RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"
17/04/2018 - Ban devient officiellement la femme d'Escanor-sama. Et ils vécurent heureux pour toujours et eurent des bibines ensemble.

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Ban Silverleigh - "Cherche mon grand frère : Sirius Van Baelsar.

J'ai envie de taper sur quelqu'un en ce moment !"
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.
Ban fait de la concurrence à Riza.
Si la demoiselle va au GOT, lui il relâche le Kraken dans une musique épique !
La guerre du Trône ne fait que commencer !
Urgent : Nora cherche une chimère cheval pour se sustenter ! Avis à tous les étalons de Central, rien qu'avec un regard, la demoiselle peut connaître vos mensurations !

Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 61
Who am i !

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Ven 2 Juin - 18:00
1897 Aerugo.

Un homme marche, a ses côté un enfant de cinq ans.
Tenant sa Luna dans ses petits bras. La grande main de l’homme le poussa dans le bâtiment. Ça sentait bizarre, c’était sombre. Il y avait d’autres adultes avec des vêtements blancs. Il y avait des bruits bizarres, comme des grognements et des grattements. Le petit garçon aux cheveux blonds un peu trop long et sale. Marche aussi vite qu’il le peut, ses petits pieds Sali, tout comme son pyjama qu’il n’a pas retiré depuis sa fuite sauf pour se laver à l’eau de pluie quand c’était possible. Il tient du mieux qu’il peut Luna, la chatte noire mourante due au traitement qu’elle a reçu un peu plus tôt, sa respiration est rapide, ses yeux à demi clos, elle miaule parfois. Alors il la pose pour ensuite la reprendre mieux.

Ils arrivent dans une pièce. Il y a des cages. Dans l’une d’elles un renard gratte le sol et essai de sortir. Un autre petit garçon est aussi dans une cage. Gabriel prend peur et essai de se sauver. Attrapé par le col, il est tiré puis poussé dans la cage. La porte plein de barreaux se referme, et l’homme s’en va. Gabriel a peur. Luna le sent et lui lèche la main, elle essaie de rassurer son petit, mais elle le sent aussi, tout va mal, et elle ne peut pas bouger. Elle a mal, et son petit bébé humain a peur, faim et mal aussi.

Le petit homme de cinq ans se met alors à pleurer, il essaie bien de retenir ses larmes, mais il ne peut pas s’en empêcher.

- Monsieur revenez ! Vous avez dit que tu vas sauver Luna !!! MENTEUR !!!

Il renifle et essuie son nez de sa manche. Son regard bleu agrémenté de vert se pose sur l’autre petit garçon. Il a les cheveux couleur argent et de beaux yeux. Il a l’air un peu plus vieux que lui, mais pas de beaucoup. Il fait un peu peur avec cet air quand même. Puis Gabriel dégluti et prend son courage à deux mains.

- Je m’appelle Gabri…

Un bruit le fait sursauter et il regarde vers la porte de la pièce ou sont leurs cages. Il reporte son attention sur l’autre garçon.

- Tu sais pourquoi on est là ? Il t’a promis quoi ?

Maman l’avait toujours dit. Ne jamais suivre un inconnu. Mais il avait promis de soigner Luna ! Il n’aurait pas dû faire confiance. Il aurait dû chercher de l’aide. Trouvé, un docteur des chats. Mais il était tellement désespérer, et un adulte pour une fois ne lui voulait pas de mal. Il avait sauté sur la main tendue. S’il avait dû… Se mordant les joues pour ne pas re pleurer. Il attend que l’autre parle. Il se raccroche à l’idée de peut-être se faire un copain pour vite partir de cet endroit avec le garçon et Luna.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 871
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Mer 12 Juil - 16:43
  • Ban Silverleigh
  • Gabriel Lucky

1897. Aerugo.
J'avais huit ans quand cet homme est venu me trouver dans ma ruelle. J'aurais mieux fait de me méfier. Ce type... Il était louche. Il m'avait parlé d'une chose qui pourrait changer ma vie, la rendre meilleur. Me rendre meilleur. Je n'avais pas compris où il voulait en venir, mais par curiosité, j'ai accepté de le suivre. Je n'avais pas peur. Pourquoi aurais-je peur alors que ma vie est déjà un enfer. Depuis un an, je vagabondais dans la ville, cherchant vainement de quoi me nourrir pour survie dans un monde qui ne voulait pas de ma présence. Ma propre famille ne voulait plus de moi. Ils m'avaient conduis à la porte de la demeure familiale, me rejetant à jamais.  

Je l'ai suivi pendant de longues minutes dans les rues les plus sombres. Je me demande pourquoi je me suis pas posé plus de questions. Je suis peut-être​ un enfant, mais j'étais bien plus intelligent que les gamins de mon âge. Je croyais que cet homme avait la solution à mes problèmes. Je voulais que tout change... Mais j'étais loin de me douter de la suite des événements.

Un bâtiment qui semblait abandonné. Il est demanda de le suivre vers les étages inférieurs, après avoir déverrouillé une porte en acier. La descente fut longue. Finalement, je suis arrivé dans un très grand couloir. Au bout, un nouvel accès vers une pièce. Tout était sombre et glauque, il y avait une odeur bizarre... Comme des médicaments. Où est-ce que j'étais au juste ? Une main m'attrapa le bras et l'instant d'après j'avais une douleur dans le cou. Il ne fallut pas longtemps pour avoir ma vision qui se trouble. Je me sentais pas très bien et mes jambes n'arrivaient pas à supporter le poids de mon corps. Moins d'une minute plus tard, j'avais sombré dans l'inconscient.

À mon réveil, j'étais dans une sorte de cellule. J'étais dans une prison. Pourquoi ? Pourquoi rien n'allait dans mon sens ? J'étais encore engourdi, mais une voix me fit me lever brutalement. C'était un autre petit garçon qui se mettait à hurler et à pleurer. Je comprenais pas vraiment ce qu'il disait. Tout était encore flou dans ma tête. Je me suis mis à grogner, passant une main sur mon visage alors que je me mettais debout sur mes pieds. Il y avait une lumière qui me faisait mal au yeux. Trop brillante pour moi. Mes petites mains attrapèrent les barreaux de ma prison pour regarder autour de moi.

« Je m'appelle Xenos. Un type m'a promis que ma vie allait changer... Mais je crois qu'il m'a menti.»

Tous de menteurs ces adultes. Pas loin de ma cage, il y avait un renard argenté. Il était plutôt grand et ses yeux... Ils étaient dorés. Cela me rappelais un souvenir. J'étais dans une clairière avec Small Lady, une petite fille qui était venue pendant une semaine dans mon ancienne demeure.  Nous avions trouvé un bébé renard dans la forêt à côté de chez moi. Small Lady avait même trouve un prénom pour lui.

Je me sentais à l'étroit dans cette cage. Combien de temps j'allais rester dans cet endroit ? Qu'est-ce que voulait ce type nous voulait ? Ce qui m'énervait vraiment, c'est de ne pas savoir. J'avais déjà eu ma dose avec ma famille, qui m'avait jeté dehors sans rien m'expliquer. Je savais que j'avais échoué en tant que fils, mais ce n'était pas une raison pour l'écarter de cette façon. N'y avait-il​ aucun amour dans ce monde pour moi ? Est-ce que cela était mon destin de mourir dans cet endroit pitoyable ou bien allais-je recevoir enfin les moyens de changer radicalement ma vie ?

« Il faut qu'on trouve un moyen de sortir d'ici. Gabriel, c'est ça ? Pourquoi tu es ici ? Qu'est-ce qu'il t'as promis à toi ? »

Mon regard se dirigea vers la cage de l'autre garçon. Il devait être plus jeune que moi et moins courageux. Il tenait quelque chose dans ses bras. Un animal. Un chat ? Mais pourquoi il y avait des animaux aussi dans la pièce ? Je n'arrivais pas à faire le lien. Mais une chose est sure, je ne voulais pas rester ici et risquer de mourir sans avoir accompli quelque chose dans ma misérable existence.

« Dis ? Tu vois quelque chose qui pourrait nous aider à sortir de ces cages ? Je vais nous sortir d'ici, mais je ne peux pas y arriver tout seul. Tu dois m'aider, d'accord ?»

826 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Who am i !

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Jeu 27 Juil - 12:05
Le petit blond avait peur, Luna émis un léger miaulement. Tant qu'elle était vivante, il y avait un espoir. S’échapper ? Mais s'il faisait cela qui sauverait sa minette ? Sa maman numéro deux ! Il se recroquevilla un peu plus sur lui-même, faisant attention à ne pas faire mal a Luna, enfin pas plus qu'elle ne souffrait déjà.

- Il... Il m'a promis de sauvée Luna !


Un petit miou se fit pour appuyer cette phrase. Gabriel la caressa lui murmurant que ça allait allez qu'elle allait guérir, Luna était déjà un vieux chat, elle était là avant la naissance du petit garçon et ses parents savaient que quand elle partirait, ce seraient durs tellement les deux était larron en foire. Ce qu'ils n'avaient pas prévu, et même pas envisager, c'était ce qui leur arriverait, comment la jalousie des gens pouvait conduire à ce genre d’acte. Ils avaient donc dû laisser leur petit ange tout seul avec pour seule protection la fidèle Luna. Une chatte très intelligente pour son statue animal. Mais restait un animal, et la cruauté des gens n'a pas de limite, un animal qui vole pour se nourrir, c'est pas logique pour eux, elle aurait dû aller chasser, et cette brute l'avait frappé et laissez pour morte. Comment aurait-il put savoir qu'elle volait pour nourrir son petit-maître adoré ? Gabriel était si jeune et il ne comprenait pas pourquoi les adultes faisaient cela. C'était méchant et stupide ! Mais après ce qui était arriver quelques jours plus-tôt chez lui, perdre la chatte de sa famille, perdre le dernier membre de sa famille ce n'était pas acceptable ! Alors quand cet homme lui avait dit pouvoir la sauvée, il l'avait vite suivit. 


- Je... Je ne peux pas ! Qui va sauver Luna si je pars ?

Mais au fond de lui, il sentait bien qu'il ne fallait pas faire confiance a des étrangers, surtout a celui-la, qu'il fallait partir et trouver de l'aide ailleurs. La minette lui lécha la main, elle semblait du même avis que l'autre petit garçon. 

- D'accord Luna, on va partir, et on trouvera un docteur des animaux ! Tu peux tenir ? 

Un petit miaulement lui disait que oui, alors il la posa doucement allonger sur le sol de la cage, et essuya de trouver aussi une solution, le regard argenté les fixait et fit peur au blond. 


-  Lui, il va faire du mal à Luna ! Mais on ne peut pas le laisser là ! On va faire comment ?

Il avait beau essayer d’ouvrir la cage en vain, sans la clef ce n'était pas possible, et même forcé le cadenas comment faire avec sa force d'enfant ?

Gabriel retournait régulièrement voir sa Luna qui respirait avec difficulté, comme l'avait fait remarquer l'adulte elle devais avoir plusieurs fractures, et cela devait comprimer des poumons, ça voulais dire quoi comprimer ? Le petit garçon ne savait pas, mais cela montrait qu'elle avait du mal à rester réveiller et a respirer, la minette avait une volonté de fer ! 

Le blondinet regarda à nouveau autour de lui. Il y avait des cage un peu partout, mais seulement eux deux de présent avec donc deux animaux, certaines cages étaient bien amocher avec les barreaux tordus, l'homme ressemblait à un scientifique, il avait lut dans un livre que les alchimistes était des scientifique qui changeait la matière en autre chose. La maîtresse en avait parler à l'école en cours d'histoire. Mais si l'histoire était fascinante, Gabriel ne c'était pas intéresser à l'alchimie, Il préférait la littérature, et jouer avec ses copains, enfin avant. À force de pousser sur la porte il, se coupa sur une écharde de métal au bras. 

- Aie !!!! 

Et évidemment des larmes lui montèrent aux yeux à nouveau. Il renifla les ravalant fièrement.

- Comment t'as rencontré le monsieur ? Moi, il m'a trouvé dans la rue après que mes parents soit morts et qu'un méchant ait frappé ma Luna ! J'ai peur, il a dit qu'il allait sauver Luna, mais j'ai peur qu'ils nous fassent du mal maintenant ! Et la cage est trop dure, j'arrive pas à l’ouvrir et j'arrive a rien attraper autour. Je... Je ne sais pas quoi faire !

Et le petit bout de chou blond fondit juste en larmes en allant reprendre son chat dans ses bras qui ne bougeait presque plus et semblait dormir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 871
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Mer 23 Aoû - 18:45
  • Ban Silverleigh
  • Gabriel Lucky

1897. Aerugo.
J’avais envie de partir de cet endroit ! J’étais enfermé dans une cage et je ne tenais plus en place. J’avais beau secouer les barreaux, mais rien n’y faisait…ça ne voulait pas bouger d’un pouce. Je n’avais pas la force nécessaire pour me libérer. L’autre garçon, dans la prison d’à côté, n’arrêtait de pleurer et s’occupait de son chat qui était avec lui. J’aurai pu être plus compatissant, mais ce n’était pas le moment. Il fallait trouver un moyen de nous en sortir avant qu’il n’arrive quelque chose de grave. Pourquoi j’étais si bête de suivre un homme qui vendait du rêve. Il était clairement louche et pourtant, j’étais tombé dans son piège. Un piège grotesque… J’avais mis ma méfiance de côté pour voir ce qu’il me promettait. J’aurai dû me douter que quelque chose comme ça pourrait m’arriver. J’avais déjà entendu que de nombreux enfants étaient portés disparus… Tous des enfants des rues.

Je comprenais maintenant comme cet homme faisait pour attirer des enfants dans ces cages. Il avait promis à l’autre enfant de soigner son chat. Je ne savais pas quoi faire, mais je ne voulais pas mourir aussi bêtement. J’étais accroupi et je continuais de secouer les barreaux en hurlant comme un dingue. Mes yeux cherchaient un objet à portée de main, qui pourrait être utile pour nous sortir de cet enfer. Tout pouvait nous servir… Un clou, une vis… N’importe quoi ! J’ai alors zieuté dans la cage à côté de moi, celle où un renard était m’observait avec des petits yeux. Il avait l’air d’avoir faim. Il montrait des crocs et ses poils s’irisaient brusquement alors que je tendais une main vers lui. Son museau s’approcha alors du bord de la cage et il ouvrit la gueule pour la claquer à plusieurs reprises. Il était clair qu’il ne m’aimait pas du tout. Ses grands yeux dorés… On pouvait y voir de la colère. Ses oreilles étaient baissées  vers l’arrière. Un autre signe de sa colère d’être enfermé aussi.

Cela me rappelait le bébé renard dont je m’étais occupé par le passé en compagnie de ma petite Small Lady. Une époque bien loin pour moi. J’avais l’impression que cela faisait des années alors qu’un an venait de s’écouler. Cette fille me manquait tellement. Je m’étais beaucoup accroché à elle. Pendant sept jours j’étais devenu son chevalier et je ne vivais que pour la protéger. Si seulement je pouvais partir d’ici. J’irai à sa recherche… Enfin, cela serait difficile puisqu’elle habitait dans un autre pays. Je voulais la revoir… Mais peut-être que ma vie allait se terminer cette nuit. Mes parents étaient loin de se douter de ce qui pouvait m’arriver et franchement, je m’en moquais. Ils n’avaient plus d’importance pour moi. Ils m’avaient abandonnés et c’était de leur faute si je me retrouvais enfermé ici. L’autre enfant essaya d’ouvrir sa cage, mais rien… Il venait de se faire mal et j’ai grimacé en ramenant ma main l’intérieur de ma prison. J’ai longuement soupiré alors qu’il me demandait comment j’étais arrivé ici.

« Il m’a trouvé dans une ruelle. J’ai été abandonné par mes parents y a un an. Je vivais dans la grande demeure des Van Baelsar. Mon père travaille pour la famille royale d’Aerugo. Apparemment, je n’étais pas digne de cette famille de dingue alors on m’a viré. »

Soudainement, j’entendis un bruit provenant de derrière la porte métallique. Des bruits de pas. Ils étaient plusieurs. La porte s’ouvrit dans un grincement et l’homme, accompagné de deux autres hommes, afficha un sourire en nous voyant. Il s’approcha des cages et se penchant en avant pour nous observer. J’avais envie de lui cracher dessus. Je me suis relevé un peu et j’ai passé ma main à l’extérieur pour tenter de l’attraper. Malheureusement, un des types se précipita face à moi et donna un coup de pied dans ma cage qui vola presque en arrière. J’ai été propulsé en arrière et ma tête a cogné contre les barreaux derrière moi. Je grimaçais longuement, mais ce n’était pas fini. Une tige en acier passa à travers ma prison et le bout alla s’écraser contre ma joue. Il me frappa plusieurs fois en me hurlant dessus. Je ne comprenais rien du tout. Il criait trop fort et il venait de me donner un coup à côté de mon oreille. J’entendais un sifflement, mais rien d’autre… L’homme qui nous avait amené ici se releva et alla vers la cage de Gabriel. Il fit un signe de tête pour indiquer à ses acolytes d’ouvrir.

« Nous allons commencer avec celui-ci. Prenez son pitoyable chat… Nous verrons si cette fusion est prometteuse.»

J’étais en boule, me protégeant ma tête des coups de la barre en fer. Lorsque mon agresseur se stoppa pour aller à l’autre cage, j’avais peur qu’il ne vienne à le frapper à son tour. J’ai sauté sur le côté de la cage pour hurler de le laisser tranquille. Ils ouvrirent la petite prison, l’un attrapa l’enfant blond et l’autre le chat, sans la moindre douceur. Le plus vieux des trois arriva de nouveau vers moi et gardant ses distances, il m’observa pendant un très long moment avant de finalement me dire.

« Toi.. J’attends beaucoup de choses de ta part. J’ai le sentiment que tu seras ma plus grande réussite. On m’a donné beaucoup d’argent pour m’occuper de ton cas. Sois patient, tu es le prochain. »

Finalement, ils s’en allèrent avec le petit garçon et l’animal. Pourquoi avoir besoin du chat ? Qu’est-ce qu’ils allaient lui faire ?! Pourquoi personne ne venait les secourir ? J’étais en colère. Tellement de haine qui me submergeait d’un seul coup, que j’en oubliais les coups que je venais de subir. Je craquais totalement. J’hurlais quitte à me faire exploser les cordes vocales. J’étais comme fou et je faisais claquer la porte de ma prison dans l’espoir qu’elle lâche. En vain…. On allait crever sans que personne ne puisse faire quelque chose…

1068 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Who am i !

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Jeu 24 Aoû - 13:17
Ha, lui aussi, il l'avait trouvé dans la ruelle... Enfin dans une parmi tant d'autre ! Gabriel voulait tellement que ses parents soit là ! Mais c'était impossible, ils étaient mort à cause de la méchanceté des voisins. Le blondinet pleurait encore en massant sa minette pour la garder en vie. Mais il savait. Il avait compris qu'elle allait le quitter elle aussi dans pas longtemps. Il sursauta en entendant des pas, et la porte qui s'ouvre.


Le monsieur gentil qui était devenu méchant entra avec deux hommes. Le renard grognait et grondait. Gabriel avait eu peur quand le petit garçon avait tenté de le toucher et avait faillit se faire mordre. Mais maintenant il avait encore plus peur. L'enfant se colla dans le fond de sa propre cage quand l'un des hommes frappa celle de Xenos et l'envoya voler contre le mur et surtout le frappa avec cette barre de métal. Allait-il subir le même sort ?

Pitoyable !? Luna n'était pas pitoyable !!! Le blondinet s'accrocha à son animal, mais dut la relâcher,

- Vous faites mal à Luna !!!

Pleura l'enfant pour le plus grand plaisir sadique de l'homme en blouse blanche qui les avait ramener. Gabriel vit une dernière fois Xenos dans la cage et le renard quand la porte se referma. 


Homme 1 : Il ne peut pas arrêter de chialer ! Vous êtes sur monsieur de vouloir l'utilisé lui et son greffier ?

Scientifique : Certain, il est jeune et attaché à l'animal, il n'y aura pas de rejet j'en suis certain ! Même si je n'ai aucun espoir de survie pour lui.


Ils étaient horribles de parler de lui et de Luna comme ça ! En plus, ils étaient présents. À plusieurs reprise il essaya de la récupérer en vain. Il se fit disputer et frapper pour se tenir tranquille.

Ils arrivèrent dans une-pièces, c'était un grand laboratoire, dans des cages il y avait quelque étrange créature qui gémissait et grognait, elles étaient difformes, certaines pleurais quelques mots, « tuer moi » L'enfant se colla plus contre l'homme qui le portait apeurer, il n'avait que cinq ans après tout, on le posa sur une table, et son chat y fut presque jeter. Gabriel rattrapa Luna avant qu'elle ne touche la table. 

Sci : Beau reflex pour un chouineur si petit ! 

Gabriel tu de nouveau saisi, on lui retirait son pyjama, et on l'aspergea d'eau, Luna ne réagis même pas au fait d'être mouillée. À demi-propre, l'homme vérifia que l'animal était encore vivant puis ordonna qu'on attache le petit a la table, ce qui fut fait, Gabriel avait comprit, Luna mourrait, alors lui aussi. Attacher sans résistance comme résignée, Luna posée sur lui l'homme sourit sadiquement.

Il appliqua ses mains sur le sol ou était dessiner un drôle de dessins, celui-ci s'illumina alors et des éclairs bleus apparurent, c'était beau et effrayent a la fois. Partout ou les éclaire semblaient frapper attirait l'attention curieuse du gamin, puis l'un d'eux le frappa, ça faisait mal ! Tellement mal ! Il se cambra, renversant la tête en arrière, les yeux devenus blanc et lumineux, la bouche ouverte, il hurla de douleur et de peur ! Ça faisait si mal, c'était indescriptible ! Il voulait que tout s'arrête maintenant ! Et tout s'arrêta ! 


La pièce était infini et blanche, Luna était assise a coté de lui, Il la prit dans ses bras heureux qu'elle soit vivante et en bonne santé, puis il les remarquat, ses parents étaient la tout les deux, lui ouvrant leur bras, alors il s'y précipita en pleurant de joie. Et ils le serrèrent dans leur bras. 


P : Tu as été courageux mon chéri. 
M : Maman est fière de toi, mais tu ne peux pas nous rejoindre maintenant.

- pourquoi ! On est tout les quartes ! Je ne veux pas y retourner ! 

P : tu dois y retourner, tu as la vie devant toi. Soit bon et gentil comme tu l'a toujours été. 
M : soit quelqu'un de bien et aide les plus démunie. Tu verras tout s'arrangera.

- Mais si j'y retourne, Luna va... Luna va mourir !!! 

P : Elle va vivre avec toi en toi ! 
M : On sera toujours avec toi mon cœur.


Après un dernier câlin tout devin floue, le scientifique fou était la, lui tenant le visage.

S : une réussite, il est vivant et complet ! 

L'homme se retourna vers les deux assistants avec fierté. Tendit qu'il posait le blondinet de nouveau inconscient sur une autre table, il ordonna :

S : Allez me chercher l'autre et le renard ! Mon chef d’œuvre ne peut plus attendre ! 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 871
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Mer 13 Sep - 18:56
  • Ban Silverleigh
  • Gabriel Lucky

1897. Aerugo.
J’étais maintenant seul dans cette immense pièce blanche. L’autre gamin venait de se faire emmener par les types et surtout l’homme qui m’avait emmené ici. Je continuais de hurler comme un taré pour les faire revenir avec le garçon. Rien… Rien n’y faisait. Au bout de quelques minutes, je mettais arrêté de brailler et de me faire mal à la gorge. Il fallait se rendre à l’évidence qu’ils ne reviendraient pas. J’étais seul, enfin pas totalement… Il restait encore ce fichu renard argenté qui ne cessait de me regarder dans les yeux. Il ne me faisait pas peur, mais il avait l’air en colère d’être enfermé. Peut-être qu’il se doutait de ce qui se tramait dans cet endroit. J’avais lu que les animaux pouvaient ressentir toutes sortes de choses avant qu’un déluge n’arrive. Il pouvait aisément sentir mes émotions. La peur, la colère, mon désespoir qui se mélangeaient à l’intérieur de ma petite personne.

Oui, j’étais en colère… Je ne pouvais rien faire pour me sortir de cette satanée cage et venir en aide à l’autre enfant. Ah qu’il était beau notre grand Xenos Galan Van Baelsar, le garçon capable de se lancer dans une grande aventure sans craindre de se faire attraper ou même gronder, le gamin qui se sortait de n’importe quelle situation. Cette fois-ci, je ne pouvais pas bouger de ma prison et je ne pouvais qu’attendre que mon heure arrive. Prisonnier de ce destin que je ne voulais guère. J’étais tellement pitoyable que j’aurai voulu me cacher dans un trou pour ne pas sentir la honte m’envahir. Heureusement que ma petite Small Lady ne pouvait pas me voir ainsi, moi son chevalier qui avait abandonné la partie sans même me battre jusqu’au bout. C’était fini de moi… Je pouvais la sentir arriver… Cette aiguille qui tournait encore et encore sur l’horloge de ma vie et qui allait bientôt sonner la dernière heure de mon existence.

Une ou deux heures…. Je ne sais plus combien de temps j’ai attendu en boule dans ma cage faite de barreaux d’acier avant que la porte s’ouvre de nouveau. Je n’avais plus le courage de lever la tête et puis je savais déjà ce qui m’attendait. Alors qu’on en finisse. Que mon histoire s’achève enfin et que je disparaisse dans les confins de l’oublie… L’un des deux types s’approcha de ma cellule pour l’ouvrir et l’autre alla chercher le renard. Etrangement, l’animal ne bougeait plus non plus depuis de longues minutes. Est-ce qu’il en avait assez de grogner et de tourner en rond comme un fou ? Il avait peut-être abandonné en même temps que moi… On avait un point commun, on n’était pas assez fort pour se battre si longtemps. L’homme qui ouvrit ma cage m’attrapa par le col et me fit glisser sur le sol pour me récupérer ensuite. J’étais comme amorphe… Une véritable marionnette qu’on pouvait manipuler à sa guise. J’en avais marre… Je voulais que tout ceci soit un rêve et qu’à mon réveil je sois de retour dans ma maison avec ma famille. J’ai tellement de regrets à formuler… A ma sœur, à Aldrid, à ma mère, mon père et surtout mon frère… Je n’étais qu’un idiot et mes conneries m’avaient emmené à ma fin.

Nous avons traversé un long couloir grisâtre avant d’entrer dans une grande salle lugubre. Il faisait sombre, malgré les lumières qui se trouvaient au plafond. Mes yeux glissèrent sur le côté pour voir de nombreuses cages avec des choses abominables qui crier à la mort. Ce son strident… Celui d’un être entre la vie et la mort qui hurlait d’en finir. C’était morbide. J’allais finir comme ça aussi ? Mon regard s’est voilé pendant quelques secondes et on me déposa sur une longue table en acier avec le renard à côté de moi. Le type en blanc qui était resté dans sa salle, s’approcha lentement pour venir poser sa main sur ma tête. Il me fixa longuement avec un grand sourire et passa une main dans mes cheveux.

« Tu es enfin prêt à ce que je vois. Inutile de t’attacher, tu n’as plus l’envie de nous résister et la bestiole est dans le même état que toi. C’est un signe que vous êtes lié pour ce moment. »

J’ai soupirais… Il avait raison. Pourquoi se battre alors que je n’en avais pas la force ? J’étais qu’un gamin contre des adultes. L’homme s’est reculé de la table et demanda aux autres d’en faire autant. J’ai simplement tourné la tête pour regarder d’abord le sol. Un cercle avec des annotations en latin… De l’alchimie ? J’étais donc une expérience ? Qu’est-ce qu’ils allaient me faire au juste ? Pourquoi avoir placé le renard à côté de moi ? J’ai remarqué au bout de la pièce qu’il y avait le petit garçon de l’autre cage. Il semblait normal et vivant, simplement endormi. Le chat avait disparu par contre… Soudainement, l’homme en blouse s’est penché en avant pour toucher des mains, les traits du cercle sur le sol. Ils se sont illuminés et cela m’a presque aveuglé. J’ai rapidement fermé les yeux et la dernière pensée qui me traversa l’esprit à ce moment-là était pour la petite blonde que je voulais retrouver. Je serai incapable de la retrouver…. Je ne pourrai plus être son chevalier et la protéger du monde. Je pouvais dire adieu à tous ces rêves que j’avais imaginés pour mon avenir avec elle. Je ne pourrais plus tenir la promesse que je lui avais faite.

« Adieu… Small Lady. »

J’ai murmuré ces mots avant qu’un éclair bleuté me traverse le corps. Une douleur insoutenable me tiraillait la poitrine et j’ai essayé de me protéger en me mettant en boule sur la table, mais pas moyen de bouger. Un autre éclair qui me touche, puis un autre… J’ai ouvert les yeux et j’ai hurlé de toutes mes forces. J’avais mal… j’avais si mal… Je voulais que ça s’arrête ! Je voulais qu’on vienne me sauver… Mais, cela était déjà trop tard. Mon corps entier s’est crispé et je crois que j’ai perdu connaissance. Je me suis soudainement retrouvé dans une pièce blanche avec des images de mon passé qui défilaient sur les murs. Ma vie… Mon existence… J’ai vu des images de  mon frère et du reste de ma famille. Des moments importants pour moi, qu’ils soient bons ou mauvais, cela n’avait pas d’importance. Ces souvenirs… Je pouvais les haïr, mais je ne pouvais que les aimer en même temps… Puis ceux de ma petite princesse et de nos aventures sur ces sept merveilleux jours. Je crois que je me suis mis à pleurer en les voyant défiler… Puis les images ont commencés à disparaître doucement et les lumières aussi. Je me suis retrouvé dans les ténèbres et il ne restait plus qu’une lumière qui se trouvait au-dessus de moi. C’était étrange… Je ne voyais pas de ma propre vue, mais comme si j’étais dans un rêve. Je me suis regardé en train de tourner la tête dans tous les sens, un peu paniqué. Puis dans les ténèbres, j’ai pu apercevoir des iris dorés. Ils se rapprochaient de moi et j’étais incapable de bouger. Puis ces yeux sont entrés dans la dernière lumière. Une silhouette que je connaissais bien était maintenant devant moi… C’était la mienne, mais avec des yeux différents. Elle a tendu la main droite et l’a posé sur mon petit torse d’enfant. Un sourire s’est dessiné sur ses lèvres puis j’ai cru entendre un rire presque sadique puis j’ai senti des griffes se planter dans ma peau. La lumière qui brillait au fond de moi s’est éteinte dans la seconde et tout s’est arrêté. Je n’avais plus mal… Ma souffrance avait pris fin… Puis une voix s’est élevée des ténèbres.

« Toi et moi… Nous allons accomplir de grandes choses. Prépares-toi à vivre ta plus grande aventure… Dans le sang et le désespoir ! »

Un homme accompagné d’un jeune adolescent, presque adulte, entra la pièce par une porte métallique. Il avait des cheveux argentés et les yeux bleus, tout comme l’autre à ses côtés. Il était très bien habillé, comme un noble d’Aerugo. Le type à la blouse se tourna vers lui et s’inclina rapidement.

« Monsieur… Je ne savais pas que vous viendriez ici. Je pensais que mes résultats vous parviendrez plus tard dans la journée… »

« Calmez-vous. Je ne suis pas venu ici pour une inspection de votre travail. Je viens voir comment Xenos a réagi à la transmutation. Il est important pour moi de savoir si mon fils est un échec comme de son « vivant » en tant qu’humain. »

« Oh ! Il est parfait ! Bien mieux que le précédent. L’autre enfant est un succès aussi, mais il est encore inconscient. Dès que nous le pourrons, j’aimerai commencer les tests et les séances d’hypnose sur ces deux spécimens. Seulement, si vous êtes d’accord, bien entendu. »

Le grand homme fit signe à l’adolescent de le suivre et ils traversèrent la zone où le sol était tracé d’un cercle. Ils s’avancèrent jusqu’à le dernier cobaye. Le jeune garçon fronça des sourcils et jeta rapidement un coup d’œil à son accompagnateur.

« Va-t-il mourir père ? »

« Non Sirius. Il va vivre. Il deviendra l’arme dont ce pays a besoin pour conquérir les pays au-delà de nos frontières. Xenos deviendra le symbole de la terreur et de notre puissance. Il est le premier, mais ne sera pas le dernier. Un jour, le monde craindra notre nom et un jour tu prendras ma place. Telle est la volonté de notre famille. »

Gaius Van Baelsar tapota l’épaule de l’aîné alors qu’il jeta un dernier coup d’œil au cadet. Il afficha un sourire en coin avant de se tourner vers l’autre table.

« Mettez-le dans une cage et débarrassez des échecs. Ils ne méritent pas notre attention. »

« Cela sera fait, monsieur ! »

Ainsi Gaius et son fils quittèrent le laboratoire, abandonnant une seconde fois le petit dernier de la grande et puissante famille des Van Baelsar.  

1687 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Who am i !

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Jeu 11 Jan - 16:18
Hum... Il avait mal partout, le petit garçonnet blond entre ouvrit les yeux. C'était toujours aussi moche ici, on se croirait dans un roman d'horreur que son père lisait parfois. Un de ces livres ou des voix, il y avait un dessins effrayant sur la couverture, ou dans une de ses histoires que l'on raconte au enfant pour pas qu'ils fassent de bêtise. Mais lui n'avait pas peur, par ce que Luna se lovait contre lui quand son père lui en racontait, « ...Et papa se faisait toujours disputé par maman après » se rappelle l'enfant. Mais aujourd'hui, ni papa ni maman ne sont la, et Luna.... Où est Luna ? Il ne se rappelait pas !

- Luna !!!!

Cria le petit garçon une fois les deux hommes parti en bondissant, attirant l'attention du scientifique et des deux comparses. Le garçonnet sauta hors de la table et se précipita vers les cages, cherchant son chat. Chaque geste était douloureux, Gabriel se sentait courbaturer comme après une journée de jeux avec ses amis du passé. Sauf que là, il n'avait jouer a rien. C'était plus comme quand on est malade.

- Luna !!! 

Il se recula évitant un coup de griffe.

Scientifique : Mais qu'est-ce que vous attendez !! Attraper le !

Les deux balourds entreprirent de se saisir de l'enfant qui bondit avec agilité, s'accrochant au-dessus d'une cage plus loin, il crachait comme un chat. Des oreilles noires de félin étaient apparues sur sa tête, une queue longue et hérissé était droite derrière lui, ses mains était griffu et recouverte de pelage noir, comme ses pieds qui c'étaient allonger, ses mollets raccourcis et avec un pelage noir. Toute griffe dehors.

Scientifique : Fabuleux ! Il maîtrise déjà sa transformation, attrapé le ! Ne le laissez pas s’échapper !!!

- Ou est Luna !!! 

Sientifique : Le chat ? Mais il est la, a l’intérieur de toi, vous ne faites plus qu'un ! C'était la seule solution pour le sauver, tu sais ?

- A l’intérieur... ? 

L'enfant regarda ses mains et la peur s'empara de ses traits ! Il l'avait lui et Luna transformé en monstre ! La colère le reprit, il renversa la cage en sautant sur l'homme qui l'avait mit ainsi et lui planta ses griffes dans le visage et le torse, le faisant hurler de douleur. Les sbires arrivèrent vite l'attrapant et tirant l'enfant et l'éloignant. Ils reçurent bon nombre de morsures et de griffures, les faisant tomber et renverser des cages, certaines créatures purent ainsi s’enfuir, Enfin c'elle capable de bouger. 

Scientifique : Petite teigne, tu vas me le payé !!!

Gabriel vit alors Xenos allongé sur la table, ils e dégagea griffant une nouvelle fois son assaillant et sauta sur le corps de l'enfant, les faisant tomber par terre tout les deux. Le blond le secoua.

- Hé, réveille-toi faut partir ! Bat toi !!!! 

Puis une douleur a la tête fit sa vision devenir noire ? Son petit corps retomba sur celui de l'argenter, et les sbires le soulevèrent pour le remettre sur une table. Le scientifique finissant de ce soigné s'approcha du blond un scalpel a la main.

Scientifique : Tu va me le payé sale morveux ! Je sauve son greffié et il me remercie comment ? Petit ingrat ! Il sera parfait pour les expériences !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 871
Silver Fox | The banished
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Dim 18 Fév - 21:42
  • Ban Silverleigh
  • Gabriel Lucky

1897. Aerugo.
J’avais mal partout. Ma tête me faisait affreusement souffrir, mais pas seulement. J’avais l’impression de m’être fait écrasé sous un énorme poids. Mon torse était en feu et je pouvais sentir mon coeur s’emballer pour une raison que j’ignorais totalement. Je voulais ouvrir les yeux, mais cela m’étais difficile. Je pouvais entendre des voix autour de moi, mais je n’arrivais pas à en saisir le moindre mot. J’ai cru entendre deux voix qui m’étaient familières, mais je devais me faire des idées. Après tout, qu’est-ce que mon père et mon frère feraient tous deux dans cet endroit aussi qu’il puisse être. Je devais certainement délirer à cause de la douleur que je ressentais dans mon corps. Je voyais déjà des choses étranges alors que je devais être évanoui. Je venais de voir une étrange silhouette pendant mon inconscience… Elle venait de me toucher le torse avant de disparaître en fusionnant avec moi. Cette chose me faisait peur, mais lorsqu’elle a fusionné avec moi, ma souffrance avait pris soudainement fin avant de reprendre de plus belle. Qu’est-ce qui pouvait bien m’arriver ? Une chose était sûr, je voulais me réveiller et me rendre compte que tout ceci n’était qu’un cauchemar, que j’allai me réveiller chez moi.

Je crois que j’ai tenté d’ouvrir les yeux une première fois, mais je ne voyais absolument rien. Le noir total… Soudainement, j’ai sentis mon corps se faire emporter brutalement et se fracasser au sol. On m’a secoué vivement et j’ai de nouveau entendu crié. Cette fois, la voix qui me parvenais aux oreilles, était celle du gamin qui était dans l’autre cage. Alors tout était vrai… La douleur, ces personnes qui nous voulaient du mal… Je me sentais en colère soudainement. Je n’avais pas encore repris totalement conscience, mais j’avais déjà la haine qui me submergeait. J’ai tenté de nouveau d’ouvrir les yeux pour voir ce qui se passait dans la grande pièce. Je crois bien avoir vu le gamin se faire emporter par deux hommes pour se faire déposer sur une des tables en acier froid. Le type qui nous avait emmené ici, avait le visage en sang et se fit soigner rapidement avant d’approcher du petit blond avec un scalpel à la main. J’ai essayé de crier pour tenter de prévenir l’autre garçon, mais ma voix ne sortie jamais d’entre mes lèvres. Rien ne voulait bouger… Mon corps ne répondait plus à mes appels.

Les deux sbires s’approchaient de moi. Je pense qu’ils voulaient me remettre sur la table d’où je venais de tomber. Étrangement, je n’attendais que cela. Au fond de moi, j’avais envie que ces hommes s’approchent. Quelque chose n’allait pas chez moi depuis mon réveil… J’avais l’impression d’être différent. Ma main s’est alors levée d’elle même au dessus de mon visage et j’ai pu voir enfin en quoi j’étais différent. Mes doigts étaient pourvue de griffes. L’un de sbire à arrêté son partenaire et m’a regardé longuement avant de m’être en garde l’autre. Puis alors que l’autre se mettait à pouffer de rire, il s’approcha de moi et tendit les mains pour essayer de m’attraper. C’est à ce moment précis que j’ai eu comme une courte absence. Je ne voyais plus rien de nouveau, mais je pouvais encore entendre ce qui se passait. Un hurlement de douleur résonna dans la pièce, mais ce n’était pas ma voix. Quand j’ai pu enfin revoir correctement, j’étais debout sur mes jambes et à quelque mètres de là où je me trouvais avant. J’ai tourné la tête de tous les côtés avant de voir un corps allongé sur le sol. C’était celui de l’homme qui s’était approché de moi. Il baignait dans une mare de sang qui ne faisait que grandir. L’autre homme s’était reculé et se portait une main à la gorge en continuant de hurler. Qu’est-ce qui se passait ?

Soudainement j’ai pu voir mon reflet dans la vitre d’une armoire à côté de moi. Je ne pouvais pas en croire mes yeux… J’avais des longues canines dans la bouche, des yeux dorés. Il y avait du sang et des lambeaux de peaux qui sortaient de mes lèvres. J’ai tout recraché avant de tourner la tête vers le scientifique qui tenait toujours le scalpel. Il me faisait face et me regardait avec un très grand sourire. Il semblait satisfait du spectacle. J’ai laissé échappé un grognement alors que d’autres personnes arrivèrent dans la pièce. Deux, trois… Peut-être même cinq. J’ai longuement observé la pièce avant de remarquer que le petit renard avait disparu de la table. J’ai alors senti une larme couler couler sur ma joue droite avant de me mettre à hurler. Je n’étais pas idiot… Ma soudaine transformation, ces scientifiques, les animaux dans les cages… La silhouette que j’avais vu pendant mon court sommeil… Je venais de comprendre mon malheur.

Mes muscles se sont tous contractés en un instant. Je sentais la haine et la tristesse m’envahir une nouvelle fois. Je n’avais qu’une envie, c’était de mon réveiller de ce cauchemar, mais je savais bien que cela ne serait pas possible. J’ai zieuté le scientifique qui avait abandonné son idée de martyriser l’autre enfant. Il déposa son arme sur la table et tenta de se rapprocher de moi en murmurant, afin de me calmer. Me calmer, hein ?! Je venais de comprendre que j’étais devenu un monstre de foire… Que je n’étais peut-être plus humain. Tous mes rêves, tous mes espoirs venaient de s’envoler. J’aurai préféré mourir que de vivre cela. L’homme s’arrêta et fit signe aux autres de s’approcher aussi pour m’encercler. Il n’a pas dit un seul mot, mais je pouvais le sentir… Comme si je pouvais lire en lui. J’ai plié mes jambes avant de faire un saut en avant. En une seconde, j’étais sur la table où on m’avait allongé pour l’expérience. J’ai alors grogné dans la direction du bourreau avant de sortir davantage mes griffes. Plusieurs d’entre eux firent un pas en arrière, mais pas ma cible. Il semblait ne pas avoir peur, il était même en admiration. J’ai alors affiché un sourire en coin avant de me jeter sur lui. Avec mes griffes, j’ai attrapé ses épaules pour m’accrocher et le faire tomber en arrière puis, d’instinct, j’ai plongé la tête en avant avec ma bouche ouverte et mes crocs se sont enfoncés dans sa peau. J’ai tiré de toutes mes forces sur sa chair alors que je pouvais l’entendre rire comme un fou. Il n’avait pas l’air de sentir la douleur. Il n’avait pas conscience que j’étais en train de lui arracher la gorge avec mes canines.

Il eut une giclée de sang et le scientifique poussa alors un gémissement étouffé. J’ai plongé mon regard dans le sien, alors qu’il ne bougeait plus et j’ai observé la lueur de ses yeux s’éteindre lentement. Soudainement, j’ai sentis une odeur de poudre et un coup de feu. Une balle m’effleura la tête et s’éclata dans une grande bouteille en acier qui explosa la seconde d’après. Je fus soufflé par l’explosion et projeté contre un mur. Je n’ai pas perdu de temps pour me relever alors que de la fumée commençait à monter au plafond. Un feu venait de se déclencher. J’ai tout de suite regardé autour de moi et j’ai pu apercevoir que les tables en aciers étaient toutes renversées. Je ne voyais plus l’autre gamin. Dans un sens, je m’en fichais… Tout ce que je voulais maintenant, c’était de tout détruire et de faire payer tous ces gens pour ce qu’ils avaient fait. Par chance, plusieurs d’entre eux se mirent à tousser et à se relever. Je n’ai pas attendu une invitation avant de me jeter sur eux pour les tuer, comme j’avais tué  les trois premiers. J’ai frappé, mordu, éventré, arraché tout ce qui se trouver en face de moi. Le feu continuait de grandir dans la pièce et je me suis arrêté devant le corps du petit blondinet qui était endormi. Il se trouvait sous les décombres d’une armoire et des restes de cages. Je me suis approché de lui avec mes griffes en sang. Si je le voulais, je pouvais le tuer pour mettre fin à ses souffrances. Après tout, lui aussi devait être comme moi maintenant… Personne ne méritait de devenir un monstre. J’ai soudainement vu mon visage se refléter dans un bout de vitre brisée. Ce que je voyais ne me plaisais pas… J’avais un énorme sourire sur le visage et mes yeux sortaient presque de mes orbites. J’ai porté mes mains à mon visage et j’ai de nouveau hurlé avant de m’éloigner maladroitement. J’ai marché dans le sang et les débris avant de me mettre à courir dans les long couloirs de la structure.

Je devais sortir… Je ne voulais pas rester. Je voulais revoir le ciel et me remettre à rêver… J’ai attaqué tous les gens que je pouvais rencontrer et qui me séparait de la sortie. J’avais peur, j’étais en colère. Je voulais tellement la présence d’une personne en particulier à mes côtés, mais je savais que ce n’était pas possible. Lorsque j’ai finalement pu rejoindre l’extérieur, j’ai protégé mes yeux des lumières. Je ne savais pas où j’étais exactement, mais je ne me suis pas attardé. J’ai couru aussi vite que je le pouvais et je me suis caché dans un endroit isolé, loin de tout. Je me suis laissé tombé à genoux et je me suis mis à pleurer. Pourquoi fallait-il que ça m’arrive ?! Tout ce dont je me souviens, c’est de m’être allongé en boule sur le sol en murmurant le prénom de la seule personne qui hantait encore mes pensées à ce moment-là… Ma seule amie et celle qui m’avait rendu heureux pendant sept jours. Si seulement ma Small Lady pouvait être avec moi… Si seulement ma princesse pouvait me retrouver et me prendre dans ses bras comme autrefois… Ma seule lumière dans mon monde de ténèbres…. A présent, je ne la voyais plus. Je ne voyais plus rien, sauf ce monstre dans mon esprit et qui me ressemblait.
1742 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Who am i !

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban) Mer 21 Fév - 23:07
Chaud.... Terriblement chaud. Il avait mal partout. Gabriel ouvrit les yeux, il était par terre. La première chose qu'il vit fut un cadavre, le faisant crier. Le garçonnet voulut bouger, mais impossible. De ses petites mains, il essaya de bouger le meuble sur lui. C'était trop lourd ! Ses mains étaient redevenues normales. L'enfant n'avait pas la force de bouger le meuble, il tourna la tête pour revoir le visage déformé d'un horrible rictus du scientifique a la gorge déchiqueter. Il cria ! Ce corps lui faisait peur ! Il avait l'impression qu'il allait se relever et le manger. Les larmes envahissant son visage, ce qui le choquât fut le feu ! Ça lui rappelait sa maison ce soir-là. 

La panique commençait a le gagner. Gabriel esseya à nouveau de pousser le meuble, criant, hurlant même ! Appelant a l'aide ! Quand un craquement se fit entendre.


Voix : J'ai entendu appeler !
Voix 2 : C'est trop dangereux ! Y as personne de vivant ici !


- A l'aide !!!

Voix : C'est un enfant !!


La le soulagement le gagna, mais ce fut de courte durer. Un pompier arrivait, mais il avait du mal a ce frayé un chemin. Un second homme arriva avec une hache et l’abattis sur les cages qui gênait le passage, ou toute autre meubles gênant y passait ! À deux, ils soulevèrent le meuble dégageant le petit garçon. Puis le premier qui l'avait entendu prit l'enfant dans ses bras, le second mis un mouchoir sur le nez et la bouche de l'enfant pour le protéger.

Le chemin vers la sortie commença alors. Gabriel blottis contre son sauveur. Où était l'autre garçon se demanda vaguement le blond, mais il ne le vit nul part. Sortir de ce bâtiment ne fut pas simple pour les deux hommes et leur fardeau. Après avoir dû reculer pour éviter le sol qui effondrait, le pompier deux sauta, puis le premier lui lança le petit qui fut rattraper par numéro deux, puis numéro un sauta à son tour les rejoignant. Progresser sans courir, évité les pièges du feu. Protégez le petit, ils finirent par sortir ! Là d'autre pompier essayait de contenir l'incendie. Mais ça Gabriel ne le vis pas. Il fut emporter à l’hôpital le plus proche où l'on prit soin de lui, avant de le confier à une maison pour enfant dans l'attente d'une adoption ou que l'on retrouve de la famille de celui ci...


( fin rp)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)

MessageSujet: Re: 1897 Aerugo. (flash back) (pv Ban)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Frontières :: AERUGO-