RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 413
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Mar 2 Mai - 8:24

.




J'achevai de déposer ma signature en bas d'une page d'un rapport et faisait claquer le dossier pour le clore. Un bâillement précoce m'échappa. Cela faisait plus de trois heures que la lecture s’enchaînait. Quand bien même les affaires à Central s'étaient calmées, le boulot gardait un rythme constant. Mes yeux pétillaient. À force de lire encore et encore les mêmes mots, je n'en pus plus. Si ça continuait, je savais déjà comment ça allait se finir ; avec une belle impression papier sur la moitié du front !Une pause s'imposait. Le dos au fond de mon dossier, j'étirai mes bras, les épaules lourdes. Un coup d’œil à la montre à gousset posé sur le bureau confirma l'heure avancée de l'après-midi. Comme à chaque fois que ce genre de compte-rendu s'éternisait, je me levai pour aller chercher une gigantesque tasse de café. Mais avant de rejoindre le réfectoire, je devais m'assurer de ne pas avoir la tête d'un éventail. En m'arrêtant dans les toilettes pour hommes, je fis face à mon reflet du miroir. Il n'y avait rien d'étonnant à ce que mes yeux soient bridés, mais ils l'étaient d'avantage, agressés par les innombrables lignes qu'ils avaient observés en long, en large et en travers. Je vins dérider tout cet ensemble qui rassemblait mon visage d'un massage assidu sur les tempes.

Après avoir confronté le réfectoire noir de monde, je retournai dans le bureau sans étouffer ma satisfaction, une tasse brûlante dans la main. Je la posai prestement aux côtés de la pile de dossiers qui n'en finissait pas. Quelque chose me disait que l'on était venu m'en déposer pendant ces quelques minutes d'absence. Énormément de soldats avaient été déployés pour enquêtes et surveillances sur la capitale. L’armée devait s'assurer que les attentats du mois dernier ne puissent pas se reproduire de si tôt. Les rapports s’enchaînaient sans moindre mesure. Et j'étais condamné à ne faire que cela tant qu'on ne me déployait pas sur le terrain. Mais c'était un avantage certain. Ainsi, rien de ce qu'il se passait aux quatre coins de Central City ne pouvait m'échapper. Je gardais un œil sévère sur les faits divers. De cette manière, j'étais à mon aise afin de déployer les moyens nécessaires pour rebondir. Notre équipe avait besoin d'un plan. D'alliés. De sources.

Ainsi, rester cloîtré dans mon bureau restait la plus belle des manières de s'emparer de toutes ces informations. Pour l'instant. Des choses se tramaient dans l'ombre. C'était une certitude.

Je me rassis au moment même où la porte du bureau se faisait gentiment tambouriner de l'extérieur.

« Allons bon, pestai-je. »

Qu'est-ce que ça allait être cette fois ? Des rapports ou des ordres de mission en pagaille ? Quand bien même j'avais listé mentalement tous les avantages à être assis en face de ces maudites piles, j'avais le moral au fond des chaussures.

« Entrez ! »

Deux individus de sexes opposés s’exécutèrent. Le jeune homme me disait vaguement quelque chose. Avec des cheveux blancs, affable et munit d'une montre à gousset qui plus est. Cette description me suffit à me souvenir de qui il s'agissait. Il était rare que des alchimistes d’État portent une description physique proche de celle d'un ishval. De surcroît, cet homme avait su se démarquer par sa personnalité pour le moins unique. Ce que j'ignorais, en revanche, était l'identité de la jeune femme à ses côtés.
Je me relevai aussitôt, restant derrière mon bureau. Il ne faisait aucun doute que le Commandant était venu me rendre un rapport ou faire une demande particulière. Je suppliai mentalement que ce ne soit pas le cas, n'ayant pas encore entamé le café qui débordait de ma tasse. J'étais à deux doigts d'attraper mes gants au fond des poches de mon pantalon pour griller la pièce entière si cela pouvait suffire à se débarrasser de toute cette pagaille ! La seule chose qui m'en empêchait était l'image du Lieutenant Hawkeye et son arme de service pointée sur mon front. Et puis... Dans tous les cas, il aurait fallu tout recommencer.
Mais la venue inopinée de quelques visiteurs me permettait au moins d'entamer une furtive promenade entre les murs du bureau. Je contournai ce dernier pour venir serrer la main de l'alchimiste et de sa compagne. Tout le monde ne s’appelait pas « FullMetal Alchemist ». Si ce dernier se voyait reçu entre ses murs d'un simple regard, ce n'était pas l'attitude à adopter pour tous les autres.

« Greentomb Alchemist, que puis-je pour vous ? »

Heureusement, ma voix ne semblait pas atteinte de la même flemme que mon esprit. En revanche, je délaissai toute autre forme de courtoisie, persuadé qu'il s'agissait d'une demande professionnelle. Allait-on me demander de former une nouvelle recrue ? Je me demandais bien ce que cette jeune civile faisait là. Celle-ci se vit gratifiée d'un sourire. Il ne fallait pas que le boulot vienne entacher mes bonnes manières.

« Mademoiselle. »

Il s'agissait bien là d'une jeune fille, à la voir de plus prêt. Elle semblait avoir l'âge de l’aîné Elric. Mais celui-ci n'était clairement pas une référence physique pour son âge. Aussi, pouvais-je me tromper. Après tout, il était très petit.
Que pouvait-elle faire ici ? S'agissait-il d'une plainte quelconque ? Ceci me paraissait étonnant. C'était la police qui se chargeait de nous transmettre ce genre d'information. Je n'allais pas jouer aux devinettes bien longtemps et rajoutai :

« Qu'est-ce qui vous amène dans le QG de Central, Mademoiselle ? »

Je délaissai la poigne du Commandant pour serrer la main de l'adolescente.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 144
Who am i !

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Mer 3 Mai - 17:53
" Entrez ! "

Alors qu'Adalwen venait d'ouvrir la porte, Nora suffoquait à ses côtés. Elle était passée, le temps de traverser le Quartier Général, par cinquante nuances d'émotions différents, parfois même paradoxale. Elle avait eut envie, tour à tour de rire et de pleurer, de hurler, de fuir et même de courir jusqu'à la porte du bureau qui représentait pour elle son saint Graal.
Et maintenant, oh maintenant... Ses émotions étaient indescriptibles tant elles étaient diverses et puissantes. Dans son ventre hurlait une excitation sans nom, dans son crâne pleurait une peur innommable et son corps était prit de fourmillement et sa mâchoire ne pouvait se desserrer. Elle sentit ses yeux devenir humides mais se retînt. Elle ne devait pas perdre la face.
Son idole était là, à quelques mètres d'elle et... Et il se rapprochait ! Non Nora, ce n'est pas une image que ton cerveau t'envoie pour te faire croire que c'est vrai, c'est la réalité !
Plus grand qu'elle, plus pâle aussi, le colonel Roy Mustang ou Flame Alchemist contourna son bureau pour venir jusqu'à eux. Ses cheveux étaient noirs comme des promesses, ses yeux bien plus bridés que la moyenne. Elle l'avait vu tant de fois dans les journaux qu'elle eut l'impression quelque secondes de connaître déjà son visage par cœur.

" Greentomb Alchemist, que puis-je pour vous ? "

Dit-il tout en serrant la main de l'alchimiste qui accompagnait Nora. La jeune femme jeta un regard furtif sur Adalwen, mais ses yeux bruns ne quittèrent plus le colonel, de peur qu'il ne disparaisse.

" Mademoiselle. "

Nora sentit tous ses membres se tendre. Il lui parlait, à elle. elle eut une envie subite de baisser les yeux, mais se retint de le faire. Elle devait faire preuve d'un minimum de fierté, si elle voulait ne pas avoir l'air ridicule devant lui. Peut-être trouverait-il son regard insistant ? bon dieu ma vielle, arrête de te poser des questions !

" Qu'est-ce qui vous amène dans le QG de Central, Mademoiselle ? "


Et il lui tendit la main. Elle resta coi un instant, embêté, la bouche ouverte. Elle avait voulu dire quelques chose, mais ses mots s'étaient étouffés dans sa gorge. Alors elle s'empressa de lui serrer la main, de sa poigne forte qu'elle ne contrôlait pas du tout. Elle savait qu'elle devait parler, son corps tout entier lui criait. Mais elle avait peur de ne pas avoir un bon débit, de buter sur les mots...
Mais il fallait se lancer bon dieu !

" B-Bonjour... Monsieur... Mustang... Je m'appelle Nora souames, enchantée, je viens du Sud ! Je suis sincèrement navrée de vous dérangez mais c'est que vous voyez... Adalwen - si je puis l’appeler par son prénom - me devait un service et il a gentiment accepter de me mener à vous... N'ayez crainte ! Je ne suis pas là pour une affaire urgente seulement que... Je vous admire un peu... Beaucoup même ah ah ! Du coup, j'espère que vous comprenez mon malaise ! Ce serait dommage sinon, je veux dire, j'aurais l'air un peu idiote ! Oh ! Et j'espère que l'on ne vous dérange pas... C'est vrai que ce n'est pas polie de venir ainsi dans votre bureau en plein milieu de la journée... Il aurait peut-être mieux valu vous contactez avant non ?... Je m'égare un peu là... Non ?... Ne répondez pas, je vais me sentir mal après... enfin je ne veux pas vous commander du tout !... "

Elle avait parler à une vitesse record, sûrement 3000 mots minutes... Peut-être plus, en variant les tons. Fort, faible... Réglée comme une radio.
Elle se rendit vite compte d'à quel point elle assaillait de paroles l'alchimiste d'état, qu'il avait sûrement était dur pour lui de tout suivre. Elle se sentit alors soudainement plus confuse que précédemment, mal à l'aise, elle se rétracta totalement, perdant sûrement son éclat d'énergie pour ne devenir qu'un concentré pitoyable.
Elle lâcha dans ce qui s'apparentait plus à un couinement qu'à une réelle parole :

"... Pardon ! "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 143
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Mer 3 Mai - 21:31
Le déplacement au fil des couloirs du quartier s’était écoulé dans un déconcertant silence ponctué par les troubles émotifs de la jeune femme. Il gardait sa tête haute et son sourire habituel, tandis qu’il saluait poliment les plus hauts gradés qu’il croisa. Il se demandait bien ce qui l,avait poussé à vouloir la guider jusqu’au bureau de cet homme au tempérament enflammé, outre le jeu de mot. Le Flame Alchemist était son supérieur et un homme qui l’intimidait par son regard qui lui semblait sévère.  Il n’était jamais entré dans le bureau de cet homme, mais, il n'avait plus le choix.

Encore une fois, son désir d’aider l’entraînait vers des situations qui l’éloignaient de son confort habituel. Bien qu’il devait porter un rapport, il n'avait pas prévu rester longuement par soucis d’importuner ses collègues de sa simple présence. Sa rencontre avec la jeune Nora était un contre temps, mais la gentillesse de celle-ci l’avait poussé à lui faire la faveur de rencontrer son idole. Elle avait la chance qu’il soit aussi dévoué à tenir ses demandes, puisque autrement il se serait rapidement éclipsé.

Il se sentait nettement plus à l’aise dans le quartier général de South City , puisque celui-ci ne lui rappelait pas l’époque ou il avait travaillé à Central, juste avant qu’il soit amené sur le champ de bataille.  Il ne voulait pas repenser à cette époque ou il était confondu avec son frère jumeau. Le jeune homme n'avait pas besoin de se torturer mentalement, puisqu’il était déjà gêné à l’idée de faire signer son rapport par un supérieur. Il était si bête qu’il soit incapable d’écrire.

Une fois devant la porte, malgré un calme apparent, il toqua poliment à la porte. Au vu de l’heure, celui-ci devait être occupé à rédiger beaucoup de paperasse et il lui jetterait surement un regard noir. Il s'attendait vraiment à subir un mauvais quart d’heure une fois que nora partirait du quartier général avec un sourire satisfait. Au moins, se disait-il, il avait un testament prêt dans le bureau de son notaire. Bien sur, il préférerait que cette rencontre se finisse pacifiquement, mais il n’était pas du tout à l’aise à la simple idée d'affronter un alchimiste réputé pour son mauvais caractère.

Entrez!

Sa voix autoritaire et formelle était comme une flamme lancée vers la porte. Il conserva son sourire, tout en ouvrant la porte pour faire entrer Nora qui avait des yeux qui pétillaient.  Au moins, il n'avait pas fait cela pour rien, même si le pire restait à venir.  Les choses iraient peut-être bien pour lui, mais depuis que cet assaillant nocturne l'avait grièvement blessé, il se montrait méfiant. Il en avait assez de fuir, alors il se dressait face à ses peurs et cachait ses émotions.

Le Flame Alchemist Roy Mustang s'approchait de leur duo avec un air habituel pour respecter l’étiquette. Il ne saurait dire ce que cet homme pensait réellement mais quelque chose chez lui l’intimidait. Il chassait ses scénarios catastrophiques de son esprit, tandis que celui-ci lui serra la main droite. La douleur électrisante, il la chassait derrière son calme apparent. Sa propre poigne était bien faible comparée à son habituelle, mais il était blessé.

-Greentomb Alchemist, que puis-je pour vous?

Avant qu’il n’ait pu dire le moindre mot, son supérieur avait tourné son attention vers la jeune Nora qui était particulièrement fébrile. Il fallait dire que l'alchimiste végétal avait contribué à réaliser le rêve d’une demoiselle hésitante. Cette réussite en tête lui permettait de ne pas céder à cette légère angoisse qui l’assaillait.  La timidité du jeune homme était accentuée par cette peur qui le pourchassait depuis le 5 Novembre.  Il n’était pas aussi invulnérable qu’il aurait voulu le penser et la perspective qu’il devienne un obstacle pour le pays le terrorisait.

Le colonel lui lâcha finalement la main qui retourna reposer contre son flanc. Il observait la situation sans un mot avec son expression habituelle. Son incapacité à communiquer efficacement ce qu'il ressentait l’avait aidé dans bien des contextes.  Cette particularité lui avait également valu une réputation.

-Mademoiselle.

Toujours de cette grande formalité teinté de la convivialité minimale requise pour un homme de son grade, il alla également serrer la main de la jeune mademoiselle Souames tout en la gratifiant d’un sourire. Elle devait sans doute être sur un petit nuage en cet instant. Le colonel devait sans doute penser qu’elle était une recrue potentielle ou quelque chose du genre. Il attendait le bon instant pour lui remettre le rapport détaillé sur les attaques perpétrées sur sa personne.

-Qu’est-ce qui vous amène dans le QG de Central, mademoiselle?

Manifestement , Nora serrait très fort de la main, et cela, Adalwen se disait que ce devait être en raison de la tension qu'elle ressentait. La demoiselle était nerveuse et cela se voyait avec une grande clarté, surtout pour Greentomb l’observateur.

-B-Bonjour... Monsieur... Mustang... Je m'appelle Nora souames, enchantée, je viens du Sud ! Je suis sincèrement navrée de vous dérangez mais c'est que vous voyez... Adalwen - si je puis l’appeler par son prénom - me devait un service et il a gentiment accepter de me mener à vous...

Nora venait donc du Sud tout comme lui. Cela le surprit, mais lorsqu'il l’entendit l'appeler par son prénom, son visage se teinta de rouge. La gêne était l’une de ces rares émotions sur lesquelles il n'avait pas le contrôle. En réaction , il se frotta l'arrière du crâne de sa main gauche. Il était extrêmement flatté par la familiarité dont celle-ci avait fait preuve et il le dissimulait terriblement mal. Quoique extrêmement mal pour lui se traduisait pas quelques tics et des joues rougissantes.  Il n’était pas du genre à refuser les demandes d’une personne qui l’aidait . Il ignorait si cela pouvait prendre le nom de gentillesse ou simple formalité.

-N'ayez crainte ! Je ne suis pas là pour une affaire urgente seulement que... Je vous admire un peu... Beaucoup même ah ah ! Du coup, j'espère que vous comprenez mon malaise ! Ce serait dommage sinon, je veux dire, j'aurais l'air un peu idiote ! Oh ! Et j'espère que l'on ne vous dérange pas... C'est vrai que ce n'est pas polie de venir ainsi dans votre bureau en plein milieu de la journée...

Adalwen se disait mentalement que la politesse n'avait aucun lien avec leur visite inopinée au sein du bureau de cet homme envahi de paperasses en tout genre. En fait, leur présence devait surement servir de prétexte à cet intimidant alchimiste pour faire une pause. Il était conscient de l'ennui que ces papiers pouvaient engendrer. Il savait déjà qu’il y en aurait une lorsqu’il ne serait plus en congé.

-Il aurait peut-être mieux valu vous contactez avant non ?... Je m'égare un peu là... Non ?... Ne répondez pas, je vais me sentir mal après... enfin je ne veux pas vous commander du tout !...

La demoiselle bredouillait et s’exprimait à une si grande vitesse que l’Alchimiste peinait à la suivre dans son discours.  Étais-ce ainsi qu’une grande gêne devait se manifester chez les personnes normalement capables de s’extérioriser?  Il n’avait vécu la situation de cette jeune adolescente alors il prenait des notes mentales. le jeune homme cherchait à manifester ce qu’il ressentait, mais il en était incapable. C’était ainsi depuis la guerre.

Elle avait perdu son énergie qui s’était mué en grande confusion . Tout cela en l’espace d'un clignement d’oeil. Adalwen était particulièrement surpris de cette réaction soudaine. Nora, tel un chien aux oreilles basses couina calmement . Elle avait honte de ce qu'elle avait dit et cela se sentait à plein nez.

-Pardon !

Il se racla la gorge d’un coup, silencieusement. Puis que le silence régnait à présent dans la pièce, il allait clarifier la raison pour justifier sa présence en un tel endroit.  Cet espace de temps ou il avait conservé le silence avait reposé sa mâchoire douloureuse, mais il devrait raviver la douleur au nom de ce protocole qu’il s’imposait lui-même. Il sortit finalement le document qu’il gardait contre lui. Bien qu’il était légèrement froissé suite à son malaise, il était évident qu’il s'agissait d’un rapport militaire.

Avec un respect évident, il s’inclina légèrement tout en tendant son document vers son supérieur.  Il apréhendait déjà le mécontentement de cet homme, mais il n’avait pas le choix de le lui remettre. Son bras droit tremblait légèrement en raison de la douleur et de la peur qu’il ressentait. Adalwen ne devait pas céder maintenant à ses émotions, tandis qu’il conservait ce sourire qui lui était si caractéristique.

-Colonel Roy Mustang, voici un rapport détaillé sur l’incident nocturne du 5 Novembre. En raison des circonstances de cet incident, je n’ai pu signer moi-même ce document rédigé par l’un de mes collègues de South City. Ce document n’est pas prioritaire, mais il contient une description de ce tueur de militaires qui sévit dernièrement.

Il se releva ensuite et croisa le regard de cet homme. Sans en être arrogant, il montrait sa détermination. Il n'aimait pas du tout cette situation, mais il ne se laisserait pas être écrasé encore une fois par de ses semblables. S’il voulait apprendre à foncer peu importe ce qui se dressait devant lui il devait impérativement faire face à ses supérieurs.

-Je suis conscient que le fait d'amener de simples civiles au sein de votre bureau ne respecte pas notre éthique de travail, mais je tiens toujours les accords que je fais.  Si mon acte amène une sanction quelconque, je suis prêt à m'en acquitter.  Mademoiselle Souames m’a gentiment escorté jusque devant ce bâtiment alors la moindre des choses était de réaliser son rêve.

Il se tenait droit comme un piquet, malgré un léger tremblement qui traduisait son malaise. Les colères du colonel étaient bien connues au sein de l’Armée et il n'avait pas du tout envie de les subir.  Maintenant qu’il n’avait plus d’issue pour se sortir de cette affaire, il se montrait franc. Il attendait la réaction de cet homme avec une nervosité dissimulée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 413
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Ven 5 Mai - 13:13

.




Ça, pour un coup de vent, cette jeune femme en était un ! Elle parla si vite qu'il fallait au préalable reformuler mentalement les phrases avec les mots clés pour bien comprendre tout ce qu'elle disait. Mais quand bien même elle fut rapide, il ne fut pas compliqué de savoir ce qui l'amenait ici. D'abord hagard, un sourire vint dérider mon visage. Allons, ça n'avait rien d'un attentat que de recevoir des personnes qui nous admire. Mais l'adolescente semblait peu convaincue de son effet et elle s'excusa prestement. Le silence retombant de manière brusque, l'alchimiste d’État qui accompagnait mademoiselle Souames me remit un dossier. Encore un ! Et dire que cette conversation commençait si bien... Greentomb se redressa. Je recollai mon masque en m'emparant de la pochette et l'ouvris dans la première attention d'examiner son contenu. Aussitôt, mon vis-à-vis répliqua :

« Je suis conscient que le fait d'amener de simples civiles au sein de votre bureau ne respecte pas notre éthique de travail, mais je tiens toujours les accords que je fais.  Si mon acte amène une sanction quelconque, je suis prêt à m'en acquitter.  Mademoiselle Souames m’a gentiment escorté jusque devant ce bâtiment alors la moindre des choses était de réaliser son rêve. »

Je l'écoutai attentivement, les gestes en suspens. J'observai les mains du Greentomb Alchemist. Elles tremblaient légèrement. Le début était justifié. Mais je ne tiquai pas quant à son ton sur la défensive. Avais-je donc la réputation de réprimander les gens de la sorte ? Après tout, c'était peut-être le cas suite à tous les événements du mois dernier. Quand bien même il était peu prudent d'emmener un civil au sein du Q.G, je me voyais mal l’envoyer paître. Ceci ne ferait que briser ma réputation.

« Le Colonel Mustang envoie ses admiratrices au tapis ! »

Le Commandant, de par ses gestes et sa position m'assurait déjà que c'était presque le cas. J'ignorais avoir laissé une marque telle que celle-ci. Moi qui me pensais plus sympa que ça. Sauf s'il cachait éventuellement d'autres dossiers sous son manteau... Auquel cas, l'ironie frôlerait la réalité. De plus, son sourire constant m'agaçait déjà.
Je refermai le dossier et me tournai vers la jeune fille. L'idée n'était pas de snober consciemment cet homme, mais plutôt de commencer par respecter l'ordre dans lequel on s'adresse à des individus. Les femmes devaient toujours être les premières :

« C'est un plaisir de faire votre connaissance, mademoiselle. Ne vous excusez pas, vous n'avez pas été inconvenante. Mais comme l'a souligné le Commandant, l'accès aux civils est interdit dans ces lieux sans motif valable. »

« Ça me va bien, comme motif. Intrusion civile pour détachement à la paperasse. »

Mais, il ne manquerait plus que les collègues la croisent dans les couloirs pour ternir un peu plus mon image. Certains ne demandaient que ça. Venestraale était l’exception qui confirmait la règle ces derniers temps. Mais n'étant qu'une enfant, sœur d'un alchimiste d’État de surcroît, la petite avait la chance de pouvoir déroger à la loi. Mais le fait qu'elle soit une chimère était ma principale motivation quant à garder un œil sur elle. Enfin, elle était discrète.
J'esquissai un sourire bienvenu et contournai de nouveau le bureau pour m'asseoir. Le dossier au-dessus des autres, je rajoutai :

« Je jette un coup d’œil à ça et ensuite, que diriez-vous d'aller converser dehors ? J'ai comme l'impression que vous avez beaucoup de choses à dire. Êtes-vous une fervente alchimiste ? »

Il n'était pas dur de percevoir les sceaux qui assombrissaient ses paumes et le dos de chaque main.
Oh, je n'étais pas sans savoir que beaucoup de jeunes femmes portaient de l'admiration pour ma personne autrement que pour l'alchimie que je pratiquais. C'était rarement le sujet de conversation avec les demoiselles.  Mais cette dernière était fascinante étant donné que Berthold Hawkeye avait enterré son secret. Le Lieutenant n'avait plus le symbole dans son dos qui permettait de l'apprendre. Je restais le seul à pouvoir le faire. Et si l'envie me prenait un jour, alors je mourrai d'une balle dans la tête.

Je cachai à peine la fierté qui me guettait. Mon ultime défaut était sans doute celui-ci ; si d'apparence je n'étais pas arrogant...
Je toussai.
...J'appréciais qu'on souligne mes qualités.

J'attendais la réponse de l'adolescente avant de baisser les yeux sur le rapport du Commandant Nito. L'idée n'était pas de le lire en entier tout de suite, mais de se faire une impression sur le sujet. Depuis que j'étais passé Colonel, je comprenais l'ampleur de la tâche. Le nombre d'hommes qu'il fallait gérer était faramineux pour un seul supérieur. Mais le défi était relevable. Ceci demandait tout de même d'avoir un œil sur chaque actualité du moment pour se visualiser le contexte.
En lisant le premier paragraphe, je me rappelai tout de suite de quoi il s'agissait. Le Commandant avait été la cible d'un tueur récidiviste de militaires. Je relevai les yeux sur ce dernier. J'allai chercher la dernière page. En vue du rapide résumé de ses blessures, je compris alors ce sourire pénible sur ses lèvres. D'une certaine manière, cela me rassurait. Il était ainsi, car il n'avait pas le choix. Mais bon dieu, à quoi était-il drogué pour parvenir à parler ?
En jetant un furtif coup d’œil à la civile sur les lieux, je songeai au fait que ce n'était pas le moment de revenir sur cette attaque. Cette histoire était apparue dans le journal, mais tout de même :

« Ce rapport est important, Commandant. Nous allons pouvoir mettre la main dessus, à présent. »

Je le refermai aussitôt, tout en me levant. C'est tout ce que je dirais devant la mademoiselle. L'idée était de préserver l'utopie d'une force militaire efficace et solide. J'attrapai mon manteau :

« Allons-y. Ce sera beaucoup moins rudimentaire pour parler. »

Armé de mon plus beau sourire, je me tenais entre le Greentomb Alchemist et la jeune femme. Nous refermâmes le bureau dans notre dos et traversâmes de nouveau les longs et sinueux couloirs du Q.G. Arrivé au-dehors, mon manteau passa de sous mon coude à mes épaules en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Novembre était un mois dont je me passerais bien. Il faisait froid et il pleuvait tout le temps !
J'inspirai, les mains dans les poches. La compagnie de ses personnes n'était en rien gênante, mais à présent que nous avions quittés le Q.G, j'étais nettement plus à l'aise. Et comme je n'étais pas du genre à envoyer balader quiconque (surtout pas lorsqu'il s'agissait de me dépêtrer des dossiers en tout genre), nous restâmes devant le portail en attente d'un lieu plus adéquat à notre conversation.
Je me tournai, tout sourire vers Nora Souames :

« Qu'est-ce que je vous offre à boire, Mademoiselle ? »

Avec le Greentomb Alchemist, la demoiselle était très bien entourée aujourd'hui. J'imaginais déjà le faciès blasé du Lieutenant lorsque je devrais justifier mon retard journalier. Un petit sourire au coin des lèvres ne me quittait pas.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 144
Who am i !

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Ven 5 Mai - 20:21

— Deux alchimistes face à l'énergie pure —


Nora avait garder les yeux rivés sur le sol. Elle n'avait pas prit la peine d'observer la réactions des deux militaires, bien trop honteuse. Si son père avait été là, il l'aurait sûrement sermonner, aurait eut honte d'elle, elle imaginait avec aisance ce qu'il lui aurait dit : " Ma fille, exprime toi moins vite, ne l'assaille pas, un peu de respect que diable ! C'est le Flame Alchemist tout de même ! "
Elle grimaça.
Adalwen prit la parole, d'une certaine manière, il la défendit. Rien que cela fit relever la tête à la jeune femme qui observa circonspecte l'alchimiste des plantes, l'homme tendit au colonel un dossier, elle s'abstint de commenter. Ce n'était pas ses affaires et même si sa curiosité était immense elle préféra se taire. doucement, le beau colonel ouvrit le dossier, ses yeux parcoururent rapidement quelques lignes avant qu'il ne le referme pour poser son regard sur la jeune femme.
Tout son corps se tendit.

" C'est un plaisir de faire votre connaissance, mademoiselle. Ne vous excusez pas, vous n'avez pas été inconvenante. Mais comme l'a souligné le Commandant, l'accès aux civils est interdit dans ces lieux sans motif valable. "

Elle baissa de nouveau la tête, se mordit la lèvres, ne sachant pas trop comment réagir. Avait-elle mit Adalwen dans l’embarras ? Très certainement.
L'alchimiste brun alla de nouveau s'asseoir sur son bureau sans que Nora ne l'ai remarquer.

" Je jette un coup d’œil à ça et ensuite, que diriez-vous d'aller converser dehors ? J'ai comme l'impression que vous avez beaucoup de choses à dire. Êtes-vous une fervente alchimiste ? "

Elle releva brutalement la tête, instinctivement, elle cacha ses mains dans son dos, comme si elle en fut honteuse. Mais ce n'était pas cela, elle était simplement surprise que Mustang ait put le voir, le remarquer... Et surtout, s'y intéresser. Elle hésita, ne sachant pas trop par où commencer, puis elle répondit d'une voix bien plus hésitante et faible que la première fois.

" Je... J-je veux bien que nous allions... Dehors. Et... Hm... Oui, je suis alchimiste... Fervente, je ne sais p-pas en revanche... Ah ah... "


Elle sourit, gênée. Le colonel ne devait certainement pas le voir, les yeux rivés sur le dossier. Alors, elle attendit simplement.

" Ce rapport est important, Commandant. Nous allons pouvoir mettre la main dessus, à présent. "

La jeune femme arqua les sourcils, son regard passa du commandant au colonel et du colonel au commandant. Un criminel, c'était d'un criminel dont il parlait. Assurément. Cet évocation lui fit brutalement penser à Rowan, un léger sentiment d'angoisse murit dans son ventre. Devait-elle mettre cela sur la table ? Elle n'en eut de toute façon pas le temps.
Le colonel se leva, saisissant son manteau.

"  Allons-y. Ce sera beaucoup moins rudimentaire pour parler. "


Il sourit de nouveau, Nora ne sut pas trop où se mettre. Elle se contenta alors de rester silencieuse et de suivre docilement les deux hommes tandis que l'on refermait derrière eux le bureau. Ils s'engagèrent dans les couloirs, longs couloirs, lumineux mais d'une certaine façon, étouffant. Ils arrivèrent dehors, le colonel mit son manteau correctement, la jeune femme leva les yeux sur elle et un léger sourire fier arriva sur son visage.
Vêtue très peu chaudement, elle n'avait pas froid, vrai radiateur ambulant. Le tresse l'avait même faite transpirer, mais de manières imperceptibles. Puis son opulente chevelure conservait la chaleur.
L'alchimiste se tourna alors vers elle et lui tenu ce langage :

" Qu'est-ce que je vous offre à boire, Mademoiselle ?
- M-M'offrir à boire ?... "

Nora blêmit. Elle n'osait... C'était trop... Elle ne pouvait pas...

" Je... Hm... Un chocolat ? Si cela ne vous dérange pas, évidemment ! "

Elle lui offrit un sourire un peu plus assuré. Finalement, agir sans réfléchir était parfois plus agréable que de se poser trop de question. Elle jeta un léger regard à Adalwen et se massa le derrière de la tête avant de s'étirer en levant les bras.
Elle se tourna vers l'alchimiste aux cheveux noirs, puis pencha un peu la tête sur le côté.

" Dîtes, cela ne vous dérange pas si je vous pose beaucoup de question sans réel rapport les unes entre les autres ? Vous savez, mon esprit est parfois... Désorganisé... Et je suis vraiment, vraiment, admirative de... Votre alchimie. En fait. La mienne est bien loin d'égaler la votre et... Hm... Voilà ! "

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 143
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Ven 5 Mai - 23:12
Avant que Greentomb ait pu répliquer quoi que ce soit, il était extrait de ses pensées broussailleuses par un commentaire du Colonel quant à son dossier. Il était vrai qu’une page du rapport étalait les blessures nombreuses qu’il avait subi et qui le faisaient toujours souffrir d’ailleurs. Il était conscient que de retirer ces agaçants fils qui l'empêchaient de s'exprimer n’était sans doute pas la meilleure des idées, mais cela n’aurait pas de grandes conséquences, non?  De toute manière il faisait attention à ce qu’il mangeait pour ne pas brusquer son cas. S’il n'avait pas à parler, il restait silencieux et cela le reposait.

-Ce rapport est important, Commandant. Nous allons pouvoir mettre la main dessus à présent.

Il avait donc réellement pu être utile en subissant autant de dégâts. Pour une fois qu’une action qu’il faisait pourrait conduire à l'arrestation d’un criminel. Les civils qu'il tentait tant de protéger le verraient-il autrement qu'en tant que plaie? Il aurait fait n’importe quoi pour ne plus avoir cette réputation qui lui collait à la peau.  Il voyait que son supérieur n'insisterait pas plus sur la question, tandis qu’il se dirigeait vers la porte. Manifestement, Adalwen avait manqué un bout de la conversation, mais il ferait comme s’il avait été attentif.

Lorsque le Colonel enfila un manteau, il fit le lien mentalement. Celui-ci en avait marre de sa paperasse donc utiliserait la demoiselle comme excuse pour prendre une longue pause. Le coup était rusé et bien pensé. Cela ne paraissait pas , mais Adalwen avait déjà vu de ses collègues user de cette tactique pour lui refiler leurs paperasses.

-Allons-y. Ce sera beaucoup moins rudimentaire pour parler.

Roy Mustang souriait poliment tout en se plaçant entre lui et la jeune demoiselle Souames qui était tiraillée entre une admiration et une angoisse.  Elle les suivait docilement ne sachant quoi dire, de manière visible. Il n’y avait pas de doutes pour Adalwen que de nombreuses pensées venaient troubler son esprit juvénile. Lui-même profitait du silence pour reposer sa mâchoire qui le torturait au moindre mouvement.  Il avait beau avoir une grande capacité face à la douleur, il fallait être fou pour croire que sa mâchoire ne lui faisait rien.

Les couloirs se succédaient et il se sentait mal à l’aise. Il ne s’était pas attendu à sortir en ville en compagnie d’une telle célébrité. Il ne lui restait qu’à ne pas faire un malaise et tout irait relativement bien. Une fois à l'air libre, il frissonna d’un coup. Greentomb trouva que l’air s’était refroidi depuis qu’il était entré dans le bâtiment.

Le colonel avait enfilé un manteau qui lui sembla plus chaud que son simple uniforme. Lorsqu’il se tourna vers Nora, il  constata que celle-ci n'avait pas chaud malgré des habits plus légers que les siens. Il enviait un peu sa résistance au froid, mais il ne voulait pas montrer qu’il avait froid. Greentomb avait tout de même un résidu de sa fierté propre mal-placée. La chair presque cicatrisée de son visage n’aimait pas du tout le froid.

L’homme aux cheveux de couleur complètement opposé aux siens se tourna vers Nora avec un sourire courtois. Il lui ferait une demande, cela était évident. Étais-ce ainsi que le Flame Alchemist agissait avec toutes ses fans?  Le maître des plantes n'en avait aucune idée, et il n’insisterait pas là dessus.

-Qu'est-ce que je vous offre à boire, Mademoiselle ?

L’alchimiste civile blêmit tout en bredouillant sa réponse d’un ton gêné. Elle était véritablement une admiratrice de celui qui se tenait avec eux. Surprenamment, le colonel ne l’avait pas fusillé du regard. Mais celui-ci lui faisait vraiment penser à sa Li Pingping et celle-ci, outre son caractère belliqueux, avait le même regard que lui. Il avait peut-être eu peur pour rien.

-" Je... Hm... Un chocolat ? Si cela ne vous dérange pas, évidemment ! "

Greentomb se paierait lui-même son breuvage avec les sous de sa dernière solde. Il trouvait assez marrant le fait que Nora demande si elle dérangeait le colonel par sa demande de breuvage. Celui-ci lui avait bien offert de payer son breuvage. Il n'aurait pas fait cela s’il n'en avait pas eu envie! Mais il garderait sa réflexion pour lui-même tandis qu’il observait la jeune femme.

Il était sans doute de trop dans cette situation, mais cela n’était pas poli de partir comme cela. le pâle alchimiste prendrait un coup et irait appeler son fils pour lui annoncer qu’il irait le voir. Il avait tellement hâte de le revoir. Sans les bandages qui immobilisait sa mâchoire, il n’inquièterait plus son fils.  Il aurait fait n'importe quoi pour voir le sourire sur le visage de son petit Taniel.

Nora jeta un rapide regard sur lui avant de se frotter l’arrière de la tête d’une main.  Elle s’étira ensuite en levant les bras, comme pour évacuer le surplus de stress. le sourire de celle-ci devenait de plus en plus assuré tandis qu’ils avançaient vers un pub banal de coin de rue. N'ayant pour l’instant rien d'autre à faire que d’observer les mouvements de la boule d’énergie près de lui, il conservait le silence.

Au bout de quelques pas, celle-ci se tourna vers l’alchimiste aux cheveux noirs  avant de pencher un peu sa tête vers le côté. Elle lui faisait penser à un petit chiot sur le point de dévorer un os en friandise. Elle était moins mal à l’aise.  Juste au vu de sa posture, il était évident qu'elle comptait tirer le meilleur de sa rencontre avec son idole.

-" Dîtes, cela ne vous dérange pas si je vous pose beaucoup de question sans réel rapport les unes entre les autres ? Vous savez, mon esprit est parfois... Désorganisé... Et je suis vraiment, vraiment, admirative de... Votre alchimie. En fait. La mienne est bien loin d'égaler la votre et... Hm... Voilà ! "

Tout comme il l’avait prédit. Nora bombardait le Colonel de questions. Tant mieux pour elle, si elle était sur un petit nuage. Lui-même frissonna d’un coup , tout en cherchant une entrée de son  oeil droit. Il mis finalement la main sur la poignée qu’il poussa d’un mouvement légèrement trop brusque. Il connaissait l'endroit pour y avoir déjà rédigé quelques documents dans le cadre de ses recherches.  C’était un pub assez bruyant lorsque venait le soir, mais il était ouvert pour les mineurs.

Il entra, sans un mot , puis tint la porte calmement. de son pied, il empêchait la porte de se refermer tandis qu’il faisait un signe de la main au propriétaire pour avoir une table pour trois. Instinctivement, il avait utilisé sa main droite et le simple léger mouvement de ses doigts le fit blêmir. Tant que sa mâchoire restait immobile, elle ne le faisait pas souffrir.  Il reposa  bien rapidement sa main contre son flanc, tout en essayant de chasser la douleur électrisante.

Greentomb prit une grande inspiration avant de refermer la porte derrière ses deux ‘’camarades’’. La courtoisie lui imposait de jouer au portier et maintenant bien au chaud dans un bâtiment, il ne grelottait plus.  Il marcha jusqu’à la table qui leur était attribuée et il se posa au bord de la fenêtre, conservant son uniforme complet attaché jusqu’au col.  Les banquettes étaient confortables, beaucoup plus que le lit d’hôpital où il avait dormi ces dernières nuits du moins.

Lorsque la serveuse arriva, il pointa un thé sur le menu. Il avait besoin d’une boisson chaude pour réchauffer son corps congelé. Le thé avait l'avantage de faire digne et de ne pas lui couter trop cher. Ce n’était pas qu’il était radin, mais il avait tout dépensé sur un cadeau de fête pour son fils et mis le reste de côté pour acheter un véritable chez-lui.

-Cet endroit est calme. Vous pourrez discuter tranquillement.  Désolé si je ne suis pas trop bavard, Colonel, mademoiselle Souames, mais  je crois que cette discussion est plus entre vous deux, si je ne me trompe pas.  Erh…

Il était extrêmement mal à l’aise et cela se traduisait dans le ton de sa voix. De plus, il résistait de moins en moins à la douleur. Il avait trop ambitionné sur son endurance et il en subissait les contrecoups. Son avant-bras droit tremblait légèrement à cause de la douleur. Vraisemblablement, il n'était pas du tout dans son élément et le dissimulait mal, malgré son visage impassible.

-Si vous n'avez plus besoin de moi, je …  termine mon thé et je  … vais faire un appel. Mon...fils doit avoir de mes nouvelles.

Il l’avait dit à haute voix. Il tenait à sa franchise exceptionnelle. S’il ne pouvait être reconnu positivement, il tenait à être honnête.  Bien qu’il éprouvait de la difficulté à exprimer clairement ses pensées face à des gens qu’il conaissait peu, et surtout, face à des figures plus hautes gradées que lui. Ses joues se teintaient un tantinet de rouge, même si la douleur diminuait sa coloration.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 413
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Dim 7 Mai - 13:35

.




Comme je m'en doutais légèrement, l'adolescente resta pantoise avant de répondre. C'était normal, mais en même temps je nous imaginais difficilement rester devant le portail du Q.G pour entretenir une conversation, encore moins si elle se trouvait anodine. Mais la jeune femme n'avait pas finit de m'étonner...
Avant cela, j'énumérais mentalement les avantages à sortir de mon bureau en plein travail. D'un certain point de vue, cela permettait d'aller faire le tour du centre-ville, rendre compte de ce qu'il se passait. Et puis l'alchimiste Greentomb était là. Quel pouvait être le risque d'être vu en leur compagnie ?
Nous entamâmes la marche, boursouflée d'un silence agréable à mon sens. La jeune femme sembla apprécier d'être au-dehors des murs de la caserne. En revanche, le Commandant semblait prêt à imploser. D'une certaine manière, cela pouvait se comprendre. Mais je n'entretenais aucune forme de compassion étant donné que c'était lui qui était venu dans mon bureau avec cette jeune civile. Il allait devoir endurer cette promenade. Je ne pouvais me douter qu'il souffrait. Pour moi, cela parut logique. S'il était sortit de l’hôpital, alors il se portait bien ?
Quoi que, à bien y penser...

« Dîtes, cela ne vous dérange pas si je vous pose beaucoup de question sans réel rapport les unes entre les autres ? Vous savez, mon esprit est parfois... Désorganisé... Et je suis vraiment, vraiment, admirative de... Votre alchimie. En fait. La mienne est bien loin d'égaler la votre et... Hm... Voilà ! »

Ah ! Une passionnée d'alchimie. Je fus curieux de savoir quelle était sa spécialité.  Mais je n'allais pas mettre les yeux sur ses mains pour décrire les sceaux qui y étaient dessinés. Je me tournai vers elle et répondis doucement :

« Ça ne me pose pas de problème, Mademoiselle. D'ailleurs, quel est votre nom ? En général, les alchimistes de renom font parler d'eux. Comment vous êtes vous initiez à l'alchimie ? Vos parents, peut-être ? »

Voilà que c'était moi qui posais les questions. C'était très intéressant de rencontrer des collègues. Féminins ou masculins, ceci n'avait guère d’intérêt tant que le niveau était visible. J'aimais faire la découverte de potentiels. Le FullMetal en était le principal exemple. Après tout, il ne faut pas se leurrer. Bien avant d'avoir le désir de lui porter de l'aide, nous y étions allés à l'époque, car nous avions entendus parler d'un alchimiste compétent. Les années faisants, c'est en apprenant à le connaître que l'aider devenait une idée. Une idée qui s'était transformé en évidence. Ce n'était que des enfants. Malgré son potentiel énorme, il ne fallait pas oublier ça. Mais il avait choisi une voie qui faisait perdre tout crédit à son jeune âge. J'avais été le premier à le mettre en garde. Mais Edward et Alphonse n'avaient de toute manière plus d'enfance à rattraper. Ils grandissaient vite. Et dans leurs têtes, c'étaient des adultes. Mais je m'égarais...
Aujourd'hui, plus que tout temps, l'armée avait besoin de nouveaux éléments. Mais avant tout, nous rentrâmes dans le bar que Greentomb nous choisit. Il nous garda la porte ouverte et nous nous y enfilâmes d'un mouvement.
Nous nous installâmes au chaud, sur une table indiquée par une serveuse. Cette dernière ne dérogea pas à la règle et se vit attribuer d'un charmant sourire. J'étais dans mon élément. A contrario de mon collègue. Ce dernier donnait vivement la sensation de vouloir se planquer sous la table pour n'en ressortir qu'à la fermeture.
Je commandai un chocolat pour la demoiselle et attendis que le Commandant donne sa suite. Ce n'est que lorsque que la serveuse revint avec les tasses brûlantes que je choisissais un café. Celui que j'avais laissé dans mon bureau manquait terriblement à mon estomac.

« Cet endroit est calme. Vous pourrez discuter tranquillement.  Désolé si je ne suis pas trop bavard, Colonel, mademoiselle Souames, mais  je crois que cette discussion est plus entre vous deux, si je ne me trompe pas.  Erh… »

Ah-ah. S'il pensait se défiler celui-là. En quoi cette conversation était exclusivement entre la jeune femme et moi ? Nous allions certainement parler d'alchimie. Le Commandant n'était pas sans reste. Et il fallait que je le garde sous la main pour reprendre son rapport, resté au-dessus de la pile des autres.
Je n'étais pas rancunier, surtout pas lorsqu’il s'agissait de me dépêtrer de la paperasse. Mais je fus curieux d'une chose. J'esquissai un sourire, les mains liées contre la table. Pour qu'il lui rende un tel service, dérogeant à la loi de ne pas amener de civils dans un lieu privé par l'armée, c'est que la raison devait être très importante ! Cette jeune femme avait peut-être sauvé la vie d'un alchimiste d’État ?
Ce dernier rajouta :

« -Si vous n'avez plus besoin de moi, je …  termine mon thé et je  … vais faire un appel. Mon...fils doit avoir de mes nouvelles. »

Un petit sourire m'échappa avant que qu'il ne retombe aussi vite. Pour une raison évidente, une image de Hughes me revint en tête. Elle était précise. Il se tenait debout, un coude sur le comptoir tout en collant le combiné de la secrétaire d'Etat contre son oreille. Il disait des trucs farfelus et sans aucun sens. De l'autre côté du téléphone, les voix de sa femme et de sa fille résonnaient. Il finissait toujours par m’appeler dans la suite et agresser mes tympans d'un splendide « Ma fille est la plus belle !!!! »
En général, ce genre de jeu se terminait vite puisque je raccrochai aussitôt.
Pour ne pas m’assombrir d'avantage, j'ajoutai prestement :

« Alors allez-y, Commandant. Ne faites pas attendre votre garçon. Mademoiselle Souames ne craint rien. »

Je me tournai aussitôt vers elle :

« Dites-moi tout. Quelle est votre spécialité dans l'alchimie ? Il y a l'embarras du choix. Sauf celle du feu, je le crains. »

Les doigts serrés contre le manche de ma tasse de café, j'esquissai un sourire.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 144
Who am i !

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Lun 8 Mai - 13:42

— Deux alchimistes face à l'énergie pure —


Nora, face aux questions du colonel, préféra rester muette pour le moment. Elle n'aurait aucun mal à se livrer à lui, mais alors qu'ils marchaient vers un endroit plus commode, elle préféra attendre. Une fois assis, autours d'un bon chocolat, la discussion serait sûrement plus sympathique. Suivant l'alchimiste aux cheveux blancs, ils arrivèrent bien vite dans un établissement aux allures chaleureuses. Greentomb entra le premier et maintint la porte de sorte à ce que les deux bruns puissent entrer. Nora suivit docilement le Flame Alchemist, le laissant passer devant elle sans un mot. Elle s’engouffra dans l'établissement à sa suite et alla s'asseoir sur la table que les deux militaires avaient trouver.  
Le colonel commanda donc le chocolat tant attendu de la brune qui attendit patiemment son arrivée sur la table. Lorsque celui-ci arriva, elle posa ses doigts contre la tasse chaude, heureuse des picotements que l'écart de température entre sa peau et le liquide opéraient.

" Cet endroit est calme. Vous pourrez discuter tranquillement.  Désolé si je ne suis pas trop bavard, Colonel, mademoiselle Souames, mais  je crois que cette discussion est plus entre vous deux, si je ne me trompe pas.  Erh…  "

Adalwen ne semblait pas du tout à son aise ce qui fit légèrement grimacer Nora. Elle le comprenait un peu, tout de même. Elle aussi elle se sentait souvent de trop, mais la discussion allait porter sur un sujet qui leurs était commun à tous les trois.  

" Si vous n'avez plus besoin de moi, je …  termine mon thé et je  … vais faire un appel. Mon...fils doit avoir de mes nouvelles. "

Nora haussa les sourcils, il était père ?

" Alors allez-y, Commandant. Ne faites pas attendre votre garçon. Mademoiselle Souames ne craint rien. Le colonel se tourna vers elle, Dites-moi tout. Quelle est votre spécialité dans l'alchimie ? Il y a l'embarras du choix. Sauf celle du feu, je le crains. "

Esquissant un sourire, le colonel serrait sa tasse entre ses doigts. Doigts que Nora eut du mal à lâcher du regard, ayant beaucoup étudier sur Mustang, elle savait parfaitement qu'un simple claquement de doigt pouvait détruire dans les flammes de grandes étendues. Certes moins ravageuses que les explosions de Kimblee, elles en restaient tout aussi impressionnante. Nora aimait les flammes.

" Ah ah... C'est vrai, vous êtes le seul a connaître le secret de votre Alchimie... J'ai eut beau tenter de l'étudier dans tous ses aspects je n'ai jamais réussit à percer se secret, mais je ne pense pas être la seule... Et puis, si vous n'étiez pas si unique, peut-être ne seriez vous aucunement intéressant. "

Elle eut un léger rire nerveux, but une gorgée de chocolat qui lui brûla la langue puis reprit.

" Je... Pour répondre à vos questions, mon Alchimie est basée sur la terre.
Elle leva doucement ses mains, le regard rivé sur ses cercles au creux de ses paumes. C'est ma mère qui me l'a apprise... J'ai mit un an je crois à maîtriser parfaitement la technique. C'est qu'il faut beaucoup de maîtrise ! Hm... Je m'explique attendez. Elle réfléchit un instant à la formulation de ses phrases, le truc, c'est que je pose mes mains sur la terre puis celle-ci se transmute autours de mes bras et de mes mains. Je peux lui faire prendre la forme que je veux, une lame, un marteau... Personnellement, je ne l’utilise que pour former des griffes - j'aime beaucoup les animaux. Le truc c'est que si la roche que je transmute est trop lourde, je peux me briser les bras et devenir inutile. Heureusement, j'ai apprit à maîtriser cette alchimie sans trop de casse ! Ce qui est pratique c'est que la terre devient extrêmement dur... C'est une sorte d'armure ! "

Elle était enchantée de pouvoir lui expliquer son alchimie, sans trop de détail non plus. Elle en était très fière, c'était un héritage de sa mère et probablement la seule chose qu'elle maîtriser autre que le dessin et le combat au corps à corps. Mais, soudainement, une douleur la rattrapa.
Elle grimaça et passa ses mains sous la table, serrant son débardeur blanc entre ses doigts. Elle eut la sensation d'une pierre dans l'estomac, engourdissant ses membres et lui donnant envie de pleurer. C'était une angoisse, le souvenir lattant de sa mère. Doucement, elle respira, elle ne souhaitait pas montrer son trouble à l'alchimiste qu'elle admirait tant et continua plus bat.

" ... Ma mère... Ma mère était beaucoup plus impressionnante que moi. Elle reprit peut à peu de l'assurance, son corps entier était recouvert de cercle et elle pouvait transmuter une armure entière ! C'était toujours magnifique quand elle me montrait... Mais ça la fatiguer alors elle préférait ne le faire que sur une partie de son corps... "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 143
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Lun 8 Mai - 16:19

Dès que son supérieur lui avait dit explicitement qu’il pouvait aller appeler son fils, il se leva poliment avant de laisser sur son banc son fameux sac. C’était sa manière d’indiquer qu’il reviendrait une fois son appel terminé. Adalwen n’était pas mal-élevé au point de partir au beau milieu d’une discussion, même si souvent il avait juste envie de se terrer. Il devait apprendre à encaisser plus, pour son propre bien ainsi que celui de son gamin qui devait le défendre face à ses camarades de classe.

Il s’inclina poliment sans être remarqué, puisqu,aussitôt, le colonel qui lui avait semblé soucieux, posait son regard sur la jeune Souames qui elle, était totalement obnubilée par son charisme. C’était cela qui le rendait aussi redoutable à ses propres yeux. Cette alliance parfaite entre du charisme,un caractère embrasé et un haut-grade faisaient de Roy Mustang un alchimiste au potentiel destructeur. En tout cas, il était l’opposé du calme Nito qui était malheureusement pas du tout doué avec les interactions sociales. L’avait-il seulement déjà été?

Il sortit de l’établissement et engloutit une considérable quantité d’air frais. Il devait impérativement se calmer pour ne pas laisser paraître des variations dans sa voix. Sans doute à cette heure-ci, son Taniel , venait de terminer l’école et était entré dans le studio de sa tante d’adoption. Celle-ci lui avait paru particulièrement étrange lorsqu'elle était venu le voir dans son lit. Comme si elle voulait dissimuler quelque chose, Il s’était simplement dit qu’il était un peu trop paranoïaque suite à son très fâcheux accident. Quelques pas en rond dans la minuscule cabine téléphonique et il était plus à l’aise.


Il décrocha le combiné en observant les deux alchimistes discuter par la fenêtre. Ils semblaient bien s'entendre et cela le surprit agréablement. Il connaissait par coeur le numéro de Angela et pouvait même le composer les yeux fermés. presque chaque jour, il appelait à cet endroit afin d'avoir des nouvelles de son fils adoré. Ce ne fut pas la voix auquel il s'attendait . Il écouta ce que cette voix avait à lui dire et sa bonne humeur disparut totalement. Une autre vie innocente qu’il avait fréquenté avait été arrachée par des armes. Angela Smoke avait été assassinée et son fils en avait été le principal témoin.

Celui qui avait décroché à l'autre bout du fil était nul autre qu’un collègue chargé de l’enquête qui lui avait tout de même assuré la sécurité de son fils qui logeait chez un collègue en attendant de se faire envoyer à central pour le rejoindre, lui. Le point de rendez-vous serait l'hôpital puisque techniquement il devait être encore hospitalisé. Ces efforts qu’il avait fait ne servaient plus à rien. Il raccrocha brutalement, et sortit, en oubliant momentanément la vitre à son côté qu’il percuta violemment de sa mâchoire.

Il se retint de hurler de douleur, tandis qu’il se dirigea vers la taverne, la mâchoire légèrement crochie par cette vitre et cela parut dans son visage lorsque cinq minutes plus tard, il retourna se poser sur sa banquette. Il avait pris la peine d'essuyer le sang sur son visage sans même poser le regard sur le mouchoir qu’il avait enfoncé creux dans sa poche. Il voulait oublier cet appel et se montrer poli, maisson sourire avait totalement disparu pour laisser place à un déconcertant sérieux. De plus il semblait souffrir le martyre, ce qui était normal vu le coup sur sa mâchoire.

-" ... Ma mère... Ma mère était beaucoup plus impressionnante que moi. son corps entier était recouvert de cercle et elle pouvait transmuter une armure entière ! C'était toujours magnifique quand elle me montrait... Mais ça la fatiguer alors elle préférait ne le faire que sur une partie de son corps... "

Il était arrivé visiblement à la fin d’une réponse de la part de la jeune demoiselle Souames, alors, il récupéra son sourire, bien que sa mâchoire le torturait maintenant. Mais son regard le trahissait à coup sûr. Il ne voulait pas inquiéter inutilement ses interlocuteurs pour une histoire personnelle. Il s’empara donc de son thé avant de tout caler d’une traite. Celui-ci lui brûla la langue, mais il ne le montra pas du tout.

-Cette alchimie doit...être assez impressionnante à voir… même si erh… j’ai manqué une bonne partie de votre discussion, mademoiselle Souames.

Une réponse idiote de sa part, il l’admettait. Mais bon, cela ne changeait pas de son habitude au nombre de gaffes qu’il faisait par soucis de ne pas inquiéter. Il savait être sérieux lorsque cela était nécessaire, mais souvent il préférait avoir un sourire sur les lèvres. L’optimisme pouvait inspirer bien des gens, alors il tâchait de ne pas succomber au désespoir. Au-moins, il pourrait passer plus de temps à gâter son fils. Il n'avait pas à être toujours enfermé dans son bureau puisque ses recherches demandaient d'essayer plusieurs climats.

Puis, avec de la chance, il réussirait ses autres objectifs. Il ne voulait plus avoir peur et tout braver. Il avait tant admiré son meilleur ami qu’il voulait faire comme lui. Il motivait les gens avec son sourire sincère et ses discours positifs. Il essayait de faire comme lui, mais il terrifiait certains civils. C’était pour cela qu’il voulait absolument apprendre à braver ses peurs . Il ne voulait plus sa réputation négative. Était-il si pire?

-Pardonnez-moi...mon absence. Ce fut une marque d’impolitesse envers vous de faire un appel personnel. Surtout lorsque cet appel n'a pas l'issue désirée… erh… mais je divagues.

Il commanda un alcool fort à la serveuse qui venait de repasser, sans penser au sang qui coulait de sa lèvre. Il voulait oublier momentanément le fait qu’il n'avait pas pu protéger cette personne qu’il considérait en amie depuis six ans . Malgré le fait qu,elle ait fait du commerce illégal et qu'elle le lui avait caché. Il se retrouvait encore plus isolé et devait maintenant protéger son fils , et faire attention à ne pas mourir.

Une fois la serveuse partie, il posa son regard sur ses deux interlocuteurs, incertain de son attitude à avoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 413
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Mar 9 Mai - 14:07

.




«  Ah ah... C'est vrai, vous êtes le seul à connaître le secret de votre Alchimie... J'ai eu beau tenter de l'étudier dans tous ses aspects je n'ai jamais réussi à percer ce secret, mais je ne pense pas être la seule... Et puis, si vous n'étiez pas si unique, peut-être ne seriez vous aucunement intéressant. »

Elle avait raison sur un point. Mais... « Aïe » ? Je pensais avoir plus de valeur sans l'alchimie, ne serait-ce que de la volonté d'aider le pays d'Amestris à se relever. Mais cela, Nora Souames l'ignorait. Je me contentai de répondre par un sourire, le poing contre la joue et le coude sur la table. Le secret de l'alchimie de feu était bien gardé, comme nous l'avions souligné tous les deux. D'ailleurs, sans l'offrande de la vue du dos de Hawkeye, je n'aurais su découvrir par moi-même comment elle fonctionnait. Seul le Maître avait voué sa vie à cette étude. Au sens propre.
Avant la guerre, j'aurais pu considérer l'alchimie qui m'avait été permise comme un don et une fierté. À présent, ce n'était rien d'autre qu'un fardeau, utilisé à bon escient. Si j'avais entre les doigts, un moyen de détruire tout un village, je restais humble. Dans la plupart des cas. Le feu avait fait assez de dégâts...
C'est pourquoi les paroles de la jeune femme ne me blessèrent point. Je savais ce que je valais. Et ceci m'amusa plus qu'elle ne me froissa. Ce n'était d'ailleurs pas la première fois que j'entendais ces mots. Depuis que j'avais été promu Colonel, les bruits de couloirs ne cessaient d'imploser. À force, on s'y habituait. On en riait, même. Et on en profitait.
Nous passâmes sur un tout autre sujet, non pas pour me déplaire. Nora me dévoila son alchimie. Mes yeux tentèrent de décrire les cercles sur ses paumes avec plus de détails. Je trouvais cela presque dommage qu'elle soit ainsi tatouée. Si jeune et pré-destinée à les garder sur elle, toute sa vie. C'était un prix cher payé, selon moi. Pourquoi fallait-il rentrer chez soi et regarder ses mains comme si elles étaient encore celles d'un alchimiste et non pas d'un homme ?
Car depuis le génocide, je distinguais bien les deux.

« ..le truc, c'est que je pose mes mains sur la terre puis celle-ci se transmute autours de mes bras et de mes mains. Je peux lui faire prendre la forme que je veux, une lame, un marteau... Personnellement, je ne l’utilise que pour former des griffes - j'aime beaucoup les animaux. Le truc c'est que si la roche que je transmute est trop lourde, je peux me briser les bras et devenir inutile. Heureusement, j'ai apprit à maîtriser cette alchimie sans trop de casse ! Ce qui est pratique c'est que la terre devient extrêmement dur... C'est une sorte d'armure ! »

Je vis bien que la jeune femme était fière de cette alchimie. Je ne pouvais que l'affirmer. Quand bien même les risques étaient considérables, je ne pouvais que saluer cette maîtrise qui, si l'on souhaitait comparer, amenait à dire que la terre étouffe le feu. Je bus une gorgée de café histoire d'ignorer cette hypothèse malvenue.
Le commandant revint à sa place, un air très sérieux collé au visage et une tâche pourpre sur les lèvres. Soudain, Nora effaça ses mains. Je relevai les yeux dans les siens et constatai la grimace sur son visage. L'adolescente tenta de reprendre son aplomb.

« ... Ma mère... Ma mère était beaucoup plus impressionnante que moi. Son corps entier était recouvert de cercles et elle pouvait transmuter une armure entière ! C'était toujours magnifique quand elle me montrait... Mais ça la fatiguer alors elle préférait ne le faire que sur une partie de son corps... »

Son malaise avait été perçu. Et à l'entendre dire cela au passé ne donnait pas beaucoup de place aux coïncidences. Aussitôt, il convenait de tenter de la faire sourire :

« Votre mère devait être une très grande alchimiste contre qui je n'aurais pas osé m'opposer. Son étude semble tout à fait impressionnante. »

Je le pensais, de surcroît. Si je n'en avais plus l'air, les années passants, l'alchimie restait un domaine qui me passionnait.

« Cette alchimie doit...être assez impressionnante à voir… même si erh… j’ai manqué une bonne partie de votre discussion, mademoiselle Souames. »

La voix du Commandant me fit me tourner vers lui. Je ne me départis toujours pas du sourire destiné à la jeune fille quand soudain, je revis cette tâche d'un peu plus prêt.
Attendez...
Je fronçai les sourcils en dévisageant le Commandant. Il se commanda un alcool, s'octroyant un regard plus insistant de ma part.

« On est service, fichtre ! »

Mais le penser ne suffisait pas. Cependant, pour le bien de toute une réputation, je n'allais pas...

« Que se passe-t-il, Commandant ? Avez vous oublié l'heure qu'il est ? »

Ah bah si. Une bonne manie. Je n'en avais pas oublié qu'il était allé téléphoner à son fils. Aussitôt, j'espérais vivement que rien ne soit arrivé de grave. Mais n'en perdais pas mon mordant pour autant.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 144
Who am i !

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Sam 13 Mai - 13:21

— Deux alchimistes face à l'énergie pure —


" Votre mère devait être une très grande alchimiste contre qui je n'aurais pas osé m'opposer. Son étude semble tout à fait impressionnante. "

Elle releva subitement les yeux, relativement surprise par l'affirmation de son idole. Il es vrai que sa mère était une alchimiste de talent, mais Nora ne savait réellement dans quelle mesure son alchimie, qui était devenue la sienne, pouvait être considérée comme " puissante ". La terre pouvait protéger des flammes sans problème, tant qu'elle fut assez épaisse, mais elle ralentissait alors les mouvements. Au corps à corps cette alchimie devenait réellement redoutable, mais en ayant bien étudier l'alchimiste en face d'elle elle n'était pas sans savoir que les flammes fonctionnaient sur des endroits localisés et étroits. De plus, le colonel devait savoir se battre.
Elle fut soudainement sortie de ses pensées par la voix du commandant qu'elle n'avait pas vu rentrer dans l'établissement. Elle sursauta.

" Cette alchimie doit...être assez impressionnante à voir… même si erh… j’ai manqué une bonne partie de votre discussion, mademoiselle Souames.  "

Elle le regarda, le regard traduisant toujours une certaine surprise avant de froncer les sourcils, perplexe. Les propos de l'alchimiste n'avait rien à voir avec sa perplexité seulement, elle avait remarquer que la lèvre de celui-ci s'était teintée de rouge. Il commanda de l'alcool, éveillant d'autant plus les soupçons de la jeune femme. Il faisait bien ce qu'il voulait mais elle savait - grâce à son père - qu'il ne fallait pas boire de l'alcool en service, cela tombait sous le sens.

" Que se passe-t-il, Commandant ? Avez vous oublié l'heure qu'il est ? "


Elle tourna le regard vers le colonel. L’attitude du commandant sembla le gêner, Nora comprenait et était relativement d'accord, après tout elle savait que son père ne tolérer pas ce genre d'attitude. Elle eut un léger soupir en pensant à lui, mais ne s'attarda pas d'avantage sur sa pensée.
Le rouge, c'était du sang. Il n'était pas dur de l'identifier.
Nora se leva et contourna la table jusqu'au commandant, elle prit sur la table une serviette, les yeux toujours froncés, et vînt lui essuyer les lèvres.

" Vous avez apprit une mauvaise nouvelle non ? Votre fils va bien ?... Qu'est ce qui est arrivé à votre lèvre ? Un accident j'éspère... "

Nora avait un caractère bien trempé, elle espérait que personne n'était aller faire du mal à cet alchimiste qui semblait plus fragile qu'autre chose, sinon elle irait s'en charger elle même. Elle en avait presque oublié la présence du colonel, occupée à analyser chaque signes du visage d'Adalwen pouvant trahir une quelconque pensée. Elle avait facilement deviner qu'il avait dût recevoir une nouvelle peut agréable, à en juger par son attitude, son regard et le fait qu'il venait juste d'avoir un appel. Elle désirait seulement que cela ne soit pas trop grave. Elle ne connaissait pas vraiment l'alchimiste en face d'elle mais personne ne pouvait souhaiter du mal à une personne aussi gentille et timide.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 143
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Sam 13 Mai - 16:44
Il se faisait dévisager par le colonel et par la jeune Souames.  Bien que son moral était trop à plat pour qu’il en rougisse de gêne, il en était tout de même mal à l’aise. Il venait de briser la belle atmosphère qui régnait de sa seule présence. Le regard de la demoiselle était perplexe tandis que celui du Colonel se teintait plutôt d’un soupçon de colère dissimulé puisqu’il s’était commandé un alcool fort.  Il est vrai qu’à première vue, il passait pour un ivrogne, mais il ne commandait pas cet alcool pour le boire. Puisqu’il s’était refracturé la mâchoire en percutant cette vitre, et qu’il sentait le sang poisseux lui emplir un peu la bouche, il souhaitait se désinfecter. Pour ne pas laisser paraître la gravité de sa blessure, il avala ce sang qui avait un goût terriblement amer.

" Que se passe-t-il, Commandant ? Avez vous oublié l'heure qu'il est ? "

Le regard de Nora se tourna vers le Colonel qui n'avait visiblement pas compris à quoi lui servirait son alcool. Il devait passer encore une fois pour un ivrogne qui passait son temps dans les pubs plutôt qu’à travailler. Mais il était en permission. Ce n’était pas de sa faute s’il n’avait plus d’autres vêtements propres et qu’il désirait réellement aller porter son rapport. Il voulait voir cet assassin derrière les barreaux. Même si son visage n'exprime pas grand chose, il baissa tout de même la tête.Nora soupira d’un coup, sans qu’il n’en sache la raison. Sans doute devait-elle penser la même chose que le Colonel. Il n’était plus de bonne humeur, alors il ne prenait plus l'effort d’étudier les réactions de ses deux interlocuteurs.

Lui-même lâcha un long soupir , avant de croiser les bras sur la table. Nora se leva et marcha jusqu’à lui. Il se demandait ce qu'elle lui voulait avant qu’elle ne lui essuie les lèvres avec un mouchoir. Son regard était toujours aussi froncé et ses joues se teintaient légèrement de rouge. Il avait réellement envie de disparaître sous la table. Il ne pouvait pas fixer le mouchoir sous peine de perdre connaissance aussi bêtement.

" Vous avez apprit une mauvaise nouvelle non ? Votre fils va bien ?... Qu'est ce qui est arrivé à votre lèvre ? Un accident j'éspère... "

La voix chargée d’inquiétude de la jeune Nora le surprit. Greentomb passa son regard entre ses deux interlocuteurs silencieux, tandis qu’il recevait finalement son alcool et deux verres. la serveuse était habituée à ses commandes spéciales. Il but une grande gorgée, et eut les larmes aux yeux vu la force de cet alcool, avant de se gargariser les plaies et de recracher le tout dans son verre. Il posa son verre sur le plancher pour ne pas avoir à fixer l'alcool rougi. Il avait oublié à quel point cet alcool faisait mal, mais il n'avait pas le choix.

Ensuite de quoi, il reposa son regard sur la table. Les deux semblaient attendre une réponse de sa part, mais il prenait le temps de réfléchir aux bons mots. Il n’aimait pas vraiment être le centre de l'attention, cela le gênait. Étais-ce ainsi que ceux qui ne peinaient pas à s'exprimer discutaient? Il se décida finalement à leur parler honnêtement, puisque de toute manière, il détestait le mensonge.

-Pour...ma mâchoire...je viens...de la fracturer… à nouveau… en...percutant...la vitre de la….cabine téléphonique… c’est...bête….comme...accident…

Sa voix ne dissimulait plus ce qu’il ressentait et la douleur qu’il ressentait. Bien qu’il était très résistant à la douleur, il en restait un simple humain et cela dépassait ses limites. Il allait les inquiéter encore plus, mais il n’y pouvait plus rien.  

-Je...je voulais...pas ..briser l'ambiance...désolé...vraiment…  Mon...petit Taniel...va bien...erh...physiquement du moins….  Il a...juste été  témoin...de la mort d’une de mes rares amie...une des seules...en fait… et j’apprend….qu’elle...était...impliqué….dans une affaire...louche… Je...me trouve pathétique de n’avoir rien vu venir… Elle était cette qui logeait mon petit...et elle était hors de mes soupçons...pour cette affaire sur laquelle je travaillais…

Il était vraiment déprimé et tout le laissait paraître, malgré l’apparente quasi inexpressivité de son visage. En fait , cela montrait juste qu’il peinait réellement à extérioriser ses émotions. Il était au bord de la crise de larmes. Il tremblait légèrement tout en jouant avec le verre vide restant du bout des doigts, comme s’il voulait se changer les idées.

-Je...suppose que….j’ai été...assez naïf...pour accorder ma confiance….à la meilleure amie….de la mère de mon fils….  Je...vais devoir...m'acheter...rapidement un studio...puisque je ne pourrai pas l’élever dans ma chambre du Quartier Général… C’est….vraiment bête …. vraiment… une autre personne que je connais meurt et je peux rien y changer…

Il fixa ses mains  avec un air extrêmement sombre, puis lâcha un énorme soupir avant de conserver un silence lourd.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 413
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Dim 21 Mai - 1:03

.





« -Pour...ma mâchoire...je viens...de la fracturer… à nouveau… en...percutant...la vitre de la….cabine téléphonique… c’est...bête….comme...accident… »

Je soutins ma tête en pinçant l'arête du nez, le coude sur la table. C'était bête, effectivement. Mais le plus fou me parût être celui de n'avoir rien autour de la dite mâchoire pour la soutenir. Pourquoi, diable, n'était-il pas de congé s'il avait une fracture si grave ? Ou bien était-ce le cas ? Mes doigts glissèrent de mon nez à mon menton et je me souvins. Cet alchimiste l'était bien. Mais il portait l'uniforme. Les sourcils froncés, j'inspirai, prêt à répliquer, mais le Greentomb poursuivit :

« -Je...je voulais...pas ..briser l'ambiance...désolé...vraiment…  Mon...petit Taniel...va bien...erh...physiquement du moins….  Il a...juste été  témoin...de la mort d’une de mes rares amie...une des seules...en fait… et j’apprends….qu’elle...était...impliqué….dans une affaire...louche… Je...me trouve pathétique de n’avoir rien vu venir… Elle était cette qui logeait mon petit...et elle était hors de mes soupçons...pour cette affaire sur laquelle je travaillais… »

C'était à la fois triste et oppressant. J'imaginais vaguement dans quelle situation cet homme pensait se trouver. Je relevai les yeux sur lui pour l'entendre rajouter :

« -Je...suppose que….j’ai été...assez naïf...pour accorder ma confiance….à la meilleure amie….de la mère de mon fils….  Je...vais devoir...m'acheter...rapidement un studio...puisque je ne pourrai pas l’élever dans ma chambre du Quartier Général… C’est….vraiment bête …. vraiment… une autre personne que je connais meurt et je peux rien y changer… »

Un silence concis suivit ses paroles. Mais il fut suffisamment présent pour paraître lourd. Je comprenais mieux l'urgence de vouloir boire un verre, même si dans son cas, Greentomb l'avait commandé pour se désinfecter la bouche. À sa place, je l'aurais englouti sans plus de cérémonie. Malheureusement pour la jeune femme, il était temps de briser les apparences cordiales. Je n'allais tout de même pas faire comme si je n'avais rien entendu. Il avait clairement besoin d'aide. Mais avec Nora en face de nous, il me paraissait difficile de parler d'une conversation entre militaires. Je savais d'ors et déjà qu'il me fallait l'entretenir plus tard du rapport qui traînait au-dessus de la pile des autres. Les détails attendront.

« Naif ? Ressaisissez-vous, Greentomb Alchemist. Buvez un verre et allez chercher votre fils. Si vous avez besoin d'un logement temporaire, nous en trouverons un. »

Ce n'était pas agressif. Loin de là. Mais je le connaissais peu pour tenter d'être plus amical. Pour le reste, ce n'était pas un souci. Je savais quoi faire. Je ne doutais pas qu'il avait dans l'idée d'aller retrouver son fils. Et il devra mettre un terme à  cette histoire. Mais comment ferait-il pour résoudre une affaire à cinq-cent kilomètres d'ici s'il décide de laisser son garçon à Central ? N'était-ce donc pas ce qu'il sous-entendait en parlant de studio ? Il lui faudra bien quelqu'un pour le garder.
Même si cette affaire était de loin aucune des miennes, je tenais à cœur d'entretenir des relations professionnelles de confiance. Après tout, je ne visais pas un sommet uniquement pour le gravir et mieux le redescendre. Cette tour, inaccessible à l’œil était paré d’innombrables chemins. Cet alchimiste en était un. Il était possible de prendre un autre détour. Mais pourquoi ? Pourquoi ne pas aider cette personne ? L'alchimie était basée sur un principe primordial, l'échange. Et pourtant, en ayant acquis cette alchimie et les connaissances, on apprend que l'échange est parfois illusoire. A l'image de la transmutation humaine. A force, j'avais appris qu'il ne fallait pas s'attendre à quelque chose en retour de la sympathie et l'aide apporté. Mais qu'il fallait savoir se satisfaire de cette action pacifique. Si je devais débattre mentalement la-dessus toute la fin d'après-midi, je le pouvais aisément.
Mais je n'allais pas garder le silence si longtemps. Effectivement, j'étais aussi une personne qui savait trouver son intérêt. Il était inutile que je me le cache ou que je le dissimule aux autres. Mais je n'imposais jamais. C'est sûrement ce qui faisait toute la différence.

Je trifouillai ma poche à la recherche de ma montre que j'ouvrai dans l'instant. Les secondes passèrent. A leur rythme. En douceur. Mes yeux ne décollaient pas des aiguilles. Puis... Je m'enfonçai dans le dossier de ma chaise et levai le doigt, un sourire aimable aux lèvres. C'était la fin de service. La serveuse s'approcha :

« Veuillez nous servir la même chose, s'il vous plaît. »

Un chocolat pour la jeune demoiselle, un café bouillant et... La serveuse se tourna vers l'alchimiste, le bloc-note en évidence.

« Lequel, monsieur ? Un thé ou bien... »

Elle attendit sa réponse pour aller chercher les commandes. Je croisais les bras, fermement et me tournai vers l'alchimiste Greentomb :

« Si votre fils a été témoin du meurtre, il va être interrogé. Dans ce cas, vous devriez peut-être mettre un terme à votre congé. Si vous y retourner en tant qu'enquêteur sur l'affaire, vos chances d'avoir des informations seront plus élevés. En revanche, avec une mâchoire dans cet état, il est peu probable que quelqu'un vous laisse incessamment poursuivre vos fonctions. Un alchimiste d’État se doit d'être opérationnel. Vous devriez faire soigner ça. Auquel cas, vous finirez avec une malformation des os sévère. »

Le docteur Knox n'avait pas que des histoires inutiles en bouche. Lui qui en avait vu de toutes les couleurs ne cessait de ressortir de bonnes vieilles anecdotes pour mieux nous révulser. Après, il faut dire que j'étais mal placé pour inciter les autres au repos. Mais comme le dit une phrase bien tournée... « Fais ce que je dis et pas ce que je fais. »
En tant que Colonel, il me serait facile de l'envoyer en mission sur le lieu même où son fils avait vécu cette horreur. Mais avant tout, il fallait qu’il comprenne l'aide qui lui était proposé.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 144
Who am i !

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Lun 22 Mai - 18:53
Nora avait écouter sans un mot les paroles d'Adalwen. Elle en fut touchée et peinée pour lui, sincèrement. alors, elle et son mouchoir allèrent se rassoir sans un mot, bien que de le voir craché dans son verre fut peu ragoutant. Elle ne prit pas la parole, elle n'avait pas les mots pour l'aider et compta sur le colonel pour les avoir. Après tout, son idole avait une certaine éloquence, il y parait.

" Naif ? Ressaisissez-vous, Greentomb Alchemist. Buvez un verre et allez chercher votre fils. Si vous avez besoin d'un logement temporaire, nous en trouverons un. "

Elle porta son regard sur l'alchimiste de flamme, elle avait eut raison. Il avait trouver les mots qu'elle n'avait sut chercher, il renforça son admiration pour lui.
Le silence se réinstalla brutalement, redevenant lourd, personne n'osa, une fois de plus le briser. La serveuse revînt, demanda s'ils voulaient autre chose. Mustang répondu.

" Veuillez nous servir la même chose, s'il vous plaît. "

La jeune femme - qui était plutôt ravissante Nora devait l'avouer - se tourna en suite vers Adalwen, prit sa commande puis repartie.
Le colonel croisa les bras, fixant Greentomb il reprit :

" Si votre fils a été témoin du meurtre, il va être interrogé. Dans ce cas, vous devriez peut-être mettre un terme à votre congé. Si vous y retourner en tant qu'enquêteur sur l'affaire, vos chances d'avoir des informations seront plus élevés. En revanche, avec une mâchoire dans cet état, il est peu probable que quelqu'un vous laisse incessamment poursuivre vos fonctions. Un alchimiste d’État se doit d'être opérationnel. Vous devriez faire soigner ça. Auquel cas, vous finirez avec une malformation des os sévère. "

Une soudaine inquiétude monta alors dans l'esprit de Nora. La jeune femme avait peur de la douleur, peur plus que tout autre chose, elle haïssait souffrir et voulait éviter à tout prit cela. C'est pourquoi, elle put aisément se sentir toucher par la malformation qui attendait l'alchimiste si il ne faisait pas attention. Si elle avait peur de souffrir, elle avait aussi peur que les autres souffrent. Aussi, elle fronça les sourcils avec une inquiétude non dissimuler.

" C'est stupide... Commença-t-elle, d'aller au delà de ses limites pour rien... "

Elle n'avait pas parler fort, se sentant intrusive, mais comme elle se douta que tous les deux avaient dût tourner leurs regards vers elle sans forcément entendre, elle se força à reprendre avec plus d'assurance.

" Je veux dire, risquer une malformation, donc des complications à vie, pour quoi je vous prie ? Pour vois évanouir en pleine rue ? Sérieusement ? Ce n'est pas comme ça que cela ira mieux pour vous ou votre fils ou votre stupide réputation non de dieu ! Si l'on vous dit de vous reposez parce que vous avez la mâchoire brisée et bien reposez vous ! N'allez pas jouer au plus malin ! "

Elle souffla avec des ardeurs de mère poule.

" Cela m'exaspère ! "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 143
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Jeu 25 Mai - 0:29

Il avait conservé un déconcertant silence en pointant à cette serveuse l'alcool qu’il s’était prit et qui reposait à ses cotés. Que pouvait-il dire, lui qui était si affecté. Cette mort de plus sur sa conscience resterait cette corde invisible qui l’étouffait de plus en plus. Étais-ce un suicide psychologique ou un simple effet secondaire de cette solitude et cette douleur qui le rongeait? Il n'aurait su y apporter une réponse claire, puisque devant ses yeux s'emmêlaient des images du passé qui se superposaient à son présent. Il avait si honte d’ainsi détruire la bonne ambiance, mais il ne pouvait pas faire autrement que de se trahir lui-même.

" Naif ? Ressaisissez-vous, Greentomb Alchemist. Buvez un verre et allez chercher votre fils. Si vous avez besoin d'un logement temporaire, nous en trouverons un. "

Aux paroles cruellement vraie de l'Alchimiste qui sembla compatir à sa situation , les larmes lui montèrent aux yeux, mais il les retenait, du mieux qu’il ne le pouvait. Son reniflement silencieux fut le seul ‘’bruit’’ pendant un long moment jusqu’à ce que la serveuse revienne pour ramasser le verre. À l’expression sur le visage de celle-ci, elle était dégoutée par le contenu du verre qu’il ne voulait pas du tout regarder.

" Veuillez nous servir la même chose, s'il vous plaît. "

La serveuse hésita, puis, il lui suffit de croiser le regard de l’Alchimiste Greentomb qui devait sans doute être extrêmement sombre, au vu du frisson de celle-ci, pour déduire que ce serait de l'alcool. Elle avait un beau visage, une poitrine volumineuse et un déhanchement caractéristique, mais il savait qu'elle avait peur de lui. Son visage devait sans doute être tout aussi expressif que celui de feu son jumeau. Il pouvait réellement faire peur lorsque son expression n'arborait pas son sourire habituel, même s’il avait oublié la dernière fois ou son sourire avait été sincère.

Le colonel croisa les bras, puis se tourna vers l’Alchimiste qui voulait juste disparaître sous une couverte pour ne pas réapparaître.

" Si votre fils a été témoin du meurtre, il va être interrogé. Dans ce cas, vous devriez peut-être mettre un terme à votre congé. Si vous y retourner en tant qu'enquêteur sur l'affaire, vos chances d'avoir des informations seront plus élevés. En revanche, avec une mâchoire dans cet état, il est peu probable que quelqu'un vous laisse incessamment poursuivre vos fonctions. Un alchimiste d’État se doit d'être opérationnel. Vous devriez faire soigner ça. Auquel cas, vous finirez avec une malformation des os sévère. "

Une vive inquiétude surgit sur le visage de Nora tandis qu’il gardait le silence. Ses sourcils étaient froncés, et toute son attitude trahissait celle d’un chien qui veut savoir si tout va bien.

" C'est stupide... Commença-t-elle, d'aller au delà de ses limites pour rien... "

Sa voix était faible, mais cela ne l'empêcha pas de la fixer de son oeil valide sans le moindre mot. il avait une bonne ouïe alors il avait tout entendu de ce qu'elle avait dit. Lorsqu’elle sentit les regards posés sur elle, elle reprit d’une voix plus assurée.


" Je veux dire, risquer une malformation, donc des complications à vie, pour quoi je vous prie ? Pour vois évanouir en pleine rue ? Sérieusement ? Ce n'est pas comme ça que cela ira mieux pour vous ou votre fils ou votre stupide réputation non de dieu ! Si l'on vous dit de vous reposez parce que vous avez la mâchoire brisée et bien reposez vous ! N'allez pas jouer au plus malin ! "

Elle souffla avant d'ajouter un:

" Cela m'exaspère ! "
Greentomb soupira vivement, tout en guettant le retour de la serveuse. Celle-ci revient et pose son alcool devant lui qu'il engloutit sans demander son reste. Il ne supportait pas trop l'alcool et, avec sa mâchoire qui le brûlait, ce n’était pas le verre le plus agréable qu’il ait bu. Il sentait les flammes monter et altérer son jugement brusquement. Il...étais-ce bien le bon temps verbal pour le définir? Adalwen ne savait plus s’il pouvait se permettre de se donner une identité ou non. Et ces larmes qui coulaient librement ne voulaient plus s’arrêter.

Sa voix lui sembla encore plus distante qu’à l’habitude tandis qu’il s’exprima. Une voix brisée et hésitante. À peine plus haute qu’un murmure qui peinait à cacher les émotions. Et ce verre qui se brisa dans sa main qu’il serra trop. Ne pas regarder les éclats et fixer devant. Le flou qui remplace les gens. Le flou dans laquelle une noyade est imminente.

Je...veux juste ...ne plus être un boulet et actuellement...aider les gens. Mes blessures… mon état… n’ont pas de valeur. Si...je deviens inutile…. je pourrai plus aider…. si je...suis incapable de sauver...ma famille… je suis une honte...et j’entraine des gens dans ma...chute. C’est inévitabl...HIPS! Je...suis pas...con au point...de pas savoir….ce qu’on...pense de moi….Ces...gens...ils voient...juste un chien...en laisse….et un….imbécile….

Une tête qui retombe sur une table. Malade et presque inconscient. Elles coulent toujours , ces larmes repoussées. la vue fait défaut, mais la voix s’élève toujours. Des aneries. Des sanglots coupant les mots.

ils...ont peut-être raison….ha…. il est beau l’Alchimiste Greentomb…. un verre et il coule. HIPS...Même pas capable...de regarder du sang...en pleine face… fuit toujours...les visages du passé… incapable de se regarder dans le miroir…

Puis, la voix se tait. Le noir englobe et des excuses marmonnées sont tout ce qu’il reste. L’inconscience de l’alcool est une bien piètre consolation. Trop tard pour retirer les mots, le passé et ce qui hante revient tourmenter le silence. Adalwen est prisonnier de son passé, parce que toi, tu as bu cet alcool. Toujours chercher un moyen de se définir soi-même. Une illusion de convoiter un je? Trop demander que de permettre un tu pour s’identifier? Et ce noir qui englobe tout et engourdit.

Si c'est trop merdique à votre goût, vous me le direz. je réécrirai tout le cas échéant. Il faut bien que j'apprenne à écrire un bon français.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 413
Dictature de la Mini-Jupe !
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Lun 29 Mai - 16:04

.




Nous étions partis du QG dans l'intention première de poursuivre une conversation civile avec cette jeune femme qui entretenait une fascination pour l'alchimie de flamme. Mais les mauvaises nouvelles n'attendent pas. Et le Commandant les supportaient mal.
Je baissai les yeux sur ma tasse de café. Il achevait sa dernière phrase. La serveuse s'affairait à nettoyer les bouts de verre éparpillés. La respiration contrôlée, je relevai les yeux sur le Greentomb Alchemist. Sa tête était allongée contre la table.
L'index en l'air quelques secondes pour inviter à prendre l'addition, mon visage gardait une parfaite neutralité. Je n'aurais encore pas eu l'occasion de boire ce café-là. C'était le moment de partir.
Après avoir posé les pièces de monnaie dans la paume de la serveuse, j'en rajoutai quelques-unes avec discrétion :

« Veuillez-nous excusez pour la gêne occasionnée, Mademoiselle. Tous mes respects au gérant de cet établissement. Bonne soirée, Mademoiselle. »

Nous nous levâmes. Je fis le tour de la table et m’emparai du poignet d'Adalwen sans précaution aucune. Je passai son bras autour de mon cou et le forçai à se lever. Ça avait tout l'air d'un geste habituel. Ma foi, ceci... Plus personne ne le saura jamais.

Hughes était celui qui ramenait les gens chez eux. Celui qui les moralisait. C'était lui, la personne capable de remonter le moral des troupes. De se montrer sympathisant. Ou sévère. Ce rôle ne s’apprêtait pas à moi. Les années m'avaient endurci. J'avais fini par oublier comment il fallait faire. Peut-être à cause de la guerre. Les sourires et les plaisanteries étaient des façades. Il n'y avait donc qu'avec Maes que nous étions capables de rire. Mais jamais avec légèreté. Nous savions tous deux quoi en penser. L'équipe savait aussi comment se distraire. Mais nous avions un objectif qui nous interdisait de faire ce que cet homme faisait.
Mais je m'égare.
Nous sortîmes avec un paquet humain sur les bras. Je n'étais pas fier, irrité. Deux militaires sortant d'un établissement et l'un d'eux écroulé sur l'autre. Il y a dix ans en arrière, j'en aurais pleuré de rire. A présent, trop consciencieux de connaître l'importance d'une réputation, je refoulai ma colère. Je me tournai vers Nora :

« Trouvons un endroit calme. Je suis navré que cette opportunité se voit raccourcie pour vous, Mademoiselle Souames. »

Il y avait là de quoi faire appel à l’interprétation. Je l'invitais silencieusement à rentrer chez elle, préoccupé qu'elle garde l'image d'un militaire affalé à nos côtés. Mais elle pouvait aussi choisir de rester, auquel cas, j'attendrai pour passer un savon au Commandant. Comme la plupart des ressortissants de la guerre, il amenait avec lui ses vieux démons.
Nous marchâmes dans la ville qui, bien heureusement, se voyait de plus en plus vide. Un cul-de-sac en visuel, je m'y engouffrai avec le Commandant et l'assis contre le mur délavé et les pavés de la rue. Je le contemplai quelques secondes avant de me tourner vers Nora :

« Est-ce que ça vous dérangerait d'aller appeler un taxi, s'il vous plaît ? Je préfère rester là pour le surveiller. »

J'attendis qu'elle me donne sa réponse et l'observai s'effacer jusqu’à une cabine téléphonique. Les yeux rivés sur la jeune femme au loin, ma langue se délia, sévère :

« Ne leur donnez pas raison. Gardez la tête haute. Vous voulez aidez les autres ? Aidez-vous d'abord. Sans quoi, vous n'y parviendrez jamais. Nous allons dire que vous avez eut un moment de faiblesse et nous n'en reparlerons plus. Avec une telle mauvaise nouvelle, je peux essayer de comprendre. Mais pas le prétendre. Vous aviez dit quoi, tout à l'heure ? »

Je tentai de reprendre mot pour mot, l'index plié sous le menton, la posture droite :

« Vous avez dit « Mes blessures. Mon état... N'ont pas de valeur. » C'est là que vous vous trompez, Commandant. »

Ha, décidément je n'étais vraiment pas fais pour ça. J'enfonçai mes mains dans mes poches. Et soufflai. Les yeux enfin rivés sur lui :

« Si vous avez besoin d’être muté pour résoudre cette affaire, je vous y aiderais. Si vous souhaitez un logement pour votre fils et vous-même, je vous y aiderais. En revanche, il est impossible d'aider quelqu'un qui ne s'aide pas soi-même. Vous saurez où me trouver quand vous aurez décidé de le faire. »

Nora revint. Tendu, je fis descendre mes épaules qui s'étaient soulevées d'un cran. Est-ce que c'était hypocrite de ma part ? Pas vraiment. Tous mes vieux démons n'avaient pas disparus. Mais j'étais quelqu'un d'optimiste. Et ma personne comptait tant qu'il fallait aider les autres. Je pouvais mourir pour cette cause. Pour le pays. Mais de fatigue. Pas pour rien.


Never-utopia - Modification Evy S. Evans

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 144
Who am i !

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen] Mar 13 Juin - 12:24
Nora n'avait rien put suivre, disons que, les évènements se suivaient de tel sorte qu'elle ne puisse les comprendre. Les réactions du commandant, sa tolérance si petite, la sévérité du colonel. Tout ça lui était si complexe à aborder. Elle, qui n'était au fond, qu'une jeune fille perdue. Alors, depuis le début, elle ne se contenta que d'écouter, rien de plus. Juste, écouter.
Ils sortirent.

" Trouvons un endroit calme. Je suis navré que cette opportunité se voit raccourcie pour vous, Mademoiselle Souames. "


Elle leva les yeux, doucement, sur le colonel. Il est vrai qu'elle aurait aimé discuter plus longuement avec lui, apprendre un peu plus à le connaître. Après tout, elle était totalement fan de son alchimie !... Mais elle ne pouvait lui en tenir rigueur, ni à lui, ni même à Adalwen qui n'était pas en très bon état. Elle savait bien que si le commandant avait réagit de la sort, c'est car il était abattu, désarçonné. Il avait apprit une bien triste nouvelle après tout.
Nora suivit le colonel Mustang dans une ruelle qui s'averra être un cul de sac, les rues autours étaient presque vide. L'homme déposa son fardeau sur les pavés humides, contre le mur grisâtre et sale. Il le dévisagea un instant, Nora se contenta de rester plantée, debout, sans un mot.

" Est-ce que ça vous dérangerait d'aller appeler un taxi, s'il vous plaît ? Je préfère rester là pour le surveiller. "

Elle aquiesça, sans un traître mot et se dirigea jusqu'à une cabine téléphonique. Elle trottina un peu, dès qu'elle fut hors de vue, et s'engoufra dans la dite cabine. Elle referma derrière elle, il n'y avait plus un bruit à l'extérieur. Elle s'empara du téléphone et hésita quelques secondes.
Cette après-midi commençait si bien, elle se voyait déjà discuter du pour et du contre de l'alchimie, de la conception de l'échange équivalent. Avoir une vrai discussion avec une vrai personne capable de la comprendre, une personne comme sa mère. Mais une personne qui pourrait aussi concevoir que l'on préfère les alchimies offensives à défensives. Oui, elle aurait sûrement apprécier discuter avec le colonel plus longtemps, autant qu'elle avait apprécier de le rencontrer. Mais tout cela se voyait compromis par une seule mauvaise nouvelle. Un battement d'aile de papillon.
Elle sourit.
Nora composa le numéro, appela.

" Bonjour, nous aimerions avoir un taxi pour la rue... "


Elle lui en donna le nom, il lui répondit qu'elle devrait patienter cinq minutes, elle acquiesça et raccrocha. Elle sortie en suite, fermant derrière elle et se dirigea vers la cul de sac. Apercevant le colonel et le commandant, elle pressa le pas.
Lorsqu'elle revint, Roy Mustang sembla bien plus tendu qu'auparavant. Le comportement d'Adalwen devait l'indisposé et elle comprenait. C'était son supérieur après tout.

" Hm... J'ai appeler le taxi, il arrivera dans quelques minutes... "

Elle n'avait plus rien d'énergique, sentant les tensions présente dans la ruelle fermée, elle s'était totalement écrasée. Sa voix était faible, elle parlait avec hésitation. Ainsi était-elle, mal à l'aise.

"... Je... Je peux m'en aller, si ma présence vous dérange... "

Elle se sentait de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]

MessageSujet: Re: Deux alchimistes face à l’énergie pure [PV Nora/Adalwen]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Mission D] - Pile, Chat Saignant. Face, Chat Saignant Epicé
» Deux Blondes dans une laverie. [ft. Audrey M. McCarter]
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: QG DE CENTRAL CITY :: BUREAUX DES HAUTS GRADÉS :: BUREAU DE ROY MUSTANG-