RSS 
 
   RSS 
  

Forum ouvert le 25/02/2014
Jetez un coup d'oeil à notre Organigramme.
Beaucoup du prédéfinis du manga sont disponibles !
Prenez le temps de zieuter nos prédéfinis des membres !

D'après les rumeurs,
Le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G,
tondant la pelouse avec un tablier rose.

Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"

Des gens cherchent des RPs ! N'hésitez pas à venir zieuter ici

Votez pour le forum toutes les deux heures ! Il y aura des nouvelles têtes et des nouvelles aventures !
Un post pour 250 cenz ! ~

Nous recherchons des méchants pour mettre la pagaille en Amestris ! Les infiltrés recrutent toujours !
Recevez en cadeau un bain de pied en porcelaine d'une valeur de xxxx cenz.

avatar
Messages : 88
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Une rencontre électrisante (With Ada') Sam 27 Mai - 18:13
Ah... Central, eh bah, eh bah, même pas le temps de souffler, a chaque fois il m'arrive des trucs, a la gare, avec l'autre drogué, le drogué ! Il m'a bien fait douiller lui, putain j'le choppe j'le tue !! Sur le champ !! Aiiie ! Putaiiin !! Ça fait plusieurs jours et par moment ça me fait encore mal comme je sais pas quoi !! Mais c'est pas vrai ?! Le colonel il va encore me gueuler dessus, déjà il m'a remis en vacances car j'avais pas du tout fait du camping ou du repos, et la suis encore blessé... Ayé... Bon, j'ai faim et il est 11 heures...

Oh, va pour un petit déjeuner, j'irais manger un peu plus tard vers 13-14 heures je pense... Pour le moment faut se redresser et même avec les trucs d'anti-douleurs que j'ai réussi a avoir je sens bien la douleur... Pas trop la fatigue malgré les effets secondaires possibles mais bon, ça fait bien mal...
Au bout d'une bonne demi heure je réussis enfin a être propre et habillé... Je descendis du mieux que je pouvais, prenant un cachet avec un jus, finalement j'ai plus faim je mis ma veste, pris ma montre et mes papiers avant d'aller un peu dehors, me balader comme je peux.

Je finis par m'installer sur un banc, profitant de l'air frais du parc ou j'étais, il y avait peu de monde, les enfants sont à l'école les parents travaillent ou sont occupés, il y a juste quelques papis-mamies qui se baladent, laissent du pain aux pigeons et une patrouille qui passait un peu plus loin, presque au pas de course, de toute façon je suis en repos, loin de mon QG et difficilement en état de me battre. Une bonne heure plus tard mon ventre commença a me faire comprendre qu'il était l'heure de manger...

Je finis par m’extirper du banc et allait vers l'une des rues a restaurants, regardant leur tarifs et ce qu'il proposaient, finalement j'allais vers un restaurant un peu plus haut de gamme que d'habitude, prenant leur formule entrée-plat-dessert-café a 40 cenz, je me décidais finalement a entrer, on me demanda si je voulais qu'on prenne mon manteau, ce que je refusa poliment, je demandais une table pour une personne, dans un coin de préférence, près d'une fênetre et la serveuse arriva a me trouver une place, tout en me tendant une carte, finalement je pris ceci :

Entrées : Foie gras avec sa compotée de figues, ainsi que son pain maison délicatement grillé et en supplément chèvre chaud avec son filet de miel, sur lit de salade verte avec noix et vinaigrette maison (supplément)

Plat : Magret de canard, sauce moutarde à l'ancienne sur son lit de fèves, légumes et petites patates au four avec pointe de sel

Dessert : Mini religieuses maison, au chocolat, au café, au spéculoos, vanille et crème brûlée maison.

Puis café quoi. Et ce fut rudement bon, bien cuit, bien cuisiné, recherché, bien présenté et en quantité suffisante pour bien faire disparaître la sensation de faim, je finis par boire tranquillement mon café tout en regardant au loin, une fois celui ci fini j'allais payer le tout, avant de partir mais a peine sorti je me fis percuter a toute vitesse, tombant sur la personne qui m'a foncer dessus.

« Putain de m- »

Je lâchais ce juron de surprise, une fois a terre, me relevant comme je peux, m'appuyant au mur, observant la personne.

« Je m'excuse euh... Monsieur... Euuuuh... »

En le regardant je voyais ce bleu roi sur lui, typique de nos uniformes, j'essayais de le relever, finalement deux des serveurs y arrivaient bien mieux que moi, j'observais longuement l'homme, apparemment blessé lui aussi et pire que moi de ce que je peux voir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Dim 28 Mai - 1:02
Tu as profité d’un moment d’inattention des infirmières qui sont toujours après toi pour prendre la poudre d’escampette. En fait, tu as sauté par la fenêtre, puisque sous toi il y a ce buisson qui amortit tout. Il fait jour, mais tu grelotte sous ton uniforme.  Ton pas est rapide, tu sembles fuir, ce qui est le cas, tout compte fait.  L’atmosphère de l’hôpital t’étouffait  et tu déteste particulièrement les regards échangés entre les infirmières qui doivent s’occuper de toi, car, évidemment, tu es actuellement incapable de survivre par toi-même. Avec ta mâchoire immobilisée et ta main droite qui ne te répond plus, tu as le beau jeu.

Tu marches vite et ne fait pas attention à ce qui t’entoure. Tu ne sais pas où tu veux aller, mais tu continues de t’éloigner.  Tu tiens ton carnet et ton crayon qui est en fait un fusain. Ton automail te fait des siennes mais tu l’ignore, tu es trop concentré à errer. Tu as laissé ton sac là-bas, tu sais que tu y retourneras au coucher du soleil, de toute manière. Tu longe les rues sombres, tu n’as pas envie que les gens se moquent de toi aujourd’hui.  Tu as une expression d’un sérieux déconcertant, mais tu ne peux rien y changer, tu ne peux même pas bouger le bas de ton visage.

Tu évites de regarder les vitres de peur qu’elles te renvoient ton reflet.  Tu souffres suffisamment comme cela sans devoir le voir de ton œil. Tu regrettes ton immunité aux toxines des plantes,  parce que les médicaments ne te font aucun effet. Tu les sens en permanence tes blessures qui se referment, et cela t’empêche de dormir en général.  C’est bête, tu dois sans doute avoir un teint de cadavre qui doit rehausser le blanc de tes cheveux. En plus, tu n’as pas pris la peine de les attacher, alors ils pendent dans ton dos. Ça te donne un air de fille a bien y penser. Enfin, pas vraiment, mais bon, ils sont longs et normalement tu les cache dans ton col.

Tu passes à côté d’un restaurant et , sans que tu en comprenne le pourquoi, tu te retrouves au sol, écrasé par un civil. Sur le coup, tu en lâche un soupir de douleur, tu as des côtes cassées en voie de guérison et le poids de cet homme qui sent le café sur elles ne fait pas du bien du tout. En fait, tu en as presque les larmes aux yeux.

Tu as si mal, que tu n’en arrives pas à te relever. Il a lâché un juron et tu cherches ton carnet de la main, puisque tu l’as lâché en chutant.  Ce jeune homme à lunettes se relève, surpris et te fixe en s’appuyant contre le mur.

« Je m'excuse euh... Monsieur... Euuuuh... »

Il bute en reconnaissant ton uniforme. Il est mal à l’aise et tente de te relever, mais il n’y arrive pas, manifestement. Tu es légèrement étourdi et tu ne peux pas dire le moindre mot. Tu remarques qu’il est blessé. Beaucoup moins que toi, mais cela reste visible. Il fait appel à deux serveurs qui te relèvent sans délicatesse. Ils  gloussent de rire en repartant, mais tu gardes cette même expression impassible. Ils vont encore rire de toi, tu présumes. C’est ce qui arrive toujours.

Tu titubes un peu, étourdi par ta tête qui a violemment heurté le sol. Tu secoues d’un coup pour chasser ton étourdissement. Tu te négliges, encore une fois. Cela ne changera pas de sitôt.  Tu te mets face à ce jeune homme que tu as heurté, puis tu t’incline face à lui en guise d’excuse.  Tu souffres, mais tu gardes cette position quelques secondes avant de te redresser, le souffle court.  Tu le fixe à peine, puis tu prends ton carnet. Ton bras droit tremble beaucoup. Il te fait souffrir encore plus que tes cotes.

Puis, tu écris de la main gauche.  Tu ne fixes pas ton écriture tu la déteste.  Les coups assénés par ton mentor lorsque tu écrivais de la mauvaise main, tu t’en souviens encore. Puis, tu tends silencieusement ton carnet à ce jeune homme au regard hagard. Il doit être surpris par ton apparence. Ou est-ce par les bandages qui couvrent la moitié de ton visage? Tu ne sais pas trop, mais tu t’exprimes uniquement par écrit.

‘’ Veuillez me pardonner de vous avoir heurté dans ma marche. Je me suis hélas attardé dans mes pensées et je ne vous ai pas vu sortir de cet établissement. Si je puis me faire pardonner à vos yeux d’une manière que ce soit, n’hésitez pas à me le demander. J’ose espérer que je n’ai pas trop gâché votre journée en vous heurtant ainsi de manière si prompte et impolie.  Je tâcherai de ne plus troubler des civils de ma simple présence. Je vous prierais de ne pas porter plainte contre moi en raison de mon geste odieux. Je vous en serais très reconnaissant.

Cordialement vôtre,
Greentomb. ‘’
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 88
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Dim 28 Mai - 13:35
Je fait un doigt aux serveurs dès qu'ils ont le dos tourné, ils sont sans gêne j'vous jure, le type c'est un militaire, on se casse les …Les... Bon, m'voyez quoi... Et dès qu'on revient en ville, blessé parfois on se fout de nous. Surtout que le type a l'air d'avoir de bonnes séquelles a vie, puis d'autres un poil plus mimines mais assez handicapantes, je l'observe rapidement en silence, a la mâchoire il doit biiien douiller, sa main droite aussi, ah bah la mienne aussi, m'enfin c'est plus le bras qui a dégusté mais avec l'attelle qu'il mont mis ca gêne, surtout pour écrire et autre.

Je me masse le bras attelé en silence, par dessus ma veste, il est pas beaucoup habillé pour un mois de novembre, juste son uniforme sur son dos... Pourtant ses épaulettes m'indiquent un grade de commandant... Me dites pas qu'il arrive pas a joindre les deux bouts ? Je sais que c'est pas toujours facile mais quand même... Il me fait un peu peiner, il est blessé, il a eu bien mal a cause de la chute et a un teint bien pâle...

Je sort de mes pensés, il s'incline, pour s'excuser, face a moi. En tendant l'oreille il a le souffle court, tu m'étonnes, un gros ours qui te tombe dessus comme ça, ça fait pas du bien... Je suis un peu gêné, certes c'est normal qu'il s'excuse mais qu'il prenne la peine de s'incliner, face a ce qu'il pense être un civil de plus en souffrant... Voila quoi, il se relève avant même que je commence à lui faire signe de se redresser, ou que je le lui dise.

Il sort un carnet, celui qui était tombé un peu plus tôt, je me rappelle en avoir vaguement vu un tomber en même temps que nous, par contre son bras droit tremble beaucoup et cela m’inquiète, si il est blessé il doit être a l’hôpital, peut être pas toute la journée mais au moins la nuit, puis il doit bien recevoir un traitement ou quelque chose pour ça, ainsi que pour sa mâchoire et les autres blessures... Sauf cas spécial, mais ça m'étonnerait... Et attends, il a pas une attelle ou quelque chose comme ca ? Du moins si c'est l'os qui est touché ou tordu, bref...

En tout cas il commence à écrire, vu l'état de sa mâchoire il doit pas pouvoir faire autrement, il est gaucher tiens, c'est pas courant mais cela ne me dérange pas personnellement, en tout cas il écrit piiiiire que moi, déjà que le colonel au OG Nord soupire en voyant mon écriture, au moins en trois secondes il la reconnaît, et ça reste quand même lisible, mais bon, mais bon. Je me masse un peu la cuisse gauche, qui me fait mal de temps en temps, j'attends silencieusement.

Peu de temps après il finit, je prends doucement son carnet et lit en silence, je finis par sourire légèrement une fois le tout lu, je lui rend doucement son carnet.

-Alors, déjà mon commandant vous pouvez retirer le « civil » de votre mot d'excuse, deuxièmement Greentomb me fait penser a un nom d'alchimiste d'état et ce qui est le cas avec ce que je crois être la chaîne en argent de votre montre d'alchimiste.
Et je suis le capitaine Dubois Quentin, le Lightning alchemist, basé au QG Nord mais en « repos » a Central pour le moment, bon, plus ou moins mouvementé comme vous pouvez le constater. Si vous voulez je peux vous offrir un café, un thé, un chocolat ou ce que vous voulez... Ainsi, si vous le désirez une boutique vendant des manteaux neufs et de seconde main non loin car bon, je sais qu'a Central il fait plus doux qu'au Nord mais c'est pas raisonnable. Donc je vous laisse choisir et je m'excuse pas avance si mes propos vous vex...

Je tapote ma poche depuis que j'ai commencé a lui répondre... Puis je commence a tapoter ma cuisse, ok, elle tient pas en place cette fichue montre !! Je la rengaine en poche et reprends, remontant mes lunettes qui aurait besoin d'un coup, je soupire et reprends.

-Je disais donc. Si je vous ai vexé je m'en excuse mais c'est dangereux commandant, surtout blessé. Et si vous voulez je vous en paye un, bon, pas neuf mais un bon de seconde main.

Je l'observe, je ne veux pas être méchant, vexant ou autre mais c'est qu'il a l'air de se négliger le commandant, je me repose contre le mur, l'observant en nettoyant mes lunettes au chiffon, puis je masse mon cou, je crois que j'vais la garder un moment c'te marque de strangulation, je finis même par m’asseoir sur un rebord de fenêtre a la bonne hauteur, me reposant un peu et reposant mes jambes, j'ai quelques médicaments sur moi au cas ou, des anti-douleurs, je peux lui en donner un ou deux si il le veut, j'attends patiemment sa réponse et ses réactions, lui laissant de la place pour s’asseoir aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Dim 28 Mai - 23:21
Il t’a dévisagé et a pris un drôle d’air en remarquant à quel point ton bras tremble. Tu le cache instinctivement derrière toi. Tu reste droit, extrêmement formel. Tu ne veux pas faire honte à la réputation de soldat, mais cela ne t’empêche pas d’éternuer un coup bien sonorement. La douleur te fait fermer l’oeil un court instant, puis tu te ressaisis en repensant à ce majeur qu’il a adressé aux serveurs qui riaient ainsi de toi. Tu n'aurais jamais insulté un simple civil, comme cet homme l’a fait.

Lorsque tu t’es incliné pour t’excuser, il en a été gêné et tu t’en excuses. Ce n’était pas l'effet que tu recherchait, mais il a patiemment attendu que tu ait fini d’écrire sur ton calepin pour t’adresser la parole. Enfin, plutôt, pour te dire autre chose que son juron étouffé et la formalité de base. Tu souffres de plus en plus en fat et tu crois avoir pris un coup de froid. En fait , vu ta gorge qui te brûle, ce n'est pas une supposition.

Il lit ta lettre d’excuse puis te rend ton carnet avec un sourire aux lèvres. Il ne t'en veut pas et cela te rassure au point d’en lâcher un soupir de soulagement qui te fait mal. En fait, ca te fait tousser un coup et tu retiens ta douleur du mieux que tu le peux. Un léger recul de ta part te fait réaliser que ton automail s'est crochi un peu plus. Tu tremble un peu plus, mais tu tente de le cacher du mieux que tu le peux.

-Alors, déjà mon commandant vous pouvez retirer le « civil » de votre mot d'excuse, deuxièmement Greentomb me fait penser a un nom d'alchimiste d'état et ce qui est le cas avec ce que je crois être la chaîne en argent de votre montre d'alchimiste.
Et je suis le capitaine Dubois Quentin, le Lightning alchemist, basé au QG Nord mais en « repos » a Central pour le moment, bon, plus ou moins mouvementé comme vous pouvez le constater. Si vous voulez je peux vous offrir un café, un thé, un chocolat ou ce que vous voulez... Ainsi, si vous le désirez une boutique vendant des manteaux neufs et de seconde main non loin car bon, je sais qu'a Central il fait plus doux qu'au Nord mais c'est pas raisonnable. Donc je vous laisse choisir et je m'excuse pas avance si mes propos vous vex…

Il tapota sa poche tout en te fixant avec cet air mi mal à l'aise, mi souriant. Se moque-il de toi? Tu ne crois pas, mais ce genre d’émotions mixtes ont toujours posé problème avec toi. En fait, puisqu’il t'adresse directement la parole, tu ne sais pas quoi répondre. Tu as toujours cette crainte de passer pour un sale égoïste, alors que tu veux juste rendre service. Il tapote sa cuisse d’un mouvement légèrement irrité et tu recule instinctivement. Il rengaine sa montre argentée, puis remonte ses lunettes. Un frisson te parcourt. Qu’as tu fait encore pour l’irriter? Il soupire, puis te parle à nouveau.

-Je disais donc. Si je vous ai vexé je m'en excuse mais c'est dangereux commandant, surtout blessé. Et si vous voulez je vous en paye un, bon, pas neuf mais un bon de seconde main.

Tu bloque au mot manteau et garde cet espèce d’air surpris un bon deux minutes, incapable de dire quoi que ce soit. Il a beau être de grade inférieur au tien, tu sais qu’il va vouloir quelque chose en retour. Quelle est cette nouvelle ruse? Voulait-il une quelqu’onque faveur de ta part? Sans doute, mais tu n'avais pas la réputation pour l'aider à gagner des échelons ni les moyens de le faire.

Alors, tout en haussant le sourcil, tu écrit une seconde note que tu tend machinalement. Tu tremble de douleur et de froid.Ces toussotements qui veulent sortir te font perdre le résidu de couleurs que tu avais. Il y a un atroce goût de sang qui te roule sur la langue. Aurais-tu brisé un de tes points de suture dans ta chute? Tu espère que non, tu n'a pas envie de subir une autre opération à vif. C’est horrible cette immunité aux médicaments en tous genres,tu sent tout.

‘’ Pardonnez-moi mon état fâcheux, monsieur Dubois, mais c’est inutile de m’acheter un manteau. Je ne suis pas l’Alchimiste qui pourra vous aider à gagner des grades ou peu importe quel avantages vous pourriez convoiter. Je suis en congé en raison de mes blessures, mais je préfère endosser mon uniforme pour raisons personnelles. Greentomb est mon titre d’Alchimiste et vous ne tirerez aucun prestige à vouloir mes faveurs. Je suis reconaissant que vous ne voulez pas me faire dédommager, mais vous n'avez pas à vous forcer pour moi. J’ai l’habitude d'avoir froid. je pourrai vous paraître d’une grande arrogance, mais je ne veux pas que vous perdiez en vain votre temps. Je ne pourrais pas boire un thé, même si je le voudrais. J’ai suffisamment mal comme cela pour en plus me brûler ma langue. Et, avant que vous ne me le demandiez, non je ne vous ferai pas pousser de l’opium, c'est illégal.

Cordialement Votre,
Greentomb, tout aussi connu sous le nom de Adalwen Esmond Nito.

Tu as l’impression d'avoir paru bien rude face à ce jeune homme, mais tu as préféré mettre les choses au clair. Tu ne veux pas qu’il ait de fausses attentes de ta part. Ta vue se brouille, tandis que tu tousse dans ta main. C’ets impoli de tousser au visage de ton interlocuteur, même un excentrique associable tel que toi le sait fermement. Même si tu n’es pas si associable que cela, juste incapable de sociabiliser correctement. Tu ne te sens vraiment pas bien et lorsque tu vois du rouge du coin de l’oeil, c'en est trop pour toi.

En moins de deux, tu t’effondre au sol et tout devient d’un noir opaque. Ah… tu as encore perdu connaissance en public. Tu en es déjà honteux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 88
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Lun 29 Mai - 10:20
Il garde pendant deux bonnes minutes un air surpris, il pense a quoi la ? Que je veux « profiter » de lui ? Que je veux l'utiliser ? Eh bah, eh bah, je sais pas ce qui est arrivé pour qu'il pense ceci tout de suite... Et je ne suis pas non plus un profiteur, je voulais juste qu'il aille pas tomber malade ou quelque chose comme ca.

Il fini par hausser un sourcil et commencer à écrire une autre note, je l'observe en silence, il tremble un peu sûrement de froid au moins, le vent commençant a se lever un peu, il finit même par toussoter, finissant par avoir un teint encore plus pâle, j'irais pas dire cadavérique mais ca ne m'étonnerais pas qu'il s’évanouisse... Puis il finit par me tendre le papier, que je lis en silence, ah ouais, ok, je ne sais pas sur quel militaire est tombé sur lui avant moi maiiiiis bon...

Je reste calme, même si j'ai une tête légèrement dépité, je me relève, me redresse et m'étire, mettant mes mains dans les poches et commençant a lui répondre, calmement.

-Alors commandant je ne cherche pas avoir des avantages ou je ne sais quoi d'autre, je veux juste être sympathique avec vous, surtout que vous êtes bien blessé et je ne sais pas ce qu'il vous est arrivé avant pour penser ça en premier. Et oui je sais que l'opium est illégal et non j'allais pas vous en demander pour une possible consommation personnelle ou vente.

Mon ton n'est pas sec ou quoi peut être juste légèrement dépité, je m'adosse a nouveau au mur puis il commence a tousser et il a l'air d'aller de moins en moins bien...

-Commandant ?... Commandant ?... Com-

Eh merde il s’évanouit, je le rattrape de justesse avant qu'il tombe au sol. Alors, bonne nouvelle je devrais pouvoir le traîner jusqu'à une chambre d’hôtel pas loin et pas trop cher aussi, d'une part pour qu'il se repose, d'autre part, pour voir c'que je peux faire. Donc actuellement je traîne comme je peux le commandant, le prenant par dessous les bras, son dos contre mon torse, heureusement qu'il est pas trop lourd, même moi je me fatigue la mais je tiens jusqu'à l’hôtel.

Alors a peine rentré le réceptionniste a voulu me faire partir, pensant que j'avais agressé le commandant et que je voulais le déposer juste ici, montre d'alchimiste et livret militaire a l'appui, le fait que je ramène le commandant ici pour qu'il se repose et que je le soigne lui parait tout a fait possible, il m'amène a une chambre et sûrement apeuré par le fait d'être face a deux officiers, alchimistes d'état de plus, il me fait une réduction sur la chambre, parfait.

Je mets le commandant sur le lit et fille prendre de quoi changer mes bandages qui après l'effort ont du absorber plus de sang que prévu et de quoi changer les bandages du commandant, certains ont rougis a cause de la chute et ceux au niveau de sa mâchoire sont éclaboussés de sang a cause de la toux qu'il a eu, bon, cela j'y toucherais pas, c'est un peu délicat a changer, les autres j'peux m'en occuper plus facilement.

Je le soigne donc du mieux que je peux, c'est dur de faire ça bien mais je m'en sort comme je peux, j'ai vu ce que pense être des points de suture dans sa bouche, mais ça c'est trop compliqué a soigner donc je laisse, je vérifie juste qu'il a ce qu'il faut et part une petite heure, je paye la chambre, qui du coup me revient a 20 cenz, lui paye un lot de deux manteaux de seconde main a 125 cenz et lui achète deux pulls chauds a 30 cenz en tout.

Je vais prendre aussi de quoi grignoter et reviens, déposant les vêtements dans la chambre, dormant un petit peu, tout en émergeant de temps en temps pour le surveiller, je le regarde, me grattouillant la joue, oui il est torse nu, mais comment je vérifie ses blessures sinon, du moins comment voulez vous que je les vérifie correctement ?! Bon, il est presque 19 heures, je vais nous chercher a manger, deux soupes a emporter.

Dehors il fait froid, y'a du vent en plus, bref, je fais au plus vite. Je retourne dans la chambre rapidement, il y a deux lits simples, une table de chevet ou bandages et autres s'y entassent, une commode ou j'ai déposé la chemise et le haut de l'uniforme du commandant en évitant de les tâcher, je mange ma soupe en silence, les volets étaient légèrement baissés, afin qu'il ne se reçoit pas la lumière en plein tête directement, une bassine au sol contient les bandages que j'ai pu changer.

J'allume quelques bougies, allumer directement la lumière risquerait de réveiller en sursaut le commandant. Il est 19 heures 30, je viens de finir de manger, je prends les bandages, le sparadrap et du désinfectant, je m'occupe d'abord de ma blessure a la cuisse, faisant attention a ne pas y aller trop fort, puis une fois la blessure soignée je m'occupe de ma blessure par balles dans les côtes, c'est pas évident avec mon bras mais bon...

Je suis torse nu, pantalon remonté mais pas reboutonné, bandage sale dans chaque main, sparadrap en bouche et je finit par remonter la tête, mon regard croise le regard surpris du commandant, je sursaute sur le coup, en lâchant le sparadrap que j'avais en bouche. Vu sa tête il regarde depuis quelques minutes.

-Commandant ?! Vous êtes réveillé ? J'ai... Euh... Pris la liberté de vous amener dans un hôtel pour que vous pussiez être au chaud et dans un lit, je vous ai soigné comme j'ai pu mais j'ai pas touché a votre mâchoire. Vous avez une soupe qui vous attend. Et... Votre haut est sur la commode. Vous êtes torse nu car j'ai vérifié que vous aviez pas de choses a soigner urgentes sur le torse, bon, c'est pas très bien fait mais bon. Vous allez mieux ? Et j'ai du vous traîner comme j'ai pu donc je m'excuse si je vous ai fait un peu mal.

Je mets les bandages dans la bassine, commençant a me rhabiller, le commandant me suit du regard, je lui tends son haut et sa chemise, je mets le gros sac de vêtements sur la commode, je reboutonne ma chemise en disant la chose suivante.

-Alors oui je vous ai payé deux manteaux et deux pulls et non j'attends rien en retour. C'est juste que vous avez l'air de vous négliger, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Mer 14 Juin - 21:59
Tu ouvre les yeux et ton regard fait face à un caleçon. Tu détourne immédiatement la tête par respect, puis , alors que tu sens la gêne monter, tu te demande ce que cette personne fait la pantalon baissé si près de toi. A-t-il voulu te… tu préfères ne pas y penser en fait. Puis, de toute manière, ton frère jumeau était beaucoup plus avantagé que toi par rapport aux romances. Il t’avait quand même volé ta petite amie avant la guerre. Mais, Adalwen, tu divagues. Tu secoue vivement la tête et relève ton bras, mais tu renonce, parce qu’il te fait souffrir atrocement. En fait, tu réalise que tu es torse nu et que toutes ces cicatrices sont bien visibles. Tu te cache sous cette couverture et tu ne laisse dépasser que ta tête. Tu es extrêmement mal à l’aise et toute ton attitude le trahit.

Ce n’est pas que tu soit grassouillet, bien au contraire, ces exercices quotidiens t’ont forgé un corps solide, mais ces cicatrices linéaires qui ont mordu tes flancs ne te rappellent que ces punitions de ton mentor. Ces larges entailles du côté gauches et ces trous de balle refermés sont des cadeaux de la guerre. Cette ligne qui remonte de la naissance de ta clavicule jusque sous ton oeil de verre est l’un des héritages de cet homme qui t’a brisé la mâchoire et réduit à une telle impuissance. Toutes ces marques, ce sont une manifestation physique de ce que tu ressens réellement. Chaque petite marque qui a mordu ta chair te fait sombrer à nouveau dans tes traumatismes. Et, plus que tout, tu n’aime pas montrer ses faiblesses. Surtout ces cicatrices horizontales à tes poignets qui s'agencent avec ces brûlures dans tes paumes.

Il ne te remarque pas, tandis qu’il remonte son pantalon. Il est vrai qu'avec ton silence, tu ne peux pas vraiment parler. Tu dois avoir une de ces rares expressions vives de surprise avec les joues teintées de rouge. Que ce soit une femme ou un homme, les gens en lingerie fine te rendent toujours aussi gêné. Il n’y a que ta tête et tes bras hors de cette couverte et tu as presque envie de disparaître. Il te remarque enfin et lâche ce sparadrap qu’il avait en bouche. Il semble aussi surpris que tu l’est.

-Commandant ?! Vous êtes réveillé ? J'ai... Euh... Pris la liberté de vous amener dans un hôtel pour que vous pussiez être au
chaud et dans un lit, je vous ai soigné comme j'ai pu mais j'ai pas touché a votre mâchoire. Vous avez une soupe qui vous attend. Et... Votre haut est sur la commode. Vous êtes torse nu car j'ai vérifié que vous aviez pas de choses a soigner urgentes sur le torse, bon, c'est pas très bien fait mais bon. Vous allez mieux ? Et j'ai du vous traîner comme j'ai pu donc je m'excuse si je vous ai fait un peu mal.

Cela explique beaucoup de choses. Tu évite de regarder ton bras, tu sais que l’os est fracturé, puisque la douleur mords ta chair. C’est vrai qu’à bien y penser ce ne sont plus les mêmes bandages sur ton torse. Tu inclines légèrement la tête en guise de remerciement , puis tu frotte tes cheveux de la main gauche. C’est cette manie qui te vient de ce meilleur ami mort à la guerre que tu manifeste dès que tu es gêné. Tu continue à le suivre du regard, même si tu as dû tourner la tête vu que tu n’a qu’un oeil. Il te tends finalement ta chemise que tu remet prestement en grimaçant légèrement. Il reboutonne sa propre chemise après avoir déposé un gros sac sur la commode, juste par-dessus ton carnet.



-Alors oui je vous ai payé deux manteaux et deux pulls et non j'attends rien en retour. C'est juste que vous avez l'air de vous négliger, c'est tout.

Tu étais sur le point de remettre ton uniforme lorsque tu as figé à la mention du ‘’rien en retour’’. Serait-ce cela un cadeau? Tu en as jamais eu, alors, naturellement des larmes émues perlent aux coins de ton oeil et de cet oeil de verre. Tu es encore plus mal à l'aise, alors que tu inclines le torse beaucoup plus formellement. Peu importe si tes côtés et ton bras droit te font souffrir il s’agit la de ton moyen d’exprimer ta gratitude. Pourquoi un soldat de grade inférieur au tien se soucierait de ton état au point de t’offrir ces vêtements que tu ne peux pas payer?

Tu as beau retourner la question, ces larmes qui perlent ne veulent pas cesser de couler et tu as honte de te montrer si faible, mais c’est plus fort que toi. Tu as beau être doué pour cacher ce que tu ressent, tu es un être extrêmement sensible en fait, Adalwen. C’est pour cela que tu as si peur de te montrer honnête avec ce que tu ressent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 88
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Sam 9 Sep - 14:40
Je remets tranquillement ma chemise dans mon pantalon quand le commandant commence a s'incliner. Je reste sur place, un peu abasourdi, il est bien blessé, non ? Il ne devrait pas se mettre comme ça. Alors je m'avance, chemise a moitié dans le pantalon et le fait s’asseoir. Je le regarde, encore un peu surpris, nettoyant d'abord mes mains, mes lunettes et foutant la bassine dans un coin, il faudra la vider avant que tout le monde se couche et bien la laver aussi.

Une fois les mains propres je prend la veste du commandant, un mouchoir et le regarde rapidement, il me fait un peu peiner, il a l'air triste, négligé et a l'air de faire son petit ours a cacher ce qu'il ressent. Je soupire. Doucement. J'approche de lui, lui mettant sa veste et lui parlant, tel un ours calme ou un petit nounours détendu.

-Commandant. Ce n'était pas nécessaire de vous incliner, vous semblez avoir besoin d'aide. Voir même de soutien. Alors je vous aide, c'est normal, non ? On peut pas toujours se débrouiller seul, donc juste. Arrêtez de vous incliner, pleurez un coup si ça vous fait du bien et acceptez mon cadeau. Ne vous en faites pas pour moi, je vis bien et j'ai même quelques économies. Donc reposez vous, calmez vous et appréciez vos cadeaux. Par contre... Pour vos automails je ne sais pas ce que je peux faire et la si c'est ma faute j'ai pas les moyens de payer les réparations...

Je stoppe, baissant les yeux. Ah. … Je suis tant collé au commandant que ça ? Presque torse contre torse ? Je recule un peu, bafouillant des excuses, allant vider la bassine, la nettoyer, la lavant et rangeant un peu la chambre, ne prenant même pas le temps de remettre ma chemise bien correctement. En tout, ça me prend une petite demi heure, je n'ai pas spécialement regardé ce que faisait le commandant. Je ressors dehors en vitesse, mettant et fermant ma veste, allant prendre deux mini pâtisseries et un lait chaud pour moi.

En revenant je pose le tout sur un coin de la commode, retirant ma veste, la mettant dans un coin, allumant la radio et m'allongeant sur le lit, l'écoutant tranquillement. J'ai mis les informations, laissant le commandant couper la radio s'il le désire. Je vire mes lunettes au bout d'un moment, elles sont chiantes, surtout les branches quand on est allongé, je les pose sur la table de chevet, me frottant les yeux.

-Tout va bien commandant ? C'est mieux que vous acceptiez de dormir ici pour cette nuit, au moins si besoin je suis la et vous êtes au chaud, même si vous avez « dormi » dans l'après-midi. Demain je pourrais vous conduire a l'hôpital si vous le voulez, j'ai pas osé trop toucher de peur que vous ayez une fracture. Après si besoin je peux vous faire une sorte d’attelle qui pourrait peut être vous soulager un peu. Et vous avez mangé au fait ?  J'ai pas trop regardé donc c'est pour ça que je pose cette question.

Je finis de boire mon lait chaud, regardant le commandant, c'est vrai qu'il a pas mal de cicatrices mais certaines femmes aiment ça, en regardant bien je me rendais compte qu'on était a peu près dans les mêmes âges, il a peut-être deux ou trois ans de plus que moi, peut être moins mais c'est pas facile a dire. Je ne sais pas si il est célibataire ou pas mais peut être qu'il a une famille en charge pour avoir tant de mal a joindre les deux bouts... C'est vrai que j'ai pas tant de dépenses que ça...

A part ma chambre, un peu d'extra de nourriture et des vêtements de temps en temps j'ai rien d'autres en dépenses. Et j'ai même pas a reverser de l'argent a ma famille vu que maman gagne suffisamment pour payer tout, et même parfois m'envoyer un colis donc bon.

Par contre... Il a peut-être fait la guerre d'Ishval... Vu que certains AE ont étés appelés juste après avoir passé leur tests et avoir fait a peine quelques semaines d'instruction militaire, le temps de comprendre comment fonctionne une arme au cas ou et d'autres trucs... Ce qui expliquerait une partie de ses blessures. L'autre... Oh bah... Coups et blessures. Je le regarde encore un peu, goblet en bouche. Il est vraiment pas mal, peut être qu'il a déjà divorcé après tout ou quoi. Bon... C'est sa vie privée donc je ne vais pas demander, pour ne pas le gêner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who am i !

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Ven 26 Jan - 23:19
Ce Lightning Alchemist s’approche très près de toi et tes rougissements s’amplifient, tandis qu’il te redresses en douceur après avoir éloigné cette bassine que tu n’oses pas regarder puisque tu la sais remplie de cette substance poisseuse immonde qui te rappelle des souvenirs des plus atroces. Et voilà que tu trouves cet alchimiste plutôt joli garçon, mais hors de question, tu sais que ça ne peut pas fonctionner, c’est interdit. Puis, tu es indigne de recevoir de l’affection, tu n’es qu’un vulgaire débris avec un visage encore humain.
Il t’aide à remettre ta veste avec des mouvements délicats, mais lorsqu’il accroche ton bras fracturé tu grognes légèrement de douleur au-travers de ces larmes qui ne veulent pas cesser de couler. Tu te prépares mentalement à l’humiliation à venir, parce que tu sais que les élans de gentillesse sont toujours des couteaux à doubles tranchants, surtout envers ceux qui ressemblent à un peuple méprisé de tous.

-Commandant. Ce n'était pas nécessaire de vous incliner, vous semblez avoir besoin d'aide. Voir même de soutien. Alors je vous aide, c'est normal, non ? On peut pas toujours se débrouiller seul, donc juste. Arrêtez de vous incliner, pleurez un coup si ça vous fait du bien et acceptez mon cadeau. Ne vous en faites pas pour moi, je vis bien et j'ai même quelques économies. Donc reposez vous, calmez vous et appréciez vos cadeaux. Par contre... Pour vos automails je ne sais pas ce que je peux faire et la si c'est ma faute j'ai pas les moyens de payer les réparations...
Il baisse les yeux et…rougit, en bafouillant des excuses qui te laissent échapper un petit rire presque nerveux, mais extrêmement douloureux. Ton fort accent du Sud transparait dans ce rire, mêlé a ce quelque chose que tu as toujours eu. Il s’éloigne de toi et va nettoyer la chambre, son visage teinté de cette couleur traitresse. Tu dois avoir imaginé son rougissement. Après tout, ta tête te fait souffrir, tu dois avoir une commotion et rien ne l’apaisera. Tu te met bien droit dans le lit, de manière formelle et tu suis ses mouvements tandis qu’il sort de la chambre dans laquelle tu es. Tu as si mal que tu ne sens plus tes jambes.
Durant le délais d’absence de cet homme, tu enfile l’un des pulls, ce qui te prend plus de temps que tu ne le voudrais, puis tu t’empare de ton carnet dans lequel tu dessines le visage de cet homme avec ta précision habituelle. Tu tentes de l’analyser durant son absence, mais tu n’arrives pas à cerner sa motivation. Décidément il est une véritable énigme , mais lorsque tu l’entends revenir vers la chambre tu tournes prestement la page , pour te préparer à rédiger des réponses aux questions qu’il te poserait.
Ce n’est qu’après que tu remarques la soupe froide et que ton estomac proteste. Tu lâche ton carnet et la boit doucement afin de ne pas brusquer tes points de suture douloureux. Mais tu es habitué à souffrir et à l’insomnie que tu ressent presque toujours. Il entre dans la chambre avec des viennoiseries selon l’odeur qu’il pose sur la commode entre les deux lits de la chambre. Tu le sais en raison de la distance du son, puisque tu concentre ton regard sur le bol que tu ne veux pas renverser.

Lorsque du coin de l’œil tu le vois retirer sa chemise, tu rougis à nouveau, mais avec discrétion. Non Adalwen, ce n’est pas une femme, tu n’as pas le droit. Il allume la radio qu’il écoute en s’allongeant sur son lit et tu poses le bol discrètement avant de reprendre ton carnet et le dessiner à nouveau, même si la raison derrière cela te dépasse. Merde, sans ses lunettes il est encore plus mignon, c’est dur de rester rationnel avec quelqu’un de légèrement vêtu. Tu retiens des quintes de toux et tourne rapidement la page vers une vierge lorsque tu l’entends te parler. Tu ne veux pas passer pour un obsédé.

-Tout va bien commandant ? C'est mieux que vous acceptiez de dormir ici pour cette nuit, au moins si besoin je suis la et vous êtes au chaud, même si vous avez « dormi » dans l'après-midi. Demain je pourrais vous conduire a l'hôpital si vous le voulez, j'ai pas osé trop toucher de peur que vous ayez une fracture. Après si besoin je peux vous faire une sorte d’attelle qui pourrait peut être vous soulager un peu. Et vous avez mangé au fait ? J'ai pas trop regardé donc c'est pour ça que je pose cette question.

Il termine de siroter son lait chaud et te fixe avec le regard d’un observateur. Il s’attarde surtout sur ces cicatrices qui dépassent de ton pull, les marques d’un duel avec un homme ayant perdu la raison empestant l’alcool et irrité. Il semble songeur en prime, mais tu te concentres à rédiger les réponses à ces questions qui t’on été posées. Le raclement régulier de ton fusain qui diminue rompt le silence, puisque tu as éteint la radio. Tu n’aimes pas lorsqu’ils parlent de toi. Au bout d’un instant, malgré son regard insistant, tu lui tends ton carnet et espères qu’il ne tombera pas sur tes croquis.

‘’ Ne vous en faîtes pas pour ma personne, j’affronte quotidiennement la souffrance et cette fracture que vous m’avez faite en m’écrasant ne fait pas une grande différence. Je dormirai ici, je suis si épuisé que je ne pourrais pas marcher pour m’y rendre. De plus je ne sais pas mon emplacement. Ne prenez pas la peine de me donner des médicaments même si je me mets à hurler de douleur, ils ne me font aucun effet. Pour ce qui est d’une attelle pour mon bras, ce n’est pas de refus, l’angle est plutôt inquiétant. Je vous remercie pour le repas, cela a bien meilleur gout que les chiottes qu’ils me servent à l’hôpital. Ma fugue n’est pas si pire finalement, je peux savourer un repas décent. Par contre, je vous conseille de me laisser y retourner seul demain, sinon vous allez vous faire sermonner, je n’ai pas le droit de sortir. J’ai sauté par la fenêtre ce matin , c’est peut-être ca qui a crochi mon automail. Désolé de ne pas faire un interlocuteur plus bavard, un homme drogué, ivre et complètement taré m’a brisé la mâchoire à coup d’automails. Ironique n’est-ce pas? Le vétéran d,Ishbal se fait réduire en miettes par un civil.’’

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 88
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Succès:
Test:

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada') Mar 30 Jan - 14:50
Il s'occupe donc en silence, très calme, très posé, bah au moins ça sera plus facile pour s'occuper de lui. Même si le fait qu'il soit blessé fait qu'il faut porter beaucoup d'attention, plus que pour une personne non blessée, même si je le suis aussi, dans une moindre mesure maiiiiis ça fait quand même mal par moment, surtout si ça tire dessus ou appuie ou d'autres effets encore...

Il finit d'écrire dans son carnet, me le tendant a la bonne page, je lis le tout en silence, respectueusement, avant de le lui rendre et de lui parler.

-Mhhh... D'accord, bon et bien je vais essayer de bien m'occuper de vous. Et pour l'attelle ça sera que demain matin, vu l'heure tout les magasins sont fermés, mais je le ferais dès demain matin. Et je suis content que le repas vous ait plu, malgré que ça soit une simple soupe. 


Par contre c'est la fin qui me fait tiquer... Un drogué aux automails... Mhhhh … Hé !

-Pardonnez moi mais le drogué en question était t'il équipé d'un couteau suisse, l'air totalement fou et hors de contrôle ? Tout pleins de cicatrices et tout ? Et répondez en temps voulu, ou plutôt demain matin, a tête reposée...

Je finis mon lait chaud, mangeant mes mini viennoiseries, je me lève, allant a la salle de bain, c'est simple mais correctement équipé, je ferme donc la porte, prévenant le commandant que je me douche.

J'y sors vingt bonnes minutes plus tard, tout propre et détendu, m'étirant longuement, allant ranger a nouveau la chambre, pour qu'elle soit bien propre, changeant a nouveau les bandages du commandant, allant chercher le désinfectant, les compresses et le gros sparadrap.

Je redresse doucement le commandant veillant a ne pas lui faire mal, retirant doucement son pull, retirant les bandages avec précaution, les mettant dans la bassine prise plus tôt, qui va devoir être encore lavée mais bon...

Je désinfecte le tout, ne lésinant pas sur la dose de désinfectant, je vide le restant de bouteille mais tant pis, il faut le faire correctement, je colle plus ou moins le commandant contre moi, m'occupant d'abord des blessures qu'il peut avoir dans le dos, mettant du pansement et des bandages la ou il faut.

Je le colle ensuite contre moi, m'occupant des blessures au torse, compresse en main, bandage en bouche, faisant au mieux, et surtout en évitant de trop le bouger, maintenant qu'il est réveillé c'est beaucoup mieux. C'est pas non plus le mieux mais bon, ça le fait, la bassine se remplissant vite de bandages et tout, c'est mieux fait en tout cas, et je suis content de mes soins.

J'observe donc partout ou il faut, et dans la chambre aussi, arrivant a trouver un bout de tissu, a défaut d'une attelle je peux lui mettre le bras en écharpe...

-Commandant ? Je peux vous mettre le bras en écharpe ou pas ? Et j'ai fini avec vos bandages, assez bien fait pour tenir jusqu'à demain après midi je pense. Vous voulez un thé ? De quoi boire ? Ou une soupe... Si j'arrive a en trouver une a cette heure ci.

J'observe ma tenue... J'ai froid mais j'ai totalement oublié de mettre ma chemise en sortant de la salle de bain, j'suis torse nu quoi, mais d'abord je range donc ce que j'ai sorti pour le soigner, le peu qu'il reste après les soins, mettant ma chemise, allant vider la bassine, demandant au réceptionniste un thé, doucement, ce qu'il fait sans trop discuter.

Je lave donc la bassine, la remettant a sa place, allant chercher les thés, donnant une pièce en remerciement, revenant dans la chambre avec les thés, donnant le moins chaud au commandant.

-Tenez, un thé, avant d'aller au lit, il est pas si chaud que ça mais je vous conseille d'attendre encore un peu si vous voulez un truc tiède, qui vous fera pas mal  


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Une rencontre électrisante (With Ada')

MessageSujet: Re: Une rencontre électrisante (With Ada')
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ϟ M.A.J. Électrisante ϟ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: RUES CALMES-