le dos endolorit par le choc qu’il venait de subir. Bordel… Cette chose avait une force bien supérieure à la sienne. Enfin un adversaire à la hauteur… C’était la dernière pensée du renard avant de voir quelque chose lui foncer à toute vitesse, sans qu’il n’ait le temps de bouger le petit doigt.

Minable. Tellement minable que si je le pouvais, je te tuerais de mes propres mains.

Il était toujours là. Prêt à prendre le contrôle du corps du mercenaire si jamais il lui laissait une porte ouverte. Pas question ! Il était hors de question de le laisser sortir de nouveau. Il préférait largement se laisser tuer que de le voir se pavaner en liberté. Le regard de l’argenté se plissa durement alors que ses pensées se tournèrent vers la seule personne qui aurait pu l’aider dans ce moment critique. La seule personne qui comptait à ses yeux. La seule femme qui hantait encore ses pensées alors qu’il se faisait malmener par cette créature du diable. Celle qui était son univers et pour qui Ban aurait voulu réaliser l’impossible pour la voir de nouveau sourire.


Le l’arbre où s’était écrasé le renard, venait de se faire couper en deux. L’argenté d’Aerugo venait de se faire bloquer par un lien d’ombre qui le maintenait contre le tronc, qui avait déjà bien souffert par l’impact de l’homme contre celui-ci. Ce dernier ne bougea pas d’un pouce. Il se contenta de fixer les ombres ondulantes sur le sol. Il le savait au fond de lui…cet ennemi était bien trop fort. Se battre était peine perdue. Il se ferait tuer trop rapidement avant de toucher sa cible. Si seulement cela était possible toutefois. Si le monstre pouvait l’atteindre, l’inverse semblait impossible. Alors qu’il pensait que la créature lui laissait un temps de répit, il déchanta rapidement en voyant une lance noirâtre se précipiter vers lui pour se planter sans aucune douceur dans la main de notre renard. Un hurlement de douleur fut étouffé entre ses crocs. Il fut ensuite libérer de sa prison pour être propulsé plus loin dans la neige. C’était d’une telle violence, qu’il glissa sur la poudreuse immaculée sur quelques mètres. Les ombres reprirent la parole, se demandant comment Anjuu pouvait être liée à une chimère aussi méprisable que lui… Que les êtres comme lui, perdaient leur temps avec les sentiments et que cela ne servait pas à grand-chose. Ban se mit à rire alors qu’il tentait de se redresser avec difficulté. Il arriva à peine à se soulever du sol qu’il se mit à rire en crachant un liquide pourpre sur la neige.

« C’est Chiara… Son nom est Chiara, espèce de merdeux prétentieux. Tu… Tu ne sais rien d’elle alors ferme ta grande gueule… Perdre notre temps avec nos sentiments. Des conneries. L’amour que j’ai pour cette femme… Tu ne peux pas savoir à quel point je pourrai tuer pour le préserver. »

Le renard se mit à tousser et grimaça alors qu’une douleur le rongeait de l’intérieur. Il avait mal, mais cela n’était rien comparé à la colère qui venait de le saisir suite aux paroles de l’être dont il ne connaissait pas le nom. Il n’eut pas le temps de se remettre de sa douleur qu’il fut de nouveau frappé au ventre, intensifiant le mal qu’il ressentait déjà, pour se faire éjecter plus loin. A peine, le temps d’atterrir sur le sol qu’une autre lance alla lui transpercer la jambe. Cette fois, il n’eut pas la force de contenir un hurlement rauque. Cela faisait mal, mais pas autant que ce qui allait suivre. Le corps du mercenaire se fit soulever du sol par la jambe avant de se faire envoyer une force démesurée. Son dos manqua de se briser contre un mur et son corps fit une trace d’impact dans la roche. Une giclée de sang se perdit sur le manteau neigeux. En abondance. La douleur déforma le visage de l’argenté, qui ne pouvait plus bouger sans hurler. Il releva avec difficulté pour observer les ombres revenir dans sa direction. Il n’allait pas s’arrêter ? Qu’on en finisse… Si cette chose voulait le tuer, alors qu’il le fasse…mais qu’il ne s’en prenne pas à sa princesse. Si quelqu’un méritait de vivre entre les deux… C’était bien elle.

Pathétique… Vraiment tu me fais honte.

N’est-ce pas ? Se faire défoncer la gueule de la sorte par un truc inconnu sans même bouger, c’était pathétique. Les yeux du renard commencèrent à se fermer. Il sentait la fatigue s’emparer de lui. Il sombrait petit à petit dans l’inconscience, observant le décor se flouter au fil des secondes. Il n’arriva même plus à entendre cette voix monstrueuse qui s’adressait à lui. Ses paupières se fermèrent alors, laissant du sang couler du coin de sa bouche. Il se sentait tomber… Comme aspiré par les ténèbres. Est-ce que c’était son adversaire qui l’encerclait encore ? Non… C’était différent. Cette sensation de tomber dans un gouffre sans fond, sans aucune lumière à l’horizon pour lui permettre de mesurer sa chute. Cette impression de s’écraser violement contre un sol invisible. Le néant à perte de vue. Son corps meurtrit par les coups qu’on lui asséné fut apaisé pendant un moment. La douleur se dissipa lentement. Ban ne sentait plus rien, même pas ses membres. Ses yeux était à demi-clôt, fixant ce plafond inexistant et aussi sombre que le reste. C’était donc ce qu’il ressentait lorsqu’il était dans ce lieu. Plus rien n’avait d’importance… Son esprit était complétement vide et ses pensées venaient de s’envoler avec le reste. Engloutit dans cet endroit où il ne pouvait maintenant plus en sortir. C’était la fin… La fin de son voyage. Son corps était maintenant aspiré par le sol, qui n’en était plus un en partie. C’était comme une eau visqueuse et noire qui prenait son temps pour l’engloutir. L’argenté aurait pu sourire par dépit. Acceptant la fatalité qui se présentait face à lui, mais alors que son visage commençait à couler avec le reste de son corps inerte, deux grands yeux dorés se dessinèrent dans le néant au-dessus de lui, puis une bouche pourvue de crocs acérés. Ce n’était pas la créature qui venait de l’attaquer dans la foret. Non… Celle-ci, Ban la connaissait très bien. Une main sortit de nulle part et s’empara de son visage alors qu’un rire démoniaque se faisait entendre. Un rire qui résonnait encore et encore, fier de pouvoir en profiter. Ces yeux face à notre mercenaire se rapprochèrent de plus en plus et un visage apparut enfin, celui de Ban. Deux visages similaires se faisaient maintenant face. L’un s’engouffrait dans le néant, l’autre hurlait de rire.

Qu’est-ce que je t’avais pourtant dis ? Tu ne pourras jamais m’empêcher d’exister, Xenos. Je suis toi et tu es moi. Maintenant laisses-moi faire, je prends le relais. Par ta faute… A cause de tes faiblesses, ils vont tous payer. Dors pour l’éternité, je me charge du reste, mon très vieil ami.

La main qui tenait le visage de notre argenté appuya avec force pour l’aider à couler plus rapidement. L’humain disparut de la surface et l’autre se redressa avec un air victorieux sur le visage. Ses yeux dorés s’élevèrent vers le haut, fixant maintenant le néant en continuant de rire comme un fou. Cette victoire tant attendue et le retour d’un être dépourvu de sentiments. Ceci marquait la fin des aventures de Xenos Galan Van Baelsar, l’homme dont la destinée venait de s’effacer en un instant.  

Combien de temps venait-il se s’écouler dans le vrai monde ? A peine quelques secondes. Pourtant cela avait semblé durer une éternité. Le corps de l’argenté était encore encastré dans la paroi rocheuse et fut pris de quelques spasmes. Les paupières de la chimère s’ouvrirent de nouveau et les yeux habituellement pourpres étaient maintenant dorés et brillant. La liberté ! ENFIN ! Hahahaha. Le renard avait finalement réussir à faire taire l’autre abruti avec qui l’animal partageait son corps. La joie, c’est ce qui pouvait désormais se lire sur le visage de l’homme en cuir rouge. Il ricana un instant avant d’observer les alentours sans bouger la tête. Le monstre fait d’ombre se tenait toujours en face et il était maintenant en compagnie du loup. Ah… Il n’était pas mort celui-là ? Tss. Une erreur qui allait très vite se corriger. Notre renard essaya de bouger, mais une douleur le transperça le corps. Ah… Les blessures que Xenos avait subis… C’est vrai ! Cet enfoiré s’était laissé frapper sans même chercher à se défendre. Mais qu’il était vraiment con celui-là. Voilà que l’argenté était toujours contre ce mur à pisser du sang de partout alors que le loup approchait dangereusement. Oh lui… Si jamais il s’avisait à le toucher, il lui ferait bouffer son coeur en lui enfonçant dans le derrière ! Jamais il ne pourrait accepter de se faire laminer par un débile qui remuait la queue pour un oui ou pour un non. Après tout, l’animal venait tout juste obtenir le droit de s’incruster dans la fête. Bon, sans le consentement de son hôte, mais ce n’était qu’un détail. Krikrikriii !

Le loup arriva face à lui et le renard ne pouvait s’empêcher de sourire. Il avait vraiment une drôle de gueule pour une chimère en forme humaine. C’était quoi cette coupe de cheveux ? Un carnaval ? Non mais sans rire… Sa tignasse ressemblait à une serpillière. Faudrait peut-être lui dire un jour, non ? L’argenté se mit à rire silencieusement et laissa sortir un « salut ma belle » en continuant de le fixer. De toute manière, il ne pouvait pas encore bouger alors autant s’amuser un peu. Il remarqua que les yeux du loup étaient étranges. Si pour certains cela pouvait donner l’impression à deux billes noires, dépourvues d’humanité, le renard pensait plus à deux petits pois moisis. Une vision qui le fit encore éclater de rire intérieurement. Aaaah qu’il était heureux d’être là ! Soudainement, l’autre abruti l’attrapa par le col pour venir le soulever. Notre homme en rouge grimaça en sentant toute la douleur que son humain avait accumulé.

« Hey pas touche… C’est du vrai cuir de qualité, espèce de pouffe ! »

Il allait se remettre à rire, mais la tête du loup s’entrechoqua avec force contre la sienne. Déjà qu’il saignait pas mal du crâne, mais maintenant c’était pire. Merci ! La bête à l’apparence humaine laissa un grognement sortir d’entre ses crocs avant de se prendre un crochet du gauche dans le visage. Du sang gicla de nouveau et alla repeindre une toute petite partie de la roche à ses côtés. Non, mais faut s’arrêter un moment ! Il voulait bien être gentil, mais y avait des limites. Puis le loup usa de sa force de mouche pour envoyer le renard au loin. Celui-ci alla s’écraser dans la neige. Il allait vraiment le tuer cet enfoiré de mes deux. Comment osait-il venir le frapper alors qu’il s’était fait humilier un peu plus tôt ? Un sale profiteur. Voilà ce qu’il était. Une honte pour l’espèce des chimères. Sa tête allait décoller de son corps dès que le renard serait de nouveau debout. Crachant encore un peu de sang sur la poudreuse. Le nouveau Ban se mit à grimacer longuement. Il pouvait entendre l’autre argenté le traiter de faible. Quoi ? Qu’est-ce qu’il venait de dire ?! F..Faible ?! Le sang de notre animal bouillonna à l’intérieur. Une rage intense s’empara de lui. Comment osait-il lui dire qu’il était faible ?! Le seul faible dans cette histoire était ce crétin de Xenos, incapable de se débarrasser correctement d’un petit louveteau à peine sortit du ventre de sa pétasse de mère. Il allait mourir… Il allait mourir de ses griffes pour avoir prononcé ses mots.

L’odeur d’autres chimères arriva au nez du renard. Il n’allait pas y prêter attention, mais la voix du chaton arriva à ses oreilles. Il le provoquait ouvertement… Savait-il seulement à qui ce crétin parlait ?! C’en était trop… Cette fois tout le monde allait y passer pour assouvir sa colère. Surtout quelqu’un en particulier…. Cette femme qui était à l’écart… Celle qui avait fait de son humain un être faible et la cible d’une humiliation. Oooh celle-là, il allait prendre tout son temps pour la démembrer et lui dévorer le cœur. Elle… C’était de sa faute si tout ceci arrivait. Mais pour le moment, il fallait se concentrer sur les plus chiants en premier. Commençons par le loup qui se transformait, pas très loin de lui. Il voulait jouer à cela ? Ils seront deux dans ce cas. Pour la première fois de sa vie, le renard allait faire appel à l’intégralité de son côté chimère. Pour la première fois, il avait envie de faire saigner le plus de personne possible pour se venger. Pour la première fois, il n’avait plus envie de s’amuser en massacrant des êtres inférieurs. La haine… Elle s’emparait de lui, quitte à lui faire perdre aussi la tête. Il allait se déchainer à son tour, quitte à en crever. Il y parviendrait.


Les mains de la chimère se crispèrent dans la poudreuse. Ce sentiment incontrôlable et cette soudaine soif de sang grandissaient en lui. Il se mit à grogner de plus en plus fort alors qu’il cédait à ses pulsions meurtrières. Des longues griffes remplacèrent lentement ses ongles ensanglantés. Des craquements d’os se firent entendre par la suite alors que son corps se tordait dans tous les sens. Si ses yeux étaient devenus dorés, maintenant ses iris avaient disparu pour ne plus rien laisser. Son visage était ravagé par une expression de colère intense, laissant apparaître des veines sur ses tempes. Sa bouche s’ouvrit pour pousser un hurlement bestial, deux rangées de crocs affutés comme des lames de couteaux se mirent à pousser. Le cuir de son vêtement recouvrant son torse craqua à plusieurs reprises pour finalement céder et se déchirer. Pendant que les lambeaux tombaient sur le sol, les muscles de notre renard se mirent à doubler de volume, laissant une épaisse fourrure argenté la recouvrir peu de temps après. D’autres craquements, d’autres hurlements à glacer le sang. Une partie de son visage était maintenant recouverte de poils, sa gueule s’était agrandit pour laisser la place à ses nombreux crocs qui remplaçaient ses dents humanoïdes. Ses cheveux poussèrent à une vitesse alarmante jusqu’à fusionner avec le pelage sur son dos. Ses oreilles étaient plus hautes sur son crâne et partaient en pointe, se dressant fièrement au travers de son ancienne chevelure argentée. Ses jambes doublèrent presque de volume, arrachant des parties du cuir qui le recouvrait jadis. Ses pieds étaient maintenant libérer de ses bottes pourpres et ils ressemblaient maintenant à des immenses pattes de renard, se terminant par les mêmes griffes que ses mains. Une longue queue argentée compléta la transformation, se balançant de gauche à droite comme un fouet qui claquait l’air glaciale du grand nord. Des grognements bestiaux, qui avaient plus l’apparence d’un rire démoniaque. Le renard s’arrêta de hurler. La souffrance avait pris fin. Il n’avait plus mal. Il n’avait plus conscience de ses blessures. La seule chose qui importait pour lui, sur l’instant, était de tout détruire.

La bête se releva doucement, tournant à moitié sa tête pour montrer son air féroce à ses ennemis. Il voulait montrer qu’il était dangereux, montrer qu’il fallait le craindre plus que tout. Sa vision grisâtre se balada longuement pour chercher sa première victime. Il renifla pour trouver l’odeur du loup et se mit à sourire. Si son ennemi attendait qu’il se lève pour attaquer, l’ancien Ban ne lui laissa pas le temps de réagir. Il fit volte-face pour faire un seul grand bond dans les airs et lui sauter dessus en premier. Il ne lui laisserait pas le temps de le toucher. Il allait le tuer avant. Sa gueule s’ouvrit et menaça l’autre chimère avec ses crocs, lui bavant presque dessus. Il leva ensuite sa main et alla attraper le visage du loup. Il le souleva dans les airs avant de plonger sa tête dans la neige. Il répéta ce geste plusieurs fois jusqu’à ce que le crâne de l’autre touche la pierre sous la poudreuse. Il laissa échapper un long grognement avant de planter son autre main dans l’estomac. Il perça la peau de ses griffes et continua de s’enfoncer plus profondément. Ses longs doigts allèrent chatouiller ses entrailles avant de ressortir brutalement, laissant une giclée de sang tacher la neige. Il avança alors sa gueule de la gorge de sa victime et planta ses canines dans sa chair. Il l’immobilisait comme le ferait un renard avec une proie. Si l’homme bougeait pour se libérer, la gueule de notre renard lui arracherait la gorge. La pression se fit plus forte sur son cou alors que sa main qui tenait sa tête se mit à le frapper sans retenu, encore, encore et encore. Il ne semblait pas vouloir s’arrêter…

Puis, il s’arrêta de cogner, sentant quelque chose qui fit sursauter son instinct. Il lâcha sa prise de sa gueule pour regarder les ombres sur le sol, pas loin d’Alois. Cette chose… Ce n’était pas ça le plus dangereux. Son regard dénué d’iris se dirigea vers la foret et fixa longuement un point au loin. Il se mit à rire dans un sifflement strident avant de se relever en tenant toujours la tête du loup. Il pencha un peu la tête sur le côté avant de se mettre à renifler. Quelque chose se cachait dans les entrailles de la foret. Il leva son bras tenant toujours sa première victime encore en vie et usa de toute sa force pour le balancer sur le côté. Celui-ci alla s’écraser tellement loin, qu’on ne voyait pratiquement son corps dans la poudreuse. Le dos courbé en arrière, le renard avança une première patte dans la neige. Il lui était difficile de tenir debout. Pourtant il fit l’effort de faire un autre pas en avant, puis un autre. Trouvant son équilibre, il se mit à courir aussi vite qu’il le pouvait vers l’intérieur de la foret en face de lui, abandonnant sa proie et les autres pour un temps. Il fit des dizaines de mètres, en fixant toujours droit devant lui. Il cherchait la source du mal qui sévissait en ces lieux, en plus de lui. Soudainement, il s’arrêta dans un glissement sur le voile blanc et froid qui recouvrait le sol. Devant lui, se tenait un petit enfant. Il avait l’apparence humaine, mais il n’en n’était pas un. Il pouvait le sentir. Il était entouré par des ombres qui s’étiraient dans une direction. Celle où était la grotte avec le cadavre à l’intérieur. Poussant sur ses jambes, il fit un bond silencieux pour atterrir face à l’enfant. Il se mit à montrer des crocs pour le menacer et lui attrapa la gorge pour le soulever, ne lui laissant pas le temps de faire quoique ce soit. Il serra sa prise et plongea son regard blanc dans celui du gamin. Il n’avait juste qu’à serrer… Il pouvait déjà l’entendre, ce bruit délicieux des os qui se mettaient à craquer sous ses griffes.

Finalement, il le relâcha dans le vide, mais avant que cette chose retombe sur le sol, il lui flanqua un coup de patte arrière dans le ventre pour l’envoyer, lui aussi dans le décor. Traversant les airs pendant des mètres avant de s’écraser brutalement. La bête lâchant un terriblement hurlement rauque et désincarné avant de faire demi-tour. Il avait assez joué comme ça. Il restait encore des êtres à détruire. Notamment une chouette… Aaaah une chouette…. Son repas favori. Affamé, il se dirigea de nouveau vers la grotte en bondissant afin d’aller plus vite. Il passa à côté du chat et se stoppa pile devant l’autre groupe de trois. Il ne prêta aucune attention aux autres. Il se contenta de pencher la tête sur la droite en « observant » en silence. Il fixa le visage de cette chimère aux longs cheveux roux et leva doucement une main griffue vers son visage, sans montrer la moindre agressivité. Il ne voulait pas alerter les deux gardes du corps. Non… Il fallait ruser. Si le renard voulait se délecter des entrailles de cette charmante chouette, il devait d’abord se débarrasser des gêneurs. Une griffe puis une autre se posa sur la joue de la jeune femme. Il continua son petit manège jusqu’à ce que sa main vienne caresser la chouette. Il s’approcha lentement, toujours calme et sa gueule se trouva à peine à quelques centimètres de sa proie. Il aurait pu la dévorer maintenant, mais son élan allait être stoppé par les autres. Son souffle se mêla presque avec celui de sa future victime. Ses crocs s’ouvrirent et il tenta alors de dire un seul mot pour convaincre tout le monde qu’il n’était pas un danger, malgré cette soif de sang qui pouvait se faire ressentir à des kilomètres à la ronde.

« P..rrr…Prrrrin….Prrrrrin...cesssssse… »

Un marmonnement, presque un sifflement. Pour continuer à jouer la comédie, ce rusé de renard avait abaissé ses oreilles pour paraître plus inoffensif. Sa queue pleine de poil retomba derrière lui, cessant ainsi de gigoter pour que cela semble plus réaliste. Il l’aurait… Oh oui… Il allait l’avoir et se faire un plaisir de la faire saigner avant de gouter à sa chair. La pauvre chouette… Elle ne bougeait plus, même face à cet imposante bête de près de deux mètres de hauteur. Il pouvait pratiquement toucher son visage du sien. Son odeur le rendait fou qu’il ne pouvait plus attendre. Un autre grognement sortit de sa gorge avant qu’il ne se décide à passer à l’action. D’un coup, il donna à un coup de patte arrière au plus grand avec les yeux rouges et un coup de griffe dans la direction de l’autre. Une fois écartés, il leva cette main qui se trouvait sur la joue de la rousse, ses griffes en avant et l’élança dans la direction du cœur de la chouette. Si les trois n’autres n’intervenaient pas, elle mourrait avec le cœur arraché de sa poitrine. Belle princesse, que tu sois la dernière chose qu’il dévore avant de rendre l’âme, il s’en fichait éperdument… Tant qu’il allait jusqu’au bout de son envie de meurtre.    

4516 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 609
L'orgueil parfait / Pedopride
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 7
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Dim 8 Oct - 19:28





Un renard comique


Pride & Angelica/Anjuu/Chiara & Ban & Kira & Vincent



Pride n'avait pas fait un geste, l'ombre tueuse qui venait malmener un temps sois peu le renard se délectait du spectacle qui s'offrait a lui, ce dernier sur le sol bouffant de la neige, comme c'était amusant... Il aurait bien pu continuer comme ça, a le frapper encore et toujours jusqu'à ce que mort s'en suive ou bien même l'achever tout de suite, mais non, il voulait s'amuser un peu plus avec ce dernier après tout. Ils avaient parlé aussi, le renard avait défendu la chimère aux trois ames que Pride nommait tout le temps Anjuu, bien qu'il la connaissait surtout sous le nom Angelica, la petite qui était toujours gentille, avec lui, mais qui en même temps lui ressemblait grandement et c'est pour cela que de tout temps il était rester prêt d'elle a la veiller et a veiller aussi sur sa meute dans le même temps. Le renard l'avait donc nommer Chiara une autre des âmes qui vivait en elle si Pride ne se trompait pas, que c'était des connerie de perdre son temps avec des sentiments et aussi qu'il était prêt a tuer pour la préserver. L'ombre n'avait rien repondut, car en effet, il ne pouvait pas comprendre, lui n'était qu'Orgueil, il ne pouvait pas connaître d'autre sentiment, et même si c'était le cas, il ne pourrait pas les comprendre. Alors que notre homonculus allait encore continuer à s'amuser avec le renard, finalement un nouveau pion venait d'entrer en scène, le loup a nouveau mais il y avait quelque chose de différend et quand Pride comprit ce que c'était il ne put s'empêcher de sourire et de laisser ce dernier passer...

Personne, non personne ne pouvait comprendre ce qu'il y avait maintenant entre le loup et l'ombre, mais lui le savait trop bien, finalement la créatrice du loup n'avait pas totalement échouer dans son projet de crée une chimère comme il fallait, mais bon dommage qu'il ait du autant se faire fracasser pour que cela fonctionne, si Pride l'avait su plus tot c'est lui qui aurait fait ce qu'il fallait pour que cela marche. L'ombre observait maintenant les deux chimères se faire face, le jeu allait devenir beaucoup plus amusant maintenant, mais il y avait un truc qui n'allait pas, le renard, il était différend... Pride n'aurait pas pu dire en quoi, mais il y avait quelque chose. Finalement le loup frappa et l'ombre ne put s'empêcher de sourire en voyant cela, quand il déclara que c'était trop faible et à entendre les réplique du renard ce dernier pensait certainement qu'il parlait de lui alors que ce n'était pas ça du tout et cela se voyait, il parlait de son corps qui n'était pas assez fort pour résister quand il portait un coup mais finalement alors que le loup prit enfin sa forme de chimère d'autres invitée inconvenue se joignirent a la fête. Anjuu d'ont l'air était toujours aussi vide tout comme ces yeux, mais aussi son petit groupe de chimère bien obéissante qui remuait la queue à la moindre demande de cette dernière. L'ombre, elle n'allait pas attendre que ces chimères viennent causer du grabuge dans le combat entre le loup et le renard, c'est pourquoi son ombre se mit a s'étendre encore et toujours plus absorbant la neige comme pour faire comprendre a tout le monde, qu'ils ne pourraient pas le stopper et en même temps, qu'ils allaient devoir se battre ici s'ils voulaient partir. Pride bien sur ne comptait pas s'en prendre à Anjuu, pour qu'elle raison, au fond même lui se posait la question, peut être du fait qu'il semblait qu'ils se ressemblassent tous les deux, c'était possible, mais cela lui importait peu. L'ombre ne cessait d'observer le renard et le loup, renard qui finalement lui aussi prit sa forme de chimère et se mit a frapper de toute sa hargne le loup comme une bête déchaîné devenue incontrôlable...

En un sens, il ressemblait à Vincent, mais avec un truc de différend, l'animosité avec laquelle il frappait Vincent peut-être ? Non c'était pas ça, il y avait autre chose et Pride n'arrivait pas a trouver quoi, mais alors qu'il était concentrer sur le combat entre les deux animaux si bien, qu'il ne vit que au dernier moment, que le chat qui accompagnait Anjuu avait fait des miroirs géant en usant de l'alchimie et Pride comprit immédiatement ce qu'il voulait faire et lança ces ombres sur les dits miroirs mais c'était trop tard, d'un coup un énorme trait de lumière gicla frappant les ombres qui se dissipaient, au fur et à mesure, mais il n'était pas assez puissant pour tout faire disparaître, mais au moins le forcer a reculer un petit peu. Finalement, le chat lui ordonna de battre en retraite s'il ne voulait pas prendre le double, au moins c'était clair, seulement c'étais mal connaître l'homonculus de l'orgueil qui ne battait jamais en retraite, seulement alors qu'il allait répondre au chat d'un coup l'ombre disparut...

Un peu plus loin de la, le corps de Pride Selim Bradley ouvrit calmement les yeux et se retrouva face au renard et son pelage, d'ont, il pouvait voir un peu de sang tacher ce dernier. Le sien ou non, cela n'avait plus vraiment d'importance, le fait était que le renard avait trouvé la source de l'ombre sûrement grâce a son flair, mais le fait est aussi que du fait de la lumière que les chimères avait utiliser avec leur miroir, il avait dû battre en retraite en un sens. Le gamin et le renard s'observèrent et ce dernier grogna comme pour lui faire peur, mais le gamin ne fit pas un geste quand le renard le prit à la gorge et le souleva se mettant a serrer cette dernière. Aucune expression ne s'afficha sur le visage du gamin, il était juste ennuyer de ne pas pouvoir se défendre là pour le coup a cause de la lumière qui bloquait ces ombres et finalement, quand le renard le lâcha, il lui flanqua un coup de pâtes arrière qui propulsa le gamin dans les airs qui finalement a la s'écraser des mètres plus loin roulant dans la poudreuse qui s'éleva en l'air avant de retomber doucement. Ce coup aurait put tuer n'importe qui et pour preuve le corps du gamin qui resta là de longue minute sur le ventre sans bouger, quand finalement ces doigts se mouvèrent et se dernier se releva. L'ombre se remit de nouveau a tournoyer autour de lui, quand il se mit à marcher calmement vers la d'ou il venait, il devait bien admettre que le renard avait une force prodigieuse et s'en prendre ainsi sans états d'âme a un enfant, cela forçait le respect peu d'humain ou autres en était capable. Quand finalement après de longue minute il arriva en vu de la grotte, il vit le renard auprès de Anjuu et les autres mais ce dernier les avaient repousser quand Pride se plaça calmement à la vu des chimères qui de toute façon maintenant le connaissait sans son ombre du fait de la lumière qui le frappait et dit d'un coup a l'adresse de quelqu'un :

"Ca suffit, tu as assez joué et il n'est pas l'heure des vengeances."

Il tourna après cela sa tête vers la forêt et dit calmement :

"Tu avais quelque chose à leur dire, je crois avant de partir non, fais le, ensuite, rejoins ton employeur, tu lui obéiras comme-ci, c'était nous tes maîtres et tu ne le quittera plus d'une semelle sauf s'il t'en donne l'ordre."

Le gamin fit demi-tour après cela et dit alors calmement, alors qu'il voyait bien que le renard comptait sûrement s'en prendre à Anjuu :

"Mr le renard je dois avouer que vous m'avez impressionner, j'espère vous revoir un de ces jours, ne serais ce que pour me battre de nouveau avec vous, en attendant j'admets ma défaite, je ne suis pas assez fous pour me battre alors que je sais que je n'en n'ai absolument pas les moyens là à cause de vos miroirs... Anjuu si un jour tu redeviens celle que j'ai connue et que j'ai protéger tout ce temps, alors je serais heureux de te recroiser, seulement je vous préviens à nouveau, ne faite rien qui puisse nuire au plan de père dans ma ville ou vous le regretterez."

Après cela, le gamin se tut et s'en a la en silence dans la neige, laissant les chimères entre elle régler leur compte, car il savait pertinemment au fond qu'il reverrait sûrement ce renard pour le meilleur ou pour le pire...
(fin pour Pridou)  
hrp:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 105
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Lun 9 Oct - 18:48





A jamais perdu?


Vincent Wolf & Kira Even & Anjuu/Angelica/Chiara & Pride & Ban Silverleigh



La chimère loup continuait de grogner en ayant pris sa forme animale observant le renard attendant le moment de pouvoir bouger, pour en finir avec lui. Le sang continuait de tacher le pelage blanc du loup, mais celui-ci semblait n'en avoir cure, quand les autres chimères finirent par sortir de la grotte, observant le loup qui ne prêta pas du tout attention a eux, son attention était fixer sur le renard, pourtant alors qu'il aurait depuis longtemps pu sauter dessus et lui ouvrir littéralement la gorge, il n'en fit rien, il resta la en silence sans bouger comme-ci il attendait l'ordre de quelqu'un...   

À l'intérieur du loup, Vincent était toujours maintenu par des milliers de mains de couleurs toute différentes et il continuait de voir ces images brouiller sur l'écran, avec cette voix qui continuait de hurler toujours la même chose sans discontinuer, alors que l'homme loup lui ne pouvait rien faire d'autre que de regarder, quand face a lui se retrouva d'un coup un loup blanc qui l'observait en tirant la langue. Vincent le regarda sans comprendre, mais le loup lui se mit alors a gronder en montrant ces crocs et d'un coup, il fonça et sauta sur la gorge de Vincent qui ferma les yeux et attendit... Mais d'un coup alors qu'il s'attendait a ce que le loup le tue, il entendit une voix qui dit :

"Et bien, mon Coeur, ouvre les yeux."

Ce dernier le fit et se retrouva dans un lit, il était au moins torse nu, a ces côtés se trouvait la femme qu'il avait aimé avant de devenir une chimère, et qui était morte, elle avait la tête qui l'observait au-dessus de lui avec un mince sourire, quand Vincent dit alors :

"Je... Je suis... Et toi tu... Enfin, tu es..."

Il se redressa alors s'asseyant dans le lit, quand la fille reprit:

"Chut... C'était un cauchemar..." Dit alors la jeune femme en posant sa tête contre son dos, quand elle passa ces bras autour de sa taille et reprit enssuite:

"Tu sais, que c'était un cauchemar, reste ici avec moi pour de bons, tu as plus besoin d'avoir mal de souffrir et de te battre ici, tu seras bien en paix."      

Aucune réponse ne sortit de la bouche de l'homme loup, quand il vit face a lui, Kira en train de pleurer et tendant la main, mais très vite l'image de cette dernière disparut et au fond Vincent se dit que oui, ce n'était qu'un cauchemar et il se recoucha auprès de la fille qu'il avait aimé et croyait avoir perdu, sans voir qu'en realiter, il était prisonnier entre les crocs et les griffes d'un énormes loup aux yeux aussi rouge que le sang...

Dans les montagnes de Briggs, le loup lui n'avait pas fait un geste, alors que le renard lui venait de se relever et à son tour de prendre sa forme de chimère, quand d'un coup le renard rejoignit en un bond le loup et grogna dessus en bavant presque avant de chopper la tête du loup avec sa patte et de l'enfoncer dans la neige avec force et rage, plusieurs fois de suite, si bien jusqu'à ce que la tête du loup cogne contre la roche dure cacher sous plusieurs mètres de neige, tant est si bien que du sang se mit a couler du front du loup tachant son pelage blanc de sang, mais chose surprenante, il ne semblait strictement rien ressentir. Finalement, le renard utilisa son autre main pour l'enfoncer dans le ventre du loup et faire des chatouilles à ces entrailles, avant de retirer brutalement sa main, faisant voler du sang partout sur la poudreuse, cela devenait un vrai spectacle de cauchemar et pourtant aucun son ne sortit de la bouche du loup, il eu même aucune réaction. Il finit par le choper a la gorge, en continuant de cogner sa tête sur le sol, mais fini par se stopper levant le corps du loup, d'ont on pouvait voir à divers endroits le pelage blanc du loup rougis par le sang même au niveau de la gorge, quand finalement le renard balança le loup bien plus loin et ce dernier a la s'écraser bien plus loin dans la neige où il ne bougea plus et pour cause, n'importe qui subissant une telle chose serait mort. Mais pas le loup...

Non, ce dernier se releva calmement, le sang continuant de couler de son pelage et de ces plaies, mais pourtant cela ne semblait pas déranger, mais pourtant, bien qu'il esseya de redevenir humain, quelque chose l'en empechait. Il ne savait pas quoi, mais il y avait un truc qui faisait que pour le moment il n'y arrivait pas. Il se mit a grogner toujours sous son apparence de loup, furieux de ne pouvoir se changer de nouveau en humain, du sang coulant de nouveau de sa gueule, mais finalement après quelque mètre, il s’effondra dans la neige. Bien qu'il ne semblait plus rien sentir, il n'arrivait pourtant plus a bouger, aucun de ces muscles ne fonctionnait, quand il vit autour de lui, l'ombre qui lui parla, lui déclarant que cela suffisait et qu'il n’était plus temps des vengeance et même qu'il avait un truc a dire avant de partir aux autres, seulement plus facile a dire que a faire car il n'y avait rien a faire son corps n’obéissait plus. Il ne comprenait pas pourquoi, mais il ne pouvait plus faire un geste, il decidit donc de rester la dans la neige, attendant de pouvoir bouger de nouveau et surtout de pouvoir a nouveau se changer en humain, la neige continuant de tomber et couvrant son corps, ces yeux toujours aussi vide, c'etait comme-ci le loup avait perdu son âme et était devenue une poupée obéissante a quelqu'un ou plusieurs êtres...  
(fin pour Vincent aussi)
nombre de mots:
 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Punching ball d'Envy
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie: 1
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent) Jeu 12 Oct - 6:33



Pride avait perdu.

Si les miroirs d’Alois l’avait fait reculer en direction de la forêt, la disparition du renard pendant quelques minutes, cinq tout au plus après s’être relevé pour massacré le loup violemment, avait probablement eut un impact elle aussi. Mais le résultat était là. Pride était partit. Il avait battu en retraite. Ils avaient réussi à repousser celui qui disait ne pas pouvoir l’être… à seulement deux. Ce qui était tout de même un exploit. Cependant, le renard n’était plus tout à fait lui-même. Désormais immense, couvert de poils, et avec des muscles bandés aux maximum, le côté animal de son âme était désormais parfaitement ressortit. Il fallait donc se méfier le plus possible, car le renard était vicieux. Et pour le coup, il leur apparaissait plus dangereux encore que l’homonculus de l’orgueil, qui lui était tellement impulsif que ses combats devenaient habituels et parfaitement simple à anticiper. Là, c’était un animal sauvage, qui avait été tabassé à de nombreuses reprises, souffrant, et ayant subi moquerie et insultes…

Il était donc au sommet de la dangerosité pour le coup.

Lorsque Pride tint son discours, personne ne l’écouta réellement, si ce n’est Alois qui semblait toujours avoir une oreille disponible pour les ragots de cette créature, on ne sait jamais. C’est pourquoi, tandis que Flint et Justin surveillait le renard qui s’approchait, Alois, qui revenait aussi, écoutait ce que la chose à l’apparence d’un gamin disait. Il félicitait le renard, disant qu’il avait été impressionné, mais qu’il avait été désavantagé pour le moment uniquement à cause des miroirs. Il parla de nouveau à Chiara, comme si cette dernière réagissait, l’appelant Anjuu. Il ne semblait vraiment pas discerner les trois âmes, ou bien espérait-il qu’elle soit comme lui, et donc, servile à sa personne, et réagisse ? Le pauvre, il risquait d’être surprit… Et comme il s’y attendait, la rouquine ne bougea absolument pas, ne battant qu’à peine des cils malgré le vent qui se levait à présent.

Pride disparu alors, mais le danger était toujours là, en la présence de Ban, qui n’avait définitivement plus conscience de ses actes. Il était grand, massif, avec une gueule animale, des yeux sans pupilles, entièrement doré, de la fourrure, et des armes à la place des griffes et des dents. Il était véritablement effrayant d’un point de vue humain. Mais pour eux… Eux qui ne l’étaient pas, il n’était pas différent de Flint en cas de transmutation complète. Le problème cependant, c’était que la seule personne capable de tenir tête à une telle créature dépourvue de sens, n’était pas en état de réagir depuis plusieurs jours. Debout bien qu’inerte, elle semblait attendre que les secondes s’écoulent sans voir le monde alentours. Le vent fouettait sa crinière flamboyante, la faisant valser dans les airs, emportant ses larmes silencieuses avec lui, et elle ne bougeait pas. Ils avaient même des doutes sur le fait qu’elle les voit désormais, comme si elle s’était coupée totalement du monde. Traumatisée de cette mort si soudaine.

Pourtant, le sang qui était désormais le parfum des lieux, aurait dû la sortir de cette torpeur, la tirailler, faire gronder ses sens… mais elle avait déjà dompté l’instinct animal, elle n’avait pas dit comment, mais Alois le savait, pour l’avoir lui-même fait. Et une fois l’instinct disparu, il ne restait que la conscience, la conscience, et ses états d’âmes. Le félin se demandait d’ailleurs à quoi pouvait bien penser l’alpha pour se murer ainsi, changeant son corps en une véritable prison. Elle avait l’air si défait… Et pourtant, il savait que perdre Lyl n’était pas la pire chose qui puisse lui arriver, il l’avait bien vu avec Ban… Il y avait autre chose, mais l’esprit humain était si complexe, encore plus pour celui de cette femme. Elle qui paraissait si rêveuse, et la seconde d’après, tellement terre à terre… Comme un être bipolaire. Certains auraient tendance à dire que c’était son côté femme, mais lui savait que non. Son cerveau allait bien plus loin, elle n’était pas juste utopiste, elle avait déjà effleuré le bonheur, elle mettait juste tout en jeu pour pouvoir l’obtenir une fois encore. Mais pourquoi cette perte l’avait autant ébranlé… ça, pas moyen de le savoir.

Marchant lentement, principalement parce qu’il avait des vertiges, le félin suivait des yeux la scène qui se jouait devant lui. Flint et Justin n’avait pas quitté Chiara, ils n’avaient pas bougé d’ailleurs, toujours en position de défense. Ils n’étaient pas dupes, le mercenaire n’était pas dans son état normal, et il ne faisait pas confiance à l’animal pour se contrôler. C’était une chouette, il était un renard, la question ne se posait même pas. Alois fut dépassé par le renard qui vint se planter devant le trio sur ses gardes, mais le félin continua sa route lentement. Il voulait voir ce qui allait se passer… Il faut dire que le comportement du renard était atypique, bien que sournois. Il se demandait si Ban allait reprendre le contrôle de lui-même, où s’ils allaient devoir l’en empêcher. Oui, c’était dangereux d’attendre, mais comme on dit. La curiosité tua le chat.

Ban se planta alors devant Chiara, ignorant les deux autres et pencha la tête sur la droite, avant de lever une main pleine de griffes acérées vers son visage, presque douce. À ce geste, Flint fronça les sourcils et serra les poings, il sentait le renard, il savait. Mais un regard de la part d’Alois fut suffisant pour qu’il ne bouge pas de sa place. Ok, le félin débile voulait tester quelque chose, mais quoi ? Quel gout leur alpha avait ? Il était con ou juste idiot ? Mais le renard semblait agir avec douceur, sembler étant le mot parfait pour décrire son attitude. Il refrénait ses envies, et ça, ça se sentait. La main couverte de griffes encore sanglante se posa sur le visage de la chimère rousse et caressa la joue ruisselante de larme silencieuse sans qu’il n’y ait d’autres réactions que de nouvelles larmes. Elle ne réagissait pas… Pas un souffle différent, pas de battement de cœur plus rapide… Juste une impression de détresse plus grande encore lorsqu’on voyait que le renard au faciès difforme par ses trop nombreux crocs se rapprochait suffisamment pour mêler son souffle au sien.

Là, deux options. Où il l’embrassait et reprenait donc le contrôle de son corps comme un gentil petit garçon qu’il n’était pas. Où il rusait encore et tentait de la bouffer. Si Justin avait des doutes quant à la réaction qu’il allait avoir, Flint était aussi prêt que le félin à agir pour éviter le massacre. Ou le produire… Tout dépendait de l’acte, évidemment. Il ouvrit la gueule, et Flint se tendit sèchement tandis qu’un mot franchissait avec difficulté les dents du monstres… Il essayait de feinter… Il voulait geindre aussi ? Il y eut un grognement profond, et tout se passa très vite. Et même si la succession d’actes fut violente et rapide, aucun de ces derniers ne fit bouger la demoiselle aux prunelles émeraudes, figée dans son silence endeuillé. Un coup de patte arrière vint frapper l’ours qui, certes trop surprit pour le parer, fut éjecté, mais parvint à se remettre debout en prenant appui sur ses mains. Justin prit un coup de griffes dans l’épaules et fut envoyé à quelques mètres, légèrement blessé. Mais avant que les griffes précédemment posée sur la joue de la belle viennent lui transpercer le cœur, une main toute aussi griffue se saisit du poignet fautif en plein vol.

Flint attrapa le renard comme s’il ne s’agissait que d’un enfant par le bras et l’envoya contre le mur de la grotte avec le moins de puissance possible… N’oublions pas le fait qu’il soit champion de lancer de tronc, et ainsi, on obtenait un Ban incrusté dans la poudreuse au pied de l’entrée de la grotte. Mais ça n’allait pas s’arrêtait là, ils le savaient… En fait… Ils allaient se mettre en place rapidement… Et Alois fut le premier à réagir. Il se pencha vers le sol fit une boule de neige assez imposante, et la balança sur la tête de l’argent pour attirer son attention. Un regard avait suffi pour que les deux autres hommes comprennent ce qu’ils allaient devoir faire. Ainsi, l’ours retourna auprès de Chiara, la saisissant par les épaules pour les éloigner, tandis que Justin se préparait au combat, et Alois… pliait les jambes. Mais si ce plan était bon, encore fallait-il que le renard ait envie de poutrer le félin… Et pour ça, il fallait le provoquer… Et Alois était un véritable professionnel dans ce domaine.

« Bah alors, le loup et l’ombre t’ont fait trop mal pour que t réagisses correctement ? Tu l’as pas vu venir celle-là ? T’en veux d’autres ? » Et en disant cela, il fit un bond prodigieux pour venir se planter à trois mètres de sa cible, une autre boule de neige en main. « Aller, fait pas cette tête, tu meurs d’envie de m’en coller une, pas vrai ? » Et pour ponctuer sa phrase, il jeta ladite boule de neige de nouveau en plein sur le visage du renard. Justin avait penché la tête afin que ses bois puissent frapper correctement, et, poings serré, il se rapprochait de l’animal enneigé.

« Taré… » Marmonna l’ours en grognant, mains en avant, paumes ouvertes. Il était prêt à repousser le renard si ce dernier revenait par ici. Non vraiment, il n’était pas certain de savoir ce qui lui tapait le plus sur le système, la situation, ou le chat ?

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)

MessageSujet: Re: Jusqu'à la fin (PV : Ban/Pride/Kira/Vincent)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Tout est innocent, jusqu'à ce que l'on décide du contraire {Alexandre}
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Jusqu'aux dernières lueurs de la nuit [ pv Lalwende ]
» Jusqu'où ira t-on dans cette société ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NORTH CITY :: LES MONTAGNES DE BRIGGS-