RSS
RSS

Trolls du Staff

19/06/2016 : Kira Even devient le Punching-ball officiel de Ban
08/2016 : Pride s'est fait troller sa signa ! La prochaine victime sera...
14/09/2016 : Venestraale s'est fait troller sa signa ! On peut difficilement être plus moche et mignonne à la fois qu'elle xD
03/11/2016 : C'est au tour de Jean de subir les pitreries de notre fonda' adorée ! Tronche de poivrot ou piqué par des guêpes ? Les deux ensembles ? Ca doit faire mal...
14/02/2017 : Il ressemble à un asiat' croisé avec un pékinois.... Son nom est Flmeeeeeeeen Alchemist ! He has trolled !!!
08/05/2017 : Dancho s'est fait avoir par la vilaine Fonda.... Chantons tous ensemble ! "Dancho-Danchomeeeeen !!!"
12/06/2017 : Le Fullmetal se fait avoir ! Il perd toute la confiance de ses amis après la publication de sa nouvelle signature ! Comment les frères Elric vont surmonter cette épreuve ?"

WANTED !

Staff



Petites annonces

D'après les rumeurs, le Généralissime King Bradley aurait été vu dans les jardins du Q.G, tondant la pelouse avec un tablier rose.
Event Festival à Central ! Cliquez et venez donc participer à l'aventure o/

Event Festival : Requiem for a dream

Vous êtes tous invités à la fête ! Soyez prêteeeeeeeeeeeeees !
Evy S. Evans - " Recherche mon ami d'enfance : Vayn E. Draeger.
Merci de bien vouloir ramener son derrière au plus vite ! "
Solf J. Kimblee - "Recherche rapidement un Ishbal du nom de "Scar" pour le faire exploser.
Recherche aussi le Docteur Marcoh-san pour le ramener dans sa cellule et lui demander un autographe pour la conception de sa belle pierre philosophale. "
Témoin effrayé - "Faites attention à vous ! Scar n'est pas un véritable humain, c'est un Dalek déguisé... Fuyons !!!"
"EXTERMINATE"
ATTENTION ! Central (Ou la nouvelle Tapalousie ) connait une nouvelle vague d'attentats !
On raconte que le Fullmetal et le Flame Alchemist s'amusent à se déguiser en femme et à; je cite : "se dépoiler le corps". Rentrez vos enfants aussi vite que vous le pouvez... L'apocalypse est proche.


Musique

©linus pour Epicode
En bref


 

avatar
Messages : 82
Who am i !

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Jeu 13 Avr - 17:19
8 octobre 1914.
La nuit était splendide. Froide. Elle rappelait des souvenirs. Logan s’assit sur une pierre tombale, les yeux clos. Une jambe pliée sur l'autre, il esquissa un sourire. Ses traits étaient tirés comme s'il repensait à quelque chose d’agréable. Des frissons lui parcoururent la nuque et il joua des épaules, éparpillant la sensation jusqu’au bas du dos. Il passa ses doigts contre la coque métallique de l'automail qui remplaçait son bras gauche. La saison était rude pour les estropiés.
Lorsqu’il rouvrit les yeux, la nuit lui apparut plus distinctement. Le regard humain avait ce défaut. Il mettait du temps à s'habituer à la pénombre. Mais ceci étant fait, il put à présent contempler l'horizon. Il tendit ses jambes et étira un à un chacun de ses membres, en équilibre parfait sur l'épaisse sépulture.
Logan bondit à pieds joints sur le sol, sa main de chair planquée dans la poche arrière de son pantalon. Il y tint quelque chose. Quelque chose qu’il réservait aux chimères. L'endroit était quasiment vide. Après tout, il s'agissait d'un cimetière. Mais il n'avait, jusqu’ici, jamais pris le temps de s'y arrêter lors de ses chasses quotidiennes. Il était judicieux de regarder partout. Car Logan était persuadé que les chimères l'étaient. Elles étaient partout ! Et discrètes. Ce qui rendait leur traque plus simple aux yeux du jeune homme qui se mordit la lèvre inférieure en entamant sa promenade dans les allées. Il se mit à siffloter.
Il décrivit les sombres bouquets qui ornaient les caveaux et s'amusa des statues qui le dévisageaient froidement. Il leva les yeux vers l'une d'elle et lui sourit. Elle ressemblait à un ange à qui les ailes auraient été coupées. L'usure s'en était chargée. Il passa son chemin, le regard insistant sur chaque personne qu'il croisait. Il connaissait son propre talent d'observateur, mais il n'avait jamais proclamé être discret. C'est pourquoi il inspirait la crainte sans même dire un mot. Se faire reluquer dans un cimetière n'était pas du goût des gens normaux. En réalité, il se fichait pas mal d'être vu ou non. La raison étant que dans un cimetière et en pleine nuit, quel pouvait être le risque que quelqu'un le reconnaisse ? De surcroît, sa tignasse de cheveux épaisse se chargeait de camoufler la plupart de son visage. En général, il faisait en sorte d'être plus invisible encore. Mais en chasse, il se permettait quelques exceptions. Qui plus est, il n'était pas tout à fait conscient de déraper.
Logan continuait de siffloter un air enjoué tout en passant derrière les personnes venues se recueillir. Il ne cachait pas sa joie de rendre le moment malaisant de par son enthousiasme. Généralement, ceci suffisait pour que les gens rebroussent chemin et détalent en fulminant. Si ce n'était pas le cas, au mieux il lui suffisait de les provoquer :

« Qu'est-ce t'as ? »

Au pire, il s'arrêtait derrière eux, prolongeant l'attente horripilante. Il n'était pas très baraqué, mais son aspect et sa prestance folle finissaient par avoir raison de la patience d'autrui. A force de provoquer le destin, il lui était déjà arrivé de tomber sur des individus plus coriaces et d'en venir aux mains. Pour une raison qui lui échappait, c'était quelque chose qui l'amusait. Après tout, Logan était loin de préméditer chacune de ses actions. Il était comme le vent. Il passait par ici. Puis par là. Qu'importe comment se déroulait sa journée, il la subissait avec plaisir. Il cherchait le point positif plutôt que le négatif. Chaque chose était prétexte à l'apprentissage que ce soit pour se battre, traquer ou même tuer. Alors il s'avouait grandement déçu lorsque personne n'osait lui faire face.

Ce soir, Logan n'eut pas besoin d'aller loin avant que sa curiosité ne soit récompensée. Il cessa de siffloter, interrompant sa mélodie printanière. Son regard s'arrêta sur un individu. Il se passa la langue contre les lèvres, soudainement refermé sur lui-même. Oserait-il y croire ?
Cette personne avait quelques signes distinctifs de ses proies. C'était infime, mais il les voyait. Tels que ses oreilles légèrement plus pointues, ou encore l'avancement infime de ses lèvres en avant, démontrant que ses dents étaient plus grandes. Logan esquissa un pas.
Ces derniers temps, il crevait d'envie d'en découvrir une autre. De la faire saigner. D'entendre des sons plaintifs sortir de sa bouche…
Un nouveau frisson parcourut sa colonne et il comprit aussitôt que même s'il faisait fausse route, il en avait envie ! Les années étaient trop courtes pour les gâcher. Mais en s'avançant d'avantage, il remarqua l'usure sur le bout des chaussures de l'homme qui se recueillait sur une tombe. Il ne se fit pas la réflexion deux fois et sortit son câble de sa poche ! C'était bien trop conséquent pour qu'il laisse passer cette chance. Qu'advienne que pourra. Il s'amusait déjà !
Les doigts emmêlés dans son arme de circonstance, il passa le câble autour du cou de sa victime. Il le serra aussi fort qu'il put, sachant d'avance que ce ne serait pas aisé. Mais…

« Putain, que c'est bon ! Une chimère au cimetière ! Qu'est-ce que tu fais là ?! »

Il rit, s’exclamant tel un ami ayant retrouvé un ancien collègue avant de planter ses dents dans ses lèvres tant l'effort était rude.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Ven 14 Avr - 5:17
‘’Pourquoi suis-je encore à me recueillir devant vous, étrangers à qui j’ai emprunté les noms? ‘’ Cela, la chimère se le demandait, tandis qu’elle essuyait des larmes de son visage.  Bien que l’obscurité ambiante le dissimule de bien des regards, il n’aimait pas que ses émotions transparaissent. Il savait quelque part que ces gens avaient eu une importance pour l’humain qu’il avait un jour été, mais, il les avait oubliés.  Il voulait se souvenir, mais rien ne revenait sauf ces larmes qui refusaient de partir.

À cette heure nocturne, ou la douleur de son bras fracturé le tenait éveillé, il avait baissé sa garde. Même les civils pouvaient comprendre les sentiments humains qu’il éprouvait encore et ce, malgré ses blessures de guerre et son apparence monstrueuse.  Il ne disait pas un mot, mais ses pensées le torturaient de questions sans réponses. Pourquoi retournait-il devant ces tombes? Pourquoi avait-il l’impression d’avoir oublié quelque chose de crucial? Mais, les morts ne pourraient pas répondre à ses questions et il restait tout simplement là à les fixer.

L’attente d’un indice était la seule chose qu’il pouvait faire afin de chasser la douleur qu’il sentait. Son bras déchiqueté et en train de s’infecter des suites d’une morsure de chien lui faisait si mal qu’il avait presque perdu conscience durant son entretient avec son futur patron. Il avait été engagé, mais sa manche était poisseuse de sang et son bras ne cessait pas de trembler. Alasdair faisait tout pour taire cette douleur, mais rien n’y faisait. Il ne pouvait pas encore se permettre d’aller dans une clinique ou autre. La vigilance des soldats était trop élevée pour qu’il y risque sa peau.

Ce fut là que ses cheveux s’hérissèrent au son de pas qui s’approchaient, mais il chassa cet instinct, puisqu’il était impossible qu’il se fasse attaquer à une heure aussi tardive. Mais, par vigilance, il prit ses couteaux de lancer entre ses doigts qu’il dissimula ensuite dans son manteau. Son fusil chéri était bien chargé et prêt à être utilisé en cas d’urgence. Avec de la chance, il n’aurait pas à utiliser une de ses balles numérotées sur une cible qui n’était pas sur sa liste.

Ce fut lorsqu’il sentit cet homme l’étouffer avec ce qui s’avéra être un câble qu’il décida de répliquer. Il s’élança vers l’arrière afin de déstabiliser cet homme. Il s’agissait d’un homme empestant le sang de ses congénères et il ne voulait pas apparaître à son tableau de chasse. Le câble obstruait sa respiration, mais il avait connu pire. Ses jambes puissantes lui permettaient de plaquer cet homme contre la tombe située derrière lui. Il ne lui fallait que le bon angle qu’il tentait d’atteindre.

« Putain, que c'est bon ! Une chimère au cimetière ! Qu'est-ce que tu fais là ?! »

Cet homme riait comme un demeuré, puis il semblait déployer un grand effort pour le tuer lui, le lynx. Ce fut la qu’il prit appui sur la tombe de ce Rowan qu’il brisa sous sa force de saut. Son assaillant et lui heurtèrent la tombe qui était juste en face. Ce mouvement lui permit de dégager sa tête du câble, bien que celui-ci laissait une marque bien apparente sur son cou.

«  Vous… vous êtes un malade! Je n’aime pas tuer des civils… mais vous…vous n’êtes pas un civil. »

Alas feulait tout en reprenant son souffle. Étant donné que cet homme savait ce qu’il était, il se permit de retirer le bandeau qui obstruait son meilleur œil. Il avait cet avantage sur ce simple humain : il voyait parfaitement dans l’obscurité. L’humain en lui dictait d’attaquer à distance, tandis que la bête ne voulait qu’enfoncer ses crocs dans le cou de cette proie intéressante. Il n’avait pas longtemps pour réfléchir et ce délais fit que le lynx chargea droit sur sa cible en usant de ses couteaux de lancer.

Sans aucun doute, il y aurait de la destruction massive, puisque l’animal ne pensait qu’à blesser cet adversaire et lui montrer sa dominance. L’humain n’attendait que de pouvoir reprendre le contrôle de la conscience pour lui loger une balle en pleine tête. Ou peut-être de le torturer un peu. Il pourrait utiliser cet homme comme cobaye au sort qu’il réservait au monstre qui l’avait rendu ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Who am i !

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Ven 14 Avr - 10:01
C'était comme ouvrir un paquet cadeau et découvrir une magnifique surprise à l'intérieur.
Un cri extatique lui échappa alors qu'il percutait une tombe de plein fouet. Il n'aurait jamais pensé que son adversaire se libère de cette manière. Il croyait anticiper avec un peu plus de jugeote que ça, mais la façon dont s'y était prit cette chimère stimula sa motivation.
Le câble avait marqué ses doigts violacés. La force de la créature avait eu raison de sa prise et il lui avait échappé. Il gisait aux pieds de l'homme-chimère. Logan roula sur le ventre, les yeux fixes sur celui-ci.

« Vous... Vous êtes un malade ! Je n'aime pas tuer les civils...Mais vous... Vous n'êtes pas un civil ! »

L'homme feula. Logan rétorqua aussitôt :

« Un civil ? T'es civilisé, toi ? Non, t'es qu'un animal ! Un bouffeur d'humain ! Vous n'êtes que des. salo.. »

Logan esquissa un sourire refermé pour taire sa haine subite. Malgré la douleur du moment, il préféra se réjouir de ne pas s'être trompé sur la personne ! Il fallait percevoir les petites victoires des grandes défaites. Il se redressa en frottant ses lombaires furieusement attaquées. La surprise restait entière, car il ignorait encore à quel genre d'animal il avait à faire. Ce dernier ôta son bandeau sur l’œil. Logan éteignit son envie fugace de lui cracher sa colère à la figure, un trémolo dans la voix :

« Je vais te saigner. Te couper en morceaux. Si, si. Me regarde pas comme ça, c'est pas la peine ! Tu n'y crois pas, hein ? »

Il était partagé entre l’excitation et la fureur, tant il était nerveux. Son corps tremblait, les muscles bandés et il sautilla. C'était toujours comme ça. Il finissait par ne plus savoir contrôler sa montée d’adrénaline, face à elles... La douleur qu'il ressentit libéra de l'endorphine dans son cerveau. C'était devenu une drogue désirable. Il se mordit la lèvre inférieure pour retenir un ricanement cinglant.
Oui. C'était comme ouvrir un paquet cadeau et découvrir une magnifique surprise à l'intérieur...
Il ne put cacher sa joie, ni sa colère. Les deux se battaient dans un seul corps :

« Oh, putain ! Répéta-t-il à plusieurs reprises comme s'il venait de gagner le premier lot d'une tombola. »

Chaque chimère avait une particularité unique. La chasse n'était que plus bénéfique quand la proie se trouvait plus forte qu'elle n'y paraissait. C'était un peu comme préméditer le confort, après l'effort. Logan savait d'avance que tout le déroulement lui plaisait. Une infime partie de lui, à contrario, pensait que tout ceci n'était que façade. Il riait, il souriait et pour cause... Il cachait une grande détresse. Celle-ci même qui le poursuivait depuis qu'il avait perdu ses parents.

« Oh, ta gueule. »

Mais trêve d’émotions. Il mit fin à ses pensées tumultueuses. De toute façon, son adversaire ne lui laissa pas le temps de méditer et reparti à la charge ! L'homme-mammifère lui fonça dessus en tentant d'éparpiller son attention sur les couteaux de lancer, bien plus rapides que lui. Logan entama une roulade sur la sépulture dans son dos et se rattrapa de justesse avec son bras bionique :

« Pardon, madame ! »

Il acheva de s’exclamer et un couteau vint soulever quelques mèches de ses cheveux. Il fendit l'air et se planta non loin d’eux.

« Il rigole pas, marmonna-t-il avant de hurler plus fort. Hé, t'en a rien à foutre de tes copains enterrés, au fait ? Et va s'y qu’il casse tout. Je voulais juste te refaire la glotte, mon pote. Pas le cimetière ! »

Il prit le risque grandiose de se redresser, voyant la bête arriver. Il frétilla des épaules et susurra :

« Salut. »

Logan partit en grandes enjambées dans la direction inverse de la chimère, un rire gras aux lèvres. Si les créatures dans le genre de cet homme étaient capables de faire peur en poussant un cri féroce, le jeune homme, lui, n'avait que sa folie pour perturber un tant soit peu ses adversaires. Il profitait d'en jouer grandement pour mieux s'amuser avec. Mais son action n'était pas tant irréfléchie, car il utilisa les tombes à son avantage, faisant passer son assaillant dans leurs lignes afin de le ralentir. Il zigzaguait entre elles, redessinant les règles du jeu de saute-mouton. En somme, il esquissa un grand tour afin d'aller récupérer son arme fétiche. Le câble gisait par terre et Logan s'en empara promptement. Il avait ce qu'il voulait. Soudain, un autre couteau fendit le vent. Il se planta fermement au-dessus de son biceps droit.


[...]


Logan tapa du pied. Il se libéra de la douleur, s’époumonant d'un ton grave !
Il retira la lame de sa main métallique, plus tremblant encore. Les narines dilatées, il la jeta par terre en étouffant un frisson. De nouveau, il sifflota, emporté par la vague d'endorphine. Un sourcil rehaussé, il rajouta :

« Les préliminaires c'est vital. T'es prêt ? »

Sans respect pour son corps endolorit, il fonça sur son adversaire et une fois à sa hauteur, feinta à la dernière seconde en pivotant sur le côté. Son intention n'était pas de mourir sous les crocs d'un quelconque animal. Il donna un coup de coude dans le flan de la créature et sentit quelque chose de métallique lui rendre la pareille. Le bougre cachait quelque chose dans sa veste. Mais quoi ?
Logan ne se posa pas la question deux fois, concentré sur les actions de son vis-à-vis. Il cherchait à enrouler de nouveau le fil autour du cou de la bête dans l'intention première de l'immobiliser. Pour cela, il fallait qu'il tombe. Ainsi, Logan mit son pied entre ceux d'Alasdair. Le risque était grand. Mais il en valait foutrement la peine !

Un nouveau détail le frappa. La manche de la chimère était noircie par une substance poisseuse. Le hasard faisait les choses avec merveille. Logan perdit son idée première, attrapant l’avant-bras d'Alasdair :

« Hé, mais t'as commencé sans moi ? J'suis jaloux ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Ven 14 Avr - 16:46
« Un civil ? T'es civilisé, toi ? Non, t'es qu'un animal ! Un bouffeur d'humain ! Vous n'êtes que des. salo.. »

Cet insolent qui avait osé l’attaquer ne se regardait pas avant de le traiter d’animal. De plus, Alasdair ne se nourrissait pas de chair humaine. Il entamait sa charge, l’humain et le lynx en lui se disputant un peu le corps. Il avait l’avantage du terrain, mais il savait qu’il s’amuserait avec cette insolente souris. Celle-ci souriait d’un sourire malsain, et cela attisait son désir de jouer avec.

Il ne laissait personne qui avait découvert sa véritable nature vivre assez longtemps pour en parler, alors il s’était permis de retirer son cher bandeau. Autant jouer cette roulette Drachmienne avec toutes les cartes de son côté.  Son œil normalement caché était celui de cet animal qui partageait son corps. Il avait besoin de tout son instinct dans cette situation. Alasdair ne comptait pas mourir et révéler à son ennemi quel animal il était, puisque cela était également à son avantage.

« Je vais te saigner. Te couper en morceaux. Si, si. Me regarde pas comme ça, c'est pas la peine ! Tu n'y crois pas, hein ? »

Une insulte qui ne l’atteignait pas du tout tandis qu’il le chargeait et lançait ses couteaux en sa direction. Peu importe les tombes qui se dressaient devant lui, elles n’étaient plus que des outils de sa réussite. Sa cible tremblait d’excitation et l’adrénaline du Lynx rendrait cette chasse bien amusante.  Il n’était pas aussi bestial qu’il ne le laissait paraître tandis qu’il reprenait ses couteaux de lancer lorsqu’ils rataient sa cible mouvante.  Celle-ci répétait une quantité phénoménale de jurons, sans doute due à un mélange de folie et de détresse.

- Courrez, petite souris, la partie ne fait que commencer. J’espère que vous ne faites pas que couiner et que vous vous montrez digne des attentes que j’ai en votre égard.

Alasdair sourit, tandis qu’il accélérait sa vitesse et qu’il se fichait de sa jambe qui répliquait de douleur.  Ses couteaux étaient rapides, mais la souris savait bien jouer, elle aussi. Utiliser directement le fusil aurait gâché le plaisir, alors il préférait faire courir la souris avec ses couteaux. Celle-ci s’était accroupie derrière la tombe d’un certain Maes Hugues et semblait attendre sa venue. D’un mouvement agile, Alasdair se contentait de reprendre ses lames tombées. Il n’avait pas le temps d’admirer le chaos ambiant.

« Oh, ta gueule. »

L’insulte lancée par cet humain était extrêmement bien placée, ce qui provoqua un rire hilare incontrôlé de la part de la chimère. Ses couteaux étaient une ruse, enfin sauf un, son plus aiguisé, celui-là il le réservait pour taillader la chair de sa souris. Il lui referait un nouveau sourire avant de lui arracher l’orbite droit. Il fallait bien qu’il signe son coup. Définitivement, cette soirée était bien moins monotone qu’il ne l’avait cru et l’animal en lui, s’amusait cruellement. Cela faisait un entraînement sur le terrain. Il était juste bien dommage que ce ne soit pas l’un de ses bourreaux.

Il reprenait sa charge avec une expression plus animale, tandis qu’il fracassait la dernière pierre tombale derrière laquelle s’était cachée sa petite souris du soir. Le sang de son bras finissait d’entacher les lieux, mais il s’en moquait, son excitation était trop grande, mais contenue, pour qu’il s’attarde à de telles choses.

« Pardon, madame ! »

La souris parlait à son bras de métal, tandis qu’une de ses lames l’effleura au-dessus de la tête. Alasdair devait avouer que cette souris l’amusait beaucoup. Il s’affaira à la récupérer, puisqu’il voulait perdre aucune de ses lames.

« Il rigole pas, marmonna-t-il avant de hurler plus fort. Hé, t'en a rien à foutre de tes copains enterrés, au fait ? Et va s'y qu’il casse tout. Je voulais juste te refaire la glotte, mon pote. Pas le cimetière ! »

Il prenait le risque de l’insulter en plus, quel effort louable. Il ne devait pas décevoir sa cible. Un sourire resurgissait sur son visage, tandis qu’il approchait de sa cible. Il avait bien sûr fait un arrêt temporaire et trouvait regrettable d’avoir détruit les tombes de ces gens, mais ils l’aidaient ainsi.

« Salut. »

La voix susurrée de cette souris le surprit juste assez pour lui permettre de reprendre une avance sur lui. Un couteau se logea ensuite juste au-dessus du biceps de l'homme et le sang perlait. Cette souris s’était amusée a zigzaguer entre les tombes pour aller reprendre son câble. Tant mieux, le jeu allait devenir beaucoup plus amusant ainsi.

L’odeur du sang envahissait ses narines, tandis que sa cible était retournée vers lui. Elle sifflotait gaiement, et comptait sans doute lui remettre ce câble autour de son cou. Il semblerait que la souris ait chassé plusieurs monstres telles que lui, mais il ne se laisserait pas vaincre facilement.

« Les préliminaires c'est vital. T'es prêt ? »

- je n'aurais pas mieux dit, Souris.

La souris usa d’un subterfuge afin de feinter sa charge et poser son pied entre ses deux jambes. Alasdair devait bien concéder cela à cet homme, il savait ce qu’il faisait et était plus distrayant que les militaires. Un coup de coude dans son flanc aurait dû le déstabiliser mais Milady , son fusil se tenait là, comme une défense additionnelle. Il vit bien l’expression se teindre de douleur sur le visage de son adversaire. Ensuite de quoi, celui-ci saisit son bras cassé avec sa main avec une expression malsaine sur son visage.

« Hé, mais t'as commencé sans moi ? J'suis jaloux ! »
Jaloux? Cela lui faisait mal juste le fait que son adversaire s’en soit emparé. Il tenta donc de dégager son bras, mais le moindre mouvement ravivait la douleur, donc il se contenta de tenter de lui donner un coup de pied pour le dégager.  Il avait beau avoir beaucoup de forces dans ses jambes, il était légèrement dans une impasse.
Il ne lui restait qu’à dégager son adversaire de son bras, et se trouver une position de tir décente et il lui présenterait sa milady. Cette perspective le faisait bien sourire, mais l’éclat dans son regard ne lui augurait rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Who am i !

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Ven 14 Avr - 18:48
« Je n'aurais pas mieux dis, Souris. »

Logan l'imita aussitôt, la langue contre les dents lorsqu'Alasdair lui flanqua un coup de pied. Il s'était attardé à le taquiner verbalement et ce fut l’inattention de trop alors qu'il se sentit partir en arrière. La force d'une chimère n'était pas à prendre à la légère. Pourtant c'est ce que Logan faisait sans arrêt. Il glissa sur deux bons mètres, ralentit par une tombe qui passait par là. Ou était-ce l'inverse ?
Sa tête acheva de toucher la surface en béton et il cria :

« Cling ! Tu aimes le bowling ? Bah, tu as perdu ! Faut faire tomber la quille. »

Il se releva bien vite, trop vite. Il cligna des yeux et répéta plus fort en désignant du doigt, la tombe derrière lui :

« La quille !! »

La démarche titubante, il tendit sa main en l'air, celle-ci même qui avait servit à empoigner le bras d'Alasdair. Il esquissa un sourire, agitant la tête pour dissiper les infimes étoiles qui vinrent piquer sa vision :

« C'est quoi, ça ?! Demanda-t-il d'un ton exagérément aiguë. »

Il insista du regard sur ses doigts tachés de sang. Pour sûr, il lui réservait une surprise.

Logan ignorait encore avec quoi était croisé cette créature qu'il qualifiait d'immonde. En revanche, il n'était pas sans savoir que ça avait tout l'air d'un animal à quatre pattes. Les crocs et son œil s'en rapprochait familièrement. Il se redressa, un pied derrière l'autre et prêt à bondir. Il enroula chaque extrémité du câble autour de ses paumes et le tendit fermement :

« À moi de jouer. »

Il courut. Droit devant lui. La créature était là. Elle le regardait comme une « petite souris ». Comme une proie. Logan n'aimait pas ça. Dans quel état pouvait se trouver cet homme ? Il n'avait pas l'air d'être de toute énergie. Dans un sens, ça l'arrangeait. Dans l'autre, il se donnait l'impression d'être un tricheur. Mais après tout, il était humain. Et pas lui.
Pas lui.
Son sourire naquit de nouveau. Il avait tranché. Enfin... Pas tout à fait.

« Hé-hé. »

Il lui fallait de l'élan. L'homme-chimère ne tomberait pas comme une vulgaire quille. Il mit plus de forces dans ses pieds. Deux mètres, ça paraissait si peu tout d'un coup. Ce n'est qu'à quelques centimètres de la bête qu'il leva la jambe. Son pied percuta le genou d'Alasdair et lui permit de bondir en l'air. Il lui passa le câble autour du cou et le relâcha aussitôt. L'action fut rapide. Logan se propulsa de lui-même à l'aide de son tremplin de circonstance qui se trouvait être Alasdair.
Contrairement aux apparences, il n'était pas assez fou pour rester plus de deux secondes en contact rapproché avec ce dernier. Après tout, la chimère avait une force bien trop redoutable. Pour autant, Logan était loin d'avoir fini. S'il attendait trop longtemps, Alasdair allait retirer le câble. D'une pirouette, il retomba sur ses pieds.
Promptement, Logan plongea sa main dans la poche de son pantalon et en retira un couteau. Il était petit. Très petit. Mais sa lame n'en était pas moins aiguisée. C'est ce qui renvoyait toute son importance à l'objet. Il brandit la lame sous le cou d'Alasdair, empoignant de nouveau le bras endolorit de celui-ci. Il mit à cœur de serrer très fort et dit :

« Regarde-bien ce que la souris va te faire. »

Soudain, Logan se baissa, et passa sous le bras de la créature. Il fut aisé de le faire, car il était si grand. Il agrippa le câble par-derrière de sa main de métal, relâchant sa prise sur le bras de la chimère. Mais ce fut pour mieux planter son couteau dans son biceps avec son membre restant. Essoufflé, il tremblait comme une feuille. Il avait déployé énormément d’énergie pour faire ça. Et le rouge qui lui colorait les joues le démontraient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Ven 14 Avr - 23:34
La souris s’était cogné la tête contre une tombe qui avait survécu à l'impact.  Alasdair était surpris que le bloc de pierre survive à la tête de cette souris tenace mais terriblement divertissante. Le nom inscrit dessus était Aden Nito. le nom lui disait quelque chose, mais actuellement il s’amusait trop pour se soucier d’un tel souvenir humain.

« Cling ! Tu aimes le bowling ? Bah, tu as perdu ! Faut faire tomber la quille. »

Elle se relevait trop rapidement et était étourdie. Cela rendait le jeu moins amusant. Alors la chimère attendait qu'elle reprenne ses sens pour que le jeu se poursuive. Sa proie pointait la tombe derrière lui avec un air visiblement mi mécontent mi amusé.

« La quille !! »

Pour le lynx, il était amusant que cette très chère souris compare leur jeu aux quilles, puisque la créature détestait particulièrement perdre aux jeux. C’était pour cela que dès que possible elle détruirait cette tombe avec milady ou encore le cadavre démembré de la souris afin de triompher et à la roulette russe et aux quilles.

Lorsque la souris leva une main entaché du sang de son bras fracturé et presque déchiqueté, le félin sut que la partie allait se corser et devenir encore plus amusante pour les deux. Alasdair, ou plutôt, la partie bestiale de celui-ci s’amusera beaucoup avec cette souris . maintenant à terrain égal, le jeu serait enfin divertissant. le nouveau but était de triompher aux quilles et envoyer cette balle humaine sur le plus de tombes possibles.

« C'est quoi, ça ?! Demanda-t-il d'un ton exagérément aiguë. »

-Le lubrifiant pour la balle que tu va devenir, très chère Souris. Jouons aux quilles comme nous n'avons jamais joués, voulez-vous? Je n'accepterai pas de refus de votre part, je vous avertit déjà. Notre partie commence à peine.

La souris insistait trop du regard sur le sang, mais la chimère n’eut comme seule réaction que de se mettre à rire d'un rire hilare et profondément animal: définitivement l'humain ne contrôlait plus du tout le corps. Puis, rapidement, elle se redressait totalement et se positionna prête à bondir, tandis que le félin plaçait ses couteaux entre ses jointures, comme si elles étaient ses griffes.

« À moi de jouer. »

-je vous attend,  Souris.

Cet humain chargeait devant lui en n'ayant comme seule arme que ce cable tendu. Il ne laisserait pas encore sa partie humaine prendre le contrôle, Milady le réceptionnerait bien assez rapidement. le lynx admirait la férocité de ce jouet et adversaire qui osait le défier sans la peur habituelle de ses pathétiques proies. Pour une fois c’était le lynx qui s'amusait réellement. cette souris n,aimait manifestement pas le surnom qui lui avait été accordé, mais cela ne dérangeait pas du tout le Lynx qui ne se révélait pas. sa carte maîtresse était de lui cacher ce qu'il était exactement. peut-être le soufflerait-il sur son cadavre, puisqu’il s,agissait d,un adversaire à la hauteur de ses attentes.


« Hé-hé. »

Le rire de sa proie résonnait tandis qu'elle approchait de lui . mais cette proie le surprit à utiliser le genou de sa jambe blessée comme support afin de se propulser au-dessus de lui. Il n'a pas eu le temps de réagir en saisissant cette proie que celle-ci lui enroulait à nouveau ce cable immonde autour du cou. Avec ce cable qui obstruait et lui qui peinait à garder l'équilibre à cause du contre choc sur sa jambe boitante, la chimère ne pouvait que regarder la souris sortir un couteau de sa poche. un très petit couteau à la lame effilée.

La souris lui mit l’objet devant ses yeux avec un sourire malsain tout en empoignant fermement son bras cassé, lui engendrant ainsi de sonores grognements de douleur. manifestement la souris gagnait cette round, et y prenait un grand plaisir. Mais le lynx se vengerait et emporterait la victoire.

« Regarde-bien ce que la souris va te faire. »

L'agile petite souris lui passa sous le bras avant d'enfoncer une lame en plein dans ce qui lui restait de chair. Ce surplus de poids combiné au fait qu'il tentait de se libérer du câble le fit chuter au sol, son crâne percutant une tombe brisée avec violence. Cette souris commençait à s’épuiser, mais le cable entravait sa bouche et l’empêchait à moitié de respirer et de lâcher autre chose que des paroles étouffées et inintelligibles.

Ce fut un lynx à moitié sonné qui ne put rien faire face à ce qui lui ferait cette souris. Mais, le lynx préparait déjà une autre attaque et la perte de son bras serait la diversion dont il avait besoin.-- Ses pattes aux griffes bien tendues lui labourait la chair dans une nouvelle projection afin de briser cette quille qui avait osé le défier. Une fois éloigné, il pourrait alors trouver une position de tir parfaite et laisser l’humain  en lui achever sa souris. il ne lui dirait pas sa véritable nature. Ce serait son secret définitif. --

Sous la force de ses crocs et de son autre bras, il s'acharnait à retirer le câble pendant que cette souris savourait sa petite victoire. Elle ne payait pas pour attendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Who am i !

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Sam 15 Avr - 1:46
La chimère tomba, prise au piège. Logan ignorait qu'elle était blessée à la jambe bien avant qu'ils se rencontrent. Mais ce hasard lui avait permis de prendre le dessus. Abasourdi, Alasdair ne put se défendre. Logan le retourna sur le dos. Il s'avachit à califourchon sur la chimère. Il le contempla de haut, essoufflé. Appuyant fermement sur la lame plantée dans le muscle de son assaillant. Il prit garde à remonter et resserrer le lien du câble autour de sa mâchoire avec son bras bionique. S'il lui venait l'idée de le mordre, le jeune homme ne sentirait rien.

Quelques secondes défilèrent. Elles étaient douces. Une buée s'échappait d'entre ses lèvres. La froideur de la nuit était à son summum. Mais il avait chaud. L'adrénaline redescendit en flèche et la fatigue lui fit perdre ses mots :

« Pour... Pour... »

Il n’arrivait pas à le dire. Ses yeux se fermèrent. Il souffla fort avant de les rouvrir :

« Pourquoi ? »

Dévisageant la créature sous lui, il resserra ses doigts contre sa mâchoire et se pencha pour encrer ses yeux dans les siens. La colère imbibait ses traits. C'était comme si la question n'était pas sortit de sa propre bouche, mais bien de celle de son vis-à-vis. Il s'égosilla :

« Parce que tu n'es rien d'autre qu'une proie !! »

Il ricana. Cette phrase était le fantôme de celle qui était sortit de la bouche du meurtrier de ses parents. Les années passants, il n'avait jamais pu oublier. En revanche, il n'en était pas conscient. Il était persuadé de l'avoir inventé. Il la retournait à son avantage. Certain d'être le chasseur et non l'inverse.
Logan mit du mouvement dans ses bras. Le câble entortillé autour de la tête d'Alasdair tirait sur ses cervicales. Il tourna la lame de son couteau dans le muscle piqué à vif de son adversaire. Les traits de son visage tremblèrent. Les yeux dilatés, il persifla :

« Je t'avais dis que je te couperais en morceaux ! Regarde-bien ! »

La lame glissa sur la peau avec facilité. Elle était taillée pour ça. Mais la tâche fut ardue. Le sang gicla. Logan sursauta. Il reçut quelques gouttes sur les joues, s'empressant de les frotter contre son épaule. Partagé entre rire et larme. Soudain, il retira le couteau, le levant au-dessus de sa tête. Il mit tout l'élan qu'il put avant que la lame ne traverse de nouveau la plaie. Il s'y prit à plusieurs reprises, à bout de souffle. Mais il ne voulait pas rater ça. Pas comme ça. Il devait le faire. Il en avait envie !
Il l'avait tailladé, mais pas complètement sectionné. Logan se sentit pressé. Il ne fallait pas que la chimère bondisse pour se défendre. Il relâcha le câble. Ses deux mains étaient libres. Alors il agrippa le bras d'Alasdair et le frappa contre la pierre. Puis encore. Jusqu’à entendre la plainte d'un os qui se brise. Celui-ci était déjà cassé. Mais ce n'en fut que plus facile. Logan ne s'attarda pas sur le fait que sa victime avait été celle de quelqu'un ou de quelque chose avant lui. Ceci ne faisait que lui faire perdre du temps. Il reprit son couteau et rompit maladroitement la chair. L'odeur était âpre. Forte. Alasdair se retenait vigoureusement pour ne pas hurler et cela ce voyait.

« Pourquoi tu ne te laisses pas aller ? Hein ? Exprime-toi ! Dis quelque chose ! Cri ! »

Il l’agrippa par le poignet et tira d'un coup vorace. Le bras tint bon, à son plus grand damne. Il inspira, gaie :

« Vous les chimères, vous êtes tenaces ! D'habitude, la strangulation est le meilleur moyen de parvenir à mes fins ! Mais putain, tu me fais si plaisir. Qu'est-ce que tu es, au juste ? Hum ? »

Il aurait dû profiter de cette faiblesse pour le tuer. Mais il perdait ses moyens face à elles. Ces créatures. L'envie de lui faire mal était plus virulente. Il se saisit d'un bloc de pierre entre ses deux mains. Un bout de tombe brisé. L'arme du crime parfaite. Il l'abattit férocement sur la plaie avec hargne.

« Cours ! Qu'il disait. »

Il frappa encore.

« Cours ! Mais je lui ai fait ravaler ses mots ! »

Il lâcha la pierre qui retomba lourdement sur le sol. Son œuvre était accomplie. Il l'avait fait. Logan déglutit devant l'image du bras sectionné. Il eut un doute. Il ne se souvenait plus si ce qu'il venait de dire n'était pas les mots de son père plutôt que de la chimère qui l'avait tué. Il songea à ce dernier. Ses joues se soulevèrent dans un immense sourire :

« Je l'ai saigné, comme toi. Il hurlait comme un charognard. Je ne t'ai pas entendu, toi ? Attends, attends, attends... Que je trouve de quoi te faire hurler. »

Prit au jeu, Logan releva les yeux. Il chercha ci et là ce qu'il pouvait apporter de plus à sa boucherie pour entendre la créature souffrir. Car il devait l'admettre, son silence était irritant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Sam 15 Avr - 2:22
« Je l'ai saigné, comme toi. Il hurlait comme un charognard. Je ne t'ai pas entendu, toi ? Attends, attends, attends... Que je trouve de quoi te faire hurler. »

la chimère était satisfaite que la souris soit tombée dans son piège avec une telle facilité. Il ne pouvait pas ignorer la douleur de ce bras arraché avec autant de férocité, mais il n'avait pas dit son dernier mot. Son assaillant s’épuisait, cela il le percevait uniquement au son de sa respiration et au ton de sa voix. ce fut ainsi qu’il put se redresser à la force de poussée de ses jambes aux griffes bien parées. la souris se retrouvait déstabilisée et le câble cédait finalement sous ses crocs. Mais sa bouche était remplie de sang causé par une de ses canines qui était presque arrachée. Qu’étais le sacrifice d'un bras et de sa dent face à la satisfaction d'avoir berné cette souris.

Non, il n'avait plus envie de le tuer, mais plutôt de lui causer la même souffrance. Une fois retourné, il ne laissait pas à sa proie le temps de récupérer qu’il le propulsait déjà plus loin contre la quille qui se brisait sous l’impact. manifestement il lui avait entaillé le flanc de ses griffes mais vu leur taille, ce ne serait pas mortel. Cela lui laisserait juste une charmante ligne de cicatrices. Sous l’adrénaline, le lynx bondissait et s'éloignait de sa proie pour lui faire croire qu'il fuyait lâchement.

Il ne s'était pas attendu que son assaillant soit trop faible pour lui faire une coupe décente, il avait usé un morceau de pierre tombale pour achever son bras droit. Bien qu'il n’avait plus sa main directrice, il se réjouissait d'avoir déjà chargé sa douce Milady qui allait siffler de jolies balles pour trouer le bras de la souris. Il savait exactement ou viser, tandis qu’il dissimula derrière la statue d’un ange aux ailes coupées. L’ironie était tout de même présente. Un sourire s’élargissait sur ses traits, tandis qu'il cracha du sang.

Milady était lourde pour sa main, mais il se servait également du morceau d’os qui sortait de son bras tranché afin de bien placer son arme. une fois Milady bien placée, il déchirait un morceau de ses vêtements pour se faire un sarrau de fortune, le temps qu’il puisse rejoindre cette fameuse clinique au médecin Xinois qui ne regardait pas l’origine de ses patients. Il aurait vraiment besoin de consulter ses services au vu de son état.

Il ne lui restait plus qu’à attendre le moment exact où sa cible suivrait sa piste pour l'achever et il tirerait droit dans le bras. Le lynx avait tout son temps pour attendre et l’humain en lui venait de reprendre le dessus. C’était lui l'ancien soldat doué au tir d’élite, cela le lynx le lui concédait. Bien que les deux parties se disputaient parfois le corps, il avait appris à tolérer ce deux pattes . Les deux étaient en symbiose presque parfaite, hormis en des moments ou le lynx s’enflammait en raison d’une proie exceptionnelle.

Peu importe ce que cette souris ferait, qu'elle avance ou fuit, il tirerait exactement la ou il lui avait coupé le bras, sur son bras valide. Le tir sectionnait à coup sur le nerf et lui pourrait aller se faire soigner. il était inutile de rester achever cet humain, il considérait cela comme une victoire partielle. De toutes manières, il avait remporté la partie de quilles et le nombre de quilles tombales détruites était phénoménal. Plus qu'une vingtaine. Et lorsque le moment opportun arriva, le coup partit.

-TOUCHÉ!

Il le voyait le bras pendre désormais sans vie, retenu uniquement par un simple moignon de chair inutilisable. Le cratère causé par sa balle était trop important pour que cela puisse être soignable. Alas, ne se réjouissait pas trop de sa victoire, ramassa Milady avant de fuir dans l'obscurité et user de ses talents de Lynx. Il était désormais en mode invisible C’était sa carte maîtresse et cet homme ne l’avait pas vu l’utiliser. Il resterait bien sûr à surveiller ses mouvements encore un peu avant de choisir la meilleure sortie pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Who am i !

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Sam 15 Avr - 15:52
Allait-il lui infliger milles sévices ? Que pouvait-il faire ? Le cimetière était avare d'outils de torture. Et puis, c'était une chimère. En un mot, tout était dit. Il était le propre fruit de la souffrance. Logan espérait que ça fasse mal. Au point de souhaiter se retourner une balle. Il s'était souvent dit que si ce malheur devait lui arriver, il sauterait du haut d'un pont sans ménagement.

Le jeune homme baissa les yeux dans ceux de la bête. Le vert de ses iris renvoyaient au passé. Mais aucune peur ne transparut sur le visage d'Alasdair. Ça ressemblait plutôt à de l'inspiration chaotique. La chimère lui renvoyait son image. Elle souffrait, tout en se délectant. Mais de quoi ?
Logan n'avait pourtant pas l'impression d'être en position de faiblesse. Exalté par son acte, ses membres étaient fébriles. Un goût amer dégoulinait dans sa bouche. Celui de la prise de conscience. Car au fond, il comprit qu'il avait été indiscret. Emporté par le cynisme. La violence. Et la folie.

Il pensait en avoir finit. Mais ce n'était que le commencement. La chimère profita de son élan d'inattention. Toutes griffes dehors, il lui asséna un violent coup dans le flanc pour le propulser en arrière. Projeté par l'animal, Logan s'entendit rire. Ses tripes retournées par la nervosité. Il eut envie de vomir. Son dos percuta sauvagement une stèle de béton. Elle se brisa à l'horizontal, en son milieu, étouffant la chute du jeune homme. Ce dernier s'en fit toute une mélodie dans un coin de sa tête. Il entendit le son victorieux émit lorsqu’une boule de bowling parvient à faire tomber toutes les quilles. Mais il ne put en rire d'avantage, le souffle coupé par l'impact. Un râle haché s'échappait de ses lèvres et il se releva, une main refermée contre ses côtes. La griffure n'était pas profonde, mais suffisamment piquante pour l'obliger à se plier en deux, un instant. Le regard en l'air, fixant la créature qui s'échappait.

« Non ! Oh, non ! Tu n'as pas ce droit ! »

La colère l'emporta. Il n'aurait jamais cru que sa victime partirait de cette manière. Pas en s'enfuyant. C'était indigne des règles du jeu. Il fallait mourir ou tuer. Proie ou chasseur. Il n'existait pas d'entre-deux.
La créature disparue derrière une statue. Logan retint un sourire, la langue collée contre son palet. Elle glissa contre ses lèvres et il se redressa, l'oreille tendue. La tension fut palpable. Les grillons devinrent assourdissants. Le vent accentua la mélodie. Il lui rafraîchit la nuque. Logan contourna doucement la statut de pierre.
Il aperçut le bout des chaussures d'Alasdair. Sa vue remonta doucement le long de ses jambes. Le manche de son petit couteau enfoncé dans la paume. La lame ressortait comme un doigt d'acier. Prêt à se planter. Ses yeux remontèrent encore. Une lueur métallique accrocha son regard. Ses iris se rétractèrent :

« Fils de p... ! »

Le coup de feu détonna. L’impact de la balle contre son bras de chair le fit glisser sur le côté. Un genou au sol, son réflexe fut de ramener sa main bionique contre sa plaie. Il ne s'entendit pas gémir, alors que la douleur se propagea en fines lames. Son cri fut une longue plainte. Croissante.
Le son de sa propre souffrance l’empêcha de distinguer les mots d'Alasdair. Mais au fond de lui, il sut que ce n'était pas une déclaration d'amour. Et il partit. Sans plus de cérémonie, la bête s'en allait.

Son index de métal bouchait au mieux l'artère qui lui était vitale au fond de la plaie. Traversé de spasmes, Logan ne sentait plus sa main droite. Pourtant elle était encore bien là, retenue par un amont de chair déstructurée. Il tomba lentement contre le sol, fiévreux et agité.

« Cours, cours… chuchota-t-il, les yeux dans le vague. »

Un serpent remontait le long de sa carotide. Il le mordait à chaque petit millimètre. Logan ignorait la pâleur soudaine de son visage, ses cheveux collés contre son front. Mais il connaissait ce mal. Ce mal qui rongeait l'intérieur sans plus finir. Juste avant que l'endorphine, de nouveau, n'aide le corps à s'endormir. Plus communément connu sous le nom de morphine. Ses yeux se fermèrent, les sourcils froncés. Il médita quelques secondes, les larmes au coin des paupières. Elles formèrent des sillons sur chaque joue, retombant comme des perles. Comparables à celles qui naquirent à l'extrémité de ses lèvres, rouges sanguines. Le sang obstrua ses voies respiratoires, l'obligeant à se traîner sur le côté. Il s'appuya contre son bras gauche, la tête en apesanteur.

Il rit. Doucement. Plus ses épaules s'agitaient de ce soudain mouvement et plus c'était fort. La drogue secrétée par son cerveau prit le pas sur sa conscience. Il inspira avant d'hurler aussi haut qu'il put :

« C'est ça, cours ! Cours ! Dégage ! Espèce de lâche ! Hé… Aie. Ha-ha ! »

Départagé, il tentait de se redresser, entamant un circuit déséquilibré de par ses jambes cotonneuses. Ses yeux se fermaient de leurs chefs, l'obligeant à lutter pour se relever. Mais à chaque essai, la même chose se reproduisait. Il finissait toujours par tomber.
Autant dire que ça ne le fit plus rire alors qu'il eut du mal à faire la distinction entre les ombres des arbres au loin et le fantôme imaginaire d'Alasdair. Il crut le voir. Ses yeux étincelants comme deux petites lunes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Who am i !

Notes
Ticket de Loterie:
Roses:
Cadeau(x) Concours:

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Sam 15 Avr - 16:49
Le Lynx , en proie à son humanité eut le réflexe de serrer son bandage de fortune afin d'enrayer l'hémorragie, puis, remarquant l'emplacement de son bras arraché, hésita pour le récupérer. Mais, Alasdair savait pertinemment qu’il pourrait être poursuivi s’il laissait là son bras. Ce fut pour cette raison qu’il remballe son matériel afin d'enrayer tout bruits susceptibles de le trahir. Sans ses souliers, il est nettement plus discret, alors il les range dans une pochette du sac qu’il dissimule sous sa veste. Son oeil droit de nouveau caché sous un bandeau, il se fond dans la nuit.

Il observe la Souris qui est manifestement confuse et en proie à la souffrance.  L'envie de tuer n'est plus présente, mais il sait que la souris est une menace pour lui. C’est pour cela qu’il récupère tout doucement le bras, sans le moindre bruit avant de le poser sur son épaule. Il est sur le point de partir tandis qu’un sourire se dessine sur ses lèvres. Il reste une dernière manche à remporter. Il sort finalement un couteau de lancer à la lame émoussée qu’il lance à deux centimètres de l'entre-jambe de la Souris, comme un avertissement.

-Il semblerait, Souris que j'aie remporté cette manche. Puisque vous ne m’avez pas déçu, je vous laisse vivre jusqu’à la prochaine manche! Trouvez-vous rapidement un médecin compétent et la prochaine fois nous reprendrons notre manche. Il reste amplement de quilles pour poursuivre le jeu.

Ce n'est qu’après lui avoir lancé un sourire entièrement visible qu’il se permet de retourner sur ses pas,tout en disparaissant.  Il cheminait en direction d’une des sorties du cimetière tout en zigzaguant entre les tombes afin de disparaître encore plus de la vue de sa cible. Ses pas sont entièrement silencieux, et sa respiration contrôlée.  De nouveau invisible, la chimère était d'excellente humeur, malgré sa souffrance. Cette rencontre lui avait créé un immense divertissement et le regard haineux de ce chasseur de chimères n'en était que plus délectable encore.

Cette partie de quilles remontait un souvenir de coup de feu spectaculaires qui avaient valu l'admiration de cette ombre qu’il poursuivait inlassablement. Pourquoi ne pouvait-il pas se souvenir de son nom alors qu’il ne vivait que pour la retrouver. Elle, cette fille qui lui avait volé son coeur et enfermé sa liberté dans la montre qu’il traînait toujours avec lui. Il ne perdrait pas à la roulette Russe jusqu’à ce qu’il l’ait retrouvée et éliminé tous les hommes présents sur sa liste.

Il se moquait de perdre des morceaux de ce corps monstrueux si cela pouvait lui créer un tel sentiment de plaisir. Il en ronronnait d'ailleurs, mais il était maintenant trop loin pour que ce son puisse être entendu par Souris.  Dans un sens, il trouvait bien dommage que la partie soit avortée aussi rapidement, mais il voulait avoir la capacité de donner son 100% la prochaine fois et il espérait la même de son nouveau rival. Avec une Souris d'aussi grande valeur, il voulait être à la hauteur de ses attentes et lui offrir une partie mémorable.

Ce fut avec un sourire aux lèvre et du sang coulant de ses plaies qu’il franchit la sortie. À cette heure tardive, il n'y avait personne dans les rues et cela le convenait. Il ne lui restait plus qu’à trouver la fameuse clinique dont il avait entendu parler par l’intermédiaire d’un de ces illuminés morts durant une embuscade. Un pied devant l'autre, il cherchait, tandis que sa vision commençait à se flouter. Combien de litres lui restait-il, il ne le savait pas. Il s'effondra finalement inconscient en percutant la porte de la clinique qu’il cherchait de la force de son corps.

-J’espères que j’y suis…

Ce fut les derniers mots marmonnés par Alasdair, tandis que sa façade disparaissait , et qu’il perdait toute once de conscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Who am i !

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS] Dim 16 Avr - 14:12
« Je vais te lacérer ! Oh... Je te ferais ravaler ta lâcheté ! J'irais la chercher... Dans ton ventre, ton cou, ta tête... Je découvrirais quel est donc le fautif de ta propre fuite. Et je te le ferais bouffer !! »

Logan retomba sur le sol, incapable de maintenir son équilibre. Le fait de hurler assommait un peu plus sa conscience. Il fallait qu'il se calme, au risque de tomber dans les pommes. Mais sur l'instant, c'était impensable. Inconcevable. Il ne savait plus si la colère le dominait. N'était-ce pas du regret ? Celui de ne pas avoir fait ce qu'il fallait en temps voulu. Il regrettait tellement de ne pas l'avoir tué. Mais pas son geste. Celui de lui avoir écrasé un membre jusqu'à le sectionner. C'était la première fois. Et il trouvait ça, plus exaltant encore.
Les images qui dominaient son esprit étaient malsaines. La promesse d'une vengeance certaine. Il imaginait déjà quels sévices lui infliger. La bouche possédée par le dictionnaire des injures. Il les énuméra toutes, sans ordre, ni sens. Mais avec le visage de cette foutue chimère imprimé sur la rétine.

Il ne sentait plus son bras. La douleur était incomparable. Sensationnelle., Mais elle était concentrée dans son cerveau, oubliant l'artère bouchée. L'hémoglobine à ses genoux formait une petite flaque. Il s'assit au sol, le dos rond et les jambes écartées. Il inclina la tête, les yeux rivés dans son reflet sombre et mal-formé.
Il frissonna. Le vent était gelé. Ou bien c'était une toute autre chose qui le rendait si frigide. Il l'ignora prestement et inspira, expira avec délectation. Il creusa dans sa tête afin de faire ressortir le positif de toute cette histoire. Il avait longtemps cherché à devenir plus fort pour confronter ce genre d'animal. La perte d'un bras était particulièrement intéressante, car ça sous-entendait de s'en faire greffer un, plus résistant. Cette perspective lui remonta le moral.

Soudain, une lame se planta non loin de ses précieux bijoux de famille. De petits frissons vinrent lui piquer l'intérieur des cuisses et il releva la tête. Alasdair se tenait là, un grand sourire aux lèvres :

« Il semblerait, Souris, que j'ai remporté cette manche. Puisque vous ne m’avez pas déçu, je vous laisse vivre jusqu’à la prochaine manche ! Trouvez-vous rapidement un médecin compétent et la prochaine fois nous reprendrons notre manche. Il reste amplement de quilles pour poursuivre le jeu. »

Logan trépigna. Il se releva, mal-aisé, mais grand-sourire. C'était comme faire le grand huit à la hauteur d'un homme alors qu'il se sentait tomber. Pourtant ses jambes le tenaient bien. Le vertige fut percutant. Il ne savait plus dans quel sens se diriger. Il siffla, comme un appel. Puis il fit claquer sa langue contre son palet de manière simultané . Il fronça un sourcil, intrigué par le soudain silence.

« Merde. »

Alasdair était définitivement partit. Logan tenta de se persuader lui-même que ce n'était pas bien grave, en plus d'être une bonne occasion pour trouver de l'aide. L’adrénaline le maintenait excité. Il haussa les épaules, laissant échappé un cri brutal puisque l'une d'elle réagit méchamment à son geste.

« Connasse, souffla-t-il. »

Il ne ramassa pas les kilomètres et n'eut pas même la force de sortir du cimetière.  Chaque bond lui obstruait la vue.
Une musique percutante se jouait dans son crâne. Elle était accélérée. Elle gonflait dans ses tympans. Logan posa sa tête tout prêt du couteau qui lui fut lancé en guise d'invitation. Il leva les jambes, un pied sur l'autre, soutenue par une sépulture. Les yeux clos, ses lèvres bougeaient comme s'il chantait gaiement. Ses genoux bougeaient au rythme.
Il ne sentait pas la peur qui englobait ses tissus nerveux. C'était la souffrance qui le maintenait en vie. Il le savait. Alors il resserrait un peu plus sa poigne contre son moignon en lambeaux. Le bras reposait lâchement aux bouts de ses ligaments. Il n'avait pas tout à fait conscience qu'il pourrait mourir ici, à l'inverse de se persuader que quelqu'un finirait par venir.
Qui venait donc dans un cimetière, en pleine nuit ?
A chaque fois qu'il se sentait partir, s'endormir, Logan bougeait ses doigts contre la plaie béante. Le message ne tardait pas à le faire hurler, le réveillant de sa léthargie soudaine. Et il disait :

« Yeah ! Je vais le tuer, je vais le tuer, je vais le tuer... »

Il tournait la tête et croisait les noms des défunts  ci et là.

« Killian, je vais le tuer. Rodolf, je vais le tuer. Tracy, je vais le tuer. Corn... Corné... Mais putain, t'a un nom illisible ! Fais un effort, putain ! »

Une ombre lui combla le visage. Il releva le regard et croisa celui d'une vieille femme. Elle le fixait, la bouche-bée. Ses mains fébriles se resserraient contre le bouquet de fleurs qu'elle tenait. Ses grands yeux balayèrent le cimetière avant de se reposer sur Logan. Un jeune homme se tenait à ses côtés. Sans doute son fils.
Logan papillonna des yeux, cherchant à reconnaître les traits de leurs visages. Mais c'était une action de plus en plus difficile. Il remua le bout du nez :

« À l'aide ? »

Le cri strident de la vieille femme s’éleva.


[…]


Logan fut repêché dans le cimetière grâce à une veuve qui passait par là. La semaine qui suivit cet événement se passa essentiellement à l’hôpital, sans grande surprise. A sa sortie, il dut néanmoins donner le signalement de celui qui avait fait ça.
Il raconta alors à son médecin qu'une chimère de la taille d'un orque l'avait propulsé contre les tombes. Il détailla à l'infirmière qui s'occupait de lui le visage boursouflé de crevasses qu'arborait son bourreau. Il demanda à sa tante de l'argent pour un auto-mail.  Il s'amusa plus encore quand la vieille femme vint le voir pour prendre gentiment de ses nouvelles. Il lui avoua s'être reposé contre la tombe de son défunt mari et s'excusa ironiquement du sang qui étalait sa sépulture à moitié détruite.
Pour sûr, il ne passait guère pour quelqu'un de sain d'esprit. Mais personne ne lui en tenait rigueur dû à ce qu'il avait vécu. Pour les yeux extérieurs, il était la victime. Logan s'en amusait gaiement.


[...]


Il faisait nuit. C'était le moment de s'en aller. La réceptionniste de l’hôpital lui glissa une feuille de papier à travers son bureau clos. Une vitre en plastique les séparaient.

« Votre nom. Votre date de naissance. Votre adresse. S'il vous plaît. Votre tante à refusé de nous les donner en spécifiant que vous le feriez. Ce que vous n'avez toujours pas fait, Monsieur. »

Il attrapa le stylo qui lui était tendu de sa main gauche. Un sourire croqueur aux lèvres. Elle lui dit aussitôt, un œil las :

« Vous allez devoir suivre un processus de rétablissement psychologique. Le médecin se chargera de vous donner la date de votre prochain rendez-vous. Inscrivez ici les dates et les horaires qui vous correspondent. »

Il écrivit alors, sans un mot. Pour lui qui était droitier, la tâche fut ardue mais il ne mit pas longtemps. Quand il rendit la feuille à la réceptionniste, celle-ci vérifia ce qu'il avait écrit et releva les yeux sur lui :

« Monsieur, c'est une procédure fortement conseillée. Certes, ce n'est pas obligatoire mais je vois que vous en auriez grandement besoin. Vous êtes sûr de vous ? »

Il hocha la tête et partit. Elle se leva en trombe :

« Votre nom, Monsieur ! Vous ne l'avez pas écrit ! Monsieur ! »

Elle attrapa le combiné sur son bureau, le collant sur son oreille en toute hâte.
Logan sortit, enthousiaste. Il leva les yeux au ciel. La nuit était drôlement agréable pour un mois de novembre. Ou était-ce la chaleur de l’excitation ?
Car la traque reprenait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Who am i !

Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]

MessageSujet: Re: Pas de bras, pas de... [PV Alasdair][+ 16] [CLOS]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Armure: le bras
» # Un guitariste sans bras qui joue avec les pieds
» Bousculade à gros bras ! PV
» Bras cassé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CENTRAL CITY :: CENTRAL CITY :: CIMETIÈRE-